Archive pour le Tag 'perdue'

Méritocratie : l’illusion perdue

 

L’écrivain Edouard Louis, les journalistes Adrien Naselli, Sébastien Le Fol… racontent le parcours de personnalités aux origines modestes. Pour mieux dénoncer les failles de la méritocratie.( Le Monde, extrait)

 

« Est-ce que je suis condamné à toujours espérer une autre vie ? », écrit Edouard Louis dans « Changer : méthode ». THE NEW YORK TIMES-REDUX-REA

L’écrivain Edouard Louis l’appelle « son odyssée » : ce voyage de la vie qu’il décrivait dans En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014) à celle qu’il s’est construite à force de transformations – voix, nom, corps, lectures, vocabulaire – a effacé « une par une les traces de ce qu[’il a] été ». Mais voilà que, alors qu’il est arrivé au terme de cette odyssée, les souvenirs d’enfance se font plus nostalgiques. « Je voudrais revenir dans le temps… »écrit-il dans Changer : méthode, paru le 16 septembre au Seuil. « Est-ce que je suis condamné à toujours espérer une autre vie ? »

 

Cette rentrée, ils sont plusieurs auteurs à s’intéresser au parcours des « transclasses », le leur, comme Edouard Louis, ou celui de leurs semblables. Dans Et tes parents, ils font quoi ? (JC Lattès), le journaliste Adrien Naselli, fils d’un chauffeur de bus et d’une secrétaire, est allé rencontrer des parents d’autres « transfuges de classe », comme on les nomme aujourd’hui : les politiques Aurélie Filippetti et Najat Vallaud-Belkacem, la journaliste Rokhaya Diallo, le magistrat Youssef Badr, pour ne citer que les plus connus.

La philosophe Chantal Jaquet, qui a forgé le terme de « transclasse » dans Les Transclasses ou la non-reproduction (PUF, 2014), revient sur son parcours dans un livre d’entretiens avec Jean-Marie Durand (Juste en passant, PUF). Enfin, le directeur de la rédaction du Point, Sébastien Le Fol, dénonce, dans Reste à ta place… ! (Albin Michel), « le système français prétendument méritocratique » qui « assassine chaque jour des milliers de génies en herbe ». Il y fait parler des célébrités d’origine modeste – Anne Hidalgo, Fabrice Luchini, Michel Onfray, Cyril Hanouna, Bernard Tapie ou François Pinault – du mépris social dont ils ont été l’objet.

Ce phénomène d’édition ne fait pas pour autant des transfuges de classe des héros. Les auteurs plantent au contraire quelques clous supplémentaires dans le cercueil bien abîmé de la méritocratie. Il est plutôt question d’un sentiment de déréliction, de mépris, de honte et de cette honte d’avoir honte décrite par Albert Camus. « Ces dernières années, le discours a changé, écrit ainsi Adrien Naselli. Les transfuges ne se contentent plus de sourire à la télévision en donnant l’exemple et en disant merci. »

« Même ceux qui ont bénéficié d’une mobilité sociale sont très sceptiques vis-à-vis du système. Et beaucoup expliquent surtout leur succès par la chance. » Luc Rouban, politologue

Ils se font plutôt les témoins privilégiés de la rareté de leur propre réussite, eux qui peuvent constater que leur place dans l’imaginaire républicain est inversement proportionnelle à leur nombre. Au point de faire dire à Adrien Naselli : « Quand l’un ou l’une d’entre eux croise ma route, ce que je ressens est comparable au sentiment amoureux. » « C’est ce qu’on voit dans nos enquêtes, commente Luc Rouban, du Cevipof. Même ceux qui ont bénéficié d’une mobilité sociale sont très sceptiques vis-à-vis du système. Et beaucoup expliquent surtout leur succès par la chance. » La critique du modèle républicain traverse toutes les classes.

La gauche perdue dans le gauchisme et le racialisme

La gauche perdue dans le gauchisme et le  racialisme

 

 

Phénomène classique , plus les forces d’une organisation s’affaiblissent et plus elles elle se radicalisent ; C’est le cas du parti socialiste, des insoumis mais aussi des écolos qui après avoir surpris au municipales vont payer la facture de leurs débordements gauchisants ; Aujourd’hui cette gauche est engluée dans le racialisme et plus généralement le gauchisme faute d’intérêt et de proposition sur les terrains économiques, sociaux voire de la sécurité et de la laïcité ; Beaucoup se laissent même tenter par l’islamo gauchisme. De ce point de vue la déclaration d’Audrey Pulvar  tête de liste socialiste en région parisienne risque de couter cher au PS/   «Que des personnes discriminées pour les mêmes raisons et de la même façon sentent la nécessité de se réunir entre elles pour en discuter, ça ne me choque pas profondément», indique l’adjointe d’Anne Hidalgo. Elle ajoute: «S’il se trouve que vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc, il n’est pas question de la ou le jeter. En revanche, on peut lui demander de se taire, d’être spectateur.

 

On imagine le tollé si la même phrase concerner les personnes de couleur !

La boussole perdue de la promesse républicaine

 La boussole perdue de la promesse républicaine

 « Alors que le gouvernement a récemment annoncé une série de mesures pour favoriser l’égalité des chances, adoptons des mesures fortes pour la jeunesse et sortons des dogmes en considérant les entreprises du privé comme des partenaires pour nos quartiers » par Lucas Elalouf , délégué général de Solidarités 18 dns l’Opinion.

 

Lucas Elalouf

 

 

La pandémie et ses conséquences économiques et sociales ont accentué, et sans doute durablement, les inégalités et la fracture sociale dans les quartiers les plus en difficulté, touchant en particulier la jeunesse.

Là où en moyenne un habitant sur trois a moins de 25 ans, l’horizon des possibles est bien trop souvent restreint, par manque d’incarnation et par un sentiment de fatalité qui doit nous alarmer : entendre une jeune fille de 16 ans dire qu’elle ne souhaite pas continuer dans une filière générale parce qu’elle n’a pas confiance en elle, qu’elle croit ne pas avoir le patronyme qui convient ou venir du « bon coin » est une blessure que nous devons panser.

Lorsque ces phénomènes se produisent, et c’est peut-être l’un des maux les plus ancrés dans ces quartiers, alors c’est l’échec même de la promesse républicaine.

Egalité des chances. Le récent dispositif « prépa talent », qui dote d’une bourse importante (4 000 euros à la rentrée 2021) les jeunes désireux de préparer les concours de la fonction publique, contribue à encourager les plus éloignés du monde des études à avoir les mêmes moyens que d’autres, plus privilégiés.

C’est une mesure qui va dans le bon sens, mais ne faudrait-il pas élargir ces dispositifs à toutes les classes préparatoires ?

Ce serait là une aide précieuse pour les jeunes qui veulent s’émanciper et se réaliser au moyen d’une école de commerce, par exemple.

Il faut aussi penser au cadre de travail qui doit permettre aux jeunes d’étudier dans des conditions sereines, bénéficier d’un environnement calme et d’une entraide collective stimulante. Les bibliothèques sont peu nombreuses dans ces quartiers, et avec des horaires trop limités. Pensons donc à des solutions pragmatiques : par exemple des partenariats avec des entreprises qui bénéficient d’espace dans leurs locaux, avec des écoles qui disposent de salles vides ou encore avec des associations qui peuvent accueillir les jeunes qui veulent étudier dans de bonnes conditions avec des horaires larges. (*)

Actions solidaires. Si les quartiers les plus en difficultés continuent à résister aux conséquences sociales engendrées par la pandémie, c’est aussi grâce à l’action de leurs jeunes habitants. Beaucoup se sont organisés, avec l’aide d’associations ou spontanément entre eux, pour y assurer une présence quotidienne affirmant la solidarité comme valeur centrale.

Ces actions solidaires ont d’abord été rendues possible grâce à ces jeunes, moteurs de ces véritables entreprises solidaires florissantes. Ils doivent désormais l’être pour le pays tout entier, car la République ne peut se passer d’une telle force d’entraînement et de telles énergies.

Investir nos quartiers par l’économie. Les forces économiques, à l’approche de la nécessaire et attendue relance, doivent pouvoir compter sur ces jeunes, d’autant plus que ces énergies locales s’accompagnent encore, plus qu’ailleurs, d’une réelle fibre entrepreneuriale, parfois ralentie par le manque d’incarnation d’entreprises issues de ces quartiers.

Pour lutter contre le chômage de masse, ouvrons davantage le dispositif des « zones franches urbaines » en le généralisant aux territoires urbains en difficulté

Des dispositifs existent ou ont été amplifiés, comme les « emplois francs + » qui encouragent les entreprises à recruter des jeunes de moins de 26 ans issus des quartiers prioritaires en revalorisant à la hausse la prime aux employeurs lors d’un recrutement. Cela va dans le bon sens, mais allons plus loin !

Généralisons l’éligibilité des quartiers prioritaires au dispositif des « zones franches urbaines » : elles sont aujourd’hui bien trop limitées avec seulement 100 quartiers éligibles en France. Ce dispositif permet aux entreprises qui s’installent dans les quartiers prioritaires d’être exonérées d’impôt sur les bénéfices durant les 5 premières années, en contrepartie d’un recrutement à hauteur de 50 % de salariés issus de ces quartiers.

Pour lutter contre le chômage de masse, ouvrons davantage ce dispositif en le généralisant aux territoires urbains en difficulté.

Les entreprises partenaires. Aussi, permettons aux moyens et grands groupes d’investir dans ces quartiers, et si l’exonération d’impôt ne peut, pour eux, devenir la norme, proposons-leur des avantages fiscaux attractifs lorsqu’ils s’y installeront et recruteront.

Allons créer ce choc économique salvateur pour nos quartiers. Ce sera bien sûr un effort fiscal conséquent au bénéfice des entreprises qui joueront le jeu, mais aussi un réel investissement pour l’avenir de notre jeunesse et pour l’avenir du pays tout entier ; un pari que les leaders économiques ne peuvent prendre que si les politiques impulsent ce mouvement en créant les dispositions législatives et fiscales nécessaires.

Les solutions pour nos quartiers existent, mais le temps est venu de prendre des risques pour bouleverser, enfin, la donne.

La crise sociale que nous traversons doit être l’occasion de tenter ce pari ambitieux. Cela est plus que jamais nécessaire pour nos quartiers, pour la France et pour l’idée même que nous nous faisons de la République.

Lucas Elalouf est délégué général de Solidarités 18

La députée LaREM chargée des retraites complètement perdue

La députée LaREM chargée des retraites complètement perdue

 

Corinne Vignon, députée LaREM de Haute-Garonne, chargé des questions de retraite pour la république en marche s’est complètement plantée lors d’une interview sur la chaîne LCP. Elle a bafouillé, s’est interrompu, incapable d’expliquer la nouvelle philosophie des retraites. Un spectacle assez lamentable qui témoigne bien de l’incompétence totale de la plupart des députés de la république en marche. Des députés sans légitimité sociale et recrutés par petites annonces sur Internet. Il est clair que la spécialiste des retraites de la république en marche ne connaît rien à la question. Pas étonnant professionnellement, elle  était spécialisé dans les arts, elle avait aussi une activité professionnelle de voyance ! (activité qui lui a été reprochée car menée parallèlement à son mandat de députée). Sa seule expérience sociale est celle d’être maire d’un bourg de 2000 habitants depuis 2014. Un peu court comme profil et contrairement à ce qu’indique l’intéressée, il ne s’agit pas seulement d’un manque d’habitude des médias mais tout simplement d’une grave défaillance de connaissances. A visiblement, elle  eu bien du mal à expliquer une partie de la réforme des retraites, dont elle est pourtant l’ambassadrice depuis 2018.Corinne Vignon , interpellée par une journaliste de LCP sur le futur système des retraites dont la réforme a été lancée par le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye le 18 juillet dernier: “Sur cette histoire de points, comment garantir que tous les salariés auront le bon montant de retraite à la fin?”, l’interroge la journaliste. Une question face à laquelle la députée a perdu ses moyens:

“Sur cette histoire de points, je tiens à rassurer nos téléspectateurs, il ne s’agit pas de capitalisation, il s’agit bien de… Nous allons, comme le système actuel, être un système qui permet une transition complète…”, puis baisse la tête, visiblement perdue dans le fil de ses explications.

La valeur du point: «Le point sera fixé à 10 euros, il aura une…. dans toute sa fonction euh… tout au long de la carrière, ce point sera revalorisé en fonction de l’inflation, lorsque la pension sera liquidée, et il sera revalorisé en fonction des salaires tout au long de la période de votre carrière.”

« L’erreur est humaine », a-t-elle répondu aux attaques dans l’après-midi. Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, Corinne Vignon explique qu’elle « n’est pas une spécialiste des médias », qu’elle « a eu un coup de chaud » mais que sa « prestation maladroite (…) ne reflète pas la rigueur de mon engagement »

Dommage quand m^me qu’elle n’ait pas fait appel à ses dons de voyance pour éclairer ses connaissances sur le futur régime de retraite !

Crise du porc : une guerre perdue d’avance

Crise du porc : une guerre perdue d’avance

La guerre du porc semble perdue d’avance compte tenu des contradictions entre la politique agricole interne et la politique européenne. Toute la politique européenne vise à accentuer la concurrence pour écraser les prix. Un objectif a priori qui n’est pas condamnable. Cependant la limite est dans l’excès, excès qui conduit à une fuite en avant vers des productions industrielles de plus en plus massive et dont la qualité est de plus en plus médiocre. Du coup d’une certaine manière les éleveurs français dégagent de moins en moins de marge quand ils  développent leur production. Il faut dire que comme les autres secteurs économiques l’élevage est fortement handicapé en France par le poids de la fiscalité et des ormes. Des normes dont certaines sont utiles voir indispensables, d’autres uniquement la pour satisfaire les problèmes existentiels de l’administration. Il est donc utopique de penser comme le gouvernement français qu’on peut décider de remonter le prix du porc pour les éleveurs. Les industriels auront en effet toujours la possibilité de s’approvisionner sur les autres marchés européens. La question se complique encore dans la mesure où certains porcs sont d’une origine douteuse car l’appellation produits dans l’union européenne ne garantit pas que le porc ait effectivement été élevé en Europe. Il conviendrait donc de peser surtout sur le contenu de la politique européenne. Pas sûr que les Allemands soient très favorables comptes tenu de la compétitivité de leurs abattoirs, compétitivité surtout permise par l’emploi de main-d’œuvre à bas marché venu des pays de l’Est. D’une certaine manière la crise ne concerne pas seulement le port, pas seulement l’élevage mais beaucoup de secteurs économiques dont les coûts sont plombés par la fiscalité française. Le gouvernement s’est mobilisé mardi pour tenter d’enrayer une nouvelle guerre du prix du porc, au lendemain du boycottage du marché de référence français, en Bretagne, par deux des principaux industriels du secteur. Le groupe coopératif Cooperl et Bigard/Socopa ont refusé lundi d’acheter les porcs bretons mis en vente sur le marché de Plérin, dans les Côtes d’Armor, qui fixe deux fois par semaine les prix de référence pour la France. Ils jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles. « Je n’envisage pas, après les efforts qui ont été faits pour atteindre le niveau de 1,40 euro, qu’on n’ait pas de cotation au marché de Plérin », a déclaré mardi en milieu de journée à la presse le ministre de l’Agriculture. Stéphane Le Foll a dit prendre l’engagement de « tout faire » pour qu’il y ait de nouveau une cotation jeudi à Plérin et exhorté tous les acteurs à faire preuve de responsabilité.  Il a insisté sur le fait que le cours de 1,40 euro n’était pas « politique » mais visait à aider les producteurs à passer un cap difficile, lié notamment à l’embargo russe en représailles aux sanctions européennes dans la crise ukrainienne. Il a annoncé une table ronde fin août sur les nouvelles formes de commercialisation du porc puis, en septembre, une réunion sur les « nouvelles formes de négociations commerciales entre producteurs, transformateurs et distributeurs ».  Le Premier ministre, en visite chez des agriculteurs du Gard, a demandé de son côté aux industriels et à la grande distribution de respecter leurs engagements en matière de prix. « Il faut garantir ce niveau de prix », a dit Manuel Valls.  La guerre des cours menace de s’amplifier entre éleveurs, industriels et grande distribution malgré des accords conclus en juin et en juillet, ce qui pourrait annoncer une fin d’été et un automne orageux dans les campagnes.

Economie : une décennie perdue (Jean Pisani-Ferry)

Economie : une décennie perdue (Jean Pisani-Ferry)

 

Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective  considère que c’est une décennie perdue pour l’économie, autant dire que rien de positif n’est à attendre d’ici 2017. (Interview Le figaro)

 

Jean PISANI-FERRY. - On a cru que, passé la phase aiguë de la crise de la zone euro, la reprise allait spontanément prendre vigueur. Force est de constater que ce n’est pas le cas. On a mésestimé le risque d’une inflation trop basse. La Banque centrale européenne en avait conscience mais, aux prises avec la polémique sur l’appui aux pays en difficulté, elle n’a pas voulu ouvrir ce front et a tardé à agir. Trois facteurs positifs doivent pourtant être cités: l’orientation de la politique budgétaire d’ensemble est aujourd’hui neutre, elle ne pèse plus sur la demande; le taux de change de l’euro est plus favorable ; et la baisse du prix du pétrole. Néanmoins, la dynamique de croissance reste trop molle, et ce qui est inquiétant est que les anticipations s’ajustent à un scénario de stagnation. En 2016, le PIB par tête de la zone euro sera juste en dessous de celui de 2007. L’image d’une décennie perdue n’est pas exagérée. La France ne se distingue pas du lot.

 

En matière de finances publiques, elle est même mauvaise élève…

Elle a un lourd problème de crédibilité. Depuis quinze ans, elle n’a cessé de faire des promesses et de ne pas les tenir. Conjoncturellement, il est justifié de ne pas surdoser l’effort budgétaire à un moment où croissance et inflation sont toutes les deux trop faibles, mais nous avons du mal à convaincre que nous saurons le faire demain si la situation s’améliore. C’est ce qu’a dit le Haut Conseil des finances publiques. Le niveau de notre dépense publique est au cœur de ce débat. Il est 12 points supérieur à l’Allemagne. Cet écart s’explique en partie par des choix collectifs, par exemple le caractère public du système de retraite. Mais il résulte aussi d’inefficiences, en matière d’administration territoriale ou même de santé: par rapport aux meilleurs, à résultats égaux, notre système de santé coûte de l’ordre d’un point de PIB de plus. Et puis nous utilisons la dépense publique en substitut de réformes de fond, par exemple en matière de logement, pour lequel nous dépensons plus de 40 milliards pour un résultat médiocre.

 

Où en êtes-vous du rapport sur la croissance et l’investissement demandé par les ministres français et allemand de l’Économie, sur lequel vous travaillez avec l’économiste Henrik Enderlein?

Nous le rendrons avant la fin du mois. Évidemment, nous ne réinventons pas tout en un mois, mais nous allons faire des propositions nouvelles et originales. Il y a, dans chacun des deux pays, des réformes à faire, des investissements à prévoir. France Stratégie a déjà montré que l’Allemagne investissait peu, alors que la France investissait mal. Nous allons plus loin, car nous partageons la même inquiétude sur la situation actuelle.

.

 

Zone euro: « sans relance de la croissance, une génération perdue » (Benoît Coeuré)

Zone euro: « sans relance de la croissance, une  génération perdue » (Benoît Coeuré)

 

Les pays de la zone euro ont un « impératif de solidarité » face à la crise, car faute « d’action résolue » en faveur de la croissance, « le risque est réel de créer une génération perdue », a estimé Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE. « La crise en cours, à travers la contraction des revenus et la hausse du chômage qu’elle a provoquées, suscite de l’incompréhension et parfois de la colère dans de nombreuses régions d’Europe », a déclaré M. Coeuré, selon le texte de son discours prononcé samedi matin devant la 19e Université d’automne de la Ligue des droits de l’Homme, à Paris.   »Le taux de chômage atteignait 12,2% dans la zone euro en septembre 2013, contre 7,6% au début de la crise financière, au deuxième trimestre 2007″ a-t-il poursuivi, soulignant que les jeunes « paient un très lourd tribut avec plus de 3,5 millions de moins de 25 ans sans emploi (…), soit près d’un quart de cette tranche d’âge ».   »Cette situation explique la perte de confiance dans les institutions nationales et européennes. Or on ne peut relever le défi du chômage en revenant aux solutions nationalistes du passé », a estimé M. Coeuré, pour qui « seul un effort conjoint peut faire reculer le chômage de manière soutenable, en utilisant à la fois les instruments nationaux et européens ».   »En l’absence d’action résolue pour la croissance, le risque est réel de créer une +génération perdue+, comme l’Europe l’a fait dans des circonstances plus tragiques, en 1914-1918″, a jugé le responsable de la BCE.   »Les interdépendances et la responsabilité commune qu’implique l’euro créent un impératif de solidarité européenne face à la crise », a-t-il encore affirmé, évoquant un « défi majeur » pour l’UE.

 

nourriture: Un tiers de la production mondiale perdue

nourriture: Un tiers de la production mondiale perdue.

 

 

  Pour lutter contre ce fléau, le gouvernement mise sur la sensibilisation des consommateurs et sur des mesures au niveau de la chaîne de distribution. « Chaque Français jette de 20 à 30 kilos de nourriture chaque année dont 7 kilos d’aliments encore sous emballage », a expliqué à l’AFP le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, en marge du Sial, plus grand salon alimentaire du monde, qui a ouvert dimanche à Villepinte, près de Paris.  Un thème qui parle à une majorité de Français puisque 54% d’entre eux considèrent que la lutte contre le gaspillage est un acte important à faire au quotidien et 57% en parlent déjà avec leur entourage, selon un sondage TNS Sofres publié dimanche. « C’est un enjeu de pouvoir d’achat puisque la perte due au gaspillage est estimée à 500 euros par an par foyer », selon le ministre. Il s’agit de plus « de s’engager concrètement contre les dérives de la société de surconsommation ».  Le plan comprend cinq actions destinées à « enclencher une dynamique » auprès de la grande distribution, des industriels, des associations et des consommateurs car, sur l’ensemble de la chaîne alimentaire, ce sont 150 kilos qui sont gaspillés par an et par personne en France, rappelle M. Garot. Un chiffre toutefois un peu meilleur que la moyenne européenne: 190 kilos, selon lui.  La vente des produits à l’unité sur les produits d’entrée de gamme fera son arrivée sur les étals de Monoprix, a annoncé le ministre. D’autres enseignes ont déjà lancé ce type d’initiatives, à l’instar d’Auchan qui a mis en place l’achat en vrac des denrées ou la vente de portions de viande individuelles. « On va aussi travailler sur la vente promotionnelle différée »: c’est-à-dire le client achète trois lots pour le prix de deux mais récupérera son troisième lot plus tard pour qu’il ne périme pas dans son réfrigérateur, a détaillé le ministre. Monoprix, Système U ou Casino sont engagés dans ce plan pour y participer d’une façon ou d’une autre, a assuré M. Garot.  Contactée par l’AFP, la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter ces mesures. Les industriels eux « sont favorables à ce travail » mais il « faut bien identifier ce qui est le vrai gaspillage et qui est responsable », a réagi auprès de l’AFP Jean-René Buisson, de l’Ania (association des industries de l’alimentaire) citant par exemple le cas où une enseigne refuse un camion de marchandises fraîches pour cinq minutes de retard. Avec les marchés d’intérêt national (MIN), le gouvernement veut également encourager la récupération des invendus pour l’aide alimentaire. « 2025 me semble un peu lointain », a commenté le directeur de l’action sociale à la Croix-Rouge française, Didier Piard, interrogé par l’AFP.   »Il y a toujours une crainte pour nous, associations, que ce soit une déclaration un peu incantatoire ». De plus, ce plan doit « s’accompagner de moyens pour que les grandes associations puissent conserver les denrées collectées », a-t-il souligné. Aujourd’hui, « nous ramassons à la Croix-Rouge auprès de la grande distribution à peu près un tiers de nos approvisionnements pour l’aide alimentaire aux plus démunis », a-t-il précisé. « Je souhaiterais arriver à 50%, voire 60% ». Des opérations pilotes sont aussi menées dans des collèges en Dordogne (sud-ouest) pour que les élèves prennent « la juste portion ». Enfin, un site internet (www.gaspillagealimentaire.fr) est lancé pour véhiculer les bonnes pratiques auprès des Français. Toutes ces actions seront mises en place progressivement avant la signature d’un pacte national anti-gaspillage en juin.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol