Archive pour le Tag 'viré'

Amélie Oudéa-Castéra bientôt virée de l’éducation nationale ?

 Amélie Oudéa-Castéra bientôt virée de l’éducation nationale ?

Il est possible que la ministre actuelle  de l’éducation nationale soient écartée de ce portefeuille et renvoyée à ses chères études concernant les JO .Ce serait le moyen  pour le pouvoir de ne pas complètement la discréditer et de se sortir du bourbier des mensonges de la ministre concernant l’éducation de ses enfants et de son salaire. Ajoutant à cela le profil de l’intéressée  qui ne connaît à proposer rien de l’éducation.

 Après ses premiers pas compliqués au ministère de l’Education nationale et les révélations sur la scolarisation de ses enfants au collège Stanislas, la ministre est cette fois mise en cause dans le rapport d’une commission d’enquête parlementaire sur les fédérations sportives françaises. En cause : son salaire lorsqu’elle était directrice générale de la Fédération française de tennis (FFT) et des imprécisions lors de ses auditions. Un rapport « militant » et « instrumentalisé à des fins politiques« , d’après la ministre.

 

Microsoft récupère l’ancien patron viré d’OpenAI

Microsoft récupère l’ancien patron viré d’OpenAI

Sam Altman, le fondateur et directeur général de l’entreprise qui a lancé ChatGPT, viré par son conseil d’administration, a été recruté par Microsoft ce lundi pour diriger une nouvelle branche de recherche dans l’IA.

C’est un véritable putsch du conseil d’administration qui a permis de virer le fondateur qui voulait conserver une mission de service public après la transformation d’OpenAI en entreprise en 2018. Ainsi les fonds américains ont eu raison du créateur et fondateur aujourd’hui recruté par Microsoft.

« S’associer à la startup la plus en pointe dans l’IA générative était tellement important pour Microsoft qu’ils ont accepté d’injecter 13 milliards de dollars sans avoir le moindre contrôle en termes de gouvernance. C’est une erreur majeure, une aberration dans le monde économique. Le renversement de Sam Altman n’aurait pas été possible dans une entreprise normale », estime Stéphane Roder, le Pdg et fondateur d’AI Builders, cabinet de conseil indépendant spécialisé en IA.

Resteront cependant des problèmes de déontologie pour Sam Altman chez Microsoft.

Paris Match, Bolloré vire Bruno Jeudy !

Paris Match, Bolloré vire Bruno Jeudy !


Nouveau nettoyage dans les médias que possède Bolloré avec le licenciement de l’ancien rédacteur en chef politique Bruno Jeudy. Ancien rédacteur en chef politique et économie de Paris Match, Bruno Jeudy en avait été écarté durant l’été 2022, sur fond de désaccords avec la direction de l’hebdomadaire du groupe Lagardère, en passe d’être avalé par Vivendi, le groupe de Vincent Bolloré, aux opinions réputées conservatrices. Son renvoi avait été dénoncé par la Société des journalistes de Paris Match et entraîné le vote d’une motion de censure contre la direction.

Sa décision de rejoindre La Tribune «traduit la volonté d’excellence et l’ambition» du titre qui «fêtera ses 40 ans en 2025», assure son directeur délégué de la rédaction, Fabrice Gliszczynski. La Tribune revendique 3 millions de visiteurs uniques mensuels sur son site et se décline en revue mensuelle dans les kiosques depuis 2020.

Créée en 1985, La Tribune avait arrêté son édition papier quotidienne en 2012, après son rachat par Jean-Christophe Tortora. Le journal appartient aujourd’hui à 72% au groupe Hima, lui-même détenu à 20% par Jean-Christophe Tortora et 80% par Franck Julien, patron du géant du service aux entreprises Atalian. Le reste appartient à l’entrepreneur Laurent Alexandre (fondateur de Doctissimo).

Bernard Arnault vire des journalistes aux Échos

Bernard Arnault vire des journalistes aux Échos

D’une façon générale, les milliardaires n’aiment pas tellement les médias surtout quand ils contestent. C’est vrai par exemple aux États-Unis d’EON Musk qui veut mettre au pas le réseau tweet trop contestataire vis-à-vis de ses convictions réactionnaires. C’est aussi le cas en France pour l’homme le plus riche du monde, à savoir Bernard Arnault. Propriétaire du journal les Échos, pourtant pas particulièrement gauchiste, Bernard Arnault vient de virer son directeur de rédaction en raison d’une ligne éditoriale considérée comme déviante. Il faut pourtant prendre une loupe très puissante pour distinguer un soupçon d’analyse gauchisante dans un journal qui en général soutient le pouvoir financier.

Les journalistes dénoncent « cette éviction brutale par l’actionnaire », le milliardaire Bernard Arnault.

« Nous, journalistes des Echos, affirmons notre détermination à faire respecter l’indépendance de la rédaction », a estimé la SDJ du quotidien économique dans un communiqué diffusé sur Twitter. Les journalistes qui le souhaitent feront une « grève des signatures » à partir de jeudi ce midi et pour 24 heures dans le journal en ligne et dans l’édition papier de vendredi.

Dans son communiqué de jeudi, la SDJ estime que « l’éviction » de Nicolas Barré est « en contradiction avec les garanties d’indépendance négociées âprement au moment du rachat des Echos par LVMH en 2007″.

Nucléaire : la Grande-Bretagne vire les Chinois !

Nucléaire : la Grande-Bretagne vire les Chinois !

La Grande-Bretagne a décidé de virer le groupe chinois CGN (China General Nuclear Power Corporation) du projet de la future centrale nucléaire Sizewell C. Une décision surtout politique pour limiter l’influence de la Chine en Occident

Ce groupe chinois était actionnaire minoritaire depuis ses débuts à hauteur de 20% du capital aux côtés d’EDF qui en détenait le solde (80%). La sortie des capitaux chinois de Sizewell C intervient alors que les relations entre Pékin et Londres se sont détériorées depuis plusieurs mois.

le Premier ministre Rishi Sunak a déclaré que « l’âge d’or » des relations entre les deux pays sur fond d’échanges économiques était « terminé ». Le gouvernement britannique contrôle de plus en plus étroitement les investissements chinois dans des actifs stratégiques. Mi-novembre, Londres avait imposé à une société sous contrôle chinois de sortir du capital du principal producteur britannique de semi-conducteurs.

En fait, La Grande-Bretagne s’aligne sur les États-Unis, qui ont placé CGN sur une liste noire d’exportation en 2019 – au motif qu’elle avait volé la technologie américaine à des fins militaires -, tandis leurs alliés en Europe et en Asie cherchent depuis plusieurs années à empêcher la Chine d’obtenir des technologies sensibles, et protéger leurs propres chaînes d’approvisionnement ou infrastructures critiques contre une dépendance excessive à l’égard de la technologie chinoise.

En revanche, « CGN conserve sa participation dans le projet Hinkley Point C », rappelle EDF au sujet de son partenaire historique en Chine dans un autre communiqué. Installé sur la côte ouest du Royaume-Uni dans le Somerset, Hinkley Point C est pour l’heure l’unique centrale nucléaire en construction (deux réacteurs de nouvelle génération EPR) outre-Manche en attendant le démarrage de celui de Sizewell C, à Suffolk. Après l’annonce au printemps d’un nouveau retard, le démarrage de la production d’électricité de l’unité 1 est désormais prévu en juin 2027. Pour rappel, EDF exerce la maîtrise d’ouvrage, tandis que son partenaire chinois CGN détient un tiers du projet.

« Les projets de nouveaux nucléaires à l’export, notamment le projet Sizewell C, bénéficieront directement au programme français puisqu’ils permettent de développer les compétences de la filière et de bénéficier d’effets d’échelle et de retour d’expérience croisés sur le programme EPR domestique et sur les futurs programmes à l’export », s’est félicité le ministre de l’Economie Bruno Le Maire
Au total, le chantier de la centrale Sizewell C doit coûter entre 20 et 30 milliards de livres. Il n’a pas encore débuté sur la côte est de l’Angleterre. A terme, deux réacteurs EPR doivent y être construits pour une puissance de 3,2 gigawatts qui seront mis en fonctionnement en 2035 pour alimenter 6 millions de foyers en électricité pendant un demi-siècle.

Autriche : le chancelier soupçonné de corruption viré

Autriche : le chancelier soupçonné de corruption viré

 

Il y a de toute évidence une différence de taille entre les pays du Sud et les pays anglo-saxons. Dans les pays du Sud y compris la France les plus hauts dirigeants peuvent continuer d’exercer leur mandat y compris avec des casseroles et cela pendant des années voire davantage ( affaire Sarkozy, affaire Chirac, affaire Macron et le financement de son parti).

Dans les pays anglo-saxons le moindre soupçon conduit les dirigeants à démissionner aussitôt. Le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz, soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption, a, lui, annoncé ce samedi soir sa démission, nouveaux soubresauts politiques dans ce pays d’Europe centrale.

Sebastian Kurz est soupçonné d’avoir utilisé par le passé des fonds gouvernementaux pour s’assurer une couverture médiatique favorable. Selon le parquet, entre 2016 et 2018, des articles élogieux et des études d’opinion «partiellement manipulées» auraient été publiés en échange de l’achat d’espaces publicitaires par le ministère des Finances, géré à cette époque par les conservateurs.

Un autre grand patron tech chinoise viré

Un autre grand patron  tech chinoise viré

 

Le fondateur de JD.com, Richard Liu, n’est pas viré  à proprement parler mais mis dans un placard. D’autres grands patrons chinois ont déjà subi le même sort.

.En mars dernier, Colin Huang, fondateur et président de la plateforme Pinduoduo, rivale de JD.com et d’Alibaba, avait renoncé à son statut d’actionnaire de référence du groupe. Quelques mois auparavant, il avait confié la direction opérationnelle de Pinduoduo à Chen Lei, qui a depuis repris la fonction de président. Sans parler du grand patron qui a été purement et simplement tué: Lai Xiaomin, ancien patron du conglomérat financier China Huarong condamné notamment pour bigamie. À noter aussi la mise à l’écart du grand patron d’Alibaba.

Europe 1 : encore un journaliste viré

Europe 1 : encore un journaliste viré

 

Avec l’arrivée de Bolloré dans le groupe Lagardère, les mises à l’écart de journalistes se multiplient à Europe 1 . Après Julie Leclerc, Nicolas Canteloup, Pascale Clark ou encore Patrick Cohen, c’est au tour de Laurent Cabrol de quitter la radio, selon les informations du Parisien .  Arnaud Lagardère tente de se défendre en indiquant que repas ne deviendra pas une radio d’opinion !

Société-Encore un humoriste viré par Bolloré ?

Société-Encore un humoriste viré par Bolloré ?

 

 

Chez BOLLORÉ, l’humour n’est guère apprécié; pour preuve, certaines émissions et certains humoristes ont été virés sans ménagement pour excès de critique. Nicolas Cantelou , la vedette d’Europe1, est sans doute victime de l’arrivée de Bolloré dans le groupe Lagardère ( encore propriétaire d’Europe un mais pour combien de temps ?).
C’est récurrent cette manie de nettoyer toute opposition même humoristique chez Bolloré.  Sans doute la conséquence du long passé africain du groupe qui ne s’est  guère embarrassé de règles déontologiques.

Comme l’humoriste Bertrand Chameroy avant lui, Nicolas Canteloup semble faire les frais de la politique de Vincent Bolloré qui vient d’arriver dans le groupe Lagardère. Ses récentes plaisanteries ne sont visiblement pas passées auprès du milliardiaire breton. Durant les dernières semaines de saison, et quasiment dans chaque matinale, l’imitateur avait pris pour habitude d’ironiser sur la reprise en main du patron de Vivendi et les départs de la station qui en ont découlé. Pendant la grève, il avait même déclaré dans la voix de Matthieu Belliard: «Déjà une radio qui a une petite panne d’auditeurs, ce n’est pas formidable, mais une radio sans trop de journalistes, ça ne peut pas fonctionner». Il avait enfin soutenu l’humoriste Christine Berrou qui a donné sa démission après la censure de l’une de ses blagues sur Éric Zemmour.

Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Sébastien Thoen dans le groupe Canal+ dont Vincent Bolloré est aussi à la tête.

Média -Encore un humoriste, Cantelou, viré par Bolloré ?

Média -Encore un humoriste, Cantelou, viré par Bolloré ?

 

 

Chez BOLLORÉ, l’humour n’est guère apprécié pour preuve certaines émissions et certains humoristes ont été virés sans ménagement pour excès de critique. Nicolas Cantelou , la vedette d’Europe un, est sans doute victime de l’arrivée de Bolloré dans le groupe Lagardère ( encore propriétaire d’Europe un mais pour combien de temps ?).
C’est récurrent cette manie de nettoyer toute opposition même humoristique chez Bolloré.  Sans doute la conséquence du long passé africain du groupe qui ne s’est  guère embarrassé de règles déontologiques.

Comme l’humoriste Bertrand Chameroy avant lui, Nicolas Canteloup semble faire les frais de la politique de Vincent Bolloré qui vient d’arriver dans le groupe Lagardère. Ses récentes plaisanteries ne sont visiblement pas passées auprès du milliardiaire breton. Durant les dernières semaines de saison, et quasiment dans chaque matinale, l’imitateur avait pris pour habitude d’ironiser sur la reprise en main du patron de Vivendi et les départs de la station qui en ont découlé. Pendant la grève, il avait même déclaré dans la voix de Matthieu Belliard: «Déjà une radio qui a une petite panne d’auditeurs, ce n’est pas formidable, mais une radio sans trop de journalistes, ça ne peut pas fonctionner». Il avait enfin soutenu l’humoriste Christine Berrou qui a donné sa démission après la censure de l’une de ses blagues sur Éric Zemmour.

Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Sébastien Thoen dans le groupe Canal+ dont Vincent Bolloré est aussi à la tête.

Encore un humoriste, Cantelou, viré par Bolloré ?

 

 

Encore un humoriste, Cantelou, viré par Bolloré ?

 

 

Chez BOLLORÉ, l’humour n’est guère apprécié pour preuve certaines émissions et certains humoristes ont été virés sans ménagement pour excès de critique. Nicolas Cantelou , la vedette d’Europe un, est sans doute victime de l’arrivée de Bolloré dans le groupe Lagardère ( encore propriétaire d’Europe un mais pour combien de temps ?).
C’est récurrent cette manie de nettoyer toute opposition même humoristique chez Bolloré.  Sans doute la conséquence du long passé africain du groupe qui ne s’est  guère embarrasséde règles déontologiques.

Comme l’humoriste Bertrand Chameroy avant lui, Nicolas Canteloup semble faire les frais de la politique de Vincent Bolloré qui vient d’arriver dans le groupe Lagardère. Ses récentes plaisanteries ne sont visiblement pas passées auprès du milliardiaire breton. Durant les dernières semaines de saison, et quasiment dans chaque matinale, l’imitateur avait pris pour habitude d’ironiser sur la reprise en main du patron de Vivendi et les départs de la station qui en ont découlé. Pendant la grève, il avait même déclaré dans la voix de Matthieu Belliard: «Déjà une radio qui a une petite panne d’auditeurs, ce n’est pas formidable, mais une radio sans trop de journalistes, ça ne peut pas fonctionner». Il avait enfin soutenu l’humoriste Christine Berrou qui a donné sa démission après la censure de l’une de ses blagues sur Éric Zemmour.

Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Sébastien Thoen dans le groupe Canal+ dont Vincent Bolloré est aussi à la tête.

Canada: un PDG viré après un vaccin à l’étranger mais pas en France

Canada: un PDG viré après un vaccin à l’étranger mais pas en France

 

Curieusement en France on apprend que certaines personnalités se vantent presque d’avoir réussi à se faire vacciner alors qu’elles ne font pas parti vraiment des populations prioritaires content tenu de leur âge   et de leur état pathologique. On se demande par exemple pourquoi Sarkozy ou encore le bavard ministre de la santé ont réussi à se faire vacciner;

 

Dans le même temps les trois quarts des plus de 75 ans attendent encore en vain un rendez-vous pour la vaccination. On objectera que le ministre de la santé fait partie du personnel médical. Le problème est qu’il y a longtemps qu’il a vu un malade ! Même interrogation que Sarkozy et d’autres. Le chef du principal fonds de pension au Canada, Mark Machin, lui,  a été démissionné après s’être rendu aux Émirats arabes unis pour se faire vacciner, malgré les recommandations du gouvernement d’éviter les voyages à l’étranger, a annoncé vendredi 26 février son employeur. «Récemment, notre président et chef de la direction Mark Machin a décidé de se rendre personnellement aux Émirats arabes unis où il s’est arrangé pour se faire vacciner contre le Covid-19», a expliqué l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) dans un communiqué. «Après des discussions hier soir avec le conseil, M. Machin a présenté sa démission et celle-ci a été acceptée», ajoute Investissements RPC.

Canal+:L’humoriste Thoen viré !

Canal+:L’humoriste Thoen viré !

Une nouvelle preuve que Bolloré le patron de Canal et de C. News n’aime pas beaucoup l’humour. Il avait déjà supprimé les guignols jugés trop sarcastiques. Il vient maintenant de virer l’humoriste Sébastien Thoen. En effet, selon nos  L’Équipe , l’animateur du «Journal du hard» et chroniqueur de «Canal Sports Club» a été licencié de Canal+ à la suite de la publication d’un sketch parodiant «L’Heure des pros». Il y a pourtant matière à humour tellement cette émission de Pascale Praud  est à la fois populiste et racoleuse. Sans parler du style de l’intéressé qui ne laisse pratiquement pas parler ses invités et manifeste évidemment des affinités très réactionnaires et pour tout dire d’extrême droite.

Dans la vidéo mise en ligne le 19 novembre sur le compte Twitter de site de paris en ligne Winamax, l’humoriste incarne Lionel Messiha, caricature de Jean Messiha, ancien membre du Rassemblement national et chroniqueur du talk-show de CNews animé par Pascal Praud. Ce dernier est, lui, incarné par Julien Cazarre. Joint par téléphone, le principal intéressé n’a pas souhaité faire de commentaires. «Si c’est dit, c’est que c’est vrai. De toute manière, tout le monde le savait à Canal je crois», a-t-il simplement répondu.

voir vidéo Pascal Pra…html

L’humoriste Thoen viré par Canal+

L’humoriste Thoen viré par Canal+

Une nouvelle preuve que Bolloré le patron de Canal et de C. News n’aime pas beaucoup l’humour. avait déjà supprimé les guignols jugés trop sarcastiques. Il vient maintenant de virer l’humoriste Sébastien Thoen. En effet, selon nos confrères de L’Équipe , l’animateur du «Journal du hard» et chroniqueur de «Canal Sports Club» a été licencié de Canal+ à la suite de la publication d’un sketch parodiant «L’Heure des pros». Il y a pourtant matière à humour tellement cette émission de Pascale Praud  est à la fois populiste et racoleuse. Sans parler du style de l’intéressé qui ne laisse pratiquement pas parler ses invités et manifeste évidemment des affinités très réactionnaires et pour tout dire d’extrême droite.

Dans la vidéo mise en ligne le 19 novembre sur le compte Twitter de site de paris en ligne Winamax, l’humoriste incarne Lionel Messiha, caricature de Jean Messiha, ancien membre du Rassemblement national et chroniqueur du talk-show de CNews animé par Pascal Praud. Ce dernier est, lui, incarné par Julien Cazarre. Joint par téléphone, le principal intéressé n’a pas souhaité faire de commentaires. «Si c’est dit, c’est que c’est vrai. De toute manière, tout le monde le savait à Canal je crois», a-t-il simplement répondu.

TRUMP VIRE LE RESPONSABLE DE LA SÉCURITÉ DES ÉLECTIONS

TRUMP VIRE LE RESPONSABLE DE LA SÉCURITÉ DES ÉLECTIONS

Trump devient de plus en plus et dangereux. En effet il vient de virer le patron de l’agence gouvernementale en charge de la régularité des élections . 

Et Trump de ce comporter comme un vulgaire dictateur de Corée du Nord en déclarant « La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, puisqu’il y a eu des irrégularités et des fraudes massives », a écrit le président sur Twitter. « C’est pourquoi, Chris Krebs a été démis de ses fonctions (…) avec effet immédiat. »

« Il n’existe aucune preuve d’un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit », avait souligné le responsable licencié et son agence comme d’autres agences américaines chargées de la sécurité des élections.

L’annonce du président a immédiatement été dénoncée par l’opposition démocrate qui appelle à accélérer le processus de transition.

« Il est pathétique, mais tristement prévisible, que le maintien et la protection de nos processus démocratiques soient une cause de licenciement », a dénoncé le chef démocrate de la puissante commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol