Archive pour le Tag 'dans'

Coronavirus : 2 millions de morts dans le monde

Coronavirus : 2 millions de morts dans le monde

 

2 millions demeurent comptabilisés vendredi, selon un décompte de Reuters, mais le pire pourrait encore être avenir avec la diffusion très rapide des nouveaux variants.

D’ici le 1er avril, le nombre de morts dans le monde pourrait approcher 2,9 millions, selon une prévision de l’Institute for Health Metrics and Evaluation.

Compte tenu de la vitesse à laquelle le virus se propage en raison de variantes plus infectieuses, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le pire pourrait être à venir.

«Nous entrons dans une deuxième année de cela. Cela pourrait même être plus difficile compte tenu de la dynamique de transmission et de certains des problèmes que nous constatons », a déclaré Mike Ryan, le plus haut responsable des urgences de l’OMS, lors d’un événement mercredi.

Les États-Unis ont le plus grand nombre total de décès avec plus de 386 000 et représentent un décès sur quatre signalé dans le monde chaque jour. Les autres pays les plus touchés sont le Brésil, l’Inde, le Mexique et le Royaume-Uni. Ensemble, les cinq pays contribuent à près de 50% de tous les décès dus au COVID-19 dans le monde mais ne représentent que 27% de la population mondiale.

L’Europe, la région la plus touchée au monde, a signalé jusqu’à présent plus de 615 000 décès et représente près de 31% de tous les décès liés au COVID dans le monde.

En Inde, qui a récemment dépassé 151 000 décès, les vaccinations devraient commencer samedi dans un effort que les autorités espèrent voir 300 millions de personnes à haut risque vaccinées au cours des six à huit prochains mois.

Référendum environnement dans la constitution : une manœuvre politicienne

Référendum environnement dans la constitution : une manœuvre politicienne

 

.

Face au piètre bilan de Macron en matière environnementale, on se prépare à lancer une immense manœuvre politicienne pour inclure le mot environnement dans la constitution. Notons que les préoccupations environnementales figurent déjà dans le dispositif constitutionnel (charte de 2005). En fait il s’agit de faire plaisir au écolo bobo et aussi à la rebelle convention dite citoyenne mécontente qu’on ait déformé la plupart de ses propositions

 

Il s’agit évidemment d’un énorme piège démocratique avec une question à laquelle on ne peut répondre théoriquement que oui. Un peu comme si on demandait aux Français s’ils souhaitent le plus souvent possible du beau temps ! L’affaire pourrait cependant se retourner contre Macron tellement la ficelle est grosse

 

C’est une partie d’échec que devrait se livrer la majorité et la droite sénatoriale avec, comme facteur déterminant, la gestion du temps. Pour une révision constitutionnelle, les débats se font sans limite de temps et d’amendements. De quoi alourdir un agenda parlementaire déjà bien rempli jusqu’à l’été?

 

L’autre point de crispation porte évidemment sur le timing d’un tel référendum. « Un scrutin à ce moment-là sera-t-il bienvenu, avec une crise sanitaire qui pourrait se prolonger et à six mois d’une échéance présidentielle? Je ne suis pas certain que ce soit le moment le plus apaisé pour débattre », euphémise François-Noël Buffet. Le sénateur du Rhône conteste vouloir entrer dans un jeu politique : « Ce n’est pas un hochet ; cette réforme ne doit pas servir d’alibi ». Comprenez : favoriser l’intérêt personnel d’Emmanuel Macron, peu avant une probable candidature à un second mandat. Un cadeau que ne semble pas prêt à lui faire la droite, quitte à devoir assumer l’échec du processus de révision de la Constitution.

Sebastien Lecornu, le ministre pris la main dans le sac ?

Sebastien Lecornu, le ministre pris la main dans le sac ?

Sébastien Lecornu est soupçonné d’avoir favorisé les intérêts de la Société des autoroutes Paris Normandie (SAPN) lorsqu’il était président du conseil départemental de l’Eure.

Selon Libération, dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), le ministre dit avoir touché, 7.874 euros brut de « jetons de présence » en tant qu’administrateur de la SAPN (autoroutes Paris Normandie) entre juillet 2016 et juin 2017.

Il était alors président du département de l’Eure et aurait approuvé plusieurs délibérations de la collectivité ayant trait à la SAPN, selon le Canard enchaîné et Libération.

D’après le cabinet du ministre, le mandat exercé par Sébastien Lecornu l’a été « façon totalement transparente ».

« Sébastien Lecornu a tout simplement poursuivi une pratique historique ( ben voyons), à la suite de son élection, en siégeant pendant un an au sein du conseil de la SAPN », écrit-il dans un communiqué repris par la presse.

Salaire : pour une hausse de 15 % dans le secteur médical (CFDT)

Salaire : pour une hausse de 15 % dans le secteur médical (CFDT)

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, constate :

 

« que les fiches de paie des femmes dans le secteur médico-social sont inférieures à la moyenne de plus de 25 %» et «leurs conditions de travail et d’emploi sont marquées par un fort recours au temps partiel et aux contrats précaires, une sinistralité élevée, un taux important d’arrêts de travail et une absence de reconnaissance de la pénibilité de leurs emplois».

 

Il appelle dans une tribune publiée par le JDD à une hausse immédiate de 15% des salaires dans le secteur social et médico-social, où les salariés sont «aux trois quarts des femmes» qui devraient être «LA grande cause du quinquennat», à ses yeux.

La pente glissante antidémocratique dans le monde

La pente glissante antidémocratique dans le monde

 Un éditorial du « Monde » souligne les dangers de la pente glissante antidémocratique au plan international (extrait)

 

Pour la présidente du Rassemblement national, appeler quelques milliers de manifestants aguerris à marcher sur le Capitole après les avoir chauffés à blanc pendant une heure pour empêcher les parlementaires de certifier les résultats d’une élection qui leur a été « volée » ne prêterait donc pas à conséquence. Même lorsque celui qui a lancé cet appel est président des Etats-Unis depuis quatre ans et a montré qu’il savait parfaitement jouer du pouvoir d’intimidation des milices d’extrême droite. Et même lorsqu’il attend plus de deux heures, une fois que les manifestants ont pris d’assaut le Capitole, pour leur demander de s’en retirer.

Marine Le Pen mesure-t-elle la portée de ses propos ? En trouvant cette excuse à Donald Trump, elle légitime une manœuvre qui a abouti à la suspension du processus démocratique pendant plusieurs heures. Elle-même n’a reconnu l’élection de Joe Biden que jeudi 7 janvier, une fois que le Congrès avait certifié les résultats, soit deux mois après le scrutin. Même Vladimir Poutine l’a précédée.

La tentative d’insurrection dirigée depuis la Maison Blanche est une leçon pour toutes les démocraties, en particulier celles de nos pays européens ; la réaction de Mme Le Pen ne la rend que plus claire. L’expérience prouve désormais que l’ambiguïté, les accommodements que l’on peut trouver face aux comportements antidémocratiques de dirigeants élus sont une pente glissante sur laquelle il est dangereux de s’engager.

« Les mots des présidents, a relevé le président élu Joe Biden, ont un sens : ils peuvent inspirer, mais ils peuvent aussi inciter. » On a sans doute, aux Etats-Unis et ailleurs, sous-estimé la dérive de Donald Trump, la force de son verbe, la puissance de sa démagogie, les distances qu’il prenait avec l’Etat de droit. Les excès de ce président d’un nouveau type, pensait-on, seraient balisés par les institutions démocratiques, dont la solidité était à toute épreuve.

Ils ne l’ont pas été. Cette leçon vaut pour tous les dirigeants de démocraties qui flirtent avec le populisme ou dévoient l’Etat de droit. Certains viennent de le comprendre. Boris Johnson, le premier ministre britannique, a condamné jeudi, avec vigueur, le comportement de Donald Trump, autrefois frère d’armes du Brexit.

Le premier ministre tchèque, Andrej Babis, a sagement remisé depuis jeudi sa casquette rouge, copie du couvre-chef « Make America Great Again » des trumpistes, sur son profil Twitter, au profit d’un masque anti-Covid.

Le premier ministre slovène, Janez Jansa, qui, rompant l’unité européenne, avait félicité Donald Trump pour sa réélection alors qu’il était battu, s’est fait moins enthousiaste, même s’il ne laisse pas planer de mystères sur ses sympathies dans le choix de ses Retweet.

Peut-on s’accommoder du dévoiement insidieux de la démocratie dans certains pays de l’Union européenne ? A la lumière de ce qui s’est passé à Washington, la question prend une acuité nouvelle. Elle doit notamment être posée aux partis soucieux de la démocratie qui, à l’image de la CDU de la chancelière Angela Merkel et du parti Les Républicains, continuent d’accorder la protection du groupe parlementaire européen PPE au parti du premier ministre hongrois Viktor Orban, suspendu mais pas exclu. A ce jour, M. Orban n’a pas condamné les événements de Washington.

Convention vaccinale : 35 citoyens choisis au hasard….. dans les bistrots ?

Convention vaccinale : 35 citoyens choisis au hasard….. dans les bistrots ?

 

 

Il est clair que le président de la république décide de tout concernant la stratégie sanitaire depuis qu’il a installé un comité de défense qui met sous le boisseau toutes les institutions représentatives y compris le Parlement.

Du coup pour se rattraper, Macron tente de donner l’illusion que la population est associée. Ainsi 35 citoyens seront tirés au sort pour décider en tout cas être associés à la stratégie vaccinale ; par ailleurs une stratégie vaccinale déjà décidée!

 On se souvient du ridicule déjà de la convention citoyenne sur le climat véritable auberge espagnole où tout a été proposé et pas grand-chose retenu, heureusement d’ailleurs tellement c’était contradictoire.

Concernant la crise sanitaire, on peut se demander de quelle compétence peuvent se prévaloir des citoyens choisis au hasard. La vaccination exige en effet la maîtrise de la problématique. Pourquoi pas aussi confier à des citoyens choisis au hasard dans des bistrots des questions aussi complexes que le développement de l’ordinateur quantique ou des perspectives de l’hydrogène. Bref de la pure communication!  

 

Vaccins Coronavirus: dans l’attente du Moderna et des autres

Vaccins Coronavirus: dans l’attente du Moderna et des autres

L’Europe compte beaucoup sur le vaccin Moderna (et d’autres)  d’un emploi moins complexe que ceux qui exigent une logistique complexe en matière de température. Pour l’instant l’agence européenne du médicament n’a pas encore autorisé le vaccin Moderna, la décision pourrait être prise éventuellement mercredi. Un premier examen lundi n’a pas permis à l’Europe d’homologuer encore ce vaccin. Par contre les perspectives du vaccin Sanofi soutenu notamment par la France ne sont guère envisageables avant le second semestre 2020.

Les prix des vaccins évoluent de moins de deux dollars pour l’instant à 18 $. 1,78€ pour le vaccin du duo Oxford et AstraZeneca ,7,56€ pour celui que devraient sortir en 2021 le Français Sanofi et GSK, 8,50€ pour Johnson & Johnson, 10€ pour le vaccin CureVac, 12€ pour Pfizer/BioNTech et enfin 18$ pour le produit des américains de Moderna, qui devrait être le deuxième sur le marché.

Brexit : l’Écosse veut rester dans l’UE et veut son indépendance

Brexit : l’Écosse veut rester dans l’UE et veut son indépendance

 

 

 

L’apprenti sorcier Boris Johnson a très sous-estimé les difficultés économiques et politiques avec les deux autres pays mais aussi les difficultés internes. Ainsi l’Écosse refuse de quitter l’union européenne et souhaite maintenant son indépendance. Cette prise de liberté pourrait ensuite être suivie par l’Irlande du Nord et le pays de Galles. Bref la Grande-Bretagne se ratatine.

 

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a dit samedi espérer que l’Écosse gagne son indépendance et puisse « rejoindre » l’Union européenne, soulignant que le Brexit s’était fait contre la volonté des Écossais, qui s’y étaient majoritairement opposés lors du référendum de 2016.

 

« Nous subissons maintenant un Brexit dur contre notre volonté, au pire moment possible, au milieu d’une pandémie et d’une récession économique », a déploré Nicola Sturgeon sur le site internet de son parti indépendantiste, le SNP, deux jours après la sortie du Royaume-Uni du marché unique et de l’union douanière.

Elle a de nouveau exprimé sa détermination à organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse, après celui perdu par son camp en 2014, lorsque 55% des Écossais avaient dit « non » à l’indépendance.

Selon le dernier sondage mené par l’institut Savanta ComRes pour le journal The Scotsman, mi-décembre, 58% des Écossais soutiennent désormais une rupture avec le Royaume-Uni, du jamais vu.

Confinement dès 18h00 dans 15 départements

Confinement dès  18h00 dans 15 départements

15 départements sont concernés par le couvre-feu, nouvelle forme de confinement à partir de 18 heures au lieu de 20 heures pour les autres. Les départements concernés de l’Est de la France sont les suivants :

Grand Est:

08 Ardennes

51 Marne

52 Haute-Marne

54 Meurthe-et-Moselle

55 Meuse

57 Moselle

88 Vosges

Bourgogne Franche Comté:

25 Doubs

39 Jura

58 Nièvre

70 Haute-Saône

71 Saône-et-Loire

90 Territoire de Belfort

Provence-Alpes-Côte d’Azur:

05 Hautes-Alpes

06 Alpes-Maritimes

Une liste qui pourrait d’ailleurs s’allonger en fonction de la propagation du virus notamment du virus mutant en provenance du Royaume-Uni.

Par ailleurs aucune des activités aujourd’hui bloquées ne sera autorisé à partir du 7 janvier. En fonction de la hausse des contaminations on pourrait même prendre des mesures encore plus restrictives y compris vis-à-vis des écoles.

“Il ne sera pas possible de rouvrir les établissements culturels le 7 janvier parce que le virus circule encore très fortement dans notre pays”, a déclaré le ministre de la santé.

La France a enregistré jeudi 19.927 nouvelles contaminations par le COVID-19, qui a fait 64.632 morts dans le pays.

Grippe aviaire : la contamination s’étend dans le Sud-Ouest

Grippe aviaire : la contamination s’étend dans le Sud-Ouest

 

Face à la résurgence de la grippe aviaire, les autorités ont ordonné l’abattage préventif de volailles d’élevage dans une centaine de communes, principalement des Landes mais aussi des Pyrénées-Atlantiques, afin de maîtriser la propagation. Un précédent arrêté, en date du 23 décembre, avait déjà ordonné un abattage préventif dans 11 communes des Landes. 40.000 canards avaient ainsi dû être abattus.

 

Un « abattage préventif est ordonné en vue d’accélérer la maîtrise de l’épizootie », indique l’arrêté. Le texte met notamment en avant « la forte densité d’élevages de volailles dans le département des Landes ».

Les exploitants attendent désormais de connaître les modalités de leur indemnisation.

 

Coronavirus : le couvre-feu avancé à 18 heures dans 20 départements

Coronavirus : le couvre-feu avancé à 18 heures dans 20 départements

Lors du Conseil de défense consacré à la crise sanitaire mardi matin, Emmanuel Macron a décidé qu’il n’y aurait pas de reconfinement général nouveau. Par contre il est clairement envisagé de porter le couvre-feu de 20 heures à 18 heures dans une vingtaine de départements de l’Est de la France.

 

Le gouvernement attend désormais de voir comment se déroule la soirée du 31 décembre. Au sommet de l’État, la principale inquiétude porte sur un relâchement des comportements à l’occasion du réveillon. Avec à la clé le risque de voir l’épidémie repartir bien plus fortement que prévu. Cela sans oublier l’impact de la météo avec la vague de froid qui déferle sur le pays et favorise la diffusion du virus. «Il est encore un peu tôt pour mesurer tout cela», glisse un conseiller aux premières loges de la crise.

Au final, c’est donc la «solution d’attente» évoquée par Olivier Véran qui l’a emporté. Le ministre de la Santé l’avait défendue auprès du maire de Nancy, Mathieu Klein. Face à l’embrasement de l’épidémie dans sa région, ce dernier avait demandé au ministre de la Santé de reconfiner localement dans sa région.

 

À la différence de la première vague où ils dénonçaient les décisions prises à Paris et imposées «sans concertation sur les territoires», ce sont cette fois les élus locaux qui mettent l’exécutif sous pression pour reconfiner, au moins localement.

Covid : le grand laxisme dans les aéroports et les gares

Covid : le grand laxisme dans les aéroports et les gares

Force est de constater que les contrôles sont insignifiants dans les aéroports et les gares pour les passagers en provenance de l’étranger. Dans les aéroports, les voyageurs en provenance de l’Union Européenne et de quelques autres pays comme la Suisse ou la Norvège sont exemptés de tout contrôle.

 

Même chose pour la SNCF vis-à-vis des liaisons internationales. De la même façon, les passagers venant de sept pays où la circulation du virus est faible, comme l’Australie, le Japon ou la Nouvelle-Zélande, n’ont ni contrôle, ni test.

 

Le problème c’est que des pays comme le Japon par exemple une très forte hausse des contaminations et que la liste rouge est sans doute obsolète.

 

À l’inverse, l’Italie et l’Espagne exigent par exemple des tests négatifs de moins de 72 heures pour tous les voyageurs, y compris venant de l’Union européenne. Et l’Allemagne impose une quarantaine de dix jours à tous les voyageurs provenant de pays «à risque», dont la France.

Macron : président ou commentateur dans les médias

  • Macron : président ou commentateur dans les médias

Une nouvelle fois,  le président est le champion des personnalités les plus médiatisées il dépasse par exemple les footballeurs MBappé et Neymar. Pas étonnant puisqu’il occupe régulièrement la petite lucarne non seulement pour exercer le rôle de président, mais aussi ceux  le Premier ministre, de ministre, de directeur d’administration enfin celui de journaliste commentateur.

Chaque jour pratiquement,  le président s’offre une sortie médiatique. Sa principale occupation consiste à commenter l’actualité comme un journaliste. Ainsi hier encore au fort de Brégançon où il se repose il n’a pu s’empêcher de faire un laïus à propos de ces français gaulois qui refusent la réforme. Et d’affirmer que seule une minorité- dont lui évidemment- sont pour des changements profonds. Un commentaire qui n’apporte strictement rien et qui se contente de reporter la responsabilité sur d’autres. Une espèce de bla-bla pseudo intellectuel typique de l’ENA qui consiste à parler, parler toujours,  pour ne rien dire. Dans ce palmarès des personnalités toutes activités confondues Angela Merkel occupe seulement la place de 15e. Il faut reconnaître que Merkel préfère l’action discrète et responsable aux propos verbeux, confus voire provocateur de Macon.

Le classement des politiques ressemble au classement général (Macon, Trump, Philippe, Véran) tant les décideurs ont été présents dans l’actualité cette année. Dans l’ensemble, l’attention des médias s’est assez nettement recentrée sur des personnalités politiques françaises (69%, en hausse de 8 points sur un an). Les ministres de la Santé (Olivier Véran), de l’Economie (Bruno Le Maire), de l’Education nationale (Jean-Michel Blanquer) progressent. De même que celui de l’Intérieur Gérald Darmanin, très présent dernièrement dans le cadre des débats sur la loi « sécurité globale » et son article 24.

Grippe aviaire : cinquième contamination dans les Landes

Grippe aviaire : cinquième contamination dans les Landes

Un cinquième élevage des Landes pourrait avoir été contaminé par le virus H5N8 à Sort-en-Chalosse, dans les Landes. Les prélèvement ont été réalisés samedi soir. Par précaution, les canards ont déjà été abattus avant l’annonce des résultats.

 

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Joe Biden a promis de revoir l’accord sur le nucléaire iranien dans les six mois. Un accord non respecté d’une part par l’Iran, d’autre part dans les États-Unis qui se sont retirés depuis 2015. L’Iran semble mieux disposé vis-à-vis de Biden que vis-à-vis de son prédécesseur. Les dirigeants du pays se sont félicités de la défaite de TRUMP , ce qui semble une sorte d’appel du pied à Biden.

 

L’Iran est dans une situation économique et sociale régulièrement dramatique du fait notamment des sanctions américaines. À cela s’ajoute une situation sanitaire particulièrement grave. En attendant,  la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, le groupe E3 qui pendant quatre ans a porté à bout de bras le JCPOA pour le maintenir en vie malgré les coups portés par Washington et Téhéran, ont décidé de se réunir lundi au niveau ministériel. Parfois, les succès diplomatiques sont affaire de résistance.

Téléphone fixe- câble : un abandon total dans les territoires ruraux

Téléphone fixe- câble : un abandon total dans les territoires ruraux

Alors qu’on promet partout le câble, les territoires ruraux devront encore se satisfaire du vieux réseau cuivre souvent suspendu aux branches des arbres ou traînant par terre. Théoriquement les territoires ruraux devraient être essentiellement desservis pour le câble par voie aérienne. On se demande comment puisque souvent c’est la ligne qui soutient les poteaux.

200 élus ruraux dénoncent donc l’abandon total du réseau de téléphone fixe. Le constat est en effet assez lamentable puisque souvent les fils traînent par terre et soutiennent des poteaux brisés. Normalement l’entretien incombe à Orange qui néglige totalement le téléphone fixe des zones rurales. En fait,  Orange compte, substituer le câble au réseau cuivre. Le problème, c’est que cette substitution totale n’interviendra pas au moins avant 2030 et en attendant les zones concernées risquent d’accéder de moins en moins facilement aussi bien au téléphone fixe qu’à Internet.

 

Dans son plan stratégique 2025, le groupe Orange prévoit que le réseau «cuivre» pour la téléphonie fixe sera complètement remplacé par un réseau fibre optique en 2030. Une convention signée entre l’Etat et Orange en 2017 et arrivée à échéance doit laisser sa place à une nouvelle «qui prévoit un accès au haut débit internet en plus de la téléphonie fixe». Le problème est quand ?

Téléphone fixe- cable : un abandon total dans les territoires ruraux

Téléphone fixe- cable : un abandon total dans les territoires ruraux

Alors qu’on promet partout le câble, les territoires ruraux devront encore se satisfaire du vieux réseau cuivre souvent suspendu aux branches des arbres ou traînant par terre. Théoriquement les territoires ruraux devraient être essentiellement desservis pour le câble par voie aérienne. On se demande comment puisque souvent c’est la ligne qui soutient les poteaux.

200 élus ruraux dénoncent donc l’abandon total du réseau de téléphone fixe. Le constat est en effet assez lamentable puisque souvent les fils traînent par terre et soutiennent des poteaux brisés. Normalement l’entretien incombe à Orange qui néglige totalement le téléphone fixe des zones rurales. En fait,  Orange compte, substituer le câble au réseau cuivre. Le problème, c’est que cette substitution totale n’interviendra pas au moins avant 2030 et en attendant les zones concernées risquent d’accéder de moins en moins facilement aussi bien au téléphone fixe qu’à Internet.

 

Dans son plan stratégique 2025, le groupe Orange prévoit que le réseau «cuivre» pour la téléphonie fixe sera complètement remplacé par un réseau fibre optique en 2030. Une convention signée entre l’Etat et Orange en 2017 et arrivée à échéance doit laisser sa place à une nouvelle «qui prévoit un accès au haut débit internet en plus de la téléphonie fixe». Le problème est quand ?

 

Du poulet artificiel dans un restaurant !

Du poulet artificiel dans un restaurant !

Pour la première fois poulet artificiel a été servi dans un restaurant de Singapour. L’objectif environnemental serait de réduire l’empreinte carbone de la consommation de viande dans le monde. Bref la chimie industrielle au service d’une cause écologique à la fois discutable et évidemment dangereuse quand on sait ce que les industriels de l’industrie alimentaire sont capables d’incorporer dans leurs produits. Observons que les écolos bobos sont très discrets sur les effets de cette chimie alimentaire.

Eat Just, qui travaille sur ce projet de viande de laboratoire cultivée à partir de cellules animales, a annoncé que ses morceaux de poulet avaient été autorisés à la vente par l’agence de sécurité alimentaire de la cité-Etat d’Asie du Sud-Est. Il s’agit « d’une avancée pour l’industrie alimentaire mondiale », a-t-elle souligné dans un communiqué reçu mercredi, alors que de nombreuses sociétés cherchent des moyens de produire de la viande avec un impact moindre sur l’environnement.

. Eat Just précise avoir produit plus de 20 lots de viande de poulet artificielle dans des bioréacteurs de 1 200 litres avant de soumettre sa production à des tests de qualité et de sécurité. La consommation de viande mondiale devrait augmenter de 70 % d’ici 2050, et la viande artificielle pourrait bientôt répondre à une partie de la demande, selon la start-up .

« En collaborant avec le secteur agricole dans son ensemble et des politiques visionnaires, des compagnies comme la nôtre peuvent aider à répondre à la demande en hausse pour les protéines animales d’une population qui atteindra 9,7 milliards d’ici 2050 », selon Josh Tetrick. Singapour encourage la croissance de start-up développant de nouvelles technologies agricoles et alimentaires, allant de la création de « fruits de mer » cultivés en laboratoire à des raviolis dans lesquels des fruits tropicaux remplacent le porc.

À quand le recyclage des ordures ménagères ou des vieux pneus remplacer la viande hachée des McDo ?

 

Brexit: un accord dans les dernières secondes ?

Brexit: un accord dans les dernières secondes ?

 

La partie de poker continue entre l’Union européenne et Boris Johnson. Le Royaume-Uni prévoit plutôt une rupture tandis que l’union européenne donne encore une chance aux négociations sans doute pour ne pas porter le chapeau d’une éventuelle rupture.  Boris Johnson compte en fait sur l’appui de l’Allemagne pour aboutir à un accord qui serait très favorable au Royaume-Uni. La France au contraire bloque notamment par rapport à la question de la pêche. “Il y a une chance de parvenir à un accord mais la voie est très étroite”, a indiqué le négociateur européen, Michel Barnier, soulignant que la question des quotas de pêche et de l’accès aux eaux britanniques restait l’une principales difficultés.

“A cette heure, je ne peux dire quelle sera l’issue des discussions”, a-t-il reconnu, indiquant que les Européens devaient se préparer à tous les scénarios.

Selon une source britannique, les discussions vont se poursuivre samedi.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait savoir jeudi soir à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen qu’il considérait qu’un “no deal” était “très probable”, à moins que l’Union change d’attitude.

Ursula von der Leyen a quant à elle fait état de progrès importants, tout en reconnaissant que les divergences persistaient, notamment sur la question de la pêche.

Si Michel Barnier continue d’affirmer que les deux camps continuent à négocier d’arrache pied, il a rappelé vendredi qu’il n’était pas question d’approuver un texte qui serait défavorable à un marché commun fort de 450 millions de consommateurs.

L’Union doit être en mesure d’instaurer des barrières douanières si les Britanniques refusent d’adapter leur législation aux normes européennes, a-t-il rappelé.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l’UE en janvier dernier mais une période de transition, pendant laquelle les règles européennes continuent à s’appliquer, court jusqu’au 31 décembre. Une date symbolique mais qu’on pourrait éventuellement encore repousser afin que qu’aucune des parties ne perde la face. Bref, la partie de poker continue.

Crédit immobilier : un peu de mou dans les conditions d’accès

Crédit immobilier : un peu de mou dans les conditions d’accès

 

La durée maximum d’endettement passerait désormais de 25 à 27 ans, et le taux maximum d’endettement serait porté à 35% contre 33% précédemment. En revanche, ces règles qui n’étaient jusqu’alors que des recommandations devraient désormais être suivies obligatoirement par les banques. Concernant le volume de dérogation à ces règles (la marge d’appréciation laissée aux banques), il passera de 15% à 20% de l’ensemble

cet assouplissement devrait satisfaire les professionnels de l’immobilier, qui n’ont cessé ces derniers mois de mettre la pression sur les responsables pour les enjoindre de revoir leur copie, les règles bridant selon eux le secteur immobilier.

12345...39



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol