Archive pour le Tag 'dans'

«Dieselgate» : Le patron de Volkswagen était dans le coup

«Dieselgate» : Le patron de Volkswagen était dans le coup

 

Pour tenter d’étouffer l’affaire des tricheries relatives aux émissions polluantes, Volkswagen- comme d’autres marques d’ailleurs- a accepté de payer de très lourdes amendes notamment aux États-Unis et a fait porter le chapeau à des boucs émissaires. La réalité c’est que la hiérarchie de Volkswagen comme celle des autres marques était au courant des procédés qui permettaient pendant les opérations de contrôle de diminuer les émissions polluantes. Chez Volkswagen, l’affaire est en train de remonter au plus haut niveau c’est-à-dire jusqu’à Herbert Diess, actuel patron du constructeur allemand ; ce dernier aurait été avait été prévenu deux mois avant que le scandale éclate, en septembre 2015, révèle Der Spiegel. Un scandale dont le coût est estimé à 27 milliards de dollars en pénalité et amendes.

Une nouvelle qui va créer des remous. L’actuel patron de Volkswagen, Herbert Diess, a été prévenu de l’existence d’un logiciel fraudeur pour minimiser les résultats des tests d’émissions polluantes sur les véhicules de l’entreprise deux mois avant que le scandale éclate en 2015, rapporte le magazine allemand Der Spiegel. Le journal a eu accès à des documents inédits du parquet de Braunschweig qui posent la question de savoir si VW a informé dans les temps ses investisseurs de l’ampleur financière du scandale dont le coût dépasse 27 milliards de dollars en pénalités et amendes. Le scandale a été mis au jour le 18 septembre 2015 après une série de tests effectués aux Etats-Unis sur des véhicules diesel européens par l’université de Virginie-Occidentale à la demande de l’ONG International Council on Clean Transportation. Selon les documents du parquet du Braunschweig, Der Spiegel note que Herbert Diess, ancien de BMW alors en charge de la marque VW, était présent lors d’une réunion tenue le 27 juillet 2015 présidée par le patron de l’époque Martin Winterkorn.

 

Sondage : des fruits sans goût pour 70 % dans les supermarchés

Sondage : des fruits sans goût  pour 70 % dans les supermarchés

Ce n’est pas une surprise les consommateurs enquêtés par l’association CLCV montre que pour 70 % les fruits de supermarchés non aucun goût. En cause évidemment les conditions de production industrielle où les fruits sont gavés d’engrais, de pesticides et d’eau second élément le manque de maturité lors de la cueillette. Pour supporter le transport les fruits sont cueillis verts et ils mûrissent pendant le transport, pendant leur exposition sur les étals et chez le consommateur final. Bref une maturation artificielle en dehors du bénéfice du soleil. Conséquence la valeur gustative est fortement entamée mais la valeur nutritive également Avec une enquête en ligne menée parallèlement auprès de 590 consommateurs, CLCV affirme que 68% des répondants se déclarent « peu ou pas du tout satisfaits » sur la perception générale des fruits vendus en grande et moyenne surface. Les répondants mettent surtout en cause le niveau de maturité des fruits, puis le goût, et ensuite la conservation des produits, et s’inquiètent des problèmes de transport et de conservation en frigo, ou de l’utilisation de pesticides, indique la CLCV, qui demande aux distributeurs de « mieux afficher les informations sur les produits en magasin » (origine, variété etc.).

Europe : Macron et Merkel dans la mouise !

Europe : Macron et Merkel dans la mouise !

On apprend que Macon et Merkel ont fait le point par téléphone des principaux dossiers européens. Il serait temps car il est clair que le couple franco allemand marche de moins en moins et que l’union européenne s’enfonce dans l’immobilisme nage dans les contradictions. Il y a en premier l’affaire des droits de douane américains supposés être réglés par un hypothétique traité négocié par le sulfureux Juncker  avec Trump. Autant dire qu’on peut s’attendre à tout, à rien aussi car ces deux interlocuteurs se sont faits une spécialité du flou diplomatique, du retournement de veste et du marchandage de marchands de bestiaux. Un seul exemple on ne sait toujours pas si l’agriculture serait concernée par cet hypothétique accord dont la France ne veut pas. Mais l’Allemagne qui veut sauver son industrie notamment son industrie automobile ne serait pas opposée à une sorte de traité. Sur ce dossier les points de vue sont très éloignés. Du coup les acteurs économiques importants ont tendance à se coucher devant les exigences américaines. Même chose sur le dossier iranien et pour des raisons assez identiques. Le problème c’est que les sanctions américaines visent tout autant l’union européenne que l’Iran. Autre dossier plein de contradictions celui de la réforme de l’union européenne.  Pour résumer,  Macron veut une grande réforme notamment de la gouvernance économique européenne. L’Allemagne elle craint surtout d’être contrainte avec cette opération à une solidarité financière dont elle a horreur. Un nouvel obstacle se dresse aussi face à l’évolution européenne à savoir l’affaiblissement respectif de Merkel et de Macron. Merkel se trouve aujourd’hui coincée par une majorité très fragile. Macron de son côté a vu son aura internationale très fortement affectée par l’histoire Benalla.  La presse étrangère s’est montrée très sévère vis-à-vis des atermoiements, des contradictions et des mensonges de l’Élysée. Reste aussi la question du Brexit  où rien ne peut être négocié de sérieux en l’état des positions respectives d’une part de l’union européenne qui veut faire payer très cher la fuite  de la Grande-Bretagne et le compromis bâtard du livre blanc de Teresa May qui voudrait bien les avantages de l’union européenne sans les contraintes.

Alexis Kohler : pris les mains dans le pot de confiture

 

 

Le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler ‘  applique la doctrine générale d’en marche : pendant la politique le business continue. Business Is Back comme dirait Macron,  le patron de la start-up française, =. Mediapart avait mis en lumière les liens familiaux du secrétaire général de l’Élysée avec la société de croisière MSC alors que l’intéressé occupé parallèlement des fonctions au sein de l’État qui justement intervenait sur l’avenir de M SC. Or le secrétaire général de l’Élysée a toujours affirmé qu’il s’était éloigné des affaires de cette société pour ne pas être en conflit d’intérêts. Or Mediapart révèle maintenant qu’Alexis Kohler s’est bien impliqué dans des décisions influençant la gestion de MSC. En 2010 et 2011, le secrétaire général de l’Elysée aurait approuvé des contrats à venir entre une filiale du groupe de croisières MSC, fondé et dirigé par les cousins de sa mère et le grand port maritime du Havre (GPMH), où il siégeait au sein du conseil de surveillance. L’étau se resserre autour d’Alexis Kohler. En mai dernier, le secrétaire général de l’Élysée a été accusé de conflit d’intérêts, après une enquête de Mediapart. D’après le site d’informations, le bras droit d’Emmanuel Macron a siégé, à partir de 2010, au conseil d’administration de STX France. Problème: cette société, chargée de la construction navale à Saint-Nazaire, a comme premier client le groupe de croisières MSC, fondé et dirigé par des cousins de sa mère. Ces révélations avaient entraîné l’ouverture d’une enquête du parquet national financier (PNF) pour «vérifier si les règles relatives à la mise en disponibilité des agents publics» avaient bien été respectées. Entre 2010 et 2012, Alexis Kohler, alors représentant de l’Agence des participations de l’État, siégeait au conseil de surveillance du Grand port maritime du Havre (GPMH). Il était notamment accompagné de l’actuel premier ministre, Édouard Philippe. Le proche d’Emmanuel Macron a pris la parole lors de deux réunions, en septembre 2010 et 2011. Il a même voté en faveur de contrats à venir entre GPMH et Terminal Normandie MSC (TNMSC), filiale française de l’armateur et acteur majeur de l’extension du port, selon les procès-verbaux publiés par Mediapart.

Prévisions de croissance 2018 : le gouvernement dans la panade

Prévisions de croissance 2018 : le gouvernement dans la panade

 

 

 

Comme c’est la période estivale, les médias s’étendent peu sur la panne de croissance enregistrée au premier semestre et sur les perspectives assez grises pour le reste de l’année. L’analyse de ce phénomène majeur est sans doute reportée à la rentrée pour ne pas contrarier des Français dont beaucoup pensent actuellement à leurs vacances. Pourtant, cette baisse du niveau de l’activité constitue un coup très dur pour l’économie française. Cette situation aura des conséquences très néfastes notamment sur le chômage, sur les équilibres financiers en particulier sur le budget. Concernant ce dernier aspect autant dire que la France va abandonner ses les objectifs de réduction de déficit non seulement en 2018 mais aussi en 2019 puisqu’on ne prévoit pas de retour plus dynamique de la croissance. Bien plus que l’affaire Ben à la les résultats économiques vont hypothéquer l’avenir de Macron car les résultats ne sont pas rendez-vous sur les deux critères fondamentaux que sont la croissance et le chômage. Le gouvernement tente d’imputer cette situation aux conséquences de la grève SNCF ou encore Air France ainsi qu’à l’augmentation des prix du pétrole. Si l’argument de l’augmentation du pétrole est pertinent, par contre il faut aussi intégrer l’augmentation de la fiscalité qui elle dépend de la responsabilité du gouvernement. L’autre mauvaise nouvelle c’est l’inflation qui repart sur une tendance de 2,3 % alors que le pouvoir d’achat a déjà perdus 0,6 % le dernier trimestre. Bref une mauvaise nouvelle pour la consommation qui stagne voir recule alors que c’est le principal moteur de la croissance. L’erreur stratégique fondamentale de Macron aura été de tout miser sur la politique de l’offre sans la rééquilibrer par une politique sociale qui aurait permis de soutenir la consommation et donc la croissance. Du coup Lemaire ministre des finances annonce la couleur  « Si nous révisons, c’est bien que ce qui avait été avancé ne pourra pas être tenu au point près », a-t-il affirmé, reconnaissant ainsi que le gouvernement renonce à son objectif de 2%.

 

 

 

Canicule : un risque majoré dans les villes

Canicule : un  risque majoré dans les villes

Selon certains scientifiques les grandes villes sont beaucoup plus exposées au risque de canicule et cela dans le monde entier. En effet ces villes  constituent  d’énormes accumulateurs de chaleur réexpédiée la nuit dans l’atmosphère alors que dans les petites villes et les zones rurales, la fraîcheur de la nuit rééquilibre un peu les excès de température. Pire pour se protéger,  les villes utilisent la climatisation, dont les rejets d’air chaud et, surtout, la forte consommation énergétique, génèrent un cercle vicieux. Le phénomène n’est pas près de s’atténuer car la mode de l’urbanisme est à la  surconcentration urbaine avec des métropoles et des grandes villes de plus en plus démentielles  tandis qu’inversement dans nombre de pays et en France en particulier on assiste parallèlement à une désertification des territoires. En raison de la présence massive de ciment, de bitume et de ferraille dans le béton armé, les villes constituent une sorte d’énorme radiateur qui accumule la chaleur du jour et la restitue la nuit. La conséquence d’une folie urbanistique qui concentre les populations dans des espaces de plus en plus réduits. Selon le City risk index du Llyod’s, 279 villes dans le monde et  de nombreuses villes européennes sont exposées à des risques climatiques).  Abritant plus de 50% de la population mondiale aujourd’hui et 75% en 2050, responsables de 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les villes ont un poids significatif dans le changement climatique.

 

Edouard Philippe sans ceinture dans une voiture

Edouard Philippe sans ceinture dans une  voiture

Gonflé et quand même un peu irresponsable le Premier Ministre qui lors de sa visite au tour de France a oublié de mettre sa ceinture de sécurité dans la voiture qu’il occupait. Comme l’ont remarqué nos confrères d’Autoplus, un autre élément de cette journée sur le Tour de France interroge désormais. A bord de la voiture qui lui a permis de suivre la course, et alors qu’il s’est fait le chantre de la réduction de la vitesse à 80 kilomètres par heure pour « sauver des vies », Edouard Philippe n’avait pas attaché sa ceinture. C’est ce que montrent les images tournées par France 2 dans le véhicule et postées sur Youtube.

Alerte dans l’industrie automobile américaine

Alerte dans l’industrie automobile américaine

 

Suite aux mesures Trump une organisation de constructeurs américain estime que les mesures Trump de relèvement des droits de douane sur les importations seront une  catastrophe économique. Pour eux, cela entrainera une hausse de 6000 dollars des prix de véhicules importés en moyenne mais aussi une hausse de 2000 dollars des véhicules fabriqués et vendus aux Etats-Unis. Fabriqués en partie car on sait que le processus de production est largemenet internationalisé et que nombre de composants viennent de l’étrangers.

L’AAM (Alliance of Automobile Manufacturers), qui représente General Motors, Ford, Daimler, Toyota <7203.T > et d’autres, dira au Département du Commerce lors d’une audition publique jeudi que “des taxes douanières plus élevées sur les automobiles pénaliseront les familles et les travailleurs américains ainsi que l’économie” L’administration Trump a lancé en mai une enquête pour déterminer si les véhicules et les pièces détachées importés constituaient une menace pour la sécurité nationale et le président américain a menacé à plusieurs reprises d’imposer rapidement des taxes de 20 ou 25%.

Cap 2022 : propose 30 milliards d’euros d’économies dans le public

Cap 2022 : propose 30 milliards d’euros d’économies dans le public

 

 

Un rapport uen peu explosif qui d’ailleurs ne sera diffusé qu’au compte goute par le gouvernement qui ne veut sans doute pas que se constitue un front d’opposition chez les fonctionnaires.  Le Comité Action publique 2022, chargé par l’exécutif d’identifier des pistes de réformes et d’économies dans la sphère publique, propose 22 mesures, dont la suppression des taux réduits de TVA, pour réaliser une trentaine de milliards d’économies à moyen terme, selon Le Figaro. Les services du Premier ministre ont fait savoir la semaine dernière que celui-ci ferait d’ici au mois d’octobre des annonces sur la réforme de l’Etat au fur et à mesure d’ateliers thématiques. Contrairement à ce que le gouvernement avait envisagé dans un premier temps, le rapport de ces 44 experts du privé et du public, mandatés en octobre dernier par Matignon, sera rendu public, mais seulement après la “phase de décisions”. Le rapport propose “un nouveau contrat social entre l’administration et ses collaborateurs” et un “assouplissement du statut” de fonctionnaire. Jugeant nécessaire de “mettre un terme à toutes les interventions publiques dont l’efficacité n’est pas démontrée”, les auteurs prônent la suppression des taux réduits de TVA, dans le bâtiment et la restauration notamment, des aides à l’innovation, des aides à la transition énergétique. Le gain attendu serait de cinq milliards d’euros. Pour la restauration le rapport indique « La réduction de la TVA a essentiellement profité aux propriétaires de restaurants. Plus précisément, nous montrons que, 30 mois après la baisse de TVA, les prix ont seulement diminué de 1,9%, tandis que le coût des salaires et des fournitures a seulement augmenté de 4,1% et de 5%, respectivement, et que les bénéfices des propriétaires ont augmenté d’environ 24%. »Les experts proposent aussi  une refonte du système de soins, dont ils attendent plus de cinq milliards d’euros d’économies, la mise en concurrence des services d’aide au retour à l’emploi et le recentrage de Pôle emploi sur l’indemnisation, le contrôle et l’accompagnement des chômeurs les moins autonomes (environ 350 millions d’euros d’économies). Afin d’économiser “un milliard d’euros d’ici 2022”, le rapport propose une simplification “drastique” du recouvrement des impôts. L’Etat, selon les auteurs, doit renoncer à l’ensemble des compétences qu’il a décentralisées (aménagements, formation…) pour un gain d’environ un milliard d’euros. Le document propose par ailleurs d’assouplir le statut des fonctionnaires, afin de faciliter les évolutions entre les trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière). Enfin, les auteurs du rapport proposent de simplifier les organismes chargés de recouvrer les impôts (un milliard d’euros d’économies) et de réformer Pôle emploi.

Coupe du monde de foot : enfin un court moment d’unité et d’espérance dans un paysage d’une tristesse à mourir

Coupe du monde de foot : enfin un court moment d’unité et d’espérance dans un paysage d’une tristesse à mourir

Pourquoi autant d’enthousiasme maintenant autour de l’équipe de France de foot dans le cadre de la coupe du monde. Sans doute parce qu’il y a dans ce pays un énorme besoin d’espérer, de se libérer de sortir de cette morosité qui caractérise l’environnement économique, social et politique. L’élection de Macron avait fait naître beaucoup d’espoirs chez certains qui espérait l’émergence d’un monde un peu différent, porteur de plus de dynamisme mais aussi de justice. Hélas un an après,  nombre d’espérances sont déçues. Certes Macon engage nombre de réformes mais il le fait sans le soutien actif des acteurs et même sans les consulter. Sa politique dont  certains éléments sont sans doute nécessaires manquent cruellement d’adhésion active des plus concernés et souffrent d’un déséquilibre entre décisions  économique et mesures sociales. Le plus grave sans doute c’est que Macon ne suscite pas l’enthousiasme. Il se comporte comme un monarque républicain certes dynamique mais triste. Triste aussi comme la plupart de ses ministres, de ses parlementaires ou de son parti en marche. Tous ont davantage des profils de notaires, de comptables ou d’huissiers plutôt que de manager des forces vives de la nation. Bref, la France n’a guère le moral et cela se retrouve dans les sondages concernant aussi bien le personnel politique que les Français eux-mêmes. Du coup partager même pendant une très courte période un moment d’enthousiasme, de fierté de rassemblement national sera toujours sera toujours ça de pris dans un paysage socio-économique d’une aussi morne grisaille. Bien entendu d’ici 15 jours comment en 98, la plus récente victoire du monde de l’équipe de France de foot, les réalités reprendront le pas. En attendant il faut goûter avec la plus grande gourmandise, c’est éphémère mouvement de joie partagée.

Comme la sécu, L’assurance-chômage dans le vert

Comme la sécu, L’assurance-chômage dans le vert

 

Pas de chance pour Macron qui voulait faire un coup de com. avec sa philosophie de bistrot : «  le social, ça coute un pognon dingue ». De quoi faire plaisir à tous les buveurs de pastis après 3 à 4 tournées. Or coup sur coup, on apprend que la sécu est pratiquement à l’équilibre (sur un budget de 500 milliards), idem  pour l’assurance chômage. Grâce aux réformes Macron ? Non simplement par effet mécanique entre la croissance et les rentrées fiscales qui permettent de rééquilibrer les comptes sociaux (et le budget général). Même sil faut evidemmenet réduire le dépenses inutiles et inefficaces, le gros des dépenses dépend de la conjoncture, donc de la croissance et pour la partie la plus importante de la consommation. Encore faudrait -ii ne pas tuer cette consommation assez atone depuis plusieurs mois avec des hausses de fiscalité au surplus inégalitaires.  L’assurance-chômage devrait donc atteindre le «quasi-équilibre» en 2019, puis engranger des excédents de 1,6 milliard d’euros en 2020 et de 3,6 milliards en 2021, selon les nouvelles projections financières pour 2018-2021 de l’organisme, publiées mercredi. On est loin des déficits abyssaux observés ces dernières années, qui dépassaient les 4 milliards d’euros en 2015 et 2016… Quant à la dette, qui reste la bête noire, selon les scénarios de l’Unedic, elle refluerait: elle devrait atteindre un maximum de 35 milliards d’euros en 2019 avant baisser à 29,8 milliards d’euros en 2021.  Cette amélioration des finances de l’assurance-chômage est avant tout conjoncturelle. La croissance économique devrait se maintenir et rester supérieure à 1,5 % jusqu’à 2021. L’Unedic table en outre sur une baisse du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) à 8,6 % en 2019, 8,1 % en 2020 et 7,7 % en 2021. Résultat des courses: le nombre de chômeurs indemnisés devrait ainsi baisser «de façon nette» de 1,9 % en 2019, de 2,7 % en 2020 et 3 % en 2021 et ainsi diminuer les dépenses d’allocations. Parallèlement, les recettes, constituées de cotisations sociales et de CSG, devraient logiquement augmenter grâce à cette reprise de l’emploi et de la masse salariale.

 

 

Accor Hôtels dans Air France-KLM

Accor Hôtels dans   Air France-KLM

 

Accor Hôtels pourrait prendre une participation dans Air France et renforcer ainsi les synergies entre les deux groupes de voyage ; ce pourrait être à l’occasion d’un désengagement de l’Etat de l’entreprise nationale ou tout simplement d’un rachat d’actions (dont les cours sont très bas)  non détenus par l ‘Etat. Ce pouraiat aussi être uen piste pour trouver un management plus stable et plus déterminé nécessaire à un group aérien toujours sur la ligne de crête et freiné dans sa politique de développement pas des syndicats de pilotes très corpos.  Accor Hôtels  s’est donc  déclaré   dimanche avoir repris des « réflexions » au sujet de « l’éventualité d’une prise de participation minoritaire » au capital d’Air France-KLM afin de « conforter un projet industriel de croissance ». Dans un communiqué, le groupe hôtelier affirme toutefois qu’il « n’existe aucune certitude sur le fait que ces initiatives donneront lieu à un quelconque accord ou une quelconque mise en œuvre ». Accor Hôtels rappelle avoir conduit à plusieurs reprises ces dernières années « des discussions avec Air France-KLM en vue de développer notamment des projets digitaux communs et une plate-forme commune de fidélisation et de services qui permettraient aux clients des deux groupes, leaders mondiaux du voyage, de bénéficier d’une offre enrichie de services autour de la mobilité à travers le monde ».

Création forte d’emplois dans le bio

Création forte d’emplois dans le bio

 

En 2017, on estime que les métiers de l’agriculture biologique comptent près de 134 500 emplois directs (les emplois dans les fermes bio et ceux liés aux activités de transformation et de distribution), soit 16 500 de plus qu’en 2016. Ce sont 49 200 emplois directs qui ont été créés depuis 2012, avec une croissance annuelle moyenne de +9,5 % depuis 5 ans. Alors que l’emploi agricole diminue à un rythme de -1,1 % en moyenne annuelle entre 2010 et 2015, l’emploi dans la production agricole biologique a progressé de 10 669 emplois en temps plein entre 2017 et 2016, soit +13,7 % : une performance. Les emplois des filières bio concernent de très nombreux secteurs et à tous les stades des filières. Les 134 500 emplois direct en équivalent temps plein comptabilisés en 2017 se répartissent ainsi : — 88 400 emplois directs dans les fermes en équivalent temps plein, soit +13,7 % par rapport à 2016 — 15 000 emplois directs en équivalent temps plein pour la transformation de produits bio y compris alimentation animale et boulangerie, soit +17 % vs 2016 — 28 900 emplois directs en équivalent temps plein pour la distribution de produits bio, soit + 13 % vs 2016 — 2 200 emplois en équivalent temps plein dans les activités de services conseil, recherche et formation, développement, services administratifs et contrôles spécifiques à la bio 1. Outre les bénéfices pour l’environnement et le bien-être animal, les filières bios apportent en effet une valeur ajoutée importante à la vie économique et sociale locale. Avec un marché dynamique, qui s’approvisionne à près de 69 % en France, lorsqu’un consommateur achète un produit bio, il soutient l’emploi en France. Dans le secteur bio, la part élevée de la transformation à la ferme, de la commercialisation en circuits courts ainsi que la prévalence plus forte des exploitations dédiées aux fruits, aux légumes et à la vigne augmentent le contenu en emploi moyen des exploitations. Ainsi, selon le recensement agricole de 2010, les fermes biologiques emploient en moyenne 2,41 UTA (Unité de Travail Annuel) au lieu de 1,52 UTA en conventionnel. Les fermes bios ont ainsi un contenu en emploi supérieur de 59 % par rapport au secteur conventionnel. (Source agence Bio)

Des traces de drogue dans les moules !

Des traces de drogue dans les moules !

Un phénomène trop connu, les drogues, médicaments  type opiacés ou autres suivent le chemin des toilettes, des égouts et des stations d’épuration pour se retrouver dans les moules et bien sûr bien d’autre éléments de la faune et de la flore. Ainsi d’après une info de BFM,  Des traces d’oxycodone, un puissant opiacé, ont été trouvées dans des moules récoltées près de Seattle. Les Etats-Unis connaissent depuis plusieurs années une crise des opiacés sans précédent. En 2016, une première étude gouvernementale a révélé qu’en trois ans, le nombre de morts d’une overdose de fentanyl ou de médicaments similaires, des antalgiques opioïdes, avait été multiplié par cinq. La situation est telle que les opiacés se retrouvent même dans les… fruits de mer, notamment dans des moules récoltées près de Seattle, dans l’Etat de Washington. En testant les mollusques de trois sites distincts, des scientifiques de l’université de Washington-Tacoma ont trouvé des traces d’oxycodone, un analgésique stupéfiant. C’est un des opiacés les plus utilisés aux Etats-Unis, note le site Quartz qui rapporte l’information. Rien de très étonnant à cela toutefois: les moules agissent comme des filtres et absorbent jusqu’à deux litres d’eau par jour, ce qui les conduit à ingérer toutes sortes de produits dans l’eau. Les scientifiques supposent que l’oxycodone s’est retrouvée dans les mollusques via les stations d’épuration de Seattle qui traitent les égouts. Si la concentration d’oxycodone était plusieurs milliers de fois inférieure à un taux dangereux pour les humains, et que les moules ne se trouvaient pas à un endroit où elles sont cultivées pour être consommées, la simple présence de l’opiacé interroge sur la santé de la faune et des poissons locaux, relève Quartz.

 

Taxation du numérique: toujours autant de divergences dans l’Union économique

Taxation du numérique: toujours autant de divergences dans l’Union économique

 

 

Le commissaire européen Pierre Moscovici appelle au compromis parce qu’actuellement il y a ceux qui sont opposée aux taxations des GAFA et autres  (et qui en profitent comme l’Irlande) et et ceux qui la réclament comme la France. En fait pour l’instant la discussion est bloquée. Moscovici  s’est déclaré vendredi « ouvert au compromis » avec les Etats membres de l’UE pour parvenir à un accord sur sa proposition de taxer les géants du numérique sur leur chiffre d’affaires. « Nous sommes ouverts à des compromis, mais il faut rentrer dans la logique du compromis », a déclaré le commissaire à la presse en marge d’une visite au salon Vivatech à Paris, appelant les Etats membres à ne pas attendre qu’une solution mondiale soit trouvée pour agir en Europe. « Je suis d’accord qu’il faille travailler dans le cadre de l’OCDE et dans celui du G20″, a-t-il expliqué. « Mais si nous attendons encore quelques années, nous allons nous retrouver avec un gruyère européen où un certain nombre d’Etats membres auront mis en place leurs propres taxes, pendant que d’autres continueront à développer des pratiques d’attractivité qui creuseront encore le fossé au sein du marché intérieur », a-t-il prévenu.

Encore une tuerie personnes dans un lycée du Texas

Encore une tuerie personnes dans un lycée du Texas

Encore une  tuerie qui contredit la philosophie de Trump sur les armes ; Trump avait même eu le mauvais goût d’affirmer que les crimes du Bataclan en France n’aurait pas eu lieu si les armes étaient autorisées comme aux Etats –Unis. Du coup sa réaction après la nouvelle tuerie dans un lycée américain parait assez molle et ambigüe :

“Mon administration est déterminée à faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger nos élèves, sécuriser nos écoles et empêcher que les armes tombent entre les mains de ceux qui représentent un danger pour eux-mêmes et pour les autres”, a dit le président américain à la Maison blanche. Un élève armé en effet a tué dix personnes, dont plusieurs de ses camarades, lors d’une fusillade dans un lycée de Santa Fe au Texas vendredi matin, a indiqué le gouverneur de l’Etat, Greg Abbott. Cette nouvelle attaque est la dernière en date d’une série de fusillades commises dans différents établissements scolaires des Etats-Unis. La précédente, le 14 février, avait coûté la vie à 17 adolescents et éducateurs dans un lycée de Parkland en Floride en février et avait provoqué une vague de contestations demandant un contrôle des ventes d’armes dans le pays.

Japon : croissance dans le rouge

Japon : croissance dans le rouge

Le recul de 0.2 % du PIB au premier trimestre  intervient alors que le rythme de croissance s’était essoufflé au fil des trimestres, avec une hausse de 0,7% début 2017, puis de 0,5% aux deuxième et troisième trimestres et enfin de seulement 0,1% en fin d’année (contre une estimation précédente de 0,4%). Ce repli s’explique principalement par une consommation des ménages qui a stagné, des investissements des entreprises en petite baisse (-0,1%) et une chute dans l’immobilier résidentiel. Le commerce extérieur a en revanche apporté une contribution positive grâce à de vigoureuses exportations (+0,6%). Les économistes prévoient cependant un rebond de la troisième économie du monde sur le reste de l’année. . En rythme annualisé, le PIB ressort en déclin de 0,6%.

Allemagne : hausse des salaires de 6% dans le BTP allemand du BTP

Allemagne : hausse des salaires de 6% dans le BTP allemand du BTP

Un accord salarial prévoyant une augmentation de près de 6% de la rémunération des quelque 800.000 00 000 salariés concernés par les résultats de la négociation  entre syndicats et patrons qui prévoit uen hausse de 6% des salaires.  D’après le syndicat IG Bau, il prévoit une hausse des salaires de 5,7% dans les Länder de l’Ouest allemand et un coup de pouce supplémentaire, à 6,6%, dans les Länder de l’ex-Allemagne de l’Ouest. Le texte signé samedi accorde aussi trois primes exceptionnelles pour les ouvriers du BTP à l’Ouest (250 euros en novembre 2018, 600 euros en juin 2019 et 250 euros en novembre 2019). Pour les employés du secteur à l’Est, une prime unique de 250 euros est prévue pour novembre 2019. “C’est l’accord salarial le plus élevé conclu cette année dans notre pays”, s’est réjoui le président d’IG Bau, Robert Feiger, se félicitant que les travailleurs allemands bénéficient d’une part équitable du rebond de la première économie européenne. L’Allemagne, dont le PIB a gagné 2,2% l’an dernier, en est à sa neuvième année consécutive de croissance économique.

Réduire la corruption dans le monde (FMI)

Réduire la corruption dans le monde (FMI)

La France est concernée par l’objectif visant à réduire la corruption dans le monde. Une action générale que veut mener le FMI en raison des détournements de recettes fiscales et des freins au développement surtout dans certain pays peu développés.  Pour cela,  Le FMI a annoncé dimanche l’adoption d’un nouveau cadre réglementaire destiné à évaluer de manière « plus systématique » la corruption dans ses 189 pays membres, soulignant qu’elle mine la croissance, les investissements et les recettes fiscales. « Nous savons que la corruption affecte les pauvres (…), sape la confiance dans les institutions », a commenté la directrice générale du FMI Christine Lagarde. « L’accent est mis sur la gouvernance de façon globale, et pas seulement sur la corruption », a expliqué le FMI. Car « les faiblesses de gouvernance (…) ouvrent généralement des portes à la corruption », a-t-il ajouté. L’institution de Washington a par ailleurs souligné que la lutte contre la corruption ne devait pas se limiter à envoyer les coupables en prison pour être efficace. « Sa viabilité sur le long terme passe par des réformes réglementaires et institutionnelles de grande ampleur pour améliorer la transparence et la responsabilisation ». Pour la  France, C’est un peu mieux mais il reste du chemin à parcourir estime D’après l’ONG,  Transparency International,  La France se classe 23e mondiale dans l’indice de perception de la corruption établi par l’ONG, « dans la moyenne des pays de l’UE ». Un classement dominé par la Nouvelle-Zélande et les pays d’Europe du Nord. En cause le fait que la France notamment est un grand pays exportateurs d’armes et de BTP. Justement, le FMI entend s’attaquer également aux acteurs privés que ce soit les entreprises privées qui se livrent à des pratiques de corruption ou qui contribuent au blanchiment d’argent. Pour ce faire, il encourage les pays membres « à se prêter volontairement à une évaluation de leurs dispositifs juridiques et institutionnels » dans le cadre des missions annuelles de surveillance du FMI. « Il s’agira de déterminer s’ils criminalisent et jugent le versement de pots-de-vin à des fonctionnaires étrangers, et s’ils disposent de mécanismes adéquats pour éradiquer le blanchiment et la dissimulation d’argent sale », précise le Fonds.

 

Retour des emplois « francs » dans les quartiers en difficultés

Retour des  emplois « francs » dans les quartiers en difficultés

 

 

 

Il s’agit de relancer l’expérience qui vise à encourager l’embauche par les entreprises de jeunes de quartiers en difficultés. En fait une expérience qui risque encore d’échouer car la vraie question est celle de la formation des intéressés.

« Cette proposition n’est que la répétition d’une mesure qui a été déjà mise en place et expérimentée, et qui a échoué. » « Nous nous sommes vite aperçus que ce dispositif ne concernait que les jeunes qui n’avaient aucun mal à trouver un emploi par leurs propres moyens, explique François Lamy, ministre délégué à la ville entre 2012 et 2014. Sur le fond, il ne résolvait rien du vrai problème des jeunes des quartiers : le manque de formation et l’absence de réseau. » Retour des emplois francs en banlieue  Le nouveau système de prime pour les entreprises embauchant les habitants des quartiers prioritaires, « n’a rien à voir » avec celui qui a échoué, assure le député LREM Matthieu Orphelin, qui milite depuis l’été dernier pour l’introduction de cette mesure, votée à l’automne lors de l’examen du budget.

Mais son lancement intervient à un moment où les banlieues et quartiers populaires donnent de la voix, se sentant délaissés au profit des villes ou du monde rural. Ainsi, Stéphane Gatignon, maire de Sevran (Seine-Saint-Denis) qui avait soutenu Emmanuel Macron en 2017, vient de démissionner de son mandat avec fracas, déplorant la « vision lointaine » et le « mépris » des gouvernants envers des territoires touchés par la pauvreté et le chômage.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud s’est émue récemment des disparités existant entre les territoires, avec des écarts de taux de chômage allant du « simple au triple » en France. Un rapport de Jean-Louis Borloo, ex-ministre de la Ville, est attendu en avril.

Ces nouveaux « emplois francs » vont contribuer à « réduire le chômage de masse dans les quartiers » veut croire Matthieu Orphelin, en insistant sur les critères retenus, bien différents des précédents. Dans l’ancien dispositif,, seuls 250 contrats avaient été signés entre 2013 et 2014 sur un objectif initialement prévu de 10.000 sur trois ans, contraignant le gouvernement à arrêter les frais.

 

12345...23



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol