Archive pour le Tag 'Sortie'

COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole

COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole

Le texte final, compte tenu des contradictions et autres positions fera sans doute simplement une allusion au déclin inévitable et nécessaire du pétrole mais sans indiquer de date. Si on s’est mis relativement facilement d’accord sur la progression des énergies alternatives d’autant qu’elles sont encore assez marginales par contre, il paraît vraisemblable qu’on ne se mettra pas sur une position commune pour fixer la date de sortie du pétrole, même à une échéance lointaine. L’OPEP est d’ailleurs monter au créneau pour faire capoter toute hypothèse d’accord dans ce domaine. Un accord cependant aussi sur la création d’un fonds d’aide aux pays pauvres victimes du dérèglement climatique ; un fond toutefois basé sur le volontariat et qui reste à préciser dans son ampleur et ses modalités. Et de toute façon un montant assez symbolique par rapport aux enjeux

Pour les énergies fossiles, : certains parlent de « sortie progressive » des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), d’autres de « sortie juste et ordonnée ».

D’autres encore, notamment parmi les pays pétroliers, plaident pour intégrer les techniques de captage et de stockage du carbone dans la rédaction du texte (« unabated »), une manière de contourner le problème en se concentrant sur une sortie des émissions et non sur une sortie des fossiles.

Certains pays sont foncièrement opposés à toute mention des énergies fossiles dans le texte final, notamment l’Arabie saoudite et la Chine. Les plus virulents ont même fait planer la menace d’une sortie de l’Accord de Paris si une telle mention était retenue dans la décision finale.

Si la sortie des énergies fossiles ne parvient pas à s’imposer, il faudra peut-être se contenter des autres volets du paquet énergie, à savoir le doublement des économies d’énergie et le triplement des investissements dans les énergies renouvelables au niveau mondial d’ici à 2030. Mais là encore, l’Inde et la Chine ont fait entendre des voix discordantes. Sans parler del ‘OPEP qui est totalement opposé à l’allusion à la fin du pétrole.

COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole

COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole

Si on s’est mis relativement facilement d’accord sur la progression des énergies alternatives d’autant qu’elles sont encore assez marginales par contre, il paraît vraisemblable qu’on ne se mettra pas sur une position commune pour fixer la date de sortie du pétrole, même à une échéance lointaine. Un accord cependant aussi sur la création d’un fonds d’aide aux pays pauvres victimes du dérèglement climatique ; un fond toutefois basé sur le volontariat et qui reste à préciser dans son ampleur et ses modalités. Et de toute façon un montant assez symbolique par rapport aux enjeux

Pour les énergies fossiles, : certains parlent de « sortie progressive » des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), d’autres de « sortie juste et ordonnée ».

D’autres encore, notamment parmi les pays pétroliers, plaident pour intégrer les techniques de captage et de stockage du carbone dans la rédaction du texte (« unabated »), une manière de contourner le problème en se concentrant sur une sortie des émissions et non sur une sortie des fossiles.

Certains pays sont foncièrement opposés à toute mention des énergies fossiles dans le texte final, notamment l’Arabie saoudite et la Chine. Les plus virulents ont même fait planer la menace d’une sortie de l’Accord de Paris si une telle mention était retenue dans la décision finale.

Si la sortie des énergies fossiles ne parvient pas à s’imposer, il faudra peut-être se contenter des autres volets du paquet énergie, à savoir le doublement des économies d’énergie et le triplement des investissements dans les énergies renouvelables au niveau mondial d’ici à 2030. Mais là encore, l’Inde et la Chine ont fait entendre des voix discordantes.

Politique: Pas de sortie de crise pour Macron

Politique: Pas de sortie de crise pour Macron


La crise risque d’être durable pour Macron et pour l’ensemble du pays. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés. Cependant aucun ne permettra à Macron de sortir la tête de l’eau.

D’abord un changement de gouvernement qui paraît probable mais on voit mal qui sera suffisamment crédible, compétent et charismatique pour rassembler et constituer une majorité de gouvernement. On risque de retrouver encore un second couteau comme Premier Ministre.

De toute manière, Macron n’a pas de majorité à l’assemblée nationale et les républicains risqueraient de se suicider politiquement s’ils passaient un accord cautionnant la politique de Macron.

Resterait alors la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale. Mais dans ce cas les troupes de Macron perdraient la moitié ou les trois quarts de leurs députés. Pour Macron, le pays serait encore davantage ingouvernable. L’autre solution consisterait à redonner un souffle démocratique en organisant un référendum concernant les retraites. Mais Macron perdrait à coup sûr ce référendum. Et son ego démesuré en prendrait un sérieux coup.

En réalité, Macron ne dispose que de mauvaises pistes de sortie. Il pourrait rapidement être interrogé sur son maintien au pouvoir. En effet sa démission permettrait aux pays de retrouver un peu d’espérance politique et démocratique. Macron de toute évidence ne pourra demeurer dans une situation de crise durable et le questionnement sur son maintien va devenir de plus en plus lancinant car il lui reste encore 4 ans en théorie à assumer.

Politique: Pas de scénario de sortie de crise pour Macron

Politique: Pas de scénario de sortie de crise pour Macron


La crise risque d’être durable pour Macron et pour l’ensemble du pays. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés. Cependant aucun ne permettra à Macron de sortir la tête de l’eau.

D’abord un changement de gouvernement qui paraît probable mais on voit mal qui sera suffisamment crédible, compétent et charismatique pour rassembler et constituer une majorité de gouvernement. On risque de retrouver encore un second couteau comme Premier Ministre.

De toute manière, Macron n’a pas de majorité à l’assemblée nationale et les républicains risqueraient de se suicider politiquement s’ils passaient un accord cautionnant la politique de Macron.

Resterait alors la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale. Mais dans ce cas les troupes de Macron perdraient la moitié ou les trois quarts de leurs députés. Pour Macron, le pays serait encore davantage ingouvernable. L’autre solution consisterait à redonner un souffle démocratique en organisant un référendum concernant les retraites. Mais Macron perdrait à coup sûr ce référendum. Et son ego démesuré en prendrait un sérieux coup.

En réalité, Macron ne dispose que de mauvaises pistes de sortie. Il pourrait rapidement être interrogé sur son maintien au pouvoir. En effet sa démission permettrait aux pays de retrouver un peu d’espérance politique et démocratique. Macron de toute évidence ne pourra demeurer dans une situation de crise durable et le questionnement sur son maintien va devenir de plus en plus lancinant car il lui reste encore 4 ans en théorie à assumer.

Pas de scénario de sortie de crise pour Macron

Pas de scénario de sortie de crise pour Macron


La crise risque d’être durable pour Macon et pour l’ensemble du pays. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés. cependant aucun ne permettra à Macon de sortir la tête de l’eau.

D’abord un changement de gouvernement qui paraît probable mais on voit mal qui sera suffisamment crédible, compétent et charismatique pour rassembler et constituer une majorité de gouvernement. De toute manière, Macron n’a pas de majorité à l’assemblée nationale et les républicains risqueraient de se suicider politiquement s’ils passaient un accord cautionnant la politique de Macron.

Resterait alors la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale. Mais dans ce cas les troupes de Macron perdraient la moitié ou les trois quarts de leurs députés. Pour Macron, le pays serait encore davantage ingouvernable. L’autre solution consisterait à redonner un souffle démocratique en organisant un référendum concernant les retraites. Mais Macron perdrait à coup sûr ce référendum. Et son ego démesuré en prendrait un sérieux coup.

En réalité, Macon ne dispose que de mauvaises pistes de sortie. Il pourrait rapidement être interrogé sur son maintien au pouvoir. En effet sa démission permettrait aux pays de retrouver un peu d’espérance politique et démocratique. Macron de toute évidence ne pourra demeurer dans une situation de crise durable et le questionnement sur son maintien va devenir de plus en plus lancinant car il lui reste encore 4 ans en théorie à assumer.

Retraite : peut-être pas de porte de sortie pour Macron

Retraite : peut-être pas de porte de sortie pour Macron (Laurent Berger)

Pour Laurent Berger de la CFDT le combat de la réforme des retraites est loin d’être terminé et il se pourrait même qu’il n’y pas de porte de sortie pour Macron.

« Peut-être qu’il n’y aura pas de porte de sortie et que cette loi sera promulguée et qu’elle s’appliquera, a indiqué le secrétaire général de la CFDT. On continuera de dire ce qu’on pense de cette loi. Les décrets d’application devront être écrits et ils sont extrêmement importants car quand on touche aux décrets, on touche à la vie des gens. »

« Si vous demandez s’il y aura toujours une manifestation par semaine dans six mois, la réponse est non », a-t-il expliqué.
Le leader syndical a en revanche estimé qu’Emmanuel Macron n’était pas pour autant dans une position de force « dans un pays qui rejette à ce point la réforme avec autant de contestation et une cote de confiance aussi basse. »

Laurent Berger reste optimiste quant à la journée de mobilisation ce jeudi 6 avril.

>Politique: Un référendum sur les retraites , une porte de sortie de la crise ?

Politique: Un référendum sur les retraites , une porte de sortie de la crise ?

Il est clair que le gouvernement est en train de s’engluer de plus en plus profondément dans la crise de la réforme des retraites. Si Macron retire le projet, il perd automatiquement toute crédibilité jusqu’à la fin de son mandat. Au contraire s’il la maintient coûte que coûte, il risque de subir une crise de d’impopularité sans précédent qui aussi paralyserait son action jusqu’en 2027. Resterait la porte de sortie via un référendum , au thème éventuellement élargi, pour redonner une légitimité à un pouvoir en perte de crédibilité et de légitimité. La réforme est actuellement contestée par 72 % de la population et le rejet ne cesse de s’amplifier dans l’opinion. À la crise sociale risque donc de s’ajouter une crise politique .

Mardi, la Nupes a indiqué qu’une centaine de députés de l’alliance de gauche ont déposé une demande de référendum sur le projet de réforme des retraites . Celle-ci devrait être débattue par l’Assemblée le 6 février. Pour l’instant, une proposition qui a plus de chances d’être retenue par l’assemblée.

Cette « motion référendaire » vise à suspendre l’examen du projet gouvernemental devant démarrer ce jour-là dans l’hémicycle, afin de soumettre le texte à un référendum et ainsi « rendre la parole au peuple sur ce choix crucial pour son avenir », selon un communiqué.
»
Vivement opposé au report à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite, comme l’ensemble de l’alliance de gauche, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a assuré ce mardi sur CNews que « le gouvernement a fait le choix du blocage et de l’affrontement ». « Il faut sortir par le haut de cette crise. C’est la raison pour laquelle nous proposons de redonner la parole au peuple et de le faire par la voie d’un référendum », a-t-il souligné.

Le projet du gouvernement « suscite l’opposition d’une écrasante majorité des Françaises et des Français et une mobilisation sociale inédite », ont-ils justifié dans l’exposé des motifs, où ils estiment qu’« un référendum relève d’une véritable obligation démocratique ».

Pédale douce sur la «Sortie accélérée des pesticides» ( Julien Denormandie )

Pédale douce sur la «Sortie accélérée des pesticides» ( Julien Denormandie )

 

Alors que le président de république a annoncé une sortie accélérée des pesticides, le ministre de l’agriculture, Julien Denormandie,  temporise et renvoie la problématique à l’Europe

. «Nous sommes dans un marché commun, donc cette question doit être européenne ! Sinon, nous créons juste de la compétition déloyale, sur le dos de notre agriculture et de notre environnement !»

 

Julien Denormandie se veut également rassurant par rapport à cette suppression. «Notre position est toujours la même : « pas d’interdiction sans alternative ».

. «On ne peut pas accepter que soient importés des produits dont la production ne serait pas autorisée chez nous. Donc, NON au Mercosur et OUI aux clauses miroir». De l’agriculture renvoie la problématique à l’Europe.

Attention, le secteur hôtellerie et restauration n’est pas sortie de la crise

Attention, le secteur hôtellerie et restauration n’est pas sortie de la crise

« On ne peut pas dire que la crise est derrière nous. Nous sommes encore en convalescence », a affirmé lundi 30 août sur franceinfo Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI), alors que le gouvernement va prolonger d’un mois le fonds de solidarité aux entreprises avant de passer à partir du 1er octobre au  »sur-mesure ».

 

 

Selon Bruno Le Maire, la crise économique est derrière nous. Est-ce que vous partagez ce constat ?

Didier Chenet : Non, on ne peut pas dire que la crise est derrière nous. Nous sommes encore en convalescence. Nous avons encore des pans de note activité qui connaissent des difficultés. Malgré une saison touristique qui a été très bonne sur tout le littoral, il reste le problème des grandes métropoles où là, nos établissements connaissent des chutes tout à fait impressionnantes de chiffre d’affaires. Nous avons envoyé au ministre tous les chiffres dont nous disposions. Nous considérons que nous avons été entendus, ces aides dont nous bénéficions ne seront pas supprimées du jour au lendemain.

Est-ce que vous croyez au sur-mesure vanté par le ministre de l’Économie ?

Oui. Je pense que la façon dont c’est fait, c’est quelque chose qui est vertueux. Après tout, n’indemniser que ceux qui ont perdu de l’argent, perdu du résultat et pas seulement sur la base du chiffre d’affaires. C’est quand même mieux d’inciter les entreprises à rouvrir plutôt que de rester fermées et d’être indemnisées sur la base d’un chiffre d’affaires qu’ils ne réalisent pas. Nous trouvons cela parfaitement normal. Pour nous, c’est quelque chose de cohérent.

Les situations sont très différentes d’une région à l’autre ?

C’est extrêmement différent à la fois par zones géographiques et par types d’établissements. Si je vous prends l’exemple de Paris, qui est le plus criant et qui est le plus en difficulté, vous aviez un hôtel sur deux fermés au mois de juillet et deux hôtels sur trois fermés au mois d’août. Et vous aviez aussi un restaurant sur trois qui était fermé. L’activité de l’hôtellerie est au plus bas, beaucoup plus basse que l’activité des restaurants, par exemple. L’hôtellerie connaît une baisse d’activité de l’ordre de 50 à 60%. Dans la restauration, on est plus aux alentours des 38%.

Est-ce que la limitation de la casse économique est réussie ?

Je serai plus en mesure de vous le dire à la fin du mois de septembre, car c’est maintenant que nous allons faire nos comptes. C’est pour ça que nous voulions que l’Etat maintienne les aides telles que nous les avions au mois d’août, car nous rentrons maintenant dans une phase d’activité normale, c’est-à-dire une activité dans le cadre du retour au travail. Et par conséquent, quel va être l’impact du télétravail ? Quel va être l’impact de la diminution des déplacements,qu’ils soient professionnels ou privés ? Quel va être l’impact du pass sanitaire dans le cadre d’une consommation qui est une consommation contrainte ? En été, on se lâche un peu plus, on compte moins. Tandis que là, on est dans une activité et une consommation qui va être encore une fois contrainte par le budget des ménages et également les conditions de travail.

Sortie de crise : le rôle des pouvoirs publics

Professeur à l’Université Paris 2 et membre du Cercle des économistes, Catherine Lubochinsky se prononce en faveur de l’intervention des pouvoirs publics pour développer les outils de renforcement des fonds propres des entreprises

 

 

 

 

Trois défis majeurs apparaissent en sortie de crise : mobiliser l’épargne vers le financement des fonds propres des entreprises, vrai serpent de mer, financer les dépenses budgétaires supplémentaires tout en préservant la soutenabilité de la dette publique et financer la transition climatique.

La finance peut beaucoup mais la finance ne peut pas tout.

Le triptyque Bourse, capital investissement et banques s’est avéré insuffisant pour renforcer les fonds propres des entreprises. Les deux dernières décennies ont été marquées par une désaffection des entreprises occidentales, voire quasi-disparition des PME et ETI, pour les introductions en Bourse. L’essor remarquable du capital investissement, soutenu par les placements des investisseurs institutionnels et l’attractivité des rendements, a partiellement compensé cette désaffection. Plus complémentaires que concurrents, le coté et le non coté divergent essentiellement, du point de vue de l’investisseur, par leur degré de liquidité – d’où la justification avancée mais contestée de la différence de rendement.

Quant aux banques, elles jouent un rôle incontournable dans le financement de l’économie mais le coût du risque – pas seulement réglementaire — lié au financement des TPE, PME et start-up est élevé. L’intervention des pouvoirs publics s’avère donc indispensable, au développement des prêts participatifs, et ce d’autant plus si l’on souhaite éviter un allégement de la régulation bancaire alors qu’une augmentation des créances douteuses se profile à l’horizon.

Côté investisseurs, l’appétence des ménages envers la liquidité rend incontournable l’intermédiation. Paradoxalement, ces mêmes ménages semblent actuellement faire preuve d’une appétence très forte pour le risque en capital. Parmi les innovations financières qui ont redynamisé les bourses, les SPAC (Special Purpose Acquisition Company), dénommés « chèques en blanc » aux Etats-Unis, constituent sans conteste l’une des principales. L’engouement pour ces coquilles vides, qui certes simplifient les introductions en Bourse, peut surprendre.

Encore plus paradoxal est l’engouement pour les crypto pseudo-monnaies qui malgré leur absence de toute valeur intrinsèque voient leurs cours atteindre des sommets. Ces quelques éléments révélateurs d’une forme d’irrationalité pourraient faire craindre l’imminence d’une crise financière, ce qui contribuerait peu à la sortie de crise sanitaire. Entre FOMO (« Fear Of Missing Out) et concurrence internationale, les régulateurs cherchant à préserver la stabilité financière sont en position d’équilibriste.

D’où la sempiternelle équation à résoudre : un besoin crucial de financement en fonds propres et des ménages français averses au risque avec des intermédiaires financiers contraints par la réglementation, elle-même contrainte par des préoccupations de stabilité financière. La solution viendra-t-elle des nouvelles technologies que sont l’intelligence artificielle et la finance quantique, grâce à sa capacité de calcul et sa contribution aux problèmes d’optimisation ?

Macron: Une sortie de crise sanitaire très évasive

Macron: Une sortie de crise sanitaire très évasive

 

Le président de la république devrait présenter vendredi les perspectives de sortie de crise sanitaire. Sans doute des les objectifs très flous quant au calendrier est soumis à l’évolution de la pandémie. «Une stratégie de sortie (de crise) progressive et phasée (…) sera présentée par le président de la République très prochainement : ce vendredi plus précisément», avait indiqué plus tôt le premier ministre Jean Castex, lors d’une déclaration prononcée à l’Élysée à l’issue du Conseil des ministres.

 

Évoquant la «perspective d’un retour progressif à une vie plus normale», le chef du gouvernement avait confirmé que «l’objectif d’atteindre les 15 millions de personnes primo-vaccinées d’ici la fin de cette semaine, et les 20 millions à la mi-mai» restait «tout à fait à notre portée». «Ce (mercredi) soir, 60% de nos concitoyens ayant plus de 60 ans auront été vaccinés en première injection», a-t-il ajouté.

France Coronavirus: « la sortie du tunnel » ?

France Coronavirus: « la sortie du tunnel » ?

 

Il y a sans doute une amélioration concernant les conséquences du Coronavirus en France. Ceci étant  les autorités ont aussi changé de discours. Après des propos particulièrement anxiogènes qui par ailleurs ont affecté y compris la santé psychologique, le pouvoir choisi de diffuser des messages d’optimisme.

Ce fut d’abord le cas avec le ministre de la santé cette semaine. Le cas maintenant du très triste  président du conseil scientifique Jean-Paul Delfraissy. Il faut dire que le moral des Français est au plus bas non seulement du fait des conséquences objectives de la crise sanitaire mais en raison des interrogations sur les suites qui seront données au processus de déconfinement et peut-être encore davantage en raison des conséquences économiques, sociales et financières. Sans parler des questions sécuritaires alimentées par des actes terroristes de plus en plus fréquents. Bref, une façon générale les Français ont l’impression que le pouvoir navigue à vue ,que l’État est relativement paralysé et qu’il a plus de prise sur la situation

 

Le ministre de la santé avait beaucoup insisté sur l’état mental des Français aujourd’hui en dépression. Le diagnostic n’était pas faux mais le ministre de la santé n’a guère été éclairant sur les perspectives de sortie de la crise que nous vivons actuellement. Du coup, Jean-François Delfraissy se met aussi à la mode de l’optimisme : “Avec des vaccins dont la sécurité aura été établie, et une stratégie vaccinale bien conduite, on devrait être en mesure de protéger les plus fragiles dès fin février-mars. Ensuite, en population générale, on pourra, en fonction de l’arrivée des vaccins en quantité suffisante, réaliser une campagne de vaccination volontaire du reste de la population à l’été, voire en septembre”, détaille l’infectiologue.

Une vaccination d’ici l’été voir en septembre signifie clairement qu’il faudra vivre avec le virus encore pendant une année est sans doute supporter des mesures restrictives concernant la mobilité.

“Même si le vaccin ne réglera pas tout, et que l’année 2021 ne sera pas une année comme les autres, je vois la sortie de tunnel”, assure Jean-François Delfraissy.

Dans l’immédiat, souligne-t-il cependant, “on ne pourra sans doute pas atteindre une situation ‘normale’ au moment des fêtes de fin d’année”. Conclusion les fêtes de fin d’année ne pourront pas se dérouler dans les conditions habituelles !

Coronavirus : sortie de crise pas avant deux ans (OMS)

Coronavirus : sortie de crise pas avant deux ans (OMS)

 

D’après l’OMS il ne faut guère espérer une sortie de crise concernant le Coronavirus avant deux ans et à condition de trouver un vaccin.  Début août, le comité d’urgence de l’agence onusienne avait évoqué une épidémie d’une durée qui allait « être certainement très longue », avec des effets ressentis pour « les décennies à venir ».

Face à la recrudescence de nouvelles contaminations au Covid-19, les mesures de restriction se multiplient dans le monde. Simple recommandation jusque-là, le port du masque de protection devient obligatoire dans de nombreux pays.

En France, où plus de 4.500 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Le masque, déjà obligatoire dans certains secteurs de Paris ou encore à Nice, le devient dans d’autres villes..

l’épidémie, apparue en Chine en décembre dernier, repart de plus belle, souvent à la faveur des vacances, de réunions de famille ou encore de fêtes.

Au total, selon le dernier bilan établi par l’AFP vendredi, plus de 793.000 personnes sont mortes dans le monde et plus de 22.734.900 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché – selon le dernier bilan de l’université Johns Hopkins. Le nombre de cas s’élevait vendredi à 5.618.133 avec 175.245 décès, soit 47.031 cas et 1.067 décès supplémentaires en 24 heures.

Viennent ensuite le Brésil avec 112.304 morts, le Mexique (59.106 morts), l’Inde (54.849 morts) et le Royaume-Uni (41.403 morts). L’Amérique latine et les Caraïbes totalisent quant à eux 252.233 décès, l’Europe 212.135.

Croissance Chine : sortie de crise provisoire ?

Croissance Chine : sortie de crise provisoire ?

En apparence, la Chine semble mieux s’en sortir en matière de croissance avec une perspective de résultat positif d’environ 1,6 % pour l’année 2020. Il s’agit sans doute d’un résultat en trompe-l’œil d’abord parce que la Chine a besoin d’une croissance chaque année de l’ordre de 6 à 7 % pour satisfaire l’offre d’emploi et maintenir le pouvoir d’achat de sa population. Ensuite le rebond constaté jusqu’àlors  correspond surtout à un phénomène de compensation. L’économie a est en effet été paralysé au plan international pendant plusieurs mois et les stocks des entreprises destinataires des exportations chinoises ont besoin d’être reconstitués. Un phénomène qui devrait s’atténuer d’autant que la croissance n’est vraiment pas au rendez-vous dans la plupart des pays comme en Europe ou aux États-Unis

L ’accroissement du PIB chinois sera donc limité comme l’a estimé, fin juillet, la Banque mondiale. Il devrait atteindre « 1,6 %, ce qui représente la plus faible expansion depuis 1976, avant de rebondir à 7,9 % en 2021. Même si l’activité économique reprend, le rythme de la baisse de la pauvreté en Chine devrait ralentir, reflétant un ralentissement des revenus des ménages ». C’est évidemment loin des chiffres enregistrés ces dernières années, même si ceux-ci s’étaient tassés depuis le milieu des années 2010. Mais il y aura tout de même croissance, ce qui constitue pour le pouvoir chinois un argument important vis-à-vis de son opinion publique

Mais , le gouvernement chinois a entrepris de réorienter l’économie pour que celle-ci s’appuie davantage sur le marché intérieur. Le discours n’est pas nouveau, mais Xi Jinping en fait désormais une priorité. Depuis le printemps, le président chinois a multiplié les sorties et les déclarations en ce sens. En mettant l’accent sur la consommation intérieure et en faisant des entreprises locales les principaux vecteurs de la croissance, il souhaite que le pays soit moins dépendant de l’extérieur d’autant plus que les récentes initiatives de l’administration Trump visent justement à contenir l’influence économique de la Chine et à limiter les investissements américains sur son territoire. Il faudra toutefois du temps pour que s’opère des relocalisations. De ce fait, la demande internationale va encore soutenir la croissance chinoise. Pour preuve en juillet, la production industrielle a enregistré une croissance de 4,8 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Par contre la demande intérieure ne repart pas vraiment. Selon le Bureau national des statistiques, les ventes au détail ont même reculé de 1,1 % en juillet en comparaison avec le même mois de 2019, en légère amélioration par rapport à juin où elles avaient baissé de 1,8 %. La confiance ne se décrète pas et il faudra sans doute un peu de temps pour qu’elle revienne même avec des plans de relance.

Coronavirus : on est loin de la sortie de crise ( ONU)

Coronavirus :  on est loin de la sortie de crise ( ONU)

 

L’ONU tire la sonnette d’alarme pour attirer l’attention sur l’ampleur de la crise sanitaire qui concerne de plus en plus de personnes et menace par ailleurs l’économie. L’ONU incite les pays à être plus rigoureux concernant les mesures barrière , aussi à soutenir massivement l’économie pour éviter une crise sociale ingérable. Le bilan du Coronavirus est catastrophique et l’affaire est loin d’être terminée estime institution internationale.

 En effet la pandémie a fait au moins 585.750 morts depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP jeudi à 21 heures. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de contaminations confirmées (137.897 décès pour 3,5 millions de cas). Viennent ensuite le Brésil (75.366 morts), le Royaume-Uni (45.119), le Mexique (36.906) et l’Italie (35.017). Mais en proportion de la population, hors micro-Etats, c’est en Belgique que la mortalité est la plus élevée (845 morts par million d’habitants), devant le Royaume-Uni (665), l’Espagne (608) et l’Italie (579).

La crise économique provoquée par la pandémie est entrée dans une nouvelle phase, mais le monde «n’est pas tiré d’affaire», affirme la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva. Elle enjoint les gouvernements à poursuivre les mesures de protection sociale, dépenser l’argent public pour stimuler l’économie et profiter de cette «occasion qui ne se présente qu’une fois par siècle» de reconstruire un monde «plus équitable, plus vert (…) et surtout plus résilient». Pour l’instant dans nombre de pays, la tendance est au renforcement des mesures barrière allant y compris jusqu’à des dispositifs locaux de recompter en dans les zones à risques.

1234