Archive pour le Tag 'pétrole'

La Russie pourrait perdre la moitié de ses revenus gaz-pétrole

La Russie pourrait perdre la moitié de ses revenus gaz-pétrole

Mécaniquement les sanctions occidentales vis-à-vis de la Russie vont peser sur les revenus du pays. La Russie tire surtout ses revenus de l’énergie exportée qui représente presque 50 % de ses recettes. Dernièrement, l’Europe a décidé de limiter le prix du pétrole russe à 60 $ le baril quand le cours est autour de 84 Dollars le baril.

Les fournitures russes de gaz et de pétrole ont considérablement fondu en direction de l’Occident et en particulier de l’Europe.La Russie parvient cependant à fournir davantage de produits pétroliers et de gaz à la Chine, à l’Inde et à d’autres pays dans certains réexpédient ces importations vers l’Occident. L’occasion d’encaisser un petit profit car les nouveaux contrats passés par la Russie ne sont pas aussi juteux qu’avec ceux conclu avec l’Occident. À terme,les revenus tirés du gaz et du pétrole pourrait diminuer de 50 % alors que ces revenus représentent à peu près la moitié du budget russe. Cette réduction de ressources pourrait hypothéquer le financement de la nouvelle politique de défense que souhaite Poutine

Avec 90 milliards de roubles (1,3 milliard d’euros au cours actuel) récoltés grâce à la vente du pétrole et du gaz en novembre, les chiffres sont quasi stables pour le budget de l’État russe. Mais ce sont des résultats en trompe-l’œil. Selon deux médias économiques russes, The Bell et MMI, la moitié de cette somme est issue d’un paiement en retard que Gazprom devait depuis l’année dernière.

Sans cet afflux exceptionnel, les revenus auraient chuté de 48,9% sur un an. Conclusion : une dynamique négative serait enclenchée, d’après les deux titres spécialisés. La production elle-même est en recul : – 3,4% par rapport à l’année dernière. En cause, la baisse de la production de gaz : – 20%.

Cela alors que les sanctions contre le pétrole russe entrent à peine en vigueur : le plafonnement des prix du pétrole russe par l’Union européenne, le G7 et l’Australie ce lundi 5 décembre, ainsi que l’embargo de l’UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime, plusieurs mois après l’embargo déjà décidé par les États-Unis et le Canada.

Pour ces deux médias économiques, les objectifs de revenus pour le budget russe en 2023 pourraient donc ne pas être atteints. Reste que la Russie avait déjà anticipé un fort recul de ses recettes pétrolières et gazières. Pour The Bell, la situation budgétaire générale « ne peut pas être encore qualifiée de catastrophique ».

Pétrole russe : Poutine interdit la vente

Pétrole russe : Poutine interdit la vente

La Russie interdira à partir du 1er février 2023 la vente de son pétrole aux pays étrangers qui utilisent le plafonnement du prix de l’or noir russe, fixé début décembre à 60 dollars par baril par l’UE, le G7 et l’Australie. «La livraison de pétrole et de produits pétroliers russes à des personnes morales étrangères et autres particuliers est interdite» si ceux-ci utilisent le prix plafond, est-il écrit dans un décret signé mardi par le président russe Vladimir Poutine.

Mercredi 28 décembre 2022 06:00. Le cours du pétrole Brent en dollars était à 84.84 $

Pétrole : L’Opep + maintient ses quotas


Pétrole : L’Opep + maintient ses quotas

Le maintien des quotas actuels de l’OPEP devrait mécaniquement tirer les prix du carburant vers le haut. En effet, les restrictions de l’Occident vis-à-vis du pétrole russe devraient peser sur l’offe . Reste que cette demande la sans doute s’inscrire dans une tendance baissière du fait d’une croissance mondiale qui commence à tutoyer la récession. Déjà l’activité économique a tendance à se baisser et le pétrole est passé de prix record de 130 $ le baril à environ 80 $ en ce moment.

Les représentants des 13 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) conduits par Ryad, et leurs dix alliés emmenés par Moscou, ont convenu, dimanche 4 décembre, de garder le cap décidé en octobre sur une réduction de deux millions de barils par jour jusqu’à fin 2023.

Le prochain rendez-vous a été fixé au 4 juin 2023. Toutefois, le groupe s’est dit prêt à se réunir « à tout moment » d’ici là pour prendre des « mesures supplémentaires immédiates » si besoin.
Des spéculations avaient couru sur une coupe plus drastique, mais le groupe a préféré temporiser devant « l’incertitude quant à l’impact sur la production de brut russe » du nouveau train de sanctions, a souligné Giovanni Staunovo, analyste d’UBS interrogé par l’AFP. La Russie est vent debout contre le plafonnement du prix de son pétrole que l’Union européenne, le G7 et l’Australie ont prévu de mettre en place lundi, « ou très peu de temps après », pour priver la Russie des moyens de financer sa guerre en Ukraine.
Le cours du baril de brut de l’Oural évolue actuellement autour de 65 dollars (environ 62 euros), soit à peine plus que le plafond de 60 dollars décidé par l’UE, le G7 et Canberra.

Prix du Pétrole : tendance baissière

Prix du Pétrole : tendance baissière

Après avoir atteint des sommets, les prix du pétrole retrouvent leur niveau d’avant le conflit ukrainien.( 80 $ le baril de Brent).

En cause d’abord une demande de produits pétroliers qui faiblit en même temps que la baisse de croissance un peu partout dans le monde et peut-être surtout en Chine. Rien n’indique cependant que cette tendance baissière des prix du pétrole va durer. Il faut en effet prendre en compte les incertitudes liées à la guerre entre l’Ukraine et la Russie, l’embargo prochain sur le pétrole russe par l’union européenne.

La Chine étant le premier importateur mondial de brut, « les inquiétudes sur la demande ont modéré la hausse des prix depuis le début de l’année » à un peu plus de 10% « alors qu’en juin, la hausse était de 50% », commente Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor.

Au plus bas depuis janvier 2022, le prix du baril de Brent évoluait légèrement autour des 80,6 dollars ce lundi à la mi-journée, se dépréciant de quelque 3,6%. Sur un mois, il a reculé d’environ de 13,2% mais reste supérieur de 10,6% à son prix d’il y a un an.

Quant au WTI, la référence aux Etats-Unis, le prix du baril est au plus bas depuis la fin décembre, perdant plus de 3,6%, à 73,55 dollars (voir graphique). Sur un mois, la dépréciation s’élève à 13,89%, mais le prix reste 5,3% supérieur à celui d’il y a un an.
-

Prix plafond du Pétrole russe : la division

Prix plafond du Pétrole russe : la division


Les occidentaux et les Européens en particulier restent très divisés sur le prix plafond du pétrole russe qu’ils envisagent d’imposer à Moscou.

Les propositions varie entre 30 et 75 dollars en fonction des intérêts géostratégiques de chaque pays. Le mécanisme du G7 prévoit d’interdire aux assureurs et réassureurs de couvrir le transport maritime de pétrole russe, les opérateurs européens devant être exemptés en cas d’accord si le pétrole est vendu à un prix inférieur ou égal au plafond préétabli.

La mesure a pour objet de réduire les ressources financières de la Russie et ainsi sa capacité à poursuivre l’offensive en Ukraine, mais également à contenir la hausse des prix de l’énergie. Ce prix doit cependant rester supérieur au prix de production, pour inciter la Russie à continuer à en vendre, et ne pas couper les vannes.

Le problème est que si le prix est trop bas la Russie risque de vendre son pétrole à d’autres qui pourraient alors le réexporter faire les pays occidentaux comme pour le gaz actuellement.

L’objectif poursuivi notamment par les Etats-Unis est d’arriver à une telle mesure avant l’entrée en vigueur le 5 décembre de l’embargo européen sur les importations de pétrole russe.

Conflit d’intérêts : La ministre de l’écologie avait oublié de signaler ses intérêts familiaux dans le pétrole

Conflit d’intérêts : La ministre de l’écologie avait oublié de signaler ses intérêts familiaux dans le pétrole

Curieusement, la ministre de l’écologie a été blanchi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique pour n’avoir pas mentionné ses intérêts dans le pétrole. Et le gouvernement a sorti à la un décret au journal officiel pour protéger la ministre.Reste qu’il est pour le moins surprenant qu’on ait choisi comme ministre de l’écologie une responsable qui possède des intérêts financiers familiaux dans le pétrole et en plus dans les paradis fiscaux !

Dans la matinée, un décret paru au Journal Officiel stipulait qu’Agnès Pannier-Runacher ne pourrait plus s’occuper de sujets liés à trois entreprises, Défense conseil international, EP2C et le groupe pétrolier Perenco dont le père de la ministre a été l’un des dirigeants.

Selon la HATVP, ce décret par lequel la ministre n’interviendra en aucune façon dans les dossiers concernant cette société permettra «de prévenir les risques de conflits d’intérêts vis-à-vis de ce groupe». Ces dossiers, s’il y a lieu, seront désormais traités par la Première ministre Élisabeth Borne. En se mettant à l’écart de ces sujets, la ministre entendait «couper court à toute critique», a justifié son entourage auprès de l’AFP.

La HATVP avait lancé le 8 novembre des «vérifications» après des informations du média d’investigation Disclose, affimant que les enfants d’Agnès Pannier-Runacher détenaient des parts dans une société française, non mentionnée sur sa déclaration d’intérêts, et dont les fonds sont en partie domiciliés dans des paradis fiscaux.

Le père de la ministre, Jean-Michel Runacher, avait créé en 2016 en France cette société civile, nommée Arjunem, dans le cadre d’une transmission de patrimoine. Quatre de ses petits-enfants en sont les associés, dont les trois enfants d’Agnès Pannier-Runacher qui étaient alors mineurs, et pour lesquels la ministre a signé en tant que représentante légale. Selon Disclose, ce patrimoine provient de fonds spéculatifs, installés dans le Delaware, en Irlande et à Guernesey et dans lesquels Perenco détenait aussi des intérêts financiers.
«cadre de ses fonctions au gouvernement».
À VOIR AUSSI – Conflit d’intérêts: Agnès Pannier-Runacher «est à son travail et pleinement impliquée dans ses dossiers», défend Olivier Véran

Politique: la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux !

Politique: la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux !


Comme ministre de la Transition énergétique, on fait mieux !. Non seulement Agnès Pannier-Runacher se caractérise par une grande incompétence mais en plus elle est impliquée dans une affaire de pétrole familial en plus localisée dans les paradis fiscaux.

On savait évidemment que la fameuse planification écologique du gouvernement était un véritable leurre car on ne constate ni planification ni véritable préoccupation environnementale significative. De là à confier le ministère de la transition énergétique a une personnalité compromise par ses intérêts pétroliers dans des paradis fiscaux, il y a un pas que Macron n’a pas hésité à franchir.

Le média d’investigation Disclose a rapporté, mardi 8 novembre, que les enfants de la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, étaient propriétaires d’une société basée sur des fonds domiciliés en partie dans des paradis fiscaux.. Ce patrimoine proviendrait de fonds spéculatifs, installés dans le Delaware, en Irlande et à Guernesey. Des fonds dans lesquels la société pétrolière Perenco, dont Jean-Michel Runacher ( Le père de la ministre) était alors un des responsables, détenait aussi des investissements.
Quatre des petits-enfants de Jean-Michel Runacher sont désormais les associés d’Arjunem. Parmi eux figurent les trois enfants d’Agnès Pannier-Runacher, qui étaient alors mineurs, et pour lesquels la ministre a signé en tant que représente légale.

Sollicitée par Disclose, l’association anticorruption Anticor dénonce « une situation de conflit d’intérêts » touchant Agnès Pannier-Runacher après la révélation de l’existence d’Arjunem. La Haute autorité à la transparence de la vie publique rappelle, elle, de manière générale, que « l’absence d’obligation déclarative ne dispense pas le responsable public de veiller à prévenir et faire cesser les situations de conflits d’intérêts qui naîtraient d’autres intérêts indirects détenus, tels que l’activité des enfants ou d’autres membres de la famille ».

Affaires politico-financières : la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux

Affaires politico-financières : la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux !

Comme ministre de la Transition énergétique, on fait mieux !. Non seulement Agnès Pannier-Runacher se caractérise par une grande incompétence mais en plus elle est impliquée dans une affaire de pétrole familial en plus localisée dans les paradis fiscaux.

On savait évidemment que la fameuse planification écologique du gouvernement était un véritable leurre car on ne constate ni planification ni véritable préoccupation environnementale significative. De là à confier le ministère de la transition énergétique a une personnalité compromise par ses intérêts pétroliers dans des paradis fiscaux, il y a un pas que Macron n’a pas hésité à franchir.

Le média d’investigation Disclose a rapporté, mardi 8 novembre, que les enfants de la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, étaient propriétaires d’une société basée sur des fonds domiciliés en partie dans des paradis fiscaux.. Ce patrimoine proviendrait de fonds spéculatifs, installés dans le Delaware, en Irlande et à Guernesey. Des fonds dans lesquels la société pétrolière Perenco, dont Jean-Michel Runacher ( Le père de la ministre) était alors un des responsables, détenait aussi des investissements.
Quatre des petits-enfants de Jean-Michel Runacher sont désormais les associés d’Arjunem. Parmi eux figurent les trois enfants d’Agnès Pannier-Runacher, qui étaient alors mineurs, et pour lesquels la ministre a signé en tant que représente légale.

Sollicitée par Disclose, l’association anticorruption Anticor dénonce « une situation de conflit d’intérêts » touchant Agnès Pannier-Runacher après la révélation de l’existence d’Arjunem. La Haute autorité à la transparence de la vie publique rappelle, elle, de manière générale, que « l’absence d’obligation déclarative ne dispense pas le responsable public de veiller à prévenir et faire cesser les situations de conflits d’intérêts qui naîtraient d’autres intérêts indirects détenus, tels que l’activité des enfants ou d’autres membres de la famille ».

Pétrole: Remonter vers les 100 $

Pétrole: Remonter vers les 100 $

Les prix du pétrole ont progressé de 22% depuis la fin septembre. En cause notamment l’embargo décidé par l’union européenne sur le pétrole russe, aussi la décision de l’Arabie Saoudite de réduire la production avec l’OPEP +.

Reste à savoir si la hausse va continuer car la demande risque d’être fortement affectée par le tassement économique partout dans le monde y compris et peut-être surtout en Chine.

Les pays européens se sont mis d’accord en juin pour interdire tout achat de brut russe à partir du mois prochain (pour les autres produits raffinés, ce sera en février). Mais, entre-temps, sous la pression des Etats-Unis, les pays du G7 ont approuvé une solution alternative, sous la forme de l’imposition d’un prix plafond du brut russe vendu à l’international.
Autre paramètre, celui-ci déjà intégré par les marchés à terme, l’application de la décision de réduire de 2 millions de barils par jour (mb/j) depuis le début du mois de novembre l’offre de l’Opep+ (partenariat entre l’Opep et d’autres pays exportateurs dont la Russie). Ce qui est aussi un facteur de soutien des cours.

L’Arabie saoudite a justifié le choix de réduire de 2 mb/j son offre en raison de la mise sur le marché de barils supplémentaires États-Unis, accusant Washington de manipuler les prix en recourant aux réserves stratégiques.

En définitive, l’évolution des cours du contrôle dépendra beaucoup de l’évolution d’une activité économique qui va s’inscrire dans une tendance nettement baissière.

Pétrole : Nouveaux risques de hausse des prix (OPEP)

Pétrole : Nouveaux risques de hausse des prix (OPEP)

Compte tenu des risques de baisse de la croissance voir de possibilités de récession, les producteurs de pétrole ont décidé de réagir par avance avec une diminution significative des volumes de production afin de soutenir des prix qui risquent de repartir à la hausse. Les treize membres de l’Opep, menés par l’Arabie saoudite, et leurs dix partenaires, conduits par la Russie, ont convenu d’une baisse de « deux millions » de barils par jour pour le mois de novembre, a annoncé l’alliance dans un communiqué.
Les deux références mondiales du brut ont effet perdu du terrain ces dernières semaines, évoluant autour de 90 dollars le baril, bien loin des sommets enregistrés en mars au début de la guerre en Ukraine (près de 140 dollars).

Poutine : Victoire pour le pétrole russe ?

Poutine : Victoire pour le pétrole russe !

Ils se sont tous lourdement trompés, ceux qui avaient prédit un effondrement de la production russe de pétrole. Par Michel Santi dans la Tribune

 

Poutine a déjoué tous les pronostics car, avec 10,8 millions de barils/jour (mb/j) pompés en juillet dernier, la production russe de pétrole est quasiment au niveau des 11 mb/j de janvier dernier, soit avant la guerre. En fait, voilà trois mois que cette production s’est nettement redressée du trou d’air subi les mois ayant suivi le déclenchement du conflit, car la Russie a remplacé ses bons clients raffineurs européens par d’autres marchés. ( Des marchés où toutefois les prix sont sacrifiés NDLR)

L’Asie de manière générale et l’Inde en particulier, mais également le Moyen-Orient et la Turquie représentent les nouveaux débouchés, même si certains acheteurs européens persistent dans leurs emplettes en pétrole russe en attendant le point de non retour des sanctions européennes devant intervenir en novembre prochain. Moscou ne se donne désormais même plus la peine d’offrir des réductions – qui furent massives pendant l’hiver afin de séduire de nouveaux clients – tant le pays semble aujourd’hui sûr de sa trajectoire, il est vrai dans un contexte global très tendu en termes d’approvisionnement énergétique dont les dirigeants russes profitent largement. Pour ce faire, les exportateurs russes peuvent compter sur l’émergence de nouveaux «traders» basés au Moyen-Orient et dans certains pays asiatiques qui écoulent – moyennant de juteuses marges – le brut russe vers des acheteurs empressés.

Pour autant, ce que l’honnêteté oblige de qualifier de succès russe n’est pas tant économique et financier que surtout politique. L’Ouest – pour sa part – a complètement échoué à convaincre l’OPEP+ (l’Organisation des pays exportateurs et ses alliés) de se retirer de leur alliance avec la Russie puisque c’est même le contraire qui s’est passé. Emmenée par les grands alliés supposés de l’Occident, à savoir l’Arabie Saoudite et les Emirats-Arabes Unis, cette organisation n’a relevé que symboliquement la production pétrolière de ses nations membres, et en guise de désaveu cinglant et humiliant au Président Biden qui avait exprès pris son bâton de pèlerin pour aller à Ryad rendre un hommage autant contesté que contestable à MBS.

Au final, ce robinet de liquidités de rente pétrolière qui s’est bien redressé, donne de la marge à Poutine qui peut dès lors se permettre de sacrifier une partie importante de ses revenus gaziers en restreignant ses ventes en direction de l’Europe. C’est simple : la Russie engrange depuis peu tant de revenus pétroliers, elle vend tant de pétrole, qu’elle peut se permettre des mesures de rétorsion sur le gaz naturel à l’encontre des Européens qui – bien que restant déterminés – sont néanmoins à peine conscients des désastres qui les attendent. Nos tarifs de consommation électrique seront immanquablement appelés à flamber de l’ordre de 60 à 80%, voire à doubler dans certains pays européens. Très prochainement, nos dirigeants seront confrontés à des choix impossibles car les ravages causés aux différentes économies européennes par cette escalade sans précédent des prix de l’énergie seront extraordinairement douloureux.

Quelque que soit l’angle d’analyse, Vladimir Poutine est en passe de remporter cette guerre de l’énergie. Sa victoire est difficilement contestable sur de multiples fronts, et ce pendant que les centaines de millions perçus quotidiennement par la Russie sur ses ventes pétrolières lui assurent le soutien de la population.

Pétrole : Tendance baissière des prix

Pétrole : Tendance baissière des prix

 

Depuis leur pic de juin, les prix du baril de pétrole brut ont perdu quelque 30 dollars, note l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport mensuel publié ce jeudi. La raison principale en est une augmentation de l’offre. Pour le seul mois de juillet, elle a augmenté de 1,4 million de barils par jour (mb/j), pour atteindre en moyenne 100,5 mb/j, soit son plus haut niveau depuis janvier 2020, avant le début de la pandémie.

Pourtant la demande reste soutenue. L’agence a révisé à la hausse son estimation pour 2022, de 380.000 barils par jour, pour la porter à 99,7 mb/j. Elle bénéficie de nouveaux besoins créés notamment par l’utilisation du pétrole plutôt que du gaz naturel.

Prix Pétrole Brent

 

11/08/2022 à 23h23
99,470 $ le baril

+2,48 % 

Le prix du pétrole est repassé sous les 100 $ depuis début août

Pétrole : un prix maximum ?

Pétrole : un prix maximum ?

 

L’idée du plafonnement prix du pétrole paraît a priori séduisante. En effet le pétrole est passé nettement au-dessus des 100 $ le baril depuis plusieurs semaines en raison en particulier de la situation géopolitique en Ukraine et des obstacles mis à la commercialisation pétrole russe ( parenthèse vendue quand même à bas prix en Chine et en Inde et qui revient parfois en Europe !).

La question de savoir à propos du prix du baril qui déciderait de la mesure. La France suggère qu’elle soit prise par des pays producteurs qui forcément n’y ont pas intérêt. Les États-Unis de leur côté reposent une limitation par les pays acheteurs. Le problème est qu’il y a peu de moyens de substitution et que la sobriété n’est encore pas installée.

La conséquence sans doute ce que les mécanismes de marché vont continuer de fonctionner. Pour l’instant des prix sont à la hausse mais avec l’écroulement prévisible des croissances mondiales, le pétrole devrait s’inscrire dans une tendance baissière d’ici quelques mois

Les raisons pour lesquelles le prix du baril de brut s’est installé au-dessus des 100 dollars depuis plusieurs semaines se trouvent dans la crise énergétique qu’a traversé l’Europe durant la période hivernale ainsi que les embargos pétroliers imposés par les pays occidentaux, notamment l’Europe, pour sanctionner l’invasion de l’Ukraine par la Russie à la fin du mois de février.

Vendredi, le prix du baril de Brent s’affichait à quelque 113 dollars, ayant progressé de 1,8% sur un mois.

Depuis plusieurs semaines, l’administration Biden a lancé des appels au pays producteurs du Golfe Persique, notamment l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, pour qu’ils pompent davantage de pétrole, mais sans succès pour le moment. Le président américain a prévu de se rendre au Proche-Orient, notamment à Riyad, à la mi-juillet pour en discuter.

 

PÉTROLE RUSSE: Réduction des deux tiers par l’union européenne

 PÉTROLE RUSSE: Réduction des deux tiers par l’union européenne

.

Progressivement l’étau économique et financier se resserre autour de la Russie. Des sanctions qui forcément ne donnent des effets qu’à terme mais qui risquent  de peser très lourdement à partir de la fin de l’année. D’ores et déjà la Russie est très proche du défaut, il ne s’agit que d’une question de mois. L’objectif est de viser une faillite profonde et durable du pays l’obligeant à choisir sous la pression de l’opinion entre priorités aux guerres d’occupation ou priorité au développement. Or précisément sur ce terrain la Russie depuis l’arrivée de Poutine en particulier a largement délaissé son économie au profit des rentrées liées aux exportations de pétrole et de gaz. Certes on objectera que ce pétrole et ce gaz pourront être vendusà d’autres en particulier aux Chinois et aux Indiens. Le problème c’est que ce ne sera pas aux mêmes conditions économiques. Pour preuve l’Inde achète actuellement de l’énergie russe à bas prix pour le revendre à d’autres pays.Les 27 pays membres de l’Union européenne ont approuvé ce lundi soir un embargo sur le pétrole russe couvrant plus des « deux tiers » de leurs importations depuis ce pays, a annoncé le président du Conseil européen, Charles Michel.

Cet accord couvre pour l’instant « plus des deux tiers des importations de pétrole de Russie », a déclaré le président du Conseil, Charles Michel. Il va permettre de « supprimer une énorme source de financement à la machine de guerre » russe et exercer « une pression maximum » sur Moscou pour l’inciter à mettre fin à la guerre, a-t-il affirmé sur Twitter. Grâce à l’engagement volontaire de Berlin et Varsovie d’arrêter leurs importations par l’oléoduc de Droujba, l’embargo supprimera « environ 90% » des importations européennes de pétrole russe d’ici à la fin de l’année », a précisé Ursula von der Leyen, également sur Twitter.

Les importations par l’oléoduc de Droujba, qui alimentent aussi la Hongrie, seront exemptées dans un premier temps, ce qui a permis de lever le veto de Budapest qui bloquait depuis plusieurs semaines le 6e paquet de sanctions de l’UE contre l’invasion russe de l’Ukraine.

Selon l’Elysée, l’embargo progressif de l’UE sera limité dans un premier temps au pétrole transporté par bateau (soit les deux tiers des achats européens de pétrole russe). Des négociations doivent avoir lieu « dès que possible » pour mettre fin au reste des importations de pétrole russe de l’UE, a précisé l’Elysée.

G7 : pour la fin du pétrole russe

G7 : pour la fin du pétrole russe

 

 

Le G7 A décidé d’ interdire progressivement les importations de pétrole russe.

 

Les hydrocarbures représentent près de 46% des exportations russes, et près d’un tiers des importations de pétrole de l’Union européenne sont en provenance de Russie. Les 27 qui réunissaient ses ambassadeurs aujourd’hui à Bruxelles n’ont toujours pas trouvé d’accord pour la mise en place d’un embargo sur le pétrole russe. La réunion doit se poursuivre lundi. L’engagement pris par le G7 devrait mettre sous pression les Etats-membres réticents à un tel embargo, au premier rang desquels la Hongrie de Viktor Orban. ( A contrario évidemment les États-Unis dispose d’une autonomie énergétique).

12345...16



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol