Archive pour le Tag 'scénario'

Scénario Croissance 2023: vers la récession en Europe ?

Scénario Croissance  2023: vers la récession en  Europe ?

 

On peut se demander si la BCE n’agit pas à contre-courant en décidant  des hausses des taux d’intérêt et cela tant que l’inflation ne sera pas ramenée à 2 %. En effet ,  tous les indicateurs économiques sont orientés vers le rouge et cette hausse pourrait précipiter l’Europe vers la récession. Les indicateurs de juillet témoignent de la chute brutale de l’environnement économique.De ce point de vue, il se pourrait que la banque centrale européenne agisse à contretemps. En effet la perspective de récession prend son origine dans la baisse de la demande constatée aujourd’hui. Augmenter le coût de l’argent c’est assommer un peu plus l’activité. On sait à peu près prédire l’hypothèse d’une récession mais beaucoup plus difficilement le calendrier de sa sortie. La BCE pourrait alors être conduite non pas à augmenter les taux d’intérêt d’ici quelques mois mais au contraire de les diminuer pour tenter de relancer la croissance.

La situation particulièrement inquiétante de l’Allemagne pourrait précipiter encore davantage la dégringolade de la croissance européenne qui se caractériserait alors par une forte inflation mais une activité économique en déclin.

Les indices PMI dévoilés ce vendredi 22 juillet montrent que l’économie européenne s’écroule. L’indicateur synthétique de la zone euro est entré en territoire négatif au mois de juillet à 49.4 contre 52 au mois de juin. Il s’agit d’un plus bas depuis 17 mois. Pour rappel, l’activité est en contraction quand cet indice, très scruté dans les milieux économiques et financiers, passe sous le seuil de 50 points ; et elle est en expansion lorsqu’il dépasse ce chiffre.

« Si on exclut les périodes de confinements sanitaires, la baisse de l’activité globale enregistrée en juillet est la première depuis juin 2013. Elle indique en outre un recul trimestriel du PIB de l’ordre de 0,1 %, soit un rythme de contraction pour l’heure marginal, mais qui, compte tenu du fort repli des nouvelles affaires, de la baisse du volume des affaires en cours et de la dégradation des perspectives d’activité, devrait s’accélérer dans les prochains mois », a déclaré Chris Williamson, chef économiste chez à S&P Global Market Intelligence.

Au sein de la zone euro, c’est en Allemagne que la baisse de l’activité est la plus marquée, avec un repli de l’indice PMI à 48, soit le plus faible niveau depuis juin 2020. Dans une note de blog publiée ce vendredi, les économistes du FMI ont révisé fortement à la baisse leurs projections de croissance pour l’Allemagne, passant de 2,9% à 1,2% pour 2022. En France, l’activité a continué d’augmenter en juillet, mais à un rythme extrêmement ralenti, avec un PMI de 50,6 en juillet. Au-delà de ces indicateurs conjoncturels, le ralentissement économique est en train de se transformer en crise bien plus systémique.

 

La hausse du coût de la vie fait trembler l’économie européenne. La guerre en Ukraine a propulsé l’indice des prix à un niveau record en juin dernier à 8,6% en glissement annuel selon les derniers chiffres de la Commission européenne. Poussée par la flambée des prix de l’énergie, des matières premières et les pénuries, l’inflation grignote peu à peu le pouvoir d’achat des ménages sur le sol européen.

En France, une étude du conseil d’analyse économique (CAE), publiée ce jeudi 21 juillet, montre que les ménages en bas de l’échelle ont largement puisé dans leur modeste épargne. Les classes moyennes ont un stock d’épargne équivalent à la tendance pré-covid. Quant aux plus riches, ils possèdent un stock d’épargne supérieur. En Europe, l’inflation risque ainsi de plomber la demande des familles qui ont la plus forte propension à consommer. Les récentes enquêtes de conjoncture indiquent également que la confiance des ménages est en chute libre. Au final, compte tenu de l’inflation, le niveau de vie d’un grand nombre d’Européens a déjà commencé à chuter.

 Dans l’industrie au mois de juillet, l’indice PMI s’est infléchi à 49.6 contre 52.1 en juin. Il s’agit du niveau le plus bas depuis 25 mois au pic de la pandémie. « A l’exception de celles observées pendant les périodes de confinements sanitaires, la baisse de l’activité enregistrée en juillet a été la plus marquée depuis décembre 2012, » soulignent les économistes de S&P.

Cette chute s’explique en grande partie par les difficultés persistantes de l’industrie allemande particulièrement exposée aux conséquences de la guerre en Ukraine et des difficultés d’approvisionnement. « C’est dans le secteur manufacturier, où un volume de nouvelles commandes plus faible qu’anticipé a entraîné une hausse sans précédent des stocks d’invendus, que la situation est la plus inquiétante » souligne Chris Williamson.

 Du côté des services, les indicateurs virent également au rouge. L’indice PMI est passé de 53 en juin à 50,6 en juillet frôlant ainsi la contraction. Plusieurs branches ont connu un recul ou un coup de frein de l’activité dans les loisirs, les transports ou encore le tourisme. Cette moindre activité s’explique en partie par une hausse du coût de la vie pour un grand nombre d’Européens obligés de faire des choix plus drastiques dans leur quotidien face à l’inflation galopante.

Dans l’immobilier et le secteur bancaire, les analystes font également part de difficultés en raison notamment d’un resserrement des conditions financières depuis plusieurs mois. Compte tenu du poids du tertiaire dans le produit intérieur brut européen (environ 65%), tous ces mauvais signaux ne laissent pas présager de perspectives favorables pour la fin de l’année 2022 et le début de l’année 2023.

 

Législatives : le pire scénario pour la majorité

Législatives : le pire scénario pour la majorité

Marie-Pierre Bourgeois tire les conclusions d’une élection législative catastrophique pour la majorité ( sur BFM)

 

 

Sans majorité absolue, le président va devoir s’assurer de la fidélité d’Édouard Philippe et de François Bayrou. La droite pourrait également jouer le rôle de force d’appoint. Dans cette nouvelle mandature aux contours déjà très compliquées, certains s’inquiètent du profil d’Élisabeth Borne.

La tension se lit sur les visages des piliers de Renaissance – le nouveau nom de LaREM – ce dimanche soir. « C’est loin de ce qu’on espérait », a concédé le ministre des Comptes publics Gabriel Attal, ajoutant que le camp présidentiel allait devoir « dépasser (ses) certitudes, (ses) clivages ».

L’absence de majorité absolue pour Emmanuel Macron dont la coalition ne devrait obtenir que 210 à 230 députés selon notre projection, très loin derrière les 308 sièges gagnés sur son seul nom en 2017, change la couleur du second quinquennat du président.

Le locataire de l’Élysée ne va pas avoir le choix. Pour tenter de faire passer son programme, il va devoir non seulement composer avec ses partenaires d’Ensemble – le Modem, Horizons et Agir – mais aussi aller au-delà. Il faudra « beaucoup d’imagination » pour agir, a reconnu le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ce dimanche soir.

Face à cette situation, certains essaient de se rassurer en convoquant un précédent historique. « François Mitterrand s’était retrouvé dans la même situation en 1988 et ça ne l’avait pas empêché de faire des réformes très emblématiques comme la création du RMI », analysait un conseiller du groupe macroniste à l’Assemblée auprès de BFMTV.com, avant de connaître l’ampleur de la contreperformance.

« La situation complique donc les choses mais ça ne nous empêche pas d’être aux manettes », assurait-il.

Peut-être bien mais le contexte, cette fois-ci, est très différent. « À l’époque, (les Premiers ministres) Michel Rochard puis Édith Cresson et enfin Pierre Béregovoy avaient eu recours très souvent au 49.3 (qui permet d’engager la responsabilité du gouvernement sur le vote d’un projet de loi, NDLR) », rappelle le constitutionnaliste Paul Cassia. « Ça, c’est fini. Maintenant, c’est une fois par an plus éventuellement pour les projets de loi de Finances. »

Très concrètement, cela signifie qu’Emmanuel Macron va d’abord devoir convaincre les troupes de François Bayrou tout comme celle d’Édouard Philippe. Pour s’assurer de leur fidélité, les députés se sont d’ailleurs engagés à « soutenir l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron » et à siéger dans l’un des groupes de la coalition présidentielle.

Problème: les deux hommes ont déjà commencé à jouer leur propre partition lors de ces derniers jours de campagne.

La preuve sur la question du recul de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans, au lieu de 62 aujourd’hui. L’ancien Premier ministre a par exemple expliqué dans les colonnes du Figaro en début de semaine dernière que la réforme des retraites devrait « être mené jusqu’au bout », se disant « certain qu’une réforme ambitieuse » était « possible ».

Le son de cloche est assez différent de celui d’Élisabeth Borne, qui a jugé que les 65 ans n’étaient pas « un totem ». Ou même de celui d’Emmanuel Macron qui a assuré vouloir « entendre les angoisses » pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle tout en promettant l’application de la réforme à « l’été 2023″.

François Bayrou n’a lui pas hésité à remettre sur la table la question de la proportionnelle aux prochaines législatives, une option écartée tout le long du quinquennat par le président sortant, avant de revenir dans le débat ces dernières semaines.

 » Emmerder tout le quinquennat »

Preuve que les deux ténors ont bien compris leurs intérêts réciproques: Édouard Philippe et François Bayrou n’ont de cesse ces derniers temps de s’afficher ensemble tout sourire comme dans l’Yonne mercredi dernier pour un meeting. S’ils ont eu des relations très difficiles tout au long du quinquennat, les frères ennemis de la macronie ont su allier leurs forces pour peser lors des négociations liés aux investitures.

« C’est sûr qu’ils vont bien nous emmerder tout le quinquennat maintenant », lâche, remonté un cadre du parti présidentiel. « La question, c’est à partir de quand ils décident de marquer le premier acte de leur indépendance. C’est le pire scénario pour nous. »

« Je ne vois pas Édouard Phillippe marquer d’entrée de jeu sa différence », assure de son côté Frédéric Valletoux, élu député de Seine-et-Marne sous les couleurs d’Horizons, auprès de BFMTV.com. Avant de lancer: « Peut-être qu’au fur et à mesure des réformes, il fera entendre sa position s’il n’est pas entendu. »

Du côté du Modem, on se refuse à tout pronostic sur la suite. « On ne va non plus pleurer des larmes de crocodile sur l’absence de majorité absolue », sourit cependant une députée du Modem.

Pour faire passer ses lois, Emmanuel Macron pourrait également tenter de s’appuyer sur LR, qui limite la casse après sa déroute historique à la présidentielle avec Valérie Pécresse. Malgré la division par deux du nombre de leurs députés, avec 60 à 70 élus, le parti pourrait devenir un allié de circonstance pour la macronie.

« Chaque chose en son temps », commente-t-on ce dimanche soir au sein de la macronie, appelant à ne pas faire de « politique fiction ». « On a toujours bossé avec les autres », assure-t-on dans le camp présidentiel. « Soyez certains que nous trouverons les moyens d’agir au mieux pour les Français. »

Le gouvernement « composera avec toutes les bonnes volontés », a assuré sa porte-parole Olivia Grégoire sur BFMTV. La question est de savoir si Emmanuel Macron négocie une sorte de contrat de mandature, comme l’avait un temps espéré Nicolas Sarkozy et comme le réclame désormais une figure comme Jean-François Copé, ou si les discussions se font texte par texte.

« On ne va pas faire du cas par cas sur tous les projets de loi. On ira chercher des alliés solides, notamment pour voter le budget », reconnaisait, avant les résultats, un député marcheur issu des rangs du Parti socialiste.

Mais les choses ne seront peut-être pas aussi simples. Si plusieurs ténors de la droite ont déjà acté que certaines réformes pourraient recueillir leur assentiment, à commencer par la réforme des retraites à 65 ans, les raisons de passer un contrat de mandature avec Emmanuel Macron se font bien rares.

« Nous sommes dans l’opposition, nous resterons dans l’opposition », a tancé Christian Jacob dès ce dimanche soir.

La droite a en effet les moyens de patienter, avec un ancrage local qui reste puissant: elle dirige la moitié des villes de plus de 9000 habitants et 7 régions sur 17, tout en conservant une majorité forte au Sénat.

« On n’a pas tenu cinq ans loin de Macron pour tomber dans ses bras alors que c’est son dernier mandat. Quel intérêt on a aujourd’hui à se rapprocher de lui? Je ne vois pas bien », analyse un collaborateur du groupe LR.

La défaite dès le premier tour de Guillaume Larrivé, élu dans l’Yonne depuis une décennie, a d’ailleurs été vu par certains comme un signe. Conseiller politique de Valérie Pécresse pendant la campagne présidentielle, il avait appelé avant même l’entre-deux-tours à construire « une nouvelle majorité » avec Renaissance.

« Il n’y a pas de tentation Macron. On nous en promettait 25 députés qui partiraient vers le président, ils sont finalement 5« , avance de son côté l’ancien député LR Alain Marleix.

Pour affronter le Modem et Horizons qui feront acte d’indépendance et parvenir à convaincre les LR de s’allier au moins sur certains textes, Emmanuel Macron aura besoin de faire preuve d’un grand doigté politique et de pouvoir compter sur ses têtes de proue. Mais certains doutent que le casting gouvernemental soit à la hauteur des enjeux, à commencer par Élisabeth Borne.

« Je n’ai rien contre elle, c’est une très bonne technicienne. Mais on va avoir besoin de quelqu’un de très politique qui sache mettre les mains dans la tambouille politique et qui pourra calmer Édouard Philippe quand il faut et motiver les LR si nécessaire. Je ne la sens pas vraiment dans cette dynamique », analyse un conseiller ministériel de Bercy.

Sur les bancs de Renaissance, les prestations d’entre-deux-tours de la Première ministre, entre une prise de parole confuse sur les consignes de vote en cas de duels Nupes-RN le soir du premier tour et une visioconférence le lendemain dans la pénombre, son ordinateur juché sur un carton, n’ont pas convaincu.

De quoi la voir déjà en sursis ? « Emmanuel Macron déteste décider sous la pression. Mais si elle ne fait pas l’affaire dans ce contexte très compliqué, je doute qu’il ait beaucoup d’états d’âme », continue ce collaborateur.

Richard Ferrand, un intime du président, s’est d’ailleurs assuré de faire passer le message à sa façon. « Il ne faut pas qu’on fasse une campagne sous Lexomil », a-t-il tancé lors du petit-déjeuner de la majorité mardi dernier.

Certains voyaient d’ailleurs dans le président de l’Assemblée nationale, qui se verrait bien rester au Perchoir, le grand gagnant de cette séquence. « Le président va avoir besoin de quelqu’un qui maîtrise tous les rouages, qui tient la majorité et qui arrive à parler à tout le monde. Il a ce profil en or », reconnaît d’ailleurs un député LR. Las, il a été battu ce dimanche soir.

En attendant, au sein de la macronie, on tente se rassurer sur les résultas du gouvernement: « Plus de la moitié de (ses) membres se sont présentés dans leur circonscription », « et la très, très grande majorité a été élue ».

Elections législatives 2022 : L’improbable scénario de cohabitation

Elections législatives 2022 : L’improbable scénario de cohabitation

Pour le politologue Pascal Perrineau, le scénario d’une cohabitation est « improbable »

« Décrocher la majorité aux élections législatives, quelques semaines après l’élection présidentielle, relèverait du prodige » pour la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes), a estimé ce samedi sur franceinfo le politologue Pascal Perrineau.

À noter que les sondages donnent au moins 300 députés à la majorité de Macron et autour de 150 à la gauche

franceinfo : Cette gauche unie, réunie au sein de la Nupes, a-t-elle les moyens de remporter les élections législatives ?

Décrocher la majorité aux élections législatives, quelques semaines après l’élection présidentielle, relèverait du prodige. Depuis la réforme du quinquennat au début des années 2000 et l’inversion du calendrier électoral, les élections législatives n’ont plus d’autonomie par rapport à l’élection présidentielle. Elles ont toujours été une pâle copie du rapport de force de la présidentielle. Parce que d’une part, les électorats des oppositions qui ont été battus lors de la présidentielle se démobilisent. Et d’autre part, les électeurs qui ont gagné, à savoir l’électorat du président de la République et les forces qui le soutiennent, sont davantage mobilisés. Il y a aussi, en général, un fort taux d’abstention. Donc les oppositions sont renvoyées à leur statut d’opposition. Et les Français n’ont pas envie, en quelques semaines, d’élire une majorité qui empêcherait le président – qu’ils ont choisi tout de même à 58% des suffrages exprimés – de gouverner.

franceinfo : Vous ne croyez donc pas à une cohabitation ?

Même s’il ne faut jamais dire « jamais » en matière politique, la situation d’une cohabitation est le scénario le plus improbable. Que ce soit pour la France insoumise, avec ses nouveaux alliés, ou que ce soit pour le Rassemblement national, dont il faut rappeler qu’il était la deuxième force avant la France insoumise. Donc, je ne crois pas à une majorité alternative. En revanche, on peut s’interroger sur le statut de la majorité de la République en marche – qui s’appelle désormais Renaissance – avec ses alliés. Parce que l’on peut avoir une majorité absolue pour le seul parti du président. Mais un autre scénario est possible : celui d’une majorité relative, qui entraînerait une cohabitation à l’intérieur des différentes forces qui soutiennent le président de la République.

franceinfo : La Nupes a cependant toutes les chances de s’imposer comme la principale force d’opposition ?

Bien sûr, il y a tout de même une alliance, alors que le Rassemblement national a refusé de s’allier avec Reconquête! et reste dans une position solitaire. Là, en effet, la France insoumise a décidé de s’allier avec le Parti socialiste, les écologistes et le Parti communiste. Ce ne sont certes pas des forces très importantes, mais il faut reconnaître que le patron de la France insoumise joue parfaitement l’agenda. Et je crois qu’il joue aussi ici la reconstitution de la gauche, peut-être pour la première fois de son histoire autour de sa force extrême, et non pas autour de sa force centrale qu’a été pendant longtemps le Parti socialiste.

franceinfo : Pensez-vous que cette union puisse survivre aux législatives ?

Elle sera fragile. Toutes les unions sont fragiles, mais celle-ci le sera particulièrement. J’écoutais en effet Jean-Luc Mélenchon vanter les charmes de l’union des socialistes, des écologistes, des communistes, des insoumis, des trotskistes et des anarchistes. C’est le mariage de la carpe et du lapin ! Avec d’un côté la carpe réformiste, typique de ce qui reste du Parti socialiste, et de l’autre le lapin révolutionnaire libertaire, c’est-à-dire les trotskistes, les anarchistes ou les ‘insoumis’. Je pense que ce sera très difficile de les faire vivre ensemble.

Ukraine : le même scénario prévisible que pour la Géorgie en 2008

Ukraine : le même scénario prévisible que pour la Géorgie en 2008

Mêmes méthodes, même stratégie, mêmes justifications : la Russie utilise contre l’Ukraine la même logique qu’à l’égard de la Géorgie, en tablant sur la passivité des Occidentaux estime un papier du Monde de Sylvie Kauffmann.

 

 

Chronique.

 

Au cours d’une réunion du conseil de sécurité russe consacrée au Donbass qui restera dans les annales comme un grand moment télévisé du pouvoir autocratique, l’ancien président Dmitri Medvedev a fait, lundi 21 février, au Kremlin, une comparaison dévastatrice pour les démocraties occidentales. Il s’agissait de la Géorgie, dont les troupes russes occupent 20 % du territoire depuis que Moscou a reconnu, en 2008, deux petites républiques séparatistes, à l’issue d’une guerre éclair.

« Je me souviens bien de 2008, quand on a décidé de reconnaître l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, a dit M. Medvedev sous l’œil de son successeur, Vladimir Poutine. On a sauvé des centaines de milliers de vies. Aujourd’hui, le risque est plus grand, il y a plus de monde. On sait ce qui va arriver après. On connaît les sanctions. On connaît la pression. Mais on sait aussi comment répondre. Si on sait se montrer patients, ils se lasseront et ils reviendront vers nous pour parler sécurité stratégique et stabilité. La Russie doit reconnaître l’indépendance des républiques du Donbass. L’expérience montre que la tension retombera. »

 

« Ils ». Dmitri Medvedev ne s’est même pas donné la peine de les nommer, tant le Kremlin a intégré le comportement des Européens depuis ce funeste précédent : dans son esprit, ils s’indignent, menacent, sanctionnent, puis, passent à autre chose.

Les Européens, et en particulier le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, étaient en effet à la manœuvre dans cet épisode géorgien qui, à tant d’égards, préfigurait le drame ukrainien d’aujourd’hui. Son homologue américain George W. Bush, en fin de mandat, avait délégué la gestion de la crise à l’Union européenne (UE), dont la France assurait alors la présidence tournante.

Le plus troublant cependant, lorsque l’on revisite l’affaire géorgienne, est le comportement de la Russie. Rétrospectivement, tous les éléments de la crise que vient de provoquer Vladimir Poutine sur l’Ukraine étaient déjà en place, la stratégie éprouvée, le cadre géopolitique posé. Tout était écrit. Il suffisait de vouloir lire.

Successeur de Boris Eltsine, Poutine arrive au pouvoir en 2000. Les attentats du 11 septembre 2001 lui laissent espérer une coopération avec les Etats-Unis, mais la guerre d’Irak éloigne cette perspective. En 2003 et 2004 surviennent les premières « révolutions de couleur » dans deux ex-républiques soviétiques : la « révolution des roses » en Géorgie, puis la « révolution orange » en Ukraine portent des démocrates au pouvoir. C’est un tournant pour le dirigeant russe, qui voit ces deux pays lorgner l’Ouest alors que l’OTAN et l’UE sont déjà en train d’intégrer les anciens pays satellites d’Europe centrale.

Hôpitaux : un scénario catastrophe ?

 

 

L’institut Pasteur a élaboré un certain nombre de scénarios concernant le taux d’occupation des capitaux. Un scénario toutefois difficile à élaborer dans la mesure où des éléments d’information manquent encore vis-à-vis de la mortalité du virus omicron qui seraient finalement moins dangereux que le variants Delta et vis-à-vis de sa contagiosité, elle, beaucoup plus grande que celle du variant Delta.

 

Dans un scénario catastrophe, l’institut Pasteur prévoit jusqu’à 5000 entrées nouvelles de contaminés dans les les hôpitaux par jour. Des chiffres qu’il serait impossible de traiter en l’état actuel des moyens hospitaliers et qui signifierait que le virus est complètement hors de contrôle

Dans ce scénario catastrophe, l’institut Pasteur imagine une hausse très nette de la transmissibilité d’un variant à un autre pourrait alors nous conduire à aliter 5000 personnes tous les jours en l’absence de mesure, assure le document.

Par ailleurs, une réduction des contacts entre les individus maintiendrait ce pic aux alentours de 2500 dans le cas « où l’avantage de transmission d’Omicron est intermédiaire ou bas ».

En tout état de cause, Pasteur s’arrête donc sur la perspective suivante: « En comparant différents scénarios, nous estimons que la vague Omicron pourrait rester gérable avec des mesures d’intensité intermédiaire si la sévérité intrinsèque d’Omicron
est environ 80% plus faible que celle du variant Delta. »

Pour « gérable » qu’elle puisse être, la crise s’annonce cependant pénible et les chercheurs ne le dissimulent pas. Ainsi, ils posent que « des centaines de milliers de Français pourraient être infectés quotidiennement en janvier ». De quoi bloquer nombre d’activités y compris des activités essentielles.

Climat-– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Climat-– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°,événement climatique, qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, est amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

 Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

 

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Météo– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Météo– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°,événement climatique, qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, est amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

 Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

 

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Climat-température: Scénario catastrophe

Climat-température: Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°, un événement climatique qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, par ailleurs  amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

Vendredi encore, des dizaines d’incendies faisaient rage dans l’ouest du Canada (62 feux recensés en 24 heures) et en Californie, sans espoir d’amélioration immédiate. La veille, un millier de personnes avaient été évacuées en Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada, où un incendie de forêt a brûlé près de 90 % du village de Lytton. Ce village, situé à quelque 250 km au nord-ouest de Vancouver a enregistré cette semaine un record national de chaleur à 49,6 °C.

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Climat-Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

 

Climat-Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°,événement climatique, qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, est amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

Vendredi encore, des dizaines d’incendies faisaient rage dans l’ouest du Canada (62 feux recensés en 24 heures) et en Californie, sans espoir d’amélioration immédiate. La veille, un millier de personnes avaient été évacuées en Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada, où un incendie de forêt a brûlé près de 90 % du village de Lytton. Ce village, situé à quelque 250 km au nord-ouest de Vancouver a enregistré cette semaine un record national de chaleur à 49,6 °C.

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°,événement climatique, qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, est amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

Vendredi encore, des dizaines d’incendies faisaient rage dans l’ouest du Canada (62 feux recensés en 24 heures) et en Californie, sans espoir d’amélioration immédiate. La veille, un millier de personnes avaient été évacuées en Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada, où un incendie de forêt a brûlé près de 90 % du village de Lytton. Ce village, situé à quelque 250 km au nord-ouest de Vancouver a enregistré cette semaine un record national de chaleur à 49,6 °C.

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Après le spectaculaire rebond des Bourses, quelles perspectives apparaissent pour la suite s’interroge, dans sa chronique, Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. (Chronique dans le Monde)

Par Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac)

 

Il y a un an presque jour pour jour, les marchés d’actions perdaient de l’ordre de 40 % en tout juste un mois. Cet effondrement qui ravivait pour les investisseurs les souvenirs de l’automne 2008 reflétait la décision prise par de nombreux pays de tenter de contenir la propagation du tout nouveau coronavirus en mettant à l’arrêt 70 % à 80 % de leur activité économique. 

Mais pour protéger « l’essentiel » du secteur privé, entreprises comme particuliers, des conséquences du séisme économique qu’ils avaient déclenché, les gouvernements concernés, assumant leurs responsabilités, lançaient immédiatement avec l’appui des banques centrales des plans de soutien financiers hors normes.

Ce soutien « quoi qu’il en coûte » contrastait de façon spectaculaire avec le traitement de la grande crise financière douze ans plus tôt, quand les gouvernements s’étaient déclarés largement démunis du fait de leur situation financière précaire, et avaient confié aux banques centrales l’essentiel de la mission de sauvetage.

Les marchés ne s’y trompèrent pas et saluèrent ce va-tout des pouvoirs publics d’un rebond bien plus rapide qu’après la crise de 2008. Aussi, l’indice CAC40 a aujourd’hui pratiquement retrouvé son niveau de février 2020, date à laquelle il renouait tout juste, après douze années de progrès laborieux, avec ses niveaux (dividendes exclus) d’avant crise de 2008. Et cette performance n’est rien en comparaison de celle affichée par d’autres indices actions.

Ainsi, amplifié dans sa phase finale par le déploiement tant attendu de solutions vaccinales à la pandémie, puis aux Etats-Unis par des plans de relances superlatifs promis par la nouvelle administration Biden, l’indice des actions américaines S&P 500 a retrouvé ses niveaux de février dès le mois d’août 2020, et a encore progressé de plus de 17 % depuis.

Le sursaut des marchés d’actions a donc été très spectaculaire, mais il s’explique rationnellement. Mais si maintenant nous continuons de tirer le fil de cette évolution somme toute logique, quelles perspectives apparaissent pour la suite de l’histoire ?

 

Pour tenter de répondre à cette question, il faut d’abord observer que l’année passée n’a en réalité constitué qu’un nouveau mini-cycle économique, classique dans ses différentes séquences, mais dont l’évolution a été extrêmement violente et resserrée sur seulement douze mois, au lieu des deux à trois années d’un cycle normal. La dynamique interne des indices est alors éclairante. 

Depuis le point bas du mois de mars 2020, l’anticipation de la reprise économique à partir d’un niveau abyssal a d’abord permis aux secteurs cycliques de rebondir, tout en demeurant bienveillants à l’égard des secteurs de croissance compte tenu des incertitudes et du niveau d’activité effectif encore très faible.

Puis, beaucoup plus rapidement qu’à l’accoutumée, le cycle est passé à sa deuxième phase, celle où les marchés commencent à anticiper une amplification du rebond, avec son cortège d’interrogations sur ses conséquences en termes d’inflation et, par suite, de resserrement des politiques monétaires.

Aux Etats-Unis surtout, les progrès dans le programme de vaccination et la perspective d’un plan de soutien budgétaire sans précédent de 1 900 milliards de dollars (1 595 milliards d’euros), qui sera vraisemblablement suivi dans l’année d’un plan de relance du même ordre de grandeur, ont mis sous anabolisants les anticipations de croissance économique. Les marchés obligataires ont donc commencé à se détériorer, et côté actions, la surperformance des secteurs cycliques s’est accentuée pour les plus favorisés par ce moment du cycle, comme le secteur financier, l’énergie et les matériaux. Nous en sommes là et, dès lors, deux scénarios principaux se présentent pour la suite du cycle.

Le premier scénario est celui du basculement inexorable vers la troisième phase classique d’un cycle, celle où l’économie produit ses propres antidotes aux risques de surchauffe : une hausse des taux d’intérêt obligataires (éventuellement conjuguée à une hausse des taux directeurs des banques centrales) qui agit comme un ralentisseur de la croissance et de l’inflation.

 

Pendant cette période la hausse des taux d’intérêt conjuguée au ralentissement économique constitue un cocktail peu engageant à la fois pour les investisseurs obligataires et actions. C’est le moment où il est bien difficile de faire mieux que des liquidités précieusement conservées à l’abri des caprices du marché. « Cash is king » (« l’argent liquide est roi ») est typiquement le mot d’ordre pendant cette phase. C’est par exemple la situation à laquelle ont été confrontés les investisseurs en 2018. 

Mais l’année 2021 ne laisse-t-elle pas la place à un autre scénario ?

Ne peut-on considérer que « cette fois, c’est différent » ? En effet, le volontarisme des pouvoirs publics est sans précédent. L’administration Biden n’est-elle pas ainsi à l’aube de la mise en place d’un régime de croissance tiré par des dépenses publiques durablement hors normes, bien davantage guidées par l’impératif sociétal de réduire des inégalités ayant atteint des niveaux explosifs, que contraintes par le souci orthodoxe d’équilibre des finances publiques ?

Dans ce cas, la volonté politique pourrait être plus forte que les ralentisseurs des taux d’intérêt, a fortiori si les banques centrales continuent de contrôler ces derniers, et la croissance pourrait peut-être atteindre la fameuse « vitesse d’échappement », capable d’éviter la rechute (au moins pour quelque temps) dans la phase de ralentissement, à la façon dont un satellite atteint la vitesse suffisante pour quitter sa trajectoire orbitale ?

Ce scénario, qui repose sur des hypothèses très fortes et de nature politique, est difficile à concevoir aujourd’hui. Mais il ne peut être totalement exclu tant l’agenda politico-économique, en tout cas aux Etats-Unis, évoque davantage aujourd’hui l’emballement des dépenses budgétaires de la fin des années 1960 que la brève relance de 2016.

 

Devant une telle incertitude, la solution d’une classique diversification réductrice de risques peut être tentante pour les investisseurs. 

Mais une autre approche mérite d’être envisagée, consistant à détenir en portefeuille des actifs positionnés aux deux extrêmes de l’alternative : d’un côté des valeurs très cycliques, idéalement placées pour profiter du scénario d’une croissance qui atteindrait sa « vitesse d’échappement » ; d’un autre côté des valeurs à très forte visibilité, ainsi même que de simples liquidités, pour amortir le risque d’une piteuse retombée sur terre. Ce type de construction de portefeuille [investir sur les extrêmes] est connu sous le nom de « barbell » dans le jargon des marchés. Il fait partie de la panoplie des outils de gestion des risques reconnus en période de grande incertitude.

 

Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac) 

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Après le spectaculaire rebond des Bourses, quelles perspectives apparaissent pour la suite s’interroge, dans sa chronique, Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. (Chronique dans le Monde)

Par Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac)

 

Il y a un an presque jour pour jour, les marchés d’actions perdaient de l’ordre de 40 % en tout juste un mois. Cet effondrement qui ravivait pour les investisseurs les souvenirs de l’automne 2008 reflétait la décision prise par de nombreux pays de tenter de contenir la propagation du tout nouveau coronavirus en mettant à l’arrêt 70 % à 80 % de leur activité économique. 

Mais pour protéger « l’essentiel » du secteur privé, entreprises comme particuliers, des conséquences du séisme économique qu’ils avaient déclenché, les gouvernements concernés, assumant leurs responsabilités, lançaient immédiatement avec l’appui des banques centrales des plans de soutien financiers hors normes.

Ce soutien « quoi qu’il en coûte » contrastait de façon spectaculaire avec le traitement de la grande crise financière douze ans plus tôt, quand les gouvernements s’étaient déclarés largement démunis du fait de leur situation financière précaire, et avaient confié aux banques centrales l’essentiel de la mission de sauvetage.

Les marchés ne s’y trompèrent pas et saluèrent ce va-tout des pouvoirs publics d’un rebond bien plus rapide qu’après la crise de 2008. Aussi, l’indice CAC40 a aujourd’hui pratiquement retrouvé son niveau de février 2020, date à laquelle il renouait tout juste, après douze années de progrès laborieux, avec ses niveaux (dividendes exclus) d’avant crise de 2008. Et cette performance n’est rien en comparaison de celle affichée par d’autres indices actions.

Ainsi, amplifié dans sa phase finale par le déploiement tant attendu de solutions vaccinales à la pandémie, puis aux Etats-Unis par des plans de relances superlatifs promis par la nouvelle administration Biden, l’indice des actions américaines S&P 500 a retrouvé ses niveaux de février dès le mois d’août 2020, et a encore progressé de plus de 17 % depuis.

Le sursaut des marchés d’actions a donc été très spectaculaire, mais il s’explique rationnellement. Mais si maintenant nous continuons de tirer le fil de cette évolution somme toute logique, quelles perspectives apparaissent pour la suite de l’histoire ?

 

Pour tenter de répondre à cette question, il faut d’abord observer que l’année passée n’a en réalité constitué qu’un nouveau mini-cycle économique, classique dans ses différentes séquences, mais dont l’évolution a été extrêmement violente et resserrée sur seulement douze mois, au lieu des deux à trois années d’un cycle normal. La dynamique interne des indices est alors éclairante. 

Depuis le point bas du mois de mars 2020, l’anticipation de la reprise économique à partir d’un niveau abyssal a d’abord permis aux secteurs cycliques de rebondir, tout en demeurant bienveillants à l’égard des secteurs de croissance compte tenu des incertitudes et du niveau d’activité effectif encore très faible.

Puis, beaucoup plus rapidement qu’à l’accoutumée, le cycle est passé à sa deuxième phase, celle où les marchés commencent à anticiper une amplification du rebond, avec son cortège d’interrogations sur ses conséquences en termes d’inflation et, par suite, de resserrement des politiques monétaires.

Aux Etats-Unis surtout, les progrès dans le programme de vaccination et la perspective d’un plan de soutien budgétaire sans précédent de 1 900 milliards de dollars (1 595 milliards d’euros), qui sera vraisemblablement suivi dans l’année d’un plan de relance du même ordre de grandeur, ont mis sous anabolisants les anticipations de croissance économique. Les marchés obligataires ont donc commencé à se détériorer, et côté actions, la surperformance des secteurs cycliques s’est accentuée pour les plus favorisés par ce moment du cycle, comme le secteur financier, l’énergie et les matériaux. Nous en sommes là et, dès lors, deux scénarios principaux se présentent pour la suite du cycle.

Le premier scénario est celui du basculement inexorable vers la troisième phase classique d’un cycle, celle où l’économie produit ses propres antidotes aux risques de surchauffe : une hausse des taux d’intérêt obligataires (éventuellement conjuguée à une hausse des taux directeurs des banques centrales) qui agit comme un ralentisseur de la croissance et de l’inflation.

 

Pendant cette période la hausse des taux d’intérêt conjuguée au ralentissement économique constitue un cocktail peu engageant à la fois pour les investisseurs obligataires et actions. C’est le moment où il est bien difficile de faire mieux que des liquidités précieusement conservées à l’abri des caprices du marché. « Cash is king » (« l’argent liquide est roi ») est typiquement le mot d’ordre pendant cette phase. C’est par exemple la situation à laquelle ont été confrontés les investisseurs en 2018. 

Mais l’année 2021 ne laisse-t-elle pas la place à un autre scénario ?

Ne peut-on considérer que « cette fois, c’est différent » ? En effet, le volontarisme des pouvoirs publics est sans précédent. L’administration Biden n’est-elle pas ainsi à l’aube de la mise en place d’un régime de croissance tiré par des dépenses publiques durablement hors normes, bien davantage guidées par l’impératif sociétal de réduire des inégalités ayant atteint des niveaux explosifs, que contraintes par le souci orthodoxe d’équilibre des finances publiques ?

Dans ce cas, la volonté politique pourrait être plus forte que les ralentisseurs des taux d’intérêt, a fortiori si les banques centrales continuent de contrôler ces derniers, et la croissance pourrait peut-être atteindre la fameuse « vitesse d’échappement », capable d’éviter la rechute (au moins pour quelque temps) dans la phase de ralentissement, à la façon dont un satellite atteint la vitesse suffisante pour quitter sa trajectoire orbitale ?

Ce scénario, qui repose sur des hypothèses très fortes et de nature politique, est difficile à concevoir aujourd’hui. Mais il ne peut être totalement exclu tant l’agenda politico-économique, en tout cas aux Etats-Unis, évoque davantage aujourd’hui l’emballement des dépenses budgétaires de la fin des années 1960 que la brève relance de 2016.

 

Devant une telle incertitude, la solution d’une classique diversification réductrice de risques peut être tentante pour les investisseurs. 

Mais une autre approche mérite d’être envisagée, consistant à détenir en portefeuille des actifs positionnés aux deux extrêmes de l’alternative : d’un côté des valeurs très cycliques, idéalement placées pour profiter du scénario d’une croissance qui atteindrait sa « vitesse d’échappement » ; d’un autre côté des valeurs à très forte visibilité, ainsi même que de simples liquidités, pour amortir le risque d’une piteuse retombée sur terre. Ce type de construction de portefeuille [investir sur les extrêmes] est connu sous le nom de « barbell » dans le jargon des marchés. Il fait partie de la panoplie des outils de gestion des risques reconnus en période de grande incertitude.

 

Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac) 

Fonte des glaces : le pire scénario depuis 30 ans

Fonte des glaces : le pire scénario depuis 30 ans

Selon une étude menée par l’université de Leeds, au Royaume-Uni, la fonte des glaces a suivi les « pires scénarios » prévus pour la calotte glaciaire ces trois dernières décennies. La disparition de la glace contribue à la hausse du niveau des océans et menace les régions côtières des quatre coins du monde.

Selon l’étude repérée par Ouest-France et publiée lundi 25 janvier dans la revue The Cryosphère, le taux de fonte des glaces a augmenté de 65% entre 1994 et 2017. Pour mener ses recherches, l’université s’est basée sur des observations satellitaires de la cryosphère, qui comprend les glaciers, les calottes polaires ou encore la banquise.

« Le taux de fonte des glaces sur Terre a sensiblement augmenté au cours des trois dernières décennies, de 800 milliards de tonnes par an dans les années 1990, à 1.300 milliards de tonnes par an en 2017″, a indiqué l’université britannique. Au total, ce sont donc 28.000 milliards de tonnes de glace qui ont disparu sur la période étudiée, « l’équivalent d’une couche de glace de 100 mètres d’épaisseur recouvrant tout le Royaume-Uni« .

Les zones les plus concernées sont l’océan Arctique avec 7.600 milliards de tonnes et l’Antarctique avec 6.500 milliards de tonnes. Le trio de tête est complété par les glaciers de montagne où 6.100 de tonnes de glace ont disparu.

Covid-19 : « un scénario sombre » (ONU)

Covid-19 : « un  scénario sombre » (ONU)

 

L’hypothèse d’un scénario sombre n’est pas à écarter concernant l’évolution du colis 19 estime le secrétaire général des Nations unies ( tribune AFP)

« Du Covid-19 à la perturbation du climat, de l’injustice raciale à l’aggravation des inégalités, notre monde est dans la tourmente. Dans le même temps, nous sommes une communauté internationale avec une vision durable, inscrite dans la Charte des Nations Unies, dont nous commémorons cette année le 75e anniversaire. Cette vision d’un avenir meilleur, fondé sur les valeurs d’égalité, de respect mutuel et de coopération internationale, nous a permis d’éviter une Troisième Guerre mondiale, qui aurait eu des conséquences catastrophiques pour la vie sur la planète. Notre défi commun est de canaliser cet esprit collectif et de nous montrer à la hauteur de cette épreuve.

La pandémie a mis à nu des inégalités graves et structurelles, tant entre les pays qu’à l’intérieur de chacun d’entre eux. De façon plus générale, elle a mis en évidence les vulnérabilités du monde, non seulement face à une nouvelle urgence sanitaire, mais aussi dans notre intervention chancelante face à la crise climatique, à l’anarchie dans le cyberespace et aux risques de prolifération nucléaire. Les gens, partout, perdent confiance dans la classe politique et dans les institutions politiques.

Cette urgence est aggravée par plusieurs autres crises humanitaires profondes : des conflits qui se prolongent, voire s’intensifient ; un nombre record de personnes contraintes de fuir leur foyer ; des essaims de criquets en Afrique et en Asie du Sud ; la sécheresse imminente en Afrique et en Amérique centrale ; tout cela dans un contexte de montée des tensions géopolitiques. Face à ces vulnérabilités, les chefs d’État et de gouvernement doivent faire preuve d’humilité et saisir l’importance fondamentale d’être unis et solidaires. Personne ne peut prédire l’avenir, mais je vois deux scénarios possibles.

Nous pourrions assister à une aggravation des divisions, du populisme et de la xénophobie

Premièrement, l’option « optimiste ». Dans ce cas, le monde s’en sortirait vaille que vaille. Les pays de l’hémisphère nord pourraient concocter une stratégie de sortie réussie. Les pays en développement recevraient une aide suffisante et leurs caractéristiques démographiques – à savoir la jeunesse de leur population – aiderait à juguler l’impact. Un vaccin pourrait voir le jour, disons dans les neuf prochains mois, et serait distribué comme un bien public mondial, un « vaccin du peuple », qui serait disponible et accessible à tous. Si tel est le cas et que l’économie redémarre progressivement, nous pourrions nous diriger vers une sorte de normalité d’ici deux à trois ans.

Un deuxième scénario, plus sombre, risque néanmoins de se produire, si les pays ne parviennent pas à coordonner leur action. Le virus recommence à se propager par vagues. Le monde en développement connaît une explosion. La mise au point d’un vaccin tarde. Ou encore, un vaccin est rapidement élaboré, fait l’objet d’une concurrence acharnée et les pays les plus puissants sur le plan économique y ont accès en premier, laissant les autres derrière.

Dans ce scénario, nous pourrions assister à une aggravation des divisions, du populisme et de la xénophobie. On pourrait voir des pays faire cavalier seul ou au contraire former des coalitions dites de bonne volonté à régler tel ou tel problème. Au bout du compte, le monde serait incapable de mobiliser le type de gouvernance requise pour répondre aux défis communs.

Il pourrait en résulter une dépression mondiale, qui pourrait durer de cinq à sept ans, avant qu’une nouvelle normalité, dont il est impossible de prédire la nature, n’émerge. Il est très difficile de savoir dans quelle direction nous allons. Nous devons faire de notre mieux et nous préparer au pire. La pandémie, dans toute son horreur, doit être une piqûre de rappel, qui pousse tous les responsables politiques à comprendre qu’il convient de changer de logiciel, et que la division est un danger généralisé. Cette conception permettrait de faire comprendre à tous que la seule façon de remédier aux vulnérabilités mondiales est de mettre en place des mécanismes de gouvernance mondiale plus solides, grâce à la coopération internationale.

Le multilatéralisme d’aujourd’hui manque d’envergure, d’ambition et de mordant, et certains instruments qui ont les moyens de mordre ne manifestent guère d’appétit

Après tout, nous ne pouvons pas nous contenter de renouer simplement avec les systèmes qui ont engendré la crise actuelle. Il nous faut construire en mieux, avec des sociétés et des économies plus durables, plus inclusives et plus égalitaires entre les genres. Ce faisant, il nous faut repenser la façon dont les nations coopèrent. Le multilatéralisme d’aujourd’hui manque d’envergure, d’ambition et de mordant, et certains instruments qui ont les moyens de mordre ne manifestent guère d’appétit, comme l’ont montré les difficultés rencontrées par le Conseil de sécurité.
Il nous faut un multilatéralisme en réseau, dans lequel l’Organisation des Nations Unies et les organismes du système des Nations Unies, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, les organisations régionales comme l’Union africaine et l’Union européenne, les organisations de commerce international et d’autres coopèrent plus étroitement et plus efficacement. Il nous faut également un multilatéralisme plus inclusif. De nos jours, les gouvernements sont loin d’être les seuls partenaires en termes de politique ou de pouvoir. La société civile, le monde des affaires, les autorités locales, les villes et les administrations régionales jouent un rôle de plus en plus prééminent dans le monde actuel.

Cela aura pour résultat un multilatéralisme plus efficace, doté des mécanismes dont il a besoin pour disposer d’une gouvernance mondiale effective lorsque cela est nécessaire. Un nouveau multilatéralisme en réseau efficace, fondé sur les valeurs pérennes de la Charte des Nations Unies, pourrait nous sortir de notre état de torpeur et freiner notre glissement vers un danger toujours plus grand. Les responsables politiques du monde entier doivent tenir compte de cette piqûre de rappel et se mobiliser pour remédier aux vulnérabilités dans le monde, renforcer la capacité de gouvernance mondiale, donner du mordant aux institutions multilatérales et mettre à profit le pouvoir que confèrent l’unité et la solidarité afin de surmonter la plus grande épreuve de notre époque. »

 

Canicule : scénario catastrophe en 2040 ?

 

Plusieurs  experts prévoient des températures à 50 degrés et plus d’ici 2040-2050 en France.

 Il n’y a sans doute pas besoin d’être un grand spécialiste en climatologie pour se rendre compte du réchauffement y compris en France. Il y a déjà plusieurs dizaines d’années que nombre de régions de France ne connaissent  plus de véritable hiver, c’est encore le cas cette année.  L’Agence américaine océanique et atmosphérique a annoncé que 2016 a été l’année la plus chaude depuis le début des relevés de températures, en 1880. Avec une montée record du mercure durant chacun des mois de janvier à août, la température à la surface des terres et des océans l’année dernière a été de 0,94 °C supérieure à la moyenne du XXe siècle (qui était de 13,9°C).Dans une analyse séparée des relevés de températures mondiales, la Nasa a également déterminé que 2016 a été l’année la plus chaude sur le globe en 136 ans. Et la température pourrait continuer de s’élever. En 2018 ces records devraient être dépassés.  Dans le futur on prévoit +3.6 degré d’ici 2040, c’est le scénario catastrophe de l’agence internationale de l’énergie avec pour conséquence notamment la montée des mers. En cause surtout le gaspillage d’énergie polluante notamment en Chine où la réduction de la pollution ne sera pas effective avant 2030. En 2040 le cocktail énergétique mondial sera composé à parts égales de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergies vertes ou peu carbonées, selon l’AIE. Et pour chacune de ces énergies, « les ressources ne constituent pas une contrainte » durant ces 25 ans, écrivent les experts de l’Agence, qui dépend de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pas de choc pétrolier ni gazier à prévoir, donc, notamment grâce à l’essor du pétrole et du gaz de schistes. La mauvaise nouvelle, maintenant. Du fait en partie de cette ressource relativement abondante, mais aussi des 2 milliards d’humains supplémentaires attendus sur terre, la consommation mondiale d’énergie va encore s’accroître de 37 % d’ici à 2040. Une hausse cohérente avec les dernières prévisions d’ExxonMobil (+35 %). En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer à grimper, et la température sur terre va augmenter en moyenne de 3,6 degrés. Un scénario catastrophique. La hausse des températures envisagée est en effet bien supérieure à l’objectif international de limiter le réchauffement mondial à 2 degrés. Ce seuil franchi, les événements climatiques extrêmes risquent de se multiplier, et le niveau de la mer menace de s’élever dangereusement. « Cet objectif de 2 degrés requiert des actions urgentes afin de ramener le système énergétique sur une voie plus sûre », écrivent les experts de l’AIE.

 

Température : scénario catastrophe d’ici 2040

Température : scénario catastrophe d’ici  2040

 

+3.6 degré d’ici 2040, c’est le scénario catastrophe de l’agence internationale de l’énergie avec pour conséquence notamment la montée des mers. En cause, surtout le gaspillage d’énergie polluante notamment en Chine où la réduction de la pollution ne sera pas effective avant 2030. En 2040, le cocktail énergétique mondial sera composé à parts égales de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergies vertes ou peu carbonées, selon l’AIE. Et pour chacune de ces énergies, « les ressources ne constituent pas une contrainte » durant ces 25 ans, écrivent les experts de l’Agence, qui dépend de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pas de choc pétrolier ni gazier à prévoir, donc, notamment grâce à l’essor du pétrole et du gaz de schistes. Du fait en partie de cette ressource relativement abondante, mais aussi des 2 milliards d’humains supplémentaires attendus sur terre, la consommation mondiale d’énergie va encore s’accroître de 37 % d’ici à 2040. Une hausse cohérente avec les dernières prévisions d’ExxonMobil (+35 %). En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer à grimper, et la température sur terre va augmenter en moyenne de 3,6 degrés. Un scénario catastrophique. La hausse des températures envisagée est en effet bien supérieure à l’objectif international de limiter le réchauffement mondial à 2 degrés. Ce seuil franchi, les événements climatiques extrêmes risquent de se multiplier, et le niveau de la mer menace de s’élever dangereusement. « Cet objectif de 2 degrés requiert des actions urgentes afin de ramener le système énergétique sur une voie plus sûre », écrivent les experts de l’AIE.

Température : scénario catastrophe en 2040 ?

 

 

 

 Il n’y a sans doute il n’y a sans doute pas besoin d’être un grand spécialiste en climatologie pour se rendre compte du réchauffement y compris en France. Il y a déjà plusieurs dizaines d’années que nombre de régions de France ne connaissent  plus de véritable hiver, c’est encore le cas cette année.  L’Agence américaine océanique et atmosphérique a annoncé que 2016 a été l’année la plus chaude depuis le début des relevés de températures, en 1880. Avec une montée record du mercure durant chacun des mois de janvier à août, la température à la surface des terres et des océans l’année dernière a été de 0,94 °C supérieure à la moyenne du XXe siècle (qui était de 13,9°C).Dans une analyse séparée des relevés de températures mondiales, la Nasa a également déterminé que 2016 a été l’année la plus chaude sur le globe en 136 ans. Et la température pourrait continuer de s’élever. Dans le futur on prévoit +3.6 degré d’ici 2040, c’est le scénario catastrophe de l’agence internationale de l’énergie avec pour conséquence notamment la montée des mers. En cause surtout le gaspillage d’énergie polluante notamment en Chine où la réduction de la pollution ne sera pas effective avant 2030. En 2040 le cocktail énergétique mondial sera composé à parts égales de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergies vertes ou peu carbonées, selon l’AIE. Et pour chacune de ces énergies, « les ressources ne constituent pas une contrainte » durant ces 25 ans, écrivent les experts de l’Agence, qui dépend de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pas de choc pétrolier ni gazier à prévoir, donc, notamment grâce à l’essor du pétrole et du gaz de schistes. La mauvaise nouvelle, maintenant. Du fait en partie de cette ressource relativement abondante, mais aussi des 2 milliards d’humains supplémentaires attendus sur terre, la consommation mondiale d’énergie va encore s’accroître de 37 % d’ici à 2040. Une hausse cohérente avec les dernières prévisions d’ExxonMobil (+35 %). En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer à grimper, et la température sur terre va augmenter en moyenne de 3,6 degrés. Un scénario catastrophique. La hausse des températures envisagée est en effet bien supérieure à l’objectif international de limiter le réchauffement mondial à 2 degrés. Ce seuil franchi, les événements climatiques extrêmes risquent de se multiplier, et le niveau de la mer menace de s’élever dangereusement. « Cet objectif de 2 degrés requiert des actions urgentes afin de ramener le système énergétique sur une voie plus sûre », écrivent les experts de l’AIE.

Emploi banques: un scénario catastrophe?

Emploi  banques:  un scénario catastrophe?

 

Il est clair que le secteur bancaire va connaître une vraie révolution avec la poursuite de l’informatisation, le développement des banques en ligne et la venue de nouveaux moyens de paiement comme le mobile. Les experts s’attendent à une diminution des effectifs du secteur bancaire traditionnel de leur de 50 % dans les 10 ans. Interview de dans challenges de  Luc Mathieu, secrétaire général de la fédération CFDT.

Quels sont vos scénarios pour les banques à l’horizon 2025?

Une chose est sûre: l’emploi dans le secteur ne va pas repartir à la hausse. Cela ne veut pas dire que les banques et les compagnies d’assurance vont cesser de recruter, puisqu’il faut faire face au turn-over et aux départs à la retraite. Mais l’ensemble de ces départs ne sera pas remplacé. Dans un secteur employant environ 200.000 personnes, nous enregistrons aujourd’hui une diminution de l’emploi variant dans une fourchette de 1% à 2% par an. A ce niveau de baisse, la pyramide des âges du secteur est favorable pour gérer le phénomène en douceur. Mais ce ne sera pas le cas si l’on atteint 5% dans les prochaines années, soit parce qu’une nouvelle crise contraint les établissements à des économies drastiques, soit parce que le choix des clients pour des banques digitales et low-cost s’amplifie. Personne ne sait si nous éviterons le scénario catastrophe, qui serait synonyme de plans sociaux et de restructurations menés dans l’urgence. On a tous entendu les trois coups mais on n’a pas encore assisté à la levée de rideau pour découvrir la nouvelle scène.

Le secteur bancaire a-t-il les moyens de se montrer résilient?

Le secteur n’en est pas à sa première mutation. Lorsque j’ai commencé dans le métier, le traitement des chèques, des espèces ou des effets de commerce pesaient 40% de notre activité de détail. Les choses ont changé en profondeur depuis, sans provoquer d’effondrement. La dématérialisation des tâches a été engagée de longue date: la banque ne constitue pas par hasard le quatrième consommateur de services informatiques du pays. En outre, traditionnellement, les entreprises investissent dans la formation, indispensable pour s’adapter aux nouvelles technologies. Enfin, il faut reconnaître que le secteur est riche, ce qui permet de faire face plus sereinement. Pour autant, personne ne sait si ce fonctionnement perdurera et permettra de surmonter la vague qui arrive.

Comment comptez-vous vous adapter syndicalement à cette nouvelle situation?

Nous sommes naturellement impactés. Et c’est pour étudier les pistes possibles de nos évolutions que nous avons lancé cette étude sur les banques à l’horizon 2025. Il nous faut élargir notre offre syndicale pour accompagner les adhérents dans l’entreprise, mais aussi en dehors si nécessaire. Personnellement, je pense que notre réflexion doit tourner autour de la meilleure manière de devenir prestataire de services individuels tout en conservant nos objectifs collectifs. C’est à cette condition que nous aurons davantage d’adhérents et que nous pèserons dans les débats en cours.

Comment partagez-vous ces réflexions sur les mutations de la banque avec les employeurs de l’Association française des banques (AFB)?

L’AFB ne cesse de dire qu’elle a besoin d’interlocuteurs. Mais quand nous avons proposé de mener ensemble cette démarche prospective, l’AFB n’a pas voulu. C’est pourquoi nous avons travaillé de notre côté pour établir notre propre diagnostic. Au moment où tout bouge, nous ne pouvons pas nous contenter d’attendre les seuls constats des employeurs. Ces derniers sont dans une situation délicate: ils ont du mal à reconnaître qu’ils ne savent pas trop où nous allons. Et du coup, ils peinent à partager une vision et une stratégie avec les salariés.

Gauchet affaire Valls : « Toujours le même scénario »

Gauchet affaire  Valls : « Toujours le même scénario »

Marcel Gauchet, philosophe et historien français, analyse l’affaire Valls du voyage en avion pour assister à la finale de la Ligue des Champions.

Comment réagissez-vous à l’affaire Valls?
Il y a deux choses qui se télescopent dans cette « affaire Valls », un fond général et un déclencheur imprévisible, le baril de poudre et l’étincelle. Le fond général, c’est cette hypersensibilité de l’opinion à toute question concernant la rigueur dont devrait faire preuve d’exécutif. Il y a une montée du sentiment de l’abus des politiques, présumés ne penser qu’à leur avantage personnel. Il suffit dans cette ambiance que le projecteur soit braqué sur un comportement somme toute assez anodin pour provoquer l’explosion.  Dans le contexte, il n’y a plus rien d’anodin dans la conduite du personnel dirigeant.

 Vous trouvez qu’il n’a pas bien pris la mesure de son erreur, et du coup que sa défense a finalement aggravé la crise….
Le scénario est toujours le même dans ces affaires : les responsables commencent par minimiser, par chercher des échappatoires, avant de prendre le problème de face, quand il est trop tard. Leur incompréhension au départ de ce qui choque leurs concitoyens est le plus grave.

 

lu dans le JDD

Température : scénario catastrophe en 2040

Température : scénario catastrophe en 2040

 

+3.6 degré d’ici 2040, c’est le scénario catastrophe de l’agence internationale de l’énergie avec pour conséquence notamment la montée des mers. En cause surtout le gaspillage d’énergie polluante notammenet en Chine où la réduction de la polution ne sera pas effective avant 2030. En 2040 le cocktail énergétique mondial sera composé à parts égales de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergies vertes ou peu carbonées, selon l’AIE. Et pour chacune de ces énergies, « les ressources ne constituent pas une contrainte » durant ces 25 ans, écrivent les experts de l’Agence, qui dépend de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pas de choc pétrolier ni gazier à prévoir, donc, notamment grâce à l’essor du pétrole et du gaz de schistes. La mauvaise nouvelle, maintenant. Du fait en partie de cette ressource relativement abondante, mais aussi des 2 milliards d’humains supplémentaires attendus sur terre, la consommation mondiale d’énergie va encore s’accroître de 37 % d’ici à 2040. Une hausse cohérente avec les dernières prévisions d’ExxonMobil (+35 %). En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer à grimper, et la température sur terre va augmenter en moyenne de 3,6 degrés. Un scénario catastrophique. La hausse des températures envisagée est en effet bien supérieure à l’objectif international de limiter le réchauffement mondial à 2 degrés. Ce seuil franchi, les événements climatiques extrêmes risquent de se multiplier, et le niveau de la mer menace de s’élever dangereusement. « Cet objectif de 2 degrés requiert des actions urgentes afin de ramener le système énergétique sur une voie plus sûre », écrivent les experts de l’AIE.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol