Archive pour le Tag 'sous !'

Nouvelle-Calédonie: sous influence étrangère

Nouvelle-Calédonie: sous  influence étrangère

Une situation proche de l’insurrection a conduit le gouvernement à décréter l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie. Les violences ont été initiées par la branche la plus dure des indépendantistes qui ont réagi à la réforme constitutionnelle qui modifie le corps électoral dans l’île. D’une certaine manière, le pouvoir n’est pas sans responsabilité pour avoir dérogé à l’accord de Nouméa qui depuis presque 30 ans privilégie la concertation. Une concertation qui devient désormais l’objectif pour mettre fin au trouble qui secoue la nouvelle Calédonie. Finalement il n’y aura  sans doute pas d’autres solutions que de décaler le calendrier des réformes envisagées.

La violence et la contestation est aussi alimentée par des influences étrangères pas mécontentes de secouer la France en Nouvelle-Calédonie comme en Afrique. Avec aussi la perspective de mettre la main sur le nickel extrait localement. Des émeutes aussi favorisées par une situation très détériorée sur le plan social avec plus de 25 % de chômeurs chez les jeunes.

Des jeunes, qui pour la plupart kanaks, provenant des quartiers défavorisés de l’agglomération, dévalisent magasins et centres commerciaux. Des pillages en règle que tentent d’empêcher les forces de l’ordre en sécurisant les lieux et en procédant à des interpellations .

Dès mercredi matin, le chef de l’État a convoqué un Conseil de défense et de sécurité nationale. Au palais présidentiel, entouré notamment de ses ministres Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu (Armées) et Bruno Le Maire (Économie), il a écouté à distance Louis Le Franc, depuis Nouméa. « La situation est insurrectionnelle, a prévenu le haut-commissaire quelques heures plus tôt, devant la presse. On s’engage tout droit dans une guerre civile. »

L’état d’urgence, demandé par la droite, le Rassemblement national (RN) et la présidente de la province sud de l’archipel, Sonia Backès, est annoncé dans la foulée de cette réunion de crise et entériné en conseil des ministres. Prévu pour une durée de douze jours – une loi sera nécessaire au-delà -, il est entré en vigueur quand où les Calédoniens commençaient à se réveiller, jeudi matin à 5 heures, heure locale.

Avec ce dispositif exceptionnel, les autorités peuvent interdire des lieux de réunions, prohiber des manifestations, dissoudre des associations, mener des perquisitions et exiger des mesures d’armes, au terme de procédures simplifiées. Sans attendre, Gérald Darmanin a assigné à résidence cinq indépendantistes «radicaux et violents», a-t-il fait savoir. « La priorité, c’est de retrouver l’ordre, le calme et la sérénité », a rappelé Gabriel Attal devant les députés, désireux de faire tomber cette brutale poussée de fièvre dans l’archipel.

Depuis juillet 2023 le “Groupe d’initiative de Bakou”, groupe de réflexion et d’influence s’est rapproché des indépendantistes, une amitié qui va jusqu’à inquiéter Gérald Darmanin qui dénonce le 29 avril : “une ingérence extrêmes néfaste” suite au déplacement à Bakou d’une élue du Congrès de Nouvelle Calédonie le 18 avril dernier. Les discours contre le colonialisme et le néocolonialisme fleurissent et viennent encourager des revendications existantes pour déstabiliser la France et plus largement l’Occident.

Pendant que les campagnes russes anti-français redoublent d’intensité sur les réseaux, la Chine cherche à mettre la main sur les exploitations de nickel et provoque des mobilisations importantes contre sa stratégie d’entrisme. Diviser pour mieux régner.

Sommé par la gauche de reporter sa réforme de la Constitution, Emmanuel Macron a de nouveau proposé aux élus calédoniens de se réunir à Paris, sans doute à Matignon, pour trouver un accord.  Un objectif qu’il aurait été bon de viser avant le déclenchement de cette crise..

FOOT-La Fédération espagnole mise sous tutelle du gouvernement

FOOT- Fédération espagnole mise sous tutelle du gouvernement

Le gouvernement de Pedro Sanchez a annoncé, jeudi 25 avril, la mise sous tutelle de la Fédération espagnole de football, dont l’état-major est visé par une enquête pour corruption, pour « redresser la grave situation dans laquelle se trouve la RFEF », dans « l’intérêt de l’Espagne », organisatrice de la Coupe du monde 2030 conjointement avec le Portugal et le Maroc.

Une décision inédite qui témoigne de la grave crise que traverse le football espagnol

Cette affaire porte sur des irrégularités dans les contrats signés par la fédération espagnole au cours des cinq dernières années, notamment les conditions dans lesquelles la Supercoupe d’Espagne a été délocalisée en Arabie saoudite.

De plus, le Tribunal administratif du sport (TAD) a estimé dans un rapport récent que Pedro Rocha, actuel président de la fédération, et sa direction par intérim avaient commis des fautes « très graves ».

 

L’entrée de l’Ukraine dans l’union européenne mais sous conditions (Piketty )

L’entrée de l’Ukraine dans l’union européenne mais sous conditions (Piketty )

 

 

Les réflexions autour de l’intégration de l’Ukraine à l’Union européenne doivent mener l’UE à revoir ses standards pour qu’elle devienne enfin le club démocratique « quasi parfait » qu’elle prétend être, défend l’économiste Thomas Piketty dans « Le Monde ».
L’entrée possible de l’Ukraine dans l’Union européenne [UE] est-elle une bonne idée ? Oui, mais à condition de reformuler par la même occasion le projet européen. Pour résumer, cela doit être l’occasion de redéfinir l’UE comme une communauté politique au service de l’Etat de droit et du pluralisme démocratique, et de sortir de la religion économique du libre-échange et de la concurrence comme solution à tous les problèmes, qui a dominé la construction européenne depuis plusieurs décennies.

Si la défense de l’Ukraine face à la Russie a une importance vitale, c’est d’abord pour des raisons politiques et démocratiques. Contrairement à son voisin russe, l’Ukraine respecte les principes de la démocratie électorale, de l’alternance démocratique, de la séparation des pouvoirs et du règlement pacifique des conflits.

L’entrée de l’Ukraine dans l’UE doit être l’occasion de formuler des normes strictes garantissant le pluralisme sous toutes ses formes, pour ce qui concerne aussi bien l’organisation de la vie électorale (avec des législations enfin ambitieuses sur le financement des campagnes et des partis) que la régulation des médias (avec de solides garanties d’indépendance pour les rédactions et un réel partage du pouvoir entre journalistes, citoyens et actionnaires publics et privés).
L’Europe aime se présenter au monde comme un club démocratique quasi parfait, un phare pour la planète. Or, si la pratique de la démocratie électorale y est plus avancée par certains côtés que dans d’autres parties du monde, ses soubassements institutionnels n’en restent pas moins fragiles et incomplets. L’enjeu n’est pas seulement de défendre la transparence à Kiev et de remettre en cause la mainmise politique des oligarques ukrainiens sur les élections et les médias, mais également de réduire le pouvoir des oligarques français, allemands, italiens, polonais ou maltais et de promouvoir dans l’ensemble de l’UE de nouvelles formes de participation politique plus démocratiques, pluralistes et égalitaires, à l’abri des puissances d’argent et des intérêts privés.
L’adoption de standards démocratiques européens plus ambitieux doit également être l’occasion de sortir de la religion économique libre-échangiste et concurrentialiste qui a tenu lieu de philosophie européenne depuis l’Acte unique de 1986 et le traité de Maastricht de 1992.

Défense – Le lâche renoncement sous couvert de pacifisme du monde politique et de l’opinion

Défense – Le lâche  renoncement sous couvert de pacifisme du monde politique et de l’opinion

Curieusement émergent à nouveau les vieux clivages concernant la problématique de la défense du pays. Comme lors de la dernière grande guerre, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par la droite et la gauche classique, on  se réfugie derrière le drapeau du pacifisme pour n’avoir pas à prendre parti vis-à-vis des guerres existantes et potentielles .

Pour une fois, Macron,  avec retard,  fait preuve de pertinence en soulignant le danger de l’impérialisme russe et la nécessité le moment venu de s’y opposer. Il a même évoqué forcément la possibilité d’envoi de troupes au sol. Inutile de tourner autour du pot, cette position est largement minoritaire pour l’instant dans le pays. Minoritaire dans l’opinion publique mais plus inquiétant dans la plupart des partis. À l’extrême gauche comme à l’extrême droite qui se rejoignent finalement pour des motifs différents qui aboutissent au même résultat mais cela traverse aussi les partis de gouvernement comme les Républicains ou  le parti socialiste.

Évidemment cette position nouvelle de Macron ne le dédouane pas de ses contradictions, de ses atermoiements et de l’indigence de la politique  défense.

Il est clair en effet que la France qui dispose d’une armée très complète mais minuscule ne pourrait tenir longtemps seule face à la Russie. La perspective ne vaut donc que si elle prend une dimension européenne qui disposent  des moyens économiques et financiers. Reste la volonté de pays qui préfèrent se mettre à l’abri sous l’aile américaine dans le cadre de l’OTAN. Le problème, c’est que les Américains eux-mêmes souhaitent financièrement se désengager de l’OTAN à propos des dépenses militaires concernant l’Europe.

Or le danger Poutine est bien là et sa politique expansionniste lui permet de rester au pouvoir en alimentant en permanence le nationalisme russe. Le « salopard dément » comme l’appelle Biden va continuer de déstabiliser non seulement l’Europe mais le monde entier en se faisant le leader de ce moment sulfureux du » sud  globa »l. L’objectif étantde détruire le concept même de démocratie pour lui substituer  des systèmes illibéraux voire dictatoriaux.

La constitution d’un système de défense européen va sans doute devenir un objectif prioritaire par rapport aux autres aspects des politiques communes. Ce qui est en jeu comme déjà indiqué , c’est la démocratie et la liberté. Comme lors de la dernière guerre mondiale. Au départ il n’était pas nombreux les partisans de la résistance au fascisme. Beaucoup ont succombé aux supposées vertus du pacifisme face à Hitler. Faut-il rappeler que le Parlement a même voté des pouvoirs au gouvernement Pétain, allié objectif de l’Allemagne.

Depuis des progrès considérables au plan économique et social  ont été réalisés mais les Français comme l’ensemble des Européens se sont réfugiés dans le confort de l’individualisme au détriment des enjeux collectifs de sociétés. Par lâcheté politique, on a même supprimé le service militaire pourtant si nécessaire à une politique de défense cohérente et si utile pour le brassage sociologique et les valeurs républicaines. Cela avec la complicité de nombre de hauts dignitaires militaires qui ne veulent pas partager le budget de défense avec des appelés. Pourtant depuis deux jours, certains anciens responsables conviennent que l’envoi de troupes au sol nécessitera beaucoup d’effectifs passant notamment par le service militaire obligatoire. On voit bien dans les conflits récents que les technologies seules sont insuffisantes sur le terrain des opérations et que les troupes au sol sont nécessaires.

Voir par exemple évidemment le conflit d’Ukraine mais aussi des conflits en Afrique et le conflit en Palestine. Globalement l’Europe dispose de moins de 1 million d’hommes tandis que la Russie peut déjà compter sur 2 millions. Quant à la France ses effectifs atteignent atteignent seulement 200 000 personnes. Une armée très complète mais miniature, témoins par exemple la France jetée en dehors de l’Afrique par la Russie.

Les experts vont objecter que l’Europe a pris conscience de ses insuffisances en matière de défense pour monter les budgets à hauteur de 2 % du PIB. Il faut d’abord noter que ces engagements ont rarement été tenus notamment en France et qu’il faudrait sans doute encore en doubler l’ampleur pour faire face aux enjeux.
Le monde politique actuel et la plupart de ses dirigeants ne se grandissent  pas en confortant les Français dans leur posture confortable du pseudo pacifisme. Une situation qui n’est pas nouvelle quand  la démagogie et le manque de courage caractérisent la plupart des projets politiques.

 

 

 

RSA sous conditions : des fonctionnaires pour réinsérer les chômeurs ?

RSA sous conditions : des fonctionnaires pour réinsérer les chômeurs ?
 Le nombre de départements concernés par le nouveau RSA sous condition passera cette année à 47, avant sa généralisation en 2025, a confirmé le Premier ministre. Concrètement, les bénéficiaires du RSA sont invités à réaliser 15 à 20 heures de formation, de stage, d’insertion, en contrepartie de l’allocation. Le souci de réinsertion est en effet fondamental pour ceux  qui peuvent travailler car on perd très vite sa qualification et surtout le rythme social de travail. Ceci étant se pose la question de la compétence et des moyens de l’État pour  favoriser la remise sur le marché du travail. Mais les résultats semblent dérisoires dans la mesure où sur une vingtaine de départements en expérimentation seulement 20 000 chômeurs ont été concernés. Soit une perspective de 100 000 chômeurs pour toute la France quand il y a plus de 3 millions de sans-emploi officiels et au moins le double en réalité. 

 

En effet dans la plupart des cas, ce sont les fonctionnaires de France travail et autre institutions parallèles qui vont être en charge de guider et d’accompagner les chômeurs. Alors que ces fonctionnaires  n’ont à peu près aucune idée de ce qu’est la réalité du marché du travail. À la différence évidemment des entreprises d’intérim qui fournissent  la quasi-totalité des emplois disponibles du privé voire du public.
La liste des nouveaux territoires concernés : la Haute-Savoie, le Rhône, l’Allier, le Cantal, le Territoire de Belfort, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, le Finistère, le Loir-et-Cher, le Cher, l’Eure-et-Loir, la Meuse, la Communauté européenne Alsace, les Ardennes, la Marne, le Pas-de-Calais, l’Oise, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne, la Manche, la Seine-Maritime, la Charente-Maritime, la Vienne, les Alpes-Maritimes, le Vaucluse, la Sarthe et la Guadeloupe. Parmi la liste des départements cités, tous ne déploieront pas le dispositif de RSA sous conditions dans l’ensemble de leur territoire, car la mise en place de l’expérimentation peut ne concerner qu’un bassin ou une agglomération au sein d’un département.
Gabriel Attal a également annoncé une « accélération » des contrôles des bénéficiaires de l’assurance-chômage. « France Travail en mène aujourd’hui 500 000 par an. Nous les multiplierons par trois d’ici la fin du quinquennat. En 2027, France Travail réalisera 1,5 million de contrôles par an », avance le chef du gouvernement. Le Premier ministre a prévenu qu’il était « prêt » à prendre des « décisions difficiles » pour « inciter au travail » et atteindre le plein emploi, alors que le gouvernement envisage une nouvelle réforme de l’assurance-chômage.

Au total, dans les 18 départements qui ont fait l’expérience de cette réforme, 21 300 bénéficiaires du RSA ont intégré ces « parcours d’accompagnement ». Ce qui finalement est relativement peu !

RSA sous conditions : des fonctionnaires pour réinsérer les chômeurs ?

RSA sous conditions : des fonctionnaires pour réinsérer les chômeurs ?
 Le nombre de départements concernés par le nouveau RSA sous condition passera cette année à 47, avant sa généralisation en 2025, a confirmé le Premier ministre. Concrètement, les bénéficiaires du RSA sont invités à réaliser 15 à 20 heures de formation, de stage, d’insertion, en contrepartie de l’allocation. Le souci de réinsertion est en effet fondamental pour ceux  qui peuvent travailler car on perd très vite sa qualification et surtout le rythme social de travail. Ceci étant se pose la question de la compétence et des moyens de l’État pour  favoriser la remise sur le marché du travail.

 

En effet dans la plupart des cas, ce sont les fonctionnaires de France travail et autre institutions parallèles qui vont être en charge de guider et d’accompagner les chômeurs. Alors que ces fonctionnaires  n’ont à peu près aucune idée de ce qu’est la réalité du marché du travail. À la différence évidemment des entreprises d’intérim qui fournissent  la quasi-totalité des emplois disponibles du privé voire du public.
La liste des nouveaux territoires concernés : la Haute-Savoie, le Rhône, l’Allier, le Cantal, le Territoire de Belfort, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, le Finistère, le Loir-et-Cher, le Cher, l’Eure-et-Loir, la Meuse, la Communauté européenne Alsace, les Ardennes, la Marne, le Pas-de-Calais, l’Oise, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne, la Manche, la Seine-Maritime, la Charente-Maritime, la Vienne, les Alpes-Maritimes, le Vaucluse, la Sarthe et la Guadeloupe. Parmi la liste des départements cités, tous ne déploieront pas le dispositif de RSA sous conditions dans l’ensemble de leur territoire, car la mise en place de l’expérimentation peut ne concerner qu’un bassin ou une agglomération au sein d’un département.
Gabriel Attal a également annoncé une « accélération » des contrôles des bénéficiaires de l’assurance-chômage. « France Travail en mène aujourd’hui 500 000 par an. Nous les multiplierons par trois d’ici la fin du quinquennat. En 2027, France Travail réalisera 1,5 million de contrôles par an », avance le chef du gouvernement. Le Premier ministre a prévenu qu’il était « prêt » à prendre des « décisions difficiles » pour « inciter au travail » et atteindre le plein emploi, alors que le gouvernement envisage une nouvelle réforme de l’assurance-chômage.

Au total, dans les 18 départements qui ont fait l’expérience de cette réforme, 21 300 bénéficiaires du RSA ont intégré ces « parcours d’accompagnement ». Ce qui finalement est relativement peu !

 

Politique de défense – Le renoncement sous couvert de pacifisme du monde politique et de l’opinion

Politique de défense – Le  renoncement sous couvert de pacifisme du monde politique et de l’opinion

Curieusement émergent à nouveau les vieux clivages concernant la problématique de la défense du pays. Comme lors de la dernière grande guerre, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par la droite et la gauche classique, on  se réfugie derrière le drapeau du pacifisme pour n’avoir pas à prendre parti vis-à-vis des guerres existantes et potentielles .

Pour une fois, Macron,  avec retard,  fait preuve de pertinence en soulignant le danger de l’impérialisme russe et la nécessité le moment venu de s’y opposer. Il a même évoqué forcément la possibilité d’envoi de troupes au sol. Inutile de tourner autour du pot, cette position est largement minoritaire pour l’instant dans le pays. Minoritaire dans l’opinion publique mais plus inquiétant dans la plupart des partis. À l’extrême gauche comme à l’extrême droite qui se rejoignent finalement pour des motifs différents qui aboutissent au même résultat mais cela traverse aussi les partis de gouvernement comme les Républicains ou  le parti socialiste.

Évidemment cette position nouvelle de Macron ne le dédouane pas de ses contradictions, de ses atermoiements et de l’indigence de la politique  défense.

Il est clair en effet que la France qui dispose d’une armée très complète mais minuscule ne pourrait tenir longtemps seule face à la Russie. La perspective ne vaut donc que si elle prend une dimension européenne qui disposent  des moyens économiques et financiers. Reste la volonté de pays qui préfèrent se mettre à l’abri sous l’aile américaine dans le cadre de l’OTAN. Le problème, c’est que les Américains eux-mêmes souhaitent financièrement se désengager de l’OTAN à propos des dépenses militaires concernant l’Europe.

Or le danger Poutine est bien là et sa politique expansionniste lui permet de rester au pouvoir en alimentant en permanence le nationalisme russe. Le « salopard dément » comme l’appelle Biden va continuer de déstabiliser non seulement l’Europe mais le monde entier en se faisant le leader de ce moment sulfureux du » sud  globa »l. L’objectif étantde détruire le concept même de démocratie pour lui substituer  des systèmes illibéraux voire dictatoriaux.

La constitution d’un système de défense européen va sans doute devenir un objectif prioritaire par rapport aux autres aspects des politiques communes. Ce qui est en jeu comme déjà indiqué , c’est la démocratie et la liberté. Comme lors de la dernière guerre mondiale. Au départ il n’était pas nombreux les partisans de la résistance au fascisme. Beaucoup ont succombé aux supposées vertus du pacifisme face à Hitler. Faut-il rappeler que le Parlement a même voté des pouvoirs au gouvernement Pétain, allié objectif de l’Allemagne.

Depuis des progrès considérables au plan économique et social  ont été réalisés mais les Français comme l’ensemble des Européens se sont réfugiés dans le confort de l’individualisme au détriment des enjeux collectifs de sociétés. Par lâcheté politique, on a même supprimé le service militaire pourtant si nécessaire à une politique de défense cohérente et si utile pour le brassage sociologique et les valeurs républicaines. Cela avec la complicité de nombre de hauts dignitaires militaires qui ne veulent pas partager le budget de défense avec des appelés. Pourtant depuis deux jours, certains anciens responsables conviennent que l’envoi de troupes au sol nécessitera beaucoup d’effectifs passant notamment par le service militaire obligatoire. On voit bien dans les conflits récents que les technologies seules sont insuffisantes sur le terrain des opérations et que les troupes au sol sont nécessaires.

Voir par exemple évidemment le conflit d’Ukraine mais aussi des conflits en Afrique et le conflit en Palestine. Globalement l’Europe dispose de moins de 1 million d’hommes tandis que la Russie peut déjà compter sur 2 millions. Quant à la France ses effectifs atteignent atteignent seulement 200 000 personnes. Une armée très complète mais miniature, témoins par exemple la France jetée en dehors de l’Afrique par la Russie.

Les experts vont objecter que l’Europe a pris conscience de ses insuffisances en matière de défense pour monter les budgets à hauteur de 2 % du PIB. Il faut d’abord noter que ces engagements ont rarement été tenus notamment en France et qu’il faudrait sans doute encore en doubler l’ampleur pour faire face aux enjeux.
Le monde politique actuel et la plupart de ses dirigeants ne se grandissent  pas en confortant les Français dans leur posture confortable du pseudo pacifisme. Une situation qui n’est pas nouvelle quand  la démagogie et le manque de courage caractérisent la plupart des projets politiques.

 

 

 

Politique- Les vieux démons du renoncement sous couvert de pacifisme

Politique- Les vieux démons du renoncement sous couvert de pacifisme

Curieusement émergent à nouveau les vieux clivages concernant la problématique de la défense du pays. Comme lors de la dernière grande guerre, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par la droite et la gauche classique, on  se réfugie derrière le drapeau du pacifisme pour n’avoir pas à prendre parti vis-à-vis des guerres existantes et potentielles .

Pour une fois, le président de la république fait preuve de pertinence en soulignant le danger de l’impérialisme russe et la nécessité le moment venu de s’y opposer. Il a même évoqué forcément la possibilité d’envoi de troupes au sol. Inutile de tourner autour du pot, cette position est largement minoritaire pour l’instant dans le pays. Minoritaire dans l’opinion publique mais plus inquiétant dans la plupart des partis. À l’extrême gauche comme à l’extrême droite qui se rejoignent finalement pour des motifs différents qui aboutissent au même résultat mais cela traverse aussi les partis de gouvernement comme les Républicains ou  le parti socialiste.

Évidemment cette position nouvelle de Macron ne le dédouane pas de ses contradictions, de ses atermoiements et de l’indigence de la politique  défense.

Il est clair en effet que la France qui dispose d’une armée très complète mais minuscule ne pourrait tenir longtemps seule face à la Russie. La perspective ne vaut donc que si elle prend une dimension européenne qui disposent  des moyens économiques et financiers. Reste la volonté de pays qui préfèrent se mettre à l’abri sous l’aile américaine dans le cadre de l’OTAN. Le problème, c’est que les Américains eux-mêmes souhaitent financièrement se désengager de l’OTAN à propos des dépenses militaires concernant l’Europe.

Or le danger Poutine est bien là et sa politique expansionniste lui permet de rester au pouvoir en alimentant en permanence le nationalisme russe. Le « salopard dément » comme l’appelle Biden va continuer de déstabiliser non seulement l’Europe mais le monde entier en se faisant le leader de ce moment sulfureux du » sud  globa »l. L’objectif étantde détruire le concept même de démocratie pour lui substituer  des systèmes illibéraux voire dictatoriaux.

La constitution d’un système de défense européen va sans doute devenir un objectif prioritaire par rapport aux autres aspects des politiques communes. Ce qui est en jeu comme déjà indiqué , c’est la démocratie et la liberté. Comme lors de la dernière guerre mondiale. Au départ il n’était pas nombreux les partisans de la résistance au fascisme. Beaucoup ont succombé aux supposées vertus du pacifisme face à Hitler. Faut-il rappeler que le Parlement a même voté des pouvoirs au gouvernement Pétain, allié objectif de l’Allemagne.

Depuis des progrès considérables au plan économique et social  ont été réalisés mais les Français comme l’ensemble des Européens se sont réfugiés dans le confort de l’individualisme au détriment des enjeux collectifs de sociétés. Par lâcheté politique, on a même supprimé le service militaire pourtant si nécessaire à une politique de défense cohérente et si utile pour le brassage sociologique et les valeurs républicaines. Cela avec la complicité de nombre de hauts dignitaires militaires qui ne veulent pas partager le budget de défense avec des appelés. Pourtant depuis deux jours, certains anciens responsables conviennent que l’envoi de troupes au sol nécessitera beaucoup d’effectifs passant notamment par le service militaire obligatoire. On voit bien dans les conflits récents que les technologies seules sont insuffisantes sur le terrain des opérations et que les troupes au sol sont nécessaires.

Voir par exemple évidemment le conflit d’Ukraine mais aussi des conflits en Afrique et le conflit en Palestine. Globalement l’Europe dispose de moins de 1 million d’hommes tandis que la Russie peut déjà compter sur 2 millions. Quant à la France ses effectifs atteignent atteignent seulement 200 000 personnes. Une armée très complète mais miniature, témoins par exemple la France jetée en dehors de l’Afrique par la Russie.

Les experts vont objecter que l’Europe a pris conscience de ses insuffisances en matière de défense pour monter les budgets à hauteur de 2 % du PIB. Il faut d’abord noter que ces engagements ont rarement été tenus notamment en France et qu’il faudrait sans doute encore en doubler l’ampleur pour faire face aux enjeux.
Le monde politique actuel et la plupart de ses dirigeants ne se grandissent  pas en confortant les Français dans leur posture confortable du pseudo pacifisme. Une situation qui n’est pas nouvelle quand  la démagogie et le manque de courage caractérisent la plupart des projets politiques.

 

 

 

Les vieux démons du renoncement sous couvert de pacifisme

Les vieux démons du renoncement sous couvert de pacifisme

Curieusement émergent à nouveau les vieux clivages concernant la problématique de la défense du pays. Comme lors de la dernière grande guerre, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par la droite et la gauche classique, on  se réfugie derrière le drapeau du pacifisme pour n’avoir pas à prendre parti vis-à-vis des guerres existantes et potentielles .

Pour une fois, le président de la république fait preuve de pertinence en soulignant le danger de l’impérialisme russe et la nécessité le moment venu de s’y opposer. Il a même évoqué forcément la possibilité d’envoi de troupes au sol. Inutile de tourner autour du pot, cette position est largement minoritaire pour l’instant dans le pays. Minoritaire dans l’opinion publique mais plus inquiétant dans la plupart des partis. À l’extrême gauche comme à l’extrême droite qui se rejoignent finalement pour des motifs différents qui aboutissent au même résultat mais cela traverse aussi les partis de gouvernement comme les Républicains ou  le parti socialiste.

Évidemment cette position nouvelle de Macron ne le dédouane pas de ses contradictions, de ses atermoiements et de l’indigence de la politique  défense.

Il est clair en effet que la France qui dispose d’une armée très complète mais minuscule ne pourrait tenir longtemps seule face à la Russie. La perspective ne vaut donc que si elle prend une dimension européenne qui disposent  des moyens économiques et financiers. Reste la volonté de pays qui préfèrent se mettre à l’abri sous l’aile américaine dans le cadre de l’OTAN. Le problème, c’est que les Américains eux-mêmes souhaitent financièrement se désengager de l’OTAN à propos des dépenses militaires concernant l’Europe.

Or le danger Poutine est bien là et sa politique expansionniste lui permet de rester au pouvoir en alimentant en permanence le nationalisme russe. Le « salopard dément » comme l’appelle Biden va continuer de déstabiliser non seulement l’Europe mais le monde entier en se faisant le leader de ce moment sulfureux du » sud  globa »l. L’objectif étantde détruire le concept même de démocratie pour lui substituer  des systèmes illibéraux voire dictatoriaux.

La constitution d’un système de défense européen va sans doute devenir un objectif prioritaire par rapport aux autres aspects des politiques communes. Ce qui est en jeu comme déjà indiqué , c’est la démocratie et la liberté. Comme lors de la dernière guerre mondiale. Au départ il n’était pas nombreux les partisans de la résistance au fascisme. Beaucoup ont succombé aux supposées vertus du pacifisme face à Hitler. Faut-il rappeler que le Parlement a même voté des pouvoirs au gouvernement Pétain, allié objectif de l’Allemagne.

Depuis des progrès considérables au plan économique et social  ont été réalisés mais les Français comme l’ensemble des Européens se sont réfugiés dans le confort de l’individualisme au détriment des enjeux collectifs de sociétés. Par lâcheté politique, on a même supprimé le service militaire pourtant si nécessaire à une politique de défense cohérente et si utile pour le brassage sociologique et les valeurs républicaines. Cela avec la complicité de nombre de hauts dignitaires militaires qui ne veulent pas partager le budget de défense avec des appelés. Pourtant depuis deux jours, certains anciens responsables conviennent que l’envoi de troupes au sol nécessitera beaucoup d’effectifs passant notamment par le service militaire obligatoire. On voit bien dans les conflits récents que les technologies seules sont insuffisantes sur le terrain des opérations et que les troupes au sol sont nécessaires.

Voir par exemple évidemment le conflit d’Ukraine mais aussi des conflits en Afrique et le conflit en Palestine. Globalement l’Europe dispose de moins de 1 million d’hommes tandis que la Russie peut déjà compter sur 2 millions. Quant à la France ses effectifs atteignent atteignent seulement 200 000 personnes. Une armée très complète mais miniature, témoins par exemple la France jetée en dehors de l’Afrique par la Russie.

Les experts vont objecter que l’Europe a pris conscience de ses insuffisances en matière de défense pour monter les budgets à hauteur de 2 % du PIB. Il faut d’abord noter que ces engagements ont rarement été tenus notamment en France et qu’il faudrait sans doute encore en doubler l’ampleur pour faire face aux enjeux.
Le monde politique actuel et la plupart de ses dirigeants ne se grandissent  pas en confortant les Français dans leur posture confortable du pseudo pacifisme. Une situation qui n’est pas nouvelle quand  la démagogie et le manque de courage caractérisent la plupart des projets politiques.

 

 

 

Mort d’une agricultrice et de sa fille : les trois occupants de la voiture étaient sous OQTF

Mort d’une agricultrice et de sa fille : les trois occupants de la voiture étaient sous OQTF

Une terrible nouvelle que le décès de cette agricultrice qui participait au mouvement de protestation des agriculteurs d’autant que sa fille est aussi décédée. Bien sûr c’est une conséquence indirecte de la grave crise qui secoue l’agriculture et on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi les trois passagers présents dans la voiture responsable étaient encore en France alors qu’ils étaient sous l’obligation   de quitter le territoire.

 

Les trois suspects interpellés après la collision qui a coûté la vie à une agricultrice et à sa fille ce mardi matin étaient sous le coup d’une obligation de quitter le territoire (OQTF), a appris Le Figaro d’une source proche de l’enquête confirmant une information du Parisien . Tous de nationalité arménienne, ils avaient déposé une demande d’asile en France qui leur avait été refusée en 2022. Ils avaient engagé des recours contre cette décision mais avaient à nouveau été déboutés de leur demande en 2023, et une OQTF avait été prise à leur encontre. «Ils n’étaient toutefois pas connus pour des troubles à l’ordre public», précise notre source proche de l’enquête.

Conférence de presse de Macon : déjà pour couper l’herbe sous le pied du premier ministre

Conférence de presse de Macon : déjà pour couper l’herbe sous le pied du Premier ministre

Macron a décidé de tenir une conférence de presse mardi soir. Du coup, le premier ministre qui envisageait une déclaration de politique générale repousse son intervention. Un scénario déjà connu dans le passé avec un président qui coupe l’herbe sous le pied de son Premier ministre.

Sans doute un scénario qu’on retrouvera par la suite car si le président veut récupérer l’actuelle popularité de son premier ministre, il ne lui permettra pas d’occuper en permanence le devant de la scène. Du coup le lendemain, Gabriel Attal se résoudra seulement à réunir
l’ensemble de ses ministres à 17 heures à Matignon en « séminaire de travail » pour préparer de manière « collégiale » sa déclaration de politique générale que chaque chef de gouvernement prononce devant le Parlement après sa nomination, a annoncé Matignon dimanche soir.

Aucune date n’a encore été arrêtée pour cette déclaration.

Le projet de nouveau gouvernement aussi sous les eaux !

Le projet de nouveau gouvernement aussi sous les eaux !

C’est la deuxième fois en peu de temps que le Nord est victime de graves inondations en particulier dans le pas de Calais. Et il aura fallu attendre presque une semaine pour que l’Élysée et le gouvernement se réveille enfin. Un gouvernement qui jusque-là était. té complètement figé par la perspective d’un remaniement.

Par cette évolution politique n’est pas vraiment la priorité des Français puisque 70 % estiment qu’un changement de gouvernement ne changerait pas grand chose en tout cas qu’ils n’en attendent rien attende rien.

Donc brusquement dimanche soir le président change son fusil d’épaule et s’intéresse enfin à la crise météo du nord de la France.

Cela témoigne à l’évidence de la versatilité d’un président qui tente désespérément de se rapprocher de français.

Cela cache sans doute l’échec de Macon concernant la perspective d’un nouveau gouvernement. Il y a de d’abord quelques poids-lourds qui n’en veulent pas comme le ministre de l’économie ou encore Bayrou. Par ailleurs et surtout le parti républicain ne veut pas se griller les ailes avec un président maintenant trop discrédité.
Enfin il y a la difficulté à trouver des personnalités de poids. Cela d’autant plus que Macon entend diriger seul et sans risque d’être contesté.

Bref le profil exigé pour ce poste rend inutile le changement surtout si c’est pour mettre un inconnu comme Élisabeth borne à la place de premier ministre.

La politique sous la dictature de l’opinion du moment

La politique sous la dictature de l’opinion du moment

« Nous naviguons selon les attentes de l’opinion » (Jean-Louis Bourlanges, député MODEM des Hauts-de-Seine), président de la commission des affaires étrangères Selon Jean-Louis Bourlanges, sur le thème de l’immigration, On ne se pose pas les bonnes questions. (Dans la tribune)

La loi sur l’immigration est votée par la droite et l’extrême droite tandis qu’une partie du centre et de la gauche de Renaissance ne l’a pas adoptée. Est-ce la fin du « en même temps » ?

JEAN-LOUIS BOURLANGES – Cette formule constitue le point d’équilibre de la République française. Des fondateurs de la IIIe République jusqu’à Emmanuel Macron en passant par le général de Gaulle et les centristes, la France a toujours voulu concilier l’ordre et la liberté. On ne peut pas diriger ce pays à gauche contre la droite et inversement, cela ne marche jamais. Récemment, le président de la République a donné le sentiment d’hésiter, nous sommes passés du « en même temps » au « successivement » et, in fine, le texte de loi a suscité de l’insatisfaction.

Pourquoi vous êtes-vous abstenu ?

D’abord parce que certaines des dispositions du texte sont inconstitutionnelles, ce que nous savions. C’est indigne du Parlement. François Hollande avait déjà recours à cette manœuvre avec ses frondeurs. En outre, plusieurs articles de cette loi envoient à l’égard des immigrés des signaux malveillants qui ne sont pas bienvenus en ces temps de tensions. Enfin, l’intégration des travailleurs en situation irrégulière est ignorée au regard des enjeux de régulation des flux migratoires.

Comment en est-on arrivé à cet état d’incompréhension, de perte de repères pour les élus macronistes ?

Cette question est très importante. Cela tient au fait que le président de la République n’a pas exposé, au moment de sa réélection, un projet pour l’ensemble du quinquennat, comme en 2017. Son programme, comme celui des députés, répondait surtout aux urgences à trois mois. La vision pour l’avenir du pays n’a pas été perçue. Faute d’avoir été clairs, nous naviguons selon les attentes de l’opinion. Parfois avec intelligence, mais sans perspective évidente.

Certes, mais la majorité se déchire sur l’immigration, comme lors du premier quinquennat. Est-il impossible d’être rassembleur sur ce thème ? Ou bien a-t-il été mal posé ?

Je faisais les mêmes critiques au moment de la loi Collomb. Ce sujet doit être réfléchi de manière globale, en termes français et européens. Personne ne pose les bonnes questions, la faute politique est là. D’abord, comment résolvons-nous l’enjeu démographique dans une Europe qui fait moins d’enfants ? Ensuite, comment nous situons-nous par rapport au tiers-monde ? Devons-nous le priver de ses forces ou l’aider à se développer ? Enfin, comment contrôler vraiment les flux migratoires, avec quels moyens et quelles conséquences humaines ? Si bienvenues qu’aient été certaines dispositions du projet Darmanin, l’immigration ne se traite pas à la petite semaine par des moyens administratifs. Le problème est toujours devant nous.

En 2022, la vision pour l’avenir du pays n’a pas été perçue

Que voulez-vous dire ?

Le problème principal est le détournement du droit d’asile. Autrefois, il s’agissait de protéger des gens contre la tyrannie ; aujourd’hui, c’est une filière pour avoir une vie meilleure. À partir du moment où les demandeurs sont sur notre territoire, il est impossible de les placer en centre de rétention, l’État est impuissant. L’Angleterre oblige à déposer une demande au Rwanda, et l’Italie à l’Albanie. Veut-on cela pour la France ? Par ailleurs, veut-on chasser les dizaines de milliers de travailleurs sans papiers qui contribuent à la richesse nationale ? Il y a un devoir de vérité devant lequel nous avons tendance à fuir, et la loi n’y répond pas.

La loi peut-elle faire reculer le RN, comme l’anticipe le président ?

Non. Elle ne changera pas davantage la situation que celles qui ont précédé. Je le répète, il faut d’abord répondre à deux questions : combien et quels émigrés voulons-nous recevoir et comment faisons-nous pour contrôler les flux ?

Comment ressouder la majorité ? Quelle perspective commune lui donner ?

L’enjeu politique fondamental, ce sont les élections européennes de juin prochain. Nous devons affirmer la place que nous donnons à la France en Europe et à l’Europe dans le monde face aux enjeux de l’immigration, de la sécurité des frontières, la défense de l’Ukraine, la paix au Moyen-Orient, la souveraineté numérique, etc. Les angoisses des Français trouvent en grande partie leurs racines dans les problèmes géopolitiques. Notre offre géopolitique doit y répondre avec clarté.

La nouvelle ministre de la santé déjà sous les feux de la justice

La nouvelle ministre de la santé déjà sous les feux de la justice

La nouvelle ministre de la Santé, montée en grade après la démission d’Aurélien Rousseau pour désaccord sur la loi immigration, « est visée par une enquête judiciaire ouverte en juin 2023″, écrit Mediapart, jeudi 21 décembre. Selon le site d’information, il est reproché à Agnès Firmin Le Bodo d’avoir reçu « sans les déclarer » des cadeaux d’une valeur estimée à 20 000 euros des laboratoires Urgo, en tant que pharmacienne.

Le procureur de la République du Havre a confirmé jeudi soir à l’AFP qu’une enquête avait été ouverte. Selon Bruno Dieudonné, cette enquête a été ouverte « du chef de ‘perception non autorisée par un professionnel de santé d’avantages procurés par une personne produisant ou commercialisant des produits sanitaires’, dans le prolongement de l’affaire qui a abouti à la condamnation des laboratoires Urgo en janvier 2023 par le tribunal correctionnel de Dijon ».

« Le secret de l’enquête m’interdit de communiquer davantage, notamment sur l’identité des pharmaciens visés par cette enquête. Sur une période qui va de fin 2015 à fin 2020, six d’entre eux ont reçu des gratifications pour un montant total supérieur à 12 000 euros », détaille le procureur. Sollicité par l’AFP, l’entourage de la ministre a déclaré qu’elle « répondra(it) uniquement aux autorités compétentes ».

Retraites Complémentaire : réactualisation sous l’inflation ?

Retraites Complémentaire : réactualisation sous l’inflation ?


Il paraît de plus en plus vraisemblable que les pensions complémentaires du privé seront réactualisées en dessous de l’inflation d’après ce que veut le patronat.

Une curieuse attitude du patronat dans la mesure où le pouvoir politique veut en profiter pour ponctionner encore davantage les bénéfices de cette organisation. Contrairement au régime général, l’Agirc-Arrco a dégagé ces dernières années de copieux excédents : 2,6 milliards en 2021 et plus de 5 milliards en 2022. Et, autre argument, la réforme des retraites doit apporter au régime 22 milliards supplémentaires sur 15 ans.

Le gouvernement réclame au moins un milliard d’euros à l’Agirc-Arrco pour financer la revalorisation des petites retraites prévue par sa réforme.

Les syndicats réclament une hausse qui suit l’inflation sur la période 2023-2026 alors que le patronat préfère une « sous-indexation ».

Le dernier accord-cadre, conclu en 2019, arrive à échéance, et les protagonistes ont jusqu’à ce mercredi 4 octobre pour définir les règles qui s’appliqueront dès le 1er novembre, pour la période 2023-2026.

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol