Archive pour le Tag 'mondiale'

Politique- nouvelle guerre mondiale froide….. ou chaude ?

Politique- nouvelle guerre mondiale froide….. ou chaude ?

 

Deux années de guerre en Ukraine ont-elles ressuscité la vocation de l’OTAN, fondée le 4 avril 1949, il y a pratiquement 75 ans ? Privée depuis 1991 de son ennemi existentiel, l’URSS, la plus grande alliance militaire intégrée au monde avait traversé deux décennies de crise de vocation. Rompant avec le bloc soviétique, la nouvelle Fédération de Russie était devenue un partenaire stratégique au sein du Conseil OTAN-Russie créé en 2002. De plus, plusieurs anciens pays du « bloc de l’Est », y compris trois anciennes Républiques socialistes soviétiques (l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie) avaient même rejoint l’Organisation entre 1999 et 2020. De 19 membres à la fin de la guerre froide, elle était passée à 28 membres en 2009 (32 aujourd’hui). Sa raison d’être était de contenir le bloc communiste en Europe et de contrer le Pacte de Varsovie sur le terrain militaire.

par Par Cyrille Bret, Sciences Po dans La Tribune

 

L’annexion de la Crimée en 2014, la guerre dans le Donbass depuis lors et l’invasion à grande échelle de 2022 ont mis fin à cette introspection inquiète. Dans la Russie de 2022, elle retrouvait son « ennemi » théorisé par Carl Schmitt dans La notion de politique (1932) comme celui avec lequel l’affrontement est radical et inévitable, dans la mesure où aucun terrain commun ne peut être trouvé.

L’impression de « déjà-vu » géopolitique est aujourd’hui si puissante que l’idée s’est partout imposée : l’Occident serait entré dans une « nouvelle guerre froide » avec une Fédération russe héritière agressive de l’URSS. Seule la carte des blocs aurait évolué, avec l’intégration dans l’Alliance d’anciens États communistes et de deux pays anciennement neutres (Finlande et Suède).

Le « désir du même », si rassurant soit-il, ne doit pas offusquer « la recherche de l’autre ». Le retour de l’histoire ne devrait pas se faire au prix de l’oubli de la géopolitique. Si l’Europe se considère elle-même engagée dans cette nouvelle guerre froide, elle risque de négliger les risques nouveaux auxquels elle est exposée. Les déclarations (provocatrices) du candidat Trump sur l’OTAN, les annonces (isolées ou contestées) du président Macron sur l’envoi de troupes en Ukraine et l’entrée de la Finlande et celle (longtemps retardée par la Hongrie) du Royaume de Suède dans l’OTAN doivent nous alerter : le Vieux Continent fait aujourd’hui face à des risques géopolitiques de nature bien différente de ceux dont la guerre froide était porteuse. L’histoire bégaie rarement. Et, en tout cas, elle ne dit jamais la même chose. Et les dangers d’aujourd’hui ne gagnent pas à être réduits aux alertes d’hier.
En géopolitique comme ailleurs, les adorateurs des cycles sont nombreux. Combien de fois l’adage de Marx sur les coups d’État des Bonaparte n’est-il pas invoqué aujourd’hui ? Selon lui, tout événement se produirait deux fois : une première, sous une forme tragique et une deuxième, sous les dehors d’une farce – parfois sanglante. Il en irait ainsi de la guerre froide : sa première occurrence avait émergé du deuxième conflit mondial pour mettre aux prises les Alliés occidentaux et le bloc soviétique. Et nous serions entrés depuis 2022, ou même depuis 2013, dans la deuxième guerre froide.

Face à l’horreur de la guerre en Ukraine et à la crainte que suscite la Russie en Europe, il est tentant de retrouver une grille d’analyse éprouvée. La déstabilisation puis l’invasion de l’Ukraine au nom d’une « dénazification » fictive ne rappellent-elles pas les subversions politiques et les interventions militaires de l’URSS en Allemagne en 1953, en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968 ou encore en Afghanistan en 1979 ? Comme lors de cette première guerre froide, on observe aujourd’hui une scission de l’Europe en deux blocs militaires, politiques, stratégiques et diplomatiques. Le Rideau de fer tomberait aujourd’hui sur la ligne de front en Ukraine plutôt que sur la frontière entre RFA et RDA, mais la même césure est en passe de s’installer, dans tous les domaines.

Sur le plan politique, les deux camps revendiquent des modèles radicalement opposés : la Russie critique ainsi le libéralisme décadent des sociétés ouvertes pour mieux affirmer son modèle politique ouvertement et explicitement autoritaire, conservateur et nationaliste.
Sur le plan stratégique, chacun des pôles de puissance se considère menacé par l’autre et contraint de développer à l’échelle continentale, puis à l’échelon mondial, une stratégie de refoulement de l’autre. Pour la Russie, les vagues d’élargissement de l’OTAN poursuivraient ainsi la « Pactomanie » des États-Unis dans les années 1940 et 1950 destinée à contenir et refouler le péril rouge. Pour l’Ouest, Moscou a multiplié les formats de coopération anti-occidentaux (OTSC, UEE, OCS, etc.) pour contrecarrer ces extensions otaniennes, de la même façon qu’elle avait à l’époque soviétique signé de nombreux accords, notamment militaires, avec des « États frères » aux quatre coins de la planète.

Sur le plan économique, les vagues de sanctions européennes et américaines se sont succédé et ont eu pour réponses des contre-sanctions russes ; si bien que les anciens partenaires essaient désormais de se passer des approvisionnements de l’autre.

Sur le plan militaire et industriel, la course aux armements et la (re)militarisation battent leur plein, comme au moment de la phase stalinienne de la guerre froide. L’effort de défense des États de l’OTAN s’est considérablement accentué : en 2024, 18 des 32 membres consacrent plus de 2 % de leur PIB aux dépenses militaires. Quant à la Russie elle affiche pour 2024 un budget de défense représentant 6 % du PIB, en hausse de +70 % par rapport à 2023, pourtant déjà année de guerre.

Dans cette polarisation, la guerre d’Ukraine aurait accéléré, accentué et catalysé la renaissance d’un clivage indépassable entre l’OTAN et son Autre radical, la Russie, nouvel avatar de l’URSS. Bien plus, l’Ukraine serait le théâtre d’une « guerre par procuration » typique de la guerre froide comparable à celles que les deux Corées, le Vietnam ou encore l’Angola et le Mozambique avaient connues durant la guerre froide. Dans le Donbass, en Crimée et ailleurs en Ukraine, l’OTAN et la Russie se combattraient à distance, à l’ombre d’une menace nucléaire globale.

Certains attendus de cette grille d’analyse sont parfaitement exacts. En particulier, tous les mécanismes de dialogue, de négociation et de vérification sont bloqués à l’OTAN, à l’ONU et à l’OSCE. Avec « l’ennemi » schmittien ou « l’Autre » radical, la communication est devenue impossible – a fortiori toute forme de coopération.
Si elle est suggestive, cette vision de la mission de l’OTAN et de la stratégie de la Russie est toutefois trompeuse. Outre qu’elle justifie la rhétorique obsidionale développée par le président russe depuis son fameux discours sur l’OTAN à la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007, elle masque les dangers réels de la situation présente. Trois événements récents doivent nous en convaincre.

Le 10 février dernier, le candidat, ancien président et possible futur président des États-Unis Donald Trump a réitéré son souhait de prendre ses distances avec l’OTAN et de réduire ainsi l’exposition de son pays aux conflits européens. Cette déclaration ne doit être accueillie ni comme une foucade coutumière d’un provocateur compulsif ni comme un argument électoral d’un novice en politique étrangère. Elle donne le ton du Zeitgeist international car elle résume plusieurs tendances lourdes incompatibles avec la guerre froide.

L’engagement dans l’OTAN n’est plus l’instrument privilégié d’intervention de Washington dans le rapport de force avec son Autre. La bipolarisation américano-soviétique et la gigantomachie OTAN-Pacte de Varsovie ont disparu parce des puissances tierces ont émergé : la République Populaire de Chine, les BRICS et l’Union européenne au premier chef. Le duopole militaire mondial OTAN-Pacte de Varsovie, relativement stable et axé sur la dissuasion nucléaire mutuelle, n’existe plus. Les risques de dérapage s’en trouvent accrus. Les provocations de Donald Trump sur l’OTAN se multiplieront car les déséquilibres européens ne sont plus régulés par la tension maîtrisée entre deux blocs stables et disciplinés. Voilà un risque spécifique à nos temps qu’il ne faut pas négliger au nom de la théorie de la « nouvelle guerre froide ».
Facteur aggravant : tous les espaces de neutralité, de médiation ou de régulation sont en passe de disparaître entre l’OTAN et la Fédération de Russie appuyée sur son OTSC qui réunit plusieurs anciennes républiques soviétiques. La fin de la neutralité finlandaise en 2023 puis de la neutralité suédoise cette année atteste de cette tendance. La guerre froide avait laissé subsister des espaces ouvertement ou implicitement neutres : les deux États nordiques avaient ainsi échappé au système communiste tout en assurant des relations correctes avec leur voisin soviétique. Des glacis, des zones tampons et des aires grises réduisaient les contacts directs entre OTAN et Pacte de Varsovie.

Les risques de frictions et de dérapage (réels) s’en trouvaient réduits. Désormais, l’espace européen est devenu une vaste zone de confrontation directe (Ukraine) ou indirecte (Baltique, mer Noire). L’abandon des neutralités nordiques – et, à terme, peut-être de la neutralité moldave – fait de l’Autre russe le Voisin direct. Voilà un danger que la « nouvelle guerre froide » risque d’occulter. L’affrontement européen ne se fait plus à distance, par-delà des zones tampons.

Enfin, la déclaration si controversée d’Emmanuel Macron le 26 février au soir a souligné combien les dangers actuels sont distincts de ceux du deuxième XXe siècle. Pour l’OTAN, envoyer officiellement des troupes au sol dans un pays tiers, extérieur à l’Alliance, changerait la nature du conflit actuellement en cours. Pour le moment, celui-ci ne met aux prises que deux États, un agresseur et un envahi. Chacun mobilise ses propres réseaux d’alliances afin de soutenir son effort de guerre. Mais le conflit est bilatéral – et ce point n’est ni à minorer, ni à négliger, ni à récuser en fiction.

Même si l’OTAN comme tout, et ses États membres comme parties, soutiennent l’Ukraine de multiples façons, ils ne sont pas parties au conflit car la clause d’assistance mutuelle de l’article 5 ne peut être déclenchée pour l’Ukraine, non-partie au Traité de 1949. Le risque rappelé – à tort ou à raison – par le président français est qu’une confrontation armée OTAN-Russie est désormais possible. La régionalisation des hostilités, l’entrée en guerre d’autres États, la nucléarisation de certaines opérations, etc. : tels sont des risques actuels.

Une guerre déjà chaude
L’OTAN n’est aujourd’hui pas engagée dans une nouvelle guerre froide : la stratégie américaine ne repose plus principalement sur elle ; d’autres puissances militaires différentes de l’Organisation ont émergé ; son « ennemi » existentiel, le Pacte de Varsovie, discipliné, régulé et donc relativement prévisible, n’existe plus ; la guerre par procuration n’est plus la règle. Les risques sont ceux d’une guerre déjà chaude et même très chaude.

Bellamy contre la GPA à l’échelle mondiale

Bellamy contre la GPA à l’échelle mondiale 

Pour Bellamy, eurodéputé et tête de liste des Républicains aux élections européennes,  à l’initiative d’un des amendements qui ont conduit le Parlement européen à reconnaître la GPA comme une forme de traite des êtres humains, L’interdiction doit être mondiale.

(dans le JDD)

François-Xavier Bellamy.
Quand l’Europe a mis à jour sa directive contre la traite des êtres humains, j’ai déposé des amendements pour y inclure la GPA. Cette pratique consiste à louer le corps d’une femme, et à faire de l’enfant l’objet d’un marché : c’est bien d’une situation de traite qu’il s’agit. Cachée derrière les mots de progressisme et d’égalité, il y a une industrie qui tire des milliards d’euros de cette exploitation indécente. Si elle veut être fidèle au principe de la dignité absolue de la personne humaine, qui est au cœur de notre civilisation, l’Europe ne peut pas tolérer qu’on fasse de nouveau d’une vie l’objet d’un contrat. Il aura fallu plus d’un an de travail pour convaincre le Parlement, puis les États et la Commission européenne, puisque toute nouvelle règle suppose un accord entre eux. Je suis très heureux que nous y soyons parvenus. J’avais pris l’engagement, avec mes colistiers LR en 2019, d’une initiative européenne contre la GPA : parole tenue.
À…

Economie-Croissance mondiale : tassement sauf aux USA

Economie-Croissance mondiale : tassement sauf aux USA

Deux éléments caractérisent la croissance mondiale , d’une part le tassement général,  d’autre part l’écart croissant entre l’Europe à plus 0,8%  en 2024 et les États-Unis à +2,7 %. La France, elle, devra se contenter de +0,7 %.

Les prévisions de croissance pour 2024 ont ainsi été révisées à la hausse par le FMI de 0,1% depuis les précédentes, publiées en janvier. Cela étant, l’activité mondiale s’établirait, sur cinq ans, à 3,1% soit «le niveau le plus faible enregistré depuis une dizaine d’années.» L’inflation, au niveau mondial, devrait passer d’une moyenne annuelle de 6,8% en 2023 à 5,9% en 2024 puis à 4,5% en 2025.

Dans le détail, pour les économies avancées, la croissance devrait passer de 1,6% en 2023 à 1,7% en 2024. La projection pour cette année a été revue à la hausse de 0,2% par rapport aux dernières prévisions de janvier. Cela s’explique par une correction positive de la croissance américaine : celle-ci s’établirait à 2,7% cette année soit 0,6 point de plus que précédemment estimé. Le FMI confirme ainsi le décrochage de l’Europe face aux États-Unis puisque les prévisions de croissance pour la zone euro ont, elles, été revues à la baisse de 0,1% par rapport à janvier. L’activité s’établirait cette année à 0,8%, puis 1,5% en 2025.

S’agissant de la France, l’institution de Washington table sur une progression du PIB de 0,7% seulement cette année, en recul de 0,3 point par rapport à janvier. Le gouvernement français reste plus optimiste quand il annonce, dans son programme de stabilité, qui sera officiellement présenté mercredi au Conseil des ministres, 1% alors que la Banque de France, plus prudente donne une estimation de 0,8%.

Croissance mondiale : tassement sauf aux USA

Croissance mondiale : tassement sauf aux USA 

Deux éléments caractérisent la croissance mondiale , d’une part le tassement général,  d’autre part l’écart croissant entre l’Europe à plus 0,8%  en 2024 et les États-Unis 2,7 %. La France, elle, devra se contenter de 0,7 %.

Les prévisions de croissance pour 2024 ont ainsi été révisées à la hausse par le FMI de 0,1% depuis les précédentes, publiées en janvier. Cela étant, l’activité mondiale s’établirait, sur cinq ans, à 3,1% soit «le niveau le plus faible enregistré depuis une dizaine d’années.» L’inflation, au niveau mondial, devrait passer d’une moyenne annuelle de 6,8% en 2023 à 5,9% en 2024 puis à 4,5% en 2025.

Dans le détail, pour les économies avancées, la croissance devrait passer de 1,6% en 2023 à 1,7% en 2024. La projection pour cette année a été revue à la hausse de 0,2% par rapport aux dernières prévisions de janvier. Cela s’explique par une correction positive de la croissance américaine : celle-ci s’établirait à 2,7% cette année soit 0,6 point de plus que précédemment estimé. Le FMI confirme ainsi le décrochage de l’Europe face aux États-Unis puisque les prévisions de croissance pour la zone euro ont, elles, été revues à la baisse de 0,1% par rapport à janvier. L’activité s’établirait cette année à 0,8%, puis 1,5% en 2025.

S’agissant de la France, l’institution de Washington table sur une progression du PIB de 0,7% seulement cette année, en recul de 0,3 point par rapport à janvier. Le gouvernement français reste plus optimiste quand il annonce, dans son programme de stabilité, qui sera officiellement présenté mercredi au Conseil des ministres, 1% alors que la Banque de France, plus prudente donne une estimation de 0,8%.

Taxe sur les milliardaires : rebelote avec la dimension mondiale de Bruno Le Maire !

Taxe sur les milliardaires : rebelote avec la dimension mondiale de Bruno Lemaire !

 

Alors qu’on cherche un peu partout des gisements d’économie pour boucher les trous du budget qui dérive de plus en plus, on ressort évidemment la fiscalité sur les plus riches. Le problème c’est que le ministre de l’économie refait le coup de la dimension mondiale. Comme précédemment il affirme son soutien à une taxe sur les très riches mais à condition qu’elle soit mondiale. Or on a la certitude qu’elle ne sera jamais mondiale. Une manière pour le ministre de l’économie de balayer la proposition.

Exemple de l’hypocrisie dans ce domaine: l’accord sur la taxation des multinationales signé après d’âpres et longs débats en 2021. Mais cet outil qualifié « d’historique » à l’époque n’est toujours pas en application dans de nombreux pays.

Présidé par le Brésil de Lula, le G20 a déjà commencé à aborder ce dossier lors des précédentes réunions de février. Accompagné par la France, l’ancien syndicaliste brésilien compte obtenir un consensus des pays les plus riches de la planète d’ici juillet. Il s’agit de « parfaire la transformation de la fiscalité internationale pour la rendre plus juste et plus efficace », a expliqué Bruno Le Maire, toujours opposé à une hausse de la fiscalité sur les « superprofits » en France. Dans le viseur de Bercy, « ce sont les personnes les plus fortunées qui échappent à l’impôt par des montages fiscaux légaux mais sont inacceptables moralement », a détaillé le ministre. Il ne s’agit pas de viser « les personnes à l’impôt sur le revenu », a déclaré de manière très ambiguë le ministre

À ce stade, les contours de ce nouvel impôt mondial sont encore flous sachant qu’il n’y a pas de consensus dans les pays du G20. «

La stabilité financière mondiale menacée par le risque cyber

 Dans son rapport sur la stabilité financière mondiale dont l’intégralité paraitra le 16 avril, le fonds monétaire international consacre un chapitre entier sur la manière dont la menace cyber peut affecter la finance mondiale. On sort vraiment de la simple perspective d’un rançongiciel qui bloque une banque. Il y a d’abord quelques ordres de grandeur à avoir en tête. Depuis 2020, les pertes directes (coût de rétablissement, amendes, rançons, pertes de chiffre d’affaires dû à la paralysie) cumulées d’incidents cyber se montent à 28 milliards de dollars. Et on ne parle même pas des pertes indirectes (perte de réputation, déclin du business, dépenses supplémentaires pour se protéger…). 20 % déjà des attaques cyber-affectent le secteur financier, dans l’ordre, les banques puis les assurances. Les services financiers auraient perdu 12 milliards d’USD depuis 2004, dont 2.5 milliards ces trois dernières années. Et pourtant aucune attaque n’a eu une ampleur systémique dans la finance. Cela ne va pas durer, dit le FMI, avec l’innovation technologique, la transformation digitale des banques qui augmente la surface d’attaque et qui font qu’une attaque du passé qui se reproduirait aujourd’hui provoquerait bien plus de dégâts. Le FMI cite à juste titre l’événement précurseur de la filiale américaine de la plus grande banque chinoise qui a été paralysée par un rançongiciel et qui a perturbé le marché de la dette américaine (qui heureusement ne dépendait pas que d’elle pour bien fonctionner).

 

par Par Charles Cuvelliez, Université de Bruxelles, Ecole Polytechnique de Bruxelles et Chief Information Security Officer (Belfius) et Jean-Jacques Quisquater, Université de Louvain, Ecole Polytechnique de Louvain et MIT.dans « la Tribune »

Le coût médian d’un incident cyber, tel que le calcule le FMI, est de 400.000 de dollars. Le 3e quartile de ce coût est de 2,8 millions de dolalrs, mais attention : la distribution des coûts dus à des cyberattaques est très déformée avec en cas de rançongiciels, des pics jusqu’à 12 millions de dollars. Certaines attaques ont même généré des pertes jusqu’à des centaines de millions de dollars.

Le cours de bourse diminue aussi en cas de cyber-incidents : ce n’est pas encore très fort, admet le FMI avec un recul de 0,1 à 0,2% en moyenne et parfois 0,3 à 0,6% pour les sociétés à plus petite capitalisation. Après un cyber-incident, le montant des dépôts a tendance à diminuer de 5% tant retail que wholesale sur plusieurs mois. Là, un vrai problème de liquidité se pose.

Le FMI note une prise de conscience qui s’envole sur le sujet cyber et c’est tant mieux. Tout le monde veut s’assurer contre le risque cyber et les banques centrales tout comme les régulateurs financiers voient la matérialité du risque cyber. Il était temps.

Comment se matérialise les pertes financières dues à un cyber-incident ? D’abord par une perte de confiance qui peut mener à un cyber run, un terme inspiré d’un bank run. L’idée d’une banque passoire aux données va amener ses clients à retirer leur argent. Comment avoir confiance ? Un problème de liquidité se posera immédiatement et une contamination au système financier. On l’a vu en 2023 avec les banques américaines qui tombèrent en faillite à cause d’un bank run qui s’est propagé et la panique des autorités américaines.

Un incident cyber qui paralyse ou perturbe une infrastructure financière non substituable, par exemple une entreprise qui opère les paiements pour plusieurs banques ou une chambre de compensation peut aussi tout paralyser. Autre effet en cascade possible : les risques liés à l’utilisation par trop d’institutions financières d’un même logiciel, vulnérable ou lorsque ces institutions sont trop interconnectées de sorte que tout déséquilibre provenant de l’un quand il est affecté par une cyberattaque provoque les mêmes déséquilibres chez les autres qui lui sont interconnectés (via le marché interbancaire).

Ensuite, n’oublions pas les attaques qui peuvent affecter les infrastructures dont a besoin le secteur financier : sans électricité, car le réseau est attaqué, une banque ou une infrastructure financière tombe à l’arrêt aussi ! Le FMI va même plus loin et imagine des institutions publiques paralysées par une attaque : imagions, dit-elle, l’agence de la dette paralysée par une attaque cyber, ce qui ne permet plus à l’État de se financer sans compter le rating de l’État qui va être très vite dégradé pour incapacité à gérer sa dette.

Pour pimenter ce portrait, ajoutons l’informatique quantique qui pourra briser tous les chiffrements d’aujourd’hui ou l’IA qui peut autant améliorer la détection de la fraude ou l’identification de certains risques à partir du bruit ambiant sur les marchés ou dans les opérations d’une banque que l’inverse, générer de la voix clonée, des vidéos parfaites de personnes qui n’ont pas demandées à y figurer.

Ajoutons-y une dose de Fintech qui sont digitales jusqu’au bout des ongles et qui peuvent occuper sans qu’on s’en rende compte une place niche systémique dans les systèmes financiers (pensons aux paiements on line). Ironiquement, le FMI vise aussi les banques centrales et leur côté apprenti-sorcier pour celles qui développent les monnaies de banque centrales numériques à partir des blockchains (ce ne sera pas le cas de l’e-euro, ouf). Les maitrisent-elles quand on sait tous les problèmes de hacking et de fraude qui agrémentent ces technologies ?

 Le FMI note aussi que des entreprises qui ont subitement et massivement introduit le teleworking pendant la pandémie se sont retrouvés avec plus de cyber incident que ceux qui en proposaient déjà avant. La raison : elles avaient déjà plus de gouvernance en place pour mitiger les risques cyber que pour se permettre du teleworking. Elles étaient plus matures. Ces sociétés avaient dans leurs organes dirigeants plus de gens au fait du cyber. Après un incident, les entreprises sont subitement plus motivées à investir dans le cyber. Même si prévenir c’est mieux que guérir, c’est déjà bien de vouloir guérir.

Le secteur financier hélas présente trois effets démultiplicateurs aux attaques cyber :

  • La concentration des banques et des institutions financières qui forment des nœuds très interconnectés sur un ou plusieurs services financiers comme les paiements, les règlements d’opérations sur titres, les dépositaires centraux de titres, les contreparties… Ce sont des activités tellement spécialisées que les institutions qui ont acquis une position incontournable deviennent aussi incontournables.
  • La dépendance à quelques fournisseurs IT systémiques, toujours les mêmes dont la panne serait catastrophique même s’ils offrent aujourd’hui plus de résilience aux banques. Mais il ne faut jamais dire jamais.
  • La contagion d’un problème rencontré par une institution aux autres institutions pourtant saines, du fait de la grande interconnexion entre institutions financières.

Pour le FMI, un pays est bien équipé pour faire face au risque cyber s’il s’octroie le pouvoir d’inspecter les fournisseurs IT concentrés du secteur financier. Il faut aussi imposer des cyber-stress tests au secteur, mais c’est encore peu répandu. Un pays vertueux devrait dresser la cartographie es connexions qui existent entre ses institutions financières.

Il devrait y avoir aussi bcp plus d’échanges d’informations dans le secteur financier, épaulés par les autorités du pays. Et il faut rapporter les incidents, la seule manière pour un pays pour monitorer les crises cyber.

Là où le FMI a raison, c’est que les efforts cyber des banques et leur investissement manque la « big picture » ; Tout le monde se protège lui-même, mais ne prend pas assez en compte les effets de réseau des cyber attaques pour se protéger d’autrui. Il manque d’un chef d’orchestre qui prépare la partition cyber et ensuite la joue. La diversité des méthodes de connexion, de logiciel pourrait aussi réduire le risque d’une chute en domino.

Démographie–Natalité mondiale en baisse ?

Démographie–Natalité mondiale en baisse ?

 

La fertilité est insuffisante pour maintenir la population en l’état dans la majorité des pays, souligne une vaste étude publiée ce jeudi 21 mars, mettant en garde sur des déséquilibres qui s’annoncent de plus en plus marqués d’une région du monde à l’autre. « La fertilité décline à travers le monde », résume ce travail publié dans la revue scientifique The Lancet, constatant que plus de la moitié des pays observent déjà un taux de fertilité trop faible pour maintenir le niveau de leur population.
Les chercheurs ont non seulement évalué les taux actuels de fertilité dans ces pays, mais ont aussi cherché à calculer l’évolution à venir en fonction de nombreuses variables prédictives, comme les niveaux d’éducation ou la mortalité infantile.

Les chercheurs prévoient par ailleurs que la population de pays pauvres continuera longtemps à augmenter, notamment en Afrique subsaharienne, alors qu’elle baissera dans les pays développés. Ce déséquilibre risque, selon eux, d’avoir « des conséquences considérables sur les plans économique et sociétal ».
Ce travail s’inscrit dans un contexte où nombre de pays s’inquiètent de l’évolution de leur population comme la France, où le président Emmanuel Macron a appelé à un « réarmement démographique ».

Pour autant, les prévisions de l’étude du Lancet doivent être prises avec précaution, soulignent dans le même numéro des chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ils critiquent plusieurs choix de méthodologie, soulignant notamment la faiblesse des données actuellement disponibles dans nombre de pays pauvres. Et, sur le fond, « il faut privilégier la nuance et non le sensationnalisme quand on parle de la baisse des taux de fertilité », estiment-ils.

Selon l’ONU le monde compte 8 milliards d’individus . Selon les dernières estimations , la population mondiale devrait continuer de croître à 9,7 milliards d’individus en 2050, puis atteindre un pic de 10,4 milliards dans les années 2080 avant de diminuer légèrement d’ici à la fin du siècle.

Natalité mondiale en baisse ?

Natalité mondiale en baisse
 

La fertilité est insuffisante pour maintenir la population en l’état dans la majorité des pays, souligne une vaste étude publiée ce jeudi 21 mars, mettant en garde sur des déséquilibres qui s’annoncent de plus en plus marqués d’une région du monde à l’autre.  »La fertilité décline à travers le monde », résume ce travail publié dans la revue scientifique The Lancet, constatant que plus de la moitié des pays observent déjà un taux de fertilité trop faible pour maintenir le niveau de leur population.

 Les chercheurs ont non seulement évalué les taux actuels de fertilité dans ces pays, mais ont aussi cherché à calculer l’évolution à venir en fonction de nombreuses variables prédictives, comme les niveaux d’éducation ou la mortalité infantile.
Les chercheurs prévoient par ailleurs que la population de pays pauvres continuera longtemps à augmenter, notamment en Afrique subsaharienne, alors qu’elle baissera dans les pays développés. Ce déséquilibre risque, selon eux, d’avoir « des conséquences considérables sur les plans économique et sociétal ».

Ce travail s’inscrit dans un contexte où nombre de pays s’inquiètent de l’évolution de leur population comme la France, où le président Emmanuel Macron a appelé à un « réarmement démographique ».

Pour autant, les prévisions de l’étude du Lancet doivent être prises avec précaution, soulignent dans le même numéro des chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ils critiquent plusieurs choix de méthodologie, soulignant notamment la faiblesse des données actuellement disponibles dans nombre de pays pauvres. Et, sur le fond, « il faut privilégier la nuance et non le sensationnalisme quand on parle de la baisse des taux de fertilité », estiment-ils.

Selon l’ONU le monde compte 8 milliards d’individus . Selon les dernières estimations , la population mondiale devrait continuer de croître à 9,7 milliards d’individus en 2050, puis atteindre un pic de 10,4 milliards dans les années 2080 avant de diminuer légèrement d’ici à la fin du siècle.

Croissance mondiale 2024 : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)

Croissance mondiale 2024 : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)


La banque mondiale constate un affaiblissement de la croissance prévisible en 2024 soit 2,4 % au lieu de 2,6 % 2023. Ce qui inquiète la Banque mondiale, c’est non seulement la faiblesse de la croissance mais aussi son caractère durable. La banque mondiale note que le tassement affectera plus durement les pays en développement. Deux facteurs pèsent notoirement sur l’évolution de la croissance d’une part le très net ralentissement du commerce extérieur, d’autre part le net affaiblissement de l’activité économique en Chine.

La banque mondiale prévoit une faible hausse du PIB, de 1,2%, pour les économies avancées, en recul sur un an, et de 4% pour les pays émergents, qui voient les investissements privés comme publics, ralentir. Deuxième économie mondiale, la Chine devrait passer de 5,2% en 2023 à 4,5% cette année, puis à 4,3% en 2025, soit le niveau le plus faible depuis 1990. Ce ralentissement traduit une forte baisse de la consommation intérieure, à mesure que l’élan donné par la réouverture du pays se dissipe et que le moral des consommateurs faiblit.

De manière plus générale, la Chine «est le reflet de l’économie» mondiale. L’empire du Milieu est sur la voie d’une croissance plus faible, amenée à se poursuivre en raison du vieillissement et de la diminution de la population ainsi qu’une hausse de l’endettement.

Le ralentissement et par exemple confirmé par KPMG.Selon le dernier rapport KPMG Global Economic Outlook, la croissance de l’économie en 2024 devrait s’établir à +2,4 % au niveau mondial et +0,8 % en France ;

La part du commerce mondial dans le PIB mondial n’augmente plus depuis 2008, où elle avait atteint 64 % .

Bien que l’inflation régresse en France (2,4 % en 2024) et dans le monde (5 % en 2024), les incertitudes géopolitiques freinent le potentiel de croissance de l’économie mondiale ;
Les politiques monétaires restrictives pourraient s’alléger progressivement mais le risque existe de divergences croissantes dans les politiques de baisse des taux menées par les banques centrales dans les différentes régions du monde ;
À long terme, la fragmentation géoéconomique du monde pourrait conduire à des pertes potentielles de production.

Perspectives Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)

Perspectives Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)


La banque mondiale constate un affaiblissement de la croissance prévisible en 2024 soit 2,4 % au lieu de 2,6 % 2023. Ce qui inquiète la Banque mondiale, c’est non seulement la faiblesse de la croissance mais aussi son caractère durable. La banque mondiale note que le tassement affectera plus durement les pays en développement. Deux facteurs pèsent notoirement sur l’évolution de la croissance d’une part le très net ralentissement du commerce extérieur, d’autre part le net affaiblissement de l’activité économique en Chine.

La banque mondiale prévoit une faible hausse du PIB, de 1,2%, pour les économies avancées, en recul sur un an, et de 4% pour les pays émergents, qui voient les investissements privés comme publics, ralentir. Deuxième économie mondiale, la Chine devrait passer de 5,2% en 2023 à 4,5% cette année, puis à 4,3% en 2025, soit le niveau le plus faible depuis 1990. Ce ralentissement traduit une forte baisse de la consommation intérieure, à mesure que l’élan donné par la réouverture du pays se dissipe et que le moral des consommateurs faiblit.

De manière plus générale, la Chine «est le reflet de l’économie» mondiale. L’empire du Milieu est sur la voie d’une croissance plus faible, amenée à se poursuivre en raison du vieillissement et de la diminution de la population ainsi qu’une hausse de l’endettement.

Le ralentissement et par exemple confirmé par KPMG.Selon le dernier rapport KPMG Global Economic Outlook, la croissance de l’économie en 2024 devrait s’établir à +2,4 % au niveau mondial et +0,8 % en France ;

La part du commerce mondial dans le PIB mondial n’augmente plus depuis 2008, où elle avait atteint 64 % .

Bien que l’inflation régresse en France (2,4 % en 2024) et dans le monde (5 % en 2024), les incertitudes géopolitiques freinent le potentiel de croissance de l’économie mondiale ;
Les politiques monétaires restrictives pourraient s’alléger progressivement mais le risque existe de divergences croissantes dans les politiques de baisse des taux menées par les banques centrales dans les différentes régions du monde ;
À long terme, la fragmentation géoéconomique du monde pourrait conduire à des pertes potentielles de production.

Economie- Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)

Economie- Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)


La banque mondiale constate un affaiblissement de la croissance prévisible en 2024 soit 2,4 % au lieu de 2,6 % 2023. Ce qui inquiète la Banque mondiale, c’est non seulement la faiblesse de la croissance mais aussi son caractère durable. La banque mondiale note que le tassement affectera plus durement les pays en développement. Deux facteurs pèsent notoirement sur l’évolution de la croissance d’une part le très net ralentissement du commerce extérieur, d’autre part le net affaiblissement de l’activité économique en Chine.

La banque mondiale prévoit une faible hausse du PIB, de 1,2%, pour les économies avancées, en recul sur un an, et de 4% pour les pays émergents, qui voient les investissements privés comme publics, ralentir. Deuxième économie mondiale, la Chine devrait passer de 5,2% en 2023 à 4,5% cette année, puis à 4,3% en 2025, soit le niveau le plus faible depuis 1990. Ce ralentissement traduit une forte baisse de la consommation intérieure, à mesure que l’élan donné par la réouverture du pays se dissipe et que le moral des consommateurs faiblit.

De manière plus générale, la Chine «est le reflet de l’économie» mondiale. L’empire du Milieu est sur la voie d’une croissance plus faible, amenée à se poursuivre en raison du vieillissement et de la diminution de la population ainsi qu’une hausse de l’endettement.

Projections de croissance par région :

Asie de l’Est et Pacifique : 4,5% en 2024 et 4,4% en 2025
Europe et Asie centrale : 2,4% en 2024 et 2,7% en 2025
Amérique latine et Caraïbe : 2,3 % en 2024 et 2,5 % en 2025
Moyen-Orient et Afrique du Nord : 3,5 % en 2024 et 2025
Asie du Sud : 5,6 % en 2024 puis 5,9 % en 2025
Afrique subsaharienne : 3,8 % en 2024 puis à 4,1 % en 2025
lisse

Economie-Croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur

Economie-Croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur

Il est clair que la tendance baissière de l’activité mondiale se confirme en cette fin d’année et va se prolonger en 2024. Beaucoup de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la régression notamment en Europe. L’OCDE se veut optimiste en prévoyant un atterrissage en douceur mais prudente elle indique aussi que cette perspective n’est pas garantie. On ne peut non plus exclure une récession prévient-elle. Les questions de niveau d’intérêt, d’inflation, d’endettement, d’énergie voire d’environnement géopolitique risquent de peser sur l’inévitable tendance au ralentissement économique.

L’économie mondiale va marquer un léger ralentissement l’an prochain, d’après les dernières prévisions économiques de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiées mercredi 29 novembre. L’organisation internationale prévoit que le produit intérieur brut (PIB) mondial progresse de 2,7 % en 2024 après une hausse anticipée à 2,9 % cette année. L’économie mondiale marquera ensuite un rebond en 2025, avec une prévision de croissance de 3,0 %.

« Nous prévoyons un atterrissage en douceur pour les économies avancées, mais cette issue est loin d’être garantie », écrit Clare Lombardelli, cheffe économiste de l’OCDE, sur le site de l’organisation. « La relation entre l’inflation, l’activité et les marchés du travail a changé, si bien qu’il est difficile d’évaluer pleinement l’impact du resserrement des politiques monétaires », poursuit-elle. L’OCDE note que le risque d’une récession n’est pas écarté, citant la faiblesse des marchés immobiliers, les prix élevés du pétrole et des emprunts atones.

L’économie américaine est plus solide qu’anticipé ( Notons quand même qu’elle a ralenti ces dernières semaines NDLR). Précédemment attendue à 2,2 % cette année, la croissance des Etats-Unis a été revue à la hausse, à 2,4 %, avant un ralentissement en 2024 moins important qu’anticipé auparavant (croissance de 1,5 % contre une précédente prévision de 1,3 %).

L’économie chinoise devrait elle aussi marquer un ralentissement, alors qu’elle fait face à une crise du secteur immobilier et que les consommateurs se montrent plus prudents dans un contexte d’incertitude croissante pour l’avenir. Dans ses prévisions, l’OCDE voit la deuxième économie mondiale croître de 4,7 % l’an prochain après 5,2 % cette année – des pourcentages légèrement supérieurs à ceux communiqués en septembre – et ralentir davantage en 2025, avec une croissance de 4,2 %.

Pour zone euro, l’économie devrait rebondir en 2024, avec une croissance attendue à 0,9 % contre une prévision de 0,6 % cette année, et continuer d’accélérer en 2025 avec une croissance de 1,1 %, dans le sillage de l’Allemagne, qui se relève d’une récession. Toutefois, l’OCDE a prévenu que, du fait du niveau élevé des financements bancaires, le plein impact de la hausse des coûts d’emprunts restait incertain et pourrait peser davantage qu’anticipé sur la croissance.

Les prévisions de croissance pour la France ont été revues à la baisse, avec une économie qui devrait ralentir l’an prochain avant de rebondir en 2025. L’OCDE anticipe une croissance de 0,8 % en 2024, contre 0,9 % cette année, puis de 1,2 % en 2025. Au Japon, seule économie majeure où les taux d’intérêt n’ont pas encore été relevés, la croissance est attendue à 1,7 % en 2023, avant de ralentir à 1,0 % l’an prochain puis de rebondir à 1,2 % en 2025.

L’intox mondiale grossière de la Russie

L’intox mondiale grossière de la Russie

L’influence est un sujet majeur des relations internationales. Les acteurs étatiques et privés en ont douloureusement pris conscience avec le début de la guerre dans le Donbass en 2014, puis avec l’affaire Cambridge Analytica en 2016. Depuis, la prégnance de cette thématique n’a fait que croître, et elle est devenue incontournable avec la guerre de l’information observée dès l’invasion de l’Ukraine en février 2022, la sphère informationnelle y étant un enjeu de conflictualité significatif.

par Christine Dugoin-Clément , Analyste en géopolitique, membre associé au Laboratoire de Recherche IAE Paris – Sorbonne Business School, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chaire « normes et risques », IAE Paris – Sorbonne Business School dans The conversation

Marquée par différentes étapes, cette guerre de la communication a comporté des phases d’hésitation dans la gestion de la rhétorique russe lorsque, au cours de l’été 2022, l’Ukraine gagnait du terrain lors de sa contre-offensive. Moscou a ensuite adapté son discours de façon à survaloriser la portée de victoires de moyenne importance, par exemple lors de la prise de Soledar en janvier 2023.

Enfin, alors que le Kremlin doit gérer une invasion de l’Ukraine plus longue et plus délicate que prévu, son action informationnelle s’étend à d’autres théâtres et domaines pour affaiblir les alliés de Kiev. Pour autant, ces opérations ne sont pas toujours couronnées de succès, comme l’a montré, par exemple, le récent épisode de la peinture au pochoir d’étoiles de David sur les murs de Paris, imputée à la Russie. Rapidement détectée par le Service de vigilance et protection contre les ingérences numériques étrangères (Viginum), l’opération n’a pas eu les conséquences sans doute souhaitées par ses organisateurs.

Si, au début du conflit, la Russie a davantage axé ses efforts d’influence sur le continent africain et le Moyen-Orient que sur les Occidentaux, l’inscription du conflit dans la durée a infléchi cette orientation. En effet, Moscou parie sur l’usure des soutiens de l’Ukraine et sur leurs divisions que pourraient alimenter des tensions sociales internes, des agendas politiques propres ou des intérêts divergents. L’Ukraine restant profondément dépendante de l’appui occidental, notamment en matière d’armement, tout événement de nature à fragiliser ce soutien aura une importance majeure sur la poursuite du conflit.

En ce sens, l’opération Dôppelganger, si elle n’était pas originale sur le fond, a revêtu une ampleur inédite. Rappelons que la Russie a, dans ce cadre, créé des « clones » de nombreux journaux occidentaux afin d’y diffuser des contenus visant à nuire à la réputation de l’Ukraine, voire à diviser les Européens. La campagne Dôppelganger a été accompagnée d’un intéressant dispositif de suivi destiné à évaluer la pénétration de cette opération au sein des populations et à mesurer l’effet réel de la campagne.

Cette opération avait duré plusieurs mois mais avant d’être officiellement démasquée à l’été 2023. Pour autant, la révélation de l’existence du projet Dôppelganger n’a pas mis un terme aux opérations informationnelles, qui sont la trame de la guerre cognitive à laquelle nous assistons actuellement. Plus récemment, alors que l’attaque du Hamas du 7 octobre a profondément déstabilisé le Moyen-Orient et que les Occidentaux craignent que l’onde de choc de cette explosion de violence ne se traduise par des troubles sur leurs territoires, une nouvelle opération a été identifiée.

C’est Viginum qui, en tirant la sonnette d’alarme, a permis à l’État français de mettre officiellement en cause le site « Recent Reliable News » (RNN) pour avoir sciemment amplifié sur la toile l’impact des images d’étoiles de David taguées dans le Xe arrondissement de Paris.

Outre le millier de bots employés pour relayer l’information au travers de quelque 2 600 tweets, les ressortissants moldaves interpellés en flagrant délit fin octobre ont indiqué avoir agi moyennant rémunération. Par ailleurs, les enquêteurs sont remontés jusqu’à un personnage trouble, connu pour ses anciennes accointances pro-russes en Moldavie.

L’action tentait de capitaliser sur une crise existante et sur un contexte social tendu, marqué par l’augmentation des agressions physiques contre des personnes juives, afin d’en tirer profit en termes d’influence et de guerre cognitive.

Cette instrumentalisation de contextes perturbés dans le but de les exacerber et d’en tirer profit pour la Russie est une méthode qui a été souvent employée, y compris assez récemment sur le continent africain, nouveau théâtre de confrontation avec l’Occident, et spécialement avec la France. Des versions africaines des médias Sputnik et RT ont été lancées dès 2014, et on a également constaté, dès 2018, la présence de groupes de mercenaires, comme Wagner, notamment au Soudan et en République centrafricaine (RCA).

Dans le même sens, ont fait leur apparition des films produits par des agences de la constellation Prigojine comme « _Le Touriste »_ ou « Granit », produits par la société Aurum.

Plus récemment encore, des dessins animés présentant la France et ses forces armées tour à tour comme des serpents, des rats ou des zombies ont déferlé sur l’Afrique de l’Ouest, et plusieurs pseudo-fondations et ONG ont repris des dialectiques servant les intérêts russes.

En outre, après que le président Bazoum au Niger, considéré comme proche de la France, a été renversé par un coup d’État militaire rapidement soutenu par la sphère informationnelle rattachée à la Russie, l’armée française a été accusée d’avoir enlevé des enfants dans ce pays dans le cadre d’un trafic pédophile. Ces contenus, diffusés par une « fondation de défense des droits de l’homme » connue pour être une officine de désinformation rattachée à la Russie et pour avoir gravité dans la mouvance d’Evguéni Prigojine, seront repris par Dimitri Poliansky, représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies sur son compte Telegram.

La guerre cognitive peut être définie comme la militarisation de tous les aspects de la société, y compris de la psychologie humaine et des relations sociales, afin de modifier les convictions des individus et, in fine, leur façon d’agir.

Ce thème, et le concept qui le sous-tend, sont pris au sérieux au point d’avoir été le sujet du défi d’innovation de l’OTAN de l’automne 2021, organisé par le Canada cet automne-là, qui s’intitulait « La menace invisible : Des outils pour lutter contre la guerre cognitive ».

Dans le cas présent, la démultiplication des crises peut, en tant que telle, représenter une forme de « stress test » visant à mesurer la capacité des Occidentaux à gérer une pluralité de désordres. En outre, le continent africain est un enjeu d’autant plus important pour la Russie que les sanctions européennes consécutives à l’invasion de l’Ukraine poussent le Kremlin à diversifier ses sources de financement, par exemple en recourant à des sociétés militaires privées afin de capter des fonds et des matières premières pour concourir au soutien d’une économie russe contrainte d’assumer l’effort de sa guerre contre l’Ukraine.

La guerre de l’intox mondiale de la Russie

La guerre de l’intox mondiale de la Russie

L’influence est un sujet majeur des relations internationales. Les acteurs étatiques et privés en ont douloureusement pris conscience avec le début de la guerre dans le Donbass en 2014, puis avec l’affaire Cambridge Analytica en 2016. Depuis, la prégnance de cette thématique n’a fait que croître, et elle est devenue incontournable avec la guerre de l’information observée dès l’invasion de l’Ukraine en février 2022, la sphère informationnelle y étant un enjeu de conflictualité significatif.

par Christine Dugoin-Clément , Analyste en géopolitique, membre associé au Laboratoire de Recherche IAE Paris – Sorbonne Business School, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chaire « normes et risques », IAE Paris – Sorbonne Business School dans The conversation

Marquée par différentes étapes, cette guerre de la communication a comporté des phases d’hésitation dans la gestion de la rhétorique russe lorsque, au cours de l’été 2022, l’Ukraine gagnait du terrain lors de sa contre-offensive. Moscou a ensuite adapté son discours de façon à survaloriser la portée de victoires de moyenne importance, par exemple lors de la prise de Soledar en janvier 2023.

Enfin, alors que le Kremlin doit gérer une invasion de l’Ukraine plus longue et plus délicate que prévu, son action informationnelle s’étend à d’autres théâtres et domaines pour affaiblir les alliés de Kiev. Pour autant, ces opérations ne sont pas toujours couronnées de succès, comme l’a montré, par exemple, le récent épisode de la peinture au pochoir d’étoiles de David sur les murs de Paris, imputée à la Russie. Rapidement détectée par le Service de vigilance et protection contre les ingérences numériques étrangères (Viginum), l’opération n’a pas eu les conséquences sans doute souhaitées par ses organisateurs.

Si, au début du conflit, la Russie a davantage axé ses efforts d’influence sur le continent africain et le Moyen-Orient que sur les Occidentaux, l’inscription du conflit dans la durée a infléchi cette orientation. En effet, Moscou parie sur l’usure des soutiens de l’Ukraine et sur leurs divisions que pourraient alimenter des tensions sociales internes, des agendas politiques propres ou des intérêts divergents. L’Ukraine restant profondément dépendante de l’appui occidental, notamment en matière d’armement, tout événement de nature à fragiliser ce soutien aura une importance majeure sur la poursuite du conflit.

En ce sens, l’opération Dôppelganger, si elle n’était pas originale sur le fond, a revêtu une ampleur inédite. Rappelons que la Russie a, dans ce cadre, créé des « clones » de nombreux journaux occidentaux afin d’y diffuser des contenus visant à nuire à la réputation de l’Ukraine, voire à diviser les Européens. La campagne Dôppelganger a été accompagnée d’un intéressant dispositif de suivi destiné à évaluer la pénétration de cette opération au sein des populations et à mesurer l’effet réel de la campagne.

Cette opération avait duré plusieurs mois mais avant d’être officiellement démasquée à l’été 2023. Pour autant, la révélation de l’existence du projet Dôppelganger n’a pas mis un terme aux opérations informationnelles, qui sont la trame de la guerre cognitive à laquelle nous assistons actuellement. Plus récemment, alors que l’attaque du Hamas du 7 octobre a profondément déstabilisé le Moyen-Orient et que les Occidentaux craignent que l’onde de choc de cette explosion de violence ne se traduise par des troubles sur leurs territoires, une nouvelle opération a été identifiée.

C’est Viginum qui, en tirant la sonnette d’alarme, a permis à l’État français de mettre officiellement en cause le site « Recent Reliable News » (RNN) pour avoir sciemment amplifié sur la toile l’impact des images d’étoiles de David taguées dans le Xe arrondissement de Paris.

Outre le millier de bots employés pour relayer l’information au travers de quelque 2 600 tweets, les ressortissants moldaves interpellés en flagrant délit fin octobre ont indiqué avoir agi moyennant rémunération. Par ailleurs, les enquêteurs sont remontés jusqu’à un personnage trouble, connu pour ses anciennes accointances pro-russes en Moldavie.

L’action tentait de capitaliser sur une crise existante et sur un contexte social tendu, marqué par l’augmentation des agressions physiques contre des personnes juives, afin d’en tirer profit en termes d’influence et de guerre cognitive.

Cette instrumentalisation de contextes perturbés dans le but de les exacerber et d’en tirer profit pour la Russie est une méthode qui a été souvent employée, y compris assez récemment sur le continent africain, nouveau théâtre de confrontation avec l’Occident, et spécialement avec la France. Des versions africaines des médias Sputnik et RT ont été lancées dès 2014, et on a également constaté, dès 2018, la présence de groupes de mercenaires, comme Wagner, notamment au Soudan et en République centrafricaine (RCA).

Dans le même sens, ont fait leur apparition des films produits par des agences de la constellation Prigojine comme « _Le Touriste »_ ou « Granit », produits par la société Aurum.

Plus récemment encore, des dessins animés présentant la France et ses forces armées tour à tour comme des serpents, des rats ou des zombies ont déferlé sur l’Afrique de l’Ouest, et plusieurs pseudo-fondations et ONG ont repris des dialectiques servant les intérêts russes.

En outre, après que le président Bazoum au Niger, considéré comme proche de la France, a été renversé par un coup d’État militaire rapidement soutenu par la sphère informationnelle rattachée à la Russie, l’armée française a été accusée d’avoir enlevé des enfants dans ce pays dans le cadre d’un trafic pédophile. Ces contenus, diffusés par une « fondation de défense des droits de l’homme » connue pour être une officine de désinformation rattachée à la Russie et pour avoir gravité dans la mouvance d’Evguéni Prigojine, seront repris par Dimitri Poliansky, représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies sur son compte Telegram.

La guerre cognitive peut être définie comme la militarisation de tous les aspects de la société, y compris de la psychologie humaine et des relations sociales, afin de modifier les convictions des individus et, in fine, leur façon d’agir.

Ce thème, et le concept qui le sous-tend, sont pris au sérieux au point d’avoir été le sujet du défi d’innovation de l’OTAN de l’automne 2021, organisé par le Canada cet automne-là, qui s’intitulait « La menace invisible : Des outils pour lutter contre la guerre cognitive ».

Dans le cas présent, la démultiplication des crises peut, en tant que telle, représenter une forme de « stress test » visant à mesurer la capacité des Occidentaux à gérer une pluralité de désordres. En outre, le continent africain est un enjeu d’autant plus important pour la Russie que les sanctions européennes consécutives à l’invasion de l’Ukraine poussent le Kremlin à diversifier ses sources de financement, par exemple en recourant à des sociétés militaires privées afin de capter des fonds et des matières premières pour concourir au soutien d’une économie russe contrainte d’assumer l’effort de sa guerre contre l’Ukraine.

Des risques de troisième guerre mondiale ?

Des risques de troisième guerre mondiale ?

Pendant que les opinions se laissent parfois gagner par des questions assez accessoires en tout cas secondaires, le danger de guerre se précise en provenance de trois horizons. Il y a d’abord et peut-être surtout la folie guerrière de Poutine. Un criminel et dictateur qui n’hésite devant aucun moyen y compris dans son entourage pour tuer toute opposition. A fortiori quand il s’agit d’étrangers comme en Ukraine. Ainsi Poutine teste la résistance du camp occidental et de l’Europe en envahissant régulièrement des territoires. L’objectif est clair : reconsulter l’empire de la Russie La guerre est aux portes de l’union européenne mais l’Europe endormie par le progrès technique et social s’interroge sur la nécessité d’une politique de défense. Concrètement en termes de dépenses, on vise un objectif de 2 % du PIB pour la défense tendis que la Russie consacre 30 % de sa richesse nationale. Poutine avance y compris dans les opinions par exemple en Hongrie ou en Slovaquie; des pays qui ont sans doute oublié la violence des dictatures communistes. Les Finlandais, actuellement menacés par la Russie, eux ont davantage de mémoire

Au Moyen-Orient, c’est surtout l’Iran qui est à la manœuvre, l’Iran instrumentalise le Hamas pour organiser le désordre dans tout le Moyen-Orient pour y substituer des régimes de dictature islamique. Pour preuve, presque ouvertement, l’Iran arme maintenant les rebelles Houtis pour attaquer les navires militaires ou commerciaux qui empruntent la mer Rouge. L’embrasement de tout le Moyen-Orient soutenu aussi en sous-main par la Russie conduirait au chaos économique, politique et démocratique.

En Extrême-Orient, la Chine est plus discrète mais elle progresse régulièrement notamment pour faire valoir ses droits. les accrochages guerriers se multiplient aussi en mer de Chine. Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale malgré les prétentions rivales des Philippines, du Vietnam ou encore de la Malaisie, faisant fi d’un jugement international de 2016 en sa défaveur.

La Mer de Chine méridionale, vaste comme sept fois la France, est âprement disputée. Un tiers du trafic commercial mondial y transite. Ce couloir permet à la Chine d’envoyer ses marchandises en Europe. Mais Pékin revendique depuis quelques années toute la zone, au mépris du droit international. Les Philippines aussi sont en conflit avec la Chine. Là-bas, les pêcheurs ont décidé de résister et de braver régulièrement les interdits fixés par Pékin.

Mais au-delà de l’affrontement pour le contrôle de la mer de Chine méridionale, la Chine teste en faite les alliés des occidentaux vis-à-vis de sa stratégie de conquête géographique notamment vis-à-vis de Taïwan.

Seuls les États-Unis consacrent les efforts et les finances nécessaires à l’entretien d’une politique de défense susceptible d’affronter les grands adversaires traditionnels.

Dans le reste de l’Occident, c’est l’amollissement voir le renoncement de l’opinion et de responsables englués dans leur zone de confort , l’immobilisme et l’individualisme. Tout cela enveloppé par le discours sirupeux d’experts sophistes qui justifient le déni de réalité dans nombre de champs sociétaux y compris celui de la défense.

L’esprit de Munich gagne partout chez les politiques, chez les experts et bien sûr chez les étudiants qui prônent la révolution des pauvres en attendant de rejoindre la bourgeoisie qui la provoque.

Poutine, le président chinois où les mollahs d’Iran n’ont pas ces états d’âme. Ils peuvent sans dommage piétiner la démocratie et s’il le faut sacrifier 100 000 hommes pour continuer de piller leur pays et semer le chaos dans les démocraties occidentales.

Comme vient de l’indiquer le ministre allemand , il serait temps notamment que l’Europe organise sa propre défense et commence d’abord par se réveiller face au danger potentiel et clairement vis-à-vis d’une troisième guerre mondiale possible.

12345...25



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol