Archive pour le Tag 'pas'

Pourquoi pas Nabilla comme première ministre ?

Pourquoi pas Nabilla comme première ministre ?

Les différents partis politiques se concurrencent quant à la médiocrité de leur leader. Ainsi cette semaine on a assisté à des propositions pour le poste de Premier ministre tout à fait fantaisistes. D’autres viendront dans le climat de décomposition politique actuelle. Moins pour faire face à la crise que pour discréditer la démocratie. Au sein même de la majorité ( l’ancienne) , on a même avancé le nom de Darmanin qui cherche à faire une alliance avec les anciens républicains, Édouard Philippe voire certains du rassemblement national ( les petits dîners secrets notamment entre Édouard Philippe et Le Pen).

L’Opinion considère, après avoir salué le vote anti Macron, que la France politique est ingérable et réclame un gouvernement d’union. Gouvernement d’union impossible avec les oukazes des uns et des autres qui d’ailleurs pensent davantage à l’élection présidentielle de 2027( voire avant) qui a la gouvernance dans l’intérêt général actuellement.

Au point où on en est, on pourrait aussi avancer l’idée de Nabilla comme future première ministre, elle remplit les conditions d’incompétence totale comme d’autres candidats.

Pourquoi pas Nabilla comme première ministre

Pourquoi pas Nabilla comme première ministre

Les différents partis politiques se concurrencent quant à la médiocrité de leur leader. Ainsi cette semaine on a assisté à des propositions pour le poste de Premier ministre tout à fait fantaisistes. D’autres viendront dans le climat de décomposition politique actuelle. Moins pour faire face à la crise que pour discréditer la démocratie. Au sein même de la majorité ( l’ancienne) , on a même avancé le nom de Darmanin qui cherche à faire une alliance avec les anciens républicains, Édouard Philippe voire certains du rassemblement national ( les petits dîners secrets notamment entre Édouard Philippe et Le Pen).

L’Opinion considère, après avoir salué le vote anti Macron, que la France politique est ingérable et réclame un gouvernement d’union. Gouvernement d’union impossible avec les oukazes des uns et des autres qui d’ailleurs pensent davantage à l’élection présidentielle de 2027( voire avant) qui a la gouvernance dans l’intérêt général actuellement.

Au point où on en est, on pourrait aussi avancer l’idée de Nabilla comme future première ministre, elle remplit les conditions d’incompétence totale comme d’autres candidats.

Wauquiez (LR) : pas de coalition…. pour l’instant !

Wauquiez (LR) : pas de coalition…. pour l’instant !

Le groupe LR prend désormais le nom de « Droite républicaine » à l’assemblée nationale et ses pieds qui a été élus à sa tête. Laurent Wauquiez s’est montré droit dans ses bottes en refusant toute perspective de coalition avec Macon. Le problème c’est que ce n’est pas forcément la vie de la totalité des élus de cette « droite républicaine » dont beaucoup ne sont pas prêts à accepter tacitement une présence des « insoumis dans un gouvernement ». Cela s’accommoderait d’un accord avec les macronistes.

 

Politique-La gauche ne pourra pas appliquer l’ensemble de ses propositions

 

Même si la gauche a montré que sa culture militante n’avait pas disparu, sa victoire est en trompe-l’œil, car elle repose sur une base sociologique trop peu populaire et sur un socle électoral trop composite, analyse le politiste Frédéric Sawicki,  dans une tribune au « Monde ».

 

Si l’on ajoute les 13 candidats de gauche élus hors Nouveau Front populaire aux 182 élus sous sa bannière, la gauche a remporté lors de ces législatives 195 sièges, soit 27 de plus qu’Ensemble et 52 de plus que le Rassemblement national (RN) et ses alliés Les Républicains (LR). Avec un gain net de 44 sièges par rapport à 2022, elle fait cependant moins bien que l’extrême droite, qui en décroche 54 de plus. C’est d’abord parce qu’elle a déjoué les pronostics et parce qu’elle arrive en tête – et donc qu’elle est en mesure de gouverner – que la gauche apparaît comme la grande gagnante du scrutin.Ce succès est d’abord, comme en 2022, le fruit d’une stratégie d’union autour d’un programme et de candidats communs. Rappelons qu’historiquement un tel accord fondé sur le partage des circonscriptions dès le premier tour était alors sans précédent. Sa reconduction, après une campagne européenne fratricide, n’était en rien assurée. Elle aurait pu ouvrir la voie à de très nombreuses dissidences.

Ce succès est aussi le résultat de la stratégie de front républicain. Largement impulsée et appliquée par la gauche avec peu d’exceptions, celle-ci a été mise en œuvre plus tardivement et bien moins systématiquement par le camp présidentiel et quasiment pas par LR. La gauche est ainsi clairement apparue comme la plus intransigeante face au RN, quitte à sacrifier ses candidats face à des adversaires politiques patentés tels que Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, ou Laurent Wauquiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes.

La gauche ne pourra pas appliquer l’ensemble de propositions

La gauche ne pourra pas appliquer l’ensemble de ses propositions

Même si la gauche a montré que sa culture militante n’avait pas disparu, sa victoire est en trompe-l’œil, car elle repose sur une base sociologique trop peu populaire et sur un socle électoral trop composite, analyse le politiste Frédéric Sawicki,  dans une tribune au « Monde ».

 

Si l’on ajoute les 13 candidats de gauche élus hors Nouveau Front populaire aux 182 élus sous sa bannière, la gauche a remporté lors de ces législatives 195 sièges, soit 27 de plus qu’Ensemble et 52 de plus que le Rassemblement national (RN) et ses alliés Les Républicains (LR). Avec un gain net de 44 sièges par rapport à 2022, elle fait cependant moins bien que l’extrême droite, qui en décroche 54 de plus. C’est d’abord parce qu’elle a déjoué les pronostics et parce qu’elle arrive en tête – et donc qu’elle est en mesure de gouverner – que la gauche apparaît comme la grande gagnante du scrutin.Ce succès est d’abord, comme en 2022, le fruit d’une stratégie d’union autour d’un programme et de candidats communs. Rappelons qu’historiquement un tel accord fondé sur le partage des circonscriptions dès le premier tour était alors sans précédent. Sa reconduction, après une campagne européenne fratricide, n’était en rien assurée. Elle aurait pu ouvrir la voie à de très nombreuses dissidences.

Ce succès est aussi le résultat de la stratégie de front républicain. Largement impulsée et appliquée par la gauche avec peu d’exceptions, celle-ci a été mise en œuvre plus tardivement et bien moins systématiquement par le camp présidentiel et quasiment pas par LR. La gauche est ainsi clairement apparue comme la plus intransigeante face au RN, quitte à sacrifier ses candidats face à des adversaires politiques patentés tels que Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, ou Laurent Wauquiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Attal : pas de consigne de vote !

Attal : pas de consigne de vote !

Attal a sans doute l’art de humer avant d’autres l’air du temps. Ainsi il a compris que donner des consignes de vote pourraient être improductifs. Du coup, il en appelle à la conscience simplement de chaque électeur même si par ailleurs il n’a pas hésité à faire des appels nombreux pour ne pas donner de voix au rassemblement national.

 

 

Dans le dernier sondage Odoxa-Backbone pour Le Figaro, réalisé avant le premier tour, 38% des Français se prononçaient en faveur du candidat RN en cas de duel entre la droite nationaliste et le Nouveau Front populaire dans leur territoire. 25% des électeurs iraient vers la gauche, quel que soit le parti derrière la bannière. 9% des personnes interrogées agiraient de même uniquement si l’étiquette partisane leur convenait. «Chacun est libre (…) de faire des commentaires politiques, des déclarations politiques, a fait valoir le premier ministre. Ceux qui sont le plus libres, ce sont les Français qui décident de leur vote.»

Antisémitisme : une charte souhaitée par Raphaël Glucksmann mais pas signée par les « insoumis »

Antisémitisme : une charte souhaitée par Raphaël Glucksmann mais pas signée par les « insoumis »

 

Que Raphaël Glucksmann est sans doute l’un des responsables les mieux placés pour proposer une lutte contre la honteuse vague antisémite qui se traduise parfois par des les actes impardonnables. En effet Raphaël Glucksmann il y a encore quelques semaines était pratiquement comparé à Hitler ! Et rappelons qu’il était chassé du manifestation par des militants » insoumis » dans le positionnement sur ces questions est pour le moins confus voire douteux.

 

« Il y a une explosion de l’antisémitisme, chaque formation politique doit prendre ses engagements. Il y a un problème à gauche, et dans la perception de la gauche par l’opinion. Il faut prendre des engagements qui y répondent », a fait valoir Raphaël Glucksman auprès de l’AFP, fustigeant à nouveau les termes « d’antisémitisme résiduel » utilisés par Jean-Luc Mélenchon.

Le texte propose de « sanctionner immédiatement tout candidat ou élu proférant des propos antisémites ou relativisant l’antisémitisme », de « former les futurs élus à la lutte contre l’antisémitisme et toute forme de racisme », de s’engager pour la sécurisation des lieux de culte mais aussi de « lancer une commission d’enquête parlementaire » sur l’antisémitisme en France.

Nouveau Front populaire : «Cette fois, je ne peux pas» ( Arditti

 Nouveau Front populaire : «Cette fois, je ne peux pas» ( Arditti)

Le monde artistique n’a pas de légitimité particulière pour exprimer auprès de l’opinion ses choix politiques. Cependant Pierre Arditi  est représentatif d’une partie de ces artistes qui ont toujours été proches de la gauche. Et cette fois il indique que trop, c’est trop et qu’il ne pourra pas voter pour ce  » nouveau Front populaire ». 

Figure de la gauche intellectuelle et artistique, Pierre Arditi prend ses distances avec le Nouveau Front populaire. Dans un texte envoyé à la Tribune dimanche , le comédien explique «vivre un cauchemar au ralenti» : «celui de l’anatomie d’une chute vers le chaos.» Si l’acteur de la Vérité de Florian Zeller ou L’un reste l’autre part de Claude Berri s’en prend au Rassemblement national – «Laisser le RN prendre Matignon, c’est accepter au nom d’une pseudo-souveraineté d’abandonner notre indépendance» – il est davantage virulent contre l’alliance de gauche formée pour ces législatives.

«Le Nouveau Front populaire s’est formé avec des cœurs sincères, remplis d’espérance. Ces cœurs sincères sont ma famille, j’ai passé ma vie à les soutenir, à voter comme eux et avec eux. Cette fois-ci, je ne le peux pas, regrette Pierre Arditi. Si certains d’entre eux sont des sociaux-démocrates sincères, je le sais, cette alliance contre-nature est désespérante.» Il fustige leur rapport à la démocratie, à l’antisémitisme, à la République, mais aussi des propos de certains candidats «parfois inqualifiables, tolérant l’intolérable.»

«La question n’est pas Macron ou non. La question est le chaos ou le sursaut, pas une question de personnes mais une question de survie», conclut l’acteur de 79 ans qui sera de retour sur les planches en janvier 2025 dans Le Prix de Cyrille Gely, au théâtre Hébertot.

Sondage Législatives : pas de majorité absolue

Sondage Législatives : pas de majorité absolue

Avec 36% des intentions de vote, le Rassemblement national arriverait en première position au premier tour des législatives mais sans majorité absolue. Et le parti du front populaire deviendrait le premier parti d’opposition. Bref, la vie politique risque d’être assez mouvementée notamment au Parlement.

Selon un nouveau sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune  le Rassemblement national (et ses alliés) pourrait envoyer entre 250 et 280 députés à l’Assemblée nationale, quand la majorité absolue est à 289. Résultat qui imposerait à Emmanuel Macron une cohabitation, en théorie avec le chef du parti politique arrivé en tête aux élections législatives.

L’alliance de gauche du Nouveau Front populaire, qui recueille 27% des intentions de vote, deviendrait le premier groupe d’opposition, entre 150 et 170 sièges. Le camp présidentiel « Ensemble » (à 20%) conserverait entre 90 et 110 sièges (contre 245 aujourd’hui). Soit une perte sèche de 130 à 150 sièges par rapport aux députés Renaissance sortants.

Les Républicains « canal historique » (10% des intentions de vote) opposés à l’alliance avec le Rassemblement national (RN), pourraient conserver entre 35 et 45 sièges (contre 62 aujourd’hui). Les autres forces politiques (divers, régionalistes…), entre 10 et 12 sièges.

Le niveau de participation attendu dépasse les 80% entre les différents électorats des européennes.

La dissolution ne va pas régler la crise mais en créer une supplémentaire

La dissolution ne va pas régler la crise mais en créer une supplémentaire

Le sénateur (Les Républicains), Philippe Bas, craint, dans une tribune au « Monde », que la décision du président de la République n’entraîne une cohabitation subie et dangereuse avec le Rassemblement national, qui pourrait provoquer une succession de chocs politiques.

 

La dissolution prononcée par le président de la République, dimanche 9 juin, rend peu probable la formation d’une majorité entre forces de gouvernement. Pourquoi les électeurs du 7 juillet, date du second tour des élections législatives, désavoueraient-ils ceux du 9 juin ? Il faut donc réfléchir à ce que serait une cohabitation d’Emmanuel Macron avec l’extrême droite.

La France a l’expérience de trois cohabitations. Le gouvernement n’a pas les pleins pouvoirs. L’action gouvernementale bute sur les pouvoirs propres du président. Le premier ministre ne peut faire de référendum ou décider une dissolution, ni commander les armées, ni signer de traité, ni déclencher les pleins pouvoirs de l’article 16 de la Constitution [qui peut être activé en cas de menace grave et immédiate contre les institutions de la République], ni se substituer au président au Conseil européen. Il ne peut promulguer les lois, ni demander une seconde délibération, ni nommer seul les dirigeants de l’administration et de l’armée. Le président reste maître de l’ordre du jour du conseil des ministres.

Pour que les institutions fonctionnent, les deux têtes de l’exécutif ont instauré un rapport de force responsable entre partis de l’alternance démocratique. En 1997, Jacques Chirac président a ainsi obtenu de Lionel Jospin premier ministre ce que Mitterrand président avait imposé à Chirac premier ministre (1986). Un tiers des nominations dans les grands corps ont été réservées au chef de l’Etat. Les Français ont attendu d’eux qu’ils se respectent, respectent les institutions, s’entendent sur la politique étrangère et européenne et sur la défense nationale.

Sommet sur l’Ukraine: Un pas vers la paix ?

Sommet sur l’Ukraine:  Un pas vers la paix ?

 

Plus de deux ans après l’invasion russe, la très grande majorité des participants au sommet sur l’Ukraine  est parvenue à s’entendre sur un communiqué final dessinant des pistes pour mettre fin au plus grand conflit européen depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais reste la question fondamentale de l’association de la Russie pour l’instant qui n’a pas voulu être impliqué dans ce sommet.

Le texte réaffirme « les principes de souveraineté, d’indépendance et d’intégrité territoriale de tous les Etats, y compris l’Ukraine ». Il dénonce « la militarisation de la sécurité alimentaire » et appelle au retour des enfants ukrainiens déportés par la Russie.

Il appelle aussi « à impliquer toutes les parties » au conflit pour faire cesser les hostilités, alors que la Russie et son allié chinois ont snobé ce premier sommet.Le texte réclame aussi que tous les civils ukrainiens illégalement détenus soient « rendus à l’Ukraine ».

Les discussions sur la sécurité alimentaire ont porté sur la crise de la production et des exportations agricoles, qui a créé un choc alimentaire et inflationniste au début de la guerre, l’Ukraine étant l’un des greniers à céréales du monde.

Le communiqué final souligne que « la sécurité alimentaire ne doit être en aucune manière être militarisée » et qu’il faut garantir la liberté de navigation sur la mer Noire et la mer d’Azov.

Le communiqué final demande par ailleurs que l’Ukraine récupère un « contrôle souverain total » sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande centrale nucléaire d’Europe occupée par les Russes.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a mis en garde à de nombreuses reprises contre le risque d’une catastrophe nucléaire majeure dans cette installation.

« Les centrales et installations nucléaires ukrainiennes, y compris la centrale nucléaire de Zaporijjia, doivent fonctionner en toute sécurité sous le contrôle souverain et total de l’Ukraine », indique le communiqué.

« Immigration: pas uniquement un sujet identitaire »

  »Immigration:  pas uniquement un sujet identitaire »

 

Rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, rattaché au CNRS, le sociologue et politiste Félicien Faury travaille sur l’extrême droite. Il est l’auteur de Des électeurs ordinaires. Enquête sur la normalisation de l’extrême droite (Seuil, 240 pages, 21,50 euros), un ouvrage adossé à une enquête de terrain de six ans (2016-2022), qui analyse l’implantation électorale et partisane du Front national, puis du Rassemblement national (RN), dans un territoire du sud-est de la France. Dans le journal Le Monde, il  estime que pour les électeurs du RN l’immigration n’est pas uniquement un sujet identitaire.

Comment analysez-vous le geste politique d’Emmanuel Macron qui provoque des élections législatives ?

Comme beaucoup l’ont souligné avant moi, ce choix repose sur la volonté d’imposer un clivage opposant un parti « central », incarné par Renaissance, et l’extrême droite – avec le présupposé que la gauche sera faible ou divisée. Dans un contexte où le président de la République suscite toujours davantage de défiance, ce clivage a pour effet de faire du RN l’alternative principale au macronisme. Cette situation explique sans doute pourquoi la dissolution était une demande explicite de Jordan Bardella et de Marine Le Pen – et pourquoi cette annonce a été accueillie par des cris de joie, lors des soirées électorales du RN.

On dit souvent que les électeurs du RN sont très sensibles aux questions sociales – en particulier au pouvoir d’achat –, mais votre ouvrage montre la place centrale qu’occupe le racisme dans leurs choix électoraux. Comment cette « aversion envers les minorités ethnoraciales », selon votre expression, se manifeste-t-elle ?

Il faut en fait articuler les deux phénomènes. Les questions sociales comme le pouvoir d’achat sont toujours entremêlées avec des thématiques comme l’immigration et la place des minorités ethnoraciales dans la société française. Pour les électeurs du RN, l’immigration n’est pas uniquement un sujet « identitaire » : c’est aussi, et peut-être surtout, une question pleinement socio-économique. Lorsque les immigrés sont spontanément associés au chômage et aux aides sociales, l’immigration se trouve liée, par le biais des impôts et des charges à payer, à la question du pouvoir d’achat. Ce qu’il faut chercher à comprendre, ce n’est donc pas ce qui « compte le plus » – préoccupations de classe ou racisme –, mais selon quels raisonnements ces enjeux sont reliés.

« La gauche à un niveau très bas, ne peut pas se raconter d’histoires »

« La gauche  à un niveau très bas, ne peut pas se raconter d’histoires »

 

Dans une tribune au « Monde », le président de la Société d’études jaurésiennes dresse un panorama de la gauche à l’issue des élections européennes, et relève qu’elle maintient certes ses positions, mais à un niveau précaire.

 

La dissolution de l’Assemblée nationale pose des enjeux bien plus considérables que ceux relatifs aux élections européennes qui viennent d’avoir lieu. Elle n’empêche pas d’examiner la situation et le rapport des forces actuel tel qu’il vient de se manifester. Mais il faut se souvenir que les européennes doivent être comparées aux autres scrutins européens et qu’elles préjugent d’autant moins des prochaines législatives que, outre les enjeux, le mode de scrutin est entièrement différent.

Voyons les élections européennes depuis quinze ans. Celles de 2009 avaient été marquées par un net recul des gauches, en France comme dans la plupart des pays de l’Union européenne. Pourtant, les listes de gauche regroupaient encore plus de 45 % des suffrages nationaux et faisaient élire 33 députés européens sur 72 (près de 46 % des sièges). En 2014 comme en 2019, le recul global des gauches était sévère : à peu près 34 % à chaque fois, en comptant large (trotskistes et régionalistes compris) : 23 députés sur 74, puis 25 sur 79, 26 avec le retour en 2022 de Pascal Durand dans un groupe de gauche, soit moins d’un tiers de l’effectif national.

David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique 

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique .  Invité du JT de 20h de France 2, le président de l’association des Maires de France et maire LR de Cannes, considère que la crise politique qui secoue la France doit servir à une transformation du modèle actuel.

L’accord annoncé par Eric Ciotti de s’allier au RN secoue sévèrement le parti dont le député des Alpes-Maritimes est le président. Et si de nombreux membres, élus ou non, sont montés au créneau assez vite pour dénoncer cette alliance, d’autres apportent leur soutien au patron des Républicains. Proche d’Eric Ciotti, David Lisnard a choisi de placer le débat un cran au-dessus. Invité de France 2 et de son JT de 20h, le maire LR de Cannes a d’abord assuré avoir eu vent de ce qui était une rumeur, avant sa confirmation officielle mais assurant tout aussi immédiatement que « pour sortir de cette polarisation, la seule solution est d’être constant ».

Un David Lisnard qui a opté pour l’option prospective. « Cette décision lui est personnelle. L’enjeu n’est pas là : l’enjeu ce sont les difficultés quotidiennes, les écoles qui se dégradent… », pointe le président de l’association des Maires de France, pour qui « la solution n’est clairement pas la Macronie ». Ni une « extrême gauche qui prend le pas sur la gauche ».

Et de considérer que la crise actuelle doit être le terreau d’un renouveau, d’un nouveau modèle. Le patron de Nouvelle Energie, le parti qu’il déploie au niveau national depuis 2021, défend la vision d’un Etat recentré sur ses missions essentielles, vilipendant le trop de bureaucratie, appelant à une maîtrise des déficits publics et de la dette, des arguments qu’il répète inlassablement. « Cette crise est une étape de plus dans la situation chaotique que vit notre pays. Elle doit être une première étape vers un renouveau, il faut rendre l’Etat au service des gens, des vraies causes ». D’estimer aussi que « nous sommes dans une crise de l’exécution publique ». Que Les Républicains doivent se transformer, « je le souhaite ardemment ». Saluant ceux « qui ne vont pas à la soupe ». Un message sibyllin mais clair.

 

Dissolution: un coup de dés pas responsable !

Dissolution:   un coup de dés  pas responsable !

 Le coup de semonce qu’Emmanuel Macron a décidé au soir du raz-de-marée RN aux européennes en décrétant la dissolution de l’Assemblée nationale et des élections dans seulement trois semaines relève moins du courage que de la témérité. Laquelle séquestre l’avenir politique et civilisationnel de la France, puisqu’elle met concrètement en péril celle-là même que ses arguments sont censés honorer : la démocratie. L’impétuosité et l’autarcie décisionnelle ne sont pas compatibles avec le temps et avec l’enjeu de la démocratie, surtout lorsqu’il s’agit de la sauver.

Vingt-et-un jours. Trois semaines pour décider du sort de la France. Son économie, son socle social, ses finances, son attractivité, son avenir, ses emplois, son éducation, sa culture, ses services publics, etc. Et bien sûr « tout » de ce qui fait et défait la société, en premier lieu ce qui la fonde : son bien commun, son « vivre ensemble » qu’avait si justement défini Jean-Paul Delevoye lorsqu’il était médiateur de la République (2004 – 2011) et président du CESE (2010 – 2015).

Certes, la décision du chef de l’Etat de dissoudre l’Assemblée nationale n’est pas dépourvue d’arguments. Faute de s’être suffisamment investi en 2022 dans une campagne des législatives qu’il pensait acquise, Emmanuel Macron traine une majorité relative comme un fardeau. Lui à qui jusqu’alors rien ne résistait et qui n’a jamais apporté la preuve d’une sensibilité aiguë pour le compromis, était, depuis, entravé dans sa dynamique jupitérienne et sa hâte, obsessionnelle, de faire et surtout de faire vite.

Entériner l’implosion de la Nupes ; accélérer l’évaporation des Républicains ; étrangler le Rassemblement national en le sommant de désigner en quelques jours 577 candidats et de définir une stratégie électorale ; miser sur l’effroi – cette fois bien réel et à très court terme – d’une prise de pouvoir du RN pour espérer ramener à la raison et à la responsabilité une partie (mais dans quelle proportion ?) des électeurs qui ont composé les 37% de suffrages pour l’extrême droite (RN et Reconquête ! réunis)… voilà des arguments de « stratégie politique » audibles.

Auxquels il faut ajouter un autre, moins reluisant : Emmanuel Macron redoute plus que tout d’être le premier Président de la République de l’histoire à transmettre démocratiquement le pouvoir – en 2027 – à un(e) représentant(e) de l’extrême droite ; pour conjurer ce spectre il semble décidé à prendre le risque du moindre mal, funeste et même sépulcral, de nommer l’extrême droite à… Matignon et de prophétiser sa débâcle une fois aux manettes. Est-ce un scénario moins funèbre (pour la France) et moins humiliant (pour lui) ? Sans doute pas.

Et une fois ces arguments égrainés, que reste-t-il ?

En premier lieu le dévoiement de sa propre promesse. Est-ce faire honneur aux électeurs, est-ce revitaliser la démocratie que d’encager la campagne dans un contre-le-montre étourdissant qui la réduira à une seule question : faire ou non barrage au RN ? Ce biais qui empoisonnera ou ensevelira l’ensemble des débats va, de facto, enterrer les grandes questions et les thématiques fondamentales susceptibles justement de régénérer la démocratie. Punis de cette possibilité, ne sont-ce pas les citoyens les plus désireux de démocratie qui risquent d’être frappés de démobilisation les 30 juin et 7 juillet ?

Autre grave erreur : Emmanuel Macron discrédite lui-même l’enjeu européen en indexant le sort démocratique et parlementaire de la France à celui d’un scrutin dédié à l’avenir de l’Europe. Près d’un tiers des électeurs votent RN et il faut en déduire une dissolution de l’Assemblée nationale ? Exprimé autrement, la démocratie de l’Europe mérite-t-elle d’être ramenée au rang de révélateur ou plutôt de faire-valoir de la démocratie française ?

Également, qu’y-a-t-il de « responsable » d’exposer la nation, dès ce 9 juin 21 heures, au péril d’extrême droite et même, indépendamment du résultat final, au chaos organisationnel et fonctionnel : à quelques semaines des Jeux olympiques et paralympiques - imagine-t-on la sidération qui frappe ce soir les services de l’Etat affectés à la sécurité de l’événement – ? quand la guerre que livre la Russie à l’Ukraine traverse une phase critique, et quand celle qu’Israël mène à Gaza embrase jusqu’au cœur même des démocraties ? à quelques mois d’un scrutin américain à l’issue possiblement éruptive ? au moment où l’avenir de la société et de l’économie françaises est arrimé à des débats parlementaires déterminants et conditionné à des arbitrages gouvernementaux cruciaux ?

Est-il de responsable de placer la France dans la configuration, possible, d’un RN arrivant en tête des législatives mais avec une majorité relative incapable de former des alliances à l’Assemblée ? Considérons alors les conséquences d’un gouvernement RN sans possibilité de faire voter des lois et exposé à une motion de censure permanente…

La France souffre, elle est fracturée, elle hurle ses malaises et sa colère, son avenir est cerclé par l’angoisse, et voilà que le chef de l’Etat lui impose une nouvelle épreuve. Les urnes ont sanctionné son incapacité à écouter les Français, à entendre et à comprendre la nation ; une preuve supplémentaire de son insensibilité aux vibrations de ce « peuple » qu’il sert, pourtant, avec abnégation.

Il n’est pas contestable que l’acte de la dissolution peut sembler être de courage, voire de bravoure – c’est d’ailleurs le mantra communicationnel brandi par les disciples d’Emmanuel Macron pour qualifier le coup de semonce. Mais plus sûrement la décision s’apparente à de la témérité. Et elle est une nouvelle illustration d’un des traits symptomatiques de la personnalité et du style de gouvernance d’Emmanuel Macron : l’impatience. Ou plus exactement l’impétuosité. Laquelle suggère une frénésie, une fièvre de faire coûte que coûte, l’obsession de maîtriser, de bouleverser ou d’incarner le cours de l’histoire, incompatibles avec le temps de la démocratie. Surtout lorsque celle-ci, en danger, exige d’être maçonnée avec rigueur, méthode, concertation, apaisement. Incompatibles aussi avec la double règle du partage de la connaissance et de la collégialité des décisions : l’enjeu de la démocratie française ne s’accommode pas de l’isolement ou de l’autarcie décisionnelle que le chef de l’Etat cultive, du goût des « surprises » qu’il se plait à décréter seul (ou presque) avec lui-même. L’avenir de la France ne se joue pas sur un coup de dés.

 

 

12345...112



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol