Archive pour le Tag 'plan'

Plan de relance Biden : soutien mais aussi interrogations sur le coût et l’inflation

Plan de relance Biden : soutien mais aussi interrogations sur le coût et l’inflation

Beaucoup à Wall Street se félicitent  de ce plan de relance mais certains s’inquiètent déjà de son coût  et de ses conséquences sur l’inflation sitôt que l’économie reprendra.

«À l’heure actuelle, les marchés célèbrent le stimulus supplémentaire et le considèrent comme un pont plus solide vers une économie entièrement rouverte», a déclaré Jeff Buchbinder, stratège en actions pour LPL Financial.

«De l’autre côté, il y a la possibilité que les marchés devront payer pour cela sous la forme de taux d’intérêt nettement plus élevés ou de hausses d’impôts qui pourraient plafonner les évaluations des actions», a-t-il déclaré.

Les valorisations boursières inquiètent déjà certains investisseurs, qui craignent que les bénéfices devront être exceptionnellement solides dans l’année à venir pour justifier les multiples élevés. Le S&P 500 se négocie à 22,3 fois les estimations de bénéfices prévisionnels, près de son sommet historique de 24,4 depuis mars 2000, selon FactSet.

Le S&P 500 a chuté de près de 0,4% jeudi et est en hausse d’environ 1,1% depuis début janvier. Le rallye de l’année a été mené en grande partie par les valeurs cycliques qui bénéficient d’un plan de relance, y compris les banques, qui sont en hausse de plus de 10% depuis le début de l’année.

Pendant ce temps, les lauréats de l’année dernière, comme le secteur de la technologie, ont baissé de près de 1% au cours de la même période. La hausse des rendements menace de peser sur les entreprises dont les flux de trésorerie sont de plus longue durée tels que les actions technologiques et de croissance.

Le plan de Biden pour stimuler l’économie grâce à un plan de sauvetage intervient à un moment où une flambée des cas de coronavirus oblige les entreprises et les investisseurs à réduire leurs estimations de la fin de la pandémie.

Les demandes de chômage initiales ont atteint 965 000 la semaine dernière, a déclaré jeudi le ministère du Travail, leur plus haut niveau depuis août et bien au-dessus des 795 000 anticipés par les économistes interrogés par Reuters. Dans l’ensemble, les pertes d’emplois en décembre ont diminué pour la première fois en huit mois.

La hausse des rendements obligataires, quant à elle, fait craindre une inflation imminente une fois que l’économie commencera à se redresser. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré dans un discours jeudi qu’il ne s’attendait pas à ce que la banque centrale commence à réduire ses achats mensuels d’obligations «trop tôt».

« Ce n’est pas le moment de parler de sortie », a-t-il déclaré.

a été plus lent que prévu à peu près partout», a-t-il déclaré.

Esty Dwek, responsable de la stratégie de marché mondial chez Natixis Investment Managers, a déclaré qu’elle s’attend à ce que le marché boursier trébuche plus tard cette année alors que les investisseurs commencent à évaluer la possibilité d’une hausse des taux d’imposition des sociétés et des particuliers que la nouvelle administration pourrait imposer.

«Il y a une nécessité aujourd’hui qui l’emporte sur la préoccupation à long terme», a-t-elle déclaré. «Il y a un souci d’inflation à venir, mais je ne vois pas cela se produire bientôt.»

Plan de relance Biden : des réactions positives et des interrogations sur l’inflation

Plan de relance Biden : des réactions positives et des interrogations sur l’inflation

 

Globalement ,les milieux d’affaires sont plutôt positifs après l’annonce d’un énorme plan de soutien à l’économie par Biden. À noter toutefois des interrogations sur le réveil de l’inflation face à cette nouvelle montagne de liquidités.

PETER TUZ, PRÉSIDENT, CONSEILLER EN INVESTISSEMENT CHASE, CHARLOTTESVILLE, VIRGINIA

«D’après ce que j’ai vu jusqu’à présent, le plan ressemble à ce que je pense que le monde attendait.»

«Le marché étudie ce plan pour maintenir l’économie forte au premier trimestre et on espère qu’au deuxième trimestre et pour le reste de l’année, nous serons suffisamment vaccinés là où l’économie se redresse d’elle-même sans ces extraordinaires colis d’aide. »

OLIVER PURSCHE, PRÉSIDENT ET CHEF DES PLACEMENTS, BRONSON MEADOWS CAPITAL MANAGEMENT, FAIRFIELD, CONNECTICUT

«C’est beaucoup d’argent, mais c’est dans la fourchette de ce qui était attendu. Même lorsque nous nous sommes vendus à la clôture, les petites capitalisations se sont bien comportées, et je pense que c’est parce que les mesures de relance de 2 000 $ profiteront massivement aux consommateurs à faible revenu. Ils vont faire leurs achats dans les petites entreprises. »

«Vous pouvez toujours affirmer qu’il faut faire plus. Mais c’est à peu près tout ce que le Congrès peut supporter en ce moment, même avec une majorité démocrate. Je n’ai rien vu qui dise que c’est ça. Il y a plus sur la route si nécessaire. Le président (Jerome) Powell nous a déjà dit que la Fed ne voyait pas une augmentation des taux d’intérêt de si tôt. L’inflation est à distance même si les rendements obligataires ont augmenté au cours des deux dernières semaines. Je me sens plutôt bien dans les choses. En général, le ciel est plus clair.

CHUCK CARLSON, DIRECTEUR GÉNÉRAL, HORIZON INVESTMENT SERVICES, HAMMOND, INDIANA est cependant plus mesuré et estime que cette injection massive pourrait raviver l’inflation.

«Vous pourriez aussi bien commencer en grand. Je pense qu’à un moment donné, alors que la sagesse conventionnelle à Wall Street est que le marché est enthousiasmé par la relance, il pourrait y avoir trop de bonnes choses. Il y a une certaine prise de conscience que jeter 2 billions de dollars supplémentaires dans le mélange est exagéré. Ce sera intéressant si cela commence à être le récit. Il y a cette préoccupation sous-jacente que l’inflation pourrait reprendre »

Croissance États-Unis : Biden lance un plan de 1900 milliards

Croissance États-Unis : Biden lance un plan de 1900 milliards

 

Après le plan de relance de décembre laborieusement élaboré par les démocrates et les républicains, Biden lance un énorme plan de soutien économique et social de 1900 milliards. L’idée est de soutenir de façon ciblée les secteurs économiques mais aussi le pouvoir d’achat des consommateurs les moins favorisés. Exemple le montant de la prestation hebdomadaire supplémentaire pour les chômeurs qui passent de 300 à 400 $. Depuis le début de la pandémie les États-Unis auront donc apporté une aide de 5200 milliards à l’économie soit très grossièrement le double du plan français ramené à des populations comparables.

Le programme d’aide comprend 415 milliards de dollars pour renforcer la réponse au virus et le déploiement des vaccins COVID-19, quelque 1000 milliards de dollars d’aide directe aux ménages et environ 440 milliards de dollars pour les petites entreprises et les communautés particulièrement touchées par la pandémie.

Les chèques de paiement de stimulation seraient émis pour 1 400 $ – en plus des chèques de 600 $ livrés par la dernière loi de relance du Congrès.

Il consacrerait également 170 milliards de dollars à la réouverture des écoles, dont la fermeture dans de nombreuses régions du pays a contraint des millions de travailleurs, en particulier des femmes, à quitter leur emploi.

Les nouvelles dépenses interviennent à un moment critique pour la plus grande économie du monde. Une résurgence hivernale du COVID-19 a fait basculer un marché du travail partiellement rétabli le mois dernier, les employeurs ayant supprimé 140000 emplois, en particulier les postes à faible revenu dans les restaurants, les bars et autres industries de services très recherchées.

Le  nouveau paquet, qui doit encore être voté par le Congrès, porterait à 5,2 billions de dollars le stimulus budgétaire total fourni à l’économie américaine depuis le début de la crise, ce qui équivaut à environ un quart de la production économique annuelle des États-Unis.

 

Le plan Biden sera bien accueilli à la Réserve fédérale, où certains responsables s’étaient inquiétés à la fin de l’année dernière d’une réponse budgétaire décroissante à la crise. Au cours de ses derniers jours en tant que président, le républicain Donald Trump a consacré l’essentiel de son énergie à un effort raté pour contester les résultats des élections de novembre et ne s’était pas beaucoup engagé dans le plus petit paquet de secours qui avait été adopté juste avant la fin de l’année.

Plus tôt jeudi, le président de la Fed, Jerome Powell, a noté que des dépenses gouvernementales précoces et énergiques avaient aidé à sauver l’économie d’un sort bien plus terrible.

Et il était clair que la Fed ne réagirait pas aux dépenses supplémentaires du gouvernement comme elle l’a fait aux réductions d’impôts sous Trump, en resserrant lentement la politique monétaire.

«Ce n’est pas le moment de parler de sortie», a déclaré Powell, faisant référence à la politique monétaire ultra-facile de la Fed qui comprend un programme d’achat d’obligations massif et des taux d’intérêt qui devraient rester proches de zéro pendant des années.

À l’époque, l’économie était dans des années ce qui s’avérerait être une expansion record, et avec le marché du travail en plein essor, la relance supplémentaire était considérée comme une surchauffe potentielle de l’économie.

Pas si maintenant, avec 10,7 millions et une augmentation du chômage et un taux de chômage de 6,7%, près du double du niveau pré-pandémique.

La Fed s’est engagée à maintenir les taux d’intérêt à leur niveau actuel proche de zéro jusqu’à ce que l’inflation atteigne et soit en passe de dépasser 2%, et que l’économie atteigne le plein emploi.

Le stimulus supplémentaire massif face à une Fed au repos soulève le spectre pour certains qu’un boom économique plus tard cette année pourrait faire grimper les prix de manière inconfortable ou suralimenter les prix des actifs.

« Je ne sais pas si nous comprenons complètement tous les impacts de pousser autant d’argent dans l’économie alors qu’une partie importante de l’économie est encore contrainte par la pandémie », a déclaré Tim Duy, professeur d’économie à l’Université de l’Oregon.

Croissance Italie: un plan de relance non financé

Croissance Italie: un plan de relance non financé  

 Un immense plan de relance de plus de 220 milliards vient d’être décidé par l’Italie pour soutenir la machine économique. Le problème c’est que l’endettement de ce pays atteint déjà 160 % du PIB, record européen.

Ce plan de relance n’est absolument pas financé, il reposera donc sur l’emprunt dont les taux d’intérêt sont très accessibles grâce à la politique accommodante de la banque centrale européenne

Mais cette politique de fuite en avant risque de faire éclater le fragile équilibre politique du gouvernement.

 

Il n’est pas du tout certain par ailleurs que l’union européenne approuve ce plan de relance car l’endettement ainsi accumulé pourrait rapprocher un jour la situation du pays de celle de la Grèce.

 

En effet l’Italie a déjà été bénéficiaire du méga-plan de 750 milliards d’euros adopté à l’été 2020 par les dirigeants européens, l’Italie est très attendue sur ses projets qu’elle doit soumettre à Bruxelles d’ici fin avril, à l’instar des autres pays en attente de fonds. Rome suscite des inquiétudes car le pays a été accusé dans le passé d’utiliser à mauvais escient les fonds européens. «L’Italie aura un rôle déterminant dans le succès ou l’échec» de cette première expérience de dette commune de l’Union européenne, avait prévenu dès le mois d’août le commissaire européen à l’Economie, et ancien chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni.

 

Le plan de relance risque d’alourdir la dette colossale de Rome, qui devrait atteindre 158% du PIB, le deuxième ratio plus élevé dans la zone euro derrière Athènes.

2021 : une année de transition au plan économique

2021 : une année de transition au plan économique

 

2021 se présente comme une année de transition et non l’année de rétablissement total de la croissance perdue. Il faudra attendre au moins la fin de 2022 pour cela. En fait,  on va commencer à rattraper les pertes d’activité dues à la crise sanitaire en 2021. En Europe le redémarrage risque d’être plus lent qu’ailleurs. En Chine, la croissance est nettement repartie à la hausse. Devraient suivre les États-Unis qui auront soutenu leur économie avec un appui financier à hauteur de 15 % du PIB. En Europe on est plus près de 5 % excepté pour l’Allemagne à 9 % du PIB.

Pour retrouver le niveau de fin 2019, il faudra quatre trimestres aux États-Unis, contre neuf en zone euro, évalue le groupe Rothschild. Attention, prévient Christopher Dembik, «la reprise sera très hétérogène en zone euro car le chômage reste important. La zone sud va rester durablement sinistrée». Le fonds européen de 750 milliards d’euros représente un levier conséquent, dont l’Italie et l’Espagne sont les premiers bénéficiaires. «Mais les principaux montants n’arriveront pas avant 2023 et 2024», précise l’économiste.

 

Ce qui risque de plomber l’atmosphère notamment le moral des acteurs économiques, c’est l’annonce du grand bon des faillites notamment au cours du second semestre 2021. Un grand bon qui mécaniquement va provoquer une forte hausse du chômage. Par exemple en France après environ la destruction de 800 000 emplois en 2020, il faudra en ajouter au moins 1 million en 2021. Les consommateurs, les ménages et les investisseurs risquent dans ces conditions de se montrer encore prudents en 2021.

 

Le gouvernement français a dû d’ailleurs revoir à la baisse sa prévision de croissance pour 2021 à +6%. Une performance atteignable « s’il n’y a pas de troisième confinement et si on a une reprise économique relativement régulière à partir du premier trimestre », prévient Patrick Artus, économiste en chef de Natixis. Sinon, « tout sera différent: ça voudra dire qu’il faudra attendre 2024 pour retrouver le niveau de PIB d’avant la crise, le chômage va monter beaucoup plus haut, les faillites d’entreprises aussi », ajoute-t-il.

Trump veut bloquer le plan de 900 milliards

Trump veut bloquer le plan de 900 milliards

 

Alors que les parlementaires démocrates et républicains se sont mis d’accord enfin sur un plan de 900 milliards destinés au soutien économique,  Trump il dénonce la loi qu’il a pourtant laissée à son secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, le soin de négocier avec les leaders du Congrès. Un secrétaire au Trésor qui a approuvé le plan.

 

Trump, lui, qualifie ce texte de «honte», truffé «de gaspillages et d’éléments superflus». Et demande qu’il soit amendé pour augmenter de 600 à 2.000 dollars le montant des chèques, qui sont censés être envoyés dès la semaine prochaine à des millions d’Américains.

 

Le projet comprend d’une part l’enveloppe de 900 milliards jugée indispensable pour aider les entreprises et ménages à surmonter la crise. Et il est par ailleurs incorporé à une loi de finance massive de 1.400 milliards de dollars, visant à financer le fonctionnement des agences fédérales jusqu’en septembre prochain.

 

 

Nouveau plan de soutien américain : enfin adopté

Nouveau plan de soutien américain : enfin adopté

Trump s’était longtemps opposé à un deuxième plan de soutien suite à la crise sanitaire. Mais le congrès vient de se mettre d’accord sur un plan de 900 milliards

Les 3000 milliards de dollars d’aides exceptionnelles aux entreprises, aux collectivités locales et aux particuliers, votés en février et mars derniers par le Congrès ont été largement dépensés. De Wall Street à la Réserve fédérale, les économistes implorent depuis le mois d’août les leaders du Congrès d’intervenir pour éviter que le vif redressement de la conjoncture observé depuis mai ne soit qu’un feu de paille, suivi d’un retour de la contraction générale de l’activité.

 

 

Après des mois de négociations, interrompues par les élections du 3 novembre, républicains et démocrates au Congrès sont tombés d’accord dimanche 20 décembre sur un nouveau plan massif de soutien à l’économie américaine. Un vote des deux chambres sur un paquet législatif de quelque 900 milliards de dollars doit intervenir lundi devant les deux chambres«Nous pouvons enfin dire ce que notre nation a besoin d’entendre depuis longtemps. Davantage d’aide (économique) est en route», a déclaré le chef républicain du Sénat, Mitch McConnell, devant ses pairs. «Alors que nos citoyens continuent de lutter contre le coronavirus cette saison des fêtes, ils ne se battront pas seuls», a-t-il ajouté, regrettant toutefois que cet accord n’ait pas été trouvé «il y a des mois».

Climat accord de Paris : un engagement mais peu d’actes et pas de résultats au plan mondial

Climat accord de Paris : un engagement mais peu d’actes et pas de résultats au plan mondial

Si l’accord de Paris a suscité l’approbation d’un grand nombre de pays par contre les résultats en termes d’émissions et de concentration de CO2 dans l’atmosphère ont atteint encore un record en 2019. En cause, le décalage entre les intentions affichées par chaque pays et les actions concrètes.. Selon un récent rapport de l’ONG allemande Germanwatch, aucun des 58 pays qu’elle a passés à la loupe ne semble à même de tenir ses objectifs. La France ne fait pas exception: elle a dépassé de 2,7 % le plafond d’émissions nettes de GES qu’elle s’était fixée pour 2019, selon l’observatoire Climat-Énergie. Les défenseurs du climat s’inquiètent du soutien massif apporté par les divers plans de relance post-Covid aux énergies fossiles. Le projet international Energy Policy Tracker observe ainsi que les pays du G20 ont annoncé au moins 234 milliards de dollars de financement public en faveur des énergies fossiles, contre 151 milliards pour les énergies «propres».

Budget et plan de relance de l’UE: les exigences sur l’Etat de droit disparaissent

Budget et plan de relance de l’UE: les exigences sur l’Etat de droit disparaissent

 

Au prix de la suppression des exigences sur l’Etat de droit, la Pologne là Hongrie ont accepté le projet de budget de l’union européenne ainsi que le plan de relance.

La Hongrie et la Pologne avaient opposé leur veto le mois dernier à ce projet de budget et au plan de relance, qui doivent être adoptés à l’unanimité des Vingt-Sept. Ces deux pays, visés par des procédures européennes pour des atteintes à l’indépendance de la justice ou des médias, refusaient une clause conditionnant le versement des fonds au respect de l’état de droit.

L’Allemagne, qui assure la présidence tournante de l’UE, a réussi à obtenir l’unanimité avec un texte complètement ambigu et particulièrement hypocrite.

Aux termes de ce compromis, les dirigeants européens vont adopter une déclaration précisant que le lien entre état de droit et déblocage des fonds sera appliqué objectivement et à la seule fin de garantir une utilisation appropriée de l’argent versé par l’UE, et non pas dans le but de sanctionner des pays dans le cadre de procédures distinctes relatives à l’Etat de droit.

Croissance États-Unis: un plan de $ 916 mds

Croissance États-Unis:  un plan  de $ 916 mds

 

Pendant longtemps le nouveau plan de soutien a été bloqué par le président américain. Après des discussions sans fin entre les républicains, les démocrates et l’entourage de Trump, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, propose un plan de 916 milliards de dollars lors d’un entretien avec la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

S’exprimant via Twitter, il a indiqué que le plan prévoyait des fonds pour les Etats et les collectivités locales – une priorité des démocrates -, ainsi que des protections pour les entreprises – une priorité des républicains.

Plus tôt dans la journée, Mitch McConnell avait suggéré que les parlementaires adoptent un ensemble budgétaire restreint ne prévoyant ni les aides aux administrations locales ni les aides aux entreprises – deux des points de contentieux entre républicains et démocrates depuis plusieurs mois.

Républicains et démocrates font face à une pression croissante pour apporter de nouvelles aides aux familles et entreprises affectées par la crise sanitaire du coronavirus, qui a tué plus de 283.000 personnes aux Etats-Unis et mis des millions d’Américains au chômage.

Les deux camps tentent depuis plusieurs mois de s’entendre sur un troisième ensemble budgétaire, alors que le Congrès a voté 3.000 milliards de dollars d’aides depuis le début de l’épidémie.

Japon : nouveau plan de relance de $ 700 mds

Japon : nouveau plan de relance de $ 700 mds

 

 

Le Japon a déjà décidé un plan de soutien économique de 2200 milliards de dollars. Le pays a décidé d’y ajouter encore 708 milliards de dollars- c’est le troisième plan d’aide à l’économie.

Ces nouvelles mesures vont permettre de contribuer à une “nouvelle croissance économique”, a dit Yoshihide Suga.

L’économie nippone a rebondi sur la période juillet-septembre après une contraction historique au deuxième trimestre. Cependant de nombreux analystes s’attendent à ce que le rétablissement reste modeste du fait d’une nouvelle vague d’infections au coronavirus.

Le Japon pourrait cependant bénéficier du net redressement de la croissance constatée en Chine.

Plan de relance européen : sans la Pologne et la Hongrie

Plan de relance européen : sans la Pologne et la Hongrie

 

Le plan de relance européen et projet de budget pour la période 2021–2027 pourraient d’après la France être adoptés sans l’avis de la Hongrie et de la Pologne. Ces deux pays s’opposent à la majorité des autres membres de l’union européenne en raison des conditions imposées par l’Europe en matière de respect de l’État de droit.

L’Union européenne mettra en oeuvre son plan de relance à 25 si la Pologne et la Hongrie persistent à refuser de valider ce projet ainsi que le projet de budget pluriannuel, a prévenu dimanche le secrétaire d’Etat français chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, dans une interview au Journal du Dimanche.

« Le budget pluriannuel commence au 1er janvier. Si la Hongrie et la Pologne se refusent toujours à valider les choses en l’état, alors il faudra en venir à une solution plus radicale qui consiste à mettre en oeuvre le plan de relance européen à 25″, a-t-il dit.

 

« C’est juridiquement lourd mais possible. Notre position est claire : on ne sacrifiera ni la relance, ni l’état de droit. »

 

« Démocratie : Pour un Plan d’action européen « ( Dacian Ciolos)

« Démocratie : Pour un Plan d’action européen « ( Dacian Ciolos)

 

Dacian Ciolos député européen, président du groupe centriste estime dans l’Opinion que la démocratie en Europe est malade.

 

Tribune

 

 

Pour rester en bonne santé, nos démocraties doivent s’adapter : intégrer le numérique sans devenir virtuelles, encourager la participation et l’implication citoyenne sans devenir populiste, défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression sans laisser le chaos prendre le pas sur l’information vérifiée, préserver un débat transparent et respectueux.

L’urgence à rénover nos pratiques démocratiques est pressante pour l’ensemble de nos démocraties, mais elle l’est encore plus pour l’Union européenne. Echelon le plus éloigné de la plupart de nos citoyens, plus que tout autre collectivité, elle doit apporter la preuve permanente de la légitimité de ses décisions, et éclairer le lien entre ses décisions et la vision d’un avenir commun à l’ensemble des Européens.

Quand l’Europe échoue, ses choix sont vite tournés en dérision ou accusés d’être non démocratiques, y compris au terme d’années de débat – parfois difficilement lisibles pour les citoyens

Quand elle échoue, ses choix sont vite tournés en dérision ici et là, ou accusés d’être non démocratiques, y compris au terme d’années de débat certes minutieux et prenant en compte les équilibres complexes d’une Europe diverse, mais aussi parfois opaques et difficilement lisibles pour les citoyens.

Le sursaut de participation aux dernières élections européennes montre l’intérêt grandissant pour l’Europe, en particulier celui de la jeune génération. Il montre à quel point le plan d’action pour la démocratie que vient de présenter la Commission est une opportunité de construire une nouvelle dynamique autour du projet européen, une dynamique alliant une grande démocratie représentative, s’appuyant pleinement sur le Parlement européen, à un engagement citoyen renforcé. C’est d’ailleurs pour cela que nous portons la Conférence sur l’avenir de l’Union européenne. Son succès dépendra de sa capacité à être largement ouverte à la participation citoyenne.

Les chantiers à ouvrir sont multiples. Bien entendu il faut se prémunir face à la Chine, la Russie, la Turquie, et malheureusement aussi à des forces politiques au sein même notre Union qui ont depuis longtemps intégré le potentiel des nouveaux outils du débat public pour affirmer des projets autoritaires. Ils sont passés maîtres dans l’organisation, chez eux, de simulacres de démocratie, et chez nous, maîtres de l’influence et de la manipulation de l’opinion. Le Brexit en est un triste exemple dont l’Europe, y compris le Royaume-Uni, se mordra les doigts encore longtemps.

Mais notre agenda pour la démocratie européenne ne doit pas être seulement défensif. Lutter contre la manipulation de l’information est absolument fondamental, mais se limiter à cela reviendrait à construire une digue fragile face à l’océan et à alimenter la défiance. Il convient au contraire de façon audacieuse d’affirmer dans notre société le rôle et la voix de chaque citoyen. Ne nous limitons pas à lutter contre la propagande, bâtissons aussi la démocratie de demain.

Dacian Ciolos est député européen, président du groupe centriste et libéral Renew Europe depuis 2019. Il est ancien Premier ministre de Roumanie. Sa chronique «Europa» est publiée en alternance avec celle de Manfred Weber, président du groupe PPE, chaque dimanche sur lopinion.fr et le lundi dans le journal.

Croissance États-Unis : Trump accepte enfin un nouveau plan de relance

Croissance États-Unis : Trump accepte enfin un nouveau plan de relance

 

Après avoir bloqué pendant des semaines le nouveau plan de soutien, le président américain accepte enfin de reprendre à son compte une proposition des républicains. “Le président signera la proposition McConnell, chef de la majorité républicaine du Sénat présentée hier. Nous sommes impatients de progresser sur ce dossier”, a dit Steven Mnuchin, secrétaire d’État au Trésor) à la presse au Congrès.

Mitch McConnell, qui défendait initialement un plan de relance de 500 milliards de dollars (413 milliards d’euros) rejeté par les démocrates, a commencé mardi à faire circuler un nouveau texte après la présentation par un groupe d’élus des deux camps d’un projet de mesures représentant 908 milliards de dollars. Un projet qui pourrait être accepté par les démocrates.

Le nouveau projet du chef de la majorité sénatoriale est très proche du texte qu’il défendait ces derniers mois, selon une source au sein du camp républicain au Sénat. Il inclut 332,7 milliards de dollars de prêts et d’aides aux petites entreprises, selon un document transmis à Reuters.

Plan social chez Nokia : 1000 salariés concernés

Plan social chez Nokia : 1000 salariés concernés

La procédure d’information et de consultation concernant le projet de suppressions de postes chez Nokia est arrivée à son terme vendredi dernier. Après plusieurs mois de mobilisation, dont plusieurs manifestations, tous les syndicats, à l’exception de la CGT, ont signé l’accord sur les mesures d’accompagnement des salariés qui quitteront l’entreprise.

Sondage déconfinement : 83% des Français pour le plan Macron

Selon un  sondage Harris Interactive pour LCI publié après l’allocution présidentielle, publié deux heures après l’intervention présidentielle, 67% des sondés ont jugé le chef de l’État « convaincant », un résultat similaire à celui qui avait suivi l’allocution du 28 octobre dernier.

 

Selon ce sondage, 89% des Français approuvent la première mesure, consistant à rouvrir l’ensemble des commerces à compter du samedi 28 novembre. En outre, 83% des personnes interrogées sont favorables à l’allègement du confinement en plusieurs étapes, annoncé dans le même temps par le président de la République.

 

Biden, Schumer et Pelosi préparent l’environnement politique pour un nouveau plan d’aide aide économique

Biden, Schumer et Pelosi préparent l’environnement politique pour un nouveau plan d’aide aide économique

.

On se souvient que Trump et la majorité républicaine se sont opposées à la mise en œuvre d’un nouveau plan d’aide économique et sociale. Du coup, Biden prépare les conditions politiques pour relancer le débat afin que des mesures plus significatives soient décidées au service du soutien de la croissance et de l’emploi. Biden a donc réuni le chef des démocrates au Sénat et la responsable de ce parti de la chambre des représentants. Objectif; préparer dès maintenant un plan de soutien à l’économie. Un plan par ailleurs très attendu par les acteurs économiques et financiers.

“Ce projet devrait intégrer des moyens de lutter contre la pandémie de COVID-19, une aide aux familles et aux petites entreprises, un soutien aux gouvernements des États qui tentent de maintenir les travailleurs de première ligne sur le marché du travail, une assurance chômage élargie et des soins de santé abordables pour des millions de familles”, indique la déclaration commune publiée par le bureau de Joe Biden.

Joe Biden, qui doit prendre ses fonctions le 20 janvier, appelle à une action rapide sur un projet de loi de lutte contre le coronavirus.

Chuck Schumer, a annoncé jeudi que son homologue républicain, Mitch McConnell, avait accepté de reprendre les discussions sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l’économie.

Mitch McConnell, Chuck Schumer, Nancy Pelosi et le chef républicain de la Chambre, Kevin McCarthy, se sont rencontrés jeudi, selon un responsable démocrate.

Crise sanitaire : un plan de relance surtout favorable aux grandes entreprises

Crise  sanitaire : un plan de relance surtout favorable aux grandes entreprises

Selon une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), publiée lundi et diffusée par le Figaro, le plan de relance va surtout aider les grandes entreprises notamment industrielles.

Ce plan profitera dans une moindre mesure aux commerces, et beaucoup moins aux entreprises de l’hôtellerie-restauration ou des services.

Les auteurs jugent donc «optimiste» la prévision du gouvernement sur l’impact positif de cette mesure sur la croissance à moyen terme, d’autant plus que son financement «n’a pas été pris en compte».

En revanche, l’étude constate que les mesures d’urgence prises depuis mars (chômage partiel, prêt garanti, exonérations de charges, fonds de solidarité) ont bien rempli leur rôle, en ciblant les entreprises les plus fragiles financièrement, celles qui ont pu le moins maintenir leurs salariés en emploi et qui ont subi les plus fortes baisses de chiffre d’affaires.

Par secteur, l’hôtellerie-restauration, les services, les transports et les commerces sont ainsi les plus aidés. En revanche, les auteurs soulignent que ces dispositifs ont aussi «surtout aidé les entreprises petites, peu capitalistiques et peu productives dès avant la crise».

Enfin, selon l’étude, le choc de l’épidémie a eu un impact très inégal sur les revenus des ménages: les plus modestes, parce qu’ils sont notamment les plus susceptibles de travailler dans des secteurs touchés par le Covid-19, ont ainsi été les plus pénalisés. Ils sont aussi moins susceptibles de faire du télétravail et ont les contrats de travail les moins protecteurs (CDD, intérim, etc.)

De ce point de vue, les aides exceptionnelles aux bénéficiaires d’aide sociale et l’allocation de rentrée scolaire, qui ont atteint 173 euros pour les 20% de ménages les plus modestes, ou encore celles pour les indépendants et les petits entrepreneurs, ont permis de compenser en partie leurs baisses de revenus, note l’étude.

Les ménages du milieu de la distribution des revenus ont eux enregistré les pertes les plus importantes (jusqu’à 0,4%), l’indemnité de chômage partiel ne couvrant pas l’intégralité de leur salaire habituel. À l’inverse, les ménages les plus aisés, plus susceptibles de faire du télétravail et donc de conserver leur salaire complet, ont été moins pénalisés par la crise.

Projet de plan européen : comme prévu, bloqué par la Pologne et la Hongrie

Projet de plan  européen : comme prévu, bloqué par la Pologne et la Hongrie

 

 

Il était prévisible que la Pologne et la Hongrie bloquent le plan européen de relance économique subordonné pour leur pays des conditions de respect du droit. Si effectivement l’union économique à une certaine légitimité à reprocher certaines entraves démocratiques aux libertés individuelles et collectives, on comprend mal pourquoi on se saisit de ce plan d’urgence économique pour en faire le reproche aux deux Etats concernés.

La question devrait se poser plus globalement et l’union économique devrait s’interroger sur maintien de ces deux pays dans l’union et non profiter d’un plan d’urgence découlant de la crise sanitaire qui a peu de rapport avec les reproches adressés à la Pologne et à la Hongrie.

Juridiquement la condition imposée par l’union économique à propos du plan de relance est très discutable. Politiquement cela ne grandira pas la commission et l’union économique qui seront nécessairement contraints d’enlever cette conditionnalité pour rendre opérationnel un plan de soutien qui devient de plus en plus urgent eu égard au très net écroulement de l’économie en cette fin 2020.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est accusé par l’UE et certains pays européens d’atteinte aux principes démocratiques, notamment en matière d’indépendance de la justice et de liberté de la presse. La Pologne est elle aussi visée par des critiques similaires.

Le Conseil européen a décidé au cours de l’été que les futurs versements d’argent issus du prochain budget et du plan de relance économique, qui représentent ensemble environ 1.800 milliards d’euros, seraient liés au respect des normes démocratiques inscrites dans les traités de l’UE.

Ce veto préoccupe les autorités européennes qui ne souhaitent pas retarder leurs prises de décisions alors qu’elles sont déjà confrontées à l’interminable feuilleton du Brexit et aux retombées économiques de la pandémie de coronavirus.

“Je pense qu’il faut de toute façon régler cette question au plus vite”, a déclaré Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission européenne, lors d’une téléconférence.

“En ce qui concerne le lien entre le déblocage des fonds et le respect de l’état de droit, c’est quelque chose auquel la Commission a accordé une grande importance dans sa proposition de départ et qui a été discuté de longue date”, a-t-il ajouté.

L’Espagne, particulièrement malmenée par la crise sanitaire et à ce titre un des principaux bénéficiaires du projet de budget, a elle aussi dit son espoir d’une solution rapide.

Terrorisme : une unité de façade au plan européen

Terrorisme : une unité de façade au plan européen

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la rencontre entre le président français, le chancelier autrichien- en vidéoconférence avec la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen n’a pas débouché sur grand-chose.

Comme d’habitude, on s’est surtout attaché  à proclamer l’importance des valeurs démocratiques de l’Europe mais le sujet central de la mobilité et du contrôle des frontières n’a pas été traité ni même abordé. Tout au plus Ursula van der Leyen, la présidente de la commission, a-t-elle promis un vague plan pour le 9 décembre.

Parallèlement , Macron s’est exprimé dans les médias en insistant sur la question de la remise en cause de Schengen plus exactement de son aménagement. Un dispositif passoire qui permet à l’immigration illégale de ce déplacer dans n’importe quel pays d’Europe dès lors qu’elle est enregistrée dans le premier pays d’accueil.

Il ne s’agit sans doute pas d’interdire l’immigration mais d’organiser sa régulation à partir notamment de quotas pour des raisons économiques et à partir de vrais critères rigoureux pour les réfugiés politiques.

Macron qui n’a jamais non plus porté beaucoup d’intérêt à cette question depuis son élection est sans doute sensible au fait  qu’un sondage IFOP pour Sud-Radio et la chaîne télé CNews  montre que 80 à 90 % des Français souhaitent l’expulsion des individus étrangers des fichiers S et la déchéance de nationalité pour les délinquants binationaux.

Pour l’instant l’Europe s’en tient à des discours convenus rapportés par les médias officiels:

Lors d’une conférence de presse commune, tous ont souligné l’importance de défendre les valeurs et les libertés fondamentales de l’Europe. Ces attaques “sont contre notre art de vivre, notre liberté, elles sont destinées à semer angoisse et terreur”, a dit la chancelière Angela Merkel. “Il ne s’agit pas d’un combat entre l’islam et la chrétienté. Ce qui est en cause c’est de défendre le modèle de société démocratique”, a-t-elle ajouté.Charles Michel est revenu sur l’importance de “faire reculer l’apologie du terrorisme” via un combat contre les messages de haine en ligne et une meilleure formation des imams en Europe.

Ursula van der Leyen a annoncé pour le 9 décembre un nouveau projet de la commission visant à lutter contre le terrorisme en Europe. Elle a souligné l’importance d’”agir à la racine du mal” en faisant en sorte que “les jeunes aient une vision et une perspective pour l’avenir”.

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol