Archive pour le Tag 'milliards'

Croissance États-Unis : Biden lance un plan de 1900 milliards

Croissance États-Unis : Biden lance un plan de 1900 milliards

 

Après le plan de relance de décembre laborieusement élaboré par les démocrates et les républicains, Biden lance un énorme plan de soutien économique et social de 1900 milliards. L’idée est de soutenir de façon ciblée les secteurs économiques mais aussi le pouvoir d’achat des consommateurs les moins favorisés. Exemple le montant de la prestation hebdomadaire supplémentaire pour les chômeurs qui passent de 300 à 400 $. Depuis le début de la pandémie les États-Unis auront donc apporté une aide de 5200 milliards à l’économie soit très grossièrement le double du plan français ramené à des populations comparables.

Le programme d’aide comprend 415 milliards de dollars pour renforcer la réponse au virus et le déploiement des vaccins COVID-19, quelque 1000 milliards de dollars d’aide directe aux ménages et environ 440 milliards de dollars pour les petites entreprises et les communautés particulièrement touchées par la pandémie.

Les chèques de paiement de stimulation seraient émis pour 1 400 $ – en plus des chèques de 600 $ livrés par la dernière loi de relance du Congrès.

Il consacrerait également 170 milliards de dollars à la réouverture des écoles, dont la fermeture dans de nombreuses régions du pays a contraint des millions de travailleurs, en particulier des femmes, à quitter leur emploi.

Les nouvelles dépenses interviennent à un moment critique pour la plus grande économie du monde. Une résurgence hivernale du COVID-19 a fait basculer un marché du travail partiellement rétabli le mois dernier, les employeurs ayant supprimé 140000 emplois, en particulier les postes à faible revenu dans les restaurants, les bars et autres industries de services très recherchées.

Le  nouveau paquet, qui doit encore être voté par le Congrès, porterait à 5,2 billions de dollars le stimulus budgétaire total fourni à l’économie américaine depuis le début de la crise, ce qui équivaut à environ un quart de la production économique annuelle des États-Unis.

 

Le plan Biden sera bien accueilli à la Réserve fédérale, où certains responsables s’étaient inquiétés à la fin de l’année dernière d’une réponse budgétaire décroissante à la crise. Au cours de ses derniers jours en tant que président, le républicain Donald Trump a consacré l’essentiel de son énergie à un effort raté pour contester les résultats des élections de novembre et ne s’était pas beaucoup engagé dans le plus petit paquet de secours qui avait été adopté juste avant la fin de l’année.

Plus tôt jeudi, le président de la Fed, Jerome Powell, a noté que des dépenses gouvernementales précoces et énergiques avaient aidé à sauver l’économie d’un sort bien plus terrible.

Et il était clair que la Fed ne réagirait pas aux dépenses supplémentaires du gouvernement comme elle l’a fait aux réductions d’impôts sous Trump, en resserrant lentement la politique monétaire.

«Ce n’est pas le moment de parler de sortie», a déclaré Powell, faisant référence à la politique monétaire ultra-facile de la Fed qui comprend un programme d’achat d’obligations massif et des taux d’intérêt qui devraient rester proches de zéro pendant des années.

À l’époque, l’économie était dans des années ce qui s’avérerait être une expansion record, et avec le marché du travail en plein essor, la relance supplémentaire était considérée comme une surchauffe potentielle de l’économie.

Pas si maintenant, avec 10,7 millions et une augmentation du chômage et un taux de chômage de 6,7%, près du double du niveau pré-pandémique.

La Fed s’est engagée à maintenir les taux d’intérêt à leur niveau actuel proche de zéro jusqu’à ce que l’inflation atteigne et soit en passe de dépasser 2%, et que l’économie atteigne le plein emploi.

Le stimulus supplémentaire massif face à une Fed au repos soulève le spectre pour certains qu’un boom économique plus tard cette année pourrait faire grimper les prix de manière inconfortable ou suralimenter les prix des actifs.

« Je ne sais pas si nous comprenons complètement tous les impacts de pousser autant d’argent dans l’économie alors qu’une partie importante de l’économie est encore contrainte par la pandémie », a déclaré Tim Duy, professeur d’économie à l’Université de l’Oregon.

Fraude concernant le 737 MAX: une amende de 2,5 milliards de dollars

Fraude concernant le 737 MAX: une amende de 2,5 milliards de dollars

Boeing a menti à propos des conditions de sécurité relative aux 737 Max notamment en matière de formation des pilotes. Le géant de l’aéronautique a donc  accepté de verser plus de 2,5 milliards de dollars pour solder certaines poursuites – dont une amende pénale de 243,6 millions, 1,77 milliard d’indemnités aux compagnies aériennes ayant commandé le 737 MAX et 500 millions pour un fond destiné à indemniser les proches des 346 victimes des accidents de Lion Air en octobre 2018 et Ethiopian Airlines en mars 2019.

«Les employés de Boeing ont préféré le profit à la franchise en cachant à la FAA (l’autorité américaine de l’aviation) des informations importantes concernant l’utilisation de son avion 737 MAX et en s’efforçant de dissimuler leur tromperie», a dénoncé un responsable du ministère de la Justice, David Burns, dans un communiqué.

L’accord auquel sont parvenues les autorités et l’entreprise «tient Boeing responsable de la faute criminelle de ses employés, règle le problème de l’impact financier sur les compagnies aériennes clientes de Boeing et, espérons-le, fournira une certaine forme de réparation aux familles et aux proches des victimes de l’accident», a-t-il ajouté.

Boeing, souligne le communiqué, a reconnu que deux de ses employés avaient induit en erreur un groupe chargé au sein de la FAA de préparer la formation des pilotes au sujet du logiciel de vol MCAS, mis en cause dans les deux accidents. Les documents émis par la suite par l’agence de l’aviation ne contenaient en conséquence pas des informations essentielles sur ce logiciel, qui n’ont donc pas été inclues dans les manuels pour les pilotes et les documents de formation.

Air France : encore une perte de 2 milliards en 2021

Air France : encore une perte de 2 milliards en 2021

Comme beaucoup d’autres compagnies aériennes, Air France est particulièrement touchée compte tenu de sa dimension et de l’ampleur de ses charges fixes. Ainsi en 2020, il faudra compter sur un déficit de l’ordre de 3,6 milliards d’euros et en 2021 un déficits d’environ 2 milliards. Le problème du secteur ce qui n’aura trouvera pas son niveau de 2019 avant plusieurs années.

Cybercriminalité en Russie : un coût de 40 milliards d’euros

Cybercriminalité en Russie : un coût de 40 milliards d’euros

 

La Russie connaît des difficultés économiques majeures qui s’ajoutent à une crise sanitaire mal maîtrisée. Du coup ,la cybercriminalité augmente parallèlement. Les cyberattaques ont coûté jusqu’à 3,600 milliards de roubles (40 milliards d’euros) aux entreprises et aux citoyens russes cette année, a déclaré la plus grande banque du pays, la Sberbank.

La Russie a encouragé ses citoyens à utiliser les cartes bancaires pour limiter la circulation d’argent liquide et tenter de réprimer l’économie souterraine.

Les cybercriminels russophones opèrent depuis l’Allemagne, l’Ukraine et le Venezuela, ainsi que depuis la Russie, a ajouté la Sberbank, contrôlée par l’État, qui gère sa propre unité de cybersécurité pour assurer la protection informatique et la cyberdéfense de la banque et d’autres entités.

Si les banques, y compris la Sberbank, sont mieux protégées que d’autres secteurs de l’économie, la fraude téléphonique, qui implique qu’un individu se fasse passer pour un employé d’une banque pour obtenir les informations d’une carte bancaire, est de plus en plus courante, a précisé Stanislav Kuznetsov.

Rien que cette année, estime-t-il, les Russes pourraient perdre jusqu’à 10 milliards de roubles à cause de la fraude téléphonique. Il n’a pas fourni de données pour 2019.

La Banque centrale russe a enregistré plus d’un demi-million d’opérations frauduleuses sur des comptes bancaires dans le pays en 2019 et 6,4 milliards de roubles ont été dérobés sur des comptes bancaires de particuliers et d’entreprises.

Banques : 130 milliards de prêts garantis aux entreprises

Banques : 130 milliards de prêts garantis aux entreprises

 

Les banques ont consenti 130 milliards de prêts garantis à 630 000 entreprises dont près de 90 % très petites.

Il s’agissait à l’occasion du confinement de fournir des liquidités aux entreprises, dans la limite de 25 % du chiffre d’affaires annuel, avec un montant garanti à 90 % par l’Etat. On laisse  la possibilité aux entreprises de ne pas rembourser le capital la première année, puis d’étaler les échéances sur cinq ans maximum.

Le risque est évidemment pour les banques même si le montant est garanti à 90 % par l’État. Il faut en effet s’attendre en dépit de ces prêts à une vague de faillites courant 2021. Des faillites qui vont surtout concerner les petites et moyennes entreprises. On s’attend mécaniquement à une vague de environ 1 million de licenciements en 2021 après autour de 800 000 ans de 2020.

Heureusement toutes les entreprises ne seront pas touchées de la même manière et Bercy indique que 60 % de ces prêts reçus par les entreprises n’ont pas été dépensés par les dites entreprises. Parmi les 40 % qui restent, certains  vont s’en sortir mais dans plusieurs secteurs en particulier la restauration-hôtellerie mais aussi la construction par exemple les faillites seront nombreuses. Dans la seule  de restauration 25 % des établissements pourraient fermer définitivement.

Les dommages seront aussi évidemment pour les banques qui vont accumuler ce qu’on appelle pudiquement les créances douteuses et qui vont se transformer en actifs pourris. La banque centrale européenne a d’ores et déjà prévus les conséquences financières et annoncer un soutien aux banques.

Trump veut bloquer le plan de 900 milliards

Trump veut bloquer le plan de 900 milliards

 

Alors que les parlementaires démocrates et républicains se sont mis d’accord enfin sur un plan de 900 milliards destinés au soutien économique,  Trump il dénonce la loi qu’il a pourtant laissée à son secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, le soin de négocier avec les leaders du Congrès. Un secrétaire au Trésor qui a approuvé le plan.

 

Trump, lui, qualifie ce texte de «honte», truffé «de gaspillages et d’éléments superflus». Et demande qu’il soit amendé pour augmenter de 600 à 2.000 dollars le montant des chèques, qui sont censés être envoyés dès la semaine prochaine à des millions d’Américains.

 

Le projet comprend d’une part l’enveloppe de 900 milliards jugée indispensable pour aider les entreprises et ménages à surmonter la crise. Et il est par ailleurs incorporé à une loi de finance massive de 1.400 milliards de dollars, visant à financer le fonctionnement des agences fédérales jusqu’en septembre prochain.

 

 

Où sont passés les milliards pour réduire les inégalités sociales

Où  sont passés les milliards pour réduire les inégalités sociales

 

Sarah E. Needleman, dans le Wall Street Journal s’interroge pour savoir où sont passés les milliards destinés à la réduction des inégalités sociales aux États-Unis.

En 2020, les entreprises américaines ont promis de dépenser des dizaines de milliards de dollars pour promouvoir l’égalité raciale. En 2021 et au-delà, le défi sera de suivre ces dollars à la trace et de voir en quoi ils ont pu changer les choses.

Au cours des six derniers mois, de grandes entreprises se sont engagées à consacrer 35 milliards de dollars au total au combat contre les inégalités raciales, selon les analyses du Wall Street JournalCes annonces ont fait suite au décès de George Floyd lors de son arrestation par la police à Minneapolis le 25 mai, et au débat national sur le racisme systémique que l’affaire a déclenché. Les entreprises concernées ont affirmé que les fonds serviraient à accroître le patrimoine des familles noires, à offrir des opportunités professionnelles aux minorités et à favoriser la diversité dans leurs propres rangs, entre autres.

L’essentiel des 35 milliards de dollars provient de JPMorgan Chase qui, en octobre, a promis d’investir 30 milliards sur les cinq prochaines années dans le financement de logements abordables ou l’ouverture d’agences dans des quartiers où les services financiers se font rares.

Les grandes banques comptent parmi les entreprises ayant pris les engagements les plus importants — avec aussi un milliard de dollars de la part de Bank of America et 1,5 milliard de la part de Citigroup visant à financer des chefs d’entreprise noirs ainsi que des ménages noirs souhaitant accéder à la propriété.

Le distributeur Walmart, pour sa part, s’est engagé à financer un centre pour l’égalité raciale qui effectuera des dons à des associations à but non lucratif d’un montant de 100 millions de dollars sur cinq ans. Google, la filiale d’Alphabet, investit 175 millions de dollars dans le soutien à des chefs d’entreprise, fondateurs de start-up, demandeurs d’emploi et développeurs noirs. Une somme qui vient s’ajouter aux 100 millions de dollars d’un fonds de YouTube dédié aux artistes et créateurs noirs.

Ces montants, qui incluent aussi la levée, annoncée ce mois-ci, de plus de 100 millions de dollars par des chefs d’entreprise en faveur d’une start-up visant à créer un million d’emplois pour les noirs américains, ont le potentiel d’améliorer la mobilité des familles noires et de corriger les inégalités qui affectent de longue date la communauté, selon des observateurs et défenseurs de l’initiative.

« Je n’ai jamais rien vu de cette envergure, et dans tous les domaines », déclare Pamela Newkirk, auteure de l’ouvrage Diversity, Inc. : The Failed Promise of a Billion-Dollar Business.

Si certaines entreprises tiennent leur promesse de transparence sur leurs actions, peu ont fait publiquement état de la manière dont elles en assureraient le suivi et l’évaluation, ou précisé quelle était la proportion de nouvelles dépenses dans les engagements pris cette année.

La plupart du temps, personne ne cherche à vérifier si les grandes annonces des entreprises en matière de philanthropie se concrétisent, souligne Mark Kramer, conférencier à la Harvard Business School et cofondateur de FSG, une société de conseil spécialisée dans l’impact social des entreprises.

Une grande majorité des vingt premières entreprises du classement Fortune se sont engagées cette année à investir en faveur de l’égalité raciale. Contactées par The Wall Street Journal, la plupart d’entre elles ont apporté des précisions sur ce qu’elles comptaient faire, et quelques-unes n’ont pas répondu aux demandes d’information ou ont refusé d’entrer dans le détail de leurs projets. Plusieurs ont indiqué qu’elles n’avaient pas pris d’engagements en lien direct avec les événements déclenchés par la mort de George Floyd, mais ont fait valoir leurs initiatives philanthropiques régulières.

« Toute la question sera de suivre ces montants et de voir ce qui se passe effectivement, note Deborah Elam, ancienne directrice en charge de la diversité chez General Electric (2002-2017) et aujourd’hui consultante. Chaque trimestre, il faudra leur demander : “Où en êtes-vous ?” Et dans six mois : “Quel est votre bilan ?” Est-ce qu’une équipe vérifie où va l’argent ? Est-ce que quelqu’un analyse l’impact dans la communauté ? »

Facebook a promis de consacrer 100 millions de dollars par an à des fournisseurs noirs à compter de 2021, soit un triplement de ces dépenses par rapport à 2019. Le groupe publie des rapports détaillant les dépenses envers ses fournisseurs selon que ces entreprises sont détenues par des minorités ethniques, des femmes, des anciens combattants, entre autres, et entend affiner encore ses données, a indiqué une porte-parole. Facebook va également consacrer 100 millions de dollars de subventions et de crédits publicitaires à des créateurs, chefs de petite entreprise et associations à but non lucratif issus de la communauté noire, a précisé la porte-parole.

Le patron de Walmart, Doug McMillon, a déclaré avoir réuni une équipe de sept personnes, dont lui-même, qui veillera à suivre et rendre publics les progrès accomplis par l’entreprise en termes d’égalité raciale et de diversité. JPMorgan Chase entend faire part régulièrement de ses avancées à l’équipe dirigeante ainsi qu’à un groupe de conseillers extérieurs.

Parmi les engagements financiers les plus importants, certains visent à financer des prêteurs en contact avec les communautés noires. Selon les cadres de ces établissements financiers, ces ressources produisent un effet ricochet car elles leur permettent de prêter davantage aux propriétaires et chefs d’entreprise noirs, ce qui contribue au développement du patrimoine des familles noires. En définitive, les résultats seront là si les communautés noires desservies par ces prêteurs constatent une augmentation du nombre de petites entreprises dynamiques, une amélioration de l’emploi et une hausse du revenu et du patrimoine des ménages.

Des initiatives très médiatisées, comme l’attribution par Netflix de 100 millions de dollars en espèces à des prêteurs communautaires — les premiers 10 millions ayant été affectés cet été à Hope Credit Union, dans le Mississipi — ont permis d’attirer d’autres engagements se chiffrant en millions de dollars, indique Bill Bynum, le patron de Hope Credit Union.

« Mis à part le très léger désagrément d’avoir des comptes dans plusieurs établissements, il n’y a vraiment aucun coût ou risque » particulier à placer son argent dans des banques appartenant à la communauté ou auprès de prêteurs communautaires, affirme M. Kramer, de la Harvard Business School.

Bank of America, qui comptait lancer un programme de 500 millions de dollars pour promouvoir l’égalité raciale et les opportunités économiques, a décidé en juin de doubler ses engagements, a fait savoir une porte-parole de la banque. La moitié de la somme sera dédiée à des investissements dans des entreprises, au travers par exemple de l’acquisition de petites participations au capital de banques détenues par des minorités et des prêteurs communautaires. Les prêts aux établissements financiers axés sur le développement communautaire atteindront « le point d’équilibre, voire une meilleure rentabilité, grâce aux excellents historiques de remboursement » de ces prêteurs, a ajouté la porte-parole.

Des investissements comme ceux de Bank of America jouent le rôle de catalyseur pour ces prêteurs communautaires, explique Darrin Williams, le patron de Southern Bancorp, dans laquelle Bank of America a pris une participation. Southern Bancorp, qui est présente essentiellement dans l’Arkansas et le delta du Mississipi, compte utiliser une partie de ces fonds propres pour se développer sur de nouveaux marchés.

D’autres types d’engagements sont plus difficiles à suivre. Souvent, les dons ou montants affectés à des initiatives internes ne sont « pas totalement nouveaux, il s’agit plutôt de récapituler ou d’annoncer des programmes déjà en cours », note Laszlo Bock, un ancien dirigeant de Google aujourd’hui patron de la start-up Humu, spécialisée dans les ressources humaines. M. Bock ajoute que les entreprises incluent parfois dans les montants « donnés » les coûts salariaux des employés participant aux initiatives.

Garantir l’impact effectif des engagements annoncés cette année nécessitera « un effort actif, dédié et appliqué », même si l’attention du public se réoriente vers d’autres sujets, estime Cyrus Mehri, avocat des droits de la personne qui a remporté certaines des plus grandes affaires de discrimination raciale aux Etats-Unis.

« Tout se résume à la question : le PDG est-il lui-même engagé, et l’entreprise a-t-elle des structures durables en place ? En d’autres termes, avez-vous des comptes à rendre ? »

Sarah E. Needleman a contribué à cet article.

Traduit par Anne Montanaro.

Traduit à partir de la version originale en anglais

Aérien États-Unis-: un soutien de 15 milliards

Aérien États-Unis-: un soutien de 15 milliards

Le nouveau plan de relance à l’économie pour compenser l’impact de la crise du coronavirus prévoit 15 milliards de dollars d’aide au secteur aérien.

Cette aide, réclamée depuis plusieurs mois par les compagnies aériennes, devrait permettre à celles-ci de redonner du travail jusqu’en mars prochain à plus de 32.000 salariés licenciés plus tôt cette année, ont ajouté les sources.

Les fonds alloués au secteur aérien s’inscrivent dans un ensemble budgétaire de 45 milliards de dollars destiné à soutenir le secteur des transports. Quelque 14 milliards de dollars vont être attribués aux services de transports publics, a indiqué un conseiller parlementaire démocrate.

Républicains et démocrates du Congrès se sont entendus sur un plan de relance de 900 milliards de dollars, dont les détails n’ont pas été formellement dévoilés. La Chambre des représentants et le Sénat devraient tous deux se prononcer lundi sur le projet de loi.

Un programme d’aide fédérale de 25 milliards de dollars avait été adopté en mars par le Congrès pour soutenir l’emploi dans le secteur aérien jusqu’à fin septembre. Il n’avait pas été renouvelé, faute d’accord entre parlementaires sur un plan de relance global.

Après l’expiration de ces fonds, American Airlines a annoncé en octobre le licenciement de 19.000 employés, tandis que United Airlines a limogé plus de 13.000 salariés.

Un patrimoine économique national très théorique de 16.421 milliards

Un patrimoine économique national très théorique de 16.421 milliards

 

L’INSEE révèle que la France pose d’un patrimoine économique national de 16.421 milliards . Un patrimoine qui en outre progresserait.

Ce genre de calcul n’est pas inintéressant mais il paraît assez théorique dans la mesure notamment où  les valeurs reposent parfois sur des critères discutables et aussi du fait que certains aspects de ce patrimoine ne sont pas négociables ou n’ont pas réellement de valeur marchande.

Le calcul est le résultat de la différence entre les passifs et les actifs du public et du privé.

La valorisation repose pour une partie sur la valeur de l’immobilier dont les prix ont complètement dérapé depuis plusieurs années notamment dans les grandes villes. Cette évaluation découle aussi de l’évolution des cours boursiers qui ont progressé de 25 % en 2019. Bref un calcul avant la crise sanitaire et avant évidemment une éventuelle crise financière

30 milliards d’euros pour les pauvres (l’Institut Montaigne)

30 milliards d’euros pour les pauvres (l’Institut Montaigne)

 

L’Institut Montaigne, think tank d’obédience libérale , propose dans le JDD un plan de 30 milliards destinés aux populations les plus pauvres et les plus fragiles, 7 millions dé ménages bénéficieraient de ces mesures. L’institut Montaigne Suggère d’en débourser 30 de plus, dès le début de l’année 2021, afin de soutenir les plus fragiles. « C’est un électrochoc de consommation », résume Julien Damon, coauteur et professeur à Sciences-Po.

 

D’après l’Insee, les 10% des ménages les plus pauvres ressentent deux fois plus fortement la dégradation de leur situation financière que les 10% les plus aisés, qui eux, ont conservé leur capacité à épargner. « Alors que l’économie ne fonctionne qu’à 90%, il n’y a pas d’autre solution que de soutenir la demande, poursuit Julien Damon. Ne rien faire, c’est prendre le risque de voir s’accroître les difficultés des plus modestes, l’activité stagner et l’endettement s’accumuler. »

Trois mesures ciblées

Pour redonner du pouvoir d’achat à ceux qui en ont perdu du fait du chômage partiel, de la chute de l’intérim et de la hausse des licenciements, l’Institut défend trois mesures ciblées.

  • D’abord, 12 milliards d’euros de chèques consommation pour les allocataires des aides au logement. Soit, en moyenne, près de 450 euros par trimestre, versés pendant un an aux 6,6 millions de ménages ­bénéficiaires. Les dépenses seront ciblées sur des secteurs affectés par le ralentissement conjoncturel, ou dont le redémarrage est essentiel : l’hôtellerie-restauration, la culture, les transports, l’énergie, le bâtiment, l’alimentation… ­
  • Deuxième idée : octroyer 17,4 milliards d’euros de prêts jeunes garantis par l’État. Actuellement, l’État ne soutient que les emprunts des étudiants, dans la limite de 15.000 euros. Or, la crise affecte tous les jeunes, et notamment ceux qui ne sont ni en formation, ni en études, ni en emploi. L’institut propose donc d’élargir le dispositif, en 2021 et en 2022, à tous les moins de 25 ans et de porter le plafond à 50.000 euros. Les remboursements n’interviendront qu’une fois la situation professionnelle stabilisée.
  • Troisième mesure préconisée par l’Institut Montaigne : accorder 500 millions d’euros d’aides de secours aux centres d’action sociale, qui s’adressent à un public plus large que les seuls titulaires de minima sociaux.

Sept millions de ménages bénéficieraient de ces mesures

Au total, ce programme massue toucherait sept millions de ménages, soit 25% des foyers français : ceux dont le revenu annuel disponible oscille entre 18.000 et 20.000 euros. « Distribuer de l’argent à ceux qui ont épargné n’a aucun sens, souligne Éric Chaney, ancien chef économiste d’Axa et conseiller économique de l’Institut. Il est préférable de le concentrer sur ceux dont on sait qu’ils le consommeront. »

Ce package aurait un financeur unique, « le déficit public, ce qui ne pose pas un grand problème vu notre position sur les marchés financiers », poursuit Éric Chaney. Le pari des deux experts épouse celui du gouvernement : doper la croissance. Ces 30 milliards d’euros permettraient d’accroître de 1,2% le niveau d’activité dès l’année prochaine.

Covid: Des milliards d’euros détournés ?

Covid: Des  milliards d’euros détournés  ?

 

L’économiste Maxime Combes et le journaliste Olivier Petitjean observent, dans une tribune au « Monde », qu’une grande partie des aides publiques sont allées, sans condition, aux grandes entreprises du CAC 40.

Tribune. 

 

« Le temps de la dépense publique est venu », assure Bercy. « Vous avez besoin d’argent, je vous en donne », s’est même exclamé le ministre de l’économie, des finances et de la relance, Bruno Le Maire, le 1er octobre, devant un parterre de chefs d’entreprise réunis par la Banque publique d’investissements. A Bercy, l’unité de compte n’est plus le million d’euros que l’on cherche à économiser, mais le milliard d’euros que l’on veut dépenser aussi vite que possible. Jusqu’à il y a peu, ces milliards n’étaient pas supposés exister. Il n’y a pas « d’argent magique », disait-on. Désormais, il coule à flots.

Pour de nombreux commentateurs, la cause est donc entendue : ces centaines de milliards d’euros débloqués par la puissance publique illustreraient à quel point le néolibéralisme ferait désormais partie d’un passé révolu. Face au coronavirus, voilà le retour de l’Etat, nous indique-t-on doctement. Convenons-en : le « quoi qu’il en coûte » a fait voler en éclats la très idéologique rigueur budgétaire érigée en dogme indépassable.

Constater que les robinets ont été ouverts est néanmoins insuffisant : encore faut-il savoir qui est arrosé, qui ne l’est pas, et dans quel but. Des milliards pleuvent en effet, mais pas partout, et pas pour tout le monde.

Les quartiers populaires, oubliés des plans d’urgence et de relance, réclament le leur. Les plus pauvres doivent se contenter de 0,8 % du financement du plan de relance. Quant aux services publics et leurs agents, ils sont servis avec parcimonie. En revanche, le secteur privé, et tout particulièrement les grandes entreprises, est servi sur un plateau d’argent : « C’est dans ces moments de crise qu’il faut profiter de l’argent de l’Etat », leur a dit Bruno Le Maire.

En France, en 2020, la transparence et le contrôle démocratique sur l’usage de ces fonds publics ne sont pas assurés

A suivre à la trace ces milliards d’euros d’argent public mobilisés depuis le début de la pandémie de Covid-19 pour venir en aide aux entreprises privées, grâce aux travaux de l’Observatoire des multinationales, nous pouvons l’affirmer : plus sûrement qu’un retour de l’Etat en vue de satisfaire l’intérêt général, ces milliards transcrivent surtout la volonté de mettre l’Etat, et ses ressources, au service des intérêts du secteur privé et de l’accumulation du capital. Sans rien exiger en retour autre que des « engagements volontaires ». Sans changer les règles du jeu. Sans agir pour que le monde d’après soit fondamentalement différent du monde d’avant.

 

« Coronavirus : la culture future grande victime »

Le philosophe Guillaume Pigeard de Gurber craint  dans le Monde que la crise actuelle de la culture limite encore davantage la capacité des éditeurs, producteurs ou diffuseurs à faire exister le romancier inconnu, la cinéaste en herbe ou les comédiens en germe.

 

Tribune.

 

Mise sous perfusion par le confinement, la culture est en train d’être achevée sous nos yeux par le reconfinement. Dans l’espoir de sauver ce qui peut encore l’être, les acteurs de la culture se recroquevillent par instinct de survie sur l’existant. Le tragique de cette situation est que la culture qui existe encore tue dans l’œuf celle qui n’existe pas encore.

Quel éditeur, quel producteur, quel diffuseur, quel média, dans l’arène du tout-marchand, aura encore, sinon l’idée, ne serait-ce que les moyens de ménager le droit à l’existence du romancier inconnu, du cinéaste en herbe, du comédien en germe, du poète éclaireur, du philosophe pionnier ? C’est bel et bien à cet assassinat tragique de la culture par la culture que nous assistons.

Quand on parle du « monde de la culture », on parle de la culture au mieux comme s’il s’agissait d’un monde parmi d’autres, mais au pire et le plus souvent comme d’un département secondaire du monde réel : le monde économique, aux lois duquel celui de la culture doit se plier. Mais qu’est-ce que la culture ? Disons d’abord ce qu’elle n’est pas : la culture n’est pas le domaine des activités inutiles au regard du monde du travail. Ce n’est pas non plus un secteur économique.

On ne comprend que trop pourquoi les ministres successifs de la culture (Aurélie Filippetti, puis Roselyne Bachelot, La Tribune du 3 janvier 2014 et 1er octobre 2020) ont dû, pour défendre leur portefeuille, rappeler le poids de la culture dans le produit intérieur brut (PIB) de la France (2,3 %) en le comparant à celui, nettement moindre, de l’industrie automobile : c’est que l’hégémonie de l’économie impose sa logique à la politique.

A cet égard, réduire la culture à un « capital » payant socialement, c’est rester à l’intérieur de cet économisme ambiant qui fait d’un simple moyen – l’activité marchande rentable – une fin. La culture, tout comme la santé, l’éducation ou l’écologie, est condamnée a priori à la ruine dès lors qu’elle doit répondre à une logique qui n’est pas la sienne. Cette perversion politique qui fait de l’économie une fin en soi provoque en effet la ruine de la culture, dont l’appauvrissement n’est que le symptôme de son piétinement.

 

Ce qu’il faut bien appeler la tyrannie du manque à gagner a horreur de la dépense publique et ne jouit que de la richesse privée. Chaque parcelle de service public actuel est considérée comme une part de marché potentielle. L’appauvrissement public continu, à coups de baisses d’impôts toujours plus favorables aux contribuables les plus riches, dégage sans cesse de nouvelles parts de marché : après les secteurs des télécommunications, de l’énergie et des transports, c’est le temps du marché de la santé, de l’éducation, de l’écologie.

 

 

Endettement mondial : 277.000 milliards de dollars

Endettement mondial : 277.000 milliards de dollars 

Selon l’Institut international de la finance (IIF), l’endettement mondial devrait atteindre un niveau sans précédent de 277.000 milliards de dollars (233.400 milliards d’euros) à la fin de l’année en raison des montants colossaux empruntés par les Etats et les entreprises pour faire face à la crise du coronavirus, conclut l’Institute of International Finance (IIF) dans une étude publiée mercredi.

L’IFF, qui regroupe plus de 400 banques et institutions financières du monde entier, estime que la dette globale avait déjà augmenté de 15.000 milliards de dollars fin septembre, à 272.000 milliards, une progression imputable pour près de la moitié aux Etats, principalement développés.

La dette globale des pays développés a ainsi bondi à 432% du produit intérieur brut (PIB) à la fin du troisième trimestre contre environ 380% fin 2019. Pour les pays émergents, ce ratio était proche de 250% fin septembre, et de 335% pour la Chine.

« Il y a d’importantes incertitudes sur la manière dont l’économie mondiale pourra se désendetter à l’avenir sans conséquences négatives importantes pour l’activité économique », estime l’IIF.

 

L’institut pourrait ajouter qu’une grande incertitude va peser sur l’avenir du système bancaire. En effet nombre d’établissements qui ont largement prêté à l’économie mais aussi aux états vont se retrouver face à une montagne d’actifs pourris.

 

Emprunt allemand : 180 milliards au lieu de 90

Emprunt allemand : 180 milliards au lieu de 90

 

L ‘Allemagne décide aussi d’amplifier le soutien financier à une économie jusque-là qui résiste mieux que d’autres mais qui risque d’être hypothéquée par les commandes futures de pays destinataires affaiblis.

Contrairement à l’orthodoxie allemande habituelle, on va donc recouvrir très largement à l’emprunt. La commission budgétaire du parlement a validé une prévision d’emprunts de près de 180 milliards d’euros, le deuxième par son montant pour le pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les nouveaux emprunts prévus pour 2021 pourront atteindre 179,82 milliards d’euros, contre 96 milliards prévus dans le projet initial de budget présenté par Olaf Scholz en septembre.

Ce soutien devrait permettre à l’Allemagne de limiter sérieusement la casse puisque la baisse du PIB devrait se limiter autour de 6 % en 2020 pour offriront 11 % en France. On espère en Allemagne une hausse du PIB  d’un peu plus de 4 % en 2021. Parallèlement à ces mesures de soutien financière, l’Allemagne a décidé de renforcer les mesures restrictives de mobilité compte tenu des risques de propagation du virus.

La chancelière allemande et les dirigeants des Länder ont convenu mercredi de prolonger et de renforcer le confinement partiel mis en place. Les bars, les restaurants, les salles de sport et les lieux de divertissement resteront ainsi fermés au moins jusqu’au 20 décembre.

Royaume-Uni : un emprunt de 450 milliards d’euros, record prévoit un emprunt record en 2020/2021

Royaume-Uni : un emprunt de 450 milliards d’euros, record prévoit un emprunt record en 2020/2021

 

Un emprunt record de l’ordre de 450 milliards d’euros par la Grande-Bretagne qui verra sa croissance s’écrouler de plus de 11 % en 2020. Un emprunt record parce qu’il représente près de 20 % du produit intérieur brut. Alors que sur l’exercice précédent les emprunts avaient représenté 2,5 % du PIB. (Le taux d’endettement était à 85 % du PIB). Le risque évidemment c’est de voir émerger des incertitudes sur le pari de redressement du Royaume-Uni. Un redressement forcément affecté bien sûr par la crise sanitaire mais aussi par la rupture avec l’union économique. Un risque peut être aussi calculé qui pourrait conduire à une dévaluation le moment venu qui viendrait redonner de la compétitivité à la production mais qui plomberait dans un premier temps le pouvoir d’achat des Britanniques

Cette année, les emprunts serviront à financer des mesures destinées à atténuer la crise, dont des programmes de réductions d’impôts et de chômage partiel.

L’OBR estime que l’économie ne retrouvera probablement son niveau d’avant-crise qu’à la fin de 2022.

Le ministre, de son côté, a revu à la hausse le coût de la lutte contre l’épidémie, l’estimant désormais à 280 milliards de livres par an contre environ 200 milliards précédemment.

Au cours de cette année et de la suivante, les dépenses de fonctionnement augmenteront en termes réels de 3,8%, le rythme le plus rapide depuis 15 ans, a précisé Rishi Sunak. Il a ajouté que 100 milliards de livres seraient débloqués l’an prochain pour des investissements à plus long terme, soit 27 milliards de livres de plus que l’an dernier.

Pour limiter les dépenses, la hausse des salaires de la fonction publique sera gelée, sauf pour les médecins, infirmiers et autres personnels de santé, a indiqué le ministre. Le budget consacré à l’aide à l’étranger sera également raboté.

L’épidémie de COVID-19 a fait près de 56.000 morts en Grande-Bretagne, pays d’Europe le plus endeuillé par la maladie.

La Grande-Bretagne doit également faire face au risque d’un “no-deal” avec l’Union européenne à moins de six semaines de la fin de la période de transition qui a suivi la sortie du pays du bloc.

Secteur aérien : perte de 157 milliards sur deux ans et 173 milliards de dettes

Secteur aérien : perte de 157 milliards sur deux ans et 173 milliards de dettes

Une véritable catastrophe économique pour le secteur aérien, l’un des plus touchés par la crise sanitaire et qui va provoquer de nombreuses faillites. L’Iata, l’organisation internationale du transport aérien, qui prévoyait en juin des pertes s’élevant à 100 milliards de dollars sur la même période, s’attend désormais à une perte de 118,5 milliards de dollars en 2020 et de 38,7 milliards de dollars supplémentaires l’année prochaine.

Ces prévisions témoignent de l’ampleur du défi que le secteur doit surmonter malgré les espoirs suscités par l’apparition de vaccins.

Selon ses prévisions, le nombre de passagers devrait avoir chuté cette année à 1,8 milliard contre 4,5 milliards l’année dernière. L’Iata s’attend à un rebond limité à 2,8 milliards l’année prochaine.

Ces estimations sont fondées sur l’hypothèse d’une réouverture des frontières d’ici la mi-2021 favorisée à la fois par les multiplication des tests et par l’essor de la vaccination.

L’Iata appelle les Etats à remplacer les mesures de quarantaine par des campagnes de dépistage généralisées.

“Les gens qui refusent de se faire vacciner se verraient dans l’incapacité de voyager”, déclare le chef de l’Iata. “Le dépistage systématique devient d’autant plus crucial pour la réouverture des frontières.”

Le fret aérien, – verra probablement ses revenus mondiaux augmenter de 15% pour atteindre 117,7 milliards de dollars cette année, malgré une baisse de 11,6% du volume à 54,2 millions de tonnes, a annoncé l’Iata.

Par ailleurs, près de 173 milliards d’aides gouvernementales ont creusé l’endettement des compagnies, ce qui menace d’entraver les investissements futurs, des faillites étant ainsi probables, a-t-elle ajouté

Sécu : un déficit de près de 36 milliards en 2021

Sécu : un déficit de près de 36 milliards en 2021

Lundi, à l’occasion du retour du texte à l’Assemblée nationale, en deuxième lecture, le ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt, a de nouveau modifié les prévisions financières. Une rectification à près de 8 milliards. Le gouvernement prévoit désormais que le déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse s’élèvera à 35,7 milliards d’euros en 2021, soit 7,8 milliards de plus que la prévision précédente. « Nous ne modifierons pas l’Ondam 2020 », a précisé le ministre, qui a déjà actualisé cet objectif de dépenses d’assurance-maladie à deux reprises en première lecture, devant chaque chambre du Parlement et révisé les recettes de 2020 au Sénat. Accélération des revalorisations « Ségur » , mesures supplémentaires pour inciter les soignants à sacrifier leurs vacances de la Toussaint, dégâts économiques du reconfinement : le déficit pour 2020 est maintenant attendu à 49 milliards d’euros , soit 4,6 milliards de plus que prévu en septembre.

Dette mondiale : 277.000 milliards de dollars

Dette mondiale : 277.000 milliards de dollars 

Selon l’Institut international de la finance (IIF), l’endettement mondial devrait atteindre un niveau sans précédent de 277.000 milliards de dollars (233.400 milliards d’euros) à la fin de l’année en raison des montants colossaux empruntés par les Etats et les entreprises pour faire face à la crise du coronavirus, conclut l’Institute of International Finance (IIF) dans une étude publiée mercredi.

L’IFF, qui regroupe plus de 400 banques et institutions financières du monde entier, estime que la dette globale avait déjà augmenté de 15.000 milliards de dollars fin septembre, à 272.000 milliards, une progression imputable pour près de la moitié aux Etats, principalement développés.

La dette globale des pays développés a ainsi bondi à 432% du produit intérieur brut (PIB) à la fin du troisième trimestre contre environ 380% fin 2019. Pour les pays émergents, ce ratio était proche de 250% fin septembre, et de 335% pour la Chine.

« Il y a d’importantes incertitudes sur la manière dont l’économie mondiale pourra se désendetter à l’avenir sans conséquences négatives importantes pour l’activité économique », estime l’IIF.

 

L’institut pourrait ajouter qu’une grande incertitude va peser sur l’avenir du système bancaire. En effet nombre d’établissements qui ont largement prêté à l’économie mais aussi aux états vont se retrouver face à une montagne d’actifs pourris.

 

Impôts-L’évasion fiscale : autour de 400 ou 4000 milliards ?

Impôts-L’évasion fiscale : autour de 400 ou 4000 milliards ?

 

D’après l’ONG Tax Justice Network le montant global de l’évasion fiscale mondiale se monterait à 427 milliards. Un chiffre évidemment tout à fait approximatif dans la mesure ou par définition l’évasion fiscale est le plus souvent masqués et donc difficile à identifier. L’utilisation de paradis fiscaux constitue l’un des moyens privilégiés pour échapper à l’impôt. Mais il existe aussi d’autres moyens bien connus, ceux  qui consistent à localiser une entreprise dans des  pays à fiscalité très réduite comme l’Irlande. L’évasion ne passe pas uniquement par des paradis fiscaux exotiques elle passe aussi par des pays aussi respectables que les Pays-Bas ou le Luxembourg. En outre il est bien difficile de faire la distinction entre l’évasion fiscale de nature illégale et l’optimisation fiscale, elle, légale.

. Ce chiffre de 427 milliards et donc apprendre avec des pincettes. Certains considèrent en effet que environ 5 % de l’activité mondiale fait l’objet de détournements fiscaux ce qui représenterait 5000 milliards et non 427. D’après l’O.N.G il y aurait 10 000 milliards d’actifs financiers placés par les particuliers dans ces paradis fiscaux. L’ONG a passé au crible l’évasion fiscale pays par pays dans un rapport qu’elle présente comme le premier du genre et qui tente d’éclairer des flux financiers réputés pour leur opacité. Les chiffres, publiés alors que le monde lutte contre la pandémie, ont été compilés à partir des déclarations des multinationales aux autorités fiscales, récemment publiées par l’OCDE et qui datent de 2016. Pour les particuliers, l’ONG s’est appuyée sur les données de dépôts bancaires disponibles auprès de la Banque des règlements internationaux (BRI) à partir de 2018.

Les régions qui perdent le plus sont celles qui sont les plus riches. L’Amérique du Nord perd 95 milliards de dollars et l’Europe 184 milliards, soit, à titre de comparaison en pleine pandémie, respectivement 5,7% et 12,6% de leur budget dédié à la santé. En France on estime que l’évasion fiscale pourrait se situer entre 60 et 80 milliards par an. L’Amérique latine et l’Afrique perdent moins d’argent mais l’impact est bien plus lourd, puisque cela représente respectivement 20,4% et 52,5% de leur budget de santé.

Le rapport examine par ailleurs les pays qui profitent le plus de cette évasion fiscale. Les îles Caïmans, territoires outre-mer du Royaume-Uni, sont le grand gagnant en captant 16,5%, devant le Royaume-Uni (10%), les Pays-Bas (8,5%), le Luxembourg (6,5%) et les États-Unis (5,53%).

 

Economie-L’évasion fiscale : autour de 400 ou 4000 milliards ?

Economie-L’évasion fiscale : autour de 400 ou 4000 milliards ?

 

D’après l’ONG Tax Justice Network le montant global de l’évasion fiscale mondiale se monterait à 427 milliards. Un chiffre évidemment tout à fait approximatif dans la mesure ou par définition l’évasion fiscale est le plus souvent masqués et donc difficile à identifier. L’utilisation de paradis fiscaux constitue l’un des moyens privilégiés pour échapper à l’impôt. Mais il existe aussi d’autres moyens bien connus, ceux  qui consistent à localiser une entreprise dans des  pays à fiscalité très réduite comme l’Irlande. L’évasion ne passe pas uniquement par des paradis fiscaux exotiques elle passe aussi par des pays aussi respectables que les Pays-Bas ou le Luxembourg. En outre il est bien difficile de faire la distinction entre l’évasion fiscale de nature illégale et l’optimisation fiscale, elle, légale.

. Ce chiffre de 427 milliards et donc apprendre avec des pincettes. Certains considèrent en effet que environ 5 % de l’activité mondiale fait l’objet de détournements fiscaux ce qui représenterait 5000 milliards et non 427. D’après l’O.N.G il y aurait 10 000 milliards d’actifs financiers placés par les particuliers dans ces paradis fiscaux. L’ONG a passé au crible l’évasion fiscale pays par pays dans un rapport qu’elle présente comme le premier du genre et qui tente d’éclairer des flux financiers réputés pour leur opacité. Les chiffres, publiés alors que le monde lutte contre la pandémie, ont été compilés à partir des déclarations des multinationales aux autorités fiscales, récemment publiées par l’OCDE et qui datent de 2016. Pour les particuliers, l’ONG s’est appuyée sur les données de dépôts bancaires disponibles auprès de la Banque des règlements internationaux (BRI) à partir de 2018.

Les régions qui perdent le plus sont celles qui sont les plus riches. L’Amérique du Nord perd 95 milliards de dollars et l’Europe 184 milliards, soit, à titre de comparaison en pleine pandémie, respectivement 5,7% et 12,6% de leur budget dédié à la santé. En France on estime que l’évasion fiscale pourrait se situer entre 60 et 80 milliards par an. L’Amérique latine et l’Afrique perdent moins d’argent mais l’impact est bien plus lourd, puisque cela représente respectivement 20,4% et 52,5% de leur budget de santé.

Le rapport examine par ailleurs les pays qui profitent le plus de cette évasion fiscale. Les îles Caïmans, territoires outre-mer du Royaume-Uni, sont le grand gagnant en captant 16,5%, devant le Royaume-Uni (10%), les Pays-Bas (8,5%), le Luxembourg (6,5%) et les États-Unis (5,53%).

 

871 milliards d’euros de prêts (union européenne), risque de krach bancaire

871 milliards d’euros de prêts (union européenne), risque de krach bancaire

L’autorité bancaire européenne indique que 871 milliards de prêts bancaires ont été accordés jusqu’à maintenant notamment pour financer des moratoires, des reports d’échéances et des garanties publiques.

 

Le problème est de savoir si les emprunteurs auront la solvabilité nécessaire pour faire face à leurs obligations financières. En clair, il faut s’attendre à des défauts de paiement de nombre d’entreprises qui auront sollicité ces prêts. En même temps, les banques vont se retrouver avec des montagnes d’actifs plus ou moins pourris à moins évidemment que les Etats et l’Union européenne ne prennent  à leur charge partie des remboursements  .

Le secteur bancaire se trouve aujourd’hui très fragilisé d’une part parce que les taux d’intérêt rendent difficile toute perspective de rentabilité d’autre part et surtout parce qu’il faut s’attendre à une vague de faillites et donc de défauts de la part d’entreprises les plus fragilisés. La situation est tellement explosive qu’on s’attend à des restructurations dans le secteur bancaire avec des regroupements et évidemment des disparitions de certaines trop exposés au risques.

L’ABE évoque le risque d’un effet de “falaise” (“cliff edge”) à l’expiration de ces moratoires, qui pourrait se traduire par une augmentation marquée du niveau des créances à risque.

Elle note aussi que la deuxième vague de la pandémie a déjà conduit certains pays à prolonger des moratoires au-delà de la fin de l’année, mais elle avertit que “la poursuite ou la persistance des moratoires peut aussi avoir pour effet secondaire un risque systémique potentiel pour la stabilité financière” en favorisant chez les emprunteurs “une culture du non-remboursement”.

L’ABE doit publier le 11 décembre les résultats de son “exercice de transparence”, qui incluront des données détaillées banque par banque.

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol