Archive pour le Tag 'BCE'

BCE: Lagarde se réveille avec un peu de retard et de flou

BCE: Lagarde se réveille avec un peu de retard et de flou

 

 

Les médias toujours très complaisants vis-à-vis des pouvoirs en place affirment que la banque centrale européenne a pris enfin les moyens d’affronter la crise pour soutenir l’économie et éviter également une crise financière. En réalité, la très prudente Christine Lagarde écartelée entre l’orthodoxie des pays du Nord notamment l’Allemagne et le laxisme des pays du Sud s’est contentée  d’affirmer qu’elle prendrait les moyens nécessaires. Notamment en matière de rachat d’actifs dont elle ne précise ni le montant, ni les modalités, ni le contenu. Une première vague d’achats d’actifs 750 milliards serait lancée là où sans doute il faudrait 2à 3000 milliards compte tenu de la crise économique prévisible qui risque de faire chuter la croissance de l’ordre de 5 % en zone euro. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré jeudi que la BCE restait prête à augmenter encore la taille de ses programmes d’achats d’actifs face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus.

“Nous sommes totalement prêts à augmenter la taille de nos programmes d’achats d’actifs et à ajuster leur composition, autant que nécessaire et aussi longtemps que nécessaire”, a-t-elle écrit dans une tribune publiée par le Financial Times.

“Nous allons étudier toutes les options et toutes les possibilités afin de soutenir l’économie pendant ce choc”, a-t-elle ajouté.

Mercredi soir, après une réunion exceptionnelle de son Conseil des gouverneurs, la BCE a annoncé le lancement d’un nouveau programme d’achats d’actifs de 750 milliards d’euros afin de tenter d’apaiser les tensions sur les marchés financiers, qui avaient ravivé les craintes d’une dislocation de la zone euro.

Coronavirus: le réveil de la BCE ?

Coronavirus: le réveil de la BCE ?

Jusque-là ,la banque centrale européenne s’est surtout manifestée par son immobilisme. Il y a maintenant deux mois que le virus a atteint la zone européenne et les moyens monétaires pour  les entreprises mais aussi les ménages sont dérisoires par rapport aux conséquences et aux enjeux. D’abord la BCE n’a pas touché à ses taux  contrairement à beaucoup d’autres banques centrales. Certes la baisse de taux directeurs est souvent symbolique parce qu’ils sont déjà très bas mais elle  constitue une sorte de signal vis-à-vis du marché. Jusque-là la très prudente Christine Lagarde a surtout été l’auteur de banalité en affirmant que la politique monétaire ne pouvait pas tout être articulé avec les politiques budgétaires. Une évidence ! Dès ors  que la plupart des pays ont décidé de mesures budgétaires qui vont faire dériver complètement les déficits, il serait temps que la BCE en tire des conséquences et même au-delà des perspectives. Ce ne sont pas les 750 milliards de rachats d’actifs décidés récemment qui sont à la hauteur de l’enjeu. Pour atténuer les effets de la crise financière et économique la mise doit tourner davantage autour de 2 à 3000 milliards. En effet, il est clair désormais que la croissance va complètement s’écrouler en 2020 avec sans doute une baisse de 5 % minimums contre 1 % attendu. Il faudra donc compenser cette baisse d’activité notamment pour  les entreprises mais aussi les ménages.

Il conviendra de soutenir les Etats qui vont d’une part voir leurs recettes fiscales diminuer alors que leurs dépenses vont considérablement augmenter. Une aide sera également nécessaire au système financier. En direction de certaines banques aux créances douteuses aussi en direction des marchés financiers pour éviter l’écroulement de la valeur des entreprises. Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne tient donc ce mercredi soir une réunion d’urgence pour évoquer les mesures que pourrait prendre l’institution européenne à la lumière des derniers développements de la crise sanitaire en cours, a-t-on appris de deux sources proches des discussions.

Les marchés européens ont enregistré ces dernières semaines des glissades d’une ampleur considérable et les intervenants s’interrogent sur la vigueur des mesures monétaires prises par la BCE .

La Fed: nouvelle baisse des taux et la BCE toujours paralysée

La Fed: nouvelle baisse des taux et la BCE toujours paralysée

.

 

Alors que la BCE est paralysée par les contradictions internes des membres de la zone euro sur les conditions de la gestion monétaire et budgétaire de la crise, la Fed, elle, multiplie les gestes notamment pour annoncer une baisse surprise dimanche de 1 point des taux , les ramenant dans une fourchette comprise entre 0 et 0,25%. La BCE qui pourtant a affirmé son soutien théorique à l’économie n’a pas encore modifié une seule fois ses taux il s’agit certes d’un geste symbolique le plus souvent mais qui vise à signifier l’engagement d’une politique particulièrement accommodante pour sauver économie. En plus évidemment de cette modification , il y aura pour la FED des rachats d’actifs massifs. De l’ordre de 700 milliards de bons du Trésor et de titres hypothécaires. On est loin encore des intentions–d’ailleurs n’en officiellement exprimées– de la BCE. Globalement cela pourrait apporter un soutien de l’ordre de 1000 milliards à l’économie américaine. À comparer aux dégâts de la crise en Europe. Le montant du PIB  de la zone euro se monte à 12 000 milliards environ. En fourchette basse, il faut s’attendre à une stagnation de l’économie au lieu des 1 % prévus d’augmentation pour le PIB. Soit une perte de 120 milliards. Sans doute un chiffre très supérieur à évaluer avec la quadruple crise : crise sanitaire, crise de l’offre, maintenant crise de la demande et crise financière. L’attentisme de la présidente de la BCE Christine Lagarde s’explique car elle est écartelé entre l’orthodoxie des pays du nord  et la gestion beaucoup plus laxiste des pays du Sud de la zone euro .

« Les effets du coronavirus pèseront sur l’activité économique à court terme et présenteront des risques pour les perspectives économiques », précise la Banque centrale américaine dans un communiqué.

La Réserve fédérale a précisé qu’elle maintiendra les taux dans cette fourchette jusqu’à ce que la crise soit passée. Seule une participante, Loretta J. Mester, présidente de la Fed de Cleveland, a voté contre cette mesure, et s’est montrée favorable à une baisse moins forte des taux. En plus du geste fort de la Fed, celle-ci a participé à une action concertée au niveau mondial pour assurer que les liquidités seront suffisantes lundi.

La baisse des taux surprise a été prise alors que le comité monétaire habituel de la Fed, qui va se réunir mardi et mercredi, doit rassurer les marchés. Wall Street a connu jeudi sa pire journée depuis le krach boursier d’octobre 1987. C’est la deuxième fois depuis le début du mois de mars que la Fed abaisse ses taux en dehors de son comité monétaire habituel, ce qu’elle n’avait pas fait depuis la crise financière de 2008.

 

La Fed a par ailleurs annoncé l’achat de 500 milliards de dollars de bons du Trésor et de 200 milliards de dollars de titres hypothécaires. Face à l’affolement, elle avait abreuvé les marchés en liquidités toute la semaine, apportant plusieurs milliers de milliards de dollars, et avait renoué avec les rachats de dette américaine à travers les bons du Trésor. Le président Trump a salué immédiatement le geste de la Banque centrale qu’il n’a eu de cesse de critiquer ainsi que son président Jérôme Powell.

Coronavirus : pourquoi la BCE n’a pas convaincu ?

Coronavirus : pourquoi la BCE n’a pas convaincu

Par l’économiste indépendante Véronique Riches-Flores et Alexandre Baradez, analyste chez IG France décrypte la stratégie relativement prudent de la BCE ( interview l a Tribune)

 

D’abord, les annonces faites par Donald Trump mercredi 11 mars, interdisant les vols européens vers les Etats-Unis, ont créé un environnement de stress particulièrement élevé sur les marchés. Ensuite, après que la Fed, puis la Banque d’Angleterre (BoE) aient respectivement abaissé leur principal taux directeur, certains investisseurs s’attendaient à ce que la Banque centrale européenne (BCE) fasse de même en agissant notamment sur son taux de dépôt actuellement à -0,5%. De quoi inciter les banques à prêter davantage aux entreprises et aux ménages pour soutenir l’économie. Or, l’institution de Francfort a décidé de maintenir ses taux inchangés.  »Le fait que la BCE n’abaisse pas son taux de dépôt est une énorme mauvaise nouvelle. C’est ne pas avoir conscience de la réalité du marché et ceci est extrêmement inquiétant », commente l’économiste indépendante Véronique Riches-Flores.« Le Cac40 n’a jamais perdu autant sur une séance. C’est une chute historique », rappelle-t-elle.

Une absence de baisse de taux était-elle envisageable ?

Le risque pour les grandes banques centrales, dont la marge de manœuvre demeure limitée dans un environnement de taux durablement bas, est d’écouler leurs munitions trop rapidement et se retrouver à court de mesures dans le cas où la crise sanitaire s’installe dans le temps. De nombreux analystes anticipaient donc que la BCE ne cherche pas à « choquer » le marché tout de suite, mais qu’elle privilégie une approche par phases pour garder des mesures en réserve en fonction de la réaction des marchés. « Nous pouvions imaginer une absence de la baisse des taux, à condition que cela soit compensé par des mesures exceptionnelles », souligne Véronique Riches Flores. « Or, l’enveloppe de 120 milliards d’euros supplémentaires dans le cadre du programme de rachats d’actifs reste négligeable », poursuit l’économiste. « 120 milliards d’euros ce n’est pas énorme », abonde Alexandre Baradez, analyste chez IG France. A titre d’exemple, lorsque cette puissante arme anti-crise avait été déployée entre mars 2015 et fin 2018, 2.600 milliards d’euros avaient été déversés sur les marchés. « On aurait aussi pu imaginer que ces rachats d’actifs soient ciblés vers des secteurs particulièrement exposés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », ajoute Alexandre Baradez.

Christine Lagarde a largement insisté sur l’importance d’une réponse budgétaire coordonnée et ambitieuse. Pourquoi renvoyer la balle aux Etats ?

« Christine Lagarde a clairement indiqué qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que les banques centrales répondent en premier à cette crise » , souligne Alexandre Baradez.  »Son message consiste à dire : la BCE vous donne un contexte financier favorable, mais désormais c’est à vous de jouer », laissant comprendre que les mesures fiscales et de soutien au chômage seront beaucoup plus efficaces dans l’immédiat. « Christine Lagarde est d’abord une cheffe d’entreprise et une politique. Elle s’est mise volontairement en retrait pour obliger les Etats à agir », poursuit-il. Cette mise en retrait s’est également illustrée sur la forme, la conférence de presse n’ayant pas été marquée par un point d’orgue, comme avait pu le faire son prédécesseur Mario Draghi et son devenu célèbre « whatever it takes » (tout ce qui sera nécessaire). « Le risque c’est que les Etats prennent plusieurs mois à se mettre d’accord pour une réponse coordonnée », redoute toutefois Véronique Riches-Flores.

Peut-on s’attendre à de nouvelles mesures ?

« Vraisemblablement la BCE va attendre que les Etats prennent des mesures. Si cela ne suffit pas à rassurer les marchés, elle risque d’intervenir de nouveau », anticipe Alexandre Baradez. « Contrairement à la Fed, qui a eu une réponse épidermique en baissant son taux par surprise, la BCE va sans doute procéder par étapes », poursuit-il. L’institution européenne pourrait ainsi prendre de véritables mesures de relance lorsque le pic de l’épidémie se profilera. Un programme de rachats d’actifs plus conséquent serait alors envisageable. « Cela aura un effet, à la fois, psychologique et mécanique sur les marchés », assure l’analyste. « Manifestement, la BCE va revenir à la charge », anticipe également Véronique Riches-Flores. D’ici là, la Fed pourrait également annoncer de nouvelles mesures, sans attendre la réunion du 18 mars prévue au calendrier.

 

Coronavirus, la BCE très critiquée, pourquoi ?

Coronavirus, la BCE très critiquée, pourquoi ?

 

la BCE a annoncé jeudi, prêts bancaires ciblée sur les PME fragilisées. qui n’ont guère convaincu.

«Ce qui n’a pas fonctionné, ce n’est pas la composition du paquet de mesures mais quelques messages malencontreux de la présidente Lagarde. C’est une erreur de communication importante», relève auprès de l’AFP Mark Wall, chef économiste de Deutsche Bank.

Mais face à cette épreuve complexe, la Française «a mal vendu les mesures de la BCE et a encore accru l’incertitude sur les marchés», déplore le quotidien allemand Handelsblatt.

Dans le même temps, Un énorme plan de refinancement a été décidé par la Banque fédérale américaine pour faire face à la double crise économique et financière avec une injection de 1500 $ supplémentaires cette semaine. Une intervention assez massive et pourtant qui n’a pas encore complètement convaincu les acteurs économiques. Cette réaction est à mettre en parallèle avec l’immobilisme quasi total de la banque centrale européenne qui n’a pratiquement rien décidé ni en matière d’évolution des taux ou d’injection de liquidités pour sauver notamment les trésoreries. La démonstration sans doute que l’orthodoxie allemande commande encore les orientations de la BCE.

La très prudente Christine Lagarde qui n’a jamais fait preuve d’une grande originalité ni d’une grande détermination s’aligne évidemment derrière cette orthodoxie allemande. Tout ce qu’elle a déclaré jusqu’à maintenant est d’une grande banalité quand elle affirme par exemple que la politique monétaire ne se fera pas suffisante et qu’il faudra l’articuler avec une politique budgétaire. De la même manière quand elle souhaite une réponse coordonnée tant en Europe qu’au plan international. En attendant chaque pays ou chaque zone économique essaye de sauver sa peau pendant que la banque centrale européenne s’enfonce dans ses contradictions.

La Fed, elle,  va offrir ce jeudi 500 milliards de dollars à échéance de trois mois et offrira vendredi 500 milliards à trois mois et 500 milliards à un mois. Elle injectera chaque semaine 500 milliards à trois mois et 500 milliards à un mois jusqu’au 13 avril.

Ces annonces ont permis à la Bourse de New York d’effacer une partie de ses pertes à la mi-séance. Aux alentours de 17H10 GMT, le Dow Jones, qui a chuté de plus de 9% en séance, était en repli de 4,71%, pendant que le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 4,45%.

La banque centrale continuera par ailleurs à alimenter le marché en liquidités avec, jusqu’au 13 avril, au moins 175 milliards de dollars chaque jour, avec un remboursement le lendemain, et, deux fois par semaine, au moins 45 milliards de dollars à échéance de deux semaines. Cet argent mis à disposition par la Fed permet aux banques et grandes entreprises de se refinancer.

La puissante banque centrale américaine a précisé, dans ce communiqué, que «ces changements doivent permettre de répondre à des perturbations très inhabituelles sur les marchés secondaire des bons du Trésor associées à l’éclosion de coronavirus». La Fed va également acheter différents types de titres à diverses maturités et les achats se poursuivront au deuxième trimestre.

Face à la pandémie du nouveau coronavirus, et à ses effets sur l’économie, la Fed a déjà, à deux reprises cette semaine, augmenté ses injections quotidiennes sur le marché monétaire, les faisant passer de 100 à 175 milliards de dollars.

Croissance : les prévisions ridicules de la BCE pour 2020 et 2021

Croissance : les prévisions ridicules  de la BCE  pour 2020 et 2021

 

La Banque centrale européenne semble surtout se signaler par son immobilisme. On attendait beaucoup d’elle afin qu’elle manifeste comme d’autres banques centrales son intention de vraiment soutenir l’économie face au krach qui se prépare. La BCE n’a pas dit grand-chose elle a même fait semblant de rectifier ses perspectives économiques pour les diminuer de 0,3 % pour cette année.

Des projections complètement obsolètes dans la mesure où les conséquences probables de la crise actuelle amèneront la destruction de toutes croissance. En gros la zone euro va perdre les 1 % prévus en 2020 et tutoyer la stagnation voir la régression dans certains pays. Ce sera notamment le cas de la France mais sans doute aussi celui de l’Allemagne encore plus affectée par le choc en baisse des échanges internationaux. Dans la croissance a diminué de moitié.- La banque centrale européenne revoit donc a minima la correction de ses perspectives économiques.

La BCE s’attend maintenant à une croissance de l’économie de la zone de 0,8% cette année, contre 1,1% prévu antérieurement, et de 1,3% pour l’année prochaine, contre 1,4%. L’institut d’émission a confirmé sa prévision de croissance pour 2022, à +1,4%. Christine Lagarde, présidente de la BCE, a déclaré que les risques pesant sur ces perspectives étaient “clairement à la baisse” et que l’épidémie de coronavirus avait ajouté un élément négatif “significatif”.

“La croissance en zone euro devrait reprendre son essor à moyen terme”, a-t-elle ajouté lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion de politique monétaire au cours de laquelle la BCE a laissé ses taux directeurs inchangés. Les projections d’inflation sont restées inchangées à 1,1%, 1,4% et 1,6%.

La BCE reste immobile face au coronavirus

La BCE reste immobile face au coronavirus

Contrairement à ce qu’affirme le gouverneur de la Banque de France, membre par ailleurs de la gouvernance de la banque centrale européenne, la BCE n’est nullement mobilisée pour prendre des mesures à la hauteur de l’enjeu sanitaire et économique. C’est même l’une des rares banques centrales qui n’a pas annoncé de mesures précises et surtout d’engagement de soutien pour faire face à la triple crise sanitaire d’abord, économique ensuite, financière enfin.

Pour preuve le gouverneur de la Banque de France n’en est qu’au stade de proposition à la BCE avec sa proposition très vague de coussin contratcyclique pour soutenir aussi bien les entreprises que les ménages. Mais le problème est bien connu, il se heurte à l’orthodoxie allemande qui considère qu’une politique encore plus accommodante et surtout sans limite de la part de la BCE constituerait une sorte d’autorisation pour un laxisme budgétaire de tous les pays. À titre symbolique mais dont l’effet  psychologique est important la BCE a même pas été capable de réduire d’un quart de point son taux directeur. Les promesses d’engagement ont d’ailleurs nullement rassuré les opérateurs économiques et financiers. Le gouverneur de la Banque de France est d’ailleurs contraint de ce recentrer sur la seule action de l’Hexagone

A l’échelle de la France, le gouverneur de la BdF va proposer de desserrer les contraintes pesant sur les fonds propres des banques afin d’éviter une diminution de l’octroi de crédit, une initiative déjà encouragée par le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

“Je vais proposer au Haut conseil (de stabilité financière, qui se réunit la semaine prochaine sous la présidence Bruno Le Maire-NDLR) le relâchement de ce coussin contracyclique pour favoriser les crédits aux entreprises et aux ménages, c’est le moment de le faire”, a-t-il déclaré.

La BCE a annoncé jeudi quelque mesures de soutien au marché du crédit face aux retombées économiques de l’épidémie de coronavirus, qui pèse sur l’activité et menace plusieurs pays de récession mais laissé ses taux directeurs inchangés jeudi mais elle a laissé ses taux directeurs inchangés, ne répondant pas aux attentes des marchés qui ont lourdement chuté.

Croissance : la BCE fait semblant d’abaisser ses prévisions pour 2020 et 2021

Croissance : la BCE fait semblant d’abaisser ses prévisions  pour 2020 et 2021

 

La Banque centrale européenne semble surtout se signaler par son immobilisme. On attendait beaucoup d’elle afin qu’elle manifeste comme d’autres banques centrales son intention de vraiment soutenir l’économie face au krach qui se prépare. La BCE n’a pas dit grand-chose elle a même fait semblant de rectifier ses perspectives économiques pour les diminuer de 0,3 % pour cette année.

Des projections complètement obsolètes dans la mesure où les conséquences probables de la crise actuelle amèneront la destruction de toutes croissance. En gros la zone euro va perdre les 1 % prévus en 2020 et tutoyer la stagnation voir la régression dans certains pays. Ce sera notamment le cas de la France mais sans doute aussi celui de l’Allemagne encore plus affectée par le choc en baisse des échanges internationaux. Dans la croissance a diminué de moitié.- La banque centrale européenne revoit donc a minima la correction de ses perspectives économiques.

La BCE s’attend maintenant à une croissance de l’économie de la zone de 0,8% cette année, contre 1,1% prévu antérieurement, et de 1,3% pour l’année prochaine, contre 1,4%. L’institut d’émission a confirmé sa prévision de croissance pour 2022, à +1,4%. Christine Lagarde, présidente de la BCE, a déclaré que les risques pesant sur ces perspectives étaient “clairement à la baisse” et que l’épidémie de coronavirus avait ajouté un élément négatif “significatif”.

“La croissance en zone euro devrait reprendre son essor à moyen terme”, a-t-elle ajouté lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion de politique monétaire au cours de laquelle la BCE a laissé ses taux directeurs inchangés. Les projections d’inflation sont restées inchangées à 1,1%, 1,4% et 1,6%.

Coronavirus : la Banque d’Angleterre suit la faible FED , on attend la BCE!

Coronavirus : la Banque d’Angleterre suit la faible FED , on attend la BCE!

 

Alors que la plupart des banques centrales ont déjà réagi avec d’ailleurs des mesures qui ne parviennent encore pas à rassurer les opérateurs économiques et financiers, la BCE, elle est encore figée sans doute par la philosophie allemande tant en matière monétaire que budgétaire. Côté britannique en tout cas on a décidé de suivre la faible la FED. La BoE emboîte le pas de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a déjà annoncé la semaine dernière une baisse des taux sans attendre sa réunion régulière, afin de soutenir l’activité et de rassurer des marchés affolés par l’avancée de l’épidémie de coronavirus.

La Banque centrale européenne (BCE) doit quant à elle dévoiler son dispositif jeudi à l’issue de sa réunion.

Dans son communiqué, la BoE s’attend à un « choc économique qui pourrait être vif et important mais devrait être temporaire », expliquant que les PME vont être particulièrement affectées, tant par les perturbations des chaînes d’approvisionnement que par une demande plus faible.

Ces mesures spectaculaires sont annoncées par la BoE quelques heures avant la présentation par le gouvernement britannique de son premier budget post-Brexit.

Le ministre des Finances Rishi Sunak, en poste depuis un mois, doit prendre la parole à 12H30 GMT devant le Parlement et devrait dévoiler des milliards de livres de dépenses supplémentaires pour soutenir l’économie.

Banque centrale européenne: Christine Lagarde choisit l’immobilisme

Banque centrale européenne:  Christine Lagarde choisit l’immobilisme

 

 

Il ne fallait sans doute pas s’attendre à une révolution de la politique monétaire avec Christine Lagarde considérée pourtant comme une grande experte économique alors  qu’elle n’a jamais eu la moindre formation ni sur ce plan, ni dans le domaine financier. Même lorsqu’elle était à Bercy Christine Lagarde se contentait de lire prudemment les communiqués du trésor d’après Alain Minc  lui-même. Elle a fait de même au cours de son passage au fonds monétaire international. Par contre indiscutablement elle parle un anglais parfait et c’est  sans doute sa seule qualité première.

 

Notons au passage qu’elle a bien imprudemment accordé lorsqu’elle était ministre des finances 400 millions à Tapie ! Ce qui lui a valu un simple rappel à l’ordre de la part de la très complaisante cour de justice ( composé en grande partie d’élus). La prudence de Christine garde vaillamment la conduise à suivre en fait de près la philosophie allemande dans le domaine financier est particulièrement monétaire. Pour l’instant,  Christine Lagarde n’a pas réagi face à la crise comme d’autres banques centrales.

 

Certes les prises de position de banques centrales étrangères comme la Fed ne modifient  pas de manière très importante les conditions du marché mais cela caractérise la volonté de ses organismes de développer des politiques encore plus accommodantes en fonction de l’état de l’économie. Dans le domaine monétaire et financier, les aspects psychologiques content autant que les mesures elle-même. Pour l’instant,  la BCE s’en tient à de grandes banalités qui se ne sont pas susceptibles de rassurer les opérateurs économiques et financiers. Christine Lagarde estime que des mesures de politique monétaire ne peuvent être efficaces qu’avec la contribution des gouvernements. Quand on a dit ça on a pas dit grand-chose !

La pression ne pourrait être plus grande sur les épaules de Christine Lagarde. Arrivée il y a moins de six mois à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), on lui donnait un an de relative tranquillité pour se glisser dans les pas de son emblématique prédécesseur, Mario Draghi. Patatras! La crise du coronavirus menace de mettre à terre les économies mondiales, en particulier celle de l’Europe, deuxième foyer de contamination après la Chine. Un baptême du feu pour la Française, dont les premières décisions sont très attendues ce jeudi.

Les mots de Draghi de faire «tout ce qu’il faudra» («whatever it takes») pour sauver l’euro en 2012 résonnent en écho dans la bouche de la plupart des dirigeants aujourd’hui. Même la très prudente Angela Merkel promettait mercredi de faire «ce qui est nécessaire» face à cette «situation extraordinaire». C’est aussi ce qu’ont asséné à l’unisson les Vingt-Sept, à l’issue d’une visioconférence exceptionnelle, mardi soir.

Coronavirus : la BCE préoccupée mais immobile

Coronavirus : la BCE préoccupée mais immobile

 

À part des banalités,  il n’y a pas grand-chose à retenir des déclarations des membres de l’institution monétaire qui se contente d’évidences : “Nous sommes tous très préoccupés par ce qui se passe actuellement en ce qui concerne la propagation du coronavirus”, a dit Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, lors d’un discours à Londres. On aurait aimé par exemple que la banque centrale européenne réagisse aussi vite que la banque centrale chinoise qui rapidement a injecté des liquidités pour sauver une croissance très menacée. Bien entendu, on ne pouvait pas s’attendre à des décisions fermes mais au moins à un message clair montrant que tous les moyens monétaires seront utilisés pour tenter de gérer une crise qui tout simplement risque d’annuler toute croissance en Europe au lieu de ces propos d’une banalité désarmante.

“Nous savons que cela crée vraiment des incertitudes de grande ampleur, pour les perspectives de croissance mondiale mais aussi bien sûr pour les perspectives pour la zone euro”, a-t-elle ajouté.

“Mais ce que nous avons vraiment besoin de comprendre quand on élabore une politique monétaire, c’est quelles sont les implications potentielles à moyen terme et pour le moment c’est flou.” L’épidémie de coronavirus, apparu en décembre en Chine, devrait avoir un impact sur l’économie mondiale plus important que celle du Sras, qui était aussi partie de Chine fin 2002, a prévenu pour sa part Klaas Knot dans un discours à Amsterdam.

“S’il est trop tôt pour mesurer précisément l’impact de cette pandémie, on peut dire sans hésiter que l’effet sur l’économie mondiale sera plus important”, a déclaré le président de la banque centrale néerlandaise, perçu comme un “faucon” au sein du conseil des gouverneurs de la BCE.

“Le Sras a eu des répercussions sur l’économie mondiale, en effaçant 40 milliards de dollars des marchés boursiers mondiaux. Mais depuis l’apparition du Sras, la Chine est passée de la sixième à la deuxième place économique mondiale”, a ajouté Klaas Knot, Le nouveau coronavirus s’est répandu dans plusieurs pays d’Europe, notamment en Italie, faisant craindre un ralentissement voire une paralysie de certains secteurs économiques en raison des mesures prises pour tenter d’endiguer l’épidémie.

Les marchés monétaires ont commencé à intégrer dans leurs cours la probabilité d’une nouvelle baisse de 10 points de base, d’ici la fin de l’année, du taux de dépôt de la BCE, déjà négatif à -0,5%.

Le niveau à partir duquel les réductions de taux d’intérêt pourraient commencer à faire plus de mal que de bien à l’économie n’est toujours pas clair dans la zone euro, a déclaré jeudi Isabel Schnabel.

La BCE a abaissé son taux de dépôt à -0,5 % en septembre dernier et certains économistes affirment qu’il est maintenant proche d’un point d’inversion où les réductions n’ont plus d’impact bénéfique sur l’économie.

“Le concept de taux d’inversion est utile et nous montre si nos outils nuisent au mécanisme de transmission”, a déclaré Isabel Schnabel.

“Le taux d’inversion n’est pas un chiffre (…) Il bouge tout le temps”, a-t-elle déclaré, ajoutant que la récente décision de la BCE d’instaurer un taux de dépôt à paliers avait créé une marge de manoeuvre supplémentaire.

Coronavirus: risques pour l’économie ( BCE)

Coronavirus: risques pour l’économie ( BCE)

  •  
  •  

Des experts ne veulent pas désespérer les acteurs économiques sous-estiment les conséquences  du virus chinois, Christine Lagarde , présidente  de la banque centrale européenne estime au contraire que cette épidémie ajoute de fortes incertitudes autres dangers comme les événements géopolitiques et la guerre commerciale qui menacent la croissance. Le 20 janvier le FMI avait déjà revu en baisse les perspectives déjà faiblardes de l’économie mondiale. Des perspectives qui devront sans doute être revues encore en diminution du fait des conséquences du virus chinois. La croissance ne serait plus que de 3 % au lieu des 3,3 % pronostiqués par le fonds monétaire international

Le FMI tablait  sur un rebond moins fort que prévu de la croissance mondiale en 2020 et 2021 en raison des « mauvaises surprises » dans les économies émergentes, à commencer par l’Inde, et de la persistance de risques notamment géopolitiques.  En dépit de l’accord entre la Chine et les États-Unis l’expansion s’essouffle. La croissance du PIB américain devait  ralentir à 2% (-0,1 point) après 2,3% l’an passé, les effets de la réforme fiscale s’estompant.

Pour autant, la première puissance au monde va continuer de faire la course en tête des pays avancés, bien loin des pays de la zone euro (+1,3%) et du Japon (+0,7%). Les pays émergents et en développement vont s’accroître, eux, de 4,4% après 3,7% en 2019. Le volume du commerce international, qui a porté la reprise après la récession mondiale, va se reprendre cette année (+2,9% contre 1% l’an passé). Mais l’augmentation sera inférieure à celle estimée en octobre et loin des 3,7% enregistrés en 2018.

Mais ces prévisions pourraient être bousculées par les conséquences du virus chinois. Avec la multiplication des mesures visant à endiguer la propagation du “coronavirus du Wuhan” – confinement de plusieurs grandes villes chinoises, restrictions sur les voyages et le commerce, isolement croissant de la Chine à l’international – les perturbations économiques pourraient prendre de l’ampleur en Chine et par conséquent affecter la croissance économique mondiale

.Même s’il est encore difficile d’anticiper le moment du pic épidémique et l’étendue maximale qu’atteindra la propagation du virus, les économistes de Barclays, JPMorgan et Morgan Stanley estiment que cette crise sanitaire pourrait amputer la croissance économique mondiale de jusqu’à 0,3 point en 2020.La banque Goldman Sachs table quant à elle sur un impact plus limité, entre -0,1 et -0,2 point, sous réserve que la Chine, ainsi que les autres pays, prennent des mesures suffisamment énergiques pour réduire drastiquement le taux de nouvelles infections d’ici fin mars. Des conséquences globalement sans doute très sous-estimé surtout content tenu des imbrications des processus de production avec la Chine.

“Les incertitudes à court terme sont principalement liées à des risques globaux: le commerce, la géopolitique et désormais l’épidémie de coronavirus et son impact potentiel sur la croissance mondiale”, écrit Christine Lagarde dans un discours à l’occasion de la remise du “grand prix de l’économie” du quotidien français Les Echos.

Politique monétaire de la BCE- la lutte contre l’inflation qui tue l’investissement et l’emploi

Politique monétaire de la BCE- la lutte contre l’inflation qui tue l’investissement et l’emploi

 

 

Nicolas Goetzmann, responsable de la recherche et de la stratégie macroéconomique à la Financière de la Cité dénonce cette phobie de l’inflation qui a tué emploi et investissement. ( tribune au « Monde »,)

 

Tribune.

 

« Vingt ans après la naissance de l’euro, la Banque centrale européenne (BCE) s’apprête, en ce mois de janvier et sous l’impulsion de sa présidente, Christine Lagarde, à démarrer le chantier de sa « revue stratégique » de politique monétaire. Un processus inédit depuis 2003, et dont le potentiel est la remise en cause – au moins partielle – du dogme économique le plus puissant de ces quarante dernières années : la stabilité des prix, héritière européenne de la politique, française, du « franc fort ».

Cette politique est née, en effet, du tournant de la rigueur de mars 1983 (et plus exactement de juin 1982), qui correspondait alors à la nécessité de lutter contre une inflation galopante. Fin 1986, le combat est remporté et l’inflation est ramenée sous le seuil de 3 %, soit 10 points de moins que son chiffre de 1980. C’est à ce moment de l’histoire économique française que cette politique s’est faite idéologie. Non pas sous la seule influence d’une Allemagne acquise à ce principe, pas plus que par la seule volonté de créer la monnaie unique, mais d’abord par une ambition toute française de rigueur monétaire.

Le 10 avril 1992, Jean-Claude Trichet – alors directeur du Trésor – écrivait dans une note destinée au ministre des finances : « Notre grand objectif est de poursuivre une politique de maîtrise de l’inflation avec les objectifs – ambitieux mais qui sont les seuls que notre pays puisse se donner aujourd’hui – (…) de maintenir en France une inflation inférieure à l’allemande ». Une phrase que les auteurs de La Guerre de sept ans. Histoire secrète du franc fort, 1989-1996 (Calmann Lévy, 1996), Eric Aeschimann et Pascal Riché analysent en ces termes : « En clair, il n’est plus question d’un franc fort, mais d’un franc plus fort que le mark ». Classe politique et haute administration agissent alors avec la ferveur du converti. De Pierre Bérégovoy à Edouard Balladur en passant par Michel Sapin, leurs successeurs et leurs administrations, l’austérité monétaire devient une marque de fabrique « made in France ».

Ce soutien apporté au franc va voir la croissance nominale (non ajustée de l’inflation) du pays chuter de façon vertigineuse au cours de ces premières années de la décennie 1990. De 8 % en 1989, elle tombe à 1 % en 1993 (sur la même période, les Etats-Unis passent de 8 % à 5 %) dont le seul équivalent est la chute de la croissance nominale observée entre 2007 et 2009, pendant la grande crise mondiale. Du côté du chômage, le choix du « franc fort » va s’avérer dramatique. Si une décrue s’était amorcée au lendemain de la lutte – utile – contre l’inflation pour atteindre 8 % à la fin de l’année 1989, le taux de chômage bat un nouveau record au deuxième trimestre 1994, à 10,8 %. Sur l’ensemble de la décennie, un taux de chômage moyen de 9,7 % est à mettre en face d’une inflation moyenne de 1,45 %, marquant la dérive de ce qui est pourtant considéré comme une politique de  raison ».

BCE- la lutte contre l’inflation qui tue l’investissement et l’emploi

BCE- la lutte contre l’inflation qui tue l’investissement et l’emploi

Nicolas Goetzmann, responsable de la recherche et de la stratégie macroéconomique à la Financière de la Cité dénonce cette phobie de l’inflation qui a tué emploi et investissement. ( tribune au « Monde »,)

 

Tribune.

 

« Vingt ans après la naissance de l’euro, la Banque centrale européenne (BCE) s’apprête, en ce mois de janvier et sous l’impulsion de sa présidente, Christine Lagarde, à démarrer le chantier de sa « revue stratégique » de politique monétaire. Un processus inédit depuis 2003, et dont le potentiel est la remise en cause – au moins partielle – du dogme économique le plus puissant de ces quarante dernières années : la stabilité des prix, héritière européenne de la politique, française, du « franc fort ».

Cette politique est née, en effet, du tournant de la rigueur de mars 1983 (et plus exactement de juin 1982), qui correspondait alors à la nécessité de lutter contre une inflation galopante. Fin 1986, le combat est remporté et l’inflation est ramenée sous le seuil de 3 %, soit 10 points de moins que son chiffre de 1980. C’est à ce moment de l’histoire économique française que cette politique s’est faite idéologie. Non pas sous la seule influence d’une Allemagne acquise à ce principe, pas plus que par la seule volonté de créer la monnaie unique, mais d’abord par une ambition toute française de rigueur monétaire.

Le 10 avril 1992, Jean-Claude Trichet – alors directeur du Trésor – écrivait dans une note destinée au ministre des finances : « Notre grand objectif est de poursuivre une politique de maîtrise de l’inflation avec les objectifs – ambitieux mais qui sont les seuls que notre pays puisse se donner aujourd’hui – (…) de maintenir en France une inflation inférieure à l’allemande ». Une phrase que les auteurs de La Guerre de sept ans. Histoire secrète du franc fort, 1989-1996 (Calmann Lévy, 1996), Eric Aeschimann et Pascal Riché analysent en ces termes : « En clair, il n’est plus question d’un franc fort, mais d’un franc plus fort que le mark ». Classe politique et haute administration agissent alors avec la ferveur du converti. De Pierre Bérégovoy à Edouard Balladur en passant par Michel Sapin, leurs successeurs et leurs administrations, l’austérité monétaire devient une marque de fabrique « made in France ».

Ce soutien apporté au franc va voir la croissance nominale (non ajustée de l’inflation) du pays chuter de façon vertigineuse au cours de ces premières années de la décennie 1990. De 8 % en 1989, elle tombe à 1 % en 1993 (sur la même période, les Etats-Unis passent de 8 % à 5 %) dont le seul équivalent est la chute de la croissance nominale observée entre 2007 et 2009, pendant la grande crise mondiale. Du côté du chômage, le choix du « franc fort » va s’avérer dramatique. Si une décrue s’était amorcée au lendemain de la lutte – utile – contre l’inflation pour atteindre 8 % à la fin de l’année 1989, le taux de chômage bat un nouveau record au deuxième trimestre 1994, à 10,8 %. Sur l’ensemble de la décennie, un taux de chômage moyen de 9,7 % est à mettre en face d’une inflation moyenne de 1,45 %, marquant la dérive de ce qui est pourtant considéré comme une politique de  raison ».

 

BCE : remise à plat de son rôle ?

BCE : remise à plat de son rôle ?

 

Il y a évidemment longtemps que les banques centrales notamment la banque centrale européenne débordent de leur rôle initial. Aujourd’hui, elles sont surtout devenues des planches  à billet pour tenter de sauver un système financier en pleine folie et une économie durablement installée dans la croissance molle. Officiellement pour la banque centrale européenne l’objectif majeur est de gérer l’inflation pour la maintenir autour de 2 %..

Un objectif qui n’est pas atteint et qui ne constitue pas la légitimité des actions de la banque centrale. Faites la banque centrale tente de soutenir la croissance et de maintenir sous perfusion financière le système. La BCE est  condamnée  à le faire à moins d’un éclatement de plusieurs bulles voire du système tout entier mais ce qui alimente encore un peu plus la dérive de l’endettement. la révision de la stratégie proposée par Christine Lagarde vise surtout à satisfaire les faucons notamment d’Allemagne qui  souhaitent e une politique monétaire beaucoup moins accommodante. Cela en s’appuyant sur des perspectives d’inflation moins contraignante que l’objectif de 2%. Reste que pour encore longtemps, la banque centrale européenne sera condamnée à s’aligner sur ce que font la plupart des banque centrales internationales à savoir faire tourner la planche à billets pour sauver le système devenu fou et tenter de sauver une croissance en grande difficulté

Lors d’une conférence de presse, Christine Lagarde a donc laissé entendre que l’exercice pourrait prendre un an environ, sans exclure qu’il se prolonge en 2021. “Ce sera fini quand ce sera fini”, a-t-elle dit.

Elle a refusé de préciser quels changements elle souhaitait apporter à l’objectif d’inflation, se contentant de dire que “la manière dont nous mesurons l’inflation fait clairement partie des sujets que nous devons étudier”.

L’examen de la stratégie de la banque centrale concernera aussi la manière dont elle intègre l’impact économique du changement climatique dans ses modèles et ses prévisions. En attendant la conclusion de cet exercice, la BCE s’en tiendra à sa stratégie actuelle, a précisé Christine Lagarde.

“Certains s’attendaient peut-être à ce qu’elle soit plus optimiste sur la situation économique”, a expliqué Antoine Bouvet, stratège obligataire senior chez ING, notant que la présidente de la BCE avait refusé à plusieurs reprises de prendre ses distances vis-à-vis des taux d’intérêt négatifs.

Le taux de refinancement de la BCE reste fixé à zéro, le taux de la facilité de prêt marginal à 0,25% et surtout, le taux de la facilité de dépôt reste à -0,5%, ce qui revient à faire payer les banques sur une partie de leurs dépôts auprès de la banque centrale.

L’institution poursuit parallèlement ses achats d’actifs au rythme de 20 milliards d’euros par mois, augmentant ainsi un portefeuille de titres qui représente quelque 2.600 milliards d’euros.

Le Conseil prévoit que les taux resteront “à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas” jusqu’à ce que les perspectives d’inflation convergent “durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2%”.

L’inflation dans la zone euro est actuellement de 1,3% seulement sur un an.

Lors de la conférence de presse, Christine Lagarde a déclaré que les risques entourant les perspectives de croissance dans la zone euro restaient orientés à la baisse mais qu’ils étaient moins prononcés qu’auparavant, l’incertitude liée aux tensions commerciales internationales ayant diminué.

Une éventuelle redéfinition de la stabilité des prix à l’issue de la réflexion sur la stratégie de la BCE pourrait conduire celle-ci à relever son objectif en le portant à 2% tout en promettant de réagir aussi énergiquement à un éventuel dépassement de ce seuil qu’à une incapacité à l’atteindre.

“Notre objectif d’inflation doit être symétrique. Si notre cible centrale est perçue comme un plafond, nous avons moins de chance de l’atteindre”, a déclaré le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, lors d’un récent discours à Paris.

Certains “faucons” du Conseil des gouverneurs, qui plaident depuis longtemps pour une politique monétaire moins accommodante, sont favorables à ce que la BCE tolère des variations du taux d’inflation dans certaines limites au-dessus ou en dessous de 2%, ce qui réduirait l’incitation à multiplier les mesures de soutien.

D’autres préfèreraient conserver l’objectif d’inflation actuel ou le réduire.

L’examen de la stratégie devrait aussi porter sur les avantages et les inconvénients d’instruments tels que les taux d’intérêt négatifs et les achats massifs d’actifs, qui ont selon la plupart des observateurs contribué à écarter la menace d’une déflation dans la zone euro mais ont aussi favorisé la hausse des prix de l’immobilier comme des obligations.

La BCE a récemment estimé que sans ces instruments, la zone euro aurait perdu 2,7 points de croissance ces dernières années.

La BCE pour la relance de la consommation interne

La BCE pour la relance de la consommation interne

Derrière des propos forcément diplomatiques de Christine Lagarde la nouvelle présidente de la banque centrale européenne, il faut sans doute voir un changement de stratégie qui risque de heurter notamment l’orthodoxie de l’Allemagne.

Christine  Lagarde demande en effet que soit mis en place une politique budgétaire (qui dépend des Etats) soutenant la demande intérieure, en clair la consommation. Exactement le contraire de ce que pense l’Allemagne a été sur la dynamique de ces exportations qui malheureusement’  écroulent du fait de la baisse des échanges internationaux. Certes Christine Lagarde  ne le dit pas clairement mais défend la croissance des investissements publics ce qui d’une certaine manière revient au même. En effet les dépenses d’investissement entraînent le plus souvent des dépenses des fonctionnements qui tirent la consommation intérieure. Le danger de cette orientation réside dans le fait que cela peut favoriser les importations si les produits nationaux ne présentent pas assez  de compétitivité ce qui par parenthèse est souvent le cas en France où  la balance commerciale est structurellement en déficit de l’ordre de 50 à 60 milliards par an . La zone euro doit renforcer sa demande intérieure, entre autres en augmentant ses investissements publics, pour pouvoir résister à la dégradation de la conjoncture à l’extérieur de ses frontières, a déclaré vendredi Christine Lagarde, sa nouvelle présidente.

“La réponse consiste à convertir la deuxième économie du monde afin qu’elle soit ouverte au monde mais confiante en elle-même, une économie qui fasse pleinement usage du potentiel de l’Europe pour favoriser une hausse du niveau de la demande intérieure et de la croissance à long terme”, a-t-elle dit dans un discours prononcé lors du Congrès bancaire européen à Francfort.

Elle a réaffirmé que la BCE jouerait son rôle dans cette démarche en continuant “de soutenir l’économie et de répondre aux risques futurs” tout en restant attentive aux “effets secondaires” de sa politique monétaire.

Les propos de Christine Lagarde sont suffisamment généraux et académiques pour ne pas trop fâcher l’orthodoxie allemande mais en creux  c’est une critique des sous investissements d’outre-Rhin. Christine Lagarde n’a rien annoncé de très nouveau en matière de politique monétaire. Force cependant est de constater que les effets comparé des politiques monétaires menées aux États-Unis et en France sont assez différents. En dix ans, la zone euro a connu une croissance totale de 14.5 %, contre 26 % pour les États-Unis. Le bilan comparé des deux institutions révèle cette faille. Sur les dix dernières années, c’est-à-dire depuis le creux de la crise, la zone euro a connu une croissance totale de 14.5 %, contre 26 % pour les États-Unis, soit une croissance annuelle moyenne de 1.1 % en Europe contre 2.1 % outre-Atlantique. Sur cette même période, 21.9 millions d’emplois ont été créés aux États-Unis, contre 9.6 millions au sein de la zone euro. En schématisant à l’extrême, la zone euro a fait deux fois moins bien que les États-Unis sur les dix dernières années.

En finir avec la politique monétaire manipulatrice de la BCE ? ( François de Saint-Pierre )

En finir avec la  politique monétaire manipulatrice de la BCE ? ( François de Saint-Pierre )

Pour  François de Saint-Pierre, président  du Cercle Jean-Baptiste Say, Associé-gérant chez  Lazard, les taux négatifs de la BCE vont à l’encontre de la croissance économique (la Tribune)

 

« Ces taux d’intérêts négatifs sont contraires au bon sens car ils sont la négation de la croissance : le principe du taux d’intérêt est que demain vaudra plus qu’aujourd’hui parce que celui qui emprunte fera mieux avec cet argent que celui qui le garderait sans rien en faire. De la Parabole des talents à l’esprit des Lumières, c’est bien la philosophie du progrès qui soutient l’existence des taux d’intérêt.

En prêtant son argent, le créancier prend le risque de ne pas être remboursé. Ce risque est rémunéré par le taux d’intérêt qui protègera aussi normalement le prêteur de l’inflation. Installer et maintenir des taux négatifs, c’est nier la croissance, le risque et l’inflation. C’est contrevenir à ce qui permet et accompagne la prospérité telle que nous la partageons depuis plus de deux siècles. Cette quête de prospérité repose sur l’ambition de progresser de son vivant et d’offrir l’opportunité aux générations suivantes de poursuivre le mouvement.

Certes, la croissance de la zone euro est faible, mais est-ce en raison de difficultés de financements ? La croissance annuelle des crédits s’établit à plus de 3,5% et la masse monétaire progresse beaucoup plus vite (autour de 5% sur un an) que le PIB (+1.2%) en 2019. Cette faible croissance économique doit plutôt être analysée comme le résultat de nos faibles gains de productivité. Eux-mêmes renvoient au manque d’investissements et à la contraction durable du secteur manufacturier, à une innovation insuffisante qui renvoie à son tour au recul éducatif. En outre, les réglementations toujours plus nombreuses et les besoins d’une sécurité toujours plus élevée dévorent les gains réalisés, anéantis par une coûteuse complexité.

L’inflation est faible, elle aussi (autour de 1.2%), mais reste proche de sa moyenne depuis la création de l’euro dans les grands pays « core ». La déflation, qui se traduit par la baisse du niveau général des prix et des revenus, n’est pas une menace. L’objectif d’une inflation cible à 2% semble être devenu un dogme qui dissimule l’inflation d’actifs – immobilier, obligations, private equity, actions cotées, or, art contemporain etc.- qui, eux, connaissent des hausses de prix que les fondamentaux n’expliquent pas toujours. Car tout est achetable à crédit, puisqu’il est possible de financer gratuitement ce qui ne rapporte rien…

Les taux négatifs permettent en outre de maintenir ou de développer des projets et des entreprises sans rentabilité en leur accordant la possibilité de se (re)financer à un coût n’ayant rien à voir avec une exigence normale de profitabilité. Ni donc avec le risque qui l’accompagne !  Ce sont ces fameux business models « disruptifs » qui ne créent pas de valeur mais qui détruisent celle produite par les acteurs ayant des contraintes financières normales. En pesant artificiellement sur les prix et en mettant sous pression les marges de concurrents aux modèles de croissance plus lents mais plus solides.

Les taux négatifs viennent ainsi bouleverser la hiérarchie efficiente des valeurs. Demain valant moins qu’aujourd’hui, l’épargne de précaution augmente en Allemagne comme en France -alors que le chômage baisse et a rejoint son plus bas niveau dans la zone euro depuis 2007- sans pour autant venir financer aucun projet de prospérité ! Le livret A atteint des niveaux record à plus de 300 milliards malgré une rémunération ne couvrant pas la moitié de l’inflation.

Enfin, cette politique rend gratuite la drogue aux déficits issus de dépenses publiques excessives qui pèsent sur la création de valeur collective. L’État impécunieux est rémunéré en lieu et place de l’épargnant précautionneux ! Par ailleurs, les jeunes et primo-accédants voient la propriété immobilière inaccessible et les loyers monter, ce qui ajoute au ressentiment social que provoque l’obésité de l’Etat providence.

Enfin, autre conséquence maintes fois commentée, et qui s’aggrave avec le temps, est la fragilisation périlleuse des assureurs et l’affaiblissement des banques européennes (650.000 suppressions d’emplois en 10 ans) face à leurs concurrentes américaines, notamment. Pas de quoi renforcer la confiance…

Il est donc temps de mettre un terme à cette manipulation monétaire qui s’ajoute aux manipulations budgétaires encore amples et nombreuses dans la zone euro. Car la politique de taux négatifs, qui outrepasse une politique de taux bas, porte en elle la déflation et la stagnation qu’elle prétend combattre. Madame Lagarde doit remettre le bon sens à la direction de la BCE pour que l’Europe retrouve confiance dans l’avenir et la croissance, sans craindre la mauvaise humeur des « marchés ». Plus sera retardé le retour du bon sens, plus les effets délétères des taux négatifs feront de dégâts. »

 

BCE : Christine Lagarde sous surveillance

BCE : Christine Lagarde sous surveillance

Paradoxalement Christine  Lagarde n’a pas vraiment un profil de  financier mais   va désormais  diriger la politique monétaire européenne. C’est un  peu par hasard que Lagarde qui n’a pas de formation d’économiste avait atterri dans le gouvernement de Sarkozy. elle n’a jamais fait preuve  d’originalité se contentant de reprendre les orientations  de l’administration de Bercy et de l’Elysée. Même chose au  FMI où elle a manifesté  une grande prudence compensée par l’élégance du propos et sa maîtrise dialectique. Jamais un mot de trop, une communication très maîtrisée. Une grande capacité à s’inscrire toujours dans la tendance, le consensus  du moment. Un écart toutefois avec l’affaire Tapie quand elle a accordé indûment 300 millions à l’intéressé ( un détail qu’ont oublié les grands médias!). En réalité, le dossier Tapie était entièrement géré par l’Élysée à l’époque. Sans doute Lagarde va-t-elle montrer  la même prudence à la tête de la BCE. De toute manière, ses marges de manœuvre sont très étroites. La politique monétaire a sans doute déjà utilisé toutes ses armes pour relancer une économie très défaillante. La baisse des taux atteint des limites puisqu’ils  tutoient des territoires négatifs. Les limites sont aussi atteintes en matière de rachat de dettes. Du coup en cas de crise grave, la BCE aura du mal à trouver des leviers car ,comme les autres banques centrales, elle a déjà été au bout de ses capacités d’intervention. Notons que juridiquement la BCE a objectif de réguler l’inflation mais sans grand succès qu’on est loin encore d’atteindre les 2% souhaitables. On a sans doute franchi dans de nombreux domaines les limites d’action d’une banque centrale et le relais doit désormais être pris par les politiques budgétaires. La BCE devra cependant faire face à une possible crise financière qui  pourrait intervenir lors de l’éclatement de bulles par exemple dans l’immobilier ,ou sur les marchés boursiers ( où les indices s’envolent contrairement aux réalités économiques). De ce point de vue, la masse de liquidités déversées par les banques centrales alimente aussi cette spéculation. Christine Lagarde  pourrait être tentée de reverdir la politique monétaire.

Auditionnée par le Parlement européen début septembre, la Française avait estimé que le changement climatique devait être intégré au sein des objectifs de la BCE. Il s’agissait notamment de concilier la règle de neutralité sur le marché avec la future nomenclature très attendue des actifs « verts », quand cette classification aura été adoptée par les Etats membres.

En matière de supervision, elle avait appuyé l’idée que les actifs verts soient pris en compte pour évaluer les risques et donc le niveau de capitaux propres des banques. Immédiatement l’Allemagne et en particulier la Bundesbank a fait savoir que ce n’était pas le rôle de la banque centrale européenne. La crainte de des Allemands étant  que certains Etats en profitent développer des politiques budgétaires encore plus laxistes. On retrouve là le clivage entre des pays du nord de la zone euro, dont l’épargne est pénalisée par cette politique accommodante, et ceux du sud, qui seraient dans l’incapacité de refinancer leur dette sans des taux aussi bas. Christine Lagarde sait qu’elle sera surveillée et on peut compter sur son habituelle prudence.

 

Le Maire soutient la BCE pour attaquer Berlin

Le Maire soutient la BCE pour attaquer Berlin

 

Il ne faut pas s’y tromper, le soutien appuyé de Bruno Le Maire aux décisions prises par la Banque centrale européenne constitue aussi une attaque contre Berlin. En effet, Bruno Lemaire insiste lourdement pour que l’Allemagne procède à une relance par la voie budgétaire. Cela dans l’intérêt de la croissance de la zone euro mais aussi de l’Allemagne elle-même dont le PIB aura du mal à progresser de 0,5 % cette année. En cause, évidemment le ralentissement du commerce international et des exportations allemandes. Cette critique de l’Allemagne et ce soutien à la BCE servent aussi de prétexte pour justifier la politique de fuite en avant de la France. On sait en effet que la France a décidé de laisser filer le budget en 2020 prétextant la baisse des taux d’intérêt. Ceci étant,  le déficit ne fait que progresser et même avec des taux d’intérêt bas, il faudra bien un jour rembourser.et lors que les taux d’intérêt auront remonté pour une part importante de la dette. La dérive du budget français obéit à des considérations de relance mais aussi à des préoccupations électorales dans la perspective des élections municipales et au-delà des élections présidentielles de 2022. Du coup, il faut prendre avec des pincettes le satisfecit de Bruno Lemaire à l’égard de la BCE.

“Nous soutenons les décisions courageuses prises par la Banque centrale européenne et par son président parce (…) que nous estimons que ces décisions étaient les seules responsables pour éviter une nouvelle dégradation de notre environnement économique”, a déclaré le ministre français de l’Economie et des Finances lors d’une conférence de presse de présentation du projet de loi de finances pour 2020.Soulignant que “la politique monétaire est nécessaire mais plus suffisante”, Bruno Le Maire a jugé “indispensable qu’une politique budgétaire volontariste fondée sur plus d’investissements prenne le relais” dans les pays disposant des marges de manoeuvre nécessaires.

Une semaine après la tenue du 50e conseil économique et financier franco-allemand, à Paris, le ministre français a de nouveau pressé Berlin d’investir davantage pour tenter de contrer le ralentissement de l’économie de la zone euro, qui fait écho à une croissance mondiale pénalisée par les tensions commerciales, les incertitudes géopolitiques, notamment au Moyen-Orient, ainsi que la perspective du Brexit.

“L’Allemagne doit investir et elle doit investir maintenant, le plus tôt sera le mieux. N’attendons pas que la situation économique s’aggrave pour prendre les décisions nécessaires”, a-t-il déclaré.

Pour tenter de redonner de la vigueur à une économie de la zone euro en difficulté, la BCE s’est engagée mi-septembre à procéder à nouveau à des rachats d’actifs “aussi longtemps que nécessaire” et a enfoncé son taux de dépôt un peu plus bas dans le négatif.

La BCE promet son soutien à l’économie

La BCE promet son soutien à l’économie: insuffisant ! 

La promesse de la banque centrale européenne de soutenir l’économie peut rassurer certains acteurs économiques toutefois il y a bien évidemment des limites aux actions de cette banque centrale (et des autres banques centrales)

En fait,  la BCE va réinjecter massivement des liquidités notamment en reprenant les rachats d’actifs et en agissant encore davantage sur des taux encore plus négatifs. L’objectif est de tenter de soutenir l’économie de la zone euro actuellement en difficulté puisque l’évolution du PIB tourne autour de 1 % pour cette année. Mais il s’agit peut-être davantage d’éviter la récession qui menace non seulement en Europe mais ailleurs-

Distribuer massivement des nouvelles liquidités ne suffira pas à réactiver l’activité générale. Le principal levier se trouve sans doute dans les politiques de relance budgétaire et particulièrement dans celles de la responsabilité européenne. Même en Allemagne,  on se résout désormais à utiliser cette arme du budget quitte à utiliser des arguties juridiques pour faire semblant de respecter l’orthodoxie financière (on va créer des institutions spécifiques pour emprunter).

Intervenant dans les dernières semaines du mandat du président Mario Draghi, elles préparent le terrain à une probable détente monétaire par la Réserve fédérale américaine et par la Banque du Japon la semaine prochaine, avec toujours pour but d’étayer une économie mondiale dont la croissance patine.

Mais déjà des questions se posent quant à la capacité des dernières mesures de la banque centrale à relancer l’économie de la zone euro face aux tensions commerciales internationales et aux risques liés au Brexit.

“Les informations reçues depuis la dernière réunion du Conseil des gouverneurs indiquent que la faiblesse de l’économie de la zone euro dure plus que prévu, que persistent des risques baissiers importants ainsi que des pressions inflationnistes discrètes”, a observé Mario Draghi en conférence de presse.

La BCE a réduit son taux de dépôt de 10 points de base à -0,5%, a promis que les taux resteraient bas longtemps et dit qu’elle reprendrait le 1er novembre ses rachats d’actifs obligataires – autrement dit son programme d’assouplissement quantitatif (QE) – au rythme de 20 milliards d’euros par mois.

les achats pourraient durer des années, tandis que les marchés pour leur part ne voient pas les taux remonter pendant encore une dizaine d’années.

La relance du QE a suscité l’opposition de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, de François Villeroy de Galhau, celui de la Banque de France, et de Benoît Coeuré, l’un des membres du directoire, a-t-on appris de trois sources.

Le marché obligataire de la zone euro a monté en réaction à ces mesures et a brièvement fait repasser l’euro sous 1,10 dollar, le marché y voyant un facteur susceptible de faire monter l’inflation.

Le précédent programme QE de la BCE, d’un montant de 2.600 milliards d’euros, n’a connu qu’un succès limité pour ce qui est de stimuler l’activité économique.

Ainsi, l’institut de conjoncture Ifo a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour l’Allemagne en 2019 et annoncé que la première économie d’Europe serait en récession au troisième trimestre.

“Est-ce que l’attitude plus énergique de la BCE fera une différence? Pas tant que ça”, observe Holger Schmieding, analyste de Berenberg.

“Des chocs externes en série, notamment le conflit commercial sino-américain et le gâchis du Brexit, ont fait dérailler la reprise de la zone euro. Au vu d’une incertitude aussi prégnante, même si l’on abaisse les coûts de financement des entreprises et des ménages, cela n’augmentera pas sensiblement la consommation ou l’investissement.”

L’inflation persiste à évoluer en deçà de l’objectif d’un peu moins de 2% de la BCE depuis 2013 et il lui

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol