Archive pour le Tag 'autre'

Une autre approche du féminisme

Une autre approche du féminisme

En près d’un demi-siècle, la philosophe Geneviève Fraisse , spécialiste de la pensée féministe, n’a jamais craint d’être à contretemps. La nouvelle édition de « La Fabrique du féminisme » en témoigne à nouveau. (dans le Monde)

 

En voyant passer devant elle, en 2021, le mot « féminisme » dans le slogan d’une publicité placardée sur un autobus, Geneviève Fraisse a été saisie d’étonnement. La philosophe, chercheuse émérite au CNRS, a traversé des périodes « tellement désertiques », dit-elle pour décrire le champ des études féministes de ses débuts, que voir ainsi le « mot maudit » devenir presque à la mode ne pouvait que la frapper, comme elle le raconte en nous recevant chez elle, près de la gare de l’Est, à Paris.

Depuis près de cinquante ans, la spécialiste de la pensée féministe a l’habitude de pratiquer cette forme d’étonnement pour analyser ce qui se passe dans le mouvement des idées touchant le rapport entre les sexes, le droit des femmes ou la politique des sexualités. Comme le montrent la réédition augmentée de La Fabrique du féminisme et sa lumineuse préface inédite, sa pensée détonne, car elle n’est pas embarquée dans les véhi­cules les plus courants de l’opinion ni même entraînée sur les lignes les plus empruntées de la théorie féministe.

Elle vise en effet depuis les débuts de sa vie de chercheuse à produire des « généalogies » ou, mieux, à établir des « provenances », dit-elle en reprenant un terme de Michel Foucault. Ou encore à tracer des « lignées » dans lesquelles la geste féministe prend sens au-delà des surgissements soudains, des vagues limitées dans le temps, ou encore du catalogue des femmes d’exception où puiser éventuellement l’inspiration pour baptiser une station d’autobus. Voilà pourquoi, tandis qu’elle entre au CNRS, en 1983, elle choisit d’écrire sur une philosophe inconnue du XIXe siècle, Clémence Royer (La Découverte, 1985), autodidacte mais non moins traductrice et critique de Darwin, qui n’eut jamais la chance de pouvoir vivre de sa recherche.

L’autrice des Femmes et leur histoire (Folio, 1998) nomme cette attention aux liens diffractés dans le temps « l’historicité ». « Mon seul combat », dit-elle en guise de synthèse au sujet de ce concept faussement simple. « “Historicité” ne ­signifie pas seulement qu’il y a une histoire des femmes », précise celle qui dirigea, avec l’historienne Michelle Perrot, le quatrième volume, consacré au XIXe siècle, de l’Histoire des femmes en Occident (Plon, 1991), cette série d’ouvrages qui marqua une évolution historiographique majeure dans le domaine.

Se plaçant sous l’angle de l’épistémologie, cette branche de la philosophie qui réfléchit aux conditions rendant une connaissance possible, Fraisse explique : « “Historicité” signifie que, pour comprendre ce qui a trait à la différence des sexes, il faut l’inscrire dans l’histoire et non la renvoyer à des invariants qui existeraient “de tout temps”. Mais cela signifie aussi, à l’inverse, que, pour comprendre l’histoire, il faut l’inscrire dans la différence des sexes, car les sexes, aussi, font l’histoire. » Par exemple, on comprend mieux l’histoire de la démocratie si, derrière tout « contrat social », on met au jour le « contrat sexuel » implicite, selon un terme de la politologue britannique Carole Pateman, que Geneviève Fraisse a fait traduire en français.

Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse

Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse

 

Le besoin de réforme structurelle n’est pas là où Emmanuel Macron le situe et le gouvernement risque de se tromper dans ses choix politiques sur les retraites, alerte le syndicaliste Gérard Mardiné,Secrétaire général de la Confédération CFE-CGC,  dans une tribune au « Monde », qui insiste sur la nécessaire évolution de la gouvernance des entreprises.

 

Le rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (COR), publié le 15 septembre, affiche que « ses résultats ne valident pas le bien-fondé des discours qui mettent en avant l’idée d’une dynamique non contrôlée des dépenses de retraite ». Il donne cependant déjà lieu à des interprétations multiples, ce qui nécessite de bien décoder un contenu très ésotérique.

Les scénarios présentés sont d’abord le fruit d’hypothèses de long terme assez irréalistes, tant dans les champs démographique et économique qui sont les deux déterminants importants du poids et de l’équilibre financiers des retraites.

 

Bien que l’espérance de vie stagne depuis dix ans et alors que la mortalité à mi-août 2022 est déjà supérieure de 8 % à celle sur la même période de 2019, l’hypothèse d’une hausse future significative de l’espérance de vie (à titre d’exemple, l’espérance de vie à 60 ans des hommes augmenterait de deux ans et demi d’ici à 2040) paraît irréaliste.

Une extrapolation mathématique du passé ne peut pas primer sur le constat que l’état des facteurs objectifs influençant la mortalité ne plaide malheureusement pas actuellement pour une hausse de l’espérance de vie à court-moyen terme. A commencer par l’état désastreux de nos hôpitaux et par le niveau de pollution environnementale. Un scénario à espérance de vie constante dans les prochaines années devrait donc être considéré.

La baisse de l’hypothèse de fécondité interpelle également. Les causes de la baisse constatée sont d’abord la difficulté de nombreux jeunes à trouver la stabilité nécessaire pour se construire un projet de vie du fait d’emplois précaires, de difficultés de logement… et l’éco-anxiété des jeunes générations liée au constat de politiques environnementales très insuffisantes. Ne pas garder le chiffre précédent revient à considérer qu’il ne sera pas mené de politiques volontaristes dans ces domaines.

Les hypothèses économiques retenues méritent aussi d’être décodées et remise en cause. Les paramètres d’entrée considérés sont le produit intérieur but (PIB), la productivité du travail et le taux de chômage ; mais finalement, la valeur déterminante est la masse salariale sur laquelle est assis l’essentiel des recettes de notre système de retraite.

« Entre 1997 et 2019, la part revenant aux salariés a baissé, passant de 59,3 % à 54,9 %, alors que la part revenant aux actionnaires a triplé, passant de 5,2 % à 15,8 % »

La masse salariale est liée au PIB au travers du partage de la valeur ajoutée. Les données de la Banque de France montrent que, entre 1997 et 2019, la part revenant aux salariés a baissé significativement, passant de 59,3 % à 54,9 %, alors que la part revenant aux actionnaires a triplé, passant de 5,2 % à 15,8 %. Ce phénomène pénalisant les ressources de notre système de retraite est principalement lié à la financiarisation croissante menée par les directions générales des grandes entreprises ces vingt-cinq dernières années.

Logement : pour un autre conception

Logement :  pour un autre conception 

Philosophe de la ville et de l’architecture, Philippe Simay a parcouru le monde à la découverte des habitats les plus étonnants. De cette expérience est née un questionnement : comment habiter le monde en société et en harmonie avec l’environnement ? Rencontre. (Cet article est issu de T La Revue n°11 – « Habitat : Sommes-nous prêts à (dé)construire? », actuellement en kiosque).

 

C’est une philosophie révolutionnaire de l’habitat que Philippe Simay enseigne à ses élèves de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, diffuse auprès des lecteurs de la revue Métropolitiques ou des téléspectateurs d’Arte friands de sa série de documentaires « Habiter le monde ». Révolutionnaire parce qu’elle combine frugalité, sobriété et innovation, parce qu’elle dépèce la standardisation hégémonique des formes et des techniques coupable d’éradiquer les savoir-faire traditionnels, parce qu’elle démontre l’extrême nocivité du béton, parce qu’elle discrédite le moteur productiviste par la faute duquel l’habitat est devenu un simple (et vite obsolète) produit de consommation, parce qu’elle fait riposte aux propriétés d’exclusion et de déshumanisation aujourd’hui dominantes dans notre rapport à l’espace. « Or, habiter – qui informe beaucoup sur ce que nous sommes -, c’est considérer, solliciter et accueillir le dehors pour enrichir son dedans, c’est s’unir à autrui, à tous les êtres vivants – humains, animaux, végétaux », estime l’auteur de La Ferme du Rail : pour une ville écologique et solidaire (avec son épouse Clara Simay, Actes Sud, 2022). Et de placer la conscience écologique au cœur de sa révolution espérée de l’habitat. Un habitat alors imbriquant intimement écologie environnementale (enjeu climatique, consommation d’énergie, usage des matériaux bio-sourcés, économie circulaire, etc.) et écologie sociale (insertion, alimentation, santé, formation), conjurant les injustices (environnementales, sociales, spatiales), privilégiant la réparation de l’existant à la construction du neuf, reconnaissant le citoyen dans son utilité déterminante au territoire où il réside. Un habitat responsable, un habitat qui revitalise la démocratie, un habitant réhumanisé et réhumanisant.

Un article intéressant à plusieurs points de vue mais qui cependant ne répond pas clairement à la question de la folie de l’hyper concentration urbaine. Certains aspects sont par ailleurs traités de manière un peu ésotérique! NDLR

intreview

 

Pourquoi et comment les sujets de l’habitat, de l’architecture, de l’urbanisme, de la construction, interrogent-ils l’exercice de la philosophie ?

Philippe Simay- Philosopher, c’est apprendre à habiter, c’est-à-dire à questionner la façon dont nous sommes présents au monde, aux choses, aux autres et à soi-même. Nous n’avons pas d’autre choix que d’occuper physiquement un espace et de le transformer en fonction de nos besoins. Mais les réponses apportées à cette exigence n’ont rien d’évident. Cet espace, comment le penser, le bâtir, l’occuper, le transformer, l’activer ? La manière dont nous habitons informe beaucoup sur nous-mêmes. Ces fascinantes interrogations nous placent à la croisée de la philosophie et de l’anthropologie.

Mais si habiter est une modalité que nous partageons universellement, elle est une réalité kaléidoscopique : infini est le nombre de configurations – géographiques, historiques, culturelles – qui déterminent les façons d’occuper l’espace. « Absolument tout le monde est extrêmement concerné par le lieu où il vit, l’interrogation sur l’avenir des territoires habités est universellement partagée », avez-vous constaté lors de votre périple sur la planète. Un même diagnostic, mais des remèdes bien différents…

Au cours de mes voyages, j’ai été impressionné par ce constat : partout sur la planète, les individus et les sociétés ont « quelque chose à dire » de passionnant sur la façon dont ils habitent. J’ai été frappé par les discours extrêmement nourris, incroyablement argumentés de mes interlocuteurs. Chaque individu sait ce qu’habiter signifie pour lui. Je ne connais pas d’autre sujet qui déclenche des raisonnements aussi structurés.

La mondialisation – du commerce, de la consommation, des processus – exerce, dans nombre de domaines, un mal sournois, tentaculaire : l’uniformisation. Ce poison contamine-t-il l’habitat dans les mêmes proportions ?

Absolument. Et c’est d’ailleurs à lutter contre cette standardisation, à défendre les trésors de la pluralité – en matière d’architecture mais aussi de modes de vie – que j’emploie mes voyages, mes rencontres, mes travaux. Des pays qui possédaient une architecture vernaculaire traditionnelle extrêmement riche l’ont progressivement perdue au profit d’architectures standardisées. Et que dire du béton, premier matériau de construction au monde, avec une production de 6 milliards de m3 par an ! Observez comment il s’est répandu partout, en Asie mais aussi en Afrique de l’Ouest où le ciment est devenu synonyme de réussite. Heureusement, certains architectes, comme le Burkinabé Diébédo Francis Kéré, premier Africain à recevoir, cette année, le Prix Pritzker, défendent encore la construction en terre crue.

Toutefois, ne nions pas que le béton a été un matériau capital de progrès urbanistique, social, sociétal, en premier lieu dans les pays en voie de développement…

Le béton a été, pendant un temps, un outil d’émancipation : économique à produire, facile à mettre en œuvre, il a permis de promouvoir partout en Europe une architecture de qualité. Ainsi, par exemple, le mouvement Bauhaus mettait en exergue un même design quelles que soient les classes sociales auxquelles il s’adressait. Mais ce caractère démocratique du béton a occulté ses conditions de production. Conditions écologiques d’abord, puisque chaque mètre cube nécessite 350 kg de ciment, 700 kg de sable, 1 200 kg de gravillons et 150 litres d’eau, soit autant de ressources non-renouvelables. Conditions sociales, ensuite, parce que la culture du béton a appauvri les techniques de construction ou d’artisanat, jusqu’à les voir disparaître. Aujourd’hui, qui oserait le nier ? Même si les industriels communiquent abondamment sur l’innovation des « bétons haute performance », nombreux – notamment les jeunes – sont ceux qui cherchent des alternatives.

De jeunes diplômés d’AgroParisTech ont d’ailleurs récemment exhorté leur auditoire à entrer en dissidence avec les pratiques traditionnelles de leur filière. Cet acte de contestation, voire de rébellion, l’observez-vous dans votre environnement ? Y souscrivez-vous ?

Cette colère, je la vois monter également parmi mes étudiants. On leur enseigne que l’architecture a pour vocation de permettre aux personnes d’habiter du mieux possible, or ils constatent que les techniques conventionnelles de construction, toujours fondées sur le béton, l’aluminium, l’acier – soit les matériaux les plus carbonés – sont une arme de destruction massive de la planète. « Quelque chose » dissone en eux : la manière dont ils reçoivent leurs études n’est pas alignée sur les difficultés qu’ils éprouvent à se projeter dans un monde devenu vulnérable et de plus en plus incertain. Le monde de la construction est sorti de ses gonds, et la génération en devenir a le courage de le dire.

La manière dont nous habitons le monde, notre logement, notre conscience – et en filigrane notre intégrité, notre éthique – devraient, idéalement, être homogènes. Du rêve à la réalité, il existe bien souvent un abîme. L’Occident consumériste, capitaliste, aliénateur, extracteur, dévoie-t-il le sens du verbe « habiter » ?

Je le crois profondément. La logique de l’économie linéaire, « extraire – consommer – jeter », traduit une trajectoire délétère pour la planète. Il est urgent de sortir d’un système productiviste qui conçoit le logement comme un produit de consommation rapidement obsolète. Il n’est également plus tolérable que 98 % des matériaux qui constituent nos habitats soient non renouvelables alors que l’on pourrait construire avec des matières premières issues de la biomasse (chanvre, bois, paille, etc.). L’extraction et la consommation de matières premières détruisent massivement nos écosystèmes. Nous feignons de l’ignorer en exploitant des terres et des hommes à l’autre bout de la planète, dans des pays pauvres. Mais nous sommes rattrapés par ces images de sols éventrés, de forêts décimées, de nappes phréatiques empoisonnées. Il est temps de se réveiller.

À n’être que des « consommateurs » de notre logement, nous ne pouvons pas le considérer comme un lieu d’espace vers l’autre, de construction de relations sociales, de relations humaines, d’intégration dans un environnement…

Cette relation fondamentale aux autres doit se retrouver dans l’acte même de construire, dans la relation aux matériaux qui nous permettent d’habiter. Nous ne nous en soucions jamais, comme si nous pouvions prendre et jeter impunément les matériaux. Mais il existe de par le monde de nombreuses sociétés qui interrogent vraiment ce que l’on peut prendre, mais aussi ce que l’on doit rendre à la nature. En Papouasie, j’ai pu rencontrer les Korowai, qui vivent dans une forêt immense. La ressource en bois est pléthorique et pourrait être largement exploitée. Pourtant, ils veillent à ne pas étendre le périmètre de leurs maisons. D’où vient une telle sagesse ? Ils estiment qu’ils n’habitent pas simplement leur maison mais l’ensemble de la forêt, qui constitue un milieu vivant. Attention, cela ne signifie pas qu’ils ne coupent pas d’arbres ; mais plutôt que chaque arbre composant cette forêt est un être vivant auquel ils réservent une attention particulière. Sur la rive péruvienne du lac Titicaca, s’étend une île artificielle faite de joncs. Lesquels se désagrègent très vite et doivent être coupés toutes les deux semaines pour régénérer le socle de l’île. On devine comment cela se traduit en termes de consommation de ressources… De ce jonc, dénommé totora, un Indien uros me confia un jour : « Elle est mon père et ma mère. » Symboliquement, il m’indiquait que nous avons des devoirs envers les plantes comme nous en avons envers nos parents. Nous pouvons utiliser des matériaux qui proviennent de la vie, mais nous devons avoir pour eux respect ou amour, et a minima attention. La conscience écologique, la conscience de partager un espace avec d’autres êtres vivants, devrait être centrale dans notre conception de l’habitat.

En Occident, la notion de propriété en général est centrale, celle du logement en particulier est cardinale. Avec pour conséquence le sentiment d’exercer un droit sur l’espace intérieur et extérieur que l’on habite. Mais « philosophiquement » est-il juste d’être propriétaire de ce bout de planète ? N’est-ce pas l’addition de ces propriétés qui conduit à la dévastation de la planète ?

Le sujet de la propriété devrait être indissociable de celui de la responsabilité. Être propriétaire ne devrait pas autoriser à entreprendre « n’importe quoi », ni « n’importe comment ». Dans son remarquable ouvrage, La propriété de la terre (Wildproject, 2018), la juriste Sarah Vanuxem démontre par le droit que la propriété ne peut être considérée comme le pouvoir souverain d’un individu sur les choses mais qu’il implique des obligations vis-à-vis de la Terre, qui nous est commune. Nous savons pertinemment que nos manières de construire et d’habiter arrivent désormais à une forme d’épuisement, d’impasse. Elles doivent évoluer dans le sens d’une grande responsabilité.

Les expériences de mixité – sociale, ethnique, intergénérationnelle – s’étendent. Avec à la clé des résultats nécessairement contrastés. De quelles « valeurs » un tronc commun doit-il être constitué assurant à ces expériences de s’accomplir et d’essaimer ?

L’espace, habité en commun, doit être produit en commun : voilà la valeur centrale pour sortir d’une culture de l’expertise et du travail en silo. C’est ce que nous avons voulu montrer avec l’équipe de la Ferme du Rail dont ma femme est l’une des architectes. Cette aventure, entreprise dans le cadre de l’appel à projet « Réinventer Paris » lancé par Anne Hidalgo, a pour cadre une minuscule parcelle du 19ᵉ arrondissement. Nous y avons bâti la première ferme urbaine à Paris, riche d’une activité maraîchère et composée d’un bâtiment de logements – qui héberge des personnes en situation de grande précarité – et d’une serre avec un restaurant. Ces personnes sont formées pour collecter des déchets organiques, fabriquer du compost, amender les sols, et cultiver des produits bio. Nous voulons harmoniser et même imbriquer l’écologie environnementale (enjeu climatique, consommation d’énergie, usage des matériaux bio-sourcés, etc.) et l’écologie sociale (insertion, alimentation, santé, formation). Ces deux dimensions de l’écologie sont indissociables l’une de l’autre : accomplir l’une exige d’intégrer l’autre, et leurs bienfaits respectifs se nourrissent mutuellement. Injustices environnementale, sociale, spatiale sont insécables. Y faire riposte répond de la même logique, car c’est la condition pour rassembler les consciences, fédérer les énergies, et déterminer un sens, une utilité concrète à cette dynamique. À cette condition, nous pouvons habiter autrement.

Les nouvelles technologies dissolvent les frontières spatiales et temporelles, plaçant leurs utilisateurs dans une extrême promiscuité. Elles nous font vivre dans l’hyperconnectivité instantanée. Est-ce supportable, lorsque s’y ajoutent l’hyperdensification, l’hyperurbanisation caractéristiques des villes, partout sur la planète ?

 Nous avons des raisons d’avoir peur mais nous avons aussi des raisons et, peut-être, le devoir d’espérer. Il existe une ambivalence intrinsèque des technologies qu’il est possible de retourner à son avantage. Internet est à la fois ce système qui mondialise la communication et qui s’empare de nos données ; les réseaux sociaux démocratisent la parole et propagent en même temps les discours de haine. Tant qu’il est possible de la « hacker » – au sens de requestionner, détourner, se réapproprier à des fins démocratiques -, toute innovation technologique mérite de se développer ; et il vaut mieux « être dans » le système que l’on s’emploie ainsi à corriger, à limiter, à améliorer, plutôt que de s’en éloigner au risque alors de laisser dériver ces technologies vers des pratiques délétères.

La standardisation des modèles (de consommation, d’architecture, de villes) est-elle corrélée aux nouvelles possibilités de mobilité par lesquelles nous défions l’organisation traditionnelle des espaces ?

Il n’est pas rare qu’un touriste qui séjourne à Shanghai ou à Rio de Janeiro aille boire un café dans un Starbucks, se restaurer dans un McDonald’s, et s’habiller chez Zara. Comment expliquer qu’à l’autre bout de « son » monde il éprouve le besoin de retrouver ce qu’il connaît plutôt que de s’aventurer dans l’inconnu ? Probablement parce que c’est facile et rassurant. Quand les lieux ont une identité trop forte, ils exigent du temps et des efforts. Pour nombre de personnes, c’est une entrave à la mobilité. Les lieux doivent donc perdre une partie de leur singularité pour devenir accessibles. C’est le revers de la médaille : l’identité des lieux n’est pas compatible avec l’exigence de mobilité et d’immédiateté universelles.

Mais on peut faire aussi (et heureusement !) le choix de s’exposer volontairement à cette altérité, de se confronter délibérément à cet inconnu, et ainsi de se placer dans le « merveilleux inconfort » où patientent les véritables trésors du voyage…

C’est l’art du voyage, or il disparaît peu à peu. Car la mobilité, le trajet, le transport, ce n’est pas le voyage. Le voyage, c’est l’idée que toutes les étapes du parcours ont une valeur, c’est la conviction que seule l’expérience de la traversée doit compter. L’exposition aux véritables découvertes, aux déplacements en soi, aux imprévus, aux temps longs, peu de personnes y sont enclines. La logique dominante est de « rationaliser au maximum » son séjour et d’emmagasiner le plus et le plus vite possible.

Lors de vos voyages, parfois dans des zones très inhospitalières, vous avez observé la manière dont l’homme habite l’espace, c’est-à-dire l’occupe, le domine ou s’y soumet, respecte (ou non) son environnement, s’associe (ou non) aux autres membres de son espèce, etc. Avons-nous à « apprendre, philosophiquement, » de la façon dont les animaux composent leur habitat ? Est-il encore possible de dépasser notre anthropocentrisme ?

Question fondamentale. Nos sociétés occidentales considèrent qu’habiter est le propre de l’humain, que seul l’homme habite. Notre anthropocentrisme établit des lignes de partage entre nature et culture, comme s’il était possible de les dissocier ! Cette vanité aveugle nous empêche d’observer la manière, si riche d’enseignements, dont les espèces animales composent leur habitat. Elles aussi habitent, et c’est l’intrication des façons d’habiter de et entre toutes les espèces vivantes qui permet de fabriquer le monde. Pourquoi continue-t-on de ne pas toutes les estimer comme des cohabitants ? L’enjeu capital est de partager l’espace avec eux alors que l’espèce humaine demeure obsédée par sa seule relation à l’espace. Dès lors, pourquoi faudrait-il concevoir l’architecture seulement pour l’espèce humaine ? Pourquoi ne devrait-elle pas être pensée pour rendre la vie possible pour l’ensemble des êtres vivants ?

L’habitat est porteur d’enjeux économiques majeurs : choix des matériaux, types de construction, ingénierie, gestion des risques. Vous l’affirmez : la construction du neuf doit devenir l’exception et non la règle. Nous devons apprendre à faire avec ce qui reste, à réparer et à valoriser l’existant. Si l’on admet que la pertinence d’une pensée se mesure aussi à sa faisabilité et aux conditions de sa mise en œuvre, le philosophe (que vous êtes) a-t-il questionné l’économiste (que vous n’êtes pas) pour estimer les répercussions économiques, financières, sociales d’un tel aggiornamento ?

Le livre que Clara et moi avons écrit sur l’aventure de la Ferme du Rail aborde concrètement ce sujet. Certes, à une petite échelle, mais elle a une valeur. L’architecture écologique se heurte à des obstacles, aussi bien idéologiques, normatifs, assurantiels, etc., et – comme un sempiternel leitmotiv – économiques. Nous démontrons qu’une fois les externalités de production et de consommation réintégrées, le coût final des matériaux traditionnels est sensiblement plus élevé que celui des solutions alternatives que nous proposons. L’extraction des minerais à l’autre bout du globe est-elle d’un coût neutre ? Une fois estimées les nombreuses externalités négatives, la tonne de ciment est-elle toujours aussi abordable ? Et le coût social du travail non déclaré ou des accidents est-il négligeable ? Travailler en réemploi des matériaux déjà produits permet de ne consommer aucune nouvelle ressource, produire des matériaux bio ou géo-sourcés grâce à l’économie circulaire est très économe, créer des réseaux de solidarité entre territoires urbains et agricoles profite équitablement, dégager des économies « matérielles » encourage une meilleure rémunération des ouvriers et l’ouverture de chantiers d’insertion, etc. C’est, au final, redonner un véritable sens, une exigence éthique au projet de construction. Cette réalité, malheureusement, est encore très difficile à promouvoir dans ce secteur de l’architecture fondé sur l’utilisation des ressources nouvelles – elle serait la « garantie » que chaque partie prenante de l’écosystème « profite » financièrement du cycle.

Quel serait votre habitat idéal ?

Lors de mes reportages aux quatre coins du globe, je me suis parfois hasardé à poser cette question à mes interlocuteurs. La réponse était immuable : « Nulle part ailleurs qu’ici, chez moi. » Mon propre « habitat idéal » est, lui aussi, « chez moi », dans ce quartier cosmopolite et bigarré du 19e arrondissement de Paris auquel je suis très attaché. Ce que ce quartier m’a donné, j’éprouve le devoir de le lui rendre, à partir des merveilleuses ressources matérielles, humaines, sociales, associatives que nous contribuons à cultiver – grâce notamment à la Ferme du rail. Ici sont mes racines, je veux être loyal à ce territoire, je veux agir en responsabilité à son égard, selon le délicieux principe de réciprocité. Faire avec les autres rend chacun d’entre nous davantage présent au monde, individuellement mais aussi ensemble. Et c’est une immense source de satisfaction.

Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable

Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable

 

Dans une tribune au « Monde », l’économiste Alexandre Mayol et le professeur en sciences de gestion Simon Porcher mettent en exergue deux enjeux économiques majeurs face à la sécheresse qui sévit : la construction du prix de l’eau en France et la mesure de sa consommation réelle par les ménages.

 

Une tribune intéressante mais qui ne pose pas avec suffisamment de clarté la perspective de séparation de l’eau potable destinée aux besoins alimentaires et celle de l’eau destinée à d’autres usages. NDLR 

 

Alors que la France fait face à l’une des plus grandes sécheresses de son histoire moderne, les propositions de mesures pour limiter la consommation d’eau se multiplient. Eric Piolle, maire de Grenoble, a suggéré de mettre en place une tarification progressive, avec un prix de l’eau qui augmenterait en fonction de la consommation. Plus récemment, Julien Bayou, député de Paris, a proposé d’interdire les piscines privées en cas de sécheresses répétées.

La gestion de l’eau est un sujet de débat récurrent. En 2021, une commission d’enquête parlementaire, créée par le groupe La France insoumise, a formulé 76 propositions pour améliorer la gestion de l’eau en France. Dans un contexte d’urgence environnementale, il faut activer des leviers efficaces pour agir à la fois sur l’offre et la demande d’eau potable.

Selon l’Observatoire national des services publics de l’eau et de l’assainissement, 20 % de l’eau produite sont perdus chaque année, en raison de fuites sur les réseaux de distribution. Cela représente 1 milliard de mètres cubes d’eau, soit la consommation annuelle de 18 millions d’habitants. Le réseau d’eau potable a été développé au cours de la première moitié du XXe siècle. Depuis, certains réseaux ont été largement renouvelés tandis que d’autres sont devenus vétustes, particulièrement dans les zones rurales. Il apparaît urgent, non seulement de réduire les fuites, mais d’investir également pour intégrer les nouvelles technologies de recherche de fuites sur l’ensemble des réseaux. . Quelques leviers devraient être activés rapidement pour améliorer la qualité du réseau : obligations réglementaires d’un taux de fuite minimal à atteindre au terme d’un délai fixé par la loi ; assortir le non-respect de ces délais de sanctions dissuasives pour inciter à ces investissements.

L’innovation est un enjeu essentiel de l’amélioration de l’offre. Les deux plus grandes entreprises mondiales de gestion de l’eau sont françaises [Veolia et Suez] et ont autour d’elles un écosystème d’hydroentrepreneurs. Face à la raréfaction de la ressource en eau, il faut investir dans les technologies de dessalement de l’eau, dans la géo-infiltration, qui consiste à réinjecter de l’eau d’une nappe à l’autre, ou encore dans l’économie circulaire de l’eau. La valorisation des eaux usées, pour un usage agricole par exemple, est un bon moyen de diminuer les tensions sur les milieux naturels. Les solutions développées spécifiquement pour certains territoires en France et l’expérience des pays touchés par un manque d’eau, comme Singapour, doivent être sources d’inspiration.

Pour une autre gestion des crises

Pour une autre gestion des crises

Il est urgent que les États anticipent et réorganisent la gestion des crises. Des crises qui vont se multiplier dans un proche avenir en raison de la montée des tensions internationales, provoquées en grande partie par le réchauffement climatique. Si les armées seront incontournables pour résoudre ces crises, elles devront être aidées par des forces civiles pour porter assistance aux populations et à l’environnement. Par le général (2S) Charles Beaudouin.( la Tribune)

« La pénurie d’eau vécue par deux milliards d’êtres humains vivant dans des pays déjà en déficit hydrique est de nature à générer instabilité politique, famine, problème sanitaires (choléra) et migrations induites » (général 2S Charles Beaudouin) (Crédits : DR)

Depuis quelques années, et particulièrement depuis deux ans avec l’accélération de l’Histoire (pandémie mondiale ; retour des tensions, des conflits interétatiques et de la remise en cause induite de la mondialisation ; de la prégnance des signes tangibles du réchauffement climatique, sans occulter également les crises préexistantes comme le terrorisme, la violence au sein des sociétés…), c’est toute la logique de la gestion des crises qui doit être repensée, si ce n’est réinventée.

 

La gestion des crises procède avant tout d’une économie. Avoir ou ne pas avoir les moyens de l’ambition : cela dépend des budgets nationaux, et particulièrement ceux des ministères concernés par les crises. Force est de constater que pour nombre d’États, s’agissant de la gestion des crises au sens large, l’effort réalisé au profit de la défense n’est pas forcément consenti de façon proportionnée pour d’autres ministères, en particulier pour les ministères de l’Intérieur et de la Santé.

C’est une faiblesse. Disposer de piliers capacitaires forts, dans une cohérence d’ensemble pilotée, est essentiel pour la simple raison que les crises revêtent un caractère multiforme encore peu ou mal pris en compte. Il va de l’efficacité des gouvernants de pouvoir traiter les effets de causes multiples simultanées. Il y va même de leur crédibilité tant l’information relative à la conduite des crises est observée, critiquée et relayée de manière exacerbée par les réseaux sociaux.

Aussi les logiques d’ambition stratégique, de livre blanc, de programmation militaire (loi pluriannuelle votée par le parlement), qui font enfin école au sein du ministère de l’Intérieur, doivent être appliquées à d’autres ministères appelés à déployer des moyens, tant les capacités, quelles qu’elles soient, reposent sur une action de longue haleine pour le moins quinquennale. Aucune vision ne vaut sans une déclinaison concrète assumée, planifiée, programmée. La volonté est une chose mais l’argent reste « le nerf de la guerre ».

Dans un ordre mondial renouvelé, caractérisé par le réchauffement climatique et les atteintes à l’environnement, par une désinhibition des dirigeants en matières de conflits, par une violence grandissante au sein des sociétés y compris occidentales, les éléments sont réunis pour une multiplication des contentieux graves intra et interétatiques. Ces contentieux sont des conséquences et non des causes, même s’ils induisent eux-mêmes d’autres effets.

Ces causes sont d’abord et avant tout, au-delà des gesticulations, des sujets très concrets, notamment de géopolitique et de « géoéconomie » (accès à la mer, ressources…). Si ce constat n’est pas nouveau, il est permis de penser que ces sujets prennent une acuité toute nouvelle, propre à ce siècle, par la double conjonction des effets d’une mondialisation à outrance (ayant généré de très fortes dépendances pour les matières premières et composants numériques), aujourd’hui mise à mal, des épuisements prévisibles de certaines ressources et du déséquilibre flagrant de répartition de nouvelles ressources et enfin du réchauffement climatique. D’autant que le réchauffement climatique va générer de façon inexorable une augmentation drastique d’ici à 2050 des catastrophes humanitaires et environnementales provoquant des flux migratoires induits. Sans oublier enfin la révolution numérique qui est particulièrement fragile, énergivore et écocide, et elle-même en grande dépendance. Pour autant, elle structure économies, vies privées et systèmes de sécurité et de défense.

Si on ne s’en tient qu’à l’eau, la pénurie vécue par deux milliards d’êtres humains vivant dans des pays déjà en déficit hydrique est de nature à générer instabilité politique, famine, problèmes sanitaires (choléra) et migrations induites. Autant de sujets qui seront causes de déstabilisation générale, pour le traitement desquels les outils de défense ne sont pas dimensionnés.

Lors d’un conflit armé, il conviendra dans la recherche de l’effet politique final recherché, de planifier à froid, préalablement, de manière ambitieuses, l’assistance aux populations (dans toutes ses dimensions) et la restauration de l’environnement, tant la guerre est écocide (surtout si dans la défaite l’un des belligérants pratique une politique de la « terre brûlée »). Il est tentant d’adapter l’outil militaire pour étendre ses capacités à ces domaines (concept de « green defence »). Ce serait une solution par trop limitative au regard de l’enjeu tout en étant consommatrice en budgets, moyens humains et matériels, au détriment du spectre de capacités des armées, déjà mis à mal par des trous capacitaires à résorber et une masse de combattants trop réduite. C’est une solution prêtant à confusion des genres.

Un tel défi réclame une autre ambition, qui pour une très grande part, ne relève pas de la sphère proprement militaire. Il y a là une force à inventer. En quelque sorte, une forme de réserve d’intervention civile constituée de praticiens dans les nombreux métiers de la « réparation » humaine et environnementale. Une force organisée, entraînée, ad hoc en fonction de la typologie des menaces et des destructions sur les populations et l’environnement, projetable immédiatement après l’action des forces armées. Peut-être même durant le conflit sur ses arrières parfois, avant même la phase de normalisation. Ce qui n’empêche nullement les armées d’intégrer d’abord dans leur réflexion et leur doctrine d’action, le réchauffement et les effets de la démondialisation, et ensuite de prévoir la gestion de ces capacités nouvelles au sein du commandement de théâtre et de savoir les interfacer avec les forces (assurer leur propre manœuvre dans le dispositif, leur protection…).

Forts de cette conscience que les catastrophes naturelles et industrielles, la dérégulation et les conflits nécessitent un accompagnement mieux pensé et bien plus conséquent sur le plan humanitaire et environnemental, le COGES et le GICAT ont inventé le concept HELPED (Humanitary Emergency Logistic and Eco Développement). Un concept qu’ils ont présenté en avant-première lors du salon Eurosatory 2022 un démonstrateur, qui propose une large combinaison de capacités à appliquer lors de catastrophes, aux populations et à l’environnement. Les moyens existent, ils justifient donc une ambition nouvelle.

La prise en compte du réchauffement climatique, des tensions tant au sein des sociétés que dans les échanges mondialisés et de leurs conséquences géopolitiques et géoéconomiques, imprime la nécessité de se doter de moyens d’une anticipation et d’une résolution politique durable des conflits à venir allant au-delà des sphères militaires et sécuritaires traditionnelles. Ce défi, propre à notre siècle, nécessite d’aligner des moyens bien plus larges que les seuls moyens coercitifs. C’est un devoir des gouvernements. C’est aussi une grande cause au profit des populations et de l’environnement, cause nationale et, plus encore, supranationale (européenne notamment), enthousiasmante et positive. Ces outils auront l’avantage d’être d’un usage fréquent, tant les catastrophes humanitaires d’origine naturelle, industrielle ou climatiques se multiplient et dont la fréquence va aller en s’accélérant.

Pour ce faire, dans une approche globale des crises et conflits à venir, il convient, tout en suscitant le développement d’un partenariat fort public-privé, que les ministères concernés fassent l’objet de nouvelles priorités, concertées, pilotées pour établir dans un grand plan le spectre des capacités de résilience et assurer leur montée en puissance. Le temps est déjà compté.

Par le général (2S) Charles Beaudouin

Crise alimentaire : une autre agriculture ?

Crise alimentaire : une autre agriculture ?

+10% pour les pâtes, +16% pour le poisson frais, +24% pour les tomates… Ces 12 derniers mois, un certain nombre de produits de première nécessité ont connu une hausse de prix importante, nous faisant basculer dans un cycle inflationniste, bien douloureux pour les Français. Mais au cœur de la tempête, l’AgTech française doit tenir le cap et peut même sortir son épingle du jeu. Le développement croissant des circuits courts, la multiplication des débouchés bio et locavores et l’audace de nos innovations doivent servir d’exemple pour le reste du monde. Par Gilles Dreyfus, Co-fondateur et Président de Jungle. (La Tribune)

 

Nous l’avons vu au cours des dernières semaines, le problème ne se situe pas seulement à la pompe mais s’étend également à nos supermarchés, à notre vie quotidienne et même à notre assiette. Les 25 à 50 millions de tonnes de céréales actuellement immobilisées en Ukraine – le « grenier à blé » du monde » – laissent craindre « un ouragan de famines », tandis que la moutarde, l’huile de tournesol ou encore le lait sont menacés de pénurie à long terme. Une autonomie fragilisée dans un pays comme la France qui importe plus de 20% de ses ressources alimentaires dont 40% de ses protéines végétales. La guerre en Ukraine, sans être la cause principale de ce phénomène, apparaît comme le révélateur d’une situation qui ne cesse de se détériorer dans l’indifférence ou l’ignorance générale.

C’est un fait, la population mondiale ne cesse d’augmenter et le nombre d’habitants sur la planète devrait approcher les 10 milliards d’ici 2050, alors même que nous avons d’immenses difficultés à nourrir correctement la population actuelle. En France, c’est près de 3% de la population qui était considérée comme sous-alimentée en 2019. Tandis que dans le même temps, le dernier rapport du GIEC indique dans un scénario optimiste, que 8 % des terres actuellement cultivables pourraient devenir impropres à l’agriculture.

Nous faisons donc face à une équation des plus complexes pour les années à venir.  Comment concilier un modèle agricole à la fois durable et productiviste, capable de nourrir un nombre croissant d’êtres humains, alors même que les incertitudes climatiques et géopolitiques sont amenées à se multiplier ?

La France des prochaines années ne sera forte et indépendante que si elle dispose d’une agriculture durable, productive, compétitive et autonome, capable de résister aux chocs, peu importe leurs natures – intempéries, crises politiques, épuisement de nos ressources naturelles… La prise de conscience est là et les milliers d’agriculteurs français et d’entrepreneurs innovants dans l’agriculture préparent l’avenir. Nous devons redoubler d’efforts pour contribuer davantage à la modernisation, à l’innovation et au renforcement de notre compétitivité agricole. En France, le potentiel de développement est immense. Le coq n’a pas fini de chanter, nous sommes le pays qui compte le plus de terres agricoles disponibles en Europe, une chance pour notre souveraineté alimentaire.

Mais nous ne partons pas de rien car au cours des dernières années, la France a fait énormément pour développer son potentiel et encourager l’essor de l’agriculture biologique et des filières locales.  Face à l’urgence, nous devons aller encore plus vite, encore plus loin et encore plus fort. Notre pays doit accompagner davantage les éleveurs et petits producteurs qui s’engagent dans les circuits courts pour fournir une alimentation de qualité, en proximité. C’est l’avenir.

Il est vrai que la tâche qui nous incombe est immense, mais elle n’en reste pas moins exaltante. Construire un système mondial résilient, adapté au changement climatique à même de limiter les tensions à venir en termes d’approvisionnement alimentaire ne sera pas une chose facile, mais cet objectif est à notre portée. Cette ambition nécessite une prise à bras le corps des enjeux agricoles et un courage politique certain. La France devra redoubler d’efforts pour montrer une nouvelle voie. Chiche ?

Après incendie, Une autre politique de régénération des forêts

Après  incendie, Une autre politique de régénération des forêts

 

Replanter des arbres, surtout d’une même espèce ou faiblement diversifiés, n’est pas toujours le choix le plus avisé, explique dans une tribune au « Monde » Sylvain Angerand, ingénieur forestier et coordinateur de l’association Canopée, qui appelle à une remise à plat de la filière bois.

 

Avec plus de 60 000 hectares de forêts partis en fumée, cet été a marqué le retour des grands incendies en France. Un risque qui ne va faire que croître avec les changements climatiques et qui devrait nous inciter à repenser en profondeur notre politique forestière. Pourtant, l’annonce d’un grand chantier national de reboisement pourrait produire l’effet inverse et affaiblir encore davantage nos forêts en cédant au lobbying d’une partie de la filière.

L’empressement à vouloir planter des arbres est, avant tout, une stratégie de communication destinée à rassurer l’opinion publique en donnant l’illusion d’une maîtrise de la situation et d’un retour rapide à la normale. Mais c’est aussi l’aveu d’une profonde incompréhension de la part de la puissance publique des enjeux forestiers, car planter des arbres n’est pas toujours le choix le plus avisé. Surtout après un incendie, il est le plus souvent préférable de laisser la forêt se régénérer naturellement. Une option plus efficace et moins coûteuse dans de nombreuses situations.

De plus, les plantations d’arbres sont encore trop souvent monospécifiques ou très faiblement diversifiées, ce qui est pourtant indispensable pour renforcer la résistance et la résilience des peuplements face à de nombreux aléas comme les sécheresses, les tempêtes, les maladies ou encore les incendies. Même sur des sols très pauvres comme dans les Landes, où il est difficile de se passer du pin maritime, il est toujours possible d’introduire, en mélange, des feuillus comme le chêne-liège ou le chêne tauzin pour renforcer les peuplements.

L’intérêt du mélange est solidement étayé scientifiquement et, pourtant, il peine à s’imposer comme une condition aux aides publiques ou comme une règle à respecter dans les plans de gestion. Après la tempête de 2009 dans les Landes, la quasi-totalité du massif appartenant à des propriétaires privés a été replantée en monoculture avec l’aide de l’argent public.

Le constat est similaire pour les aides plus récentes du plan de relance qui, faute d’écoconditions suffisantes, ont été détournées par une partie des acteurs pour planter des monocultures, parfois en remplacement de forêts en bonne santé mais jugées peu rentables économiquement (rapport « Planté ! Le bilan caché du plan de relance forestier », Canopée, mars 2022).

Ces dérives ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat de l’abandon des pouvoirs publics à construire une politique forestière intégrant l’ensemble des enjeux. Tiraillée entre quatre ministères, la forêt ne bénéficie pas d’un portage politique fort capable de défendre et de trancher en faveur de l’intérêt général. Elle est laissée au seul jeu d’influence des acteurs, la règle au sein de la filière étant de ne surtout pas pointer du doigt les dérives de certains.

Une autre mondialisation ?

Une autre mondialisation ? 

 La guerre en Ukraine et les élections nous poussent  à prendre le recul suffisant pour apprécier au mieux la transformation que nous sommes en train de vivre. (Papier de la Tribune, Extrait)

En effet, après le « business des bornes de recharge électriques »« le plan de transformation de la filière viti-vinicole pour s’adapter au changement climatique »« la bataille mondiale pour l’accès métaux critiques nécessaires à la transition écologique »« l’impact du e-commerce dans la transformation de nos villes et de nos sociétés », nous avons décidé de nous pencher sur l’évolution de la mondialisation qui se dessine depuis le début de la guerre en Ukraine, et plus précisément sur l’impact de ce conflit sur les filières industrielles, les territoires et la transition écologique.

Pourquoi un tel sujet ? Tout d’abord parce que les effets de la mondialisation impactent au quotidien nos vies et nos territoires et que toute évolution des forces qui l’animent a des conséquences structurelles extrêmement lourdes sur notre souveraineté, notre carte industrielle, l’emploi, le dynamisme de nos villes et de nos régions…, mais aussi sur notre pouvoir d’achat.

Ensuite parce que le sujet de la mondialisation est au cœur de l’actualité et de nos préoccupations en raison de l’impact de la guerre en Ukraine sur le commerce mondial : elle accélère en effet l’inflation, fait craindre une récession, menace la sécurité alimentaire d’un grand nombre de pays, mais aussi la transition énergétique quand la sortie de la dépendance au gaz russe pousse l’Europe à rouvrir des centrales à charbon pour compenser les tensions qui pèsent sur son système électrique. En espérant bien sûr que cette marche arrière ne soit que temporaire et soit suivie d’un coup d’accélérateur dans les énergies renouvelables.

Enfin,  parce qu’après trois décennies d’accélération de la globalisation au cours de laquelle la circulation des individus, des marchandises, des services et des capitaux s’est faite quasiment sans limite en raison d’une dérégulation et d’une révolution numérique toujours plus poussées, cette guerre ouvre une nouvelle page de la mondialisation que la bataille commerciale entre la Chine et les Etats-Unis à partir de 2019 et surtout la crise du Covid avaient commencé à dessiner. La pénurie de masques et de matériel médical puis les tensions sur les chaînes d’approvisionnement observées pendant la crise sanitaire ont, en effet, mis en évidence les dangers pour la souveraineté de nombreux pays occidentaux d’une dépendance massive à d’autres pays. Ce phénomène est aujourd’hui décuplé par l’onde de choc de la guerre en Ukraine sur la géoéconomie mondiale. Et pour cause, tous les industriels repensent leur chaîne de production et d’approvisionnement, en relocalisant, en doublant, voire triplant le nombre de fournisseurs et/ou en s’installant dans des pays amis et stables politiquement. Une rupture coûteuse qui ne sera pas sans conséquence sur les prix de vente et le pouvoir d’achat.

Ce mouvement tranche donc avec celui observé au cours des trente dernières années qui, justement, se caractérisait par l’éclatement des chaînes de production aux quatre coins du globe pour se rapprocher de nouveaux marchés prometteurs et profiter d’une main d’œuvre bon marché.

Surtout, ce mouvement de repli semble encourager une fragmentation de la mondialisation, organisée non plus comme un village-planétaire pour reprendre l’expression de Marshall McLuhan, mais sous forme de blocs de pays distincts, chacun constitués sur des considérations géopolitiques, échangeant peu ou pas du tout entre eux. Une sorte de mondialisation entre amis, comme l’expliquent la secrétaire d’Etat américaine au Trésor, Janet Yellen et Christine Lagarde, la patronne de la Banque centrale européenne (BCE) en vulgarisant les concepts de « friend-shoring », « friend sharing », « friend shopping ». Ce scénario est loin d’être acté et n’est pas partagé par tous. Tout comme ne l’est, d’ailleurs, l’appréciation de la situation actuelle, prélude, selon certains, à une « démondialisation », qui marquerait un recul des échanges mondiaux, quand d’autres prévoient plutôt, une « néomondialisation » ou une « remondialisation », un concept qui verrait la mondialisation continuer sur des principes différents, tandis que d’autres enfin estiment que les forces motrices de la globalisation sont toujours présentes et que la mondialisation continuera, mais de manière ralentie (« slowbalization »). En fait, tout dépendra beaucoup de l’issue de la guerre, de la place qu’occupera demain la Russie dans le concert des nations et de l’évolution du régime russe. Cela peut prendre des années.

 

Un autre rapport au travail de la nouvelle génération ?

 Un autre rapport  au travail de la nouvelle génération ?

Les appels à la désertion se multiplient, mais les étudiants continuent majoritairement de choisir les mêmes carrières que leurs aînés, soutient le chercheur associé à l’ESCP Tristan Dupas-Amory.

 

 

Si des cérémonies de remise de diplôme se sont muées en tribunes politiques, une majorité des jeunes continuent de choisir les mêmes carrières que leurs aînés, observe Tristan Dupas-Amory, chercheur associé à l’ESCP, où il prépare une thèse sur les carrières des jeunes diplômés.

Au-delà des « appels à la désertion » dans les grandes écoles, vous soulignez que la majorité des jeunes sortis de ces établissements mènent des carrières classiques. Quelle est la véritable portée de ce phénomène ?

Je suis surpris par la portée accordée aux appels à la désertion prononcés lors des remises de diplômes. Il y a quelques coups d’éclat – admirables –, mais combien de jeunes ont changé de trajectoire après une telle intervention ? En juin 2016, déjà, à HEC, Emmanuel Faber, alors PDG de Danone, priait les futurs diplômés de « rendre le monde meilleur ». Les bifurcations affichées par une poignée d’étudiants lors des remises de diplômes ne doivent pas occulter un phénomène bien plus massif : loin des réorientations spectaculaires, la majorité des étudiants continuent de choisir les mêmes carrières que leurs aînés. C’est ce que j’appelle la grande rétention.

Par exemple, plus d’un tiers des diplômés 2021 des grandes écoles se sont dirigés vers le conseil ou les services financiers, d’après la dernière enquête d’insertion de la Conférence des grandes écoles. Plus discrets, plus conventionnels, moins enthousiastes peut-être, ces choix n’en méritent pas moins toute notre attention. Non pas pour les stigmatiser, mais pour comprendre ce qui conduit ces jeunes à cet éventail assez étroit d’options professionnelles.

Ces perspectives sont aussi celles qu’on leur propose dans les écoles…

Les étudiants qui arrivent dans une grande école connaissent mal tous le panel de métiers qui s’offrent à eux. Ils choisissent majoritairement les voies empruntées par les promotions qui les précèdent, venant grossir les rangs des professions historiquement les plus présentes dans les établissements. Ils sont aussi poussés à embrasser une carrière considérée à la hauteur de leur diplôme. On peut citer le cas du conseil : si ce secteur continue à autant attirer les jeunes diplômés, c’est qu’il est sélectif et réputé.

Qu’est-ce que ces « appels à la désertion » racontent du rapport au travail de cette fraction de la jeunesse ?

Ils contribuent à libérer la parole et poussent les grandes écoles à se mobiliser, notamment pour intégrer les problématiques liées à la transition écologique dans les cursus. Finalement, la grande démission comme la grande rétention sont les deux faces d’une même pièce, celle du rapport au travail de cette nouvelle génération. Les jeunes réclament une raison d’être. En cours, ils posent beaucoup de questions sur le sens et l’impact de leurs actions. Il faut les aider à concilier leur engagement avec leur future profession… Sans forcément partir sur un changement de vie radical.

Une grande partie des étudiants ne se projette pas dans les désertions spectaculaires, ils ne se voient pas troquer leur avenir de cadre pour de l’artisanat, une vie à la ville pour la campagne. Mais ils peuvent opter pour des reconversions plus douces, en passant, par exemple, du conseil pour l’industrie au conseil en transition écologique. Ou quitter une banque traditionnelle pour une entreprise qui œuvre dans la finance verte.

Une autre histoire de France

Une autre histoire de France

« La France contre le monarque. De l’an mil à nos jours » : une histoire de France à front renversé

Loin de se résumer à une histoire des révoltes, le stimulant essai d’Alphée Roche-Noël prend le contre-pied du récit national en esquissant une « histoire des expériences politiques communes ».(le Monde)

 

 

Livre. Un vent décapant souffle sur notre historiographie. Après Thierry Dutour et son essai La France hors la France. L’identité avant la nation (Vendémiaire, 372 pages, 24 euros), Alphée Roche-Noël prend le contre-pied d’un récit national largement forgé par les rois, empereurs et présidents, pour établir qu’on a négligé la tension récurrente qui se joue entre le monarque et le « commun », proposant ici « une histoire à front renversé ».

Loin d’esquisser une histoire des révoltes et révolutions, qui réduirait les phases contestatrices à des sursauts face à un modèle inévitable, l’essayiste prône une « histoire des expériences politiques communes », alternative au pouvoir d’un seul.

 

C’est sans doute dans les séquences d’avant l’absolutisme qu’Alphée Roche-Noël dessille le regard avec le plus de justesse. Tandis que le moment seigneurial prône la patrimonialisation de l’autorité – pas encore royale, vu la faiblesse des premiers capétiens –, les bourgs, ruraux ou urbains, inventent le serment communal qui substitue la société réelle à la société d’ordres (la tripartition prônée par les élites), en unissant des égaux. Astucieux, le roi le soutient ou le combat, selon le tort que l’aventure commune peut causer à ses feudataires.

 

Patiemment renforcé, le pouvoir royal tient son « idéal type » avec Louis IX, glorifié par sa rapide canonisation. Mais, si le roi recrée un lien hiérarchique avec ses « bonnes villes », le dialogue est parfois périlleux. Bien avant le conflit qui oppose le dauphin Charles à Etienne Marcel (1357-1358), le souverain prend, dès le XIIe siècle, le conseil des notables en une consultation élargie. Et si les premiers Etats généraux de langue d’oïl (1343) coïncident avec les problèmes liés à la guerre de Cent Ans, le dialogue tourne à un affrontement vif au cadre spécifique, la capitale, et un enjeu clair, la réforme de l’exercice politique. Mais, balayée par le dauphin victorieux, l’ordonnance novatrice de 1355 n’est pas lue pour ce qu’elle fut : une règle capable d’infléchir la montée de l’« Un » contre le « commun ».

 

L’illusion d’une monarchie consultative persiste toutefois sous les Valois et, à la « théologie du sang royal » qu’a établie l’historienne Arlette Jouanna, s’ajoute une héroïsation personnelle du monarque qui recourt à la mythologie. Avec les guerres de religion, la contestation sporadique des Etats généraux se double de celle des Parlements, des confédérations huguenotes par le haut, des croquants et tard-avisés par le bas.

Agriculture: Une autre politique de conservation des sols

Agriculture: Une autre politique de conservation des sols

«Des bénéfices environnementaux, climatiques, économiques et, pourtant, aucune promotion de ces techniques en Europe», déplore l’ingénieur agronome,Gérard Rass.

 

L’agriculture de conservation des sols (ACS) n’est pas une nouveauté. Ce système de culture est issu du semis direct consistant à semer et conduire une culture sans aucun travail mécanique, né dans les années 1960 en Amérique du Nord et répandu sur tout le continent. Le but était alors de lutter contre l’érosion.

Très vite, des agriculteurs pionniers au Brésil et en Argentine ont vu que l’ennemi de la conservation de leur sol résidait dans sa mise à nu et sa dévitalisation par le travail mécanique, l’exposition à la pluie et au soleil, et donc l’érosion qui emporte la terre de surface, la plus riche en humus et la plus fertile. Ils ont introduit une couverture végétale avant la culture principale, et mis au point les « systèmes de semis direct » (les trois pionniers brésiliens, Herbert Bartz, Nono Pereira et Franke Djikstra, furent accompagnés par l’ingénieur allemand Rolf Derpsch, qui a consacré sa vie à l’ACS).

Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement a théorisé ces principes et mis en œuvre outre-mer le semis direct sur couverture végétale (Lucien Séguy, scientifique du Cirad, consacra sa vie à son développement, et fut très populaire auprès des agriculteurs pionniers français qu’il a accompagnés). Ainsi est née l’agriculture de conservation des sols, officialisée par un groupe d’experts de la FAO à Madrid en 2001 lors du 1er congrès mondial de l’agriculture de conservation.

Combinaison. Elle se définit par la combinaison simultanée des trois pratiques : la suppression totale du travail mécanique du sol (donc le semis direct), la couverture permanente du sol par des cultures commercialisables ou par une couverture végétale intermédiaire vivante ou morte (donc incompatible avec le travail du sol, même réduit), et enfin la rotation diversifiée des végétaux.

 

L’ACS, s’appuyant sur les meilleurs agriculteurs et experts de terrain, offre de nombreux bénéfices pour les agriculteurs et la collectivité. D’abord, la protection des sols agricoles. Ensuite, l’augmentation de la matière organique du sol : l’humus (gain de 1% en cinq ou dix ans), allié à la diversité des plantes produites, donne un gain de fertilité naturelle gratuit. Puis une vie des sols plus active et plus équilibrée, réduisant pathogènes, parasites, herbes indésirables, et donc recours aux engrais et produits antiparasitaires et herbicides.

Elle séquestre aussi le carbone dans le sol par les plantes, soustrait ainsi du CO2 de l’atmosphère, réduisant effet de serre et réchauffement de l’atmosphère. Ceci a inspiré l’initiative internationale 4 pour 1000 pour la sécurité alimentaire et le climat, lancée par la France à la COP21 de Paris en 2015, à laquelle les acteurs de l’ACS ont fortement contribué. On développe aussi une moindre dépendance à l’énergie fossile (fuel et engrais azotés), qui induit une réduction des coûts etun potentiel de production supplémentaire pour des usages énergétiques (biogaz, biocarburants), sous réserve que les besoins alimentaires et ceux du sol soient satisfaits.

«Ses bénéfices expliquent le développement de l’ACS dans les pays où les agriculteurs sont libres de leurs choix techniques, échappent aux discriminations réglementaires ou aux politiques de contraintes subventionnées dissuadant l’innovation»

On note aussi une meilleure adaptation des sols à la sécheresse et à la valorisation de l’eau, une biodiversité accrue dans les parcelles, mais également une production agricole rentable et durable, par l’accroissement des rendements offrant la possibilité de laisser place à la biodiversité (flore et faune sauvages) sur les surfaces les moins aptes.

Ces bénéfices expliquent le développement de l’ACS dans les pays où les agriculteurs sont libres de leurs choix techniques, échappent aux discriminations réglementaires ou aux politiques de contraintes subventionnées dissuadant l’innovation. Les surfaces cultivées de cette façon dans le monde sont en forte croissance, atteignant 200 millions d’hectares. L’Amérique latine est le leader le plus dynamique, avec en premier lieu l’Argentine qui, en moins de dix ans, a transformé une majorité de soja en monoculture et semis direct en ACS très performante, avec des rotations diversifiées incluant maïs, blé, orge, seigle, colza, tournesol, légumineuses et intégrant des productions animales.

L’Afrique, au-delà de l’Afrique australe, plus avancée, développe avec succès l’ACS à travers des partenariats entre agriculteurs africains et argentins, ou sous l’impulsion de leaders ouverts à l’innovation technique comme le président du Ghana.

En Europe, les surfaces en ACS ont stagné depuis les années 1980 aux alentours d’un à quelques pourcents, selon les pays, freinées par le mythe du travail du sol et par l’essor des techniques culturales simplifiées. Mais en France, depuis une dizaine d’années, sous l’impulsion de groupes d’agriculteurs novateurs, l’agriculture de conservation des sols se développe, malgré le désintérêt persistant des pouvoirs publics, de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et des instituts techniques. En cause, les politiques agricoles dictées par les lobbys écologistes, hostiles à la notion même de production et d’entrepreneuriat agricole et à l’utilisation de solutions modernes de protection et nutrition des plantes ou d’amélioration génétique.

L’interdiction politique du glyphosate ou des OGM, sans base scientifique, est un exemple criant du décrochage européen dans le concert des nations ouvertes à l’agriculture et à la liberté d’entreprendre. Dépendant de plus en plus des subventions pour compenser leur manque de profitabilité, les agriculteurs européens peuvent difficilement se risquer à innover dans leurs pratiques. La politique agricole européenne Farm to fork, réduisant les surfaces cultivées et limitant la production à l’hectare à travers l’agriculture biologique, est une menace majeure pour la sécurité alimentaire, dénoncée par de nombreux experts de la FAO à la Banque mondiale, et exacerbée par le conflit ukrainien. Farm to fork doit être rapidement stoppé.

A l’inverse, une politique volontariste favorisant la libération des entreprises agricoles dans la voie de l’amélioration des sols par l’ACS permettrait à notre agriculture de répondre aux enjeux majeurs de sécurité alimentaire, de dépendance aux énergies fossiles, d’évolution climatique, de gestion de l’eau, de biodiversité, le tout à un coût minimal pour les finances publiques. Cela suppose que les agriculteurs puissent utiliser le glyphosate, comme c’est le cas partout dans le monde pour détruire la végétation spontanée ou implantée avant semis.

Les technostructures étatiques subventionnées ayant failli à la développer, les associations pionnières d’agriculteurs en ACS, rodées au développement agricole, ont un rôle majeur de locomotive. Seul l’agriculteur qui a vécu les angoisses du risque existentiel du changement de système agricole pour son revenu, pour sa vie familiale, qui les a surmontés et a réussi techniquement et économiquement la transformation de son écosystème de production pour le rendre plus productif, plus durable et profitable, saura guider ses confrères avec bienveillance, leadership et la pédagogie nécessaires.

Le Global conservation agriculture network rassemble de tels leaders mais ils ne peuvent, seuls, impulser la dynamique nécessaire contre les forces qui la freinent. Devant la gravité des enjeux agronomique, alimentaire et climatique, les responsables politiques doivent apporter leur appui. Cela peut se faire sans argent public en développant les marchés volontaires de compensation carbone, rémunérant les agriculteurs pour stocker le carbone dans leurs sols.

Le temps n’est plus aux irréelles promesses électorales dogmatiques. L’agriculture de conservation des sols a été développée par des agriculteurs ouverts à ce qui se fait de mieux dans le monde, mais ils sont handicapés par la doxa de l’écologisme politique dominant. Y aura-t-il en Europe des responsables politiques porteurs de solutions concrètes aux problèmes, pour reconnaître l’ACS et ses acteurs, et libérer le monde agricole de ses entraves ?

Références : David Zaruk (Risk-Monger), André Heitz (Seppi Over-blog), Jean-Paul Oury (Genetic Literacy) , FAO global soil partnership

Gérard Rass est ingénieur agronome, secrétaire du Global conservation agriculture network, et membre du collectif Science technologies actions.

Intégrer la Bosnie-Herzégovine pour éviter une autre guerre

Intégrer la  Bosnie-Herzégovine pour éviter une autre guerre

 

Dans une tribune au « Monde », l’ancien député européen Daniel Cohn-Bendit et les politistes Timothy Garton Ash, Pawel Karolewski et Claus Leggewie appellent l’Union européenne à déclarer ses intentions d’intégrer la Bosnie-Herzégovine dans une union politique « prévoyant une assistance en cas d’agression ».

 

Tribune. Le sommet européen de Versailles a raté une belle occasion : celle d’instaurer pour l’Europe un nouvel ordre de l’après-guerre dans un lieu hautement symbolique.

Nous ne sommes pas des rêveurs. Nous savons que l’adhésion à l’Union européenne (UE) n’a rien d’une balade bucolique et que l’Ukraine est, en principe, soumise aux mêmes procédures que les pays candidats issus des Balkans. Pourtant, la possibilité s’offrait de poser les jalons d’une union politique en préalable d’une adhésion à part entière. Au lieu de cela, les chefs d’Etat ont pris la voie procédurière, comme si les règles routinières de l’UE s’appliquaient invariablement, même dans un cas aussi extrême qu’une guerre en Europe. Une fois de plus, les arguties de technocrates européens ont supplanté le projet de liberté et de paix.

Dorénavant, l’Union européenne n’est plus l’union économique que nous avons connue. Sans le vouloir, Poutine l’a renvoyée à ses origines : celle d’une alliance normative et institutionnelle. C’est en tout cas ce qu’elle devrait être à nouveau. Désormais, il s’agit non seulement de protéger l’Ukraine contre l’agression russe, mais également de renforcer la protection des nouveaux membres, notamment dans les pays baltes, et d’y inclure tous les Etats souhaitant adhérer à l’UE.

Un « triangle de Weimar élargi » s’impose pour veiller, en particulier, au développement régional et concerté de la politique de sécurité de l’UE. Ce triangle Allemagne-France-Pologne et les Etats baltes doivent s’engager dans une coopération renforcée en matière de politique de sécurité, y compris dans le domaine de l’armement nucléaire si cela s’avérait nécessaire. Le Royaume-Uni doit, pour sa part, retisser l’alliance politique qu’il a imprudemment abandonnée.

Mais une protection renforcée contre la Russie nécessite également de s’attaquer aux chevaux de Troie de Poutine que sont la Hongrie d’Orban ou la Serbie de Vucic. Cela soulève évidemment des questions au sujet de l’appartenance de la Hongrie à l’UE et du statut de candidat de la Serbie.

Dans ce contexte, la Bosnie-Herzégovine mérite une attention particulière. Les politiciens serbes de Banja Luka et de Belgrade y attisent les tendances à la division. Trente ans après le début de la guerre en Yougoslavie, la fragile confédération BiH est minée et une nouvelle guerre entre groupes ethniques devient possible. Les séparatistes de la « Grande Serbie » pouvant immanquablement compter sur le soutien actif du régime de Poutine.

Election présidentielle : Un autre système de parrainage

Election présidentielle  : Un autre système de parrainage

 

Un papier du « Monde » estime qu’il faut faire évoluer le système dès le début du prochain quinquennat.

La validation par le Conseil constitutionnel, lundi 7 mars, de douze candidatures pour l’élection présidentielle des 10 et 24 avril vient clore un psychodrame de plusieurs semaines autour des parrainages. Jusqu’à ces derniers jours, deux prétendants relativement bien placés dans les sondages d’intentions de vote, Marine Le Pen et Eric Zemmour, manifestaient la crainte de ne pas obtenir les 500 signatures d’élus nécessaires pour valider leur présence lors de ce scrutin.

Un troisième candidat important, Jean-Luc Mélenchon, faisait également état de grosses difficultés alors que 42 000 élus (députés, sénateurs, maires, présidents de communautés de communes, conseillers départementaux et régionaux…) sont habilités à faire les « présentations ».

 

Au bout du compte, aucun de ces trois candidats n’a été empêché : Marine Le Pen a récolté 622 parrainages, Eric Zemmour 741, Jean-Luc Mélenchon 906. Les « petits » prétendants n’ont pas non plus à se plaindre. Hormis Christiane Taubira, partie trop tardivement dans la course, et François Asselineau, trop faiblement soutenu, tous sont parvenus à se faire adouber. Crédité en 2017 de 1,21 % des suffrages exprimés, le Béarnais Jean Lassalle a obtenu 642 signatures. Repêché de justesse, Philippe Poutou, le représentant du Nouveau Parti anticapitaliste (1,09 % des suffrages il y a cinq ans), pourra continuer de se mesurer avec sa rivale de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud (0,64 % des suffrages).

Le nombre relativement confortable de signatures obtenu par les plaignants les plus offensifs jette, a posteriori, le doute sur la sincérité de leurs cris. D’autant qu’à chaque campagne présidentielle le scénario se répète : les candidats les plus radicaux sonnent la charge, crient au déni de démocratie, jouent les victimes et finissent par obtenir leurs signatures en ayant au passage mobilisé leurs partisans contre un système de représentation désigné comme injuste.

 

Cette fois, pourtant, l’alerte a paru si sérieuse que plusieurs élus, aux antipodes de leurs convictions, se sont mobilisés pour les aider. Craignant « un accident démocratique », le président du MoDem, François Bayrou, a ouvert une sorte de banque de parrainages pour aider les candidats en difficulté. Défendant le « pluralisme démocratique », le président (Les Républicains) de l’Association des maires de France, David Lisnard, a annoncé qu’il donnait sa signature à Jean-Luc Mélenchon.

Que l’un des candidats disposant d’un nombre important d’intentions de vote ne puisse pas se présenter faute de signatures en nombre suffisant et c’est toute la légitimité du prochain scrutin présidentiel qui risquait d’être remise en cause. L’exclu aurait contesté par avance le résultat et la démocratie représentative aurait été une nouvelle fois mise en accusation.

Héritées de l’époque où le président de la République était élu au suffrage indirect par un collège d’élus, les modalités du parrainage ont fait leur temps. Plus le système des grands partis s’effondre, plus le choix de confier aux seuls élus la présélection des candidats entre en conflit avec les principes mêmes du suffrage universel direct.

En 2012, la commission Jospin avait préconisé de confier les parrainages aux seuls citoyens. Moins radical, le président du Sénat, Gérard Larcher, suggère une formule mixte alliant citoyens et élus. Faire des propositions ne suffit plus. Il faut dépasser les blocages et passer aux actes dès le début du prochain quinquennat. Faute de quoi, les candidats à la présidentielle de 2027 risquent de devenir les victimes de cette trop longue procrastination.

Réforme de l ‘héritage : capital de départ pour tous et une autre fiscalité ?

Réforme de l ‘héritage :  capital de départ pour tous et une autre  fiscalité ?

 

L’héritage st sa fiscalité pourraient être modifiés de façon à ces fondamentale si l’on retient les propositions du Conseil d’analyse économique rattachée au Premier ministre. Il s’agirait en fait de raboter sérieusement le montant des gros héritages et permettre l’attribution notamment d’un capital à tous les Français afin de réduire les inégalités.

De quoi évidemment déclencher des réactions fortes en raison de l’aspect culturel et sociétal de l’héritage. La remise en question est toutefois sans doute nécessaire

En effet l’âge moyen au décès est passé d’à peine 60 ans à près de 80 ans au cours du 20e siècle, et l’âge moyen à l’héritage est passé de 30 ans à 50 ans. Il s’agit bien entendu de moyenne et dans de nombreux cas les verrouiller ont 60 ans voire davantage. L’héritage dans ce cas n’a à leur plus aucun sens social sociétal.

Dans une note très documentée dévoilée ce mardi 21 décembre après un long travail de plus de deux ans et demi, les économistes du conseil d’analyse économique (CAE) expliquent que l’héritage joue à nouveau un rôle prépondérant dans la montée des inégalités.

« En France, la part de la fortune héritée dans le patrimoine total représente désormais 60% contre 35% au début des années 1970″ soulignent les experts.  »L’héritage revient en force. Le patrimoine hérité a beaucoup augmenté dans le patrimoine total. L’héritage est beaucoup plus inégalement réparti que bien d’autres ressources. Il devient indispensable d’hériter pour accéder au sommet de la pyramide social du niveau de vie. Ce constat est partagé dans les pays de l’OCDE. Cela suscite un regain d’intérêt sur les politiques de redistribution. Il y a un vrai danger sur l’égalité des chances avec ce retour de l’héritage », a déclaré l’économiste et enseignant à la London School of Economics (LSE), Camille Landais, lors d’un point presse.

A cela s’ajoute la forte concentration du patrimoine au sein des plus aisés étayée par le récent rapport sur les inégalités mondiales codirigé par le spécialiste du sujet Thomas Piketty. « Il y a une énorme concentration sur le patrimoine hérité », a ajouté Camille Landais.

 

Un autre mandat de Macron serait nuisible à la France (Jean-Christophe Lagarde , UDI)

Un autre mandat de Macron serait nuisible à la France (Jean-Christophe Lagarde , UDI)

 

Pour Jean-Christophe Lagarde, président de l’Union des démocrates et indépendants, un  second mandat de Macron serait nuisible à la France. Les trois quarts des Français voudraient un autre président. S’il l’emportait face à Marine Le Pen, il serait un président de renoncement. Il n’aurait pas les moyens de gouverner. Emmanuel Macron n’a plus de vision, depuis les Gilets jaunes, il est perdu dans sa vision du pays. Il a découvert qu’il ne pouvait pas être que le président des élites. » (papier de l’Opinion, extrait)

Jean-Christophe Lagarde ajoute: « A l’UDI, nous avons proposé beaucoup de choses au gouvernement. En décembre 2020, on évoquait le pass sanitaire, on nous répondait que c’était une ânerie ! Ce que j’attends du Président, ce n’est pas qu’il s’adapte, mais qu’il dirige et qu’il anticipe (…). Je ne dis pas que tout a été mal fait mais que beaucoup de choses ont été faites en retard et ça a coûté des vies. Dans cette crise, il y a un responsable, dont le boulot était de nous protéger et qui ne l’a pas fait, c’est Jérôme Salomon. Plus d’un an après, il est encore aux commandes. Qui le protège et pourquoi ? »

Concernant la difficulté pour Les Républicains à se mettre d’accord sur le mode de désignation de son candidat, Jean-Christophe Lagarde relativise : « Soit on ne veut pas d’un deuxième mandat de Macron, donc la droite et le centre doivent se trouver un candidat. Le processus de désignation LR, s’il aboutit à un seul candidat, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, alors que chacun défende ses idées. Ce n’est pas contre Emmanuel Macron, mais s’il est réélu, il ne sera pas un président choisi mais un président par défaut. »

Jean-Christophe Lagarde explique encore : « Je ne suis pas sûr que le mode de désignation soit très important. Les sondages ne sont que des sondages, il y a une certaine stabilité des électeurs de la droite mais il y a un phénomène nouveau, Eric Zemmour. L’écart entre Bertrand et Le Pen serait de trois points. Beaucoup de Français ne souhaitent pas du débat Le Pen/Macron. »

Dans son nouveau livre, Eric Zemmour ne présente pas de programme pour ainsi dire, mais il s’en dégage un ton. Suffisant pour inquiéter à droite ? « C’est une bulle médiatique où tout le monde s’excite autour de quelqu’un qui n’a aucun projet pour la France, pense Jean-Christophe Lagarde (…). L’histoire du prénom, par exemple, c’est du racisme ! »

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol