Archive pour le Tag 'jusqu’à'

Un moteur Safran qui réduit jusqu’à 80% les émissions de CO2

Un moteur Safran qui réduit jusqu’à 80% les émissions de CO2

Safran Helicopter Engines, leader mondial des turbines d’hélicoptères, et Safran Tech ont réalisé ces dernières semaines à Bordes (Pyrénées Atlantiques), une première mondiale : la rotation au banc d’essai BEARCAT (1) mis au point par Safran Tech, d’un moteur d’hélicoptère (Makila 2) avec 100 % de carburant d’aviation durable (SAF) durant une campagne d’essais au sol, qui a débuté le 24 août et a duré une trentaine d’heures, dont une vingtaine d’heures avec 100% de SAF.

Avec une incorporation de 100%, ces carburants permettraient de réduire jusqu’à 80 % les émissions de CO2, grâce à un bilan carbone réduit sur l’ensemble de leur cycle de vie, assure Safran.

Covid-Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

Covid-Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

 

 

Le bavard ministre de la santé a déjà préparé le terrain en annonçant que le pass serait nécessaire au-delà de la date légale du 15 novembre. Il est donc vraisemblable que le fameux sésame sera obligatoire jusqu’aux fêtes de fin d’année voir même jusqu’à la veille des élections présidentielles.

La levée de cette mesure restrictive -mais nécessaire – constituerait un acte de libéralisation favorable au  pouvoir en place à la veille des élections. Pour justifier la mesure de prolongation du passe le ministre de la santé a déclaré

«La quatrième vague n’est pas derrière nous mais elle diminue», a-t-il indiqué, invitant toutefois à rester vigilent à l’approche de la fin des vacances qui pourrait créer un brassage de population et de la rentrée des classes.

Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

 

 

Le bavard ministre de la santé a déjà préparé le terrain en annonçant que le pass serait nécessaire au-delà de la date légale du 15 novembre. Il est donc vraisemblable que le fameux sésame sera obligatoire jusqu’aux fêtes de fin d’année voir même jusqu’à la veille des élections présidentielles.

La levée de cette mesure restrictive -mais- nécessaire constituerait un acte de libéralisation favorable au  pouvoir en place à la veille des élections. Pour justifier la mesure de prolongation du path le ministre de la santé a déclaré

«La quatrième vague n’est pas derrière nous mais elle diminue», a-t-il indiqué, invitant toutefois à rester vigilent à l’approche de la fin des vacances qui pourrait créer un brassage de population et de la rentrée des classes.

JO Paris 2024 : un coût jusqu’à 24 milliards !

JO Paris 2024 : un coût jusqu’à 24 milliards !

 

Il n’est pas étonnant que des pays soient de moins en moins chauds pour organiser les JO dont le coût devient démentiel. Surtout avec la crise sanitaire qui va imposer des mesures supplémentaires. Ainsi d’après les calculs d’experts, les JO de Tokyo pourraient coûter presque 30 milliards. Une facture dont Paris devrait tenir compte au lieu de se réjouir un peu naïvement de l’organisation de cette épreuve sportive où en plus en l’état des performances actuelles, la France n’est pas certaine de faire beaucoup mieux qu’à Tokyo.

La facture pour Tokyo pourrait  atteindre 28 milliards de dollars selon une étude dévoilée par MoneyTransfers.com s’appuyant sur des données de Statista et de la Banque Mondiale. Une estimation confirmée par le magazine Forbes , qui obtient un montant identique en se reposant notamment sur les données de deux quotidiens japonais, Nikkei et Asahi. L’évaluation de l’université d’Oxford est moins élevée mais atteint tout de même 20 milliards d’euros, soit quasiment trois fois plus que les plans de départ.

Climat : une hausse jusqu’à 5,7°

Climat : une hausse jusqu’à 5,7°

Dans le nouveau rapport des experts du GIEC, la température pourrait monter dans le scénario le plus noir jusqu’à 5,7°. Au rythme actuel on se dirige effectivement vers plus 4 à 5° bien au-delà des prévisions et des engagements..

Parmi les conséquences une hausse qui pourrait atteindre 1 m pour les océans ( dont le niveau a augmenté de 20 cm depuis 1900). Nombre de régions vont connaître des températures presque invivables de 50° voir plus.Une grande partie de la responsabilité incombe à l’activité humaine

Les scientifiques ont par exemple montré que la canicule extraordinaire au Canada en juin 2021, avec des températures frôlant les 50 °C, aurait été « presque impossible » sans le changement climatique. Le réchauffement a ainsi rendu le « dôme de chaleur » 150 fois plus susceptible de se produire.

Covid Australie : nouveau record de cas et reconfinement jusqu’à Noël ?

Covid Australie : nouveau record de cas et reconfinement jusqu’à Noël ?

L’Australie avait misé sur une stratégie du zéro covid délaissant parallèlement la vaccination. Seulement 14 % des Australiens ont reçu deux doses de vaccin . Alors que la ville est déjà confinée depuis six semaines, la seule ville de Sydney a enregistré 262 nouveaux cas jeudi, un nouveau record depuis le début de la pandémie.

 

Dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud où se trouve Sydney, des contaminations ont été enregistrées dans d’autres districts, conduisant les autorités à étendre géographiquement les mesures de confinement. . Jeudi, Melbourne, la deuxième ville du pays, a été reconfinée pour la sixième fois, en même temps que l’Etat de Victoria auquel elle appartient. « Il n’y a pas [d'autres] d’alternative », a déploré le gouverneur local, estimant que Victoria serait reconfinée « jusqu’à Noël » ou jusqu’à ce que « 80% de la population » soit vaccinée si la courbe épidémique n’était pas cassée rapidement.

 

. L’Australie se heurte également à la lenteur de sa campagne vaccinale. Sur 25 millions d’habitants, environ 14% seulement ont reçu deux doses de vaccin. Le temps de vaccinés 80 % de la population beaucoup de régions pourrait être confiné jusqu’à Noël

Météo pourrie : jusqu’à fin août

Météo pourrie :  jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

 Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire. 

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Jusqu’à 200 000 cas par jour au Royaume-Uni ?

Jusqu’à 200 000 cas par jour au Royaume-Uni ?

 

C’est évidemment le paradoxe auquel nous a habitué d’ailleurs Boris Johnson, le champion du slalom politique. C’est au moment où le Royaume-Uni lève  pratiquement toutes les restrictions que le pays enregistre les plus forts taux de contamination. Sur la tendance, on prévoit même que le Royaume-Uni pourrait atteindre 200 000 cas par jour de contaminations.

Plus de 54 000 nouveaux cas ont été identifiés pour la seule journée du 17 juillet au Royaume-Uni. Des chiffres qui n’avaient plus été atteints depuis la mi-janvier. A titre de comparaison, la France en compte près de 11 000 pour la même journée. 

Malgré une vaccination bien avancée sur le territoire, la virulence du variant Delta fait que le virus continue de se propager dans le pays. A ce rythme, un membre du conseil scientifique britannique cité par la BBCestime que les autorités pourraient enregistrer jusqu’à « 200 000 cas et 2 000 hospitalisations par jour » d’ici la fin de l’été.

Frénésie de la bourse jusqu’à quand ?

Frénésie de la bourse jusqu’à quand ?

 

 Muriel Motte, Journaliste, Pose la problématique de la durabilité de la fièvre dans un article de l’Opinion (extrait)

 

 

Dans la frénésie qui agite aujourd’hui les marchés, difficile de distinguer l’opportunisme de la simple normalisation après une année 2020 très spéciale. Les experts de PwC ont comptabilisé 727 IPO mondiales tous secteurs confondus au cours du seul 1er trimestre, un chiffre inédit. « C’est le fruit d’un rattrapage, doublé d’une vision très positive de l’économie, commente Philippe Kubisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC. Sans oublier le boom des Spac, ces coquilles vides cotées. Aux Etats-Unis, plus de 400 d’entre elles seraient à la recherche de cibles ».

Tous ces nouveaux venus ont en tout cas les poches bien pleines pour se développer : à plus de 200 milliards de dollars, les montants levés mondialement entre début janvier et fin mars ont dépassé l’ensemble des introductions en Bourse de 2019 ou de 2016, et sont équivalents à celles de 2017 et de 2018, révèlent les données de PwC. Une année en un seul trimestre, quid de l’indigestion ? « On sent que les investisseurs institutionnels sont rassasiés, les marchés se tendent, des deals sont reportés ou n’ont pas rencontré le succès escompté, constate Philippe Kubisa. Il faut maintenant que les bonnes anticipations économiques soient confirmées ».

Entre quelques belles déconfitures de Spac et des poussées de stress concernant l’accélération de l’inflation et/ou le rythme de la croissance, la Bourse continue malgré tout d’y croire. A Paris, le CAC40, qui donne une bonne image de l’économie mondiale, est à moins de 5 % de son record absolu. Un sommet vieux de plus de vingt ans – il date de septembre 2000 –, vestige de la bulle TMT (technologie, médias, télécoms). Wall Street et d’autres marchés européens, l’Allemagne notamment, volent déjà depuis longtemps de sommets en sommets. Dans ce contexte, le flop de la cotation de Deliveroo à la City ce printemps ne chagrine pas grand monde. La baisse du cours des 44 start-up technologiques américaines ayant fusionné avec un Spac entre le début 2020 et avril 2021 n’inquiète pas encore.

Pour un échec, dix réussites. C’est ce qui attire de nouveaux actionnaires. En France, le retour des particuliers date précisément du succès de l’entrée en Bourse de la Française des Jeux à l’automne 2019. En deux ans, près de 900 000 « petits porteurs » ont découvert les arcanes du marché. Là aussi, il y a un phénomène de rattrapage – le nombre d’actionnaires individuels avait fondu de moitié entre 2008 et 2019 – mais pas seulement.

Un virus américain pourrait bien être en train de traverser l’Atlantique. « Aux Etats-Unis, la jeune génération bouleverse la pratique de l’investissement. La Bourse devient ludique, c’est ce que recherche sciemment l’application de trading Robinhood, avertit Tangi Le Liboux. Les produits optionnels ou à effet de levier deviennent presque des gadgets ». Et Wall Street un casino géant, où vient s’investir une partie des chèques distribués aux Américains pour relancer l’économie.

Nouveaux actionnaires. Rien de tel à ce stade sur le Vieux continent. Mais « nous assistons à un fort rajeunissement de l’actionnariat, notre travail est d’essayer de développer chez lui une culture boursière trop souvent lacunaire, affirme Philippe Guillot, directeur des données et des marchés à l’AMF, le gendarme de la Bourse. Il faut que ces nouveaux investisseurs aient conscience de ce qu’ils font et des risques qu’ils prennent. C’est un processus de long terme ».

A court terme, les tentations sont parfois irrésistibles. A en croire l’enquête menée par l’autorité des marchés aux Pays-Bas, les Néerlandais qui ont acheté des actions de la chaîne américaine de jeux vidéo GameStop, dont les folles tribulations ont fait l’actualité en janvier, étaient âgés de 31 ans en moyenne et la catégorie la plus représentée était celle des 26 ans. On attend les conclusions de la même enquête en France.

Certes les expériences forment la jeunesse, mais « le grand danger serait que la génération qui arrive en Bourse se brûle les doigts et qu’elle reparte aussi rapidement qu’elle est venue », s’inquiète Philippe Guillot. Les plus anciens pointent la concordance entre la tonitruante santé du marché et l’entrée en scène de jeunes boursicoteurs inexpérimentés, ceci expliquant souvent cela. Si, contrairement à la logique habituelle, le krach du printemps 2020 n’a fait fuir personne – bien au contraire –, c’est que les actionnaires n’ont même pas eu le temps d’avoir peur. Ce fut l’un des plus brefs de l’histoire boursière grâce à la générosité débordante des banques centrales. Espérons qu’elle ménage pour un moment encore l’enthousiasme de l’actionnariat populaire français, qui se remet à peine d’une décennie de décroissance.

Nucléaire–Durée de vie des réacteurs : jusqu’à 60 ans ?

Durée de vie des réacteurs : jusqu’à 60 ans ?

 

.

Le chef de l’autorité de sûreté nucléaire, Bernard Doroszczuk,  a évoqué la prolongation, au-delà de 50 ans, des plus vieux réacteurs français. En début d’année, l’autorité a donné son feu vert pour une prolongation de la durée de vie des 32 réacteurs tricolores de 900 MW, de 40 à 50 ans. En revanche, l’ASN ne s’est pas prononcée sur une prolongation au-delà de ces dix années supplémentaires.

« Le point principal de préoccupation, c’est celui de l’horizon 2040, qui correspond au moment où la durée de fonctionnement des réacteurs atteindra entre 50 et 60 ans.  » a alerté Bernard Doroszczuk. Une manière quand même d’introduire l’idée que les réacteurs pourraient être utilisés pendant 60 ans, pour l’instant.

Montant prime salariés: jusqu’à trois SMIC

Montant prime salariés: jusqu’à trois SMIC

La prime défiscalisée d’un montant maximum de 1000 euros, que les entreprises pourront verser à leurs salariés, sera possible, comme en 2019 et 2020, jusqu’à un salaire de 3 Smic, a précisé le ministère du Travail mercredi. Le principe avait été annoncé mi-mars par Jean Castex, mais le niveau de salaire, qui restait à préciser, a été annoncé mercredi aux partenaires sociaux par le ministère.

Pour que les travailleurs dits « de la deuxième ligne » bénéficient en priorité de cette prime, le plafond pourra être porté à 2000 euros « si l’entreprise ou la branche s’engagent formellement à des actions de valorisation de ces travailleurs ». Ce plafond de 2000 euros pourra également bénéficier aux salariés dont l’entreprise est couverte par un accord d’intéressement en vigueur.

Covid-19 : les longues étapes du confinement, jusqu’à la saint-glinglin et au-delà !

Covid-19 : les longues étapes du confinement, jusqu’à la saint-glinglin et au-delà !

Comme on pouvait l’imaginer les réunions récentes du gouvernement sous la présidence d’Emmanuel Macron concernant la réouverture des activités contraintes et ou interdites n’ont pas abouti à grand-chose. Tout ce qu’on s’est c’est que la réouverture sera très progressive en fonction des circonstances. Elle comportera vraisemblablement de longues étapes jusqu’à la saint-glinglin et même au-delà. En clair,  il ne faut pas s’attendre à une reprise de la vie normale sans doute avant octobre.

« La troisième vague n’est pas derrière nous », avait prévenu Gabriel Attal mercredi à l’issue du conseil des ministres. « Le pic des hospitalisations n’a pas encore été atteint, cela signifie que nous avons encore devant nous des jours très difficiles », a déclaré le porte-parole du gouvernement. Cependant le

chef de l’Etat maintient son objectif de réouvertures progressives à partir de mi-mai. Celles-ci pourraient intervenir par étapes, toutes les trois semaines. La situation sera réévaluée avant de passer au palier suivant. Ces étapes pourraient également varier selon les régions.

Terrasses et musées mi-mai? Selon ces participants, Emmanuel Macron compte rouvrir des commerces, des terrasses et des musées à partir de la mi-mai. Le calendrier de retour en classe maintenu. La réponse du gouvernement est plus assurée concernant le retour des écoliers sur les bancs de l’école.

 

Interrogé par Franceinfo sur la limite des 10 kilomètres (décidée pour le moment jusqu’au 3 mai) et les autres restrictions, Gabriel Attal a indiqué que cet horizon était maintenu mais que, « à ce stade, il n’y a pas de calendrier prévu ». Jeudi soir, Bruno Le Maire s’est aussi gardé d’avancer un agenda précis. « Rien ne serait pire que de dire à la mi-mai ‘On commence à tout rouvrir’ et quinze jours ou trois semaines plus tard, parce que le virus revient, on serait obligé de tout refermer », a mis en garde le ministre de l’Economie sur France 2 jeudi soir.

 

Bref on ne sait pas grand-chose sur les conditions de la réouverture à part la perspective évasive concernant les terrasses et les musées.

 

Le CAC 40 poursuit sa folle ascension, jusqu’à quand

Le CAC 40 poursuit sa folle ascension, jusqu’à quand

 

Il est clair que les valeurs boursières sont engagées dans une course folle à la hausse qui pourrait bien se terminer un jour par un éclatement de bulles financières. En effet, rien ne justifie réellement les hausses records enregistrées aux États-Unis bien sûr mais aussi en France. En France où précisément les résultats des entreprises et l’activité sont en pleine contradiction avec l’évolution des valeurs. En réalité, cette embolie financière est surtout due  aux masses de liquidités consenties par la banque centrale y compris la banque centrale européenne en direction des banques et autres institutions qui réaffectent une partie de cet argent gratuit pour spéculer sur les marchés financiers.

Ainsi le  CAC 40 a gagné plus de 10% depuis le début de l’année, affichant l’une des meilleures performances boursières dans le monde. Il se rapproche du pic de 2007 à 6.168 points, mais reste encore loin du sommet historique de 2000 à 6.922 points.

 

Pourtant contrairement aux États-Unis ou encore à la Chine les perspectives de croissance de la France sont relativement modestes. On prévoyait au début de l’année une évolution du pipe de 6 % mais du fait du développement d’une nouvelle phase de la pandémie, le ministre de l’économie lui-même a été contraint de revoir sa prévision à seulement 5 % de croissance pour 2021. Qui semble d’ailleurs encore assez optimiste. On sera encore nettement sous le niveau d’activité de 2019 ( l’activité a reculé de 6,6 % en 2020).

 

L’indice phare de la place parisienne poursuit donc son ascension. Le CAC 40 a ainsi terminé la séance de mardi à 6.131 points, à quelques encablures de son pic de juin 2007 (6.168 points), avant les premiers craquements annonciateurs de la pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales ont artificiellement gonflé le prix de certains actifs, comme les valeurs de croissance ou de technologie où cela en contradiction avec l’évolution globale de l’économie et des entreprises..

Réchauffement climatique : jusqu’à +4° en France

Réchauffement climatique : jusqu’à +4° en France

Selon une information de France Info rendant compte d’une étude climatique les gaz à effet de serre vont modifier de manière sensible le climat. Pour résumer de moins en moins de période d’hiver, la disparition de la neige dans de nombreux endroits, des étés de plus en plus chauds, des canicules plus régulières, des périodes de sécheresse surtout dans le sud-est de la France

 

De plus en plus chaud surtout lorsqu’il est de la France À partir d’une série de modélisations réalisées pour les experts de l’ONU sur le climat (GIEC), Météo France, l’Institut Pierre Simon Laplace et le Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique ont en effet produit des estimations à l’échelle régionale pour la France métropolitaine. Ces simulations ont été réalisées à partir de trois scénarios modélisés par le GIEC (d’émissions de gaz à effet de serre maîtrisées, modérées ou non réduites) et à trois horizons: 2050, 2070 et 2100.

Au niveau national, par rapport à la période de référence retenue – 1976 à 2005 – le réchauffement est contenu, dans les trois scénarios, à 1 degré environ jusqu’en 2040. Mais c’est ensuite que les températures s’emballent et que les trajectoires divergent fortement, avec une stabilisation autour de +1° C dans un scénario d’émissions maîtrisées, une hausse de 2,2°C en moyenne dans le scénario intermédiaire et de +4,5°C dans le scénario extrême, qui aurait lieu si rien n’était fait pour réduire les émissions de GES responsables du réchauffement climatique. »>

Pour les scénarios les moins optimistes, on se rend ainsi compte que les prévisions s’éloignent fortement des objectifs de l’accord de Paris, qui prévoit de limiter le réchauffement «nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels» et de tendre vers un réchauffement de +1,5°C. Ce seuil de 1,5°C pourrait même être franchi dès 2024, tandis que 2020, avec son lot d’ouragans, de canicules et de méga-feux, a été l’année la plus chaude jamais enregistrée dans le monde, à égalité avec 2016, clôturant une décennie de températures record.

 

 

La France métropolitaine est inégalement affectée par cette hausse des températures moyennes, avec «un réchauffement plus marqué sur les zones de montagne», selon ce nouveau rapport. Dans les Alpes et les Pyrénées par exemple, certaines zones affichent une hausse de 6°C des températures moyennes à l’horizon 2100, dans le pire scénario. Résultat, presque plus de neige, ni de gelées. Se dessine également une division du pays selon une diagonale sud-est/nord-ouest, «avec une différence de 1°C entre ces deux zones». Le réchauffement est un peu moindre de la Bretagne aux Hauts-de-France.

L’évolution des températures se traduit aussi par une multiplication à venir des événements extrêmes, avec une hausse prévue du nombre de jours de vagues de chaleur dans tous les scénarios. Les épisodes de canicules et de «nuits tropicales», quand la température ne descend pas sous 20°, se multiplieraient jusqu’à dix fois pour les canicules dans le pire des scénarios en termes d’émissions de GES. «Cette évolution est exacerbée dans les régions actuelles les plus chaudes, notamment l’arc méditerranéen, le couloir rhodanien et la vallée de la Garonne. Sur ces régions, les vagues de chaleur et journées caniculaires pourront s’étaler sur des périodes supérieures à un ou deux mois en été», précise le rapport. Et les épisodes de sécheresse pourraient enregistrer en fin de siècle «une augmentation de 30 à 50%», avertissent les chercheurs.

A contrario, en fin de siècle, le nombre de jours de vagues de froid pourrait être divisé par deux dans le meilleur des cas, et se réduire à un seul et unique jour par an en moyenne sur les scénarios les moins optimistes.

Pompes à chaleur: compétitives jusqu’à quand ?

Pompes à chaleur: compétitives jusqu’à quand ?

Grâce au nouveau règlement  RE 2020 notamment, les pompes à chaleur risquent de triompher sur le marché du chauffage. Une perspective évidemment bénéfique pour réduire l’impact du carbone. La grande interrogation reste quand même celle du prix de l’électricité.

Pour l’instant, les pompes à chaleur peuvent rivaliser en matière de compétitivité avec d’autres sources. Cependant si comme probable le prix de l’électricité devait doubler d’ici 10 ans (pour équilibrer les comptes EDF une augmentation moyenne de 6 % par an serait nécessaires), la compétitivité des pompes à chaleur pourrait alors être mise en doute.

 

Par ailleurs d’autres secteurs concurrentiels par rapport à l’électricité protestent contre la situation de quasi-monopole d’EDF à propos de son rôle sur le développement des pompes à chaleur.

Bitcoin jusqu’à $146.000, selon JPM…… ou écroulement !

Bitcoin jusqu’à $146.000, selon JPM…… ou écroulement !

La folie du bitcoin l’a fait plus que tripler de valeur au cours des six derniers mois pour atteindre un record à 34.800 dollars (28.380,36 euros) le 2 janvier. JP Morgan prévoit encore des envolés exceptionnelles sous réserve que les risques de volatilité se réduisent.

Autant dire que le bitcoin peut encore s’envoler ou s’écrouler. En cause,  le fait que nombre de pays envisagent de créer leurs propres monnaies numériques soit à côté de la monnaie classique, soi-même pour la remplacer comme en Chine. Dès lor,s  les monnaies numériques privées pourraient alors s’écrouler. De toute manière les pays ne laisseront jamais les monnaies privées s’approprier la souveraineté monétaire.

“Compte tenu de l’ampleur des placements dans l’or, s’il y a des sorties massives de l’or en tant que monnaie ‘alternative’, cela implique un gros potentiel de hausse pour le bitcoin sur le long terme”, ajoutent les spécialistes de la banque de Wall Street.

Le mouvement favorable pour le bitcoin pourrait être amplifié par l’arrivée des jeunes générations chez les investisseurs, plus sensibles à “l’or numérique” qu’aux traditionnels lingots, poursuivent-ils.

Selon JP Morgan si  la “ferveur spéculative actuelle” peut encore faire monter le bitcoin entre 50.000 et 100.000 dollars, de tels niveaux ne seront pas viables tant que la volatilité associée à cette cryptomonnaie ne se sera pas atténuée, préviennent-ils.

États-Unis : la banque centrale très accommodante jusqu’à la reprise économique

États-Unis : la banque centrale très accommodante jusqu’à la reprise économique

 

La banque centrale américaine (Fed) a indiqué qu’elle déverserait toutes les liquidités nécessaires tant que la reprise ne sera pas solide. Par exemple les taux des fonds fédéraux seront maintenus à zéro. Par ailleurs, la banque va continuer sa politique de rachat massif de titres.

Les achats de titres réalisés par la banque centrale se poursuivront donc au rythme actuel de 120 milliards de dollars (99 milliards d’euros) par mois “jusqu’à ce que des progrès supplémentaires substantiels aient été accomplis vers les objectifs de plein emploi et de stabilité des prix” qu’elle s’est fixés, explique-t-elle dans un communiqué adopté à l’unanimité.

La Fed compte sur une reprise de la croissance à hauteur de 4 % environ en 2021.

La Fed a annoncé ses décisions alors que le Congrès semblait se rapprocher d’un compromis sur un plan de relance économique de 900 milliards de dollars, jugé indispensable par beaucoup d’observateurs pour pallier l’expiration le 26 décembre de plusieurs dispositifs exceptionnels d’indemnisation du chômage.

Jerome Powell a jugé que le rythme de la reprise restait trop lent et rappelé que le nombre d’Américains qui occupent un emploi ou qui en cherchent un était toujours inférieur à son niveau d’avant la crise sanitaire.

Confinement jusqu’à l’été 2021, au moins (Castex)

Confinement jusqu’à l’été 2021, au moins (Castex)

 

 

 

Dans une interview au Monde de samedi le chef du gouvernement explique que le confinement va se prolonger jusqu’à l’été 2021 au moins. Sa stratégie dans ce domaine sera présentée à la fin du mois.

En clair,  le gouvernement va continuer de mettre sous cloche l’économie et les relations sociales.

Les conséquences risquent d’être terribles pour la croissance et pour le chômage. On comprend évidemment que des mesures de protection soient prises malheureusement l’efficacité de la politique du gouvernement  ne parait guère efficace quand on constate que la France est l’un des pays les plus touchés par les contaminations et les hospitalisations.

Il paraît pourtant évident qu’une opération de test général de tous les Français permettrait d’identifier les populations touchées, de les isoler et de les traiter. Pourquoi ce qui était effectué en Tchéquie ne serait pas possible en France ?

Pourquoi autoriser certaines activités économiques et interdire d’autres activités sociales ou économiques où les risques de contamination sont très faibles voire nuls.

 

Le gouvernement slovaque, lui, s’est efforcé de soumettre la majorité de la population au test Covid-19 durant le week-end écoulé. Plutôt réussie, l’opération de dépistage hors norme avait pour objet de permettre au pays, très touché par la deuxième vague, d’assouplir ses restrictions et son confinement.

Grâce à l’aide de très nombreux volontaires, les quelque 4 900 points de dépistage et 45 000 professionnels de santé, soldats, policiers et autres pompiers déployés sur le territoire de ce petit pays d’Europe centrale ont permis de collecter des prélèvements sur plus de trois millions de personnes, en l’espace de deux jours, samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre. Les enfants de moins de 10 ans et les personnes âgées en ont été dispensés.

Finalement, seuls un peu plus de 1 % des tests antigéniques effectués se sont révélés positifs,

en France en réalité comme on a manqué de masse au début, on manque maintenant de tests! Une situation inadmissible dans un pays aussi développé du coup pour répondre à cette insuffisance on immobilise l’économie et la vie sociale.

Pour le chef du gouvernement français  »tant que nous n’aurons pas de vaccin, nous devons donner des perspectives sur les règles du jeu ». Car il prévient les Français qu’il faudra « vivre avec le virus sur le temps long ». Ainsi, au Monde, il avertit : « Les rassemblements festifs, familiaux dans des salles de fêtes ne pourront pas reprendre avant longtemps. De même, les bars et les restaurants qui font aussi partie des endroits de contamination forte ne pourront pas rouvrir dès le 1er décembre, contrairement aux magasins de jouets, par exemple » » À l’inverse, le télétravail devra perdurer, sur la base d’un équilibre à trouver dans les entreprises pour éviter le tout ou rien », explique-t-il.

Jean Castex en appelle également à la responsabilité des Français : « Seule une régulation par la société elle-même nous permettra une cohabitation apaisée avec le virus »« plus les gens feront d’efforts maintenant, plus on pourra desserrer rapidement ».

Dans cet entretien, le chef du gouvernement dit assumer tenir une ligne sanitaire dure - « dans une crise comme on n’en a pas vu depuis 1920, avec des centaines de morts tous les jours, mon premier critère de décision, c’est la sécurité sanitaire » - même si elle égratigne sa cote de popularité. « Mon rôle de chef du gouvernement est de faire face. La période, on ne la choisit pas », juge-t-il. « Le fait d’être critiqué pour la place que j’occupe, c’est quelque chose que j’avais totalement intériorisé en arrivant à Matignon. Je n’en ressens ni blessure ni surprise. » « Quand je dis que je regarde plus les courbes en réanimation que celle des sondages, c’est l’absolue vérité. Mon sujet, c’est de savoir si l’on prend les bonnes décisions dans l’intérêt des Français. »

La Covid 19 : Des vagues vont se succéder jusqu’à l’été voir plus tard (Conseil scientifique)

 Covid 19 : Des vagues vont se succéder jusqu’à l’été voir plus tard (Conseil scientifique)

 

En clair, le conseil scientifique n’exclut plus la possibilité d’autres vagues qui vont succéder à celle en cours. On parle désormais d’une crise qui pourrait durer jusqu’à l’été voire davantage. « Il est très difficile de prévoir combien de temps va durer la 2e vague, car cela dépend du virus lui-même, de son environnement climatique, des mesures qui vont être prises pour limiter la circulation du virus, de leur acceptation et donc de leur impact », écrit le Conseil scientifique.

« On peut faire une hypothèse d’une sortie de 2e vague en fin d’année ou début d’année 2021. Cette sortie devrait s’accompagner d’un retour de la circulation du virus à un niveau très contrôlé (5.000 à 8.000 nouvelles contaminations par jour maximum) », poursuit l’instance.

« On peut ainsi avoir plusieurs vagues successives durant la fin de l’hiver/printemps 2021, en fonction de différents éléments: état climatique, niveau et efficacité opérationnelle de la stratégie Tester/tracer/isoler (les cas positifs) », ajoute-t-il.

Les gouvernements seront donc confrontés à « la gestion de vagues successives de recrudescence » de l’épidémie, « jusqu’à l’arrivée des premiers vaccins et/ou traitements », peut-être au deuxième trimestre 2021 mais plus vraisemblablement pas avant l’été voire plus tard.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol