Archive pour le Tag 'plan'

Avenir du Ferroviaire : le gouvernement refuse le plan de soutien voté à l’Assemblée nationale

Avenir du Ferroviaire : le gouvernement refuse le plan de soutien voté à l’Assemblée nationale

Le gouvernement encore été pris au dépourvu avec le vote surprise de l’Assemblée nationale concernant un soutien supplémentaire au développement du ferroviaire. En toute fin de nuit ce dernier lundi, les députés ont adopté par 78 voix contre 54 un amendement prévoyant trois milliards d’euros supplémentaires pour le développement du rail en France. Un amendement qui n’avait pas le soutien de l’exécutif. De toute manière comme le gouvernement entend utiliser le 49–3, cet amendement sera rejeté.

Reste que le pouvoir est encore interrogé sur sa volonté réelle de transition écologique. Le train est en effet le seul mode alternatif écologique à la voiture pour les longues distances et certains trajets régionaux.

Le système ferroviaire souffre de toute évidence d’un manque d’adaptation liée aux insuffisances d’ investissements mais aussi à un manque de dynamisme et d’innovation de l’entreprise.S ans parler d’une gestion assez laxiste.

Le problème actuellement, c’est que ce pouvoir traite des modes de transport de manière isolée et n’aborde pas de façon globale la problématique intermodale des transports. Tout se résume essentiellement pour l’instant la substitution de la voiture électrique au moteur thermique. Une nécessité peut-être avec une généralisation possible mais pas avant 2050 et encore car d’ici là la filière hydrogène pourrait devenir opérationnelle. Or la question essentielle est surtout de développer des transports de substitution à l’automobile chaque fois que possible.

Défendu par le PS, LFI et LR, cet amendement a vocation à « investir » dans le train au moment où les rapports concernant le manque d’investissements dans le réseau ferroviaire se multiplient tout comme les appels du pied de la SNCF.

Cette adoption a provoqué les railleries de Clément Beaune, ministre des Transports. « Les milliards volent en escadrille (…) C’est magique, c’est gratuit, c’est Halloween, c’est le contribuable qui paye ».

Reste que le gouvernement aura la possibilité d’écarter cet amendement puisqu’il a l’intention d’actionner à nouveau le 49.3 pour faire adopter sans vote ce volet dépenses du budget de l’Etat.
Rappelons que le patron de la SNCF a chiffré le besoin d’investissement dans le ferroviaire à environ 100 milliards d’euros supplémentaires sur 15 ans afin de contribuer à la décarbonation des transports en doublant la part du train.

Dans une tribune publiée par Le Monde en juillet dernier et adressée à la Première ministre, Jean Rottner, président de la région Grand-est affichait clairement son inquiétude, estimant que sans « sursaut » financier, il faudra s’attendre à « des fermetures de lignes de plus en plus nombreuses ».

« Soyons clairs, le vieillissement du réseau entraînera très vite des fermetures de lignes de plus en plus nombreuses (…) La conséquence est simple: le système pousse à réduire les circulations et toute politique d’accroissement de l’offre est vouée à l’échec. J’en appelle à un sursaut pour sauver le ferroviaire français dont le modèle est à bout de souffle », s’inquiètait-t-il.

Économie : Pour un plan d’urgence pour les entreprises très dépendantes de l’énergie

Économie : Pour un plan d’ urgence pour les entreprises très dépendantes de l’énergie


Pour un certain nombre d’entreprises fortement dépendantes de l’énergie, la situation prend une tournure dramatique. Ainsi , certaines entreprises reçoivent des propositions de contrats à plus 550 euros du MW contre 60 euros à 80 euros il y a un an (soit une augmentation d’environ… 800%). Jusque-là le gouvernement s’est surtout préoccupé suite à la crise énergétique des conséquences sur les ménages. Ainsi le bouclier tarifaire va permettre de limiter des eaux très conséquentes qui viennent amputer le pouvoir d’achat des ménages. Une décision qui a permis à la France de limiter aussi l’inflation à 6 % quand la moyenne est de l’ordre de 10 % en Europe.

Le problème c’est qu’on s’est moins préoccupé des entreprises dont les coûts énergétiques s’envolent dans les industries très dépendantes de l’énergie comme l’industrie chimique, la métallurgie, l’industrie alimentaire.

Le gouvernement a bien prévu un dispositif mais qui paraît bien insuffisant en raison des surcoûts des fournitures énergétiques pour les entreprises.

L’État a prévu une enveloppe d’environ 10 milliards d’euros pour financer cette nouvelle aide, issue des « rentes » des énergéticiens liées à l’explosion des prix de l’énergie, selon le gouvernement. Les entreprises peuvent déjà demander une aide si leurs factures d’énergie (gaz et électricité) représentent plus de 3% de leur chiffre d’affaires 2021, mais Bercy attend le feu vert de la Commission européenne pour en simplifier les critères, jugés trop complexes. Face aux « incertitudes sur l’aboutissement du processus européen », le ministère de la Transition énergétique juge « important de travailler en parallèle sur un paquet d’aides nationales pour donner de la sécurité et de la liquidité à toutes les entreprises et collectivités françaises qui ne bénéficient aujourd’hui pas du bouclier tarifaire ».

Les fédérations professionnelles et les organisations patronales ont été reçues au ministère de l’Économie pour discuter de ces aides nationales. La « piste de travail privilégiée », selon Bercy, consisterait à ce que le gouvernement prenne en charge une partie des factures d’électricité des entreprises. Concrètement, l’État pourrait financer jusqu’à 50% de la part de la facture soumise aux prix du marché – le reste de la facture bénéficiant du tarif avantageux dit « Arenh ». L’Arenh est un mécanisme par lequel EDF revend une partie de l’électricité produite par ses réacteurs nucléaires à ses concurrents, à un prix nettement inférieur aux cours du marché. Seront éligibles à cette aide les entreprises qui ont signé avec leur fournisseur des contrats qui prévoient un prix du mégawattheure (MWh) supérieur à 325 euros, selon l’hypothèse principale de travail mise en avant par le cabinet de la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

« Ça permet des rabais entre 20 et 70 euros par mégawattheure, selon la structure d’approvisionnement des consommateurs », détaille-t-on de même source. En plus de ce prix plancher, un plafond sera fixé mais son montant précis reste à définir. Avec ce nouveau dispositif de soutien, le gouvernement cible en particulier les PME mais compte également négocier avec la Commission européenne pour tenter d’en faire bénéficier les entreprises de taille intermédiaire, a-t-on précisé au ministère de l’Économie. « On demandait à être rassurés sur l’évolution des prix de l’énergie. Le dispositif imaginé répond à notre demande de visibilité », s’est félicité auprès de l’AFP François Asselin, le président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), qui a participé à la réunion organisée dans la matinée à Bercy. S’il est approuvé pour de bon, le mécanisme devrait se traduire par un amendement au projet de loi de finances pour 2023, en cours d’examen au Parlement

Macron promet d’aider les entreprises très dépendantes de l’énergie

Macron promet d’aider les entreprises très dépendantes de l’énergie

Lors de son interview mercredi soir sur France 2 Macron a promis d’aider les entreprises très dépendantes de l’énergie.

Les petites entreprises seront aussi aidées, avec une hausse du prix de l’électricité et du gaz limitée à 15 % comme pour les ménages . Pour les PME, un mécanisme va être mis en place pour amortir les augmentations. Il sera présenté ce vendredi par le gouvernement. « Le système va garantir un prix raisonnable », a promis Emmanuel Macron. Enfin, pour les plus grandes entreprises, un dispositif d’aides va être mis en place.

Des promesses relativement vagues qui méritent effectivement d’être précisées.

Jusque-là le gouvernement s’est surtout préoccupé suite à la crise énergétique des conséquences sur les ménages. Ainsi le bouclier tarifaire va permettre de limiter des eaux très conséquentes qui viennent amputer le pouvoir d’achat des ménages. Une décision qui a permis à la France de limiter aussi l’inflation à 6 % quand la moyenne est de l’ordre de 10 % en Europe.
Le problème c’est qu’on sait moins préoccuper des entreprises dont les coûts énergétiques s’envolent dans les industries très dépendantes de l’énergie comme l’industrie chimique, la métallurgie, l’industrie alimentaire.

Le gouvernement a bien prévu un dispositif mais qui paraît bien insuffisant en raison des surcoûts des fournitures énergétiques pour les entreprises.

L’État a prévu une enveloppe d’environ 10 milliards d’euros pour financer cette nouvelle aide, issue des « rentes » des énergéticiens liées à l’explosion des prix de l’énergie, selon le gouvernement. Les entreprises peuvent déjà demander une aide si leurs factures d’énergie (gaz et électricité) représentent plus de 3% de leur chiffre d’affaires 2021, mais Bercy attend le feu vert de la Commission européenne pour en simplifier les critères, jugés trop complexes. Face aux « incertitudes sur l’aboutissement du processus européen », le ministère de la Transition énergétique juge « important de travailler en parallèle sur un paquet d’aides nationales pour donner de la sécurité et de la liquidité à toutes les entreprises et collectivités françaises qui ne bénéficient aujourd’hui pas du bouclier tarifaire ».

Les fédérations professionnelles et les organisations patronales ont été reçues au ministère de l’Économie pour discuter de ces aides nationales. La « piste de travail privilégiée », selon Bercy, consisterait à ce que le gouvernement prenne en charge une partie des factures d’électricité des entreprises. Concrètement, l’État pourrait financer jusqu’à 50% de la part de la facture soumise aux prix du marché – le reste de la facture bénéficiant du tarif avantageux dit « Arenh ». L’Arenh est un mécanisme par lequel EDF revend une partie de l’électricité produite par ses réacteurs nucléaires à ses concurrents, à un prix nettement inférieur aux cours du marché. Seront éligibles à cette aide les entreprises qui ont signé avec leur fournisseur des contrats qui prévoient un prix du mégawattheure (MWh) supérieur à 325 euros, selon l’hypothèse principale de travail mise en avant par le cabinet de la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

« Ça permet des rabais entre 20 et 70 euros par mégawattheure, selon la structure d’approvisionnement des consommateurs », détaille-t-on de même source. En plus de ce prix plancher, un plafond sera fixé mais son montant précis reste à définir. Avec ce nouveau dispositif de soutien, le gouvernement cible en particulier les PME mais compte également négocier avec la Commission européenne pour tenter d’en faire bénéficier les entreprises de taille intermédiaire, a-t-on précisé au ministère de l’Économie. « On demandait à être rassurés sur l’évolution des prix de l’énergie. Le dispositif imaginé répond à notre demande de visibilité », s’est félicité auprès de l’AFP François Asselin, le président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), qui a participé à la réunion organisée dans la matinée à Bercy. S’il est approuvé pour de bon, le mécanisme devrait se traduire par un amendement au projet de loi de finances pour 2023, en cours d’examen au Parlement

Transport ferroviaire »: pour un un plan d’investissements de 100 milliards d’euros en dix ans

Transport ferroviaire »: pour un un plan d’investissements de 100 milliards d’euros en dix ans

Les présidents de régions réclament un investissement massif de 10 milliards par an pendant 10 ans au profit du ferroviaire pour accompagner la transition écologique.Un objectif qui malheureusement ne figure nullement dans la micro planification écologique annoncée il y a deux jours par la première ministre. Or rien ne changera fondamentalement dans le transport de personnes sans un soutien significatif des transports collectifs et notamment du ferroviaire.

« C’est un ‘new deal’ ferroviaire, à la mesure des crises et des défis de nos générations, et du changement climatique. » Seize présidents de régions et de collectivités territoriales appellent à « un plan national de modernisation et d’équipement ferroviaire » en France, avec un plan d’investissements à hauteur de 100 milliards d’euros sur dix ans, dans une tribune publiée par le journal Le Monde, samedi 22 octobre.

La tribune a pour signataires, entre autres, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et Jean Rottner, à la tête de la région Grand Est, ou encore Serge Letchimy, président de la collectivité territoriale de Martinique.

« Agissons ensemble, c’est notre responsabilité collective », lancent encore les signataires du texte. Ces derniers s’adressent notamment à Bruxelles « pour investir massivement dans les réseaux de transport ». « C’est le sens du mécanisme pour l’interconnexion en Europe, dans le droit fil des objectifs du pacte vert européen. C’est également un puissant levier de la reconquête de la souveraineté énergétique européenne », défendent-ils.

Dans cette tribune, les présidents de régions rappellent que le réseau ferroviaire français « requiert, selon Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF lui-même, un investissement de 100 milliards d’euros sur quinze ans, pour sa remise à niveau immédiate et pour atteindre la neutralité carbone en 2050″. Pour les signataires, « l’innovation doit être au cœur de ce chantier ». « Le ferroviaire, c’est le développement économique », soulignent-ils.

Ces derniers pointe les bienfaits d’un tel plan pour « la relocalisation de notre industrie », qui passerait notamment « par la relance des autoroutes ferroviaires de fret, la fin des tergiversations autour du tracé du Lyon-Turin ou la modernisation de la ligne des primeurs Perpignan-Rungis (Val-de-Marne). »

Planification écologique …. mais sans plan

Planification écologique …. mais sans plan

Élisabeth Borne a une conception assez ésotérique de la planification notamment en la circonstance du domaine écologique. La Première ministre a en effet présenté un micro plan qui se résume uniquement en la reprise d’action déjà en cours et qui ne saurait constituer une programmation significative de la mutation environnementale.

Pour résumer ,la reprise de beaucoup d’évidences, de généralités voire de banalités mais rien de grande ampleur ni de très significatif.

Une véritable planification aurait consisté à décliner l’objectif central dans chaque champ économique et social avec les acteurs économiques. La transformation ne pourra être que progressive mais elle doit rencontrer l’acceptation des les acteurs et même leur concours actif. La démarche doit aussi être développée sur le plan territorial. En gros, il conviendrait après le travail d’analyse et de fixation des objectifs de définir des plans d’orientation pour chaque secteur et chaque région qui prenne en compte la cohérence entre les dimensions économiques, environnementales et sociales.

Bref le travail habituel du plan renvoyé par Macon et Bayrou à une activité marginale pour y substituer le plus souvent la navigation à vue contradictoire ( voir par exemple sur l’énergie ou les transports)

« Nous avons identifié 22 chantiers qui couvrent les domaines de la vie quotidienne : la mobilité, le logement, notre façon de produire et de consommer », auxquels s’ajoutent « la restauration de la biodiversité et de nos écosystèmes (eau, sols, forêts, océans) », et chaque chantier se déclinera en « plans d’action », affirmait la Première ministre dans un entretien à Libération mis en ligne jeudi 20 octobre.

Les actions qui découleront de ces chantiers seront portées « sous la bannière : ‘France nation verte’ », précisait-elle, ajoutant qu’ »une première synthèse » de cette planification sera établie « d »ici la fin de l »année » et enrichie « au fur et à mesure ».

Sans présenter de nouvelles actions, concrètes ou symboliques, la cheffe du gouvernement, polytechnicienne de formation, a dit « assumer » une écologie « de la responsabilité, où l’on refuse le simplisme et l’on dit aux Français (…) que les solutions sont complexes », en identifiant « des leviers » à partir de « séries d’indicateurs », ce qui « peut paraître complexe ou abstrait ».

Élisabeth Borne a défendu une France « plus verte » qui soit aussi « plus juste », « condition pour que la transition écologique soit acceptée, efficace et fédératrice ». Elle a insisté sur la mobilisation de « tous les acteurs », citoyens, entreprises, État et surtout collectivités, « qui ont entre leurs mains la plupart des compétences décisives pour la transition écologique ».

Une « première version consolidée » de cette planification sera établie « en fin d’année », « intégrant de nouvelles actions » et « des clauses de rendez-vous », a précisé Élisabeth Borne.

Interrogée par Libération sur la question de savoir si elle assumait de dire aux Français qu’il fallait manger moins de viande ou moins prendre l’avion, Élisabeth Borne a répondu ne pas vouloir « stigmatiser les gens sur leur façon de vivre », préférant « donner envie d’autre chose ».

Planification écologique : le micro plan d’Élisabeth Borne

Planification écologique : le micro plan d’Élisabeth Borne

Élisabeth Borne a une conception assez ésotérique de la planification notamment en la circonstance du domaine écologique. La Première ministre a en effet présenté un micro plan qui se résume uniquement en la reprise d’action déjà en cours et qui ne saurait constituer une programmation significative de la mutation environnementale.

Pour résumer la reprise de beaucoup d’évidences, de généralités voire de banalités mais rien de grande ampleur ni de très significatif.

« Nous avons identifié 22 chantiers qui couvrent les domaines de la vie quotidienne : la mobilité, le logement, notre façon de produire et de consommer », auxquels s’ajoutent « la restauration de la biodiversité et de nos écosystèmes (eau, sols, forêts, océans) », et chaque chantier se déclinera en « plans d’action », affirmait la Première ministre dans un entretien à Libération mis en ligne jeudi 20 octobre.

Les actions qui découleront de ces chantiers seront portées « sous la bannière : ‘France nation verte’ », précisait-elle, ajoutant qu’ »une première synthèse » de cette planification sera établie « d »ici la fin de l »année » et enrichie « au fur et à mesure ».

Sans présenter de nouvelles actions, concrètes ou symboliques, la cheffe du gouvernement, polytechnicienne de formation, a dit « assumer » une écologie « de la responsabilité, où l’on refuse le simplisme et l’on dit aux Français (…) que les solutions sont complexes », en identifiant « des leviers » à partir de « séries d’indicateurs », ce qui « peut paraître complexe ou abstrait ».

Élisabeth Borne a défendu une France « plus verte » qui soit aussi « plus juste », « condition pour que la transition écologique soit acceptée, efficace et fédératrice ». Elle a insisté sur la mobilisation de « tous les acteurs », citoyens, entreprises, État et surtout collectivités, « qui ont entre leurs mains la plupart des compétences décisives pour la transition écologique ».

Une « première version consolidée » de cette planification sera établie « en fin d’année », « intégrant de nouvelles actions » et « des clauses de rendez-vous », a précisé Élisabeth Borne.

Interrogée par Libération sur la question de savoir si elle assumait de dire aux Français qu’il fallait manger moins de viande ou moins prendre l’avion, Élisabeth Borne a répondu ne pas vouloir « stigmatiser les gens sur leur façon de vivre », préférant « donner envie d’autre chose ».

Plan énergétique du gouvernement: superficiel

Plan énergétique du gouvernement: superficiel

Comme il fallait s’y attendre le plan du gouvernement est aussi anecdotique que superficiel.En effet, la plupart des mesures sont évidemment déjà pratiquées par les ménages et les entreprises? En cause, essentiellement évidemment une politique énergétique complètement incohérente concernant aussi bien l’électricité que le gaz ou d’une certaine manière nous avons organisé notre dépendance vis-à-vis de l’extérieur. Même chose d’ailleurs avec les énergies alternatives à peu près toutes fabriquées en Chine !Bref le gouvernement aurait pu recommander aussi le port de col roulé, du passe-montagne et de chaussettes en laine en regardant la télé ou mieux en éteignant afin de relancer une activité ménagère et la conversation dans les ménages !

La Première ministre souhaite «baisser de 10 % notre consommation d’ici 2024», selon Élisabeth Borne. Le Figaro fait le point sur les principales mesures contenues dans le plan, qui a mobilisé neuf ministères et représente «un potentiel de réduction de consommation de l’ordre de 50 TWh».

Le gouvernement reprend son slogan fétiche à savoir d’abord le souhait de voir la température était à 19° dans les bâtiments. Le seul problème c’est que cette température est déjà en moyenne à 19° voir moins. Bref encore une décision prise sans analyse des réalités. Et pour enfoncer le clou le gouvernement recommande aussi de moins chauffer les pièces temporairement non occupées ou la redécouverte du thermostat !

Le gouvernement souhaite aussi à nouveau mettre l’accent sur le télétravail, Une manière habile de transférer les charges de chauffage des sociétés sur les particuliers. Sans parler des frais d’électricité et d’équipement et d’abonnement informatique

On va aussi promouvoir le vélo. ( Le covoiturage sera aussi encouragé, avec un «soutien spécifique» aux opérateurs pour «chaque nouveau client», en échange de moyens incitatifs pour les Français qui souhaiteraient s’y essayer. Pour les déplacements professionnels, les employeurs devront privilégier le train plutôt que la voiture ou l’avion, recourir à la visioconférence et préférer les déplacements «regroupés par zones».

Plan de sobriété énergétique du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel,vice pésident de de l’Association des maires de France

Plan de sobriété énergétique du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel,vice pésident de de l’Association des maires de France)


« C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons », fustige mercredi 5 octobre sur franceinfo, André Laignel, maire d’Issoudun et premier vice-président délégué de l’Association des maires de France, alors que le gouvernement a développé jeudi son plan de sobriété. Il il prévoit de couper l’eau chaude dans les toilettes des administrations, inciter au télétravail ou encore baisser le chauffage à 18° dans les bâtiments administratifs alors qu’il est déjà théoriquement limité à 19. Ces mesures ne sont « pas suffisantes », pour André Laignel.

franceinfo : Pensez-vous que ces mesures annoncées par le gouvernement sont suffisantes ?
André Laignel : Suffisantes, certainement pas. Nous sommes toujours preneurs de conseils mais nous n’avons pas attendu ceux du gouvernement dans la plupart des domaines dans lesquels il les profère. C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le gouvernement parle de 10% d’économie mais tous les contrats que nous sommes en train de passer pour les énergies sont entre 200 et 500% d’augmentation.
Vous auriez préféré des mécanismes pour réduire les coûts plutôt que des conseils d’économie ?
Évidemment et ça fait des mois et des mois que nous faisons des propositions au gouvernement. Nous sommes devant un mur financier que nous ne serons pas capables de franchir. Il y a des centaines de communes qui ne seront pas en capacité de faire face aux nouveaux tarifs qui nous sont proposés chaque fois que nous sommes obligés de changer de contrat. Ce que nous demandons c’est qu’il y ait un bouclier énergétique comme il en existe un pour les entreprises et les particuliers, les communes n’ont aucun bouclier aujourd’hui. La ville de Mulhouse a passé des appels d’offres et elle doit faire face à des augmentations de 478%, en Bretagne c’est 225% d’augmentation. Nous proposons que l’Etat, les collectivités, les syndicats d’énergie soient réunis d’urgence, à l’initiative du gouvernement.

Baisser la température dans les gymnases, dans les piscines municipales c’est utile ?
On n’a pas attendu ces recommandations pour prendre ces mesures. A Issoudun dans ma ville, c’est le cas depuis de très nombreuses semaines, nous avons prévu au moment du passage à l’heure d’hiver d’éteindre un certain nombre d’éclairages publics. Le catalogue qui est présenté c’est en définitive des suggestions avancées par les maires eux-mêmes. Nous n’avons pas de désaccord avec le gouvernement sur tout cela parce que c’est du bon sens mais ce n’est pas à la hauteur de la situation que nous rencontrons aujourd’hui. Il faut des engagements financiers. Faire de la communication sur un certain nombre de mesures et de mesurettes, ne correspond pas à l’ampleur du sujet.

Crise Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » ( André Laignel, de l’Association des maires de France)

Crise Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel, de l’Association des maires de France)


« C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons », fustige mercredi 5 octobre sur franceinfo, André Laignel, maire d’Issoudun et premier vice-président délégué de l’Association des maires de France, alors que le gouvernement dévoilera jeudi son plan de sobriété. Selon les informations de franceinfo, il prévoit de couper l’eau chaude dans les toilettes des administrations, inciter au télétravail ou encore baisser le chauffage à 18° dans les bâtiments administratifs alors qu’il est déjà théoriquement limité à 19. Ces mesures ne sont « pas suffisantes », pour André Laignel.

franceinfo : Pensez-vous que ces mesures annoncées par le gouvernement sont suffisantes ?
André Laignel : Suffisantes, certainement pas. Nous sommes toujours preneurs de conseils mais nous n’avons pas attendu ceux du gouvernement dans la plupart des domaines dans lesquels il les profère. C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le gouvernement parle de 10% d’économie mais tous les contrats que nous sommes en train de passer pour les énergies sont entre 200 et 500% d’augmentation.
Vous auriez préféré des mécanismes pour réduire les coûts plutôt que des conseils d’économie ?
Évidemment et ça fait des mois et des mois que nous faisons des propositions au gouvernement. Nous sommes devant un mur financier que nous ne serons pas capables de franchir. Il y a des centaines de communes qui ne seront pas en capacité de faire face aux nouveaux tarifs qui nous sont proposés chaque fois que nous sommes obligés de changer de contrat. Ce que nous demandons c’est qu’il y ait un bouclier énergétique comme il en existe un pour les entreprises et les particuliers, les communes n’ont aucun bouclier aujourd’hui. La ville de Mulhouse a passé des appels d’offres et elle doit faire face à des augmentations de 478%, en Bretagne c’est 225% d’augmentation. Nous proposons que l’Etat, les collectivités, les syndicats d’énergie soient réunis d’urgence, à l’initiative du gouvernement.
Baisser la température dans les gymnases, dans les piscines municipales c’est utile ?
On n’a pas attendu ces recommandations pour prendre ces mesures. A Issoudun dans ma ville, c’est le cas depuis de très nombreuses semaines, nous avons prévu au moment du passage à l’heure d’hiver d’éteindre un certain nombre d’éclairages publics. Le catalogue qui est présenté c’est en définitive des suggestions avancées par les maires eux-mêmes. Nous n’avons pas de désaccord avec le gouvernement sur tout cela parce que c’est du bon sens mais ce n’est pas à la hauteur de la situation que nous rencontrons aujourd’hui. Il faut des engagements financiers. Faire de la communication sur un certain nombre de mesures et de mesurettes, ne correspond pas à l’ampleur du sujet.

Plan de sobriété énergétique du gouvernement: Anecdotique et superficiel

Plan de sobriété Énergétique du gouvernement: Anecdotique et superficiel

Comme il fallait s’y attendre le plan du gouvernement est aussi anecdotique que superficiel.En effet, la plupart des mesures sont évidemment déjà pratiquées par les ménages et les entreprises? En cause, essentiellement évidemment une politique énergétique complètement incohérente concernant aussi bien l’électricité que le gaz ou d’une certaine manière nous avons organisé notre dépendance vis-à-vis de l’extérieur. Même chose d’ailleurs avec les énergies alternatives à peu près toutes fabriquées en Chine !

La Première ministre souhaite «baisser de 10 % notre consommation d’ici 2024», selon Élisabeth Borne. Le Figaro fait le point sur les principales mesures contenues dans le plan, qui a mobilisé neuf ministères et représente «un potentiel de réduction de consommation de l’ordre de 50 TWh».

Le gouvernement reprend son slogan fétiche à savoir d’abord le souhait de voir la température était à 19° dans les bâtiments. Le seul problème c’est que cette température est déjà en moyenne à 19° voir moins. Bref encore une décision prise sans analyse des réalités. Et pour enfoncer le clou le gouvernement recommande aussi de moins chauffer les pièces temporairement non ocupées ou la redécouverte du thermostat !

Le gouvernement souhaite aussi à nouveau mettre l’accent sur le télétravail, Une manière habile de transférer les charges de chauffage des sociétés sur les particuliers. Sans parler des frais d’électricité et d’équipement et d’abonnement informatique

On va aussi promouvoir le vélo. ( Le covoiturage sera aussi encouragé, avec un «soutien spécifique» aux opérateurs pour «chaque nouveau client», en échange de moyens incitatifs pour les Français qui souhaiteraient s’y essayer. Pour les déplacements professionnels, les employeurs devront privilégier le train plutôt que la voiture ou l’avion, recourir à la visioconférence et préférer les déplacements «regroupés par zones».

La chasse aux dépenses énergétiques superflues va fortement concerner les commerces et leurs pratiques publicitaires. Les cafés et restaurants à la fin du service ou encore les hôtels devront s’engager à éteindre leurs enseignes entre minuit et 6h du matin.

Plus largement, les publicités lumineuses seront désormais interdites entre 1h et 6h du matin en France, exception faire des aéroports, gares ou stations de métro, conformément à un arrêté paru ce jeudi matin au Journal officiel.

Le gouvernement va étendre l’obligation d’installer un programmateur de chaudière intelligent à tous les bâtiments : si les nouveaux bâtiments résidentiels étaient concernés d’ici 2025, ce sera bientôt aussi le cas pour tout le résidentiel ou tertiaire existant. Les immeubles chauffés collectivement, et dont la période de chauffe s’étend traditionnellement du 15 octobre au 15 avril sont aussi encouragés à décaler celle-ci de quinze jours.

Les consommateurs sont invités à réduire leur consommation d’eau chaude sanitaire.

Autre mesure, l’exécutif invite à individualiser les frais de chauffage, dans les immeubles chauffés collectivement. Une mesure d’équité, justifie-t-on : «Les syndicats de copropriété seront sensibilisés à l’intérêt de programmer l’individualisation des frais de chauffage à l’occasion de l’élaboration des plans pluriannuels de travaux (PPT), dont l’élaboration sera obligatoire dans toutes les copropriétés entre 2023 et 2025». Le gouvernement veut aussi accélérer le changement des chaudières à fioul chez les particuliers, en prolongeant les aides accordées jusqu’au 31 mars 2023.

Les entreprises seront pour leur part encouragées à travailler sur une quinzaine de mesures d’économie d’énergie différentes, à l’issue d’un travail réalisé par les partenaires sociaux et dont le Medef a rendu les conclusions. Parmi elles, éteindre l’éclairage intérieur «des bâtiments dès l’inoccupation, réduire l’éclairage extérieur, notamment publicitaire, et l’éteindre au plus tard à 1h, piloter chauffage, climatisation et ventilation ou encore regrouper les déplacements et supprimer ceux inutiles».
Les entreprises qui s’engagent à mettre en œuvre ces mesures seront référencées sur un site internet dédié. Selon le gouvernement, «plus de 30 entreprises» du CAC40 s’y sont d’ores et déjà engagées.

L’État employeur s’engage à limiter ses températures, y compris le chauffage, qui pourra passer à 18 degrés les jours Ecowatt rouge, lorsque la tension sera extrême sur le réseau.

Une «task force opérationnelle» d’énergéticiens et de techniciens va aussi être déployée pour «améliorer la gestion énergétique des sites et bâtiments de l’État». Objectif : accompagner les opérateurs et baisser la consommation. L’État mobilisera aussi des “ambassadeurs sobriété”, dans chaque bâtiment.

D’autres mesures touchent les déplacements professionnels des agents : la vitesse sera limitée à 110km/h sur l’autoroute et à 100km/h sur les voies rapides, l’utilisation du vélo sera encouragée par des «stationnements sécurisés» près des bâtiments publics, et l’avion devra être évité «pour les trajets allers inférieurs à 4 h par voie ferroviaire (ou inférieur à six heures de trajet aller-retour si le déplacement se fait dans la même journée)».

Un guide de «10 actions» a été publié par l’Association des maires de France (AMF). Parmi les mesures proposées, les édiles sont invités à éteindre l’éclairage public entre 23h et 5h30, à chauffer les bâtiments à 19 degrés maximum, à éteindre l’éclairage des monuments et à réduire la saison de chauffe des locaux. L’éclairage Led doit aussi être généralisé et les élus sont mis à profit pour faire respecter l’interdiction des publicités lumineuses et enseignes, la nuit. L’État va aussi accompagner financièrement les acteurs publics locaux pour rénover les bâtiments.

Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel, de l’Association des maires de France)

Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel, de l’Association des maires de France)


« C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons », fustige mercredi 5 octobre sur franceinfo, André Laignel, maire d’Issoudun et premier vice-président délégué de l’Association des maires de France, alors que le gouvernement dévoilera jeudi son plan de sobriété. Selon les informations de franceinfo, il prévoit de couper l’eau chaude dans les toilettes des administrations, inciter au télétravail ou encore baisser le chauffage à 18° dans les bâtiments administratifs alors qu’il est déjà théoriquement limité à 19. Ces mesures ne sont « pas suffisantes », pour André Laignel.

franceinfo : Pensez-vous que ces mesures annoncées par le gouvernement sont suffisantes ?
André Laignel : Suffisantes, certainement pas. Nous sommes toujours preneurs de conseils mais nous n’avons pas attendu ceux du gouvernement dans la plupart des domaines dans lesquels il les profère. C’est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le gouvernement parle de 10% d’économie mais tous les contrats que nous sommes en train de passer pour les énergies sont entre 200 et 500% d’augmentation.
Vous auriez préféré des mécanismes pour réduire les coûts plutôt que des conseils d’économie ?
Évidemment et ça fait des mois et des mois que nous faisons des propositions au gouvernement. Nous sommes devant un mur financier que nous ne serons pas capables de franchir. Il y a des centaines de communes qui ne seront pas en capacité de faire face aux nouveaux tarifs qui nous sont proposés chaque fois que nous sommes obligés de changer de contrat. Ce que nous demandons c’est qu’il y ait un bouclier énergétique comme il en existe un pour les entreprises et les particuliers, les communes n’ont aucun bouclier aujourd’hui. La ville de Mulhouse a passé des appels d’offres et elle doit faire face à des augmentations de 478%, en Bretagne c’est 225% d’augmentation. Nous proposons que l’Etat, les collectivités, les syndicats d’énergie soient réunis d’urgence, à l’initiative du gouvernement.
Baisser la température dans les gymnases, dans les piscines municipales c’est utile ?
On n’a pas attendu ces recommandations pour prendre ces mesures. A Issoudun dans ma ville, c’est le cas depuis de très nombreuses semaines, nous avons prévu au moment du passage à l’heure d’hiver d’éteindre un certain nombre d’éclairages publics. Le catalogue qui est présenté c’est en définitive des suggestions avancées par les maires eux-mêmes. Nous n’avons pas de désaccord avec le gouvernement sur tout cela parce que c’est du bon sens mais ce n’est pas à la hauteur de la situation que nous rencontrons aujourd’hui. Il faut des engagements financiers. Faire de la communication sur un certain nombre de mesures et de mesurettes, ne correspond pas à l’ampleur du sujet.

Un plan sobriété bidon

Un plan « sobriété » trop optimiste ?

Le gouvernement va annoncer aujourd’hui sa nouvelle stratégie pour la sobriété énergétique dont il espère une économie de 3 % de la consommation. Un véritable plan bidon car il y a longtemps que ménages et entreprises attentives aux dépenses d’énergie pratiquent la sobriété. Le véritable problème et celui de la mise à l’arrêt de 27 réacteurs nucléaires qui contraint la France a importé de l’électricité alors qu’elle était précédemment largement exportatrice. On a même fermé la centrale nucléaire de Fessenheim. Tout cela avec l’illusion que quelques éoliennes pourraient masquer cet étonnant gâchis.

Le package gouvernemental est vaste dans son affichage. Chacun se voit fixer des objectifs, selon les informations publiées par « Politico » ce mercredi matin et par « Le Parisien » : L’Etat (disparition de l’eau chaude dans les administrations ; télétravail ; chauffage à 18° C en cas d’urgence etc.), les ménages et les collectivités locales (incitation à rester à 19° C dans les logements ; baisse de la température des piscines ; enseignes lumineuses régulées etc.) et les entreprises .

Et sans oublier le col roulé obligatoire des ministres au moins devant les caméras. À quand un ministère du tricotage de vêtements en laine pour remplacer les centrales nucléaires indûment immobilisées et fermées ( Tout cela pour récupérer quelques voix des écolos).

Poutine de plus en plus isolé au plan international

Poutine de plus en plus isolé au plan international

 

 

Par Bernard Guetta ( l’Opinion) 

 

 

La Russie n’a plus d’alliés. Il lui reste, bien sûr, la Syrie, le Nicaragua, le Belarusse, Cuba, l’Erythrée et la Corée du Nord qui, comme elle, ont tenté d’empêcher le président ukrainien de s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU par écran interposé, mais la Chine ? Mais l’Inde ? Mais la Turquie ? Mais le Kazakhstan et les autres Etats d’Asie centrale ?

Il s’était beaucoup dit que ces pays, plus de 40 % de la population mondiale, allaient faire bloc avec Moscou lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai. La semaine dernière, à Samarcande, ce devait être le retour à la Guerre froide, aux deux blocs et aux non-alignés. Revers militaires ou pas, disait-on, Vladimir Poutine était toujours loin d’avoir perdu, mais il a lui-même démenti ses admirateurs en déclarant d’emblée qu’il était prêt à répondre aux « questions et inquiétudes » chinoises surla guerre d’Ukraine.

Lire aussi

Poutine, Xi, Modi: comment l’autre monde s’organise

Inquiétudes, il y en a donc à Beijing et il faut croire qu’elles sont partagées par Ankara et New Delhi puisque Recep Erdogan a appelé le président russe à mettre terme à cette guerre « au plus vite et par voie diplomatique » tandis que Narendra Modi affirmait, lui, que « l’heure n’était pas à la guerre ». Comme un collégien bagarreur, c’est en conseil de discipline que le petit Vladimir est passé à Samarcande et cela s’explique aisément.

Xi Jinping, d’abord, aurait pu trouver avantage à une rapide victoire de son ami russe en Ukraine. Le monde aurait vu là que l’Europe et les Etats-Unis n’étaient plus que des puissances décadentes dont la Chine ascendante allait prendre le relais dans ce nouveau siècle. Cette démonstration faite, M. Xi aurait pu contraindre Taïwan à choisir entre une soumission volontaire et une guerre perdue d’avance. Pour un homme qui ambitionne de devenir président à vie mais dont les difficultés intérieures sont croissantes, la défaite de l’Ukraine constituait un horizon radieux mais la résistance victorieuse des Ukrainiens est, elle, une catastrophe.

Elle montre qu’avec l’appui des démocraties, des pays comme Taïwan et l’Ukraine peuvent résister à la Chine et à la Russie et plus durera cette guerre, surtout, plus se ralentiront les échanges internationaux. Or c’est grâce à leur essor que la Chine s’est réinscrite depuis trente ans sur la carte du monde. Un jour peut-être pourra-t-elle s’en passer grâce à son marché intérieur et aux échanges intra-asiatiques. M. Xi y compte bien mais aujourd’hui, non, la Chine ne le pourrait pas encore et l’échec ukrainien de Vladimir Poutine a donc commencé d’assez l’inquiéter pour qu’elle l’ait fait savoir à Moscou.

Devant le succès de la contre-offensive ukrainienne, M. Erdogan en vient à se dire, lui, que Vladimir Poutine perd bien trop de poids sur la scène internationale pour que la Turquie puisse encore jouer le Kremlin contre l’Alliance atlantique et vice-versa.

La Russie doit se sortir du bourbier dans lequel elle s’est mise en Ukraine ou perdre toute valeur pour la Turquie. Quant à M. Modi, il a toutes les raisons de ne pas souhaiter que la Russie s’affaiblisse toujours plus dans cette aventure car c’est elle qui fournit l’Inde en armements et en pétrole et lui permet tout à la fois de tenir les Etats-Unis à distance et de faire face à ses deux ennemis historiques : la Chine et le Pakistan.

L’Inde ne veut plus voir la Russie s’enfoncer dans ce bourbier et la priver bientôt d’appuis qu’il lui faudrait alors chercher ailleurs. C’est si clair que la France et d’autres pays de l’Union européenne sont déjà sur les rangs. La Russie est en risque de perdre l’Inde en perdant sa confiance et, plus grave encore pour elle, l’Asie centrale en vient à se dire quela guerre d’Ukraine lui offre une occasion inespérée d’échapper à l’influence du Kremlin.

Les Azerbaïdjanais ont été les premiers à le comprendre. C’est pour cela qu’ils ont relancé leurs frappes contre l’Arménie à laquelle ils ont ainsi montré que la protection russe ne valait plus grand-chose. L’Ouzbékistan et le Kazakhstan font désormais du pied à l’Union européenne. Sans demander l’avis de Moscou, le Kirghizistan et le Tadjikistan ont, eux, repris les armes pour tenter de régler leurs différends frontaliers.

C’est comme si l’Asie centrale choisissait la liberté et c’est maintenant à l’Est comme à l’Ouest de l’ancien Empire que se mesure l’abîme dans lequel Vladimir Poutine a plongé la Russie.

Bernard Guetta est député européen Renew.

États-Unis :un plan anti-inflation et de transition écologique

États-Unis :un  plan anti-inflation et de transition écologique

 

Le professeur Robert Bell, Brooklyn College, City University de New-York,  explique dans une tribune au « Monde », pourquoi selon lui la loi votée au mois d’août aux Etats-Unis révolutionne l’approche de la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Bien que l’existence d’une crise climatique soit de plus en plus reconnue, les solutions largement débattues pour y faire face – taxes sur le carbone et marché du carbone – n’ont tout simplement pas réussi à s’imposer à une échelle permettant de résoudre le problème.

L’Inflation Reduction Act (IRA), la loi sur la réduction de l’inflation signée par le président américain Joe Biden le 16 août, promeut une transformation verte selon une approche totalement inverse à celles qui ont échoué. Si cette approche était suivie par d’autres pays, le monde pourrait peut-être échapper au pire du réchauffement climatique ! Voici pourquoi.

Premièrement, cette loi est votée… alors que le marché carbone et la taxe sur le carbone n’ont jamais été adoptés au niveau national aux Etats-Unis. Certes elle est passée de justesse au Sénat, 51 voix contre 50, le 7 août. Mais le vote de la Chambre des représentants, le 12 août, était couru d’avance.

En signant la loi quatre jours plus tard, Joe Biden a lancé le plus gros investissement dans la transformation verte de l’histoire des Etats-Unis : 369 milliards de dollars sur dix ans, soit suffisamment longtemps pour rendre la transformation énergétique irréversible. Les chercheurs de Princeton ont estimé que cette somme d’argent fédéral engendrerait 3 500 milliards de dollars (environ autant en euros) d’investissements dans les infrastructures énergétiques d’ici à 2032 (« Preliminary Report : The Climate and Energy Impact of the Inflation Reduction Act of 2022 », août 2022, Princeton University Zero Lab).

Un « plan Marshall » pour relancer le nucléaire

Un  « plan Marshall » pour relancer le nucléaire 

C’est en tout cas la proposition du patron d’EDF Jean-Bernard Lévy pour à se donner les moyens financiers et législatifs de relancer la filière. Et à ne pas reproduire les errements politiques de la dernière décennie qui expliquent en partie l’état du nucléaire français selon lui.Une manière aussi de critiquer les contradictions du pouvoir qui après avoir été  anti nucléaire redécouvre l’intérêt stratégique de cette électricité. Une manière aussi de mettre un voile pudique  sur les insuffisances de l’entreprise nationale qui a perdu en dynamisme et en compétences

 

 

« Le discours de Belfort (fait par Emmanuel Macron) en février 2022 a clairement posé le cadre du développement du nucléaire à moyen et long-terme. Nous sommes en mesure de poursuivre la montée en charge de la filière, avec l’université des métiers du nucléaire, le plan Excel fin 2019. Nous avons lancé une école de soudage dans le Cotentin », a reconnu Jean-Bernard Lévy, défenseur infatigable de l’électronucléaire. Cet été, l’exécutif a acté la renationalisation totale d’EDF pour avoir les mains libres dans la gestion du programme nucléaire.

S’il se félicite du projet de relance du nucléaire dévoilé par Emmanuel Macron en février, après avoir critiqué la volte-face de l’Elysée qui a longtemps exigé une baisse de régime du nucléaire, Jean-Bernard Lévy exhorte maintenant le gouvernement et les pouvoirs à aller plus loin que des simples « débats ». C’est-à-dire lancer concrètement les six EPR de deuxième génération promis par le président de la République au terme de son premier mandat.

« Nous avons besoin des textes, des autorisations pour lancer les chantiers. Nous avons besoin d’un « plan Marshall » pour relancer la construction d’EPR. Le terme me paraît justifié pour avoir des moyens » à la hauteur de l’ambition de l’Elysée, a réclamé le PDG d’EDF dans son adresse finale aux parlementaires. Une manière de les inciter à voter des lois facilitant l’établissement de nouveaux réacteurs sur tout le territoire.

Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne

Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne 

Après le Sénat et la Cour des comptes tricolore, c’est au tour des magistrats européens de tacler la mise en œuvre des fonds par l’Etat français. Dans un rapport de 80 pages dévoilé ce jeudi 8 septembre, l’institution basée au Luxembourg livre un bilan contrasté sur l’application en Europe de cette enveloppe* de 750 milliards d’euros constituée à la fois de prêts et de subventions. (.( la Tribune)

« La Commission européenne a fait un bon travail de manière globale [...]. Il est crucial de pouvoir disposer rapidement de ce soutien, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la bonne gestion financière. Il faut une transparence totale et des contrôles efficaces pour garantir que les fonds de l’UE soient utilisés à bon escient et produisent l’effet escompté », a déclaré Ivana Maletić, membre de la Cour responsable de l’audit lors d’un point presse

En France, le plan de relance doté d’une enveloppe de 100 milliards d’euros, dont 39 milliards d’euros viennent de l’Europe, avait été présenté par l’ancien Premier ministre Jean Castex en septembre 2020, quelques mois après le premier confinement strict lié à la pandémie de Covid-19. Peu de temps après son arrivée à Matignon, le chef du gouvernement avait tracé la feuille de route de ce dispositif : relancer l’activité et l’emploi à court terme et préparer la France de 2030 autour de trois piliers, la compétitivité, l’écologie et la cohésion sociale.

Après avoir mené leurs investigations, les juristes ont dressé un tableau accablant en matière d’énergie. D’après les lacunes recensées par la juridiction européenne, le plan de relance tricolore « ne comprend aucune mesure de soutien direct pour accroître la production d’énergies renouvelables ».

Ce constat est loin d’être une surprise. A l’échelle européenne, la France est le seul pays de l’Union européenne à ne pas tenir ses objectifs en matière d’énergies renouvelables selon l’Agence internationale de l’Energie (AIE) alors que l’accélération du réchauffement climatique accroît la pression sur l’Hexagone pour que l’Etat respecte ses engagements internationauxL’autre faille, soulignée par la Cour des comptes européenne, concerne le réseau électrique. Le plan de relance « ne comprend aucune initiative dans le domaine des interconnexions électriques transfrontalières », ont relevé les auteurs à l’issue de leur enquête.

Ces failles sont d’autant plus accablantes que l’économie européenne est actuellement frappée de plein fouet par les effets dévastateurs de la guerre en Ukraine. Le scénario noir d’une coupure totale de gaz russe tant redouté depuis des mois se précise. Il y a quelques jours, le géant Gazprom a informé qu’il arrêtait ses livraisons de gaz au français Engie. A cela s’ajoutent tous les déboires du parc nucléaire tricolore dont une grande partie est mise à l’arrêt.

Le versement des fonds européens est également conditionné à la présentation de réformes. Sur ce point, la Cour des comptes a tancé la France sur le sujet épineux des retraites. Mis sur pause depuis le printemps 2020 en pleine pandémie, cette réforme est revenue sur le devant de la scène il y a quelques semaines. Dans leur audit, les experts européens expliquent que « la réforme du système de retraite est abordée dans le plan de relance, mais elle ne donne lieu à aucune mesure et n’est donc associée à aucun jalon ni à aucune cible ».

Dernièrement, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a expliqué que cette réforme devait entrer en vigueur à l’été 2023 mais le gouvernement risque une nouvelle fois de devoir affronter des tirs de barrage à l’Assemblée nationale. En effet, les élections législatives de juin dernier ont complètement rebattu les cartes dans l’hémicycle. Désormais, l’exécutif va devoir composer avec des oppositions bien plus fortes que lors du précédent quinquennat même s’il a brandit la menace du 49-3 pour faire passer certains textes.

De nombreux flous sur le coûts des mesures

Sur les 39 milliards d’euros alloués à la France par l’Europe, il semble que de nombreuses mesures n’ont pas fait l’objet d’un coût précis. Sans entrer dans le détail des dispositifs, les magistrats soulignent les « lacunes dans la description des coûts pour certaines mesures, par exemple le fait que la description et la justification des coûts ne couvrent pas toutes les sous-mesures et qu’aucun calcul ne soit donné pour l’obtention du coût total ; ou l’absence dans certains cas de pièces justificatives lorsqu’il est fait référence à certains documents, par exemple des études ou des projets ».

Outre ces tours de passe-passe, la Cour des comptes européenne regrette que « la France n’ai pas fourni de validation indépendante pour aucune des mesures ». Enfin, pour plusieurs dispositifs, « il manquait des explications claires sur la manière dont les projets antérieurement présentés ou les études réalisées comme base des estimations avaient été utilisés ou ajustés pour parvenir aux estimations de coûts présentées », indiquent les rapporteurs.

L’Hexagone n’est pas le seul pays dans le viseur des juges européens. Le plan de l’Allemagne est également pointé dans le domaine du numérique. « Le plan de relance ne comprend aucune mesure visant à soutenir le déploiement du haut débit à très haute capacité », pointe le rapport.

Du côté de l’Espagne, la Cour des comptes souligne les manquements en matière de soutien à la recherche et à l’innovation ou de soins de santé. « Le plan de relance présente des plans de déploiement de la réforme des soins de santé primaires, mais il ne propose aucun investissement à cet égard », poursuivent les juristes. Après deux longues années de pandémie, certains Etats n’ont pas encore tiré toutes les leçons de cette catastrophe sanitaire.

(*) Après d’âpres négociations, les 27 pays de l’Union européenne ont adopté en juillet 2020 un instrument de financement intitulé « Next generation EU » représentant 750 milliards d’euros, soit 5% du produit intérieur brut européen. Cet instrument permet à la Commission européenne de lever des fonds pour soutenir les Etats sous la forme de prêts (385 milliards d’euros) ou de subventions (338 milliards d’euros).

Covid: Un plan urgence face à la nouvelle vague

Covid: Un plan  urgence face à la nouvelle vague

 

 

 

La pandémie relative à la Covid enregistre une évolution non contrôlée de l’ordre désormais 150 000 nouveau cas par jour. Pour ne pas affoler l’opinion publique, la question est pour l’instant relativement mise sous le boisseau par le pouvoir. Or les vacances vont faciliter encore un plus grand brassage des populations de sorte que la rentrée risque d’être catastrophique.

. Selon le ministre de la Santé François Braun, le pic épidémique de la septième vague, « incertain », pourrait être atteint « à l’horizon de deux à trois semaines ». Pour l’instant, la première ministre Elisabeth Borne préconise le port du masque dans les « espaces fermés où il y a beaucoup de monde », sans en faire une « obligation » nationale. ( papier de l’Opinion)

 

Une minute sur une heure trente. C’est le temps qu’Elisabeth Borne a consacré mercredi 6 juillet à la reprise épidémique de Covid-19 dans sa très attendue déclaration de politique générale. Ce week-end, ni la Première ministre ni aucun des membres de son gouvernement présents aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence n’en ont touché un mot.

Ce saisissant contraste entre l’intérêt de la nouvelle équipe au pouvoir pour le retour de la Covid, portée par les vents très contagieux du variant BA.5, et l’inquiétude des Français dont la vie est à nouveau percutée par le virus n’augure rien de bon. Avec plus de 150 000 nouvelles contaminations par jour et un pic épidémique à venir, la tension monte. La réponse politique sera-t-elle à la hauteur des enjeux sanitaires ? L’Opinion a identifié cinq sources de dysfonctionnement.

1. Clarifier la stratégie nationale

Inciter sans risquer de brusquer les Français et, surtout, l’opposition. La semaine dernière, les députés ont entamé pour la onzième fois en deux ans et demi de pandémie la lecture d’un projet de loi relatif à la crise sanitaire. Ce nouveau texte, adopté par la commission des lois avant une première lecture cette semaine dans l’Hémicycle, permet de proroger les dispositifs de collecte de données de santé (sur les tests et les vaccinations) et de déployer si besoin un pass sanitaire aux frontières de l’Hexagone en remplacement du pass vaccinal, dont la disparition est programmée pour le 31 juillet.

Prônant le retour des « bons réflexes » et une action « proportionnée », le ministre de la Santé François Braun a joué les équilibristes pour son baptême du feu politique. « L’adaptation, c’est la règle mais vivre avec le virus, ce n’est pas considérer que le virus est immobile », a-t-il lancé aux députés remontés contre le manque de « clarté » de l’exécutif sur la stratégie nationale de lutte contre la Covid.

La suppression du conseil scientifique à la fin du mois (remplacé par un futur comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires dont on ne sait encore rien) et le manque de communication du ministère de la Santé, qui a changé de tête trois fois en sept semaines, nourrissent les critiques.

Faute de boussole, les Français ne savent plus s’ils doivent se vacciner et quand, la dernière décision en la matière (ouverture de la deuxième dose de rappel aux plus de 60 ans) datant du 7 avril, sous l’ère d’un gouvernement et d’un variant différents. Sur les 8 millions de personnes éligibles à la piqûre, combien sont au courant ?

2. Asseoir l’autorité du nouveau ministre de la Santé

« Excusez-moi, je débute ». François Braun est un homme poli. Après Olivier Véran, spécialiste ès Covid, et Brigitte Bourguignon, spécialiste ès Parlement, le nouveau ministre de la Santé doit imprimer sa marque s’il veut prouver que son champ de compétences dépasse les murs des urgences, sa spécialité médicale.

Pour l’instant, celui qui se définit comme un « fantassin de la première ligne » (il était jusque-là chef des urgences de l’hôpital de Metz) met en avant son expérience du terrain et compte sur sa ministre déléguée, Agnès Firmin-Le Bodo, pour l’aider à maîtriser les règles du jeu politique.

Sur le gril de la commission des lois, le médecin n’a haussé le ton qu’une fois, appelant les députés LFI à « arrêter les délires » sur la prétendue volonté de l’exécutif de fermer les services d’urgences la nuit. Vendredi sur France Inter, pour sa première radio nationale, François Braun a retrouvé son calme et sa casquette d’urgentiste pédagogue. Comparée aux envolées d’Olivier Véran, cette sobriété de langage suffira-t-elle pour convaincre ?

3. Eviter le chaos à la rentrée des classes

Une troisième rentrée sous Covid couplée à une pénurie de professeurs ? Du pain béni pour l’opposition, tant l’école reste le maillon faible de la politique sanitaire du gouvernement. LR a d’ores et déjà réclamé un bilan de la gestion sanitaire dans les établissements scolaires, fustigeant des protocoles « très changeants, profondément chaotiques et de dernière minute ».

Le ministre de l’Education nationale Pap Ndiaye a eu beau annoncer jeudi dernier sur France Inter la présentation cette semaine aux partenaires sociaux du futur dispositif sanitaire, les professionnels de terrain, désabusés, n’y croient plus. « Nous savons tous que nous n’aurons aucune nouvelle avant la fin août, où nous devrons être à l’affût du moindre protocole deux jours avant l’arrivée des élèves », déplore, comme d’autres, Laurence Colin, secrétaire générale adjointe du Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale.

L’installation de purificateurs d’air dans les salles de classe est l’autre point noir. En déplacement à Marseille, Emmanuel Macron a promis à la mi-avril « un effort massif de purification de l’air dans les écoles » « avant la fin de cette année ». Un effet d’annonce pour l’instant peu suivi de faits.

4. Trouver une voie de passage au Parlement

Face aux négociations ardues que ne manquera pas de mener l’opposition, l’exécutif, qui ne peut compter que sur une majorité relative à l’Assemblée nationale, va devoir faire preuve de finesse s’il souhaite trouver une voie de passage sur les textes sanitaires.

Le premier compromis trouvé en commission sur le pass sanitaire aux frontières, dont l’application a été ramenée à janvier 2023 (plutôt que mars), illustre cette « méthode raisonnable» de « co-construction » de la loi telle que plaidée par la droite.

Mais la majorité va surtout devoir composer avec les provocations des extrêmes. « Dès la première heure de débat, nous avons assisté aux excès de LFI et du RN qui se sont retrouvés sur une alliance d’intérêt anti-vaccination, déplore Sacha Houlié, président (Renaissance) de la commission des lois. Cette position populiste risque de refaire surface sur l’Europe, sur le financement de la Sécurité sociale et sur les retraites. »

5. Conjurer un nouvel embrasement Outre-mer

Fin 2021, la contestation du pass sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants ont dégénéré en crise sociale majeure en Guadeloupe. Six mois plus tard, tandis que le conseil scientifique fait des Antilles un « point de vigilance » et que le CHU de Pointe-à-Pitre est en alerte depuis vendredi, la question des Outre-mer divise profondément le Parlement.

L’instauration d’un pass aux frontières, exposant de nature davantage la Corse et l’Outre-mer aux contraintes sanitaires et réglementaires qui vont avec, est synonyme pour les députés locaux de « discrimination ». La droite pointe quant à elle un risque de « stigmatisation ».

Rappelant que le pass sanitaire a permis d’éviter 4 000 décès et 32 000 hospitalisations au second semestre 2021 (selon un rapport du Conseil d’analyse économique), François Braun a assuré vouloir « protéger » la population sans volonté de réprouver les fauteurs de troubles de l’hiver 2021.

Le ministre est en revanche resté ferme sur la réintégration des 12 000 soignants non-vaccinés, dont beaucoup sont ultramarins. Au regard du bénéfice-risque et malgré le manque de soignants chroniques dans les hôpitaux antillais, ce n’est « pas d’actualité ». Une position que l’exécutif aura du mal à tenir si la vague continue d’enfler.

 

Pour un nouveau plan de relance européen ?

Pour un nouveau plan de relance européen ?

 

Les économistes Jérôme Creel et Gonçalo Pina proposent dans une tribune au « Monde » de baptiser « This Generation EU » un programme d’aide contre les chocs énergétique et migratoire, financé par une contribution de chaque Etat membre basée sur sa croissance future.

 

L’Europe se dirige doucement mais sûrement vers la stagflation du fait notamment de sa dépendance énergétique, des conséquences de la guerre en Ukraine et de l’inflation générale qui va tuer la consommation et la croissance. D’où la nécessité d’un plan de relance plus solidaire à la hauteur des enjeux posés par les auteurs de la tribune NDLR

Alors que la plupart des pays européens se remettent encore du choc économique de la pandémie, l’invasion russe en Ukraine a accéléré la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires, plus particulièrement dans les pays très dépendants des produits énergétiques russes. La solidarité européenne a un nouveau rôle à jouer. Deux options sont envisageables.

Une première option serait de s’appuyer sur le programme NextGenerationEU et de le transformer en une capacité budgétaire permanente. Les coûts économiques et sociaux découlant de la pandémie ont poussé les Etats membres et les institutions de l’Union européenne (UE) à consacrer 800 milliards d’euros sur six ans à la reprise et à la résilience de l’économie des Etats membres grâce à une allocation de fonds spécifique à chaque pays.

 

La pandémie a ainsi montré qu’il est possible de développer une réponse intégrée et coordonnée de l’UE à une crise profonde, y compris des mesures sans précédent comme l’émission d’une dette européenne pour financer un plan de relance doté d’objectifs à long terme comme la transition écologique.

Il reste que le déroulement du programme n’est que très progressif et qu’il repose sur un mélange de subventions et de prêts, ces derniers ayant été boudés jusque-là par les Etats membres. A la fin de 2021, soit plus d’un an après le début de la pandémie, seuls 100 milliards d’euros avaient été mobilisés. Par conséquent, l’impact du programme reste inconnu à ce jour. Il semble difficile de plaider en faveur d’un passage immédiat à un mécanisme permanent.

L’autre option serait de créer un nouveau programme temporaire, comme le programme REPowerEU, annoncé en mai par la Commission européenne, mais avec deux grandes différences : l’objectif du programme irait au-delà de la question énergétique et le programme serait doté de nouveaux fonds, et non des prêts non réclamés de NextGenerationEU.

Ce nouveau programme, que l’on pourrait baptiser « This Generation EU », serait ciblé sur ceux qui vivent actuellement dans l’UE et sont confrontés à de nouveaux risques pour leur sécurité, leur pouvoir d’achat et leur capacité à offrir leur solidarité aux nouveaux migrants. L’incertitude des approvisionnements en pétrole et en gaz et la hausse des prix de l’énergie exigent une accélération de la substitution des intrants énergétiques par les énergies renouvelables.

Pour atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici à 2050, il faut donc investir au-delà des montants auxquels contribue NextGenerationEU. Par ailleurs, la hausse des prix de l’énergie a des effets inégaux entre les Etats membres. Dans certains d’entre eux, les pertes de pouvoir d’achat sont plus aiguës car la marge de manœuvre budgétaire nationale y est limitée.

Ukraine :Un plan Marshall ?

Ukraine :Un plan Marshall ?

Le coût de la reconstruction  été estimée ce lundi à au moins 750 milliards de dollars par le Premier ministre ukrainien . Les organisations internationales réfléchissent à  un plan similaire au programme économique américain qui avait permis de relever l’Europe occidentale des ruines de la deuxième guerre mondiale, cette fois à destination de l’Ukraine. Dans cette optique, la Banque européenne d’investissement (BEI) doit d’ailleurs proposer la création d’un nouveau fonds pour l’Ukraine, qui pourrait atteindre 100 milliards d’euros, selon des sources au fait du plan.

L’expression « plan Marshall » a été employée à plusieurs reprises au sujet de l’Ukraine par le chancelier allemand Olaf Scholz ou encore le président du Conseil européen Charles Michel. Celui adopté aux Etats-Unis en avril 1948 et intitulé « programme de reconstruction européenne » (European Recovery Programm, ERP) offrait à tous les pays d’Europe, y compris l’URSS et les autres pays communistes, de bénéficier de l’assistance américaine à la reconstruction matérielle et au redressement financier pour une durée de quatre ans. Au total, ce sont pas moins de 13,35 milliards de dollars de l’époque (soit l’équivalent actuel d’environ 160 milliards de dollars) qui ont été injectés dans l’économie des pays aidés, à des conditions particulièrement avantageuses: 85% à titre gratuit et 15% en prêts à long terme.

 

Pour un plan d’urgence dans l’industrie et la santé

Pour un plan d’urgence dans l’industrie et la santé

 
Aéronautique, automobile… La pénurie de composants électroniques ou de matières premières continue d’impacter tous les fleurons industriels européens deux ans après le début de la crise sanitaire. C’est aussi le cas pour le secteur de la santé qui peine à confirmer les belles promesses du Segur. Par Carlos Jaime, DG Ascom France & Spain ( dans la Tribune)

Sur le marché de la santé, la crise sanitaire a généré une prise de conscience des pouvoirs publics sur les besoins du secteur. Lors du Ségur de la santé à l’été 2021, des moyens économiques considérables ont été annoncés : une enveloppe de 19 milliards d’euros pour soutenir le système de santé partout en France, avec l’ambition affichée de faire de la France le leader de l’e-santé.

Cet appel d’air économique vaut pour la France et ses voisins : par exemple, l’Espagne et le Portugal bénéficient également d’un soutien de la Commission européenne avec des investissements « bazooka ». Une aubaine pour les acteurs technologiques de la santé en Europe, qui ont senti le vent souffler fort dans leur dos. Et les planètes se sont alignées : le travail accompli sur le plan Ma Santé 2022 avec Laura Letourneau et Dominique Pon a été incroyable. Là où nous avions 10 ans de retard en santé numérique, nous avons dorénavant 10 ans d’avance.

Problème : la crise ne s’arrête pas. Elle change de forme. Le défi industriel succède au défi sanitaire avec une pénurie de composants électroniques très importante en raison de la congestion des ports en Asie et aux Etats-Unis. Et c’est toute la modernisation et l’accélération de la transformation de notre système de santé qui se retrouvent freinée. L’équation est insoluble : avec la fin de la pandémie et le retour à la consommation, la demande explose mais l’approvisionnement se raréfie. Les installations dans les établissements de santé tels que les infrastructures hardware (sur lesquels reposent la communication, les dispositifs médicaux ou les outils de monitoring des soignants par exemple) sont retardés, du fait du manque d’équipements. Un comble alors que les marchés de la santé et de la silver economy enregistrent une croissance à deux chiffres. Pourtant, nous continuons d’attendre certains serveurs depuis 4 ou 5 mois.

Au secours de l’humain car le système de santé est malade

L’imbroglio n’est pas seulement économique. Le comble, c’est aussi de ne pouvoir répondre à l’urgence concernant la souffrance des soignants. De ne pas pouvoir leur donner les moyens d’assurer leur mission première : soigner. Leurs maux sont autant physiques que psychiques. Physique parce que les allers-retours incessants entre les chambres et le poste de contrôle à la moindre alarme entrainent une dépense physique intense, parce que les journées sont plus longues et les pauses raccourcis ou parce que l’afflux de patients (le nombre d’admis aux urgences a doublé en 20 ans par exemple) amène une surcharge de travail.

Ensuite morale parce que les alarmes sonnent toute la journée (dans une unité de soins intensifs, on peut en compter 2.000 par jour et par patient !) et créent un phénomène de fatigue mentale, parce que les tâches administratives à répétition empêchent les soignants de prendre en charge correctement les patients (on parle de 50% du temps phagocyté par l’administratif) ou parce que la pression journalière est démotivante au regard des moyens à disposition ou conditions de travail comme la rémunération qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. Pour toutes ces raisons, et bien plus encore, les soignants souffrent et méritent un soutien technologique sans faille, de qualité, leur permettant d’assurer plus sereinement leur métier. Et par répercussion, d’améliorer la prise en charge des patients.

Notre modèle court-termiste court à sa perte

Nous touchons du doigt les limites de notre modèle industriel mondialisé et des choix stratégiques court-termistes de ces 20 dernières années. Actuellement, pour une entreprise comme Ascom, le coût du transport pour les composants venus de Chine a drastiquement augmenté, parfois 10 fois supérieur au coût d’avant-crise. D’autant plus que, dans le cas de matériel de pointe au marquage CE médical, haut de gamme, il est difficile de changer de fournisseur de composants électroniques sans en altérer la qualité et la fiabilité. Et si l’Europe est freinée dans le développement du numérique pour la santé par une rareté des composants, on peut également parler d’une rareté des compétences, lesquelles sont également externalisées.

La réponse adéquate, notre résilience, c’est de sortir de notre inertie et d’organiser dès maintenant une vision long-termiste de nos stratégies industrielles et d’éducation. Car depuis des années nous avons « découragé » nos jeunes d’aller vers des métiers industriels et techniques, ce qui nous a conduit à chercher ces compétences de pointe ailleurs. Coté santé aussi, le numerus clausus a eu pour effet de fermer des portes pour les étudiants Français en médecine et l’obligation pour les autorités de santé de chercher des médecins venus d’autres pays, souvent en dehors des l’Europe.

Vers une souveraineté européenne des matières premières et des compétences

Mais nous avons des raisons d’espérer ! Ces compétences sont rares oui, mais nous en avons tout de même avec des équipes de recherches académiques incroyables ! En France, avec le CNRS, avec l’INRIA, avec le CEA, l’INSERM et bien d’autres ! Ou l’Université Paris-Saclay évaluée comme la première université au monde sur les compétences en data science. Nous avons en Europe des ressources et chaque pays possède ses spécialités. Nous devons nous appuyer sur toutes ces forces vives existantes et les coordonner pour nous réindustrialiser et regagner notre souveraineté. Pour une Europe moins vulnérable aux aléas énergétiques, politiques et sanitaires. C’est une démarche vertueuse à l’heure où nous cherchons de plus en plus de sens dans nos actions.

Mais même si nous décidions de réindustrialiser la France demain, cela ne se fera pas en un claquement de doigts. Des décisions ont été prises mais les autorités actuelles doivent avoir le courage d’assumer des orientations pour les 20, 30 ou 40 prochaines années afin de préserver l’excellence de nos industries. Il faut un Plan Marshall de l’industrie et de la santé pour espérer créer une situation plus responsable aux niveaux économique mais aussi écologique, éthique et social. Et, avec cette souveraineté industrielle et de la donnée, protéger notre modèle de société.

12345...19