Archive pour le Tag 'Bernard'

Bernard Arnault prend 5 % du capital de Lagardère

Bernard Arnault prend 5 % du capital de Lagardère

Au même moment se déroulait une audience sur la légalité d’une demande d’assemblée générale exigée par Vivendi et le fonds Ambert, Bernard Arnault annonçait  qu’il avait pris 5 % du capital de Lagardère. Une sorte de contre-feu contre ces derniers qui demandent clairement le départ de Lagardère.

L’affaire cependant est loin d’être terminée quand on connaît la stratégie brutale de Vivendi pour prendre le contrôle d’une entreprise cela d’autant plus que Vivendi et Ambert détiennent 43,5 % du capital de Lagardère. Vivendi pourrait bien pourrir la vie de Lagardère et finalement par son action provoquer une dévalorisation de la société. Bref on notera que les capitalistes français sont plus forts pour se faire la guerre entre que pour ce solidifier à l’international, après l’affaire Veolia Suez, l’affaire Bolloré Lagardère risque d’occuper l’actualité. Notons aussi qu’en matière de fusion, la France ne se caractérise pas par des réussites très spectaculaires. Faut-il rappeler cette lamentable affaire de fusion entre Alstom et General Electric. Les mécanos capitalistiques ne correspond pas toujours à des stratégies très pertinentes techniquement et commercialement.

 

Une rentrée politique sous pression (Bernard Sananès)

Une rentrée politique sous pression (Bernard Sananès)

 

Le président d’Elabe ,  Bernard Sananès, souligne les différents dangers de cette rentrée politique notamment pour Macron mais aussi pour l’ensemble de la classe politique.( Interview dans l’Opinion)

Comment qualifier cette rentrée pour l’exécutif ?

C’est une rentrée, qui est encore plus cette année que d’habitude, sous pression. Le gouvernement a mis du temps à enclencher sa réponse à la reprise de l’épidémie et joue donc sur la défensive. Il a aujourd’hui trois fronts devant lui. D’abord le front économique : c’est celui sur lequel il est le plus attendu et dispose du plus de crédit. Les mesures sur le chômage partiel ont par exemple eu un vrai impact sur le rapport des Français à l’impôt : la part des Français jugeant qu’ils contribuent au système plus qu’ils n’en bénéficient est en recul de 10 points en dix-huit mois. Ce petit capital de confiance lui sera précieux, alors que la question de l’ampleur de la récession demeure et que celle du chômage, notamment celui des jeunes, pourrait être une bombe à retardement. Le deuxième front est la question écologique. Elle n’est pas passée au second plan en raison de la crise sanitaire, contrairement à ce que certains auraient pu croire, et reste majeure dans les attentes des Français. Il n’y a plus de clivages urbains/ruraux ou CSP+/ CSP- quant à sa prise de conscience. L’effectivité des réponses du gouvernement demeure très attendue, dans la foulée de celles apportées à l’occasion de la convention citoyenne. Enfin, le troisième front est plus récent : il s’agit des enjeux de sécurité. L’effet d’accumulation de faits de violence, le sentiment d’impunité et que l’action publique ne fait plus face en ont refait une priorité. Ces trois fronts ont une traduction politique. La question économique sera déterminante pour tous les Français, elle sera « qualifiante » ou pas dans la perspective de 2022. L’ampleur de la réponse environnementale d’Emmanuel Macron lui permettra-t-elle de contenir la poussée écologiste ? Ce qu’il fera en matière régalienne sera essentiel par rapport à l’électorat de droite.

Quel bilan peut-on faire de la relance politique opérée par Emmanuel Macron après les municipales ?

Il est trop tôt pour le dire. On y verra plus clair fin septembre avec le bilan de la rentrée, les réactions provoquées par le plan de relance et les chiffres du chômage. Ce qu’on peut néanmoins observer au-delà de la séquence remaniement, c’est que depuis le déconfinement, qui a été jugé mieux géré, le sentiment d’hostilité à l’égard de l’exécutif a diminué, mais que cela pour l’instant ne se transforme pas en gain durable de popularité. Cela dessine une stratégie de campagne présidentielle par défaut (qui à sa place aurait fait mieux que lui ?…). C’est souvent le cas lors d’une campagne de réélection.

43 % des Français font confiance à l’exécutif pour la gérer selon notre dernière enquête. C’est un chiffre en légère hausse, mais il n’y a toujours pas d’adhésion majoritaire et dans un moment de crise grave pour le pays, cela reste un point faible

Comment jugez-vous les premiers pas de Jean Castex ?

Aujourd’hui, on ne mesure pas d’impact provoqué par sa promotion à Matignon. Il devait rectifier l’image du Président par rapport aux personnes âgées (chez qui le Président avait chuté), les habitants de petites villes… Si les commentaires lors de son arrivée ont été centrés sur sa personne, son style, il n’a pas encore posé de marqueur fort. Par exemple, sur la gestion de la crise sanitaire, il n’a pas incarné de rupture, les critiques sur la cohérence des décisions restent aussi fortes que sous le gouvernement précédent. Jean Castex joue « gros » en septembre. C’est maintenant que son rapport à l’opinion va se cristalliser. Il faudra notamment observer ce qui se passe dans l’électorat de droite.

Où en est l’opinion des Français sur la gestion de la crise sanitaire ?

43 % des Français font confiance à l’exécutif pour la gérer selon notre dernière enquête. C’est un chiffre en légère hausse, mais il n’y a toujours pas d’adhésion majoritaire et dans un moment de crise grave pour le pays, cela reste un point faible. Si l’opinion a le sentiment que l’on est mieux préparé à une deuxième vague, les questions de transparence et de cohérence demeurent un enjeu clé pour l’exécutif. Les quinze derniers jours n’ont pas vraiment convaincu en la matière.

Jusqu’où la question régalienne peut-elle impacter l’exécutif ?

Emmanuel Macron part avec un handicap sur cette question depuis 2017. Il n’a laissé aucune trace grâce à une prise de parole forte sur le sujet. Or, ce qui n’est pas énoncé n’existe pas. Puisqu’Emmanuel Macron ne s’est pas exprimé sur le sujet, l’opinion a donc intégré que cela ne faisait pas partie de ses priorités. C’est un premier handicap à rattraper. Dans une société toujours plus violente, où la défiance vis-à-vis de la parole publique est chaque jour plus forte, être présent sur le terrain ne peut constituer une réponse suffisante. Aujourd’hui, une partie de l’opinion se demande si la communication n’est pas en train de remplacer l’action. Par ailleurs, ces derniers jours, on a bien compris que la droite voulait en faire un angle d’attaque majeur contre l’exécutif. Mais elle prend là un risque. Sera-t-elle jugée crédible ? Sera-t-elle jugée plus crédible que Marine Le Pen ? La droite peut-elle faire à nouveau entendre sa différence grâce à ce thème ? Pour Emmanuel Macron, comme pour elle, l’enjeu sera crucial. Le respect est la valeur qui s’est installée en tête chez les Français quand on leur demande à laquelle ils sont le plus attachés, quelles que soient leurs catégories politiques, professionnelles… Même si c’est un concept global, polysémique, c’est significatif.

La sécurité est-elle la préoccupation qui va s’installer en priorité dans l’opinion ?

C’est la santé qui s’est installée en tête des préoccupations. Quand on creuse, on voit d’ailleurs que c’est un triptyque santé-environnement-alimentation qui apparaît essentiel aux Français. Mais la sécurité progresse très fortement (+14 points en à peine plus d’un an) dans les attentes exprimées et revient à un très haut niveau (32 % comme pour l’environnement). Ensuite viennent les questions du pouvoir d’achat et de l’emploi. 30 % des Français estiment que leur revenu a baissé durant le confinement. Quatre actifs sur dix ont peur de perdre leur emploi.

Six Français sur dix n’ont pas confiance dans les chiffres du chômage ou ceux sur le dérèglement climatique ; un sur deux dans ceux sur l’épidémie… C’est très préoccupant : le consensus sur les faits est le socle du débat rationnel et démocratique

Pourquoi rien ne bouge-t-il du côté des oppositions ?

Paradoxalement, elles sont confrontées aux mêmes défis que les gouvernants : la mise à distance de la parole publique. Je suis très frappé par trois marqueurs. D’abord bien sûr l’abstention. Ensuite, la défiance vis-à-vis des statistiques publiques. Six Français sur dix n’ont pas confiance dans les chiffres du chômage ou ceux sur le dérèglement climatique ; un sur deux dans ceux sur l’épidémie… C’est très préoccupant : le consensus sur les faits est le socle du débat rationnel et démocratique. Troisième marqueur : le niveau d’adhésion, dans les baromètres, des personnalités politiques de l’opposition reste atone, circonscrit à leur couloir. Elles ne convainquent pas au-delà. Quand Emmanuel Macron et ses ministres parlent, on dit « c’est de la com. ». Mais quand leurs opposants parlent, on dit « ils ne font que de l’opposition et ne feraient pas mieux ». Cela promet une campagne présidentielle aujourd’hui très difficile à cerner. Connaîtra-t-on une abstention record, alors qu’elle épargnait jusque-là la présidentielle ? Une ou deux personnalités, hors système émergeront-elles, alors que la France n’a pas connu jusqu’à présent cela ? La défiance à l’égard de la parole publique, qui s’est intensifiée avec la crise sanitaire, est une réelle menace pour la démocratie. Elle pèsera fortement sur la campagne présidentielle.

La prochaine grande échéance électorale sera les régionales de mars 2021. Quels en seront les grands enjeux ?

Le premier sera : à un an de la présidentielle, LREM parviendra-t-il à gagner au moins une région ? Ce sera le scrutin de tous les dangers pour la majorité. Les municipales, qui ont été un lourd échec pour le pouvoir, n’ont pas impacté l’opinion car le contexte les a fait passer au second plan. Là ce sera différent. Si le pouvoir localise l’élection, il est sûr de les perdre, compte tenu de sa faible implantation. S’il la nationalise, il va devoir se compter partout pour espérer mobiliser plus son électorat au premier tour, et il sera confronté, au second, à la question des alliances et de leur lisibilité. Deuxième enjeu : EELV peut-elle recomposer l’espace politique à gauche et en prendre le leadership ? EELV peut réaliser un bon score global et notamment dans quatre régions, où la liste Jadot faisait déjà 15 % ou plus aux européennes de mai 2019 : Bretagne, Pays de la Loire, Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. Troisième enjeu : si le Rassemblement national n’a gagné aucune région en 2015, c’est parce qu’il y a eu au second tour un front républicain. Aujourd’hui, on voit mal un tel barrage se remettre en place et des triangulaires ou des quadrangulaires sont le scénario le plus vraisemblable.

Pour la présidentielle, l’absence d’alternative forte est un des facteurs essentiels de la résilience d’Emmanuel Macron dans l’opinion

A vingt mois de la présidentielle, Emmanuel Macron est-il le favori ?

Peut-être est-il en train de le devenir par défaut. L’absence d’alternative forte est un des facteurs essentiels de sa résilience dans l’opinion. Si ce facteur disparaît, cela deviendra immédiatement plus compliqué pour lui. D’autre part sera-t-on encore en crise économique ou en sortie de crise en 2022 ? Emmanuel Macron a été élu sur la transformation et a continué sur cette ligne durant les deux premières années du quinquennat. Puis, avec la crise, il est venu, avec un crédit plus faible, sur la protection. Après l’épidémie, il voudra incarner le Président du redressement. Si la présidentielle se déroule alors que la crise est toujours très forte, la protection sera le thème majeur de l’élection et ce ne sera pas le meilleur terrain pour lui. Face à l’enjeu du redressement, sa crédibilité serait plus forte.

Lagardère, de plus en plus coincé entre Vivendi et Bernard Arnault

Lagardère, de plus en plus coincé entre Vivendi et Bernard Arnault

Lagardère a certes réussi à échapper à la mainmise du fonds activiste Amber capital mais cela au prix d’un soutien notamment de Vivendi, . De son côté LVMH et son patron Bernard Arnault ont pris 25 % du holding personnel de Lagardère. Du coup Lagardère pourrait se trouver coincé le moment venu entre les velléités de Bolloré et de Bernard Arnault. Pour se dépêtrer de cette situation , Lagardère pourrait encore se séparer de certains actifs à la rentabilité douteuse. Le milliardaire Vincent Bolloré, a encore accru sa participation au capital du groupe Lagardère dont il détient désormais 21,19%, devenant son premier actionnaire devant le fonds activiste Amber Capital, qui s’est lui aussi renforcé avec une part atteignant maintenant 19,93%.

Dans une déclaration à l’Autorité des marchés financiers (AMF), le géant des médias et du divertissement, qui avait révélé fin avril avoir acquis plus de 10% de Lagardère, déclare qu’il envisage de continuer à se renforcer au capital du groupe présent dans l’édition, les médias et les boutiques d’aéroport.

Vivendi, qui précise ne pas avoir l’intention de prendre le contrôle de Lagardère, dit “envisager de demander sa nomination ou celle d’une ou de plusieurs personnes comme membre du conseil de surveillance de Lagardère”.

En augmentant ses parts, Vivendi supplante en tant que premier actionnaire le fonds britannique Amber Capital, qui a échoué en mai dans sa tentative d’obtenir le remaniement du conseil de surveillance de Lagardère lors de l’assemblée générale.

Le soutien de Vivendi, entre autres, a alors permis de faire pencher le vote des actionnaires en faveur du gérant commandité, Arnaud Lagardère, qui ferraille depuis quatre ans contre le fonds activiste.

Dans un avis distinct publié mercredi par l’AMF, Amber, qui contrôlait auparavant 18% du capital de Lagardère, annonce en détenir désormais 19,93%. Il réitère sa demande d’une représentation au conseil de surveillance et réclame à nouveau une modification de la gouvernance du groupe afin d’en améliorer les performances.

Il se dit aussi prêt à poursuivre l’acquisition de titres Lagardère.

Les interrogations sont nombreuses sur les intentions de Vincent Bolloré, dont le groupe Vivendi qu’il contrôle est également présent dans les médias et l’édition.

Faisant redoubler les spéculations, un autre milliardaire, le PDG du géant français du luxe LVMH Bernard Arnault, a pris fin mai une participation d’environ 25% dans Lagardère Capital & Management (LCM), la société holding d’Arnaud Lagardère.

“Nous avons toute confiance en la capacité de Bernard Arnault d’assurer le développement du groupe Lagardère et sommes heureux d’investir à ses côtés dans ce groupe”, a déclaré ce mercredi à Reuters un porte-parole de Vivendi.

Bernard Bourdin: La France n’est pas été identitaire

Bernard Bourdin: La France n’est pas été identitaire

Bernard Bourdin est professeur à l’université de Metz et enseigne à la faculté de philosophie de l’Institut catholique de Paris. Il a notamment co-écrit l’ouvrage Souveraineté, nation et religion avec Jacques Sapir (éd. du Cerf, 2017).(le Figaro)


On peut se demander si les manifestations antiracistes de ces derniers jours n’ont malheureusement pas donné définitivement raison à Jérôme Fourquet et sa thèse d’une archipélisation de la France. Je voudrais ici former le vœu qu’il n’en est rien.

Commençons d’abord par plusieurs remarques de bon sens. Nul ne contestera que le racisme existe, nul ne contestera que la pratique du délit de faciès existe. Enfin, nul ne contestera que la police n’est pas parfaite. Mais cela ne fait pas pour autant de la police une institution raciste. Plus grave encore, cela ne fait pas de la France un pays comparable aux États-Unis d’Amérique. Alors que le «pas d’amalgame» est systématiquement utilisé lorsqu’il y a un attentat djihadiste pour ne pas stigmatiser l’islam et les musulmans, l’amalgame entre les situations américaine et française est complet.

Adama Traoré serait notre George Floyd. Cette relation de fausse équivalence est l’exemple parfait de l’instrumentalisation identitaire de l’histoire très spécifique de ces deux nations. Mais il y a un amalgame bien plus radical et pervers, celui qui consiste à faire du «Blanc» la quintessence du mal commis et du «Noir» la quintessence du mal subi. D’un côté, celui qui porte tous les «péchés» de la terre depuis la colonisation doit endosser le rôle du coupable sans rémission. D’un autre côté, celui qui serait par «nature» la victime permanente de l’histoire dont il doit tirer tous les bénéfices.

La porte de sortie consiste alors à déplacer le problème du côté de l’esclavage des noirs qui est un fait historique indéniable.

Cette approche binaire et moralisatrice suspend toute mise en perspective historique, et ce faisant toute possibilité d’une analyse sereine du problème du racisme. Racisme qui se mêle de surcroît au problème de l’esclavage. S’agissant du racisme, son usage pour lutter contre (c’est-à-dire être «antiraciste»), est d’autant plus problématique que le mot race va sans doute disparaître de la Constitution. De deux choses l’une, ou bien il y a toujours des races, et il est donc juridiquement légal de combattre le racisme, ou bien il n’y a pas (ou plus) de races et dès lors le racisme comme l’antiracisme n’ont plus de valeur constitutionnelle. À moins que les antiracistes jouent sur tous les tableaux!

Ce vide sémantique délégitime un combat devenu idéologiquement «autonome». La porte de sortie consiste alors à déplacer le problème du côté de l’esclavage des Noirs qui est un fait historique indéniable. Mais si ce combat veut se situer honnêtement du côté de l’analyse historique, il lui faut en tirer toutes les conséquences. L’esclavage a été pratiqué par les Noirs sur d’autres Noirs (peut-on d’ailleurs ignorer l’existence encore actuelle des violences interethniques en Afrique?) pour ensuite être pratiqué par les Arabes sur les Noirs. Par rapport à cette pratique qui soulève à bon droit l’indignation, les Blancs arrivent en troisième position. Ce qui, certes, ne vaut pas excuse morale, mais la situe historiquement.

Les identitaires blancs sont dans le mauvais camp et les identitaires des minorités culturelles, dans le bon.

La France a eu Schoelcher (désormais déboulonné en Martinique). Nous attendons l’équivalent du côté de nos prédécesseurs esclavagistes… Les «antiracistes» ne peuvent donc induire l’idée qu’il y aurait une essence du mal que représenteraient les Blancs et une essence du bien que représenteraient les Noirs, à moins de céder au manichéisme qui embrouille les esprits plutôt que d’éclairer chaque citoyen à y voir clair par rapport à ce problème. Plutôt que de mettre les genoux à terre, les Occidentaux rendraient infiniment mieux service à «la cause de l’antiracisme» et de la «purification» de la mémoire, en faisant œuvre de raison en lieu et place de l’émotion morale qui ne mène nulle part. Dans ce combat binaire, c’est en réalité la logique identitaire qui est dramatiquement à l’œuvre par l’usage de la violence, à la fois symbolique et diabolique (le déboulonnement des statues des méchants de l’histoire). En l’occurrence, les identitaires blancs sont dans le mauvais camp et les identitaires des minorités culturelles, dans le bon.

 

Autrement dit, à l’instar de l’usage sémantique du mot race, ce n’est pas l’identitarisme qui est condamné, mais les majorités… Et les rôles peuvent être redistribués. C’est donc sans fin et inévitablement très dangereux. Pour enterrer la hache de guerre, c’est à toutes les logiques identitaires qu’il faut renoncer. Et c’est donc avec l’archipélisation de la France qu’il faut rompre pour retrouver une communauté politique de destin. Elle porte un nom: la nation! La nation telle qu’elle a été comprise en France n’a jamais été identitaire, elle s’est toujours opposée à toute conception ethnique. Elle implique une histoire, malheureusement décousue et qu’il est urgent de repenser pour le XXIe siècle, si les Français ne veulent pas sombrer dans la guerre des mémoires et des identités segmentées. C’est la leçon que nous devrions tirer de la violence qui nous accable. Mais les antiracistes (ou les indigénistes) n’en veulent pas. Ils sont beaucoup plus intéressés par régler des comptes avec le passé pour mieux imposer leurs vues culpabilisantes et «régénératrices» à notre pays et au pouvoir politique. Il revient par conséquent à ce dernier de prendre ses responsabilités face à l’histoire passée, présente et à venir. Nous y gagnerons tous en cessant de nous regarder comme des identités majoritaires ou minoritaires. Nous ne devrions jamais oublier la conférence d’Ernest Renan donnée à la Sorbonne en 1882: Qu’est-ce qu’une nation? L’historien, philosophe et philologue a affirmé quelques idées pertinentes et encore essentielles pour le XXIe siècle: la nation est un «principe spirituel», c’est-à-dire «un riche legs de souvenirs» et «la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis». Il ajoute: «L’existence d’une nation (pardonnez-moi cette métaphore) est un plébiscite de tous les jours». Renan devrait être enseigné dans nos écoles.

« Macron: l’impopularité et le poids de la crise en plus» (Bernard Sananès)

« Macron: l’impopularité et le poids de la crise en plus» (Bernard Sananès)

 

Bernard Sananès , président de l’institut de sondage Elabe analyse – avec sa prudence voire le flou habituel- l’environnement économique et politique de Macon dans une interview du Figaro.

 

 l’opinion française alors que le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint ?

Il est trop tôt pour analyser les conséquences durables de cette crise sur l’opinion. Son jugement va se structurer en fonction de quatre aspects : la gestion de la crise sanitaire, la réussite du déconfinement, la crise économique et enfin les réponses aux nouveaux défis sociétaux que la crise aura révélés. Aujourd’hui, l’opinion est au maximum de l’inquiétude, car chacun est confronté à des proches, des connaissances plus ou moins gravement atteintes. La peur s’est rapprochée. Ensuite, il y a une acceptabilité très forte du confinement, vécu comme la seule solution qui protège. Enfin, si les Français sont inquiets, ils ne sont pas abattus ; il y a une sorte de résilience, même si sur la durée celle-ci peut s’effriter.

Les crises liées à la santé publique sont-elles toujours les plus délicates et coûteuses dans l’opinion pour un pouvoir ?

En termes de crise sanitaire, il n’y a pas de précédent. La canicule de 2003 ne peut pas être un élément de comparaison. La prise de conscience de ses ravages (elle avait fait au final 15 000 morts) avait été très tardive. Mais ce qui est vrai, c’est qu’une crise sanitaire touche à ce qu’il y a de plus personnel : la santé. Or, en France, la santé est un des piliers du modèle social. Cette crise est donc une prise de conscience terrible : alors que les Français pensaient que c’était encore un des derniers domaines à bien fonctionner dans le pays, ils se rendent compte que ce n’est plus le cas. Les masques ont en cela été un symbole dramatique. C’est un objet simple à fabriquer, qui demande peu de valeur ajoutée, pas de technologie. Pourtant, les Français ont constaté que cet objet, leur pays ne pouvait pas en être doté en nombre suffisant. S’il faut aussi faire preuve d’une grande prudence dans l’analyse, c’est parce que deux autres aspects font de ce que nous vivons une crise sans comparaison : le confinement (même au moment des attentats de 2015, on n’avait pas vécu cela) et la mise à l’arrêt de la vie économique sont inédits.

Dès le début du confinement, l’exécutif s’est retrouvé en position de faiblesse à la suite de plusieurs polémiques remettant en cause son anticipation de la crise. Comment peut-il retrouver la confiance?

Deux sujets principaux ont suscité le doute des Français: les masques, révélateurs de l’insuffisante préparation, et les municipales, qui ont fait apparaître une forme d’hésitation. Pour retrouver la confiance, il y a d’abord l’exigence de transparence. Le gouvernement fait depuis dix jours beaucoup d’efforts en ce sens et l’exercice semble plutôt réussi. Ensuite, le pouvoir a compris que l’unité politique était impossible. Il essaie donc de prendre appui sur la société pour créer un consensus. Il tente de faire émerger au sein de celle-ci l’idée que le temps n’est pas à la polémique, qu’il faut faire cohésion pour passer l’épreuve. Enfin, l’exécutif va essayer d’installer l’idée que si on pouvait sans doute faire mieux, on ne pouvait pas forcément faire autrement. Mais il a aujourd’hui besoin de victoires. Celle qui est attendue par l’opinion, c’est le début du ralentissement de la propagation du virus.

« La difficulté centrale pour Emmanuel Macron est que les réponses qu’il apportera ne peuvent être que des fortes corrections, voire des inversions de trajectoire par rapport à ce qu’il a fait depuis 2017 »

Quelles sont les forces et faiblesses d’Emmanuel Macron dans cette crise ?

Des forces, j’en vois trois. Un : son socle électoral (c’est-à-dire, pour schématiser, Macron + la moitié de Fillon) tient. Deux : les Français ne voient personne dans l’opposition qui ferait mieux. 14% d’entre eux pensent que Marine Le Pen ferait mieux, 45% ni mieux, ni moins bien, 40% moins bien. 12% estiment que Jean-Luc Mélenchon ferait mieux. C’est pour Emmanuel Macron un atout. Trois : le poids de la crise fait diminuer le procès en illégitimité, qu’il subissait depuis le début du quinquennat. La décision de confinement, parce qu’elle est très acceptée, a joué un rôle pour cela. Quant aux faiblesses, j’en vois deux. L’une est personnelle. Pour Emmanuel Macron, il est compliqué de concilier une posture de chef de guerre et une posture d’humilité, qui passe par la reconnaissance de certaines erreurs. C’est une nouvelle forme de leadership qui n’était pas son style de management. Convaincra-t-elle les Français ? L’autre est idéologique: les socles doctrinaux du macronisme sont percutés par cette crise. Le progressisme et l’émancipation d’abord. Le couple libérer/protéger ensuite, déjà perçu comme déséquilibré dans l’opinion au profit du libérer. Emmanuel Macron va maintenant devoir se concentrer sur le protéger qu’il n’est pas forcément le mieux placé pour incarner. L’Europe, enfin, jugée absente et bousculée par la souveraineté revenue en flèche. La difficulté centrale pour Emmanuel Macron est que les réponses qu’il apportera ne peuvent être que des fortes corrections, voire des inversions de trajectoire par rapport à ce qu’il a fait depuis 2017.

De quoi dépend son avenir ?

De sa capacité à recréer du commun, de son aptitude à rassembler (sur laquelle il était jugé très négativement avant la crise) et de sa faculté d’invention de nouvelles réponses. Le sujet, pour lui, n’est plus l’acte II, c’est : pourra-t-il faire table rase des premières années du quinquennat ? Son défi sera de ne pas se tromper sur la nature de la réponse – faudra-t-il faire redémarrer le pays ou le réinventer ? Et s’il s’agit de réinvention, Macron, au pouvoir depuis trois ans, peut-il en être le porteur ? Avec sa phrase prononcée lors de la crise des Gilets jaunes, « nous ne reprendrons pas le cours de nos vies », et des suites qui n’ont pas convaincu, la crédibilité de sa parole transformatrice a été considérablement amoindrie.

Edouard Philipe apparaît désormais davantage en première ligne. Est-ce une bonne stratégie ?

Il y a moins d’hostilité sur la personnalité d’Edouard Philippe que sur celle d’Emmanuel Macron. Dans un temps de crise, c’est utile. C’est aussi d’ailleurs une caractéristique d’Olivier Véran. Sa forte progression, que l’on constate dans les sondages aujourd’hui, n’est pas clivée, à part chez les électeurs de Marine Le Pen.

Quelle place cela laisse-t-il à l’opposition?

Il y a une opposition radicale incarnée par Marine Le Pen, qui refuse l’unité nationale, conforte son statut de première opposante et se met en situation d’agréger le mécontentement des deux crises, sanitaire puis économique. Et il y a une opposition plus classique, d’ordre parlementaire. Il n’est pas évident que cela permette à cette dernière de créer un espace politique spécifique dans la perspective d’un scrutin. Par ailleurs, il faut noter que la droite, qui a défendu une baisse drastique des dépenses publiques et des effectifs de fonctionnaires par le passé, va devoir opérer des aggiornamento qui peuvent être douloureux. Pour l’instant, la crise conforte l’opposition entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Jusqu’où cette crise va-t-elle recomposer la donne politique?

En 2019, trois priorités se détachaient nettement chez les Français : le pouvoir d’achat, l’environnement et la santé. Mais la dégradation du système de santé pointée par un certain nombre de voix fortes et par l’opinion n’avait pas connu de réponses à la hauteur. La critique sera rétrospectivement adressée au pouvoir. La question du pouvoir d’achat sous l’effet de la crise va toucher, à des niveaux différents, une part encore plus importante des Français que le mouvement des Gilets Jaunes ne l’avait exprimé. Sur ces deux sujets, santé et pouvoir d’achat, on pourrait voir s’installer une exigence consensuelle dans l’opinion. Pour Emmanuel Macron, la sortie de crise pourrait ressembler à un nouveau mandat de dix-huit mois qui s’ouvrirait, mais l’impopularité et le poids de la crise en plus. Tout sera rebattu comme après une élection présidentielle, mais pour une période très courte car nous serons presqu’au début de la campagne de 2022. C’est une situation que nous n’avons jamais connue.

« Il y a un risque pour l’exécutif : la crise pourrait alimenter de nouvelles injustices. Aura-t-on le sentiment que tout le monde a été protégé de la même manière sur un plan sanitaire ou économique, ou certains, plus exposés que d’autres, se diront qu’au final ce sont toujours les mêmes qui trinquent »

Une crise économique va suivre. Elle sera la toile de fond de cette campagne présidentielle. Quelles en seront les conséquences?

On le souligne peu, mais la crise du Covid-19 a effacé le début de reprise économique qui aurait pu constituer pour le pouvoir une démonstration de l’efficacité de sa politique. Aujourd’hui critiqué sur sa gestion de la crise sanitaire, l’exécutif peut espérer être mieux jugé demain sur sa gestion de la crise économique. Pour le moment, ses mesures en la matière sont largement approuvées par l’opinion. Mais il y a un risque pour l’exécutif : la crise pourrait alimenter de nouvelles injustices. Aura-t-on le sentiment que tout le monde a été protégé de la même manière sur un plan sanitaire ou économique, ou certains, plus exposés que d’autres, se diront qu’au final ce sont toujours les mêmes qui « trinquent » ? Le télétravail peut-il être perçu comme une nouvelle forme d’inégalité entre ceux qui y sont accès (c’est une émancipation) et ceux qui n’y ont pas accès (c’est une assignation) ? Aller au travail sera-t-il vu, par ces derniers, comme un risque (ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent) ? Aura-t-on le sentiment que tous les territoires ont été traités avec égalité ? Plus largement, c’est un débat sur le modèle de société qui ne manquera pas de s’ouvrir. Avant la crise, huit Français sur dix déclaraient que face au défi climatique, il fallait changer de modèle. La crise va-t-elle accélérer cette perspective ? Sans doute, parce que l’opinion va établir un lien direct entre santé et environnement.

Avec pour toile de fond, une société plus conflictuelle ?

C’est un scénario possible. Les métiers hier « invisibles » et devenus essentiels voudront voir leur statut revalorisé. Le débat sera rouvert entre ceux qui valoriseront le rôle du service public et ceux qui pointeront le dysfonctionnement de l’Etat. Le repli individualiste, autour de son cercle proche, se confrontera à la recherche d’un sens du collectif et de nouvelles solidarités. Enfin, à l’heure du bilan, une des questions clés sera : qui aura vraiment été à mes côtés ? Sur qui aura-t-on pu compter dans cette période ? Sur quel politique, sur quelle institution sur quelle entreprise ? Qui aura fait mieux que remplir sa mission ? La confiance en ces acteurs sera forcément modifiée, altérée dans certains cas, solidifiée pour d’autres.

Bernard Arnault, président de LVMH: hommage indécent à Macron !

 

L’hommage à Macron de Bernard Arnault président de  LVMH , deuxième fortune du monde est particulièrement indécent. En effet le patron de LVMH possède une fortune évaluée à environ 100 milliards de dollars et pourtant ils ne payent que 2 millions d’impôts, une goutte d’eau et une prouesse de l’ingénierie fiscale autorisée par Macron. En l’espace d’un an, la fortune de Bernard Arnault a progressé de 39 milliards de dollars. C’est le plus fort gain constaté au sein des 500 milliardaires dont le patrimoine est estimé par l’agence Bloomberg. Par comparaison notons que la fortune moyenne (le patrimoine) des Français et de l’ ordre  de 230 000 € et qu’ils payent e en moyenne 2300 € d’impôts soit 1 %. Bernard Arnault lui proportionnellement devrait payer 1 milliards.  il réussit l’exploit de n’avoir que 2 millions à régler grâce à son ingénierie fiscale ( comprendre évitement fiscal) et aux nombreux cadeaux faits par Macron aux plus fortunés. Pas étonnant que ces derniers aient largement financé la campagne de Macron et le remercient encore.

L’un des principaux soutiens à Macron relativise aussi  les mouvements sociaux en France. « La France reste un pays qui fait rêver, c’est toujours le pays qui attire le plus de touristes au monde », a insisté le PDG de LVMH, qui a adressé un message de félicitations à Emmanuel Macron. « Depuis l’arrivée du président Macron à la présidence de la République, l’image de la France s’est quand même sensiblement améliorée sur notre activité, s’est beaucoup améliorée notamment pour les investissements étrangers. Et ça compte beaucoup », a-t-il assuré.

Pourtant, le président de la République est hautement contesté depuis un an, avec notamment le mouvement des « gilets jaunes » et les manifestations parfois violentes qui l’ont accompagné. Les images des incidents sur les Champs-Elysées, sous l’Arc de triomphe notamment, ont ainsi fait le tour du monde. « On a tendance à grossir un peu l’impact de tout ça « , a tempéré Bernard Arnault. « En France, à la télévision, on fait beaucoup d’émissions sur la politique et sur tous ces événements. Il y en a quand même beaucoup moins à l’étranger et notamment aux Etats-Unis, ou encore moins en Chine. » ……Et pour cause la démocratie n’y est pas tolérée !

Bernard Arnault, président de LVMH,: hommage à Macron !

Bernard Arnault, président de LVMH,: hommage à Macron !

L’hommage à Macron de Bernard Arnault président de LVMH vaut son pesant de cacahouètes. L’un des patrons les plus riches du monde  se félicite de l’impact de Macron sur l’image international de la France ( il faut dire qu’LVMH  travaille surtout avec les plus favorisés). .Une sorte de retour d’ascenseur car chacun sait que les grands patrons comme Bernard Arnault ont largement soutenu et financé la campagne de macron. Notons qu’une information judiciaire est en cours sur cette question mais qu’elle n’est pas prêt d’être déterrée. Un éloge évidemment complètement ridicule mais qui en même temps constitue une forme de remerciement aux cadeaux fiscaux faits au patronat, notamment la suppression de l’impôt sur la fortune.    

 

La fortune du patron d’LVMH est évaluée à environ 100 milliards de dollars et pourtant ils ne payent que 2 millions d’impôts, une goutte d’eau et une prouesse de l’ingénierie fiscale autorisées par Macon. En l’espace d’un an, la fortune de Bernard Arnault a progressé de 39 milliards de dollars, poursuit le quotidien du soir. C’est le plus fort gain constaté au sein des 500 milliardaires dont le patrimoine est estimé par l’agence Bloomberg.

L’un des principaux soutiens à Macon relativise les mouvements sociaux en France. « La France reste un pays qui fait rêver, c’est toujours le pays qui attire le plus de touristes au monde », a insisté le PDG de LVMH, qui a adressé un message de félicitations à Emmanuel Macron. « Depuis l’arrivée du président Macron à la présidence de la République, l’image de la France s’est quand même sensiblement améliorée sur notre activité, s’est beaucoup améliorée notamment pour les investissements étrangers. Et ça compte beaucoup », a-t-il assuré.

Pourtant, le président de la République est hautement contesté depuis un an, avec notamment le mouvement des « gilets jaunes » et les manifestations parfois violentes qui l’ont accompagné. Les images des incidents sur les Champs-Elysées, sous l’Arc de triomphe notamment, ont ainsi fait le tour du monde. « On a tendance à grossir un peu l’impact de tout ça « , a tempéré Bernard Arnault. « En France, à la télévision, on fait beaucoup d’émissions sur la politique et sur tous ces événements. Il y en a quand même beaucoup moins à l’étranger et notamment aux Etats-Unis, ou encore moins en Chine. »Et pour cause la démocratie n’y est pas tolérée !

 

Bernard Tapie devra rembourser : mais quand ?

Bernard Tapie devra rembourser : mais quand ?

 

Sans doute un peu bousculée par les réactions négatives  suscitées par la verdict surprise du verdict concernant l’affaire Tapie, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a confirmé mercredi 10 juillet que tout sera mis en œuvre pour récupérer les millions d’euros dus par l’homme d’affaires. Le problème est de savoir quand. En effet sur le plan civil, Tapie  a été condamné à rembourser les 400 millions obtenus frauduleusement. Mais depuis cette date, il n’a cessé de multiplier les procédures pour retarder l’échéance. Il faut dire aussi que les pouvoirs publics n’ont pas manifesté un grand dynamisme pour obtenir ce remboursement.  Complices, certains tribunaux de commerce ou même estimé que ce remboursement n’était pas possible sans mettre en péril l’existence d’entreprises que possède Tapie ! Notons cependant que Tapie possède une solide fortune personnelle évaluée autour de 200 millions en plus de ces entreprises. Les obstacles procéduriers retenus par les tribunaux de commerce concernant les sociétés de Tapie ne sauraient pour autant faire obstacle à la récupération de l’autre partie de la fortune personnelle de l’intéressé. Sans doute comme dans toutes les affaires politico financières, les bénéficiaires, les complices et les intermédiaires comptent sur le temps pour enterrer le dossier. Cela d’autant plus que nombre de représentants de l’État et de politiques sont aussi mouillés dans cette affaire. Le fait que la ministre de la justice indique que l’État ne fera pas appel de la décision en correctionnelle témoigne évidemment de la complicité des pouvoirs publics qui souhaitent entendre parler le moins possible de ce dossier judiciaire pourri. On peut s’interroger quand la ministre de la justice déclare “L’État se mettra en position de récupérer ce qui lui est dû. L’affaire étant terminée, l’État mettra en œuvre les moyens”, a déclaré la Garde des Sceaux sur France 2.

 

 

Affaire Lagarde : « François Bayrou, un abruti » ! (Bernard Tapie) !

Affaire Lagarde : « François Bayrou, un abruti » !  (Bernard Tapie) !

 

Plus c’est gros plus ça passe, la devise sans doute de Bernard Tapie qui vient de traiter Bayrou d’abruti. François Bayrou qui a critiqué la décision de la cour de justice de la république qui s’est montrée particulièrement clémente vis-à-vis de Christine Lagarde reconnue coupable mais non sanctionnée en raison notamment de sa personnalité internationale. Un déni de justice qui réjouit l’inénarrable Bernard Tapie qui ne peut s’empêcher de faire parler de lui dans les médias et qui une nouvelle fois annonce même son attention de tout mettre sur la table. En même temps François Bernard Tapie dédouane une nouvelle fois Sarkozy qui d’après lui ne serait être pas impliqué dans cette affaire. Une affaire qui a pourtant a nécessité 17 réunions à l’Élysée y compris en présence de Bernard Tapie. Un dossier politico- financier que Bernard Tapie a déjà fait durer pendant 20 ans et  qui pourrait bien durer tout autant. François Bayrou a toujours eu une position très tranchée, à l’égard de l’arbitrage qui avait été rendu entre Bernard Tapie et l’ancienne banque publique Crédit Lyonnais, qui avait accordé plus de 400 millions d’euros à l’homme d’affaires. Alors que la Cour de Justice de la République a rendu aujourd’hui sa décision à l’égard de l’ancienne ministre de l’Économie et des Finances Christine Lagarde, déclarée coupable de « négligence » mais dispensée de peine, Bernard Tapie a réagi aux propos du maire de Pau.  Ce dernier avait pointé la responsabilité du gouvernement de l’époque, dirigé par François Fillon, pour cet arbitrage. Pour Bernard Tapie, cette affaire est un acharnement.  »Je suis en train de voir cet abruti de Bayrou, qui est en train de raconter des trucs, mais c’est tellement dément ! Il est en train de pérorer sur les responsabilités du président de la République ! [...] Je veux bien être en face des juges, mais qu’on soit l’enjeu politique depuis maintenant 2012, je ne le supporte pas », s’est-il énervé au micro de RTL.

JO natation : faire le ménage à la tête de la fédération (Alain Bernard)

JO natation : faire le ménage à la tête de la fédération (Alain Bernard)

 

 

Ce que réclame l’ancien champion Alain Bernard dans une interview à 20 minutes  suite aux piètres résultats de la natation française aux JO de Rio

Vous êtes venu hier soir poser des questions à Yannick Agnel lors de sa conférence de presse. Vous en avez pensé quoi de tout ça ?

Ce qui me fait mal au cœur c’est que ça part complètement en live et qu’on le sent venir depuis longtemps. C’est même pas la conf’de Yannick… En gros, on dirait que personne n’est responsable de quoi que ce soit alors que les principaux responsables, ceux qui sont censés être là pour protéger les nageurs, on ne les a pas vus… On a eu un communiqué de presse à l’arrache. En termes de chef, on a connu mieux. Un chef c’est quelqu’un qui assume ses choix. On a eu des choix de faits sur les critères de qualification disant : « on prend les six premiers mondiaux comme ça, ça va être très dur ». Là, on arrive aux championnats de France et on change de critères, on passe à un pourcentage. Mais c’était déjà flou : on savait que ça allait être le bordel avant les championnats de France.

C’est-à-dire ?

La cohérence des critères de sélection n’est pas la même qu’il y a quinze ans. On a changé trois fois de DTN en quatre ans, il n’y a pas eu de vraie continuité. Franchement, certains choix ne sont pas forcément compréhensibles. C’est pas l’histoire de faire un choix, c’est la façon de le défendre.

Vous vous êtes étonné qu’il n’y ait personne aux côtés de Yannick Agnel pendant sa conférence de presse…

Mais comment c’est possible ? Pendant 30 minutes, tu laisses Yannick tout seul face à 30 journalistes. Tu le laisses finir sa carrière comme ça ? Avec tout ce qu’on lui doit ?

 

 

La CGT ne travaille pas assez ses dossiers (Bernard Vivier)

La CGT ne travaille pas assez ses dossiers (Bernard Vivier)

 

Pour Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du travail, la radicalisation gauchisante de la CGT s’explique en grande partie par le flou actuel de la ligne entretenue par les rivalités internes et un manque de travail sur les dossiers. (interview Challenges)

Comment comprendre le virage à gauche de Philippe Martinez?

Il a un objectif: ressouder les rangs pour faire bloc autour de lui. Pour y parvenir, il est plus facile de fédérer ses troupes autour d’un  »ennemi » externe que de s’engager dans un débat sur l’identité du syndicat. Cette démarche raviverait les conflits entre les différents courants de la CGT. Ce que Philippe Martinez veut absolument éviter.

Sur le plan doctrinal n’est-elle pas à contre-courant?

La CGT n’a surtout pas assez travaillé ses dossiers. Par exemple, sur les 32 heures, la centrale n’a pas fait d’analyse économique approfondie. Même logique pour la campagne sur le coût du capital relancée par Martinez pour expliquer les problèmes économiques de la France. Les slogans claquent mais le fond n’est pas au rendez-vous comme cela pouvait être le cas dans les années 70/80.

Il s’est aussi attaqué à la CFDT. Pourquoi?

Oui, il a eu des mots assez durs concernant Laurent Berger lors de son discours d’ouverture du congrès. Idem, pour rassembler, mieux vaut trouver des menaces extérieures. D’ailleurs, cette séquence a été très bien menée: la semaine dernière, il a lancé une petite bombe en déclarant que la CGT ne serait peut-être plus le premier syndicat de France en 2017, date à laquelle une nouvelle mesure de la représentativité doit avoir lieu. Plusieurs jours après, il égratigne la CDFT, ce qui lui permet de remobiliser sa base.

La CGT est-elle menacée par le déclinisme?

Ces dernières années, la centrale de Montreuil s’est contentée de protéger ses forteresses dans la fonction publique. Conséquence: la CGT est absente dans certaines grandes entreprises. Elle est ainsi aujourd’hui talonnée par la CFDT. Mais l’organisation a encore les reins très solides. Sa capacité à recruter et former des militants est intacte. Et elle bénéficie encore d’un maillage territorial très dense. En revanche, le travail de clarification pour trancher entre un syndicalisme de contestation et un syndicalisme de compromis n’a pas été entamé. Ce qui peut évidemment être un facteur de stagnation. En clair, qui n’avance pas est condamné à reculer.

 

Loi Travail : deux cultures syndicales qui s’affrontent (Bernard Vivier)

Loi Travail : deux cultures syndicales qui s’affrontent (Bernard Vivier)

 

Explications avec Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du travail. (Interview le Figaro)

 

LE FIGARO – Pourquoi les syndicats peinent à s’unir face au gouvernement?

Bernard Vivier - Parce que le clivage grandit entre deux cultures syndicales: celle de la réforme et celle de la rupture. La CFDT, la CFTC, la CFE-CGC et l’UNSA acceptent la réforme gouvernementale. Elles souhaitent renforcer le volet «sécurité» par rapport au volet «flexibilité». Pour la CGT, FO, SUD et la FSU, c’est un rejet total du texte. Ce clivage est exacerbé par d’autres raisons. La CGT, à quelques semaines de son congrès (18 au 22 avril), amplifie une ligne dure contre le gouvernement. En outre, à un an des résultats de la représentativité syndicale, la CGT s’inquiète du risque de voir la CFDT lui passer devant. Et FO critique la CFDT qui selon elle se compromet trop avec le gouvernement. Tout est donc bon pour des crocs-en-jambes entre syndicats.

 

Quel genre de «croc-en-jambe»?

Le matin de la première réunion intersyndicale (23 février), FO estimait que le projet de loi sur la réforme du marché du travail méritait une grève. Et pourtant, elle a refusé de signer le communiqué commun qu’elle ne jugeait pas assez vif et assez solide. FO a pris là une position très tactique, préférant en effet jouer sa carte personnelle plutôt qu’être associée à un énième projet mené soit par la CFDT ou soit par la CGT.

 

La CFDT est donc en position de force face aux autres syndicats?

Encore faut-il que la CFDT arrive à faire accepter en interne sa position pro-gouvernementale. Comme en 1995 ou 2003, la CFDT court le risque, en soutenant la réforme, de ne pas suffisamment apparaitre comme un syndicat qui défend les salariés. Des inquiétudes peuvent naître de voir des adhérents quitter l’organisation. C’est pourquoi la CFDT veut imposer au gouvernement plusieurs de ses «lignes rouges» qui sont non négociables comme le compte personnel d’activité, quitte à lâcher du lest sur d’autres mesures. La CFDT est obligée de jouer les équilibristes. Elle est assez agile pour le faire et occupe une position centrale sur l’échiquier syndical. Mais elle doit faire attention à ses fragilités internes, et ne pas tenir ses alliés (CFTC, UNSA, CFE-CGC) comme de simples forces d’appoint.

 

Que pensez-vous du succès de la pétition lancée par Caroline de Haas?

Les syndicats vont devoir tenir compte de cette nouvelle méthode d’action collective. Les défilés du 1er mai et les manifestations de rue prennent chaque année des rides supplémentaires. Moins coûteuses en temps et en argent, les pétitions en ligne prennent le relais. Les syndicats risquent cependant de ne plus contrôler ces mouvements de protestation collective dont l’inspiration peut être plus politique que professionnelle. C’est le cas de la pétition de Caroline de Haas.

Terrorisme islamique : les appels de Daech « sont tombés dans l’oreille des fous » (Bernard Debré)

Terrorisme islamique : les appels de Daech « sont tombés dans l’oreille des fous » (Bernard Debré)

Bernard Debré est médecin, il sait de quoi il parle quand il considère à juste titre que les terroristes islamiques sont des fous. Des paumés, des marginaux, des asociaux,  souvent des délinquants, souvent de nouveaux convertis : les « nouveaux fous de Dieu » qui tuent au nom de la religion pour combler leur vide culturel, affectif  et social. Jusque là les Pouvoirs publics tentenet de minimiser le phénomène car ils sont dépassés par la problématique de cette barbarie.  Invité de France Info, Bernard Debré, député UMP de Paris, a fait le lien entre les agressions de Joué-lès-Tours et de Dijon ( c’était avant l’ ttentat contre Charlie  Hebdo). « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque fou. On ne pourra jamais éviter ce genre de drame. »   « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque personne un peu suspect. Nous sommes en face d’un drame. Il y a Daech, il y a des hommes dans cette mouvance qui ont demandé que certaines personnes, seules, aillent tuer avec des pierres, des bouteilles, des couteaux…Et ça c’est tombé dans l’oreille des fous. La plupart des gens dont on parle là ce sont des fous. Certes, ils se croient investis d’une mission religieuse. C’est absurde, c’est dangereux. Alors il faut faire très attention » a déclaré Bernard Debré.

Blanc « n’a pas l’étoffe » pour le PSG (Bernard Laporte)

Blanc « n’a pas l’étoffe » pour le  PSG (Bernard Laporte)

Avec son franc-parler bernard laporte dit tout haut ce que nombre de spéclistes n’osesnt pas dire du tout : Blanc n’a pas l’étoffe pour diriger une équipe comme le PSG.

 

jeudi soir, interrogé sur les déclarations de Nasser al-Khelaïfi qui a remis en question les choix tactiques de Laurent Blanc après la défaite contre Barcelone en Ligue des champions mercredi (3-1), l’ancien sélectionneur du XV de France n’a pas épargné le président du PSG : « C’est un bouffon, il ne décide de rien ! Il connaît quoi au football ? Est-ce que ce n’est pas lui qu’il faut virer ? » Et s’il a d’abord défendu l’entraîneur parisien, affirmant plutôt que ce sont ses joueurs « qui ne sont pas bons », l’ex-demi de mêlée a ensuite égratigné Blanc. « La vérité, c’est que Laurent Blanc ne maîtrise pas les conférences de presse. Avec les mêmes résultats de m…, Mourinho endort tout le monde ! a encore lâché Laporte. Le problème de Blanc, c’est qu’il est battu lors des conférences de presse. Il n’est pas plus con qu’un autre. Il a expliqué pourquoi il avait sorti Verratti. Blanc, c’est un super mec, mais il n’a pas l’étoffe pour être entraîneur du PSG. » Donc, finalement, son avis n’est pas si éloigné que ça de celui d’Al-Khelaïfi.

Sarkozy : « retour impossible » (Bernard Debré)

Sarkozy : « retour impossible »  (Bernard Debré)

 

 Le député UMP filloniste Bernard Debré estime que l’ancien président Nicolas Sarkozy est « en train de pénaliser largement son camp » et qu’il « faut couper les branches mortes ». Soulignant que « la justice est en cours » et qu’il faut qu’elle « aille jusqu’au bout », Bernard Debré a déclaré sur LCI et Radio Classique : « encore une fois, si c’est vrai, Nicolas Sarkozy était nécessairement au courant du dépassement » de ses comptes de campagne. Il y avait un dépassement de 400 et quelque milliers d’euros (…) Vous avez en mémoire la lettre que Nicolas Sarkozy a écrite dans le Figaro avant les élections municipales où il se plaignait en disant « comment, avec un dépassement aussi mineur et minime, on me demande de rembourser 11 millions? » C’est un peu fort de café si vraiment il a dépassé de 17 millions.  Selon lui, le retour de l’ancien chef de l’Etat est « une impossibilité, on ne peut pas ». « Il faut couper les branches mortes ». A la question « Nicolas Sarkozy est-il une branche morte? », le député répond : « Oui tout à fait, je considère qu’il est en train de pénaliser largement son camp« .  Par ailleurs, le député Hervé Mariton, candidat déclaré à la présidence de l’UMP, a jugé sur France Info que « dans une campagne électorale, il y a un responsable, c’est le candidat. » C’est un peu facile de faire payer les exécutants alors qu’il y a un dossier complexe où d’évidence, si Jérôme Lavrilleux est responsable et il le reconnaît, il n’est sans doute pas le seul responsable.  A la question « Nicolas Sarkozy doit-il s’exprimer, comme l’a demandé mercredi soir Xavier Bertrand ? », le député de la Drôme répond : « Xavier Bertrand a raison. Il est tout à fait possible que Nicolas Sarkozy n’ait pas été au courant des débordements de sa campagne, c’est tout à fait recevable. Simplement, il est le candidat. Et quand on est le patron, on est le responsable ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol