Archive pour le Tag 'brouillard'

Les expatriés européens du Royaume-Uni dans le brouillard

Les expatriés européens du Royaume uni dans le brouillard

 

 

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Theresa May n’a guère éclairé de manière favorable le sort qui sera réservé aux 3 millions d’Européens actuellement au Royaume-Uni. Certes la Première ministre britannique a bien indiqué qu’elle n’entendait pas exiger leur retour surtout pour ceux qui sont présents depuis cinq ans mais elle n’a guère précisé les droits de ces expatriés après le brexit. Du coup,  les propositions très vagues de la première ministre britannique ont été accueillies par les autres Européens de manière très froide. Peut-être était-il impossible à Theresa May d’en dire davantage tellement sa position politique est fragile depuis la perte de majorité par les conservateurs. Cela prouve également le caractère relativement mal préparé des positions britanniques sur à peu près tous les sujets. Theresa May a déclaré vendredi matin que sa proposition visant à garantir les droits des Européens établis au Royaume-Uni après le Brexit était « très équitable et très sérieuse » mais ses pairs se sont montrés plus sceptiques, le Premier ministre belge Charles Michel parlant d’une offre « particulièrement vague ». Le sort des quelque trois millions de ressortissants de l’UE vivant en Grande-Bretagne – et du million de Britanniques installés sur le continent – est l’une des priorités des négociations sur les modalités du divorce qui ont officiellement débuté lundi. « Je veux donner à tous les citoyens de l’UE qui sont au Royaume-Uni, qui ont construit leur vie et leur foyer au Royaume-Uni l’assurance que nul n’aura à partir », a déclaré la Première ministre britannique à son arrivée pour la seconde journée du Conseil européen à Bruxelles, un an jour pour jour après le référendum du 23 juin 2016 qui vu les Britanniques opter à 52% pour une sortie de l’UE. Ceux qui justifieront alors d’une présence d’au moins cinq ans se verront proposer un nouveau statut qui leur garantira les mêmes droits que les Britanniques en matière de santé, d’éducation, de prestations sociales et de retraite. Ceux dont la présence sera inférieure à cinq ans pourront rester le temps nécessaire pour arriver à cette durée. Une période de grâce qui devrait être de deux ans permettra en outre de faire en sorte « que personne ne se retrouve au bord du précipice », a-t-elle poursuivi, ajoutant que la réciprocité pour les expatriés britanniques dans l’UE était « essentielle ».  « J’ai été heureuse de pouvoir exposer hier soir ce qui constitue une offre très équitable et très sérieuse pour les citoyens de l’UE qui vivent au royaume uni ». Theresa May souhaite par ailleurs la réciprocité. « Ma première impression, a continué Tusk, est que la proposition britannique est en deçà de nos attentes et qu’elle risque d’aggraver la situation des ressortissants. Mais il incombera à notre équipe de négociateurs d’analyser la proposition ligne après ligne, lorsque nous aurons reçu le document ».L’eurodéputé allemand Manfred Weber, président du groupe conservateur PPE (Parti populaire européen), a estimé que l’imprécision de la proposition de May était « assez préoccupante pour le reste des négociations ». »Il semble que le gouvernement britannique n’a toujours aucune idée de ce à quoi il veut parvenir », a-t-il ajouté, estimant que le Royaume-Uni, à la suite des élections législatives du 8 juin qui ont privé May de sa majorité à la Chambre des communes, était devenu une « île dans le chaos ».

Brexit : la Fed dans le brouillard

Brexit : la Fed dans le brouillard

 

Comme de nombreuses institutions économiques et financières la Fed attend que l’horizon s’éclaircisse après le brexit. Du coup il est probable que les taux risquent d’être figés pour une longue période notamment jusqu’à la fin de l’année. Avant le brexit on  s’interrogeait déjà sur l’opportunité de modifier la politique monétaire compte tenu du tassement économique observé et caractérisé par un affaiblissement des créations d’emplois et des investissements. Depuis le brexit,  les interrogations sont encore plus fortes notamment concernant les perturbations qui pourraient intervenir sur le marché des changes. Malheureusement les incertitudes concernant le repositionnement de la Grande-Bretagne vis-à-vis de l’union économique ne sont pas prêtes de disparaître ; il faudra en effet des mois et même peut-être de des années pour redéfinir le statut juridique des échanges entre le Royaume-Uni et l’union économique. Conséquence directe de cette période incertitude ; d’après le FMI, la Grande-Bretagne pourrait frôler la récession mais l’union européenne elle-même pourrait perdre autour de 0,25 % de croissance du PIB. La Fed craint donc un phénomène de contagion de ce pansement économique déjà entamé depuis le second trimestre au plan mondial. Les responsables de la Réserve fédérale américaine ont décidé en juin de ne pas relever les taux tant qu’ils n’auraient pas une vision plus claire des conséquences du référendum britannique sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne (UE), montre le compte-rendu de sa dernière réunion publié mercredi. Cette opinion, exprimée lors de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) les 14 et 15 juin, avant le résultat du vote britannique en faveur d’une sortie de l’UE, reflète le malaise généralisé des responsables monétaires face au Brexit. « Les membres ont généralement convenu qu’avant de faire un nouveau pas vers une normalisation monétaire, il était prudent d’attendre de nouvelles données sur les conséquences du vote britannique », apprend-on dans les « minutes » de la réunion. Les responsables de la Fed ont également évoqué le sérieux ralentissement des embauches par les entreprises américaines pour justifier de ne pas toucher aux taux le mois dernier.

(Avec Reuters)

Les banques centrales dans le brouillard

Les banques centrales dans le brouillard

 

 

C’est ce que constate la banque des règlements internationaux (BRI) qui estime  en termes plus technocratiques que »les turbulences rencontrées par les marchés financiers en début d’année montrent que la confiance des investisseurs dans les pouvoirs de guérison des banques centrales s’érode peu à peu ». Du coup on s’interroge sérieusement sur l’efficacité des politiques monétaires et en particulier sur l’impact des taux négatifs. Depuis des mois la politique monétaire se montre complètement incapable de faire remonter l’inflation, pire les taux négatifs ont plutôt tendance à la faire diminuer voir à la faire tomber en zone rouge. Du coup la quasi absence d’inflation favorise une spirale déflationniste qui pèse encore davantage sur le niveau des prix mais aussi sur la croissance. Ce qui est également reproché à cette politique de taux négatifs c’est qu’elle ne profite pas directement aux entreprises et aux ménages en effet ; les banques n’ont pas suffisamment reporté cette baisse des taux et ont plutôt resserré les conditions du crédit par crainte de créances douteuses.  « En dépit de conditions monétaires exceptionnellement accommodantes dans les principales juridictions, la croissance est décevante et l’inflation reste obstinément faible. Cela n’a pas échappé aux intervenants de marché et, probablement pour la première fois, ils semblent commencer à douter que les banques centrales aient des pouvoirs de guérison », a déclaré Claudio Borio, le chef du département monétaire et économique de la BRI. « Les pouvoirs publics seraient bien avisés d’en prendre conscience eux aussi. » Une manière sans doute de dire qu’il conviendrait de compléter les politiques monétaires par des politiques de développement y compris par des mesures budgétaires. Un gros mot que n’osent  encore pas prononcés des responsables financiers prisonniers de l’orthodoxie budgétaire. La BCE devrait donc se limiter  annoncer une nouvelle baisse de son taux de dépôt de 10 points de base, donc de -0,3 % à -0,4 %. « Cette nouvelle baisse est indispensable pour répondre aux attentes du marché », assure Frédérik Ducrozet. L’institution irait donc plus avant en territoire négatif, mais, en réalité, elle se contentera de s’ajuster aux attentes du marché avant le 3 décembre. Le but de cette baisse des taux est, rappelons-le, la même que celle d’une baisse du taux de refinancement en période « normale » : il s’agit de favoriser la circulation des excès de liquidités issues des rachats de la BCE pour faire baisser le taux interbancaire et favoriser ainsi les prêts à l’économie réelle. L’efficacité de ce schéma reste cependant à démontrer et l’ambition de ces taux négatifs est souvent plutôt de peser sur la devise. Or, la BCE a besoin d’urgence que l’euro s’affaiblisse davantage pour exercer une pression haussière sur l’inflation.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol