Archive pour le Tag 'experts)'

Face aux pandémies associer les experts santé aux autres scientifiques

Face aux pandémies associer les experts santé aux autres scientifiques

Dans une tribune au « Monde », un collectif de professionnels de la santé et de scientifiques prône le développement au niveau mondial d’une approche transdisciplinaire associant, selon le concept « One Health », la santé humaine, celle des élevages et des cultures et celle des écosystèmes.

Tribune. « Moi qui suis si peu médecin, si peu vétérinaire… », déclarait Louis Pasteur, le 12 février 1880, s’étonnant d’être à la fois membre de l’Académie nationale de médecine et désormais de la Société centrale de médecine vétérinaire, ancêtre de l’Académie vétérinaire de France, qui l’accueillait pour donner une communication. Mais « la science est une », ajoutait-il, et « c’est l’homme seulement qui en raison de la faiblesse de son intelligence, y établit des catégories ».

Outre celui de Louis Pasteur (1822-1895), la France est le pays de René Descartes (1596-1650), de Claude Bernard (1813-1878), fondateur de la médecine expérimentale, ainsi que de Claude Bourgelat (1712-1779), fondateur des premières écoles vétérinaires. Autant de personnalités qui, à leur façon, ont récusé les trop rigides cloisonnements du savoir et dont l’attitude devrait nous inspirer face à l’actuel défi sanitaire.

« Louis Pasteur, René Descartes, Claude Bernard, Claude Bourgelat. Autant de personnalités qui, à leur façon, ont récusé les trop rigides cloisonnements du savoir et dont l’attitude devrait nous inspirer face à l’actuel défi sanitaire » (Timbre paru en 2011 dessiné par Sophie Beaujard, gravé par Yves Beaujard et imprimé en taille-douce). DR/La Poste

Même si la situation sanitaire due au coronavirus n’est pas inédite au vu de la pandémie de 1969 (grippe de Hongkong, 40 000 décès en France, un million dans le monde), la pandémie actuelle démontre la nécessité de tirer des enseignements de cette crise pour construire une approche globale basée sur le concept « One Health » (« une seule santé ») associant santé humaine, santé des élevages et des cultures et santé des écosystèmes.

La pandémie de Covid-19 a remis au premier plan les liens étroits qui existent entre ces différentes santés et le continuum entre animaux et êtres humains. Plus de 75 % des agents pathogènes de l’homme sont issus des animaux. Les coronaviroses, répandues dans le règne animal, font partie de ces maladies des animaux transmissibles à l’homme (zoonoses). Pour les vétérinaires, les coronavirus sont des ennemis de tous les jours et leur expertise dans ce domaine et dans la fabrication de vaccins anticoronavirus aurait mérité d’être plus exploitée.

Certes, des vétérinaires et des écologues ont été présents dans des équipes de recherche de médecine humaine, une importante mobilisation de vétérinaires praticiens s’est traduite par la fourniture de matériels à des unités de réanimation et de consommables pour les hôpitaux et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), et l’autorisation a été finalement donnée aux industriels et laboratoires vétérinaires de produire des tests PCR et effectuer des analyses à grande échelle. Mais les sciences vétérinaires auraient dû être davantage sollicitées dans l’esprit du concept de santé globale multidisciplinaire.

 

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

«Les experts de la commission Blanchard-Tirole: l’ entre-soi »

«Les experts de   la commission Blanchard-Tirole: l’ entre-soi »

 

Dans  un article précédent nous avions déjà souligné le caractère relativement homogène de la sociologie des experts retenus par  pour définir la nouvelle politique économique ( celle de 2022 et après sans doute. Tous avaient à peu près le même profil d’économistes relativement orthodoxes assez éloignés des problématiques aussi bien environnementales, sanitaires que sociales. L’économiste Florence Jany-Catrice regrette, dans une tribune au « Monde », que la composition de la commission Blanchard-Tirole « sur les grands défis économiques » ne reflète que la vision libérale et productiviste de la science économique « mainstream »

 

 

Tribune. L’essoufflement évident et l’effondrement en cours de notre modèle économique libéral financiarisé suscitent de plus en plus angoisse et sidération. La crise sanitaire récente jette une lumière crue sur son incroyable fragilité : il aura suffi d’un virus pour précipiter les économies européennes dans les affres d’un arrêt productif sans aucun précédent historique.

Cette chute extrêmement brutale dit énormément de notre monde et de la manière dont nous l’habitons intellectuellement. En premier lieu, le sacrifice des services publics, en particulier de santé, aux impératifs productifs marchands et industriels d’un autre âge se paie cash : on en connaissait le coût social, on en connaît maintenant le coût économique. Combien de vies et combien de milliards nous aura finalement coûté la volonté drastique de réduire la prévention en matière de santé, l’obsession de la tarification à l’acte et l’idéologie du zéro stock ?

Mais on doit aussi en second lieu mesurer l’effet « révélateur » du confinement : la redécouverte de la joie d’être ensemble, d’un autre rapport au monde, au temps, à la qualité de nos vies. Comme si brutalement le décor de théâtre du « toujours plus et plus vite », qui nous épuise et tue notre environnement naturel, avait glissé au pied de l’estrade. Chute effrayante, puisqu’elle s’accompagne, évidemment, en troisième lieu, d’un effondrement productif qui menace de manière violente les plus exposés d’entre nous, qui risquent désormais de rejoindre la cohorte grandissante des exclus.

Ce triple choc interroge notre dépendance intellectuelle aux logiques libérales et productivistes. Il suppose réflexion. « Rien ne sera plus comme avant », nous a dit, de manière extrêmement solennelle, notre président. Las, son premier acte a été de réunir un comité d’experts pour penser le monde d’après, une commission « d’experts sur les grands défis économiques » – dite commission « Blanchard-Tirole » –, qui doit proposer des politiques économiques efficaces face à trois défis mondiaux dans le contexte post-Covid-19, à savoir les inégalités, le climat et la démographie.

La manière dont ce premier acte a été posé dit tout de la cécité des classes dirigeantes. Est-il bien sérieux, dans ce « monde d’après »de n’avoir réuni dans ce cercle de réflexion que des économistes ? Le monde dans lequel s’est déployée la crise n’est-il pas précisément un monde qui souffre de la domination sans partage de l’économisme ? Ne souffrons-nous pas tous de voir l’économie mise toujours et encore au-devant du vivre-ensemble ?

Mais pour Macron quoi de mieux que de choisir des personnalités qui pour l’essentiel pensent comme lui ? Ne serait-ce que pour donner un vernis scientifique à son projet (NDLR)

Société- Crise: Les experts dans le potage

Société- Crise: Les experts dans le potage

 

La crise aura fait émerger les contradiction parfois les faiblesses des experts eux-mêmes . C’est vrai pour la crise sanitaire où  nombre de spécialistes ont été surpris par la nature de la pandémie , sa propagation à l’échelle mondiale, sans parler des polémiques concernant l’effet du confinement, et les traitements eux-mêmes. On peut mettre au crédit de leur défense le caractère tout à fait nouveau de ce Coronavirus.

 

Des interrogations du même type concernent la sphère économique et sociale. Bien entendu après la crise sanitaire, c’est un tsunami économique qu’il conviendra d’affronter. La croissance ( mesurée par le PIB) pourrait baisser de 10 % pendant plusieurs trimestres en moyenne avec évidemment des écarts selon les pays. Ceci étant,  le commerce international va se trouver très affecté. La reprise économique de chaque pays va donc reposer bien davantage  sur la consommation des ménages ( l’investissement, lui aussi, va au mieux être différé au pire très amoindri).

 

La troisième dimension de la crise sera sociale avec son  cortège de licenciements. En France on parle d’une augmentation du nombre de chômeurs qui passeraient de 8 % à 20 %. Aux États-Unis, le patron de la banque centrale a évoqué un taux de chômage de 20 30 %. Certains affirment que ce tassement ne sera que temporaire mais la vérité oblige de dire que personne n’en sait strictement rien.

 

 En effet il est difficile de prévoir des scénarios d’évolution pour des crises systémiques dans des champs géographiques aussi étendus avec autant de dimensions.( Sanitaire, financière, environnementale, économique, sociale voire sociétale). On constate que face  à la complexité de cette crise, deux types de profil d’expert se dégagent. Les experts sûrs d’eux-mêmes ,sorte de gourous ou de naïfs qui selon leur sensibilité versent  dans le déclinisme ou  au contraire dans l’optimisme béat. La plupart toutefois se limitent à dire des banalités, en gros à se comporter comme des journalistes, a constater des situations mais sans forcément identifier les facteurs explicatifs et encore moins les scénarios probables. On objectera que les responsables politiques eux-mêmes se comportent davantage en observateur que comme gestionnaires de crise mais cela ne dédouane pas les experts dont l’éclairage serait utile dans la période.

 

Concernant la dimension socio économique la grande interrogation concerne notamment la question des milliers de milliards qui vont être déversés par les banques centrales. En fait,  une manière de faire tourner la machine à billets. Une décision sans doute incontournable pour sauver ce qui peut l’être. A terme cependant, la déconnexion entre la richesse et la valeur des monnaies va se poser. Inévitablement  l’ajustement se fera à travers les parités monétaires. Avec de fait  des dévaluations pour les monnaies dévaluées et forcément une montée de l’inflation qui va handicaper le pouvoir d’achat des ménages mais aussi les Etats et les entreprises concernés. Cette question fondamentale est le plus souvent ignorée ou abordée du bout des lèvres. D’autres aspects mériteraient aussi des éclairages en tout cas des hypothèses et des scénarios. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour l’instant nombre d’experts sont dans le potage.

 

Société- Analyse de la crise: Les experts dans le potage ?

Société- Analyse de la crise: Les experts dans le potage ?

 

La crise aura fait émerger les contradictions parfois les faiblesses des experts eux-mêmes . C’est vrai pour la crise sanitaire où  nombre de spécialistes ont été surpris par la nature de la pandémie , sa propagation à l’échelle mondiale, sans parler des polémiques concernant l’effet du confinement, et les traitements eux-mêmes. On peut mettre au crédit de leur défense le caractère tout à fait nouveau de ce Coronavirus.

 

Des interrogations du même type concernent la sphère économique et sociale. Bien entendu après la crise sanitaire, c’est un tsunami économique qu’il conviendra d’affronter. La croissance ( mesurée par le PIB) pourrait baisser de 10 % pendant plusieurs trimestres en moyenne avec évidemment des écarts selon les pays. Ceci étant,  le commerce international va se trouver très affecté. La reprise économique de chaque pays va donc reposer bien davantage  sur la consommation des ménages ( l’investissement, lui aussi, va au mieux être différé au pire être très amoindri).

 

La troisième dimension de la crise sera sociale avec son  cortège de licenciements. En France on parle d’une augmentation du nombre de chômeurs qui passeraient de 8 % à 20 %. Aux États-Unis, le patron de la banque centrale a évoqué un taux de chômage de 20 à 30 %. Certains affirment que ce tassement ne sera que temporaire mais la vérité oblige de dire que personne n’en sait strictement rien.

 

 En effet il est difficile de prévoir des scénarios d’évolution pour des crises systémiques dans des champs géographiques aussi étendus avec autant de dimensions.( Sanitaire, environnementale, économique, sociale voire sociétale). On constate que face  à la complexité de cette crise, deux types de profil d’experts se dégagent. Les experts sûrs d’eux-mêmes ,sorte de gourous ou de naïfs qui selon leur sensibilité versent  dans le déclinisme ou  au contraire dans l’optimisme béat.

 La plupart toutefois se limitent à dire des banalités, en gros à se comporter comme des journalistes, a constater des situations mais sans forcément identifier les facteurs explicatifs et encore moins les scénarios probables. On objectera que les responsables politiques eux-mêmes se comportent davantage en observateurs que comme gestionnaires de crise mais cela ne dédouane pas les experts dont l’éclairage serait utile dans la période.

 

Concernant la dimension socio économique la grande interrogation concerne notamment la question des milliers de milliards qui vont être déversés par les banques centrales. En fait,  une manière de faire tourner la machine à billets. Une décision sans doute incontournable pour sauver ce qui peut l’être. A terme cependant, la déconnexion entre la richesse et la valeur des monnaies va se poser. Inévitablement  l’ajustement se fera à travers les parités monétaires. Avec de fait  des dévaluations pour les monnaies dévaluées et forcément une montée de l’inflation qui va handicaper le pouvoir d’achat des ménages mais aussi les Etats et les entreprises concernés. Cette question fondamentale est le plus souvent ignorée ou abordée du bout des lèvres. D’autres aspects mériteraient aussi des éclairages en tout cas des hypothèses et des scénarios. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour l’instant nombre d’experts sont dans le potage.

Crise: Les experts dans le potage

Crise: Les experts dans le potage

La crise aura fait émerger les contradiction parfois les faiblesses des experts eux-mêmes . C’est vrai pour la crise sanitaire où  nombre de spécialistes ont été surpris par la nature de la pandémie , sa propagation à l’échelle mondiale, sans parler des polémiques concernant l’effet du confinement, et les traitements eux-mêmes. On peut mettre au crédit de leur défense le caractère tout à fait nouveau de ce Coronavirus.

Des interrogations du même type concernent la sphère économique et sociale. Bien entendu après la crise sanitaire, c’est un tsunami économique qu’il conviendra d’affronter. La croissance ( mesurée par le PIB) pourrait baisser de 10 % pendant plusieurs trimestres en moyenne avec évidemment des écarts selon les pays. Ceci étant,  le commerce international va se trouver très affecté. La reprise économique de chaque pays va donc reposer bien davantage  sur la consommation des ménages ( l’investissement, lui aussi, va au mieux être différé au pire très amoindri).

La troisième dimension de la crise sera sociale avec son  cortège de licenciements. En France on parle d’une augmentation du nombre de chômeurs qui passeraient de 8 % à 20 %. Aux États-Unis, le patron de la banque centrale a évoqué un taux de chômage de 20 30 %. Certains affirment que ce tassement ne sera que temporaire mais la vérité oblige de dire que personne n’en sait strictement rien.

 En effet il est difficile de prévoir des scénarios d’évolution pour des crises systémiques dans des champs géographiques aussi étendus avec autant de dimensions.( Sanitaire, environnementale, économique, sociale voire sociétale). On constate que face  à la complexité de cette crise, deux types de profil d’expert se dégagent. Les experts sûrs d’eux-mêmes ,sorte de gourous ou de naïfs qui selon leur sensibilité versent  dans le déclinisme ou  au contraire dans l’optimisme béat. La plupart toutefois se limitent à dire des banalités, en gros à se comporter comme des journalistes, a constater des situations mais sans forcément identifier les facteurs explicatifs et encore moins les scénarios probables. On objectera que les responsables politiques eux-mêmes se comportent davantage en observateur que comme gestionnaires de crise mais cela ne dédouane pas les experts dont l’éclairage serait utile dans la période.

Concernant la dimension socio économique la grande interrogation concerne notamment la question des milliers de milliards qui vont être déversés par les banques centrales. En fait,  une manière de faire tourner la machine à billets. Une décision sans doute incontournable pour sauver ce qui peut l’être. A terme cependant la déconnexion entre la richesse et la valeur des monnaies va ce poser. Inévitablement  l’ajustement se fera à travers les parités monétaires. Avec de fait  des dévaluations pour les monnaies dévaluées et forcément une montée de l’inflation qui va handicaper le pouvoir d’achat des ménages mais aussi les Etats et les entreprises concernés. Cette question fondamentale est le plus souvent ignorée ou abordée du bout des lèvres. D’autres aspects mériteraient aussi des éclairages en tout cas des hypothèses et des scénarios. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour l’instant nombre d’experts sont dans le potage.

Experts médicaux: une dialectique courtisane pire que celle des politiques

 

 

Cette crise aura révélé l’extraordinaire engagement d’une grande partie du personnel médical. Curieusement aussi,  une grande plasticité de l’organisation du système hospitalier à laquelle on était peu habitué. Il faut espérer qu’il en sera tenu compte pour la gestion future des établissements. Malheureusement, la période permet aussi  de montrer les contradictions de certains experts et  de leur attitude courtisane vis-à-vis pouvoir.

Il faut dire que beaucoup de ces experts sorte de chapeau à plumes n’ont pas pratiqué depuis longtemps ou si rarement. Ils passent davantage de temps dans les organisations, institutions que sur le terrain thérapeutique ou la recherche. Certains ne se privent d’ailleurs pas d’apposer leur signature sur les travaux de leurs chercheurs subordonnés voire de s’en approprier la paternité. Un phénomène qui n’est pas particulier au secteur de la médecine. Mais sur la question des masques, des tests ou des traitements, trop d’experts avec des circonvolutions pseudo scientifiques ont tenté de justifier le flou et les contradictions des pouvoirs publics.

Dans certains cas,  beaucoup de ces chapeaux à plumes se sont laissés prendre au piège des micros tendus par des médias répétant en boucle les mêmes idioties en tout cas les mêmes approximations. Encore aujourd’hui, on ne sait toujours pas si le port du masque est  utile ou pas ! Ne parlons pas des tests dont on manque aussi cruellement que les masques qui seraient seulement réservés à certains malades, inutiles pour d’autres.  

Quant au traitement, il  ne s’agit pas seulement d’une bataille scientifique notamment vis-à-vis de la chloroquine mais aussi d’une guerre de lobbys pharmaceutiques qui financent les laboratoires et autres institutions médicales et qui à  l’occasion rémunèrent  aussi les chefs de service, en plus de leur traitement évidemment. La médecine offre un double visage, celui d’un champ scientifique au progrès tout à fait exceptionnel avec un engagement et une conscience tout à fait remarquables de la plupart du personnel soignant mais aussi l’autre côté du miroir avec des chapeaux à plumes opportunistes et des mandarins  dont la complaisance est enrobée par une dialectique scientifique peu convaincante.

Le pouvoir politique de son côté n’est pas mécontent de se servir de ces experts comme filtre en les instrumentalisant pour justifier ses  orientations approximatives.

Coronavirus : les mensonges du gouvernement et de certains experts sur le port du masque ?

Coronavirus : les mensonges du gouvernement et de certains experts   sur le port du masque ?

« Le port d’un masque est une barrière vis-à-vis des autres, mais cela pouvait aussi représenter un risque si on l’utilisait mal, si on le tripotait toute la journée », affirme Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et qui évidemment n’y connaît strictement rien. Ces propos mensongers sont d’ailleurs largement partagés au sein du gouvernement et même chez beaucoup d’experts très complaisants. Il s’agit en fait de défendre une stratégie de pénurie pour mieux cacher les carences en matériel de protection. Le pire c’est que le personnel médical notamment en dehors des hôpitaux ne dispose même pas de masque.

 

Certes chaque jour on annonce des commandes de millions de masques mais Roland ne voit pas grand-chose venir. D’autant plus qu’il faudrait aussi protéger tous ceux qui sont en contact avec le public notamment les caissières, les pompiers ou encore les forces de l’ordre . Affirmer que le masque porté par des personnes supposées saines est inutile constitue une recommandation criminelle. En effet le masque protège pour éviter la contamination d’autrui mais protège aussi son porteur.  Or c’est bien la question essentielle.  À noter d’ailleurs que le port du masque a été généralisé partout dans les pays asiatiques. C’est le port du masque combiné au confinement et aux tests qui a permis de maîtriser l’épidémie. Même chose pour la pratique du dépistage simplement parce que nous manquons cruellement de tests, de matériels, de laboratoires et de personnel pour les effectuer. Alors que la France n’est même pas capable d’imposer un confinement total elle devrait au moins imposer le port du masque. Le problème, c’est que nous avons été incapables de constituer les stocks nécessaires. Florence de Changy est journaliste, correspondante en Asie, et elle n’est pas du tout d’accord. Elle a écrit une lettre ouverte à Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP et souhaite encourager tous les Français à porter un masque, sur le même modèle que la population de Hong Kong.

Médias – Chaînes Télés info continue : trop de faux experts et trop de discussions de bistrot

Médias  - Chaînes Télés  info continue : trop de faux experts et trop  de discussions  de bistrot

Nouvelle baisse d’audience du fait surtout de la médiocrité des lignes éditoriales.  On a  confirmation tous les jours  de la faiblesse du contenu  de la plupart des chaines d’information en continu. Des chaines qui diffusent des images  avec des commentaires approximatifs, contradictoires voire fantaisistes.  Et quand on invite un gréviste ou un gilet jaune, c’est  encore pire car on tombe alors dans la caricature du tribunal des « élites » forcément légitimistes avec en face un grande gueule en manque d’arguments. En cause   sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts, souvent grassouillets à force de fréquenter les dîners mondains,  qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années ( de temps en temps un bouquin écrit en fait par un thésard ou un nègre!). On complète avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste ;   il ne manque plus que Madame Soleil !    Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio.  Sur les chaînes généralistes, la fréquentation  peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme. En cause sans doute,  les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté mais pas toujours, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques. Le pire, c’est pendant les fêtes et les vacances. On va chercher dans les placard un animateur endormi, on sollicite -sans doute dans les EPHAD- des vieillards ,on complète avec un sociologue inconnu ( on n’en manque pas puisque ces diplômes de sociologie se distribuent  comme les poignée de mains). Parfois, on ajoute une vielle gloire médiatique qui s’exprime sur un sujet  qu’il ignore totalement  mais qui meuble le plateau.  Et entre deux « débats de bistrot » , on peut illustrer le propos avec  deux poilus tenant un pancarte ou un feu de poubelle.

 

Démocratie – Chaînes Télés info continue : trop de faux experts et trop de discussions de bistrot

Démocratie  - Chaînes Télés  info continue : trop de faux experts et trop  de discussions  de bistrot

Nouvelle baisse d’audience du fait surtout de la médiocrité des lignes éditoriales.  On a  confirmation tous les jours  de la faiblesse du contenu  de la plupart des chaines d’information en continu. Des chaines qui diffusent des images  avec des commentaires approximatifs, contradictoires voire fantaisistes.  Et quand on invite un gréviste ou un gilet jaune, c’est  encore pire car on tombe alors dans la caricature du tribunal des « élites » forcément légitimistes avec en face un grande gueule en manque d’arguments. En cause   sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts, souvent grassouillets à force de fréquenter les dîners mondains,  qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années ( de temps en temps un bouquin écrit en fait par un thésard ou un nègre!). On complète avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste ;   il ne manque plus que Madame Soleil !    Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio.  Sur les chaînes généralistes, la fréquentation  peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme. En cause sans doute,  les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté mais pas toujours, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques. Le pire, c’est pendant les fêtes et les vacances. On va chercher dans les placard un animateur endormi, on sollicite -sans doute dans les EPHAD- des vieillards ,on complète avec un sociologue inconnu ( on n’en manque pas puisque ces diplômes de sociologie se distribuent  comme les poignée de mains). Parfois, on ajoute une vielle gloire médiatique qui s’exprime sur un sujet  qu’il ignore totalement  mais qui meuble le plateau.  Et entre deux « débats de bistrot » , on peut illustrer le propos avec  deux poilus tenant un pancarte ou un feu de poubelle.

 

 

Démocratie- Chaînes Télés info continue : trop de faux experts et trop de discussions de bistrot

Démocratie- Chaînes Télés  info continue : trop de faux experts et trop  de discussions  de bistrot

Nouvelle baisse d’audience du fait surtout de la médiocrité des lignes éditoriales On a  confirmation tous les jours  de la faiblesse du contenu  de la plupart des chaines d’information en continu. Des chaines qui diffusent des images  avec des commentaires approximatifs, contradictoires voire fantaisistes.  Et quand on invite un gréviste ou un gilet jaune, c’est  encore pire car on tombe alors dans la caricature du tribunal des « élites » forcément légitimistes. En cause   sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts, souvent grassouillets à force de fréquenter les dîners mondains,  qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années ( de temps en temps un bouquin écrit en fait par un thésard ou un nègre!). On complète avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste ;   il ne manque plus que Madame Soleil !    Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio.  Sur les chaînes généralistes, la fréquentation  peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme. En cause sans doute,  les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté mais pas toujours, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques. Le pire, c’est pendant les fêtes et les vacances. On va chercher dans les placard un animateur endormi, on sollicite -sans doute dans les EPHAD- des vieillards  ,on complète avec un sociologue inconnu ( on n’en manque pas puisque ces diplômes de sociologie se distribuent  comme les poignée de mains). Parfois, on ajoute une vielle gloire médiatique qui s’exprime sur un sujet  qu’il ignore totalement  mais qui meuble le plateau.  Et entre deux « débats de bistrot » , on peut illustrer le propos avec  deux poilus tenant un pancarte ou un feu de poubelle.

 

Audience Chaînes Télés info continue : trop de faux experts et trop de discussions de bistrot

 

Audience Chaînes Télés  info continue : trop de faux experts et trop  de discussions  de bistrot

C’est toujours la marginalité en terme d’audience  pour les chaînes d’info, BFM TV (-0,3 point à 2,3 %)  , LCI atteint pour la première fois 1 % de PDA (+0,3 point), tandis que CNews (+0,1 à 0,8 %) est tirée vers le haut par l’arrivée très médiatisée sur sa grille d’Eric Zemmour. Franceinfo ferme la marche avec 0,5 % (+0,1). En cause  la médiocrité  de la plupart des chaines d’information en continu. Des chaines qui diffusent des images  avec des commentaires approximatifs, contradictoires voire fantaisistes.  Et quand on invite un gréviste ou un gilet jaune, c’est  encore pire car on tombe alors dans la caricature du tribunal des « élites » forcément légitimistes. En cause   sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter.

On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts, souvent grassouillets à force de fréquenter les dîners mondains,  qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années ( de temps en temps un bouquin écrit en fait par un thésard ou un nègre!). On complète avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste ;   il ne manque plus que Madame Soleil !    Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio.  Sur les chaînes généralistes, la fréquentation  peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme.

En cause aussi   les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté mais pas toujours, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques. Le pire, c’est pendant les fêtes et les vacances. On va chercher dans les placard un animateur endormi, on sollicite -sans doute dans les EPHAD- des vieillards ,on complète avec un sociologue inconnu ( on n’en manque pas puisque ces diplômes de sociologie se distribuent  comme les poignée de mains). Parfois, on ajoute une vielle gloire médiatique qui s’exprime sur un sujet  qu’il ignore totalement  mais qui meuble le plateau.  Et entre deux « débats de bistrot » , on peut illustrer le propos avec  deux poilus tenant un pancarte ou un feu de poubelle.

 

Chaînes Télés info continue : trop de faux experts et trop de discussions de bistrot

Chaînes Télés  info continue : trop de faux experts et trop  de discussions  de bistrot

On a  confirmation tous les jours  de la médiocrité  de la plupart des chaines d’information en continu. Des chaines qui diffusent des images  avec des commentaires approximatifs, contradictoires voire fantaisistes.  Et quand on invite un gréviste ou un gilet jaune, c’est  encore pire car on tombe alors dans la caricature du tribunal des « élites » forcément légitimistes. En cause   sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts, souvent grassouillets à force de fréquenter les dîners mondains,  qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années ( de temps en temps un bouquin écrit en fait par un thésard ou un nègre!). On complète avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste ;   il ne manque plus que Madame Soleil !    Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio.  Sur les chaînes généralistes, la fréquentation  peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme. En cause sans doute,  les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté mais pas toujours, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques. Le pire, c’est pendant les fêtes et les vacances. On va chercher dans les placard un animateur endormi, on sollicite -sans doute dans les EPHAD- des vieillards ,on complète avec un sociologue inconnu ( on n’en manque pas puisque ces diplômes de sociologie se distribuent  comme les poignée de mains). Parfois, on ajoute une vielle gloire médiatique qui s’exprime sur un sujet  qu’il ignore totalement  mais qui meuble le plateau.  Et entre deux « débats de bistrot » , on peut illustrer le propos avec  deux poilus tenant un pancarte ou un feu de poubelle.

 

 

 

Incendies Amazonie : la pluie impuissante (experts)

Incendies Amazonie : la pluie impuissante (experts)

 

La  pluie selon les prévisions météo sera impuissant éteindre les très nombreuses incendies en Amazonie ou alors pas avant  octobre. Le dispositif militaire mis en place par le président brésilien sera bien insuffisant, tout au plus permettra-t-il de limiter les départs. Il faudrait environ 20 mm tout de suite et pendant une heure ou deux, ce qui n’est pas prévu avant deux mois. Il est clair que l’incendie d’une telle ampleur ne peut être éteint par les moyens classiques d’un seul pays d’ailleurs l’incendie est  en train de contaminer aussi la Bolivie. Seule une force internationale avec les moyens adaptés entre parenthèse (Canadair ou équivalent) serait en capacité de faire face à une telle ampleur. Notons que cette force  internationale serait aussi utile avec des moyens spécialisés selon  la nature des risques  pour intervenir en cas de catastrophe naturelle (tremblement de terre, éruptions volcaniques, inondations, tempêtes, pandémies etc.) Le nombre de feux qui se sont déclarés en Amazonie brésilienne sont en hausse de 80% depuis le début de l’année, selon les données de l’institut national de la recherche spatiale du pays, l’INPE, arrêtées au 25 août.

Les incendies ne se limitent pas au Brésil: au moins 10.000 km 2 (un million d’hectares) brûlent en Bolivie, près de la frontière avec le Paraguay et le Brésil.

Le déploiement de l’armée brésilienne dépêchée en renfort pour éteindre les feux ne sera efficace que pour les petits foyers et contribuer à empêcher de nouveaux incendies, affirment les experts. Les foyers les plus importants ne pourront être éteints que par les précipitations.

Or, la saison des pluies en Amazonie ne commence que fin septembre les pluies ne deviendront vraiment importantes que dans plusieurs semaines.

En outre, souligne Maria Silva Dias, professeure de Sciences de l’atmosphère à l’université de Sao Paulo, les précipitations prévues au cours des 15 prochains jours sont concentrées dans les zones qui en ont le moins besoin.

On attend moins de précipitations dans les régions de l’Amazonie qui connaissent les plus gros incendies, insiste-t-elle.

Une hausse des précipitations est attendue dans l’extrême nord-ouest et l’ouest de l’Amazonie brésilienne, mais la partie orientale restera très sèche, selon les données de Refinitiv.

Même les zones les plus arrosées ne connaîtront que des averses isolées, soulignent les experts.

“En certains endroits, certains feux pourront être éteints”, c’est vrai, mais ce sont des points isolés”, souligne Maria Silva Dias. “Il faut qu’il pleuve plus régulièrement dans toute la région, et cela ne se produira que plus tard, vers octobre.”

Elle estime les précipitations nécessaires à au moins 20 millimètres de pluie en une à deux heures pour éteindre un feu de forêt moyen.

L’État d’Acre, dans l’ouest du Brésil, est celui qui devrait être le plus soulagé par les pluies. Le nombre d’incendies dans cet Etat situé à la frontière avec le Pérou a plus que doublé cette année par rapport à l’an dernier. Sur la seule période du 21 au 25 août, 90 incendies ont été enregistrés.

On attend 57,6 mm de pluie dans la partie occidentale de l’État au cours des 15 prochains jours et 33,5 mm dans la partie est, selon les données Refinitiv, et entre 15 et 29 mm dans l’Etat de Rondonia et dans le sud de l’Amazonas.

“Dans certaines régions, cela pourrait réduire les incendies, mais pas en général”, estime Matias Sales, météorologue pour la société brésilienne d’information climatologique Climatempo.

L’Amazonie orientale restera au sec au cours des 15 prochains jours. Peu ou pas de pluie sont attendus dans certaines parties des Etats de Mato Grosso, Para et Tocantins où les incendies sont en nette augmentation.

La saison sèche a été particulièrement sèche cette année, notamment en raison d’un front froid dans le Mato Grosso, souligne Maria Silva Dias.

Taxe carbone : une escroquerie d’ « experts» et de politiques

Taxe carbone : une escroquerie d’ « experts» et de politiques

 

Les écolos, les socialos, des « experts » de tout poil (historien, géographe, économiste, psychologue, sociologue, climatologue etc.) resservent le plat  de la taxe carbone notamment à l’occasion de la canicule. Une taxe  qui serait de nature à favoriser  la transition écologique. Une vision fiscaliste de l’environnement. L’ingénierie fiscale française est en effet sans limite, une pathologie qui touche toutes les sensibilités politiques, tous les technocrates, tous les écolos. Pour résumer, il s’agit de soigner le monde carboné par la saignée fiscale. Le remède radical des médecins de Molière qui guérissaient les malades, lesquels  mourraient de la thérapie de choc. Il est évident qu’en tuant l’économie française on aura aussi fait disparaître le carbone,  à un détail près : on aura reporté les émissions polluantes sur d’autres pays car il faudra bien toujours consommer… (Et accessoirement payer, mais avec quelle richesse ?).  En mal de reconnaissance, les économistes qui ont été presque tous nourris au lait du néo libéralisme ont donné une légitimité pseudo scientifique à la taxe carbone. Il s’agit d’abord d’une récupération indécente d’une question sociétale qui ne peut évidemment être seulement et prioritairement régulé par la fiscalité et les prix. Le signal prix cher aux économistes ultra libéraux constitue une sorte de récupération par les mécanismes de marché de la problématique environnementale. L’argumentation consiste à affirmer qu’il convient de limiter les émissions polluantes en leur donnant un prix afin de favoriser la seule régulation marchande. Si l’économie de marché est encore la meilleure chose (ou la moins pire) pour équilibrer l’offre et la demande,  il en va différemment lorsqu’il s’agit des champs sociétaux et environnementaux. Certes on peut comprendre l’absolue nécessité d’une transition écologique notamment dans le domaine du transport. Encore faudrait-il qu’il existe une alternative pour permettre le changement de comportement. Or une politique des transports ne peut se conduire que sur le long terme pour  développer à la fois les transports collectifs, le concept du véhicule individuel et son utilisation. En l’absence de ces conditions,  la fiscalité dite écologique se réduit à un impôt classique qui au demeurant vient en plus affecter  le pouvoir d’achat, donc la croissance et l’emploi. Notons aussi que ces mesures sur le carburant touchent surtout les moins favorisés qui ne peuvent pas disposer d’une liberté d’horaire pour prendre un autre moyen de transport que leur véhicule individuel. Il y a évidemment d’autres moyens de réguler que l’arme de la fiscalité et des prix : la régulation par les normes et le développement système alternatif. Mais dans le contexte actuel des transports,  la fiscalité écologique constitue une fumisterie environnementale qui n’a d’autre objet que de donner une fausse légitimité scientifique à un impôt qui va se perdre dans le trou du budget. Faudrait-il rappeler aux économistes que leur science, certes utile,  n’est pas très exacte, qu’elle est même souvent approximative. Pour preuve, la majorité des grandes ruptures n’ont pas été prévues par la plupart  de ces experts. Par exemple, la prochaine chute de la croissance française assommée par la fiscalité.

 

Mercosur: une évaluation tardive par 10 experts

Mercosur: une évaluation tardive par 10 experts

 

 

Mieux vaut tard que jamais mais il paraît curieux que le gouvernement français mette seulement en place maintenant un groupe d’évaluation concernant l’accord commercial appelé Mercosur conclu avec  quatre pays d’Amérique latine (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay). En effet il aurait sans doute été préférable d’évaluer ce projet avant qu’il ne soit bouclé par l’union européenne. Certes contrairement au CETA, le Mercosur n’entrera pas en vigueur avant d’avoir été ratifié. Le CETA,  accord commercial passé avec le Canada, constitue à cet égard une bizarrerie juridique puisse qu’il a été t mis en application avant d’être ratifié par les Etats. Pour le Mercosur, l’union économique aura la décence d’attendre la ratification avant la mise en œuvre. On sait que le Mercosur comme d’ailleurs le CETA  utilise le secteur agricole comme une variable d’ajustement pour faciliter les exportations européennes. Alors la grande question qui se pose est celle du différentiel en matière de concurrence. En effet encore plus que pour le Canada, les conditions sociales, sanitaires et environnementales sont notoirement moins contraignantes en Amérique latine par rapport à l’Europe. Il est curieux que la France s’interroge seulement aujourd’hui sur la possibilité qu’elle aura d’appliquer des normes européennes aux produits importés grâce aux Mercosur. Le gouvernement a toutefois tenté de rassurer verbalement le milieu agricole En affirmant qu’il ne le signera pas à n’importe quel prix. Pour entrer en vigueur, l’accord doit être ratifié par chacun des Etats européens et par le Parlement européen. Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a déclaré mercredi que le texte n’était «pas ratifiable en l’état».

 

La commission d’évaluation, présidée par Stefan Ambec, économiste de l’environnement à la Toulouse School of Economics et directeur de recherche à l’Inra, remettra ses conclusions en novembre, précisent les services du Premier ministre, Edouard Philippe, dans un communiqué. Elle «s’attachera en particulier à évaluer les effets de l’accord en termes d’émission de gaz à effet de serre, de déforestation et de biodiversité. Elle appréciera les conséquences du projet d’accord sur la capacité des Etats et de l’Union européenne à réguler et à appliquer leurs normes aux produits consommés sur le marché européen», écrivent-ils.

«La commission formulera des recommandations pour répondre aux risques qu’elle identifiera» et ses conclusions «ont vocation à apporter un éclairage objectif sur les enjeux de l’accord pour nourrir le débat public et préparer le positionnement de la France», poursuivent-ils. Une étude d’impact quantitative et de travaux sur les filières agricoles sensibles seront également menés.

Notre-Dame: plus de 1000 experts protestent

Notre-Dame: plus de 1000 experts protestent

 

La récupération politique de la catastrophe de Notre-Dame a indisposé nombre d’experts du patrimoine cela d’autant plus que le pouvoir politique s’est arrogé des pouvoirs en matière d’architecture patrimoniale. Un détournement de fonction puisque la restauration des monuments historiques est encadrée par la loi et confie la responsabilité aux experts dont les architectes des bâtiments de France. Plus d’un millier d’experts du patrimoine invitent donc le président de la République à éviter la « précipitation » dans la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris et à ne pas s’affranchir des règles de protection du patrimoine, dans une tribune publiée sur le site du Figaro.  »N’effaçons pas la complexité de la pensée qui doit entourer ce chantier derrière un affichage d’efficacité », interpellent 1170 conservateurs, architectes et professeurs français et étrangers dans ce texte mis en ligne dimanche, alors qu’Emmanuel Macron a promis de reconstruire d’ici cinq ans le joyau de l’art gothique en partie détruit par un incendie il y a deux semaines. « Prenons le temps de trouver le bon chemin et alors, oui, fixons un délai ambitieux pour une restauration exemplaire », plaident-ils. Les signataires, parmi lesquels le conservateur des monuments nationaux, Laurent Alberti, critiquent le choix du gouvernement de passer pour ce chantier par un projet de loi autorisant des dérogations aux normes de protection patrimoniale. Les « choix » pour la restauration du monument doivent se faire « en ayant une approche scrupuleuse, réfléchie, de la déontologie » ajoutent-ils dans cette tribune, intitulée Monsieur le Président, ne dessaisissez pas les experts du patrimoine!

Quelle compétence des « experts »

  • Quelle compétence  des « experts »
  •  
  • La question mérité d’être posée tellement avis sont parfois plus proches des discours  d’évangélistes que de scientifiques.  Il ne se passe pas une journée sans que des dizaines d’experts viennent s’exprimer pour expliquer des événements sociaux, politiques, environnementaux ou sociétaux. De ce point de vue,  la France dispose d’une armée très imposante d’experts très divers notamment des historiens, des géographes des spécialistes en politique ou en opinion, des sociologues, des psychologues, des économistes, des urbanistes. La liste est longue et le nombre de spécialités ne cesse de se développer. De ce point de vue,  la France est un des pays qui forment le plus d experts en sciences sociales en particulier des psychologues et des économistes. Des experts qui ont bien d’ailleurs du mal à trouver un emploi et qu’on retrouve le plus souvent dans les administrations. Parallèlement, la France manque cruellement d’ingénieurs et de techniciens. Des catégories qu’on entend beaucoup moins car ils ont les mains dans le réel. La présence régulière pour ne pas dire l’envahissement de ces experts dans tous les médias s’explique aussi par la crise économique de ces médias. Des médias pour la plupart dans le rouge, d’ailleurs rachetés par des financiers non  pas par intérêt économique mais pour orienter et contrôler l’information. Cette masse d’experts ressemble à une sorte d’auberge espagnole. On y trouve le meilleur et le pire, souvent du  médiocre asservi aux intérêts financiers (la plupart des économistes). Parfois les éclairages sont intéressants mais la plupart du temps, ils  se caractérisent  par une certaine parcellisation de l’analyse. Or ce qui caractérise la période, c’est sa complexité et le caractère systémique des différents facteurs de changement. Le concept de généraliste n’existe pas. Les tentatives d’analyse partent  un peu dans tous les sens en fonction de la spécialité de chacun, de sa personnalité ;  Aussi de ses affinités philosophiques et politiques. Personne ne peut prétendre à la neutralité et à l’indépendance, encore moins à l’objectivité. C’est tellement vrai que les grands événements de la société ont rarement été prévus par ces experts notamment par la plus grande partie des économistes. Conclusion l’apport de certains experts peut-être utiles voire nécessaire mais il faut en relativiser le caractère d’objectivité notamment prédictive.

Quelle est la véritable compétence des « experts »

  • Quelle est la véritable  compétence  des « experts »
  •  
  • La question mérité d’être posée tellement avis sont parfois plus proches des discours  d’évangélistes que de scientifiques.  Il ne se passe pas une journée sans que des dizaines d’experts viennent s’exprimer pour expliquer des événements sociaux, politiques, environnementaux ou sociétaux. De ce point de vue,  la France dispose d’une armée très imposante d’experts très divers notamment des historiens, des géographes des spécialistes en politique ou en opinion, des sociologues, des psychologues, des économistes, des urbanistes. La liste est longue et le nombre de spécialités ne cesse de se développer. De ce point de vue,  la France est un des pays qui forment le plus d experts en sciences sociales en particulier des psychologues et des économistes. Des experts qui ont bien d’ailleurs du mal à trouver un emploi et qu’on retrouve le plus souvent dans les administrations. Parallèlement, la France manque cruellement d’ingénieurs et de techniciens. Des catégories qu’on entend beaucoup moins car ils ont les mains dans le réel. La présence régulière pour ne pas dire l’envahissement de ces experts dans tous les médias s’explique aussi par la crise économique de ces médias. Des médias pour la plupart dans le rouge, d’ailleurs rachetés par des financiers non  pas par intérêt économique mais pour orienter et contrôler l’information. Cette masse d’experts ressemble à une sorte d’auberge espagnole. On y trouve le meilleur et le pire, souvent du  médiocre asservi aux intérêts financiers (la plupart des économistes). Parfois les éclairages sont intéressants mais la plupart du temps, ils  se caractérisent  par une certaine parcellisation de l’analyse. Or ce qui caractérise la période, c’est sa complexité et le caractère systémique des différents facteurs de changement. Le concept de généraliste n’existe pas. Les tentatives d’analyse partent  un peu dans tous les sens en fonction de la spécialité de chacun, de sa personnalité ;  Aussi de ses affinités philosophiques et politiques. Personne ne peut prétendre à la neutralité et à l’indépendance, encore moins à l’objectivité. C’est tellement vrai que les grands événements de la société ont rarement été prévus par ces experts notamment par la plus grande partie des économistes. Conclusion l’apport de certains experts peut-être utiles voire nécessaire mais il faut en relativiser le caractère d’objectivité notamment prédictive.

Quelle est la varie compétence des « experts »

Quelle est la varie compétence  des « experts »

 

La question mérité d’être posée tellement avis sont parfois plus proches des propos d’évangélistes que de scientifiques.  Il ne se passe pas une journée sans que des dizaines d’experts viennent s’exprimer pour expliquer des événements sociaux, politiques, environnementaux ou sociétaux. De ce point de vue,  la France dispose d’une armée très imposante d’experts très divers notamment des historiens, des spécialistes en politique ou en mon opinion, des sociologues, psychologues, des économistes, des urbanistes. La liste est longue et le nombre de spécialités ne cesse de se développer. De ce point de vue la France est un des pays qui forment le plus d experts en sciences sociales en particulier des psychologues et des économistes. Des experts qui ont bien d’ailleurs du mal à trouver un emploi et qu’on retrouve le plus souvent dans les administrations. Parallèlement, la France manque cruellement d’ingénieurs et de techniciens. Des catégories qu’on entend beaucoup moins car ils ont les mains dans le réel. La présence régulière pour ne pas dire l’envahissement de ces experts dans tous les médias s’explique aussi par la crise économique de ces médias. Des médias pour la plupart dans le rouge, d’ailleurs rachetés par des financiers non  pas par intérêt économique mais pour orienter et contrôler l’information. Cette masse d’experts ressemble à une sorte d’auberge espagnole. On y trouve le meilleur et le pire souvent du  médiocre asservi aux intérêts financiers (la plupart des économistes). Parfois les éclairages sont intéressants mais la plupart du temps, ils  se caractérisent  par une certaine parcellisation de l’analyse. Or ce qui caractérise la période, c’est sa complexité et le caractère systémique des différents facteurs de changement. Le concept de généraliste n’existe pas. Les tentatives d’analyse partent  un peu dans tous les sens en fonction de la spécialité de chacun, de sa personnalité ;  Aussi de ses affinités philosophiques et politiques. Personne ne peut prétendre à la neutralité et à l’indépendance, encore moins à l’objectivité. C’est tellement vrai que les grands événements de la société ont rarement été prévus par ces experts notamment par la plus grande partie des économistes. Conclusion l’apport de certains experts peut-être utiles voire nécessaire mais il faut en relativiser le caractère d’objectivité notamment prédictive.

La question de la compétence des « experts »

La question de la compétence des « experts »

 

Il ne se passe pas une journée sans que des dizaines d’experts viennent s’exprimer pour expliquer des événements sociaux, politiques, environnementaux ou sociétaux. De ce point de vue,  la France dispose d’une armée très imposante d’experts très divers notamment des historiens, des spécialistes en politique ou en mon opinion, des sociologues, psychologues, des économistes, des urbanistes. La liste est longue et le nombre de spécialités ne cesse de se développer. De ce point de vue la France est un des pays qui forment le plus d experts en sciences sociales en particulier des psychologues et des économistes. Des experts qui ont bien d’ailleurs du mal à trouver un emploi et qu’on retrouve le plus souvent dans les administrations. Parallèlement, la France manque cruellement d’ingénieurs et de techniciens. Des catégories qu’on entend beaucoup moins car les mains dans le réel quand dans d’autres passent leur temps à décrypter leur faiblesse et leur travail. La présence régulière pour ne pas dire l’envahissement de ces experts dans tous les médias s’explique aussi par la crise économique de ces médias. Des médias pour la plupart dans le rouge, d’ailleurs été rachetés par des financiers non  pas par intérêt économique mais pour orienter et contrôler l’information. Cette masse d’experts ressemble à une sorte d’auberge espagnole. On y trouve le meilleur et le pire souvent du  médiocre asservi aux intérêts financiers (la plupart des économistes). Parfois les éclairages sont intéressants mais la plupart du temps se caractérisent  par une certaine parcellisation de l’analyse. Or qui caractérise la période, c’est sa complexité et le caractère systémique des différents facteurs de changement. Le concept de généraliste n’existe pas. Les tentatives d’analyse partent  un peu dans tous les sens en fonction de la spécialité de chacun, de sa personnalité. Aussi de ses affinités philosophiques et politiques. Personne ne peut prétendre à la neutralité et à l’indépendance, encore moins à l’objectivité. C’est tellement vrai que les grands événements de la société ont rarement été prévus par ces experts notamment par la plus grande partie des économistes. Conclusion l’apport de certains experts peut-être mais il faut en relativiser le caractère d’objectivité notamment prédictive.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol