Archive pour le Tag 'depuis'

SNCF: des grèves chaque année  depuis 1947

 SNCF: des grèves chaque année  depuis 1947

 

C’est même presque devenu une sorte de rituel. Officiellement les syndicats gauchistes qui perpétuent la tradition considèrent que la grève des cheminots est un outil qui sert la corporation mais aussi la totalité des salariés français. Ou comment justifier ce qui relève en réalité du poujadisme et de la politique. L’idéologie en effet des syndicats gauchistes est une sorte d’amalgame entre des intérêts corporatistes et une idéologie révolutionnaire. Contrairement aux apparences, les syndicats gauchistes ne souhaitent pas de résultats positifs. Il souhaite faire des mécontents, de plus en plus de mécontents pour faire adhérer à leur utopie anticapitaliste, anti impérialiste, anti progressiste. Bref un chemin connu qui mène tout droit au déclin et à la dictature comme en Chine, en Russie ou à Cuba. Des grèves qui progressivement tue l’entreprise et en même conduit à la suppression du statut du cheminot. Qui va maintenant entraîner la restriction du droit de grève. Bref, un bilan catastrophique sur le plan économique, social et démocratique. Une catastrophe aussi pour le syndicalisme gauchiste.*

Une base donnée, en libre accès et publiée par l’entreprise ferroviaire, recense toutes les journées de travail perdues par les cheminots, quand ils font grève. On voit bien que tous les ans, il y a au moins un mouvement social à la SNCF. Mais c’est très variable. Il s’agit parfois d’un seul mouvement, localisé dans une région et sur un seul corps de métier. On ne parle pas de grève nationale tous les ans. Si on fait une moyenne, depuis 1947, chaque agent de la SNCF a fait grève un jour et demi par an.

Certains mouvements ont été particulièrement suivis. En 1968, année marquée par une immense révolte dans toute la France et une grève générale, chaque cheminot a arrêté le travail 14 jours en moyenne. En tout, quand on cumule tous les grévistes, la SNCF a enregistré cette année-là 4 680 000 journées non travaillées. Cela reste une année record. Sur les deux autres marches du podium, on retrouve les années 1947 et 1953, marquées par des mouvements sociaux nationaux et des grèves à répétition. Récemment, en 2019, contre la réforme des retraites, les cheminots ont battu un record avec plus de 30 jours de grève d’affilée. Au contraire, c’est en 1956 que les agents se sont le moins mobilisés : 2 500 journées de grève déposées.

 

*Selon une étude du ministère du Travail3 publiée en 2023, le taux global de syndicalisation, public et privé confondus, est passé de 11 % à 10,3 % entre 2013 et 2019. Il est tombé sous les 8 % dans le privé, pour une population active évaluée à 26,9 millions (Insee, 2019)

Le 11 décembre 2018, la CFDT devient le 1er syndicat français, secteur public et privé confondus.

Le 21 mai 2021 la mesure de l’audience syndicale confirme un second recul consécutif de la CGT. Sur 14,11 millions de salariés inscrits, et avec une participation de 38,24 %, la CFDT conforte sa première place avec 26,77 % des voix (+ 0,4 % par rapport à 2017), devant la CGT 22,96 % (- 1,89 %), FO 15,24 % (- 0,35 %), la CFE-CGC 11,92 % (+ 1,25 %), la CFTC 9,50 % (stable). L’UNSA 5,99 % (+ 0,64 %) et Solidaires 3,68 % (+ 0,22 %) ne franchissent pas le seuil national de représentativité (fixé à 8 %).

Dans les années 1945, la CGT était hégémonique, les autres syndicats ne jouant qu’un rôle très marginal. Depuis, la CGT s’écroule avec seulement 25 % des voix des salariés français devancée désormais par la CFDT. Même à la SNCF un de ses bastions la CGT dégringole chaque année pour ne représenter que 32 % des cheminots.

SNCF: des grèves annuelles depuis 1947

 SNCF: des grèves annuelles  depuis 1947

 

C’est même presque devenu une sorte de rituel. Officiellement les syndicats gauchistes qui perpétuent la tradition considèrent que la grève des cheminots est un outil qui sert la corporation mais aussi la totalité des salariés français. Ou comment justifier ce qui relève en réalité du poujadisme et de la politique. L’idéologie en effet des syndicats gauchistes est une sorte d’amalgame entre des intérêts corporatistes et une idéologie révolutionnaire. Contrairement aux apparences, les syndicats gauchistes ne souhaitent pas de résultats positifs. Il souhaite faire des mécontents, de plus en plus de mécontents pour faire adhérer à leur utopie anticapitaliste, anti impérialiste, anti progressiste. Bref un chemin connu qui mène tout droit au déclin et à la dictature comme en Chine, en Russie ou à Cuba. Des grèves qui progressivement tue l’entreprise et en même conduit à la suppression du statut du cheminot. Qui va maintenant entraîner la restriction du droit de grève. Bref, un bilan catastrophique sur le plan économique, social et démocratique. Une catastrophe aussi pour le syndicalisme gauchiste.*

Une base donnée, en libre accès et publiée par l’entreprise ferroviaire, recense toutes les journées de travail perdues par les cheminots, quand ils font grève. On voit bien que tous les ans, il y a au moins un mouvement social à la SNCF. Mais c’est très variable. Il s’agit parfois d’un seul mouvement, localisé dans une région et sur un seul corps de métier. On ne parle pas de grève nationale tous les ans. Si on fait une moyenne, depuis 1947, chaque agent de la SNCF a fait grève un jour et demi par an.

Certains mouvements ont été particulièrement suivis. En 1968, année marquée par une immense révolte dans toute la France et une grève générale, chaque cheminot a arrêté le travail 14 jours en moyenne. En tout, quand on cumule tous les grévistes, la SNCF a enregistré cette année-là 4 680 000 journées non travaillées. Cela reste une année record. Sur les deux autres marches du podium, on retrouve les années 1947 et 1953, marquées par des mouvements sociaux nationaux et des grèves à répétition. Récemment, en 2019, contre la réforme des retraites, les cheminots ont battu un record avec plus de 30 jours de grève d’affilée. Au contraire, c’est en 1956 que les agents se sont le moins mobilisés : 2 500 journées de grève déposées.

 

*Selon une étude du ministère du Travail3 publiée en 2023, le taux global de syndicalisation, public et privé confondus, est passé de 11 % à 10,3 % entre 2013 et 2019. Il est tombé sous les 8 % dans le privé, pour une population active évaluée à 26,9 millions (Insee, 2019)

Le 11 décembre 2018, la CFDT devient le 1er syndicat français, secteur public et privé confondus.

Le 21 mai 2021 la mesure de l’audience syndicale confirme un second recul consécutif de la CGT. Sur 14,11 millions de salariés inscrits, et avec une participation de 38,24 %, la CFDT conforte sa première place avec 26,77 % des voix (+ 0,4 % par rapport à 2017), devant la CGT 22,96 % (- 1,89 %), FO 15,24 % (- 0,35 %), la CFE-CGC 11,92 % (+ 1,25 %), la CFTC 9,50 % (stable). L’UNSA 5,99 % (+ 0,64 %) et Solidaires 3,68 % (+ 0,22 %) ne franchissent pas le seuil national de représentativité (fixé à 8 %).

Dans les années 1945, la CGT était hégémonique, les autres syndicats ne jouant qu’un rôle très marginal. Depuis, la CGT s’écroule avec seulement 25 % des voix des salariés français devancée désormais par la CFDT. Même à la SNCF un de ses bastions la CGT dégringole chaque année pour ne représenter que 32 % des cheminots.

Immobilier: catastrophe depuis 50 ans

Immobilier: catastrophe depuis 50 ans

Une Chute globale qui n’est pas seulement conjoncturelle avec une baisse d’environ 50 % de l’activité mais aussi structurelle avec la mise à l’écart de nombreux de couches moyennes pour l’accession à la propriété. Des taux évidemment trop hauts en ce moment (autour de 4 %) mais de toute façon des prix complètement prohibitifs inaccessibles.

Une catastrophe absolue. L’expression n’est pas trop forte pour qualifier l’année 2023 pour les promoteurs immobiliers. Tous les voyants sont au rouge. Les mises en chantier de logements de tous types ont chuté de 22 % l’an passé. Les permis de construire accordés par les collectivités locales ont suivi le même mouvement, avec un plongeon de 23,7 % sur douze mois. Les chiffres définitifs concernant les ventes de logements neufs ne sont pas encore connus, mais Pascal Boulanger, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), estime que «l’année 2023 s’est terminée sur une baisse d’activité pour les promoteurs immobiliers de près de 50 % par rapport à une année normale».

Les ventes devraient se situer entre 85.000 et 90.000 logements. Or, entre 2016 et 2019, les promoteurs vendaient en moyenne près de 165.000 logements par an. La dégringolade serait bien pire sans la – rare – mesure de soutien décidée par le gouvernement.

Climat: 2023, année la plus chaude depuis 100 000 ans

Climat: 2023, année la plus chaude depuis 100 000 ans

2023 a bel et bien été l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis au moins 1850. Elle dépasse même « largement » 2016, le précédent record, a confirmé mardi le programme européen Copernicus sur le changement climatique (C3S).

Non seulement 2023 est l’année la plus chaude jamais enregistrée, mais c’est aussi la première année où tous les jours dépassent de plus de 1 °C la température de la période préindustrielle. » Les températures de 2023 « dépassent probablement celles de n’importe quelle période au cours des 100 000 dernières années au moins. »

Le réchauffement climatique actuel est directement lié à l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère : celle de dioxyde de carbone a, par exemple, atteint 419 parties par million (ppm) en 2023, soit 2,4 ppm de plus qu’en 2022. Il a aussi été renforcé l’an dernier par les variations naturelles du climat tel que le phénomène El Niño, une anomalie chaude au niveau des eaux équatoriales du Pacifique qui tend à augmenter la température mondiale.

En France, comme en Europe, 2023 s’est classée au deuxième rang des années les plus chaudes, selon Météo-France. « Avec une température moyenne de 14,4 °C », elle talonne de très près le record de 2022, affichant seulement 0,1 °C de moins.

par ailleurs, es températures moyennes de surface de la mer « sont restées durablement et exceptionnellement élevées, atteignant des niveaux records pour la période de l’année allant d’avril à décembre ».

Au niveau des pôles, qui se réchauffent bien plus vite que le reste du globe, même constat : au sud, la glace de mer de l’Antarctique a atteint des minima records sur huit mois et son étendue a atteint son niveau le plus bas (quotidien et mensuel) en février 2023. Au nord, l’été dernier a été le plus chaud jamais enregistré dans l’Arctique, avec une température moyenne de 6,4 °C, selon les récentes données de l’Agence atmosphérique et océanique américaine (NOAA).

Démographie France : une crise sans précédent depuis 80 ans

Démographie France : une crise sans précédent depuis 80 ans

Jusque-là, c’était l’atout principal de la France en Europe à savoir une démographie dynamique permettant à terme d’assurer la prospérité du pays et l’équilibre des comptes. Les facteurs explicatifs de la baisse de la démographie ne sont pas nouveaux et concernent l’ensemble de la planète surtout dans les pays développés. En cause , les différentes conceptions du couple et leurs évolutions rapides, l’accès des femmes et notamment aux postes de responsabilité, les incertitudes quant à l’avenir économique des enfants. Surtout des changements de civilisation et de mode de vie. Enfin une politique de natalité insuffisamment valorisée et soutenue.

Un recul de 6,8% (45.000 naissances de moins) sur les onze premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022… année pourtant historiquement faible. En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, 726.000 bébés ont vu le jour, soit le plus faible nombre sur un an depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cette année-là, on a observé un recul des naissances dans toutes les régions françaises, sauf à Mayotte et en Corse.

En novembre 2023, 1.877 bébés sont nés en moyenne par jour. C’est 5,1 % de moins qu’en novembre 2022. Il s’agit du 17e mois consécutif de baisse par rapport au même mois un an auparavant. Une dynamique qui n’a rien de récent. Depuis 2011, le nombre de naissances a, en effet, reculé chaque année en France, à l’exception de 2021, qui a connu un léger rebond après les confinements liés au Covid-19.

France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Jusque-là, c’était l’atout principal de la France en Europe à savoir une démographie dynamique permettant à terme d’assurer la prospérité du pays et l’équilibre des comptes. Les facteurs explicatifs de la baisse de la démographie ne sont pas nouveaux et concernent l’ensemble de la planète surtout dans les pays développés. En cause , les différentes conceptions du couple et leurs évolutions rapides, l’accès des femmes et notamment aux postes de responsabilité, les incertitudes quant à l’avenir économique des enfants. Surtout des changements de civilisation et de mode de vie. Enfin une politique de natalité insuffisamment valorisée et soutenue.

Un recul de 6,8% (45.000 naissances de moins) sur les onze premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022… année pourtant historiquement faible. En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, 726.000 bébés ont vu le jour, soit le plus faible nombre sur un an depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cette année-là, on a observé un recul des naissances dans toutes les régions françaises, sauf à Mayotte et en Corse.

En novembre 2023, 1.877 bébés sont nés en moyenne par jour. C’est 5,1 % de moins qu’en novembre 2022. Il s’agit du 17e mois consécutif de baisse par rapport au même mois un an auparavant. Une dynamique qui n’a rien de récent. Depuis 2011, le nombre de naissances a, en effet, reculé chaque année en France, à l’exception de 2021, qui a connu un léger rebond après les confinements liés au Covid-19.

Société France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Société France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Jusque-là, c’était l’atout principal de la France en Europe à savoir une démographie dynamique permettant à terme d’assurer la prospérité du pays et l’équilibre des comptes. Les facteurs explicatifs de la baisse de la démographie ne sont pas nouveaux et concernent l’ensemble de la planète surtout dans les pays développés. En cause , les différentes conceptions du couple et leurs évolutions rapides, l’accès des femmes et notamment aux postes de responsabilité, les incertitudes quant à l’avenir économique des enfants. Surtout des changements de civilisation et de mode de vie. Enfin une politique de natalité insuffisamment valorisée et soutenue.

Un recul de 6,8% (45.000 naissances de moins) sur les onze premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022… année pourtant historiquement faible. En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, 726.000 bébés ont vu le jour, soit le plus faible nombre sur un an depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cette année-là, on a observé un recul des naissances dans toutes les régions françaises, sauf à Mayotte et en Corse.

En novembre 2023, 1.877 bébés sont nés en moyenne par jour. C’est 5,1 % de moins qu’en novembre 2022. Il s’agit du 17e mois consécutif de baisse par rapport au même mois un an auparavant. Une dynamique qui n’a rien de récent. Depuis 2011, le nombre de naissances a, en effet, reculé chaque année en France, à l’exception de 2021, qui a connu un léger rebond après les confinements liés au Covid-19.

France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

France:Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Jusque-là, c’était l’atout principal de la France en Europe à savoir une démographie dynamique permettant à terme d’assurer la prospérité du pays et l’équilibre des comptes. Les facteurs explicatifs de la baisse de la démographie ne sont pas nouveaux et concernent l’ensemble de la planète surtout dans les pays développés. En cause , les différentes conceptions du couple et leurs évolutions rapides, l’accès des femmes et notamment aux postes de responsabilité, les incertitudes quant à l’avenir économique des enfants. Surtout des changements de civilisation et de mode de vie. Enfin une politique de natalité insuffisamment valorisée et soutenue.

Un recul de 6,8% (45.000 naissances de moins) sur les onze premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022… année pourtant historiquement faible. En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, 726.000 bébés ont vu le jour, soit le plus faible nombre sur un an depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cette année-là, on a observé un recul des naissances dans toutes les régions françaises, sauf à Mayotte et en Corse.

En novembre 2023, 1.877 bébés sont nés en moyenne par jour. C’est 5,1 % de moins qu’en novembre 2022. Il s’agit du 17e mois consécutif de baisse par rapport au même mois un an auparavant. Une dynamique qui n’a rien de récent. Depuis 2011, le nombre de naissances a, en effet, reculé chaque année en France, à l’exception de 2021, qui a connu un léger rebond après les confinements liés au Covid-19.

Antisémitisme France : plus de 1 500 actes depuis le 7 octobre

Antisémitisme France : plus de 1 500 actes depuis le 7 octobre

Un total de 1 518 actes et propos antisémites ont été recensés en France depuis le début de la guerre Israël-Hamas, donnant lieu à près de 600 interpellations, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, mardi 14 novembre sur Europe 1. Ce chiffre est plus de trois fois supérieur au nombre d’actes ou propos antisémites enregistrés (436) sur toute l’année 2022. « Ce sont essentiellement des tags, des insultes, mais il y a aussi des coups et blessures », a détaillé le ministre.

Ces actes ont donné lieu à « 571 interpellations », a précisé l’entourage du ministre à l’AFP. Un total de 330 enquêtes ont été ouvertes pour actes antisémites et apologie du terrorisme depuis le 7 octobre, a également annoncé la chancellerie. Le parquet de Paris précise à franceinfo que le pôle national de lutte contre la haine en ligne à caractère antisémite ou au soutien explicite du Hamas a ouvert une procédure pour 202 messages au 6 novembre. Parmi eux, deux auteurs de propos recouvrant une qualification pénale ont été identifiés à Paris et ont été poursuivis en comparution immédiate.

« Il y a des actes anti-musulmans supplémentaires, mais ce n’est pas à la mesure de ce que nous connaissons pour l’antisémitisme », a encore fait savoir Gérald Darmanin.

Marseille Chicago : 49e homicide depuis le début de l’année

Marseille Chicago : 49e homicide depuis le début de l’année

Encore un homme mortellement blessé par balle dans le contexte du trafic de drogue à Marseille. C’est la 49e victime de ce type depuis le début de l’année. De quoi s’interroger sur la volonté et l’efficacité des pouvoirs publics. Certes des moyens supplémentaires ont été affectés mais certainement pas à la hauteur de l’enjeu sans parler du laxisme de la justice.

Un homme d’une vingtaine d’années a été mortellement blessé par balles lundi 13 novembre au soir dans une cité des quartiers populaires du nord de Marseille, a appris l’AFP de source policière et auprès des marins-pompiers, confirmant une information de La Provence. Selon les marins-pompiers, qui ont constaté le décès de la victime sur place, les faits se sont produits un peu avant 21h30 dans la cité de la Bricarde.

Il y a deux jours on avait déjà assisté à une fusillade ayant fait demeurer trois blessés.
Ces cinq personnes, trois hommes et deux femmes, ont été visées par des tirs de Kalachnikov samedi soir alors qu’ils se trouvaient à bord d’un véhicule sur le parking d’un McDonald’s. Les deux morts sont un homme de 22 ans, le conducteur, et la passagère de 25 ans qui se trouvait à ses côtés.

Plus de 1000 actes antisémites depuis le 7 octobre

Plus de 1000 actes antisémites depuis le 7 octobre

1.040 actes antisémites ont été recensés en France depuis le 7 octobre dernier et le début de la guerre entre le Hamas et Israël, a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ce dimanche 5 novembre. « Le nombre d’actes antisémites a explosé », a déclaré le ministre, invité du 20 heures de France 2.

« 486″ personnes ont par ailleurs été interpellées pour des actes antisémites, dont « 102 étrangers ».

« Tout étranger qui commet des actes antisémites se voit retirer son titre de séjour, mis dans un centre de rétention et expulser du territoire national », a-t-il assuré.
Le ministre de l’Intérieur, qui dit comprendre « l’appréhension » des Juifs français, a affirmé que « tous les moyens » sont déployés pour les « protéger ».

Société- Salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

Société- Salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

L’inflation a des effets anti redistributif vis-à-vis des salariés car si les rémunérations augmentent en monnaie constante la progression est inférieure à l’inflation. Ainsi les salaires réels sont-ils bloqués depuis quatre ans d’après l’OFCE.

La crise du coût de la vie est aussi celle de la valeur travail. Entre la fin 2019 et la fin 2024, les salaires réels – c’est-à-dire la rémunération après prise en compte de l’inflation – n’ont pas progressé dans les grands pays de la zone euro, selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La situation est différente aux Etats-Unis, où les travailleurs voient leur salaire augmenter malgré la hausse des prix. L’économie américaine a en effet été beaucoup plus dynamique que l’économie européenne depuis la fin de la pandémie de Covid.

Social : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

Social : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

L’inflation a des effets anti redistributif vis-à-vis des salariés car si les rémunérations augmentent en monnaie constante la progression est inférieure à l’inflation. Ainsi les salaires réels sont-ils bloqués depuis quatre ans d’après l’OFCE.

La crise du coût de la vie est aussi celle de la valeur travail. Entre la fin 2019 et la fin 2024, les salaires réels – c’est-à-dire la rémunération après prise en compte de l’inflation – n’ont pas progressé dans les grands pays de la zone euro, selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La situation est différente aux Etats-Unis, où les travailleurs voient leur salaire augmenter malgré la hausse des prix. L’économie américaine a en effet été beaucoup plus dynamique que l’économie européenne depuis la fin de la pandémie de Covid.

Aéroports : plus de 70 fausses alertes à la bombe…..depuis la Suisse !

Aéroports : plus de 70 fausses alertes à la bombe…..depuis la Suisse !

Pour preuve du grand courage des fauteurs de troubles, les aéroports ont été victimes de plus de 60 fausses alertes à la bombe depuis la Suisse et en outre depuis le même émail.

L’ rresponsabilité et l’hypocrisie atteinte ainsi des sommets chez ceux qui entendent protester notamment contre Israël en perturbant la vie économique et sociale voir culturelle. Il faut dire que les individus en cause non ce ne sont pas de grands intellectuels. Souvent shootés à l’ersatz de religion islamiste.

S’y ajoutent évidemment tous les tordus de la terre content de mettre la pagaille pour sans doute compenser leurs propres frustrations.

«De gros abrutis voire de grands délinquants», s’est exclamé Clément Beaune à propos de l’identité des auteurs des multiples alertes à la bombe… Près de 70 fausses alertes à la bombe ont visé des aéroports français depuis mercredi, envoyées depuis «quasiment toujours la même adresse email située en Suisse», a indiqué dimanche le ministre des Transports.

«Il y a eu malheureusement près de 70 alertes de ce type qui ont concerné nos aéroports depuis mercredi, heureusement beaucoup moins hier samedi, premier jour de départ en vacances pour beaucoup de Français», a déclaré Clément Beaune, invité de Questions politiques (France inter, France TV, Le Monde).

Les alertes sur les aéroports sont le fait non «pas de petits blagueurs» mais de «gros abrutis voire de grands délinquants», a souligné le ministre. Concernant leur motivation, «il peut y avoir un mélange entre des gens qui font des mauvaises blagues, qui veulent faire peur pour de vrai, et parfois aussi une sorte de compétition dans la bêtise entre des hackers», a-t-il suggéré.

«Depuis mercredi, c’est quasiment toujours la même adresse email qui est utilisée, située en dehors de l’Union européenne, en Suisse», a-t-il ajouté, laissant entendre que cela mettait les auteurs de cet «email type qui se ressemble d’un jour à l’autre» hors de portée de certaines sanctions dans l’UE.

Social-Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

Social-Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

L’inflation a des effets anti redistributif vis-à-vis des salariés car si les rémunérations augmentent en monnaie constante la progression est inférieure à l’inflation. Ainsi les salaires réels sont-ils bloqués depuis quatre ans d’après l’OFCE.

La crise du coût de la vie est aussi celle de la valeur travail. Entre la fin 2019 et la fin 2024, les salaires réels – c’est-à-dire la rémunération après prise en compte de l’inflation – n’ont pas progressé dans les grands pays de la zone euro, selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La situation est différente aux Etats-Unis, où les travailleurs voient leur salaire augmenter malgré la hausse des prix. L’économie américaine a en effet été beaucoup plus dynamique que l’économie européenne depuis la fin de la pandémie de Covid.

12345...11



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol