Archive pour le Tag 'd’achat'

Pouvoir d’achat : de plus en plus en berne

Pouvoir d’achat : de plus en plus en berne

Les experts se réveillent enfin pour tenter d’expliquer pourquoi la crise du pouvoir d’achat demeure dans les ménages. Certes l’inflation a commencé à ralentir mais elle continue cependant d’augmenter. Conséquence, les prix suivent cette tendance haussière.

Contrairement à ce qu’avait annoncé le ministre de l’économie pour le début de l’été aucune baisse n’a été observé pour les produits de grande consommation.

À dessein ou par incompétence, experts et politiques ont cru voir dans la baisse de l’inflation une baisse des prix. La vérité, c’est que l’inflation s’ajoute aux inflations précédentes et que les prix ne peuvent donc mécaniquement baisser sauf cas très isolés.

C’est donc une manipulation politique et méthodologique que d’annoncer une baisse des prix avec une inflation sur une tendance toujours haussière. Ainsi aujourd’hui par exemple en moyenne les prix des consommations les plus courantes dans la grande distribution ont augmenté de 20 à 25 % sur deux ans. Et ce niveau continu d’être maintenu.

L’inflation continue de plomber le pouvoir d’achat des salariés français, s’alarment les économistes.
L’inflation a certes ralenti ces derniers mois mais des économistes sonnent l’alerte sur les bas salaires. Plusieurs branches professionnelles affichent encore des minima inférieurs au SMIC, ont alerté des économistes lors d’un séminaire organisé par Bercy et le ministère du Travail. Plusieurs experts ont incité les entreprises à donner du poids aux négociations annuelles obligatoires (NAO).

« Le pouvoir d’achat est la préoccupation numéro un des Français ». Lors de la conférence sociale organisée au Palais d’Iena le 16 octobre dernier, la secrétaire de la CFDT Marylise Léon sonnait l’alerte devant la Première ministre Elisabeth Borne entourée d’un parterre de ministres et syndicalistes. « Enfin, on parle salaire. Il était temps ! », poursuivait Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT avant une journée d’âpres négociations. A l’issue de ces échanges marathon, la cheffe du gouvernement avait mis la pression aux patrons pour revaloriser les bas salaires. Mais les tensions sont loin d’être retombées.
L’inflation a certes marqué le pas en Europe et en France. Mais les prix dans l’alimentaire et l’énergie continuent de frapper de plein fouet un grand nombre de Français. Et le conflit au Proche-Orient entre le Hamas et Israël pourrait maintenir les prix du pétrole à un niveau élevé. Dans ce contexte, des économistes réunis dans les locaux de France Stratégie lors d’un séminaire ce mardi 21 novembre ont tiré la sonnette d’alarme. « A l’international, les salaires réels baissent (en tenant compte de l’inflation), malgré la croissance des salaires nominaux. La baisse des salaires réels concerne tous les pays de l’OCDE avec en moyenne un recul de 3,8% pour le premier trimestre 2023 », a déclaré Sandrine Cazes, économiste à l’OCDE. « En France, la baisse des salaires réels a été relativement modeste au deuxième trimestre en raison du bouclier tarifaire et de l’inflation relativement contenue [...] L’inflation affecte particulièrement les salariés au bas de l’échelle car ils ont peu de réserves d’épargne ».

La question cruciale des branches non conformes
Ces derniers mois, de nombreuses branches ont affiché des minima inférieurs au SMIC en France. Etant donné que le Smic augmente plus vite (avec l’inflation, sur laquelle il est indexé) que le reste des salaires, certains minima de branches sont rattrapés, générant un « tassement » des salaires. « Le SMIC fixe un salaire plancher national et sa revalorisation est indexée sur l’inflation. Lorsque le SMIC se retrouve au dessus de plusieurs minimas de branche, on parle de non conformité des branches », a rappelé Erwan Gautier, économiste à la Banque de France.

Constatant que « la non conformité avait globalement diminué au cours des années 2010 en partie sous l’effet d’un SMIC moins dynamique », l’économiste a pointé « l’absence de négociations pendant la période Covid » et « des revalorisations très fréquentes du SMIC sous l’effet de l’inflation». Résultat, beaucoup de travailleurs dans certains secteurs comme la coiffure se sont retrouvés avec des salaires inférieurs au salaire minimum. « La hausse rapide du SMIC et la non conformité de certaines branches ont débouché sur des tassements des grilles de branches », a résumé l’économiste. Mises sous pression par le gouvernement, les branches non conformes doivent rapidement présenter un plan d’action sous peine de ne plus pouvoir profiter de certaines exonérations sociales, a prévenu Elisabeth Borne.

Partage de la valeur : « pas une solution magique »
Face à l’envolée des prix, le gouvernement a toujours exclu l’indexation des salaires sur l’inflation, au grand dam des syndicats comme la CGT. En revanche, l’exécutif a toujours promis les dispositifs de partage de valeur (prime, intéressement, participation, actionnariat salarié). Dans un vote solennel prévu ce mercredi 22 novembre, l’Assemblée nationale doit voter le texte législatif retranscrivant l’accord national interprofessionnel signé en février dernier par la plupart des syndicats, sauf la CGT en raison « du refus du gouvernement et du patronat de ne pas traiter de la question des salaires ».

Pouvoir d’achat: le CESE se réveille

Pouvoir d’achat: le CESE se réveille


Le conseil économique, social et environnemental se réveille enfin pour alerter sur la situation sociale et sociétale. Il faut dire qu’il a été longtemps tétanisé par la vague d’institutions de toutes sortes hauts comités, conseil nationaux et autres organisations bidon mis en place par Macron pour étouffer les institutions existantes y compris le Parlement. Cette année, le conseil a livré un diagnostic de la société à partir d’une batterie de dix indicateurs et un sondage réalisé par Ipsos. le CESE Mais surtout l’accent sur la crise du pouvoir d’achat face à l’inflation.

Pour le CESE, la multiplication des crises ces dernières années a remis la question du pouvoir d’achat au coeur des préoccupations des Français. Parmi les thèmes testés dans un baromètre commandé par le CESE, c’est même le sujet numéro UN pour 40% des personnes interrogées. Ce taux monte à 58% chez les familles monoparentales et 46% chez les moins de 35 ans. « Le pouvoir d’achat ne permet plus de répondre aux besoins de la moitié des Français ».

L’inflation des prix à certes ralenti depuis quelques mois mais les prix de l’énergie et de l’alimentaire continuent de peser grandement sur le budget des plus modestes contraint par des dépenses pré-engagées (factures d’énergie, abonnements) de plus en plus importantes. « L’inflation alimentaire est un vrai sujet de long terme », explique à La Tribune l’économiste de Pictet Christopher Dembik. « Le sentiment d’appauvrissement risque d’augmenter car les ménages sont directement exposés aux évolutions des prix sur les étiquettes », indique l’économiste.

Interrogés sur une batterie d’indicateurs, deux tiers des Français estiment que les inégalités liées au lieu de résidence sont les plus importantes. « Il y a une perception aigüe des Français sur les inégalités et leurs conséquences sur l’emploi ».

Dans son épais rapport, le CESE recommande au gouvernement de mettre l’accent sur les populations et les territoires les plus défavorisés. « Il y a une vraie pénurie de main d’oeuvre dans de nombreux secteurs » souligne la représentante de France Digitale.

Interrogés sur les freins au bien-être, les Français mentionnent d’abord le manque d’argent et de temps mais aussi l’angoisse liée au réchauffement climatique. En moyenne, 32% des Français affirment que le climat est un sujet d’anxiété. Mais Face au péril climatique, les répondants évoquent la barrière du financement comme frein à la transition pour accélérer les travaux de rénovation ou acquérir un véhicule moins polluant.

Social-Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

Social-Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

L’inflation a des effets anti redistributif vis-à-vis des salariés car si les rémunérations augmentent en monnaie constante la progression est inférieure à l’inflation. Ainsi les salaires réels sont-ils bloqués depuis quatre ans d’après l’OFCE.

La crise du coût de la vie est aussi celle de la valeur travail. Entre la fin 2019 et la fin 2024, les salaires réels – c’est-à-dire la rémunération après prise en compte de l’inflation – n’ont pas progressé dans les grands pays de la zone euro, selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La situation est différente aux Etats-Unis, où les travailleurs voient leur salaire augmenter malgré la hausse des prix. L’économie américaine a en effet été beaucoup plus dynamique que l’économie européenne depuis la fin de la pandémie de Covid.

Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

L’INSEE persiste et signe en affirmant que le pouvoir d’achat finalement aura augmenté de 1,2 % en 2023. Une affirmation qui se fonde évidemment sur une mesure complètement obsolète de l’inflation surtout pour les ménages les moins favorisés qui subissent davantage que les autres encore la hausse généralisée des prix.

À partir d’un indice des prix faussés, on peut évidemment affirmer n’importe quoi et dire que les revenus vont augmenter en moyenne de 5 % comme le niveau de l’inflation.

La vérité c’est qu’il y a en moyenne un retard de 10 % du revenu des ménages en particulier en raison de la hausse de plus de 20 % des produits élémentaires depuis deux ans , de la hausse de l’énergie et d’une manière générale des produits et des services.

La sous-estimation de l’inflation est évidemment destinée à éviter de nourrir des revendications de réévaluation du pouvoir d’achat des salariés et des ménages. Surtout les ménages peu favorisés donc 80 % des dépenses sont contraintes ( alimentation, logement, énergie, produits et services essentiels). Témoin de cette perte de pouvoir d’achat: la hausse de la pauvreté en France et la fréquentation accrue des associations humanitaires. Preuve aussi la réduction par les ménages du volume et de la nature de leurs achats notamment alimentaires.

En dépit de tous ces éléments concrets et objectifs l’INSEE persiste:
Alors que la question du pouvoir d’achat reste le premier sujet d’inquiétude des Français, la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée ce jeudi devrait leur mettre un peu de baume au coeur. Le pouvoir d’achat devrait progresser nettement au cours des prochains mois. Malgré un début d’année difficile (-0,4 % au premier trimestre), il augmenterait de 1,2 % sur l’ensemble de 2023 selon l’institut de la statistique.

Cette évolution est bien plus favorable que la hausse de 0,5 % envisagée en juin dernier et très proche des prévisions de Bercy (+1,3 %). Mesuré par unité de consommation, le pouvoir d’achat progresserait de 0,7 % après un recul de 0,4 % en 2022.

En parallèle, les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts tirés des placements) augmenteraient fortement.

Le pouvoir d’achat immobilier entamé

Le pouvoir d’achat immobilier entamé

Prix en baisse, délais de vente qui s’allongent, coût de la rénovation énergétique… les difficultés s’accumulent pour les propriétaires. Les explications de Sébastien Laye, économiste et entrepreneur, et Florent Rocca Serra, cofondateur de la start-up Hyppo dans Capital

Selon l’Insee, l’immobilier représente 62% du patrimoine des ménages français, avec près de 30 millions de lots résidentiels, pesant près de 6 900 milliards d’euros. Au cours des 25 dernières années, l’immobilier français a enregistré une appréciation moyenne de 40%. Cependant, au cours des 18 derniers mois, l’inflation et le contexte géopolitique ont fait grimper les taux directeurs de 1% à presque 4%, entraînant une chute brutale de la production de crédits de 60% et, par conséquent, des transactions immobilières. Les Français qui souhaitent vendre leur bien se retrouvent parfois sans acheteur ou dans l’obligation de le faire à la baisse.

En dépit d’attaques répétées des gouvernements contre la supposée rente immobilière, avoir un toit sur sa tête mais aussi pouvoir investir dans l’immobilier, notamment pour sa retraite, est une priorité pour les Français. Cependant, les récentes fluctuations du marché ont semé l’incertitude parmi les propriétaires, les incitant à chercher des alternatives à la vente pour faire face à la tendance baissière de l’immobilier. Quand il n’y a pas d’accord entre vendeurs et acheteurs sur les valorisations immobilières, les transactions n’ont pas lieu, et la seule issue pour un vendeur qui aurait besoin de liquidités est de reporter la vente… sans vraiment savoir quand la valorisation du bien qu’il a en tête sera celle du marché et des acheteurs. En attendant, nombre de vendeurs ont des besoins de liquidité.

On a souvent dit, lors de la période de marché haussier, que la France était un paradis pour le crédit immobilier. Les emprunteurs y bénéficient de taux fixes (pas de risques de subprime à taux variables comme aux USA avant 2008), et les taux immobiliers ont été limités entre 1 et 2% à peine entre 2019 et 2022. Même aujourd’hui, à 3,6% sur 20 ans, on reste loin du 7% américain. Malheureusement, un crédit ne peut être contracté que lors de l’acquisition d’un bien ou, exceptionnellement, pour des travaux. Ainsi, nombre de Français ayant remboursé une partie de leur crédit immobilier ne peuvent pas ré-emprunter pour dégager des liquidités. Ils sont réduits à simplement refinancer le montant courant du prêt, ce que personne n’a intérêt à faire en période de hausse des taux.

Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

L’INSEE persiste et signe en affirmant que le pouvoir d’achat finalement aura augmenté de 1,2 % en 2023. Une affirmation qui se fonde évidemment sur une mesure complètement obsolète de l’inflation surtout pour les ménages les moins favorisés qui subissent davantage que les autres encore la hausse généralisée des prix.

À partir d’un indice des prix faussés, on peut évidemment affirmer n’importe quoi et dire que les revenus vont augmenter en moyenne de 5 % comme le niveau de l’inflation.

La vérité c’est qu’il y a en moyenne un retard de 10 % du revenu des ménages en particulier en raison de la hausse de plus de 20 % des produits élémentaires depuis deux ans , de la hausse de l’énergie et d’une manière générale des produits et des services.

La sous-estimation de l’inflation est évidemment destinée à éviter de nourrir des revendications de réévaluation du pouvoir d’achat des salariés et des ménages. Surtout les ménages peu favorisés donc 80 % des dépenses sont contraintes ( alimentation, logement, énergie, produits et services essentiels). Témoin de cette perte de pouvoir d’achat: la hausse de la pauvreté en France et la fréquentation accrue des associations humanitaires. Preuve aussi la réduction par les ménages du volume et de la nature de leurs achats notamment alimentaires.

En dépit de tous ces éléments concrets et objectifs l’INSEE persiste:
Alors que la question du pouvoir d’achat reste le premier sujet d’inquiétude des Français, la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée ce jeudi devrait leur mettre un peu de baume au coeur. Le pouvoir d’achat devrait progresser nettement au cours des prochains mois. Malgré un début d’année difficile (-0,4 % au premier trimestre), il augmenterait de 1,2 % sur l’ensemble de 2023 selon l’institut de la statistique.

Cette évolution est bien plus favorable que la hausse de 0,5 % envisagée en juin dernier et très proche des prévisions de Bercy (+1,3 %). Mesuré par unité de consommation, le pouvoir d’achat progresserait de 0,7 % après un recul de 0,4 % en 2022.

En parallèle, les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts tirés des placements) augmenteraient fortement.

Inflation -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

Inflation -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE

L’INSEE persiste et signe en affirmant que le pouvoir d’achat finalement aura augmenté de 1,2 % en 2023. Une affirmation qui se fonde évidemment sur une mesure complètement obsolète de l’inflation surtout pour les ménages les moins favorisés qui subissent davantage que les autres encore la hausse généralisée des prix.

À partir d’un indice des prix faussés, on peut évidemment affirmer n’importe quoi et dire que les revenus vont augmenter en moyenne de 5 % comme le niveau de l’inflation.

La vérité c’est qu’il y a en moyenne un retard de 10 % du revenu des ménages en particulier en raison de la hausse de plus de 20 % des produits élémentaires depuis deux ans , de la hausse de l’énergie et d’une manière générale des produits et des services.

La sous-estimation de l’inflation est évidemment destinée à éviter de nourrir des revendications de réévaluation du pouvoir d’achat des salariés et des ménages. Surtout les ménages peu favorisés donc 80 % des dépenses sont contraintes ( alimentation, logement, énergie, produits et services essentiels). Témoin de cette perte de pouvoir d’achat: la hausse de la pauvreté en France et la fréquentation accrue des associations humanitaires. Preuve aussi la réduction par les ménages du volume et de la nature de leurs achats notamment alimentaires.

En dépit de tous ces éléments concrets et objectifs l’INSEE persiste:
Alors que la question du pouvoir d’achat reste le premier sujet d’inquiétude des Français, la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée ce jeudi devrait leur mettre un peu de baume au coeur. Le pouvoir d’achat devrait progresser nettement au cours des prochains mois. Malgré un début d’année difficile (-0,4 % au premier trimestre), il augmenterait de 1,2 % sur l’ensemble de 2023 selon l’institut de la statistique.

Cette évolution est bien plus favorable que la hausse de 0,5 % envisagée en juin dernier et très proche des prévisions de Bercy (+1,3 %). Mesuré par unité de consommation, le pouvoir d’achat progresserait de 0,7 % après un recul de 0,4 % en 2022.

En parallèle, les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts tirés des placements) augmenteraient fortement.

Social-Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE

Social-Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE

L’INSEE persiste et signe en affirmant que le pouvoir d’achat finalement aura augmenté de 1,2 % en 2023. Une affirmation qui se fonde évidemment sur une mesure complètement obsolète de l’inflation surtout pour les ménages les moins favorisés qui subissent davantage que les autres encore la hausse généralisée des prix.

À partir d’un indice des prix faussés, on peut évidemment affirmer n’importe quoi et dire que les revenus vont augmenter en moyenne de 5 % comme le niveau de l’inflation.

La vérité c’est qu’il y a en moyenne un retard de 10 % du revenu des ménages en particulier en raison de la hausse de plus de 20 % des produits élémentaires depuis deux ans , de la hausse de l’énergie et d’une manière générale des produits et des services.

La sous-estimation de l’inflation est évidemment destinée à éviter de nourrir des revendications de réévaluation du pouvoir d’achat des salariés et des ménages. Surtout les ménages peu favorisés donc 80 % des dépenses sont contraintes ( alimentation, logement, énergie, produits et services essentiels). Témoin de cette perte de pouvoir d’achat: la hausse de la pauvreté en France et la fréquentation accrue des associations humanitaires. Preuve aussi la réduction par les ménages du volume et de la nature de leurs achats notamment alimentaires.

En dépit de tous ces éléments concrets et objectifs l’INSEE persiste:
Alors que la question du pouvoir d’achat reste le premier sujet d’inquiétude des Français, la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée ce jeudi devrait leur mettre un peu de baume au coeur. Le pouvoir d’achat devrait progresser nettement au cours des prochains mois. Malgré un début d’année difficile (-0,4 % au premier trimestre), il augmenterait de 1,2 % sur l’ensemble de 2023 selon l’institut de la statistique.

Cette évolution est bien plus favorable que la hausse de 0,5 % envisagée en juin dernier et très proche des prévisions de Bercy (+1,3 %). Mesuré par unité de consommation, le pouvoir d’achat progresserait de 0,7 % après un recul de 0,4 % en 2022.

En parallèle, les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts tirés des placements) augmenteraient fortement.

Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE

Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE

L’INSEE persiste et signe en affirmant que le pouvoir d’achat finalement aura augmenté de 1,2 % en 2023. Une affirmation qui se font évidemment sur une mesure complètement obsolète de l’inflation surtout pour les ménages les moins favorisés qui subissent davantage que les autres encore la hausse généralisée des prix.

À partir d’un indice des prix poussés on peut évidemment affirmer n’importe quoi et dire que les revenus vont augmenter en moyenne de 5 % comme le niveau de l’inflation.

La vérité c’est qu’il y a en moyenne un retard de 10 % du revenu des ménages en particulier en raison de la hausse de plus de 20 % des produits élémentaires depuis deux ans de la hausse de l’énergie et d’une manière générale des produits et des services.
La sous-estimation de l’inflation est évidemment destinée à éviter de nourrir des revendications de réévaluation du pouvoir d’achat des salariés et des ménages. Surtout les ménages peu favorisés donc 80 % des dépenses sont contraintes ( alimentation, logement, énergie, produits et services essentiels). Témoin de cette perte de pouvoir d’achat la hausse de la pauvreté en France et la fréquentation accrue des associations humanitaires. Preuve aussi la réduction par les ménages du volume et de la nature de leurs achats notamment alimentaires.

En dépit de tous ces éléments concrets et objectifs l’INSEE persiste:
Alors que la question du pouvoir d’achat reste le premier sujet d’inquiétude des Français, la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée ce jeudi devrait leur mettre un peu de baume au coeur. Le pouvoir d’achat devrait progresser nettement au cours des prochains mois. Malgré un début d’année difficile (-0,4 % au premier trimestre), il augmenterait de 1,2 % sur l’ensemble de 2023 selon l’institut de la statistique.

Cette évolution est bien plus favorable que la hausse de 0,5 % envisagée en juin dernier et très proche des prévisions de Bercy (+1,3 %). Mesuré par unité de consommation, le pouvoir d’achat progresserait de 0,7 % après un recul de 0,4 % en 2022.

En parallèle, les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts tirés des placements) augmenteraient fortement.

La mobilité professionnelle, une réponse au pouvoir d’achat

La mobilité professionnelle, une réponse au pouvoir d’achat

Dans une étude, l’institut Rexecode ( proche du patronat) explore les racines du ralentissement de la productivité française. Pour soutenir le pouvoir d’achat des Français, les exécutifs successifs ont su faire preuve d’une imagination sans fin : chèques, bonus à l’achat, boucliers tarifaires, prime à la pompe. Il existe pourtant une voie nettement plus simple, efficace et de long terme, plaide dans une note parue ce jour l’institut de conjoncture Rexecode; il s’agit de mettre tout en œuvre pour soutenir la productivité.

Une étude intéressante mais qui fait l’impasse sur le désintérêt croissant du travail et la perte de reconnaissance comme vient de l’indiquer une autre étude du commissariat au plan. Sans parler des questions de logement NDLR

On le sait cette mesure de l’efficacité du travail ne cesse de baisser depuis quelques années en France. Elle a même régressé d’environ 5 % depuis 2019, alors qu’elle progressait pendant la même période chez nos voisins européens. Or pour les économistes de Rexecode, c’est bien cette impressionnante chute de la productivité qui explique l’essentiel de la dégradation du pouvoir d’achat des salariés ces dernières années.

La thèse d’une déformation de la valeur ajoutée en faveur du capital, autrement dit d’une volonté des entreprises d’augmenter leurs marges au détriment des salaires, ne résiste pas en effet à l’examen, quand on sait que «la part des salaires dans la valeur ajoutée contribue positivement à leur évolution globale (+0,3 %)» de 2019 à 2023, selon l’étude.

Or, «la bonne nouvelle c’est que ce ralentissement de la productivité résulte principalement du dynamisme de l’emploi. Sur les cinq points de baisse, environ deux points proviennent de l’augmentation du nombre des apprentis suite aux dernières réformes et deux points du fait que les créations d’emploi de ces dernières années ont principalement eu lieu au sein de secteurs moins productifs que la moyenne comme le commerce ou l’hébergement-restauration, et en intégrant des profils moins qualifiés ou expérimentés», avance Olivier Redoules, directeur des études de Rexecode.

Au fil du temps et des formations, la cohorte des apprentis massivement intégrés en 2022 devrait améliorer sa productivité et rejoindre la moyenne nationale. Quant à la question de l’attrait des secteurs non productifs, elle se traite pour Rexecode selon deux angles. «Il faut laisser le signal prix jouer son rôle pour que les salariés soient incités à aller vers les secteurs les plus rémunérateurs, plaide Olivier Redoules. Il ne faut pas chercher à homogénéiser les salaires entre les secteurs et entreprises. Comprimer de manière artificielle les échelons salariaux freinerait ce mouvement de réallocation entre les secteurs, qui est un moteur de gains de productivité sur la durée .

Pour permettre ensuite aux salariés d’évoluer vers les métiers les plus productifs et les plus rémunérateurs, reste encore à traiter le sujet de la mobilité de la main-d’œuvre. «Cela renvoie notamment aux problématiques de mobilité géographique, en particulier au niveau de l’offre de logements, de transports et de services aux familles», précise l’étude.

Pouvoir d’achat : des aides très ciblées ? lesquelles ?

Pouvoir d’achat : des aides très ciblées ? lesquelles ?


Le moins que l’on puisse dire c’est que la première ministre sur BFM a été particulièrement floue à propos de la question du pouvoir d’achat en déclarant « Je pense que les Français attendent de nous qu’on trouve toutes les solutions pour sauver leur pouvoir d’achat ».

Une vérité de Lapalisse qui témoigne de l’embarras du pouvoir surtout après la claque reçue par la première ministre elle-même concernant l’annulation de la vente à perte du carburant.

Mais pour la Première ministre, cette histoire n’est absolument pas un échec. « Mon propos c’est de protéger les Français. Certains nous avaient dit: ‘la réglementation nous empêche de baisser les prix’. Je réponds qu’à cela ne tienne, on peut supprimer cette interdiction. Ce que je note, c’est que ça a permis de mettre tout le monde autour de la table et qu’on n’a jamais eu autant d’opérations à prix coûtant qui bénéficient aux Français ».
La réalité est un peu différente en effet s’il y a eu quelque baisse effective du prix du carburant, ce n’est pas grâce à l’action du gouvernement mais au prix du pétrole qui est passé de 95 $ à 85. Une baisse peut-être temporaire surtout après le conflit en Israël.

La ministre A cependant rappeler l’effet bénéfique des petits chèques de 100 € parents et par voiture à certaines catégories. Des aides très ciblées dont on sait par avance d’ailleurs que 30 à 40 % des éventuelles bénéficiaires ne seront pas réclamées.
Et enfin, concernant le logement, la Première ministre s’est montrée ferme sur le calendrier des rénovations. « L’idée c’est que ces logements soient rénovés le plus vite possible. La bonne réponse c’est d’accélérer la rénovation de ces passoires. On va beaucoup augmenter le budget MaPrimeRénov dans le Budget 2024″.

Habillement : pouvoir d’achat et chaleur diminuent nettement les achats

Habillement : pouvoir d’achat et chaleur diminuent nettement les achats

Selon le Panel Retail de l’Alliance du Commerce qui mesure le niveau de ventes auprès de 60 enseignes d’habillement représentant plus de 10.000 magasins, le chiffre d’affaires du secteur de l’habillement s’est contracté de 15,6% en septembre par rapport au même mois de 2022.

Une forte baisse de la consommation d’habillement qui concerne tous les segments de marché (homme, femme, enfant, chaussures…) et tous les niveaux de gamme (de l’entrée de gamme au premium), précise l’Alliance du Commerce.

En septembre, les clients se sont moins rendus en magasin avec une fréquentation en baisse de 13,8% par rapport au même mois de 2022, ont moins acheté en ligne (-11%) et ont moins dépensé quand ils ont consenti à s’équiper (-2% pour le panier moyen).

Pour l’Alliance du Commerce, c’est la conjonction de plusieurs phénomènes qui explique cette situation.

« Ce mois de septembre, le plus chaud jamais observé en métropole d’après Météo France, avec des températures moyennes très largement au-dessus des normales (+3,6°C), n’a pas incité à acheter la collection automne-hiver actuellement en vente », précise l’Alliance du Commerce.

Ensuite, la confiance émoussée des ménages en cette rentrée qui appréhendent la situation économique future en ce qui concerne leur pouvoir d’achat et le chômage. Après une remontée entre mars et août, la confiance des ménages mesurée par l’Insee a de nouveau fléchi en septembre.

Pouvoir d’achat : la prochaine révolte sociale

Pouvoir d’achat : la prochaine révolte sociale

Tous les indicateurs sont dans le rouge ainsi la pauvreté n’a jamais atteint un tel niveau. On voit par exemple une augmentation significative du nombre de bénéficiaires de minima sociaux, les restos du cœur sont complètement débordés et les Français en moyenne ont réduit leur consommation dans la grande distribution de 7 % en volume. Pourtant les médias et les experts en général sous-estiment largement le mécontentement des salariés et des ménages vis-à-vis de la chute de leur pouvoir d’achat. Pour l’instant, on se focalise sur des orientations illusoires ( écologie, sécurité, immigration etc.) faute évidemment de moyens à la hauteur des enjeux. Et ce n’est pas le dernier discours ennuyeux de Macron à la télé qui convaincra sur ces sujets.

Dernièrement, la question du carburant a montré l’immobilisme total d’un gouvernement minoritaire non seulement à l’Assemblée nationale mais de plus en plus discrédité dans l’opinion. La première ministre et le ministre de l’économie en fait preuve à cet égard d’une grande hypocrisie concernant l’envolée du prix de l’essence. D’une grande irresponsabilité aussi par exemple en supprimant l’aide aux carburants du secteur déjà sinistré de la pêche.( Du coup, on importe de plus en plus).

Sans entrer dans une bataille de chiffres plus ou moins pertinents( on peut démontrer ce qu’on veut en fonction des méthodologies), on constate tout simplement et surtout la hausse de l’alimentaire de 20 % sur deux ans et envol du prix du carburant. Au total le pouvoir d’achat sur deux ans a diminué de 10 % pour les ménages.

Social- Pouvoir d’achat : la prochaine révolte

Social- Pouvoir d’achat : la prochaine révolte

Les médias et les experts en général sous-estiment largement le mécontentement des salariés et des ménages vis-à-vis de la chute de leur pouvoir d’achat. Pour l’instant, on se focalise sur des orientations illusoires ( écologie, sécurité, immigration etc.) faute évidemment de moyens à la hauteur des enjeux. Et ce n’est pas le discours ennuyeux de Macron dimanche à la télé qui convaincra sur ces sujets.

Dernièrement, la question du carburant a montré l’immobilisme total d’un gouvernement minoritaire non seulement à l’Assemblée nationale mais de plus en plus discrédité dans l’opinion. La première ministre et le ministre de l’économie en fait preuve à cet égard d’une grande hypocrisie concernant l’envolée du prix de l’essence. D’une grande irresponsabilité aussi par exemple en supprimant l’aide aux carburants du secteur déjà sinistré de la pêche.( Du coup, on importe de plus en plus).

Sans entrer dans une bataille de chiffres plus ou moins pertinents( on peut démontrer ce qu’on veut en fonction des méthodologies), on constate tout simplement et surtout la hausse de l’alimentaire de 20 % sur deux ans et envol du prix du carburant. Au total le pouvoir d’achat sur deux ans a diminué de 10 % pour les ménages.

Tout augmente pas seulement l’alimentaire ou le carburant mais toutes les dépenses contraintes (chauffage, assurances, électricité, taxe foncière, abonnements, les services en général etc.)

Ce sont les bas salaires et les couches moyennes qui font les frais de cette inflation galopante qui a permis aux grands groupes de spéculer et de réaliser des résultats financiers exceptionnels.

En réalité, l’inflation est un phénomène particulièrement pervers qui permet une redistribution à l’envers des ménages vers les profits des grandes sociétés. Comme une sorte d’impôt sur les achats mais sans passer par la case fiscalité officielle.

Certes, le pouvoir politique ne peut pas tout dans ce domaine mais il pourrait au moins d’une part inciter à la négociation pour faire baisser les prix, d’autre part inciter aussi à la discussion dans les branches et les entreprises pour augmenter les salaires. Pourtant le gouvernement actuel n’agit ni sur l’un ni sur l’autre se limitant à des discours creux voire mensongers.

Profits et Dividendes en hausse mais pouvoir d’achat en baisse

Profits et Dividendes en hausse mais pouvoir d’achat en baisse


La flambée de l’inflation aura constitué une énorme opération anti redistributive. En effet, d’un côté les dividendes et les profits des entreprises ont rarement été aussi hauts pendant que le pouvoir d’achat des salariés a rarement été aussi bas. En clair, il y a eu par le mécanisme de l’inflation un transfert vers les profits du capital au détriment des rémunérations des salariés. Si les différents gouvernements dans le monde s’alertent du cercle vicieux salaire inflation, par contre c’est le grand silence sur le cercle tout aussi vicieux profits-inflation. En fait, les ménages payent par exemple à travers l’énergie et l’alimentaire; les superprofits des entreprises ont également progressé mais le problème réside dans le fait que cette hausse n’est pas du tout à la hauteur de l’inflation mais bien au-delà. Par ailleurs en zone euro, si entre début 2022 et début 2023 l’inflation importée a largement contribué, pour 40 %, à celle des prix à la consommation en zone euro (plus précisément du déflateur de la consommation), la contribution de l’augmentation des profits a été plus forte encore, à hauteur de 45 %, d’après le Fonds monétaire international (FMI).

Les plus grandes entreprises dans le monde ont versé plus de 560 milliards de dollars de dividendes au deuxième trimestre, un record sur cette période, avec une tendance encore plus accentuée en France. Entre avril et juin, les 1.200 plus importantes entreprises cotées en Bourse, recensées par le gestionnaire d’actifs Janus Henderson, ont redistribué 568,1 milliards de dollars en dividendes à leurs actionnaires. Cette croissance de 4,9% par rapport à la même période de 2022 «dépasse» même de peu les «attentes optimistes» de l’entreprise.

En Europe, où deux tiers des dividendes sont réalisés durant ces trois mois car beaucoup d’entreprises choisissent de verser l’intégralité du dividende annuel en une fois, la hausse a été de 9,7%. En France, qui a représenté près de 30% des dividendes en Europe, la tendance a été plus marquée encore avec une hausse de 13,3%, devant d’autres grandes économies comme l’Allemagne (+9,6%), l’Italie (+9,4%), mais moins que l’Espagne (+32,7%). Janus Henderson estime à 49,5 milliards de dollars (environ 46 milliards d’euros) le montant des dividendes en France, un record.

Les banques ont été «le principal moteur» de la croissance des dividendes, en Europe comme dans le monde, suivies par l’automobile en Europe, selon le groupe de gestion d’actifs mondial Janus Henderson. Le gestionnaire s’attend «à ce que la hausse des dividendes se poursuive (…). Une des caractéristiques rassurantes des revenus de dividendes est qu’ils sont typiquement beaucoup moins volatils que les bénéfices. Les versements de dividendes ont été inférieurs à la croissance des bénéfices l’année dernière et peuvent donc la dépasser cette année», précise dans le communiqué de presse de Janus Henderson Ben Lofthouse, le responsable de l’équipe actions monde.

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol