Archive pour le Tag 'pas'

Plan de soutien à l’industrie américaine: La réplique de l’Union européenne pas à la hauteur

Plan de soutien à l’industrie américaine: La réplique de l’Union européenne pas à la hauteur

Pour faire face à l’inflation et surtout protéger son industrie, les États-Unis ont décidé d’un plan à 400 milliards ( IRA) qui va évidemment fausser la concurrence en particulier avec l’Europe. Pour l’instant les Européens mégotent pour répliquer par un plan à la hauteur du différentiel de concurrence. Le risque évidemment et que l’Union européenne prennent un retard considérable sur les industries américaines et chinoises.

Mais Commission européenne réplique très mollement face au plan américain en raison des divergences au sein de l’union . Les oppositions tournent surtout autour de la question des subventions en Europe.

« Comme d’habitude, l’Europe est divisée et les logiques nationales prévalent. Les pays du Nord refusent tout protectionnisme pour garder des marchés ouverts à l’export. La France, partisane d’un protectionnisme intelligent et de subventions équivalentes à l’IRA, se retrouve isolée », observe Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du cabinet d’audit BDO France.

On repousse aussi la décision d’un emprunt commun auxquels les pays du Nord sont opposés .

A défaut, la Commission européenne compte mobiliser les fonds européens déjà disponibles dans le cadre du plan de relance et de la transition énergétique dont RepowerEU dont les 250 milliards d’euros pourraient être réaffectés au financement de projets industriels zéro-émissions.

Les sommes évoquées s’approchent des ordres de grandeur de l’IRA ou des 350 milliards d’euros que le commissaire au marché intérieur Thierry Breton croit nécessaire pour une riposte efficace.

« Pour construire un écosystème industriel sur les secteurs d’avenir, les Américains s’assurent surtout que l’argent est fléché vers le made in USA, aussi bien sous forme de subventions à la production qu’à l’achat », décrypte-t-elle. Anne-Sophie Alsif déplore que les aides européennes à la transition écologique ne soient conditionnées à rien, au risque « de financer des panneaux solaires et des voitures électriques fabriquées en Chine » mais surtout les lenteurs coupables de l’UE.

Sondage Réforme des retraites : l’opposition des Français ne faiblit pas

Sondage Réforme des retraites : l’opposition des Français ne faiblit pas

Contrairement à ce qu’essayent d’instiller dans le l’opinion certaines élites, l’opposition des Français à la réforme des retraites ne faiblit pas et demeure autour de 70 %.

Le nouveau sondage Elabe « L’Opinion en direct » pour BFMTV, publié ce mercredi, montre que l’opposition à ce projet au sein de la population française est toujours très forte: 71% des Français sont contre, contre 72% la semaine passée.

Au lendemain de la deuxième journée de manifestation nationale, 64% des Français approuvent la mobilisation, parmi lesquels 40% la soutiennent et 24% éprouvent de la sympathie. Des chiffres stables après une hausse importante observée la semaine dernière.

Pour l’exécutif, la perte de soutien du côté des retraités se confirme. Ils sont aujourd’hui 57% à approuver la mobilisation contre la réforme. Une approbation plutôt élevée en comparaison avec d’autres mobilisations sociales mesurées ces dernières années.

Intelligence artificielle : pas de remise en cause de la créativité humaine

Intelligence artificielle : pas de remise en cause de la créativité humaine


Avec l’arrivée de ChatGPT, le plagiat est devenu légion, singeant des contenus avec une efficacité redoutable. Que pourrait craindre l’intelligence humaine d’un système qui ne crée qu’à partir de ce qui a déjà été créé ? Par Samuel Cette, Cofondateur du Groupe ADONIS Éducation et Président des Éditions SEDRAP
( dans la Tribune)

Dans les années 50, le mathématicien Norbert Wiener posait les bases de la cybernétique en modélisant le cerveau aux comportements machiniques. Dans une approche plus sociétale, Nick Bostrom puis Kai-Fu Lee(1) évoquaient l’obligatoire nouveau contrat social, en alternant deux visions futuristes antinomiques :

• Vision utopique, en considérant l’émergence de ces technologies comme l’étape ultime vers une conscience augmentée, un « échappatoire à la condition de mortel ». C’est « Avatar ».
• Vision dystopique, craignant la puissance grandissante de machines auto-apprenantes, sans alignement avec les valeurs humaines. C’est « Terminator ».

D’aucuns se pensent libre d’agir, à leur guise, suivant leur instinct ou leur bon vouloir ? L’IA révèle qu’ils ne sont que le fruit de réponses conditionnées, aisément prévisibles…
Récemment, Sam Altman, père de ChatGPT considérait que nous n’étions que des « perroquets stochastiques(2) », finalement peu éloignés des moteurs qu’il développait. La version 3 de son système impressionne déjà par le traitement automatisé du langage naturel et par une excellente maitrise de la paraphrase et des systèmes de question-réponse. Spécifiquement conçue pour résoudre des taches liées au langage, cette IA ne dispose pas des capacités à résoudre une variété de taches différentes comme la compréhension de l’image, la résolution de problèmes avancés, la planification, la compréhension et une approche appliquée de la logique.

La panacée ? L’IA générale(3) qui exploitera des contenus existants au service de son propre apprentissage, pour générer des textes, des sons ou des images en se basant sur des informations déjà stockées dans des giga-bases de données. Autant de concepts qui sont seulement envisagés par l’humain, à ce jour.
Bien qu’il soit intrinsèque à la condition humaine d’envisager les évolutions comme des opportunités, les principes fondamentaux d’une forme de résistance aux changements, par leurs différentes phases, s’appliquent encore.

Des apprenants usent d’IA pour traiter leurs devoirs ? « On doit interdire ces programmes d’agir ! »

Des textes pertinents sont générés par une IA ? « On doit créer des programmes qui détectent ces créations ! »

En tant qu’éditeur de contenus, pédagogiques ou de formation, scolaires ou d’enseignement supérieur, nous sommes donc confrontés à des nouveaux paradigmes et de nouvelles interrogations. C’est l’intensité de l’impact de ce que nous vivons et sa compréhension qui ordonnera une action.

Une « réponse » à cette « agression » :
• selon que nous considérions ceci comme une simple évolution incrémentielle de nos usages, comme un « cran supplémentaire » qui serait atteint dans le progrès, sans modification sensible de nos usages ;
• selon que nous envisagions une révolution dans la promotion de nouvelles méthodologies du savoir.
Jadis, la démocratisation de l’internet, en tant que base mondiale de connaissances avait réduit la proéminence des apprentissages de données « par cœur », au profit d’une intégration des concepts. Assez naturellement, les éditeurs ont fait évoluer leurs outils : plus de travail sur la compréhension pour être plus à même de transférer ces connaissances à des résolutions de problèmes.
Désormais, une nouvelle technologie d’intelligence artificielle laissera penser qu’elle peut désormais émuler une réflexion humaine et donc manier des concepts, reléguant le célèbre « copier/coller de Wikipédia » au rang de pratiques ancestrales.

Défi énorme pour l’éducation, défi énorme pour l’édition…
« Si nous évaluons des notions qui peuvent être produites par des robots, c’est que peut-être nous n’évaluons pas les bonnes choses ? »
« Si nous nous satisfaisons d’outils créés par des robots, c’est que notre valeur ajoutée n’est pas là ou elle devrait être ? »
Dans la structuration de la pensée, en tant qu’élaboration de concepts, les chercheurs déclarent qu’il y a (encore) de nombreuses choses que l’IA ne peut pas faire :

• La compréhension textuelle, le sens des mots dans un contexte déterminé, pourtant essentielle dans le cadre d’interactions et de communication humaine,
• La créativité : l’IA ne peut que générer des idées en utilisant des données existantes,
• Les décisions éthiques : par absence de compréhension des nuances et des conséquences des actions,
• L’intuition, l’empathie et les émotions.

Voici donc Piaget(4) ressorti de sa boite pour valoriser une compréhension en constante évolution, fruit d’une permanente restructuration conceptuelle à travers les expériences de l’apprenant. Finalement, le combat humains/IA aurait déjà été théorisé au 20ème siècle, entre les béhavioristes et les constructivistes ! Plus loin encore, avant notre ère, les grecs établissaient les dialogues socratiques et les romains conceptualisaient la méthode du défi pour transcender l’acuité intellectuelle. Finalement, ici, rien de nouveau!
Que pourrait craindre l’intelligence humaine d’un système qui ne crée qu’à partir de ce qui a déjà été créé ? Dans un tel monde, tout tendrait vers l’uniformisation des idées, une forme de consanguinité dégénératrice créée par les machines.

Autant nourrir des bovins avec de la poudre de bovins(5) ! Sauf à considérer que l’intelligence n’est qu’accumulation de connaissances, en usurpant les fonctions cognitives de la création ; dans cet océan de conformité sans saveur, demeura la créativité humaine.

Ainsi, nos productions pédagogiques devront favoriser l’évaluation des compétences sociales et créatives, la valorisation des réflexions critiques et bien entendu toute analyse de situations et de contextes favorisant les interactions et présentations orales. Ce passage obligatoire à des processus d’investigation active devrait préparer nos apprenants à l’obligatoire adaptation au (nouveau) nouveau monde de la communication et de l’information.

Gageons que la « création par intelligence humaine », comme toute chose rare, sera valorisée et recherchée. Après les labels « conforme aux programmes », comme gage de qualité, « fabriqué en France » comme gage de responsabilité, voici venir le label « produit par une intelligence humaine », comme gage de créativité exclusive !
Conservez ce texte, il a de la valeur, il a été conçu par un humain… Ce sont les robots qui le disent.(6)
______
(1) Nick Bostrom, SUPERINTELLIGENCE : ouvrage dystopique sur le développement de l’IA qui a provoqué l’effroi à sa parution et qui est désormais davantage considéré comme un ouvrage à lire au filtre des récits fantastiques. Kai-Fu Lee , « IA, la plus grande mutation de l’histoire » : ouvrage très dense et relevant plus d’une démarche sino-centré que d’un ouvrage de prospective. Cette ouvrage a fait l’objet d’ouvrages de synthèse, ayant eux-même fait l’objet de fiches de synthétiques…
(2) Conditionné par des mécanismes de réflexes, liés au traitement de données massive par le calcul des probabilités. « Sur les dangers des perroquets stochastiques : les modèles de langage peuvent-ils être trop grands ? » de Gebru, Shmitchell, McMillan-Major et Bender.
(3) AIG – Intelligence artificielle générale planifiée pour 2040.
(4) Développée par Jean Piaget (1964) en réaction au behaviorisme, la théorie constructiviste met en avant le fait que les activités et les capacités cognitives inhérentes à chaque sujet lui permettent de comprendre et d’appréhender les réalités qui l’entourent (cairn.info).
(5) Dans les années 90, une infection dégénérative du système nerveux central des bovins trouvait son origine dans l’utilisation pour leur alimentation de farines animales, obtenues à partir de parties non consommées des carcasses bovines et de cadavres d’animaux. Cette crise symbolise parfaitement la déroute sanitaire fruit de la rupture basique des liens unissant la chaine alimentaire.
(6) Texte considéré comme réel (humain) à 99.8 % par GPT-2 Output Detector Demo. Average Perplexity Score: 1209 et Burstiness Score: 3513 sur gptzero.me. Merci aux robots de confirmer notre condition humaine !

Réforme des Retraites: les Français pour une réforme mais pas celle de Macron

Réforme des Retraites: les Français pour une réforme mais pas celle de Macron

 

 

 

Un sondage OpinionWay pour « Les Echos » et Radio Classique montre que 61 % des personnes interrogées estiment qu’une réforme des retraites est « nécessaire » mais ils ne veulent pas celle de Macron.

 

 

Les deux principales mesures proposées par l’exécutif, à commencer par le relèvement à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite et l’accélération de la durée cotisation pour bénéficier d’une pension à taux plein, sont etrès majoritairement désapprouvées : les Français ne sont que 32 % à être d’accord avec la première (contre 66 % de personnes opposées ou plutôt opposées) et 38 % avec la seconde.

« Les Français ne jugent la réforme que sur le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, car c’est la mesure centrale du projet d’Emmanuel Macron », souligne Bruno Jeanbart. Pour l’exécutif, un débat qui se focalise sur ces deux mesures est donc une mauvaise nouvelle. Toutes les autres mesures proposées par l’exécutif sont pourtant bien accueillies, certaines plébiscitées comme celles concernant les carrières longues, ce qui est normal dans la mesure où elles sont plus favorables aux salariés.

Sur la forme aussi les critiques sont sévères, montrant un gouvernement qui n’a pas réussi à convaincre. Enclenchée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, la réforme des retraites occupe pourtant le devant de la scène politique depuis sa réélection. Mais ce sont les opposants qui se font le plus entendre auprès de l’opinion. Il n’y a que 37 % des Français pour trouver la réforme « claire », 35 % pour estimer qu’elle « permettra de sauver le système » et 32 % pour la considérer comme « juste ». « Le gouvernement a échoué à faire passer le message d’une réforme juste », pointe Bruno Jeanbart.

Juste avant la première journée de mobilisation lancée par les syndicats, ce jeudi, le sondage d’OpinionWay révèle des Français inquiets, puisque 79 % estiment que la réforme va provoquer une « crise sociale importante » dans le pays. A cette crise à venir, s’ajoutent les inquiétudes récurrentes concernant le pouvoir d’achat ou la guerre en Ukraine.

Initié par la gauche et les syndicats, tous unis pour l’occasion, ce mouvement de contestation est soutenu à 58 % dans l’opinion (contre 40 % qui ne soutiennent pas).

Retraites: les Français pour une réforme mais pas celle de Macron

Retraites: les Français pour une réforme mais pas celle de Macron

 

 

 

Un sondage OpinionWay pour « Les Echos » et Radio Classique montre que 61 % des personnes interrogées estiment qu’une réforme des retraites est « nécessaire » mais ils ne veulent pas celle de Macron.

 

 

Les deux principales mesures proposées par l’exécutif, à commencer par le relèvement à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite et l’accélération de la durée cotisation pour bénéficier d’une pension à taux plein, sont etrès majoritairement désapprouvées : les Français ne sont que 32 % à être d’accord avec la première (contre 66 % de personnes opposées ou plutôt opposées) et 38 % avec la seconde.

« Les Français ne jugent la réforme que sur le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, car c’est la mesure centrale du projet d’Emmanuel Macron », souligne Bruno Jeanbart. Pour l’exécutif, un débat qui se focalise sur ces deux mesures est donc une mauvaise nouvelle. Toutes les autres mesures proposées par l’exécutif sont pourtant bien accueillies, certaines plébiscitées comme celles concernant les carrières longues, ce qui est normal dans la mesure où elles sont plus favorables aux salariés.

Sur la forme aussi les critiques sont sévères, montrant un gouvernement qui n’a pas réussi à convaincre. Enclenchée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, la réforme des retraites occupe pourtant le devant de la scène politique depuis sa réélection. Mais ce sont les opposants qui se font le plus entendre auprès de l’opinion. Il n’y a que 37 % des Français pour trouver la réforme « claire », 35 % pour estimer qu’elle « permettra de sauver le système » et 32 % pour la considérer comme « juste ». « Le gouvernement a échoué à faire passer le message d’une réforme juste », pointe Bruno Jeanbart.

Juste avant la première journée de mobilisation lancée par les syndicats, ce jeudi, le sondage d’OpinionWay révèle des Français inquiets, puisque 79 % estiment que la réforme va provoquer une « crise sociale importante » dans le pays. A cette crise à venir, s’ajoutent les inquiétudes récurrentes concernant le pouvoir d’achat ou la guerre en Ukraine.

Initié par la gauche et les syndicats, tous unis pour l’occasion, ce mouvement de contestation est soutenu à 58 % dans l’opinion (contre 40 % qui ne soutiennent pas).

LFI et Mélenchon: pas d’héritier naturel !

LFI et Mélenchon: pas d’héritier naturel  !

 

Mélenchon a remis les pendules à l’heure vis à vis de son éventuelle succession. Pour l’instant , il ne voit que lui. De quoi faire taire les voix discordantes des prétendants qui se font  un peu trop entendre à LFI.

S’il souhaite être remplacé, l’ex-candidat de La France Insoumise a rappelé sur France 2 que «ce sont les circonstances qui font les candidatures». Manière de ne pas totalement exclure un retour.

 Mélenchon trouve du talents à beaucoup mais il signifie en même temps qu’aucun n’émerge à sa hauteur sans doute tant sur le plan politique qu’intellectuel; En outre il se réserve la possibilité d’une candidature en 2027.
 Beaucoup s’interrogent  sur le rôle que jouera le ténor de LFI. L’Insoumis a dans un premier temps voulu être clair en affirmant : «Je ne suis pas candidat à ma succession. Qu’est-ce qu’il faut que je dise de plus?»,
«Je veux terminer mon travail intellectuel. En juin ou juillet prochain, je ferai paraître le livre La Révolution citoyenne, je veux réussir l’installation de la fondation (fondation La Boétie, sorte de cercle d’études au sein de LFI, NDLR)… Et à ce moment-là, ma foi, je pourrai dire que j’ai fait le travail», a-t-il expliqué.

Malgré tout, Jean-Luc Mélenchon revendique sa volonté d’être remplacé. «Ils sont nombreux à avoir du talent, à être capable (d’être candidat). Si quelqu’un a réussi, dans l’intervalle, à se faire aimer, eh bien ça se fera tout seul, naturellement. Quel besoin d’aller encombrer la discussion avec ma personne?», a-t-il demandé.

Selon lui, le député LFI Adrien Quatennens, qu’il considère comme «un ami cher», continue de faire partie de ses potentiels successeurs, malgré sa condamnation pour violence conjugale. «Les républicains disent qu’une sanction permet au condamné de se réhabiliter», a-t-il voulu rappeler. Jean-Luc Mélenchon estime néanmoins qu’«il faudra qu’il regagne ses galons, ça c’est clair et il le sait».

Mélenchon: pas d’héritier !

Mélenchon: pas d’héritier !

 

Mélenchon a remis les pendules à l’heure vis à vis de son éventuelle succession. Pour l’instant , il ne voit que lui. De quoi faire taire les voix discordantes des prétendants qui se font  un peu trop entendre à LFI.

S’il souhaite être remplacé, l’ex-candidat de La France Insoumise a rappelé sur France 2 que «ce sont les circonstances qui font les candidatures». Manière de ne pas totalement exclure un retour…

Il souhaite être remplacé mais n’excut pas un nouvelle candidature en 2027.. Beaucoup s’interrogent notamment sur le rôle que jouera le ténor de LFI. L’Insoumis a dans un premier temps voulu être clair en affirmant : «Je ne suis pas candidat à ma succession. Qu’est-ce qu’il faut que je dise de plus?»,

«Je veux terminer mon travail intellectuel. En juin ou juillet prochain, je ferai paraître le livre La Révolution citoyenne, je veux réussir l’installation de la fondation (fondation La Boétie, sorte de cercle d’études au sein de LFI, NDLR)… Et à ce moment-là, ma foi, je pourrai dire que j’ai fait le travail», a-t-il expliqué.

Malgré tout, Jean-Luc Mélenchon revendique sa volonté d’être remplacé. «Ils sont nombreux à avoir du talent, à être capable (d’être candidat). Si quelqu’un a réussi, dans l’intervalle, à se faire aimer, eh bien ça se fera tout seul, naturellement. Quel besoin d’aller encombrer la discussion avec ma personne?», a-t-il demandé.

Selon lui, le député LFI Adrien Quatennens, qu’il considère comme «un ami cher», continue de faire partie de ses potentiels successeurs, malgré sa condamnation pour violence conjugale. «Les républicains disent qu’une sanction permet au condamné de se réhabiliter», a-t-il voulu rappeler. Jean-Luc Mélenchon estime néanmoins qu’«il faudra qu’il regagne ses galons, ça c’est clair et il le sait».

Projet réforme retraite: Pas universelle mais injuste et idiote

Projet réforme retraite: Pas universelle mais injuste et idiote

Le projet de retraite souffre de deux maux , il est à la fois idiot et injuste. Injuste parce qu’il va surtout concerner très rapidement les plus défavorisés aux carrières longues qui pourtant ont les durée de vie les plus courtes. Il est idiot parce qu’il ne permet pas une réelle réforme universelle et va générer des économies relatives (avec le transfert de charges sur la sécurité sociale et l’ASSEDIC puisque seulement un tiers des seniors sont encore sur le marché du travail après 60 ans.

Consciente du rejet par l’opinion de ce projet, la Première ministre tente bien de bricoler le projet en indiquant notamment qu’il n’y a pas de totem concernant le report de l’âge. Pourtant c’est le drapeau que Macron veut brandir pour montrer sa volonté disruptive.

Le principal scandale réside dans le fait que cette réforme ne sera pas applicable aux fonctionnaires et aux régimes spéciaux qui vont bénéficier de la clause grand-père. Seuls les nouveaux entrants seront donc concernés. La réforme sera donc étalée sur 40 ou 50 ans. Une différence avec le privé qui déjà doit atteindre au moins 65 ans pour une retraite pleine dès maintenant. En effet avec la réforme -dite Touraine- en vigueur, il faut aujourd’hui 43 sans de cotisations pour prétendre à une retraite entière. Comme l’âge moyen d’entrée sur le marché du travail est de 23 ans, cela conduit à 66 ans. Pire, le gouvernement envisage d’augmenter encore le nombre d’années de cotisation pour passer à 45 ans.

Cette réforme très conjoncturelle n’a aucun sens. En effet le report à 64 ou 65 ans n’aura aucun effet sur le marché du travail des seniors dont un tiers seulement travail encore. Il y a un report des économies du régime de retraite sur les dépenses d’une part du régime d’assurance chômage, d’autre part de l’assurance-maladie.

Le couperet d’un âge général pour tous n’a aucun sens ni économiquement et encore moins socialement. En effet dans certains métiers du tertiaire on peut sans dommage prolongé l’âge de la retraite jusqu’à presque 70 ans alors que dans certains métiers manuels très pénibles nombre de salariés sont déjà usés à 55 ans.

Le projet initial du gouvernement était de repousser l’âge légal de départ en retraite, de 62 ans à 65 ans, à un rythme progressif de quatre mois par an. Ainsi, il atteindrait 63 ans en 2025, 64 ans en 2028 et 65 ans en 2031. Si cette piste reste privilégiée par l’exécutif, ce n’est «pas un totem», a martelé Élisabeth Borne sur Franceinfo ce mardi 3 janvier. Une autre piste, évoquée par Emmanuel Macron lui-même, serait un report à 64 ans, assorti d’un allongement de la durée de cotisation.

Par ailleurs, la première génération concernée par le recul de l’âge de départ sera la génération née au deuxième semestre 1961. En revanche, l’âge d’annulation de la décote restera fixé à 67 ans.

Réforme des retraites pas, Macron conduit le pays vers l’abîme

Réforme des retraites ou pas, Macron conduit le pays vers l’abîme

De bavardage en bavardage, d’immobilisme en immobilisme et de contradiction en contradiction, Macron est en train de réunir toutes les conditions d’un effondrement économique, social, politique et même sociétal.

Aujourd’hui, peu de voix s’élèvent pour dénoncer le bilan désastreux du président de la république responsable d’un véritable catastrophe dans nombre de champs d’intérêt collectif.Par contre, l’opinion publique a tranché et considère désormais Macron incapable de gérer le pays. Pour preuve le sondage dé’Elabe hier qui démontre que Macron n’est plus soutenu que par 32 % de la population.

En matière économique, il y a évidemment l’écroulement industriel voulu par des technocrates qui ont préféré délocaliser les activités dans les pays pauvres et transformer ainsi une grande partie du territoire en désert. Il y a aussi et peut-être surtout la liquidation de la politique énergétique française. Macron, avec Hollande d’abord et seul ensuite, a torpillé l’un des points forts du pays qui consistait à disposer de l’énergie la moins chère d’Europe et même à en exporter. Or la crise nous oblige aujourd’hui à importer de l’électricité notamment d’Allemagne et fabriquée à partir du charbon voire du gaz russe !

Dans la plupart des filières , on a outrageusement amplifié la complexité des directives et règlements européens. En cause, les problèmes existentiels d’une superstructure surabondante de fonctionnaires qui justifient ainsi leur rôle. Témoin encore la question du nucléaire. Il faut 15 ans à la France pour construire une centrale quand il en faut 5 en Chine qui se limite au respect des réglementations internationales.

Le désastre à l’école constitue également la preuve de la chute culturelle du pays. La France ne manque pas de bac+3 ou 4 qui ne débouchent sur rien sinon sur des postes souvent inutiles de l’administration mais elle manque partout de techniciens et d’ouvriers qualifiés. Pour preuve, on a du faire venir des États-Unis des centaines et des centaines de soudeurs entretenir nos centrales nucléaires.

Concernant la santé, on peut se féliciter du niveau de couverture et de la qualité des soins. Pour autant, le système est totalement à revoir car globalement sous dimensionné par rapport aux besoins. L’hôpital, lui, est devenu une sorte d’énorme machinerie ingérable et incontrôlable. Là aussi en cause, le fait d’avoir mis des technocrates à la place des professionnels pour diriger les établissements.

La sécurité constitue aussi l’une des préoccupations des Français puisque à peu près toutes les villes sont désormais caractérisées par l’existence d’une zone de non-droit sortent de supermarché de la drogue interdit aux différentes fonctions des pouvoirs publics.

Sur le plan démocratique, Macron a tout fait pour renforcer le caractère monarchique du système. Désormais une majorité de citoyens refusent de participer à ce mauvais théâtre des élections où une très petite minorité vote surtout pour éliminer davantage un candidat que pour soutenir le futur vainqueur.

En outre, Macron a écrasé toutes les institutions représentatives- parlement y compris- il a méprisé les organisations intermédiaires et même créer des instances complètement bidon type « convention » qui ne reposent sur aucune compétence et aucune légitimité.

Les Français sont très majoritairement partagés entre la peur, l’inquiétude et la lassitude. Comme le démontre le récent sondage Elabe.

En ce début d’année 2023, les mots qui décrivent le mieux l’état d’esprit des Français sont très négatifs : lassitude (52%, +7/nov. 2022 et +21/oct. 2021), colère (42%, +11 et +18), tristesse (37%, +3 et +10), nostalgie (36%, -6 et -14) et peur (36%, +10 et +17).

En parallèle, les Français ressentent moins de confiance (21%, -8/nov. 2022 et -12/oct. 2021), de sérénité (19%, -9 et -14) et de satisfaction (16%, -11 et -18). Ainsi, ces évolutions s’inscrivent dans une dégradation globale et constante de l’état d’esprit des Français depuis octobre 2021.

Sur le plan sociétal on voit émerger des formes de corporatisme voire de violences inquiétantes. Faute de médiation, on assiste à une sorte de montée d’anarchie corporatiste qui parfois même bloque le pays.

Et c’est pourtant le moment choisi par le gouvernement pour privilégier une réforme des retraites injuste et inefficace.

La question du gouvernement se pose. Il est vraisemblable qu’il aura du mal à tenir jusqu’à l’été en dépit des efforts désespérés d’une première ministre visiblement pas à la hauteur politique.

Mais la question va aussi se poser vis-à-vis du maintien de Macron. Le pays ne pourra pas tenir avec un responsable aussi contradictoire et impuissant jusqu’en 2027. Juridiquement évidemment Macron pourra demeurer président sauf mouvement populaire d’ampleur qui n’est pas exclure. Mais politiquement, il devra se limiter au rôle du président de la république sous la quatrième. En clair, déléguer ses pouvoirs un gouvernement disposant d’un peu de compétence, de cohérence et d’autorité.

Société France : des bac+3 et + 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires !

Société France : des bac+3 et + 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires

Depuis que la gauche a décidé d’accorder le bac à peu près à la totalité des candidats ( aujourd’hui autour de 95 % de résultats positifs pour 5 % de la population il y a 50 ou 60 ans), l’université doit absorber le flux de ces nouveaux étudiants dont 50% sans doute sont inaptes aux études supérieures. Peu importe, on délivre maintenant d’innombrables diplômes dans des disciplines nouvelles et parfois ésotériques en particulier dans les sciences humaines.

Des diplômes distribués comme des poignées de mains qui ne peuvent déboucher sur aucun emploi un peu technique dans le privé et des diplômés qui viennent rejoindre l’administration y compris l’enseignement. Dans le même temps, on constate la crise dramatique du recrutement de personnel notamment qualifié. C’est ainsi que la France a été contrainte de faire appel à des soudeurs américains pour mettre aux normes les réacteurs nucléaires français.

Le plus ridicule dans l’affaire c’est que nombre de ces bacs plus trois ou cinq plafonnent à 1500 € et sans grandes perspectives de carrière tandis que les soudeurs qualifiés ( et autres ouvriers spécialisés) peuvent atteindre des salaires de 2000 € voire davantage. En cause, évidemment,l’orientation scolaire en France qui veut faire des Français des bureaucrates. En cause aussi, la responsabilité des parents qui ont tellement honte que leur progéniture se salisse les mains. En cause, une société qui a cru pouvoir abandonner l’industrie et l’agriculture pour se concentrer sur la commercialisation de produits à bas coût de l’étranger. En cause l’hypocrisie et l’immobilité d’un pouvoir aujourd’hui complètement englué dans l’immobilisme produit par ses contradictions.

À côté de cette masse inapte aux études supérieures, il existe encore heureusement une certaine élite qui permet de faire illusion sur la qualité du système de formation.Par contre, on manque partout d’ouvriers et de techniciens spécialisés.

Ainsi on a du faire appel à des centaines de centaines de soudeurs américains pour mettre aux normes des réacteurs nucléaires français.

Plus de 600 personnes ont été mobilisées en 2022 sur ces chantiers de réparation, dont une centaine de soudeurs et tuyauteurs hautement qualifiés venus des Etats-Unis et du Canada, appelés à la rescousse pour épauler des équipes françaises. Contraintes par des limites d’exposition aux radiations, ces dernières étaient, de fait, sous-dimensionnées pour répondre à l’ampleur de la tâche : pour un seul réacteur, un chantier dure plus de cinq mois.

La France manque en effet de soudeurs spécialisés. C’est pourquoi quatre entreprises du nucléaire, EDF, Orano, CMN et Naval Group se sont alliées début décembre pour lancer une haute école de soudeurs, des « acrobates » de précision très recherchés pour réparer les tuyaux des centrales ou bâtir les sous-marins du futur.

« Il y a urgence, car nous sommes sur des développements industriels majeurs dans les prochaines années » avec les projets de six nouveaux réacteurs EPR et des futurs sous-marins de dernière génération, a indiqué David Le Hir, directeur de la centrale de Flamanville 1 et 2, et président de Hefais. L’école ne pourra toutefois pas, à elle seule, répondre au « besoin colossal ». « 7.000 offres » de recrutement sont recensées par Pole Emploi.

Trump n’a pas payé d’impôts !

Trump n’a pas payé d’impôts !

Il n’est pas étonnant que l’ancien président des États-Unis se soient très longuement opposés à la publication de sa feuille d’impôt. En effet il a profité de son mandat pour ne pas payer d’impôts pendant plusieurs années.

Le principe est assez classique aux États-Unis comme ailleurs. Il s’agit tout simplement de mettre des sociétés en déficit. Pour cela on internalise les coûts de société étrangère et inversement on externalisé les profits vers des filiales implantées dans des pays à faible taux de fiscalité ou sans fiscalité du tout. Ce qu’on appelle en général pudiquement l’optimisation fiscale pratiquée évidemment aux États-Unis mais aussi en Europe et en France. Ce qui a permis par exemple à Total de ne pas payer d’impôts pendant des années en FranceTrump a payé 1 million de dollars d’impôts pendant son mandat mais rien en 2020.
Donald Trump a payé 1,1 million en impôts fédéraux sur deux de ses quatre années à la tête des Etats-Unis, selon un rapport examiné par des élus mercredi, mais presque rien le reste du temps qu’il a passé à la Maison Blanche. Ces chiffres, rendus publics tard mardi dans le rapport d’une commission parlementaire, montrent que le milliardaire de 76 ans a fait état d’énormes déficits de 2015 à 2020.

Énergie : une baisse de consommation pas forcément vertueuse

Énergie : une baisse de consommation pas forcément vertueuse

Toute l’Europe connaît une très forte baisse de la consommation énergétique par rapport aux récentes années passées. D’un point de vue environnementale, on peut s’en féliciter. Le problème est que cette baisse résulte certes d’une certaine sobriété des ménages mais surtout d’un incertain effondrement de la consommation des entreprises. Deux raisons à cela, le coût exorbitant de l’électricité en particulier pour les entreprises mais aussi une demande qui vacille et conduit directement vers la stagnation de la croissance voire la récession.

Les entreprises et les ménages européens surveillent de près leur consommation d’énergie. Qu’il s’agisse de gaz ou d’électricité. D’août à novembre 2022, la consommation de gaz naturel a diminué de 20,1 % dans l’Union européenne par rapport à la demande moyenne pour les mêmes mois entre 2017 et 2021, a ainsi constaté Eurostat, l’office statistique de l’UE.

En France, la consommation d’électricité a fondu de près de 10 % cet automne, par rapport à la moyenne 2014-2019, a dévoilé RTE, mardi également. Un chiffre historique. En comparaison, la consommation d’électricité avait chuté de 14 % lors du premier « grand confinement » en 2020.

En Europe la baisse de à la crise que connaît l’industrie notamment en Allemagne. Une baisse de consommation apparemment vertueuse mais qui va produire encore davantage de chômage et de misère sociale

M élenchon n’est pas mort mais ses héritiers se disputent déjà l’héritage

Mélenchon n’est pas mort mais ses héritiers se disputent déjà l’héritage

Il est possible que le retour de Mélenchon s’impose rapidement à la tête du mouvement LFI. Un parti qui pourrait éclater tellement les héritiers se partagent déjà les dépouilles d’un Mélenchon qui n’est pourtant pas encore mort.

Le problème de ce parti qui représente un courant non négligeable désormais en politique, c’est qu’il est surtout incarné par Mélenchon et que les lieutenants ne sont pas à la hauteur. Aussi Bompard successeur de Mélenchon, lui, a fait le ménage en écartant tous les héritiers potentiels. Il utilise en cela la bonne vieille méthode communiste.

Le problème c’est que la plupart des dauphins ne sont vraiment pas du calibre de Mélenchon ni sur le plan politique, ni sur le plan intellectuel et encore moins sur le plan du charisme. Clémentine Autain ( transfuge du PC) par exemple qui depuis des mois tente de se placer en prenant du champ avec Mélenchon. Éric Coquerel aussi. Ou encore François Ruffin au profil davantage syndicaliste que politique.

Ce week-end, lors d’une Assemblée représentative du mouvement Insoumis – composée de 160 personnes dont cent militants « tirés au sort »au sein des groupes d’action, l’unité de base – une nouvelle direction – la «coordination des espaces» – a été présentée.Les principaux responsables n’ont pas été réellement élus mais choisis « en fonction de leurs compétences » On y trouve des ténors dont Mathilde Panot, chef de file des députés insoumis ou Manon Aubry, coprésidente du Groupe de la gauche au Parlement européen.

Report de l’âge de la retraite : pas d’amélioration de l’emploi des seniors

Report de l’âge de la retraite : pas d’amélioration de l’emploi des seniors

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », Radio Classique et l’Institut Montaigne, la grande majorité des Français rejette l’un des arguments mis en avant par l’exécutif dans le cadre de la réforme à venir, à savoir les effets bénéfiques attendus du passage de 62 ans à 64 ans ou plus sur le pourcentage de seniors au travail.

Précisément, trois Français interrogés sur quatre estiment que repousser l’âge légal n’améliorera pas le taux d’emploi des seniors, dont 38 % pas du tout et 37 % pas vraiment. Les sympathisants d’Emmanuel Macron ne sont pas en reste : seuls 40 % de ceux qui ont voté pour lui au premier tour de la présidentielle y croient.

Pour rappel, le taux d’emploi des 55-64 ans était en moyenne de 56 % en 2021, contre 67,2 % pour la tranche des 15-64 ans, loin aussi derrière les meilleurs pays de l’OCDE (il est de près de 72 % en Allemagne par exemple). La situation s’est tout de même améliorée sous l’effet des différentes réformes, à commencer par celle d’Edouard Balladur de 1993, mais surtout du fait d’évolutions démographiques ou sociales favorables (générations nées après 1945, études supérieures, conditions de travail), comme le rappelle Hippolyte d’Albis, professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

Sondage France report de l’âge de la retraite : pas d’amélioration de l’emploi des seniors

Sondage France report de l’âge de la retraite : pas d’amélioration de l’emploi des seniors

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », Radio Classique et l’Institut Montaigne, la grande majorité des Français rejette l’un des arguments mis en avant par l’exécutif dans le cadre de la réforme à venir, à savoir les effets bénéfiques attendus du passage de 62 ans à 64 ans ou plus sur le pourcentage de seniors au travail.

Précisément, trois Français interrogés sur quatre estiment que repousser l’âge légal n’améliorera pas le taux d’emploi des seniors, dont 38 % pas du tout et 37 % pas vraiment. Les sympathisants d’Emmanuel Macron ne sont pas en reste : seuls 40 % de ceux qui ont voté pour lui au premier tour de la présidentielle y croient.

Pour rappel, le taux d’emploi des 55-64 ans était en moyenne de 56 % en 2021, contre 67,2 % pour la tranche des 15-64 ans, loin aussi derrière les meilleurs pays de l’OCDE (il est de près de 72 % en Allemagne par exemple). La situation s’est tout de même améliorée sous l’effet des différentes réformes, à commencer par celle d’Edouard Balladur de 1993, mais surtout du fait d’évolutions démographiques ou sociales favorables (générations nées après 1945, études supérieures, conditions de travail), comme le rappelle Hippolyte d’Albis, professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

12345...96



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol