Archive pour le Tag 'Tunnel'

Tunnel Lyon-Turin ; Bruxelles dénonce les contradictions de la France et de l’Italie

Tunnel Lyon-Turin ; Bruxelles dénonce les contradictions de la France et de l’Italie

 

 

Dun coté, la France et l’Italie demandent  un financement européen à hauteur de 40% pour ce projet discutable ; de l’autre, elles ont fait rogner le budget européen prévu à cet effet pour l’affecter à l’agriculture. La cohérence habituelle des pays latins ! La Commission européenne a invité mardi les dirigeants français et italien à défendre ses demandes de fonds pour les grands projets d’infrastructures dans le budget 2014-2020 afin de pouvoir cofinancer la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin.   »Un cofinancement de 40% pourrait venir du budget européen, mais cela dépend d’un soutien très fort des dirigeants français et italien pour le +Connecting Europe Facility+ » (le mécanisme européen d’interconnections dans les Transports, l’énergie et les télécommunications), a averti Helen Kearns, porte-parole du commissaire aux Transports, Siim Kallas.   »Il s’agit d’un fonds très important qui est sur la table comme partie inhérente du budget pour la période 2014-2020 pour financer des infrastructures clé en Europe », a-t-elle rappelé.  La Commission a demandé de doter cette initiative de 40 milliards d’euros sur la période, dont 15,5 milliards pour les grands projets d’infrastructures.  L’enveloppe a été amputée de 9 milliards d’euros au fil des projets de compromis présentés par le président du conseil européen, Herman Van Rompuy, lors du sommet sur le budget en novembre. Mais les coupes opérées dans les demandes de la Commission ont été jugées insuffisantes par plusieurs Etats.  La dotation demandée pour les actions pour la croissance et l’emploi, dans laquelle est intégré le mécanisme pour les interconnections, devrait encore servir de variable pour tenter d’arracher un accord lors du prochain sommet prévu au début de l’année 2013, ont indiqué à l’AFP plusieurs négociateurs.  La France et l’Italie portent une grande responsabilité dans ces coupes, car ils ont réclamé l’affectation d’une partie des fonds retirés aux actions pour la croissance à l’enveloppe destinées à financer les aides directes à l’agriculture, dont ces deux pays sont les principaux bénéficiaires.  Le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Mario Monti ont confirmé lundi le lancement du projet controversé de liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin, sans toutefois lever l’obstacle de son financement qui requiert une importante contribution européenne.  Le budget européen peut théoriquement financer 40% des 8,5 milliards d’euros que coûtera la construction d’un tunnel transalpin de 57 km, soit 3,4 milliards. L’Italie prend à sa charge 2,9 milliards et la France 2,2.

 

Tunnel Lyon Turin, nouvel exemple de gâchis financier

Tunnel Lyon Turin, nouvel exemple de gâchis financier

 

Après l’aéroport de notre Dame des landes, Ayrault s’apprête à faire encore une grave erreur en soutenant le tunnel Rhône Alpes. Pourtant un gouffre financier pour la Cour des comptes comme nombre de grands projets notamment dans le domaine des infrastructures. Toujours la même méthodologie pout justifier des projets inutiles : surestimation du trafic et sous estimation des dépenses. Une méthodologie utilisée partout tant au plan de l’Etat que des collectivités locales et qui exeplique en partie létat des fiances françaises. Le document de la Cour des Comptes qui vient d’être rendu public a en effet jeté un certain doute sur l’opportunité de ce projet compte tenu de l’équation coût-évolution du trafic et rentabilité socio-économique. Le Premier ministre a rappelé que le projet s’inscrit dans des engagements internationaux et stratégiques pour les relations entre la France et l’Italie.  « La liaison Lyon-Turin reste une cause sacrée en Rhône-Alpes. Et nous nous mobilisons », a riposté Jean-Jack Queyranne, président socialiste de cette Région, dès la publication, le 5 novembre dernier, du référé de la Cour des comptes relatif à cette ligne ferroviaire. Un vrai pavé dans la mare. Car de fait, la haute institution financière, présidée par Didier Migaud, n’y est pas allée par quatre chemins dans ses critiques à l’égard de ce projet, vrai serpent de mer qui refait surface à intervalles réguliers avant de retomber dans l’oubli. Ce dernier rapport – qui n’a que valeur d’avis consultatif – n’a pas manqué de réveiller les polémiques. Il stigmatise des coûts prévisionnels globaux passés de « 12 milliards d’euros en 2002 à 26,1 milliards d’euros, selon les données de la direction du Trésor ». Des surcoûts liés notamment « au renforcement des règles de sécurité des tunnels et au changement de tracé de la partie commune ». Le rapport relève, par ailleurs, que les prévisions de trafic, établies dans les années 1990 et sur lesquelles étaient basées ce projet voulu déjà par François Mitterrand « ont été fortement remises en cause, depuis ». Si bien que « le risque de saturation des lignes existantes n’est aujourd’hui envisagée qu’en 2035 ». L’accord franco-italien, qui a acté en 2001 la construction de cette ligne, stipulait une mise en service en 2025 – au terme de treize ans de travaux – du tunnel dit de base, long de plus de 51 km. Conséquence, compte tenu d’une rentabilité socio-économique jugée faible selon plusieurs expertises, la Cour estime qu’il n’y a donc aucune urgence à engager le chantier. De surcroît, au moment où le niveau des dépenses publiques doit être maîtrisé, il est recommandé au Premier ministre, destinataire de cette communication, de ne pas abandonner l’alternative consistant à améliorer les accès existants. C’est d’ailleurs le vœu des écologistes français, italiens et suisses qui espèrent voir leur position commune défendue par le parti Vert européen.  Néanmoins, si l’opération devait être poursuivie, la Cour préconise que soient étudiées des « mesures éventuellement contraignantes » de report modal du fret transalpin, de la route vers le rail. Vrai pour tous les nouveaux investissements ferroviaires, cet impératif l’est, d’après elle, encore davantage pour cette liaison. Dans une réponse point par point, Jean-Marc Ayrault, reconnaît la nécessité de certifier les coûts de la manière la « plus rigoureuse comme le prévoit le mémorandum franco-italien de 2003 ». Il réaffirme que « l’action du gouvernement s’inscrit dans le cadre d’engagements internationaux qui ont été récemment renouveles et contribuent pleinement à la dynamique de notre relation bilatérale avec l’Italie ». De fait, fin janvier 2012, les ministres des Transports français et italiens ont formellement signé à Rome l’accord indispensable à la finalisation du projet.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol