Archive pour le Tag 'Sananès)'

Une rentrée politique sous pression (Bernard Sananès)

Une rentrée politique sous pression (Bernard Sananès)

 

Le président d’Elabe ,  Bernard Sananès, souligne les différents dangers de cette rentrée politique notamment pour Macron mais aussi pour l’ensemble de la classe politique.( Interview dans l’Opinion)

Comment qualifier cette rentrée pour l’exécutif ?

C’est une rentrée, qui est encore plus cette année que d’habitude, sous pression. Le gouvernement a mis du temps à enclencher sa réponse à la reprise de l’épidémie et joue donc sur la défensive. Il a aujourd’hui trois fronts devant lui. D’abord le front économique : c’est celui sur lequel il est le plus attendu et dispose du plus de crédit. Les mesures sur le chômage partiel ont par exemple eu un vrai impact sur le rapport des Français à l’impôt : la part des Français jugeant qu’ils contribuent au système plus qu’ils n’en bénéficient est en recul de 10 points en dix-huit mois. Ce petit capital de confiance lui sera précieux, alors que la question de l’ampleur de la récession demeure et que celle du chômage, notamment celui des jeunes, pourrait être une bombe à retardement. Le deuxième front est la question écologique. Elle n’est pas passée au second plan en raison de la crise sanitaire, contrairement à ce que certains auraient pu croire, et reste majeure dans les attentes des Français. Il n’y a plus de clivages urbains/ruraux ou CSP+/ CSP- quant à sa prise de conscience. L’effectivité des réponses du gouvernement demeure très attendue, dans la foulée de celles apportées à l’occasion de la convention citoyenne. Enfin, le troisième front est plus récent : il s’agit des enjeux de sécurité. L’effet d’accumulation de faits de violence, le sentiment d’impunité et que l’action publique ne fait plus face en ont refait une priorité. Ces trois fronts ont une traduction politique. La question économique sera déterminante pour tous les Français, elle sera « qualifiante » ou pas dans la perspective de 2022. L’ampleur de la réponse environnementale d’Emmanuel Macron lui permettra-t-elle de contenir la poussée écologiste ? Ce qu’il fera en matière régalienne sera essentiel par rapport à l’électorat de droite.

Quel bilan peut-on faire de la relance politique opérée par Emmanuel Macron après les municipales ?

Il est trop tôt pour le dire. On y verra plus clair fin septembre avec le bilan de la rentrée, les réactions provoquées par le plan de relance et les chiffres du chômage. Ce qu’on peut néanmoins observer au-delà de la séquence remaniement, c’est que depuis le déconfinement, qui a été jugé mieux géré, le sentiment d’hostilité à l’égard de l’exécutif a diminué, mais que cela pour l’instant ne se transforme pas en gain durable de popularité. Cela dessine une stratégie de campagne présidentielle par défaut (qui à sa place aurait fait mieux que lui ?…). C’est souvent le cas lors d’une campagne de réélection.

43 % des Français font confiance à l’exécutif pour la gérer selon notre dernière enquête. C’est un chiffre en légère hausse, mais il n’y a toujours pas d’adhésion majoritaire et dans un moment de crise grave pour le pays, cela reste un point faible

Comment jugez-vous les premiers pas de Jean Castex ?

Aujourd’hui, on ne mesure pas d’impact provoqué par sa promotion à Matignon. Il devait rectifier l’image du Président par rapport aux personnes âgées (chez qui le Président avait chuté), les habitants de petites villes… Si les commentaires lors de son arrivée ont été centrés sur sa personne, son style, il n’a pas encore posé de marqueur fort. Par exemple, sur la gestion de la crise sanitaire, il n’a pas incarné de rupture, les critiques sur la cohérence des décisions restent aussi fortes que sous le gouvernement précédent. Jean Castex joue « gros » en septembre. C’est maintenant que son rapport à l’opinion va se cristalliser. Il faudra notamment observer ce qui se passe dans l’électorat de droite.

Où en est l’opinion des Français sur la gestion de la crise sanitaire ?

43 % des Français font confiance à l’exécutif pour la gérer selon notre dernière enquête. C’est un chiffre en légère hausse, mais il n’y a toujours pas d’adhésion majoritaire et dans un moment de crise grave pour le pays, cela reste un point faible. Si l’opinion a le sentiment que l’on est mieux préparé à une deuxième vague, les questions de transparence et de cohérence demeurent un enjeu clé pour l’exécutif. Les quinze derniers jours n’ont pas vraiment convaincu en la matière.

Jusqu’où la question régalienne peut-elle impacter l’exécutif ?

Emmanuel Macron part avec un handicap sur cette question depuis 2017. Il n’a laissé aucune trace grâce à une prise de parole forte sur le sujet. Or, ce qui n’est pas énoncé n’existe pas. Puisqu’Emmanuel Macron ne s’est pas exprimé sur le sujet, l’opinion a donc intégré que cela ne faisait pas partie de ses priorités. C’est un premier handicap à rattraper. Dans une société toujours plus violente, où la défiance vis-à-vis de la parole publique est chaque jour plus forte, être présent sur le terrain ne peut constituer une réponse suffisante. Aujourd’hui, une partie de l’opinion se demande si la communication n’est pas en train de remplacer l’action. Par ailleurs, ces derniers jours, on a bien compris que la droite voulait en faire un angle d’attaque majeur contre l’exécutif. Mais elle prend là un risque. Sera-t-elle jugée crédible ? Sera-t-elle jugée plus crédible que Marine Le Pen ? La droite peut-elle faire à nouveau entendre sa différence grâce à ce thème ? Pour Emmanuel Macron, comme pour elle, l’enjeu sera crucial. Le respect est la valeur qui s’est installée en tête chez les Français quand on leur demande à laquelle ils sont le plus attachés, quelles que soient leurs catégories politiques, professionnelles… Même si c’est un concept global, polysémique, c’est significatif.

La sécurité est-elle la préoccupation qui va s’installer en priorité dans l’opinion ?

C’est la santé qui s’est installée en tête des préoccupations. Quand on creuse, on voit d’ailleurs que c’est un triptyque santé-environnement-alimentation qui apparaît essentiel aux Français. Mais la sécurité progresse très fortement (+14 points en à peine plus d’un an) dans les attentes exprimées et revient à un très haut niveau (32 % comme pour l’environnement). Ensuite viennent les questions du pouvoir d’achat et de l’emploi. 30 % des Français estiment que leur revenu a baissé durant le confinement. Quatre actifs sur dix ont peur de perdre leur emploi.

Six Français sur dix n’ont pas confiance dans les chiffres du chômage ou ceux sur le dérèglement climatique ; un sur deux dans ceux sur l’épidémie… C’est très préoccupant : le consensus sur les faits est le socle du débat rationnel et démocratique

Pourquoi rien ne bouge-t-il du côté des oppositions ?

Paradoxalement, elles sont confrontées aux mêmes défis que les gouvernants : la mise à distance de la parole publique. Je suis très frappé par trois marqueurs. D’abord bien sûr l’abstention. Ensuite, la défiance vis-à-vis des statistiques publiques. Six Français sur dix n’ont pas confiance dans les chiffres du chômage ou ceux sur le dérèglement climatique ; un sur deux dans ceux sur l’épidémie… C’est très préoccupant : le consensus sur les faits est le socle du débat rationnel et démocratique. Troisième marqueur : le niveau d’adhésion, dans les baromètres, des personnalités politiques de l’opposition reste atone, circonscrit à leur couloir. Elles ne convainquent pas au-delà. Quand Emmanuel Macron et ses ministres parlent, on dit « c’est de la com. ». Mais quand leurs opposants parlent, on dit « ils ne font que de l’opposition et ne feraient pas mieux ». Cela promet une campagne présidentielle aujourd’hui très difficile à cerner. Connaîtra-t-on une abstention record, alors qu’elle épargnait jusque-là la présidentielle ? Une ou deux personnalités, hors système émergeront-elles, alors que la France n’a pas connu jusqu’à présent cela ? La défiance à l’égard de la parole publique, qui s’est intensifiée avec la crise sanitaire, est une réelle menace pour la démocratie. Elle pèsera fortement sur la campagne présidentielle.

La prochaine grande échéance électorale sera les régionales de mars 2021. Quels en seront les grands enjeux ?

Le premier sera : à un an de la présidentielle, LREM parviendra-t-il à gagner au moins une région ? Ce sera le scrutin de tous les dangers pour la majorité. Les municipales, qui ont été un lourd échec pour le pouvoir, n’ont pas impacté l’opinion car le contexte les a fait passer au second plan. Là ce sera différent. Si le pouvoir localise l’élection, il est sûr de les perdre, compte tenu de sa faible implantation. S’il la nationalise, il va devoir se compter partout pour espérer mobiliser plus son électorat au premier tour, et il sera confronté, au second, à la question des alliances et de leur lisibilité. Deuxième enjeu : EELV peut-elle recomposer l’espace politique à gauche et en prendre le leadership ? EELV peut réaliser un bon score global et notamment dans quatre régions, où la liste Jadot faisait déjà 15 % ou plus aux européennes de mai 2019 : Bretagne, Pays de la Loire, Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. Troisième enjeu : si le Rassemblement national n’a gagné aucune région en 2015, c’est parce qu’il y a eu au second tour un front républicain. Aujourd’hui, on voit mal un tel barrage se remettre en place et des triangulaires ou des quadrangulaires sont le scénario le plus vraisemblable.

Pour la présidentielle, l’absence d’alternative forte est un des facteurs essentiels de la résilience d’Emmanuel Macron dans l’opinion

A vingt mois de la présidentielle, Emmanuel Macron est-il le favori ?

Peut-être est-il en train de le devenir par défaut. L’absence d’alternative forte est un des facteurs essentiels de sa résilience dans l’opinion. Si ce facteur disparaît, cela deviendra immédiatement plus compliqué pour lui. D’autre part sera-t-on encore en crise économique ou en sortie de crise en 2022 ? Emmanuel Macron a été élu sur la transformation et a continué sur cette ligne durant les deux premières années du quinquennat. Puis, avec la crise, il est venu, avec un crédit plus faible, sur la protection. Après l’épidémie, il voudra incarner le Président du redressement. Si la présidentielle se déroule alors que la crise est toujours très forte, la protection sera le thème majeur de l’élection et ce ne sera pas le meilleur terrain pour lui. Face à l’enjeu du redressement, sa crédibilité serait plus forte.

« Macron: l’impopularité et le poids de la crise en plus» (Bernard Sananès)

« Macron: l’impopularité et le poids de la crise en plus» (Bernard Sananès)

 

Bernard Sananès , président de l’institut de sondage Elabe analyse – avec sa prudence voire le flou habituel- l’environnement économique et politique de Macon dans une interview du Figaro.

 

 l’opinion française alors que le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint ?

Il est trop tôt pour analyser les conséquences durables de cette crise sur l’opinion. Son jugement va se structurer en fonction de quatre aspects : la gestion de la crise sanitaire, la réussite du déconfinement, la crise économique et enfin les réponses aux nouveaux défis sociétaux que la crise aura révélés. Aujourd’hui, l’opinion est au maximum de l’inquiétude, car chacun est confronté à des proches, des connaissances plus ou moins gravement atteintes. La peur s’est rapprochée. Ensuite, il y a une acceptabilité très forte du confinement, vécu comme la seule solution qui protège. Enfin, si les Français sont inquiets, ils ne sont pas abattus ; il y a une sorte de résilience, même si sur la durée celle-ci peut s’effriter.

Les crises liées à la santé publique sont-elles toujours les plus délicates et coûteuses dans l’opinion pour un pouvoir ?

En termes de crise sanitaire, il n’y a pas de précédent. La canicule de 2003 ne peut pas être un élément de comparaison. La prise de conscience de ses ravages (elle avait fait au final 15 000 morts) avait été très tardive. Mais ce qui est vrai, c’est qu’une crise sanitaire touche à ce qu’il y a de plus personnel : la santé. Or, en France, la santé est un des piliers du modèle social. Cette crise est donc une prise de conscience terrible : alors que les Français pensaient que c’était encore un des derniers domaines à bien fonctionner dans le pays, ils se rendent compte que ce n’est plus le cas. Les masques ont en cela été un symbole dramatique. C’est un objet simple à fabriquer, qui demande peu de valeur ajoutée, pas de technologie. Pourtant, les Français ont constaté que cet objet, leur pays ne pouvait pas en être doté en nombre suffisant. S’il faut aussi faire preuve d’une grande prudence dans l’analyse, c’est parce que deux autres aspects font de ce que nous vivons une crise sans comparaison : le confinement (même au moment des attentats de 2015, on n’avait pas vécu cela) et la mise à l’arrêt de la vie économique sont inédits.

Dès le début du confinement, l’exécutif s’est retrouvé en position de faiblesse à la suite de plusieurs polémiques remettant en cause son anticipation de la crise. Comment peut-il retrouver la confiance?

Deux sujets principaux ont suscité le doute des Français: les masques, révélateurs de l’insuffisante préparation, et les municipales, qui ont fait apparaître une forme d’hésitation. Pour retrouver la confiance, il y a d’abord l’exigence de transparence. Le gouvernement fait depuis dix jours beaucoup d’efforts en ce sens et l’exercice semble plutôt réussi. Ensuite, le pouvoir a compris que l’unité politique était impossible. Il essaie donc de prendre appui sur la société pour créer un consensus. Il tente de faire émerger au sein de celle-ci l’idée que le temps n’est pas à la polémique, qu’il faut faire cohésion pour passer l’épreuve. Enfin, l’exécutif va essayer d’installer l’idée que si on pouvait sans doute faire mieux, on ne pouvait pas forcément faire autrement. Mais il a aujourd’hui besoin de victoires. Celle qui est attendue par l’opinion, c’est le début du ralentissement de la propagation du virus.

« La difficulté centrale pour Emmanuel Macron est que les réponses qu’il apportera ne peuvent être que des fortes corrections, voire des inversions de trajectoire par rapport à ce qu’il a fait depuis 2017 »

Quelles sont les forces et faiblesses d’Emmanuel Macron dans cette crise ?

Des forces, j’en vois trois. Un : son socle électoral (c’est-à-dire, pour schématiser, Macron + la moitié de Fillon) tient. Deux : les Français ne voient personne dans l’opposition qui ferait mieux. 14% d’entre eux pensent que Marine Le Pen ferait mieux, 45% ni mieux, ni moins bien, 40% moins bien. 12% estiment que Jean-Luc Mélenchon ferait mieux. C’est pour Emmanuel Macron un atout. Trois : le poids de la crise fait diminuer le procès en illégitimité, qu’il subissait depuis le début du quinquennat. La décision de confinement, parce qu’elle est très acceptée, a joué un rôle pour cela. Quant aux faiblesses, j’en vois deux. L’une est personnelle. Pour Emmanuel Macron, il est compliqué de concilier une posture de chef de guerre et une posture d’humilité, qui passe par la reconnaissance de certaines erreurs. C’est une nouvelle forme de leadership qui n’était pas son style de management. Convaincra-t-elle les Français ? L’autre est idéologique: les socles doctrinaux du macronisme sont percutés par cette crise. Le progressisme et l’émancipation d’abord. Le couple libérer/protéger ensuite, déjà perçu comme déséquilibré dans l’opinion au profit du libérer. Emmanuel Macron va maintenant devoir se concentrer sur le protéger qu’il n’est pas forcément le mieux placé pour incarner. L’Europe, enfin, jugée absente et bousculée par la souveraineté revenue en flèche. La difficulté centrale pour Emmanuel Macron est que les réponses qu’il apportera ne peuvent être que des fortes corrections, voire des inversions de trajectoire par rapport à ce qu’il a fait depuis 2017.

De quoi dépend son avenir ?

De sa capacité à recréer du commun, de son aptitude à rassembler (sur laquelle il était jugé très négativement avant la crise) et de sa faculté d’invention de nouvelles réponses. Le sujet, pour lui, n’est plus l’acte II, c’est : pourra-t-il faire table rase des premières années du quinquennat ? Son défi sera de ne pas se tromper sur la nature de la réponse – faudra-t-il faire redémarrer le pays ou le réinventer ? Et s’il s’agit de réinvention, Macron, au pouvoir depuis trois ans, peut-il en être le porteur ? Avec sa phrase prononcée lors de la crise des Gilets jaunes, « nous ne reprendrons pas le cours de nos vies », et des suites qui n’ont pas convaincu, la crédibilité de sa parole transformatrice a été considérablement amoindrie.

Edouard Philipe apparaît désormais davantage en première ligne. Est-ce une bonne stratégie ?

Il y a moins d’hostilité sur la personnalité d’Edouard Philippe que sur celle d’Emmanuel Macron. Dans un temps de crise, c’est utile. C’est aussi d’ailleurs une caractéristique d’Olivier Véran. Sa forte progression, que l’on constate dans les sondages aujourd’hui, n’est pas clivée, à part chez les électeurs de Marine Le Pen.

Quelle place cela laisse-t-il à l’opposition?

Il y a une opposition radicale incarnée par Marine Le Pen, qui refuse l’unité nationale, conforte son statut de première opposante et se met en situation d’agréger le mécontentement des deux crises, sanitaire puis économique. Et il y a une opposition plus classique, d’ordre parlementaire. Il n’est pas évident que cela permette à cette dernière de créer un espace politique spécifique dans la perspective d’un scrutin. Par ailleurs, il faut noter que la droite, qui a défendu une baisse drastique des dépenses publiques et des effectifs de fonctionnaires par le passé, va devoir opérer des aggiornamento qui peuvent être douloureux. Pour l’instant, la crise conforte l’opposition entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Jusqu’où cette crise va-t-elle recomposer la donne politique?

En 2019, trois priorités se détachaient nettement chez les Français : le pouvoir d’achat, l’environnement et la santé. Mais la dégradation du système de santé pointée par un certain nombre de voix fortes et par l’opinion n’avait pas connu de réponses à la hauteur. La critique sera rétrospectivement adressée au pouvoir. La question du pouvoir d’achat sous l’effet de la crise va toucher, à des niveaux différents, une part encore plus importante des Français que le mouvement des Gilets Jaunes ne l’avait exprimé. Sur ces deux sujets, santé et pouvoir d’achat, on pourrait voir s’installer une exigence consensuelle dans l’opinion. Pour Emmanuel Macron, la sortie de crise pourrait ressembler à un nouveau mandat de dix-huit mois qui s’ouvrirait, mais l’impopularité et le poids de la crise en plus. Tout sera rebattu comme après une élection présidentielle, mais pour une période très courte car nous serons presqu’au début de la campagne de 2022. C’est une situation que nous n’avons jamais connue.

« Il y a un risque pour l’exécutif : la crise pourrait alimenter de nouvelles injustices. Aura-t-on le sentiment que tout le monde a été protégé de la même manière sur un plan sanitaire ou économique, ou certains, plus exposés que d’autres, se diront qu’au final ce sont toujours les mêmes qui trinquent »

Une crise économique va suivre. Elle sera la toile de fond de cette campagne présidentielle. Quelles en seront les conséquences?

On le souligne peu, mais la crise du Covid-19 a effacé le début de reprise économique qui aurait pu constituer pour le pouvoir une démonstration de l’efficacité de sa politique. Aujourd’hui critiqué sur sa gestion de la crise sanitaire, l’exécutif peut espérer être mieux jugé demain sur sa gestion de la crise économique. Pour le moment, ses mesures en la matière sont largement approuvées par l’opinion. Mais il y a un risque pour l’exécutif : la crise pourrait alimenter de nouvelles injustices. Aura-t-on le sentiment que tout le monde a été protégé de la même manière sur un plan sanitaire ou économique, ou certains, plus exposés que d’autres, se diront qu’au final ce sont toujours les mêmes qui « trinquent » ? Le télétravail peut-il être perçu comme une nouvelle forme d’inégalité entre ceux qui y sont accès (c’est une émancipation) et ceux qui n’y ont pas accès (c’est une assignation) ? Aller au travail sera-t-il vu, par ces derniers, comme un risque (ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent) ? Aura-t-on le sentiment que tous les territoires ont été traités avec égalité ? Plus largement, c’est un débat sur le modèle de société qui ne manquera pas de s’ouvrir. Avant la crise, huit Français sur dix déclaraient que face au défi climatique, il fallait changer de modèle. La crise va-t-elle accélérer cette perspective ? Sans doute, parce que l’opinion va établir un lien direct entre santé et environnement.

Avec pour toile de fond, une société plus conflictuelle ?

C’est un scénario possible. Les métiers hier « invisibles » et devenus essentiels voudront voir leur statut revalorisé. Le débat sera rouvert entre ceux qui valoriseront le rôle du service public et ceux qui pointeront le dysfonctionnement de l’Etat. Le repli individualiste, autour de son cercle proche, se confrontera à la recherche d’un sens du collectif et de nouvelles solidarités. Enfin, à l’heure du bilan, une des questions clés sera : qui aura vraiment été à mes côtés ? Sur qui aura-t-on pu compter dans cette période ? Sur quel politique, sur quelle institution sur quelle entreprise ? Qui aura fait mieux que remplir sa mission ? La confiance en ces acteurs sera forcément modifiée, altérée dans certains cas, solidifiée pour d’autres.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol