Archive pour le Tag 'face'

Classes moyennes: Pour logements sociaux face aux loyers privés inabordables

Classes moyennes: Pour logements sociaux face aux  loyers privés inabordables 

 

Le président de l’association Droit au logement opposable, Bernard Lacharme, estime, dans une tribune au « Monde », que le projet de loi sur le logement, en ne favorisant pas les HLM, aggrave la crise pour les classes moyennes.

 

Les textes sur le logement sont souvent peu lisibles pour les non-initiés, mais il faut reconnaître que l’exposé des motifs du nouveau projet de loi « relatif au développement de l’offre de logements abordables », qui sera débattu mi-juin au Parlement, en donne clairement le sens.

La première phrase évoque l’existence d’une crise du logement « depuis 2022 ». La deuxième nous dit : « Les classes moyennes sont, de plus en plus, confrontées à la difficulté de se loger à un coût abordable à proximité de leur lieu de travail, en particulier en zone tendue. »

Vous pouvez poursuivre la lecture : pas un mot sur l’explosion du nombre de sans-abri, les familles hébergées par d’autres familles, celles qui sont logées en suroccupation ou dans l’insalubrité, les smicards qui consacrent 40 % de leurs revenus à leur loyer, les jeunes salariés dans l’incapacité de quitter le domicile de leurs parents, les étudiants en galère…

Cette loi n’affiche pas l’ambition de s’attaquer à la crise structurelle qui, depuis plusieurs décennies, augmente le coût du logement pour tous et condamne les plus fragiles à la rue ou au mal-logement. Elle vise les « classes moyennes », notion suffisamment floue pour qu’une majorité de nos concitoyens croie être concernée.

La réalité est que 70 % des ménages ont des ressources les rendant éligibles au logement social, et que c’est de ce type de logements qu’ont besoin ceux pour qui les loyers de marché sont devenus inabordables. Le logement intermédiaire, que le gouvernement veut développer, concerne des personnes dont les ressources sont supérieures à la moyenne : le plafond de revenu imposable pour un couple avec deux enfants atteint 102 000 euros sur Paris et la petite couronne, le loyer 1 400 euros pour un logement de 75 mètres carrés.

France-Face aux multiples crises , il faudra au moins 20 ans pour redresser le pays

Face aux multiples crises , il faudra au moins 20 ans pour redresser le pays

 

Politique-Multiples crises en France : Il faudra au moins une vingtaine d’années pour redresser le pays

La France encore récemment une des plus grandes puissances mondiales ne cesse de s’enfoncer sur tous les plans : économique, social, sociétal et même sur le plan de la sécurité. La dégradation est catastrophique et un redressement forcément structurel exigerait sans doute une période d’au moins une vingtaine d’années. 

La France est passée du statut de grande puissance à celui de très moyenne voire de pays instable. Tous les indicateurs sont au rouge. Il y a d’abord la situation économique et financière. Faute de compétitivité depuis longtemps et de manque de productivité globale ( trop faible taux d’emploi en France rapporté à l’ensemble des actifs potentiels) mais aussi du fait de la mise en place précipitée des 35 heures. Deux éléments qui ont plombé la compétitivité et en particulier celle de l’industrie délocalisée à l’extérieur.

En dépit du taux exceptionnel de prélèvements obligatoires( impôts globaux), la France cumule paradoxalement deux faiblesses ,d’une part un déficit chronique , une dette abyssale ( 50 000 € par habitant soient 3200 milliards) , d’autre part un taux de prélèvement obligatoire de près de 50 %. Une fiscalité qui tue aussi la compétitivité.

Et curieusement , ce n’est qu’il y a que quelques jours ou quelques semaines que les instituts, organismes et autres institutions découvrent l’ampleur d’une catastrophe qui a commencé il y a 40 ans environ. En cause, le mammouth de l’État (et des collectivités locales) devenu complètement incontrôlable ou la logique de dépenses se déroule en dépit de tous les discours de gestion plus saine. Et là aussi paradoxalement la qualité des services publics a plutôt tendance à se dégrader( sécurité, santé ou encore éducation par exemple).

Le sentiment général est que ce pays n’est plus géré depuis longtemps ce dont convient même le président de la république qui essaye maintenant de sermonner les hauts fonctionnaires; Évidemment deux fois trop nombreux ( un directeur, deux adjoints, des sous-directeurs et des chefs de bureau en pagaille, sans parler les troupes de base qui augmentent chaque année; de 50 000 encore en 2023 et 70 000 en 2024 ! ) Et pas forcément bon endroit.

Mais au-delà des aspects quantitatifs il y a surtout le sentiment que le concept d’autorité est complètement bafoué partout dans l’espace public, services publics et autres. Dans l’école, dans la rue et même dans la sphère privée( quand la plupart des plaintes sont enterrées). Exemple significatif: la France qui est en train de devenir une plaque tournante internationale de la drogue. Toutes les villes mêmes les plus petites sont affectées par ce cancer qui s’accompagne en plus de règlements de comptes, de violences et de morts.

Le dernier aspect concerne celui du sentiment d’insécurité vis-à-vis d’un islamisme rampant qui met en cause la laïcité. L’extrémisme religieux veut progressivement prendre le pas sur ce qui fait la spécificité de la France : ses valeurs républicaines, sa liberté et sa démocratie. Bref, un discours politique qui a 1000 ans de retard mais qui s’ancre dans des populations velléitaires et incultes. Bref, Dieu pour remplacer la science, le progrès et la démocratie comme en Afghanistan, en Iran et autre pays d’obédience musulmane extrémiste.

La France a un sérieux besoin de recentrage social et économique mais aussi sociétal sinon le pays s’orientera vers l’appauvrissement, la violence et le chaos.

Et les discours actuels du monde politique ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Economie: L’Europe perdante face à la Chine

Economie: L’Europe perdante face à la Chine

 

 Spécialiste de la mondialisation, l’économiste Benjamin Bürbaumer, Sciences-Po Bordeaux, décrypte les ressorts de l’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis dans son dernier ouvrage consacré aux deux grandes puissances planétaires. Face à Washington, la Chine capitaliste a développé un réseau crucial de nouvelles infrastructures technologiques, monétaires et physiques capables de faire tanguer la supervision américaine de l’économie mondiale. Prise en étau, l’Europe pourrait apparaître comme la grande perdante de cette vaste bataille économique. ( » dans la Tribune »)

Cette semaine, le président américain Joe Biden a annoncé vouloir tripler les droits de douane sur l’acier et l’aluminium chinois dénonçant une concurrence « injuste » pour les travailleurs américains, un nouvel appel du pied aux ouvriers en pleine campagne électorale. Quel regard portez-vous sur cette annonce ?

BENJAMIN BURBAUMER - L’acier et l’aluminium chinois représentent respectivement 2,1 et 3,6 % des importations américaines de ces biens. La marginalité industrielle de l’annonce contraste avec son potentiel politique. A l’instar de son opposition à l’acquisition de US Steel par Nippon Steel, Biden multiplie les messages envers l’Amérique industrielle. Qu’il espère ainsi marquer des points électoraux, au risque de tendre un peu plus les relations transpacifiques, est révélateur du rôle clé de la Chine dans le devenir du monde.

En pleine campagne présidentielle, la bataille entre les Etats-Unis et la Chine est au centre des débats. Quels sont les principaux ressorts de cet affrontement selon vous ?

La mondialisation est secouée par une tempête. Du FMI au Forum de Davos en passant par les chefs d’entreprise ou les consommateurs, tout le monde le constate. On a vu la bataille autour des semi-conducteurs, les sanctions économiques, la guerre commerciale, la course à l’armement dans l’Indo-Pacifique. Cette série de phénomènes est étroitement liée à la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis.

Dans votre ouvrage Chine/Etats-Unis, le capitalisme contre la mondialisation, paru ce 18 avril, vous dites que le système capitaliste actuel contribue à bouleverser la mondialisation. Pourquoi ?

Le fonctionnement du capitalisme mine celui de la mondialisation. Cela paraît contre-intuitif. Les explications souvent avancées évoquent la présence de décideurs plus protectionnistes et nationalistes comme Xi Jinping ou Donald Trump. Mais, on ne reste qu’à la surface quand on dit cela, car les troubles les précèdent. En réalité, le bouleversement de la mondialisation est, en effet, étroitement lié au fonctionnement de l’économie mondiale. La mondialisation a été victime de son succès.

L’Union européenne apparaît comme la grande perdante de cette bataille. Comment peut-on l’expliquer ?

Pendant longtemps, les Européens se sont accommodés de la présence de la Chine dans la mondialisation, car ils ont profité des pressions déflationnistes liées aux exportations chinoises. Mais c’était une vision naïve. La Chine n’allait pas se cantonner à ce statut de fournisseur de produits bon marché. Dès le début de son intégration dans la mondialisation, Pékin a voulu accélérer son développement et est désormais plus avancé dans les technologies. L’Europe se retrouve donc dans l’impasse face à la Chine.

Par ailleurs, face à la polarisation entre la Chine et les Etats-Unis, le jeu d’équilibriste des Européens devient de moins en moins opérant. La caractérisation de la Chine comme partenaire, pourtant concurrente stratégique et rivale systémique, est symptomatique de l’incapacité européenne à saisir la tendance conflictuelle à l’œuvre. Faute d’identifier les véritables enjeux, l’Europe paraît coincée.

 

La domination des Etats-Unis est toujours plus contestée sur la planète. Pourtant, le pays continue d’être la première puissance économique au monde. Les tentatives de contournement par d’autres pays sont très loin d’affaiblir le socle économique de Washington. Comment l’expliquez-vous ?

L’économie américaine a été pendant très longtemps incontestée sur le plan technologique. Les firmes les plus innovantes étaient américaines. L’autre avantage est que le dollar réduisait le coût de transaction pour les firmes américaines, ce qui facilitait leurs projections à l’échelle mondiale. L’Etat américain a largement soutenu la démarche d’extraversion de ses entreprises. Si on devait résumer la mondialisation, ce serait la supervision américaine de l’économie mondiale.

La Chine a tout de même contesté cette supervision américaine de l’économie mondiale.

La Chine est la progéniture de la mondialisation. Depuis les années 80, l’insertion de la Chine a été poussée par l’Etat américain qui cherchait des débouchés pour ses entreprises en crise de rentabilité. Il y a une alliance de circonstances entre les capitalistes américains et les communistes chinois. Mais leurs motivations divergeaient. Par leur transformation capitaliste, les Chinois cherchaient un développement national accéléré alors que les Américains cherchaient à redresser la rentabilité de leurs entreprises.

Les deux pouvaient coïncider pendant un certain temps. Mais rapidement, des tensions ont éclaté. La relation supposément harmonieuse entre la Chine et les Etats-Unis s’est rapidement caractérisée par une instabilité latente. La Chine a connu un rattrapage technologique très rapide. Et dès le début des années 2000, les entreprises américaines se sont plaintes du mercantilisme « high-tech » de la Chine, du vol de la propriété intellectuelle. Des soupçons sur des manipulations des taux de change ont ressurgi.

Sur le plan monétaire, la Chine a progressivement appuyé le rôle du renminbi dans les transactions internationales. Malgré cette montée en puissance, le dollar demeure la première monnaie d’échanges et de réserves au monde. Et le privilège exorbitant du dollar n’est pas prêt de s’effondrer. Pourquoi ?

La guerre en Ukraine permet de bien comprendre l’importance des enjeux autour des infrastructures monétaires. A travers le dollar, les Etats-Unis contrôlent l’infrastructure monétaire mondiale, ce qui leur permet de mettre en difficulté des pays étrangers, en l’occurrence la Russie. A ce pouvoir extraterritorial remarquable, dont jouit Washington, s’ajoute le fait que le dollar réduit les coûts de transaction des sociétés américaines. En promouvant l’internationalisation du renminbi, Pékin tente de réduire sa vulnérabilité à l’infrastructure monétaire sous contrôle américain et vise à promouvoir l’activité internationale des grandes entreprises chinoises.

Si l’utilisation internationale d’une monnaie résulte toujours de choix politiques, il est extrêmement difficile de détrôner le dollar en raison d’effets de réseaux. Plus les opérateurs économiques utilisent une monnaie, plus ils incitent d’autres firmes à faire de même. La Chine a essayé de répliquer avec l’internationalisation du renminbi, en ouvrant graduellement ses marchés financiers et en encourageant l’usage du renminbi dans le commerce extérieur. Et bien que le dollar reste la monnaie principale de l’économie mondiale, la monnaie chinoise rattrape son retard rapidement. C’est ce qui inquiète Washington.

Vous consacrez une partie de l’ouvrage à la bataille des puces à Taïwan. Pourquoi Taïwan est au centre de la bataille entre la Chine et les Etats-Unis ?

Aujourd’hui, la supériorité technologique repose largement sur les puces. Le leadership des firmes américaines dans les chaînes globales de valeur en dépend. Les puces permettent des retombées économiques colossales et sont indispensables à l’intelligence artificielle. Or, la Chine fait des progrès notables dans ce domaine, ce qui motive les sanctions technologiques décidées par Joe Biden.

Dans la bataille des puces, Taïwan joue un rôle singulier dans la mesure où une grande partie de la fabrication des semi-conducteurs s’y effectue. Une des implications des sanctions américaines consiste alors à interdire à Taïwan d’exporter des puces avancées vers la Chine. Mais Taïwan représente également une vulnérabilité majeure pour les Etats-Unis. La société taïwanaise TSMC produit 90 % des semi-conducteurs de pointe utilisés aux Etats-Unis, y compris par l’armée américaine. Déprendre de la production d’un pays situé à moins de 400 kilomètres de son principal rival, mais à 12.000 kilomètres de son propre territoire, pour une composante militaire essentielle est délicat. D’où la frilosité autour de l’île.

Avec la guerre en Ukraine, la Russie s’est détournée de l’Europe et a renforcé ses relations avec la Chine. Ce basculement va-t-il renforcer le poids de la Chine dans son rapport de force avec les Etats-Unis ?

Actuellement, l’impact majeur des sanctions contre la Russie est de favoriser la montée en puissance de la monnaie chinoise. C’est une conséquence inattendue, mais elle est majeure. Auparavant, la Russie était réticente à utiliser la monnaie chinoise dans ses transactions extérieures. Dorénavant, elle l’utilise allègrement. Il est notable qu’au bout de seulement une décennie d’internationalisation, l’infrastructure monétaire chinoise est en mesure d’absorber une réorientation monétaire d’une économie de la taille de la Russie.

L’autre effet des sanctions est de montrer que le dollar n’est pas une monnaie neutre. Le dollar peut entraîner des contraintes politiques importantes. Se mettre à l’abri d’éventuelles pressions américaines incite une série de pays à dédollariser leurs transactions financières et commerciales. Le contrecoup des sanctions est clair : la confiance internationale dans le dollar s’affaiblit et la popularité du renminbi augmente..

La Chine a lancé son vaste programme des Nouvelles routes de la Soie il y a maintenant une dizaine d’années. Quelles sont les motivations réelles de la Chine?

La Chine a un profond déséquilibre entre production et consommation. Ce déséquilibre s’est renforcé avec le plan de relance proposé après la crise de 2007. Elle compense la faiblesse de la consommation nationale par l’exportation.

Les Nouvelles routes de la Soie permettent à la fois d’absorber une partie de l’excédent chinois et donnent accès aux firmes chinoises à des opportunités rentables d’investissement à l’étranger. En 15 ans, la part de la Chine dans les exportations mondiales a augmenté de plus de 50 %, et dans le stock d’investissement direct à l’étranger sa part a plus que triplé. Mais l’enjeu des Nouvelles Routes de la Soie ne porte pas seulement sur les parts de marché, plus fondamentalement, il porte sur les marchés en tant que tels. Car en finançant des infrastructures à l’étranger la Chine tente de contourner durablement les goulets d’étranglement de l’économie mondiale, qui restent pour l’instant sous contrôle américain.

L’intelligence artificielle est revenue en force ces derniers mois dans les débats. Comment la Chine et les Etats-Unis se situent-ils sur cette technologie cruciale ?

Il y a un consensus sur l’importance de cette technologie, puisque son potentiel va même au-delà de la technologie d’application générale : elle promet d’être une nouvelle méthode d’innovation d’application générale. Compte tenu de leurs rivalités, la Chine et les Etats-Unis essaient de développer leur propre technologie.

La Chine a néanmoins des avantages importants dans le domaine de l’intelligence artificielle. Outre sa politique industrielle, qui mise depuis 2006 sur le développement de technologies autonomes, elle dispose d’énormément de données pour entraîner les modèles. Le mélange entre une moindre protection des données et une population avec un goût prononcé pour l’utilisation des smartphones permet de récupérer une grande quantité de données. L’Etat chinois débloque des sommes considérables dans le domaine de l’IA. Si on regarde le nombre de familles de brevets déposés en matière d’intelligence artificielle, les Etats-Unis restent numéro un, mais la Chine est numéro deux et réduit rapidement l’écart. Selon son Plan de développement de l’IA de 2017, elle vise le sommet d’ici 2030.

Quelle est la genèse de votre ouvrage ?

Ma carrière de chercheur s’est orientée vers l’économie politique internationale. C’est un domaine assez peu développé en France. Pourtant, à l’heure de la fragmentation géoéconomique et des tensions internationales, il est indispensable de comprendre que les décisions politiques et les dynamiques économiques sont imbriquées. Le sujet des Etats-Unis et de la Chine s’est imposé, car il détermine le devenir de la planète, et donc aussi la trajectoire macroéconomique, entrepreneuriale et sociale en France.

 

L’Europe perdante face à la Chine

L’Europe perdante face à la Chine

 

 Spécialiste de la mondialisation, l’économiste Benjamin Bürbaumer, Sciences-Po Bordeaux, décrypte les ressorts de l’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis dans son dernier ouvrage consacré aux deux grandes puissances planétaires. Face à Washington, la Chine capitaliste a développé un réseau crucial de nouvelles infrastructures technologiques, monétaires et physiques capables de faire tanguer la supervision américaine de l’économie mondiale. Prise en étau, l’Europe pourrait apparaître comme la grande perdante de cette vaste bataille économique. ( » dans la Tribune »)

Cette semaine, le président américain Joe Biden a annoncé vouloir tripler les droits de douane sur l’acier et l’aluminium chinois dénonçant une concurrence « injuste » pour les travailleurs américains, un nouvel appel du pied aux ouvriers en pleine campagne électorale. Quel regard portez-vous sur cette annonce ?

BENJAMIN BURBAUMER - L’acier et l’aluminium chinois représentent respectivement 2,1 et 3,6 % des importations américaines de ces biens. La marginalité industrielle de l’annonce contraste avec son potentiel politique. A l’instar de son opposition à l’acquisition de US Steel par Nippon Steel, Biden multiplie les messages envers l’Amérique industrielle. Qu’il espère ainsi marquer des points électoraux, au risque de tendre un peu plus les relations transpacifiques, est révélateur du rôle clé de la Chine dans le devenir du monde.

En pleine campagne présidentielle, la bataille entre les Etats-Unis et la Chine est au centre des débats. Quels sont les principaux ressorts de cet affrontement selon vous ?

La mondialisation est secouée par une tempête. Du FMI au Forum de Davos en passant par les chefs d’entreprise ou les consommateurs, tout le monde le constate. On a vu la bataille autour des semi-conducteurs, les sanctions économiques, la guerre commerciale, la course à l’armement dans l’Indo-Pacifique. Cette série de phénomènes est étroitement liée à la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis.

Dans votre ouvrage Chine/Etats-Unis, le capitalisme contre la mondialisation, paru ce 18 avril, vous dites que le système capitaliste actuel contribue à bouleverser la mondialisation. Pourquoi ?

Le fonctionnement du capitalisme mine celui de la mondialisation. Cela paraît contre-intuitif. Les explications souvent avancées évoquent la présence de décideurs plus protectionnistes et nationalistes comme Xi Jinping ou Donald Trump. Mais, on ne reste qu’à la surface quand on dit cela, car les troubles les précèdent. En réalité, le bouleversement de la mondialisation est, en effet, étroitement lié au fonctionnement de l’économie mondiale. La mondialisation a été victime de son succès.

L’Union européenne apparaît comme la grande perdante de cette bataille. Comment peut-on l’expliquer ?

Pendant longtemps, les Européens se sont accommodés de la présence de la Chine dans la mondialisation, car ils ont profité des pressions déflationnistes liées aux exportations chinoises. Mais c’était une vision naïve. La Chine n’allait pas se cantonner à ce statut de fournisseur de produits bon marché. Dès le début de son intégration dans la mondialisation, Pékin a voulu accélérer son développement et est désormais plus avancé dans les technologies. L’Europe se retrouve donc dans l’impasse face à la Chine.

Par ailleurs, face à la polarisation entre la Chine et les Etats-Unis, le jeu d’équilibriste des Européens devient de moins en moins opérant. La caractérisation de la Chine comme partenaire, pourtant concurrente stratégique et rivale systémique, est symptomatique de l’incapacité européenne à saisir la tendance conflictuelle à l’œuvre. Faute d’identifier les véritables enjeux, l’Europe paraît coincée.

 

La domination des Etats-Unis est toujours plus contestée sur la planète. Pourtant, le pays continue d’être la première puissance économique au monde. Les tentatives de contournement par d’autres pays sont très loin d’affaiblir le socle économique de Washington. Comment l’expliquez-vous ?

L’économie américaine a été pendant très longtemps incontestée sur le plan technologique. Les firmes les plus innovantes étaient américaines. L’autre avantage est que le dollar réduisait le coût de transaction pour les firmes américaines, ce qui facilitait leurs projections à l’échelle mondiale. L’Etat américain a largement soutenu la démarche d’extraversion de ses entreprises. Si on devait résumer la mondialisation, ce serait la supervision américaine de l’économie mondiale.

La Chine a tout de même contesté cette supervision américaine de l’économie mondiale.

La Chine est la progéniture de la mondialisation. Depuis les années 80, l’insertion de la Chine a été poussée par l’Etat américain qui cherchait des débouchés pour ses entreprises en crise de rentabilité. Il y a une alliance de circonstances entre les capitalistes américains et les communistes chinois. Mais leurs motivations divergeaient. Par leur transformation capitaliste, les Chinois cherchaient un développement national accéléré alors que les Américains cherchaient à redresser la rentabilité de leurs entreprises.

Les deux pouvaient coïncider pendant un certain temps. Mais rapidement, des tensions ont éclaté. La relation supposément harmonieuse entre la Chine et les Etats-Unis s’est rapidement caractérisée par une instabilité latente. La Chine a connu un rattrapage technologique très rapide. Et dès le début des années 2000, les entreprises américaines se sont plaintes du mercantilisme « high-tech » de la Chine, du vol de la propriété intellectuelle. Des soupçons sur des manipulations des taux de change ont ressurgi.

Sur le plan monétaire, la Chine a progressivement appuyé le rôle du renminbi dans les transactions internationales. Malgré cette montée en puissance, le dollar demeure la première monnaie d’échanges et de réserves au monde. Et le privilège exorbitant du dollar n’est pas prêt de s’effondrer. Pourquoi ?

La guerre en Ukraine permet de bien comprendre l’importance des enjeux autour des infrastructures monétaires. A travers le dollar, les Etats-Unis contrôlent l’infrastructure monétaire mondiale, ce qui leur permet de mettre en difficulté des pays étrangers, en l’occurrence la Russie. A ce pouvoir extraterritorial remarquable, dont jouit Washington, s’ajoute le fait que le dollar réduit les coûts de transaction des sociétés américaines. En promouvant l’internationalisation du renminbi, Pékin tente de réduire sa vulnérabilité à l’infrastructure monétaire sous contrôle américain et vise à promouvoir l’activité internationale des grandes entreprises chinoises.

Si l’utilisation internationale d’une monnaie résulte toujours de choix politiques, il est extrêmement difficile de détrôner le dollar en raison d’effets de réseaux. Plus les opérateurs économiques utilisent une monnaie, plus ils incitent d’autres firmes à faire de même. La Chine a essayé de répliquer avec l’internationalisation du renminbi, en ouvrant graduellement ses marchés financiers et en encourageant l’usage du renminbi dans le commerce extérieur. Et bien que le dollar reste la monnaie principale de l’économie mondiale, la monnaie chinoise rattrape son retard rapidement. C’est ce qui inquiète Washington.

Vous consacrez une partie de l’ouvrage à la bataille des puces à Taïwan. Pourquoi Taïwan est au centre de la bataille entre la Chine et les Etats-Unis ?

Aujourd’hui, la supériorité technologique repose largement sur les puces. Le leadership des firmes américaines dans les chaînes globales de valeur en dépend. Les puces permettent des retombées économiques colossales et sont indispensables à l’intelligence artificielle. Or, la Chine fait des progrès notables dans ce domaine, ce qui motive les sanctions technologiques décidées par Joe Biden.

Dans la bataille des puces, Taïwan joue un rôle singulier dans la mesure où une grande partie de la fabrication des semi-conducteurs s’y effectue. Une des implications des sanctions américaines consiste alors à interdire à Taïwan d’exporter des puces avancées vers la Chine. Mais Taïwan représente également une vulnérabilité majeure pour les Etats-Unis. La société taïwanaise TSMC produit 90 % des semi-conducteurs de pointe utilisés aux Etats-Unis, y compris par l’armée américaine. Déprendre de la production d’un pays situé à moins de 400 kilomètres de son principal rival, mais à 12.000 kilomètres de son propre territoire, pour une composante militaire essentielle est délicat. D’où la frilosité autour de l’île.

Avec la guerre en Ukraine, la Russie s’est détournée de l’Europe et a renforcé ses relations avec la Chine. Ce basculement va-t-il renforcer le poids de la Chine dans son rapport de force avec les Etats-Unis ?

Actuellement, l’impact majeur des sanctions contre la Russie est de favoriser la montée en puissance de la monnaie chinoise. C’est une conséquence inattendue, mais elle est majeure. Auparavant, la Russie était réticente à utiliser la monnaie chinoise dans ses transactions extérieures. Dorénavant, elle l’utilise allègrement. Il est notable qu’au bout de seulement une décennie d’internationalisation, l’infrastructure monétaire chinoise est en mesure d’absorber une réorientation monétaire d’une économie de la taille de la Russie.

L’autre effet des sanctions est de montrer que le dollar n’est pas une monnaie neutre. Le dollar peut entraîner des contraintes politiques importantes. Se mettre à l’abri d’éventuelles pressions américaines incite une série de pays à dédollariser leurs transactions financières et commerciales. Le contrecoup des sanctions est clair : la confiance internationale dans le dollar s’affaiblit et la popularité du renminbi augmente..

La Chine a lancé son vaste programme des Nouvelles routes de la Soie il y a maintenant une dizaine d’années. Quelles sont les motivations réelles de la Chine?

La Chine a un profond déséquilibre entre production et consommation. Ce déséquilibre s’est renforcé avec le plan de relance proposé après la crise de 2007. Elle compense la faiblesse de la consommation nationale par l’exportation.

Les Nouvelles routes de la Soie permettent à la fois d’absorber une partie de l’excédent chinois et donnent accès aux firmes chinoises à des opportunités rentables d’investissement à l’étranger. En 15 ans, la part de la Chine dans les exportations mondiales a augmenté de plus de 50 %, et dans le stock d’investissement direct à l’étranger sa part a plus que triplé. Mais l’enjeu des Nouvelles Routes de la Soie ne porte pas seulement sur les parts de marché, plus fondamentalement, il porte sur les marchés en tant que tels. Car en finançant des infrastructures à l’étranger la Chine tente de contourner durablement les goulets d’étranglement de l’économie mondiale, qui restent pour l’instant sous contrôle américain.

L’intelligence artificielle est revenue en force ces derniers mois dans les débats. Comment la Chine et les Etats-Unis se situent-ils sur cette technologie cruciale ?

Il y a un consensus sur l’importance de cette technologie, puisque son potentiel va même au-delà de la technologie d’application générale : elle promet d’être une nouvelle méthode d’innovation d’application générale. Compte tenu de leurs rivalités, la Chine et les Etats-Unis essaient de développer leur propre technologie.

La Chine a néanmoins des avantages importants dans le domaine de l’intelligence artificielle. Outre sa politique industrielle, qui mise depuis 2006 sur le développement de technologies autonomes, elle dispose d’énormément de données pour entraîner les modèles. Le mélange entre une moindre protection des données et une population avec un goût prononcé pour l’utilisation des smartphones permet de récupérer une grande quantité de données. L’Etat chinois débloque des sommes considérables dans le domaine de l’IA. Si on regarde le nombre de familles de brevets déposés en matière d’intelligence artificielle, les Etats-Unis restent numéro un, mais la Chine est numéro deux et réduit rapidement l’écart. Selon son Plan de développement de l’IA de 2017, elle vise le sommet d’ici 2030.

Quelle est la genèse de votre ouvrage ?

Ma carrière de chercheur s’est orientée vers l’économie politique internationale. C’est un domaine assez peu développé en France. Pourtant, à l’heure de la fragmentation géoéconomique et des tensions internationales, il est indispensable de comprendre que les décisions politiques et les dynamiques économiques sont imbriquées. Le sujet des Etats-Unis et de la Chine s’est imposé, car il détermine le devenir de la planète, et donc aussi la trajectoire macroéconomique, entrepreneuriale et sociale en France.

 

Internet : Renforcer l’autonomie des consommateurs face aux algorithmes

Internet : Renforcer l’autonomie des consommateurs face aux algorithmes

 

Le professeur de marketing Ronan de Kervenoael suggère, dans une tribune au « Monde », de s’appuyer pour des achats en ligne sur des communautés de consommateurs plutôt que sur des algorithmes.

 

Comment choisir un restaurant ? une location de vacances ? une machine à laver ? un paquet de biscuits ? La majorité des consommateurs fait aujourd’hui appel à des comparateurs en ligne pour les guider dans leurs décisions, confiant leur sort à des algorithmes pour tous ces microchoix de la vie quotidienne. Les suggestions qu’ils reçoivent tiennent compte des disponibilités des produits et services, de leurs prix, de quelques-unes de leurs caractéristiques, et surtout de nombreux avis d’anciens clients.Ce système, qui paraît aujourd’hui aller de soi, est pourtant de construction récente et devrait être amené à évoluer assez vite. Les interactions des consommateurs avec les « conseillers » algorithmiques en ligne sont en effet assez pauvres. Même si certains outils tiennent compte des achats passés, les préconisations prennent peu ou pas en considération les valeurs personnelles des individus.

Les préconisations ne les incitent pas non plus spécialement à agir de manière responsable. Elles excluent toute relation humaine, toute chaleur, toute émotion. Mais c’est surtout la prolifération de faux avis mis en ligne par des officines spécialisées qui remet en cause la crédibilité de ce système. Une application populaire comme Yuka suggère aujourd’hui de nouvelles pistes.

L’application Yuka aide les consommateurs à se décider dans les rayons alimentaires et cosmétiques, mais elle le fait en allant au-delà d’un comparateur de prix basique : elle met en lumière les aliments les plus sains en s’appuyant sur la recherche scientifique et promeut des valeurs parfois en avance sur la législation (« Food choice and the epistemic value of the consumption of recommender systems : the case of Yuka’s perceived value in France », Rajibul Hasan, Sara Kemari, Ronan de Kervenoael et Alexandre Schwob, Behaviour & Information Technology, nos 1-20, 2023).

Cette application est particulièrement intéressante, car elle s’appuie sur une large communauté de consommateurs qui s’implique, échange sur les forums, fournit des données, et qui a réussi, de manière indirecte, à peser sur les industriels de l’agroalimentaire et sur l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

La politique étrangère des États africains face aux génocides

La politique étrangère des États africains face aux génocides

Aux yeux du grand public des années 1990, le génocide des Tutsi perpétré au Rwanda d’avril à juillet 1994 a d’une certaine manière consacré l’entrée tragique des sociétés africaines dans la modernité. L’historien spécialiste des Grands Lacs n’aura pas ménagé sa peine pour œuvrer à disqualifier le soupçon d’archaïsme et d’irrédentisme ethnique qui pouvait poindre chez certains à l’évocation de ce drame. Le Mal, la négation politiquement organisée de l’Humanité, pouvait également prendre place dans ces contextes, comme ailleurs. La tragédie rwandaise aura aussi imprimé sa marque sur la politique étrangère des États africains, en les encourageant à assurer un rôle nouveau dans les institutions internationales et dans le maintien de la paix. Rappelons d’abord les répercussions internationales du génocide rwandais, à l’ONU en particulier, pour mieux comprendre ensuite ce nouveau rôle, avec ses ambiguïtés.

 

Par , Politiste, chargé de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM), Université Bordeaux Montaigne, Sciences Po Bordeaux dans The Conversation 

Sur la scène politique internationale, le génocide rwandais fut une source d’apprentissage. À Paris, d’abord : un sujet africain passé quasiment inaperçu (une rébellion armée partie en octobre 1990 à la conquête du pouvoir à Kigali), relevant du « domaine réservé » du président français et de ses conseillers, pouvait se conclure par une mise en cause de « responsabilités accablantes » de la France. Le Rwanda est alors devenu un objet d’attention devant une nouvelle audience mondialisée, à la fois diplomatique, médiatique, juridictionnelle et militante, ce qui a contribué, un temps, à ébranler la politique de clientèle postcoloniale pilotée depuis l’Élysée, bien au-delà des faibles intérêts bilatéraux liant le Rwanda à la France.

À l’ONU également, l’onde de choc dépasse la région africaine des Grands Lacs. Car les Casques bleus étaient présents à Kigali durant le génocide, forcés à l’inaction. Comment imaginer un tel fiasco de la « communauté internationale », alors au faîte de sa gloire au sortir de la guerre froide ?

Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU de 1997 à 2004, doit trouver une réponse. Il était aux premières loges de ce funeste printemps rwandais, lui qui dirigeait alors le maintien de la paix à l’ONU. Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi y contribuera, par son rapport publié par l’ONU en 2000. De même que Samantha Power, l’actuelle cheffe de l’USAID, l’agence américaine en charge de l’aide internationale, qui éclaira les dilemmes dans lesquels l’administration Clinton et le secrétariat général des Nations unies étaient alors empêtrés.

Un refrain s’impose alors dans les cercles des praticiens de la paix et la sécurité : « African Solutions to African Problems ». Les partenaires des organisations régionales du continent veulent voir celles-ci prendre en charge leurs défis sécuritaires. Les chefs d’État africains acceptent une posture plus volontariste face aux conflits armés et aux violences de masse contre les civils. Adopté en 2000, l’Acte constitutif de la nouvelle Union africaine (UA), qui naît en juillet 2002 sur les cendres de l’Organisation de l’Unité africaine, prévoit dans son article 4 la compétence de l’UA face aux crimes contre l’humanité et de génocide.

Autre marqueur de leur volontarisme, les États africains deviennent au même moment des contributeurs de troupes incontournables pour les opérations de paix sur le continent, à l’ONU et à l’UA. Le président rwandais, Paul Kagamé, ancien rebelle qui a conquis le pouvoir en juillet 1994, mettant fin au génocide, fait partie de ces « bons élèves ». En 2007, il a su saisir la portée symbolique d’un engagement des troupes rwandaises dans l’opération de paix déployée conjointement par l’Union africaine et l’ONU au Darfour en vue de faire cesser des violences de masse constituant un possible génocide. Le paradoxe fut de voir des accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité émises par la suite à l’encontre des généraux rwandais nommés à la tête de cette mission, tel Patrick Nyamvumba, pour son rôle durant la guerre au Zaïre/République démocratique du Congo (RDC) en 1996-1997. Paul Kagamé a alors su faire un bon usage de son nouveau rôle de premier plan à l’ONU, en menaçant de retirer ses troupes si l’ONU venait à poursuivre ses investigations et ses accusations publiques contre le Rwanda, notamment sur son rôle dans la déstabilisation de l’Est de la RDC.

De même, la Cour pénale internationale (CPI) créée à La Haye pour punir les responsables des principaux crimes internationaux suscite une relative adhésion : 19 États africains (mais pas le Rwanda) sont signataires du statut de Rome au moment où naît la nouvelle Cour en juillet 2002 (sur un total de 76 États parties dans le monde à cette date). Et lorsque l’administration de George W. Bush tente de faire barrage à la CPI au Conseil de sécurité, les États africains suivent les positions européennes pour défendre l’institution pénale.

Le climat change néanmoins au tournant des années 2010. Le conflit au Darfour, dès 2003, joue ici un rôle pivot. En 2004, des accusations de génocide se multiplient aux États-Unis et à l’ONU à l’encontre du régime militaire soudanais de Khartoum, en lutte contre les rebelles darfouriens. En 2005, et pour la première fois, le Conseil de sécurité saisit la CPI. Bien que réticente, l’Union africaine se résigne en 2006 à déployer une force de paix conjointe avec l’ONU. À cette date, l’ONU entend assumer une nouvelle « Responsabilité de Protéger ». La CPI émet en 2009 un mandat d’arrêt contre le président soudanais en exercice, Omar el Béchir. Sur place, au Soudan, on entend dire que les agents de la mission internationale de paix fourniraient des informations à la Cour.

Cette inculpation aura progressivement un effet délétère sur le soutien des État africains à la Cour. D’autres poursuites, au Kenya notamment, creusent davantage le fossé. En juin 2015, la CPI et des organisations occidentales accuseront le président sud-africain Jacob Zuma de ne pas avoir fait arrêter Omar el Béchir lors de sa participation au 25e sommet de l’UA organisé par l’Afrique du Sud. En réaction, Zuma tente en 2016 de quitter officiellement la CPI. Les institutions parlementaires et judiciaires du pays l’en empêchent finalement. Mais d’autres pays suivent. Le Burundi devient en 2017 le premier État à quitter effectivement le statut de Rome, au moment où la CPI s’intéresse aux allégations de crimes contre l’humanité à l’encontre d’opposants au régime de Pierre Nkurunziza.

La Cour est accusée de ne cibler que des dirigeants africains pour mettre en scène une justice incapable de juger des dirigeants autrement plus puissants. Le fait que la Procureure d’alors, Fatou Bensouda, soit de nationalité gambienne n’y change rien. Fatou Bensouda plaidera également pour des poursuites contre les auteurs de crimes de guerre en Afghanistan, en incluant dans son périmètre les troupes américaines, ce qui lui vaudra en 2020 de faire l’objet de sanctions décidées par l’administration Trump, abandonnées ensuite par Joe Biden.

Cette période correspond à une nouvelle posture revendicative, au Conseil de sécurité de l’ONU, de la Russie et la Chine qui accentuent alors leur présence sur le continent africain. Un regard chiffré sur l’utilisation des veto par ces deux membres permanents en témoigne.

Depuis 2007, la Russie a usé 32 fois de son droit de veto (1,8 par an en moyenne), contre seulement trois fois de 1985 à 2006 (0,1 par an), et 88 fois de 1945 à 1984 (2,2 par an). Par comparaison, dans cette période 2007-2024, les États-Unis en ont usé sept fois (0,4 par an, dont trois depuis octobre 2023 à propos du conflit israélo-palestinien), contre 39 fois de 1985 à 2006 (1,8 par an), et 48 fois de 1945 à 1984 (1,2 par an). Quant à la Chine, elle qui avait opposé son veto seulement deux fois entre 1985 et 2006 (0,1 par an), et une seule avant 1985, comptabilise seize veto depuis 2007 (0,9 par an). Et l’élément le plus marquant est le suivant : ces seize veto chinois ont toujours été combinés à des veto russes. S’ils ne portaient que rarement sur les opérations de paix en Afrique, ces veto ont convaincu le reste du monde que les membres occidentaux du Conseil ne disposaient plus des mêmes marges d’action pour imposer les mesures interventionnistes de leur choix au Conseil de sécurité.

Bien des dirigeants africains adhèrent à l’objectif d’un rééquilibrage mondial de la puissance. Il y a cependant une dimension supplémentaire dans leurs réactions : une quête résolue de reconnaissance internationale, une révolte constante face aux stigmates du passé, qui se traduit par une hypersensibilité aux situations de ségrégation et d’apartheid pétries de racisme (racisme dont les Occidentaux n’ont certes pas le monopole). À cet égard, la plainte déposée en décembre 2023 par le gouvernement sud-africain devant la Cour internationale de justice à l’encontre du gouvernement israélien sur le chef d’accusation de génocide contre les Palestiniens de la bande de Gaza projette sur la scène mondiale un rôle d’avant-garde dans la condamnation de l’occupation et de la colonisation. Déjà, à la conférence internationale contre le racisme, organisée à Durban en 2001, Pretoria avait mené la bataille pour la reconnaissance des crimes contre l’humanité du passé (esclavage et colonisation) et leur réparation. Dans l’échelle de l’intolérable, l’urgence humanitaire n’est pas toujours lue de la même façon.

Rappelons que l’histoire des génocides est également une histoire africaine. Le premier génocide du XXe siècle prend place dans la colonie allemande du Sud-Ouest africain conquise par les troupes impériales de Guillaume II (avec, comme premier gouverneur colonial civil, un certain Heinrich Göring, père de Hermann, le Reichsmarschall et criminel de guerre nazi). Dirigés par Lothar von Trotha, les colonisateurs recourent aux camps de concentration visant à l’extermination des populations Herero et Nama, dont les chefs militaires leur opposent une résistance féroce. Depuis maintenant plusieurs années, les autorités de la Namibie demandent à ce titre réparation au gouvernement allemand.

Entre 2020 et 2022, un nouveau conflit armé sévit au nord de l’Éthiopie, dans un Tigré coupé du monde par les autorités du pays. Les bilans sont effrayants : missionné par l’UA, l’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, évoque entre 300 à 600 000 décès dus à la guerre.

Aux États-Unis, des manifestations dénoncent un génocide en cours. Des organisations de droits de l’homme alertent. Des sanctions bilatérales sont prises. Mais les trois gouvernements africains siégeant au Conseil de sécurité de l’ONU (qu’on appelle le « A3 ») s’opposent à toute délibération du Conseil, au motif qu’il appartiendrait aux Africains de répondre à la crise, hors de toute ingérence étrangère. Des voix dénonceront pourtant l’inaction de l’UA, voire sa complicité à l’égard du gouvernement fédéral éthiopien, et trouveront ici une explication aux réticences du « A3 ». Les vieux réflexes de retrait et d’attentisme jadis visibles à l’OUA n’ont donc pas totalement disparu.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU est tout de même saisi, et crée fin 2021 une Commission internationale d’experts pour enquêter sur ces violations massives du droit humanitaire par toutes les parties au conflit. Fatou Bensouda en fera partie, pour un temps. Ces experts voient néanmoins leurs efforts interrompus en novembre 2023, un an après l’accord de paix signé par les belligérants à Pretoria, et ce au nom de la nécessaire protection de ce fragile processus de paix. Les indices collectés confirmaient pourtant l’existence de crimes internationaux commis à grande échelle…

Politique-Durcir le ton face à Poutine

Politique-

Politique-Durcir le ton face à Poutine

Le Premier ministre, interrogé par BFMTV sur le durcissement de Paris vis-à-vis de la Russie ces dernières semaines, a été clair: « Face à un pays qui durcit lui-même son agression en direction d’un pays souverain qui est l’Ukraine, qui laisse faire les exactions dont je parlais en Arménie et qui par ailleurs durcit aussi ses positions vis-à-vis de la France et d’autres pays européens, oui, je pense qu’il faut assumer. »
Le premier ministre inscrire ainsi ses propos dans la même ligne que le président qui est intervenu récemment à la télé. Dès le début de sa prise de parole, Emmanuel Macron avait déclaré  un ton solennel. «La Russie a lancé une guerre complète, . Nous avons un objectif : la Russie ne peut pas et ne doit pas gagner cette guerre.» Rappelant avoir aidé l’Ukraine depuis plus de deux ans, le chef de l’État a affirmé que «si les choses devaient dégénérer, ce ne serait que de la responsabilité de la Russie.» Face à un Vladimir Poutine qui a «franchi toutes les limites», «si nous lui disions naïvement que nous n’irions pas plus loin que ceci ou cela, à ce moment, nous ne déciderions pas la paix, on déciderait déjà la défaite.» Selon Emmanuel Macron, est menée «une guerre existentielle» à la fois à «la France» et «l’Europe.».
Le président avait déclaré  que « rien ne doit être exclu » concernant l’envoi de soldats occidentaux en Ukraine.

La déclaration a plusieurs fois été assumée par le président de la République, précisant que la France ne mènerait « jamais » d’offensive et que la question ne se posait pas actuellement.

Durcir le ton face à Poutine

Durcir le ton face à Poutine

Le Premier ministre, interrogé par BFMTV sur le durcissement de Paris vis-à-vis de la Russie ces dernières semaines, a été clair: « Face à un pays qui durcit lui-même son agression en direction d’un pays souverain qui est l’Ukraine, qui laisse faire les exactions dont je parlais en Arménie et qui par ailleurs durcit aussi ses positions vis-à-vis de la France et d’autres pays européens, oui, je pense qu’il faut assumer. »
Le premier ministre inscrire ainsi ses propos dans la même ligne que le président qui est intervenu récemment à la télé. Dès le début de sa prise de parole, Emmanuel Macron avait déclaré  un ton solennel. «La Russie a lancé une guerre complète, . Nous avons un objectif : la Russie ne peut pas et ne doit pas gagner cette guerre.» Rappelant avoir aidé l’Ukraine depuis plus de deux ans, le chef de l’État a affirmé que «si les choses devaient dégénérer, ce ne serait que de la responsabilité de la Russie.» Face à un Vladimir Poutine qui a «franchi toutes les limites», «si nous lui disions naïvement que nous n’irions pas plus loin que ceci ou cela, à ce moment, nous ne déciderions pas la paix, on déciderait déjà la défaite.» Selon Emmanuel Macron, est menée «une guerre existentielle» à la fois à «la France» et «l’Europe.».
Le président avait déclaré  que « rien ne doit être exclu » concernant l’envoi de soldats occidentaux en Ukraine.

La déclaration a plusieurs fois été assumée par le président de la République, précisant que la France ne mènerait « jamais » d’offensive et que la question ne se posait pas actuellement.

Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Navalny: Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

Navalny:  Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Société-Funérailles de Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Société-Funérailles de Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Funérailles de Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Funérailles de Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Menaces pour les grandes villes face au changement climatique

Menaces pour les grandes villes face au changement climatique

La COP 28 a montré que le monde ne prend pas toute la mesure de l’impact futur du changement climatique, notamment sur les villes. À noter par exemple que les différences de température peuvent varier jusqu’à 5° entre la ville ( (Effet radiateur) et son environnement rural immédiat.Rien d’étonnant à cela puisque sur des hectares et des hectares le sol est recouvert de béton et de bitume  qui amplifient le changement climatique.

Par Yves Bamberger, Christian Deutsch, Laurent Gouzenes, Pierre Haren, Laurent Philonenko dans » La Tribune »(*)

Les villes concentrent progressivement une majorité croissante de la population mondiale, tandis que leur complexité et leur dépendance vis-à-vis de leur environnement les rendent plus particulièrement sensibles aux perturbations engendrées par le changement climatique. Notamment, la résilience face aux événements extrêmes exige une planification à plusieurs dizaines d’années de solutions d’ensemble.

L’impact sur les villes encore plus puissant que sur les campagnes

Quelle que soit la hausse des températures moyennes en 2100, elle engendrera la fonte des glaciers, une hausse du niveau de la mer et des perturbations climatiques nouvelles. Bien pire, la violence des phénomènes extrêmes, comme les très fortes canicules, les sécheresses sévères, les rivières atmosphériques et les inondations, est déjà observable et leur fréquence augmente.

Ces phénomènes impactent directement les écosystèmes naturels et les campagnes agricoles. Mais les villes qui concentrent 80% de la population des pays développés et largement plus de 50% dans les autres pays seront les plus touchées, directement et indirectement.

Quelques exemples
La ville de New York nous donne un exemple du danger. New York a subi en octobre 2012 une tempête extrême (Sandy), causant la mort de 43 personnes, et plus de 19 milliards de dollars de dégâts en seulement 3 jours. La hausse du niveau de la mer (4 m) fut bien au-delà des quelques centimètres attendus pour 2100, et la montée des eaux qui a suivi a inondé les réseaux souterrains (métro, électricité, etc.) et rendus inopérants les égouts et trop-pleins. Neuf ans plus tard, en 2021, les précipitations de l’ouragan Ida y firent 44 morts en paralysant la ville (transports, électricité, eaux, etc.). Un plan de protection de la ville de plus de 50 milliards de $ est toujours en cours de discussion.

Récemment, Acapulco a été quasi détruite en trois heures par l’ouragan Otis et ses vents atteignant 315km/h. Sa reconstruction prendra des années et coûtera plus de 16 milliards de dollars.

En Inde, la perturbation du régime des moussons engendre des séries de vagues de chaleur qui perturbent d’une part les récoltes, mais aussi rend les villes invivables (17.000 morts en 2023) par le niveau très élevé des températures de jour et de nuit. La climatisation ne fait que renforcer la pollution et le manque d’eau, du fait de la génération d’électricité par des centrales au charbon.

Bien d’autres villes comme Jakarta, Lagos, New Orleans, Haïti, Lagos, Oulan-Bator, Marrakech, sont toutes à des degrés divers impactées par la conjonction de phénomènes naturels et humains et voient dès aujourd’hui leur existence même fragilisée.

La France n’est pas épargnée. En 2023, les records de chaleur ont été battus partout, notamment à Carcassonne où la température a atteint 43°C à l’ombre. Les plans ‘canicule’ ont permis de sauver de nombreuses vies, alors qu’en 2003 plus de 15.000 décès ont été imputés aux chaleurs excessives. A l’opposé, des inondations répétées dans le Nord de la France ont récemment conduit les habitants de certaines agglomérations à les déserter.

Les villes : des systèmes hyperorganisés, mais vulnérables

La ville est l’innovation sociale la plus marquante du XXe siècle : le nombre de citadins est passé de moins de 1 milliard en 1950 à plus de 4 milliards aujourd’hui, et devrait atteindre 80% de la population en 2100. L’expansion des villes tient à leur capacité de créer une richesse toujours plus importante, en démultipliant l’efficacité des individus et de leurs échanges, mais aussi au mode de vie qu’elles soutiennent.

Leur fonctionnement repose sur plusieurs piliers vitaux :

L’interaction avec le territoire élargi, pour les échanges de nourriture et d’eau et l’évacuation des déchets non transformables localement
La disponibilité de l’énergie et, de plus en plus, de l’électricité, produite pour l’essentiel en dehors
Les transports des biens et des personnes
La sécurité, qui garantit la confiance et le commerce paisible des habitants
L’activité commerciale et industrielle
La ville est ainsi un système dynamique à la recherche permanente d’équilibre entre les innombrables flux de personnes, de matières et d’informations, afin d’assurer en permanence l’approvisionnement et le bien-être des habitants.

Les logiques d’optimisation budgétaire conduisent à la mutualisation des ressources au détriment de l’autonomie et de la résilience, par exemple pour les réseaux de télécommunications et réseaux électriques.

Nous tenons tous pour acquis l’ensemble des conditions et systèmes qui permettent la vie urbaine alors que son fonctionnement est un exploit quotidien des organisations privées et publiques.

Malgré leur succès, les villes n’ont jamais été aussi fragiles et dépendantes de conditions qui doivent persister pour que la conjoncture leur reste favorable. La montée des contraintes globales évoquées plus haut induit des déséquilibres qui se renforcent mutuellement et en cascade.

Par exemple un déséquilibre, même limité de quelques heures, sur l’un des systèmes, peut avoir des conséquences sur un ou plusieurs autres et créer une boucle d’amplification très sensible à la durée de la perturbation: une panne ou une grève des transports publics de métro a un effet direct immédiat sur le trafic automobile; une pluie majeure impacte le système d’égouts et de retraitement, qui se propage en amont (débordements) et en aval (pollution) ; une coupure d’électricité engendre perte de communications, pannes d’ascenseurs, de réfrigérateurs, etc.

Le retour à l’équilibre initial peut s’avérer laborieux en raison de la complexité des interactions, des conséquences imprévues, et de la disparité des systèmes de pilotage. Quand le retour à la normale est impossible, il s’agit alors de s’adapter, de parvenir à des équilibres nouveaux, acceptables en termes de qualité de vie, d’économie et de durabilité.

Or les évènements extrêmes dus au changement climatique et au dépassement probable des points de bascule créent un risque croissant d’instabilité voire d’effondrement des systèmes vitaux assurant le fonctionnement des villes.

Un défi immense
La probabilité croissante de ces évènements et surtout leurs possibles cascades d’interactions doivent nous interpeller : le défi de la résilience des villes doit être relevé dans sa globalité systémique.

La mise en place des solutions d’adaptation nécessaires va certainement demander de mobiliser de très importants moyens humains, technologiques et financiers. Il faudra gérer plusieurs échelles, spatiales, temporelles, organisationnelles et financières simultanément. En outre, il faudra coordonner les efforts publics et privés, et surmonter les silos décisionnels et les cycles électifs habituels pour construire des politiques stables.

Le défi est immense, d’autant plus que l’échelle de temps se raccourcit. Le long terme n’est plus 2050, mais 2035.

_____

(*) Signataires :
Pierre Haren, PDG de Causality Link et membre de l’Académie des Technologies.
Laurent Gouzenes, Docteur Ingénieur, expert en Gestion des Connaissances.
Laurent Philonenko, PDG Servion Global Solutions, et Conseiller du Commerce extérieur de la France.
Yves Bamberger, Vice-Président et membre fondateur de l’Académie des Technologies.
Christian Deutsch, Président de l’association Citoyennes, Citoyens Paris14.

Danger plus important pour les villes face au changement climatique

Danger plus important pour les villes face au changement climatique

La COP 28 a montré que le monde ne prend pas toute la mesure de l’impact futur du changement climatique, notamment sur les villes. À noter par exemple que les différences de température peuvent varier jusqu’à 5° entre la ville ( (Effet radiateur) et son environnement rural immédiat.

Par Yves Bamberger, Christian Deutsch, Laurent Gouzenes, Pierre Haren, Laurent Philonenko dans » La Tribune »(*)

Les villes concentrent progressivement une majorité croissante de la population mondiale, tandis que leur complexité et leur dépendance vis-à-vis de leur environnement les rendent plus particulièrement sensibles aux perturbations engendrées par le changement climatique. Notamment, la résilience face aux événements extrêmes exige une planification à plusieurs dizaines d’années de solutions d’ensemble.

L’impact sur les villes encore plus puissant que sur les campagnes

Quelle que soit la hausse des températures moyennes en 2100, elle engendrera la fonte des glaciers, une hausse du niveau de la mer et des perturbations climatiques nouvelles. Bien pire, la violence des phénomènes extrêmes, comme les très fortes canicules, les sécheresses sévères, les rivières atmosphériques et les inondations, est déjà observable et leur fréquence augmente.

Ces phénomènes impactent directement les écosystèmes naturels et les campagnes agricoles. Mais les villes qui concentrent 80% de la population des pays développés et largement plus de 50% dans les autres pays seront les plus touchées, directement et indirectement.

Quelques exemples
La ville de New York nous donne un exemple du danger. New York a subi en octobre 2012 une tempête extrême (Sandy), causant la mort de 43 personnes, et plus de 19 milliards de dollars de dégâts en seulement 3 jours. La hausse du niveau de la mer (4 m) fut bien au-delà des quelques centimètres attendus pour 2100, et la montée des eaux qui a suivi a inondé les réseaux souterrains (métro, électricité, etc.) et rendus inopérants les égouts et trop-pleins. Neuf ans plus tard, en 2021, les précipitations de l’ouragan Ida y firent 44 morts en paralysant la ville (transports, électricité, eaux, etc.). Un plan de protection de la ville de plus de 50 milliards de $ est toujours en cours de discussion.

Récemment, Acapulco a été quasi détruite en trois heures par l’ouragan Otis et ses vents atteignant 315km/h. Sa reconstruction prendra des années et coûtera plus de 16 milliards de dollars.

En Inde, la perturbation du régime des moussons engendre des séries de vagues de chaleur qui perturbent d’une part les récoltes, mais aussi rend les villes invivables (17.000 morts en 2023) par le niveau très élevé des températures de jour et de nuit. La climatisation ne fait que renforcer la pollution et le manque d’eau, du fait de la génération d’électricité par des centrales au charbon.

Bien d’autres villes comme Jakarta, Lagos, New Orleans, Haïti, Lagos, Oulan-Bator, Marrakech, sont toutes à des degrés divers impactées par la conjonction de phénomènes naturels et humains et voient dès aujourd’hui leur existence même fragilisée.

La France n’est pas épargnée. En 2023, les records de chaleur ont été battus partout, notamment à Carcassonne où la température a atteint 43°C à l’ombre. Les plans ‘canicule’ ont permis de sauver de nombreuses vies, alors qu’en 2003 plus de 15.000 décès ont été imputés aux chaleurs excessives. A l’opposé, des inondations répétées dans le Nord de la France ont récemment conduit les habitants de certaines agglomérations à les déserter.

Les villes : des systèmes hyperorganisés, mais vulnérables

La ville est l’innovation sociale la plus marquante du XXe siècle : le nombre de citadins est passé de moins de 1 milliard en 1950 à plus de 4 milliards aujourd’hui, et devrait atteindre 80% de la population en 2100. L’expansion des villes tient à leur capacité de créer une richesse toujours plus importante, en démultipliant l’efficacité des individus et de leurs échanges, mais aussi au mode de vie qu’elles soutiennent.

Leur fonctionnement repose sur plusieurs piliers vitaux :

L’interaction avec le territoire élargi, pour les échanges de nourriture et d’eau et l’évacuation des déchets non transformables localement
La disponibilité de l’énergie et, de plus en plus, de l’électricité, produite pour l’essentiel en dehors
Les transports des biens et des personnes
La sécurité, qui garantit la confiance et le commerce paisible des habitants
L’activité commerciale et industrielle
La ville est ainsi un système dynamique à la recherche permanente d’équilibre entre les innombrables flux de personnes, de matières et d’informations, afin d’assurer en permanence l’approvisionnement et le bien-être des habitants.

Les logiques d’optimisation budgétaire conduisent à la mutualisation des ressources au détriment de l’autonomie et de la résilience, par exemple pour les réseaux de télécommunications et réseaux électriques.

Nous tenons tous pour acquis l’ensemble des conditions et systèmes qui permettent la vie urbaine alors que son fonctionnement est un exploit quotidien des organisations privées et publiques.

Malgré leur succès, les villes n’ont jamais été aussi fragiles et dépendantes de conditions qui doivent persister pour que la conjoncture leur reste favorable. La montée des contraintes globales évoquées plus haut induit des déséquilibres qui se renforcent mutuellement et en cascade.

Par exemple un déséquilibre, même limité de quelques heures, sur l’un des systèmes, peut avoir des conséquences sur un ou plusieurs autres et créer une boucle d’amplification très sensible à la durée de la perturbation: une panne ou une grève des transports publics de métro a un effet direct immédiat sur le trafic automobile; une pluie majeure impacte le système d’égouts et de retraitement, qui se propage en amont (débordements) et en aval (pollution) ; une coupure d’électricité engendre perte de communications, pannes d’ascenseurs, de réfrigérateurs, etc.

Le retour à l’équilibre initial peut s’avérer laborieux en raison de la complexité des interactions, des conséquences imprévues, et de la disparité des systèmes de pilotage. Quand le retour à la normale est impossible, il s’agit alors de s’adapter, de parvenir à des équilibres nouveaux, acceptables en termes de qualité de vie, d’économie et de durabilité.

Or les évènements extrêmes dus au changement climatique et au dépassement probable des points de bascule créent un risque croissant d’instabilité voire d’effondrement des systèmes vitaux assurant le fonctionnement des villes.

Un défi immense
La probabilité croissante de ces évènements et surtout leurs possibles cascades d’interactions doivent nous interpeller : le défi de la résilience des villes doit être relevé dans sa globalité systémique.

La mise en place des solutions d’adaptation nécessaires va certainement demander de mobiliser de très importants moyens humains, technologiques et financiers. Il faudra gérer plusieurs échelles, spatiales, temporelles, organisationnelles et financières simultanément. En outre, il faudra coordonner les efforts publics et privés, et surmonter les silos décisionnels et les cycles électifs habituels pour construire des politiques stables.

Le défi est immense, d’autant plus que l’échelle de temps se raccourcit. Le long terme n’est plus 2050, mais 2035.

_____

(*) Signataires :
Pierre Haren, PDG de Causality Link et membre de l’Académie des Technologies.
Laurent Gouzenes, Docteur Ingénieur, expert en Gestion des Connaissances.
Laurent Philonenko, PDG Servion Global Solutions, et Conseiller du Commerce extérieur de la France.
Yves Bamberger, Vice-Président et membre fondateur de l’Académie des Technologies.
Christian Deutsch, Président de l’association Citoyennes, Citoyens Paris14.

12345...17



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol