Archive pour le Tag 'pouvoir'

Hausse du pouvoir d’achat ?

Hausse du  pouvoir d’achat ?

 

Le pouvoir d’achat n’aurait jamais autant augmenté depuis 2007, les salaires progressant même de 2.6% en 2018. IL faut évidemment tenir compte de l’inflation (prévue à 1.9%) ; en outre le pouvoir d’achat d’achat progresse moins. Pour relativiser encore, il y aurait une augmentation qui tourne autour de 1% en termes réels. Effectivement le taux d’épargne progresse aussi à un peu plus de 15%. L’amélioration devrait se poursuivre en 2020 mais là rien n’est sûr surtout concernant la croissance. Les économistes de l’OFCE se sont penchés sur les mesures fiscales afin de chiffrer l’évolution du pouvoir d’achat moyen des ménages.

A noter toutefois l’accroissement des inégalités.

 Le détail de l’analyse de l’OFCE :

 

■ En 2019, un rééquilibrage rapide et massif en faveur des ménages moins aisés sera opéré, sous

L’effet notamment des mesures pour répondre à la crise des « gilets jaunes ».

■ Du côté des entreprises, l’année 2019 sera marquée par la transformation du CICE en baisse de

Cotisations sociales. Cette transformation occasionnera en 2019 un surcoût ponctuel pour les

Finances publiques de l’ordre de 20 milliards d’euros. A contrario, de nouvelles mesures sont apparues, comme la hausse du dernier acompte d’IS pour les grandes entreprises et la taxe GAFA

Nationale.

■ Afin de financer, partiellement, la baisse des prélèvements obligatoires, un effort significatif

d’économies structurelles sur la dépense publique sera maintenu en 2019. Cet effort ciblera en

priorité la masse salariale non marchande (incluant les contrats aidés) et la politique du logement.

À cela s’ajoute la non indexation sur l’inflation des pensions de retraite et de la plupart des prestations sociales. En revanche, le budget alloué à la prime d’activité devrait fortement augmenter.

■ Dans ce contexte, la baisse du déficit ininterrompue depuis 2010 marquera une pause, il devrait

repasser au-dessus du seuil des 3 %. Malgré tout, la dette publique au sens de Maastricht resterait

quasiment stable, en points de PIB.

■ En 2019, la politique budgétaire nationale aurait un impact élevé sur la croissance du PIB, de

0,5 point, grâce en particulier aux mesures issues de la crise des « gilets jaunes » qui à elles seules

améliorent le taux de croissance du PIB de 0,3 point en 2019.

■ Les mesures budgétaires soutiendraient le pouvoir d’achat des ménages à hauteur de

11,7 milliards d’euros en 2019. Plus de 88 % du montant global, soit 10,3 milliards, provient des

décisions prises en décembre.

■ Selon nos calculs, ces mesures représentent un gain moyen de 440 euros par ménage. Les

ménages du milieu de la distribution seront particulièrement ciblés. Ils bénéficieront de la baisse

de la taxe d’habitation, des cotisations salariées, de la défiscalisation des heures supplémentaires

et de la baisse de CSG pour certains retraités. Une partie des ménages modestes verront en

moyenne leur niveau de vie soutenu par la forte revalorisation de la prime d’activité, la mise en

place du zéro reste à charge et l’augmentation du chèque énergie. Les ménages parmi les 5 % les

plus aisés, grands gagnants de la réforme de la fiscalité du capital de 2018, verront également leur

revenu soutenu par certaines mesures socio-fiscales de 2019. Au final, trois ménages sur quatre

bénéficieraient d’un gain de pouvoir d’achat.

■ Près d’un quart des ménages subirait tout de même un impact négatif sur leur revenu disponible

en lien avec les nouvelles mesures. C’est le cas notamment des inactifs. Près de la moitié des

retraités serait perdante avec l’entrée en vigueur des nouvelles mesures en 2019.

■ Si le budget 2019 opère un rééquilibrage certain, l’effet cumulé des mesures socio-fiscales de

l’année passée et de l’année en cours reste marqué par la réforme de la fiscalité du patrimoine. Fin

2019, les 5 % des ménages les plus aisés enregistreront encore en moyenne un gain de pouvoir

d’achat supérieur en euros à celui du milieu de la distribution des revenus.

Chirac : comme beaucoup de président, la conquête du pouvoir comme seul programme

 Chirac : comme beaucoup de président,  la conquête du pouvoir comme seul programme

 

Chirac, incarne sans doute le mieux ces présidents qui n’ont pour programme que la conquête pouvoir. Cela a la différence par exemple de De Gaulle ou de Pompidou. La plupart des autres était surtout animés idéologiquement par la seule volonté de conquête pouvoir suprême. D’un point de vue idéologique, Chirac n’avait guère de colonne vertébrale, il évoluait entre des conceptions libérales et d’autres étatistes au gré des événements et des modes. On objectera que Mitterrand, Sarkozy ou Hollande n’ont guère fait mieux. Tous ont été des bêtes de concours mais uniquement programmé pour gagner des élections, pas pour gérer un pays. Même Macron qui promettait des changements fondamentaux s’exerce désormais au sulfureux slalom politique avec les mêmes contradictions entre l’ultralibéralisme et l’étatisme excessif. Le problème provient sans doute du fait que ce qu’on dit en campagne électorale n’a strictement rien à voir avec ce qu’on peut et ce qu’on doit faire en situation de gestion. Dans l’opposition, il s’agit de rassembler tous les mécontentements en promettant tout et le contraire. Évidemment en situation de gestion, il s’agit d’opérer des choix et de les resituer dans une perspective d’avenir cohérent. Où allaient  Mitterrand, Hollande ou Chirac ? Ils n’en savaient t sans doute rien eux-mêmes surtout préoccupés de plaire en tout cas de ne pas déplaire en vue des perspectives électorales anxiogènes. On retiendra sans doute de Chirac qu’il  était peut-être plus sympathique que d’autres mais son bilan est assez contradictoire et même assez insignifiant. Comme Sarkozy ou Macron maintenant, il se sera pourtant beaucoup agité en substituant l’activisme à une politique cohérente et efficace. Un seul critère par exemple : celui de l’emploi ou tous ont échoué en dépit des promesses. Là encore on objectera que la situation internationale a pu peser sur la conjoncture française. La crise de 2007 sans doute mais ni avant, ni après, on a assisté en France à une réelle inversion des courbes du chômage à la différence d’autres pays. Ajoutons à cela la dérive permanente des grands équilibres qui témoignent quand même d’une certaine incompétence de gestion. Macron de ce point de vue n’échappe pas à la règle. Certes, il a des idées  et même des idées sur tout. Comme Chirac, il parle, il parle mais agit souvent à contresens et ce qui le caractérise, c’est l’énorme décalage entre des discours flamboyants  et la faiblesse de sa pratique. En cause peut-être le mécanisme même de notre système démocratique qui conduit les prétendants au pouvoir à centrer toute leur énergie  sur les seuls échéances électorales. Et cela s’est amplifié avec le quinquennat

 

Steve Maïa Caniço (Nantes) : la mortelle bavure du pouvoir

Steve Maïa Caniço (Nantes) : la mortelle bavure du pouvoir

Évidemment le système va se laver de toutes responsabilités dans la mort de Stève en désignant une victime expiatoire à savoir le commissaire en charge de l’opération de police lors de la dramatique fête de la musique à Nantes. Ce commissaire n’est peut-être pas sans responsabilité mais les premiers coupables sont ceux  qui ont défini le contenu et les modalités des opérations de police, c’est-à-dire notamment Christophe Castaner, ministre de l’intérieur – finalement Castaner a utilisé les modalités d’intervention qui ont matraqué de la même manière les gilets jaunes. On reconnaîtra évidemment que certains gilets jaunes étaient des provocateurs voire des casseurs. Cela ne justifiait cependant pas cette recherche permanente du contact qui n’a fait qu’amplifier les affrontements avec les dégâts matériels que l’on sait.

D’une certaine manière, c’est même un miracle qu’il n’y ait pas eu un mort. On compte cependant de nombreux blessés graves. Lors de la fête de la musique à Nantes il n’y avait ni casseurs, ni blacks blocs. Certes cette fête provoquait  sans doute des nuisances sonores mais qui ne justifiait  pas une répression qui a conduit à la mort d’un jeune homme.

Dans cette affaire,  le préfet s’est aussi conduit de manière lamentable en disculpant la police et même en confiant la première enquête à l’épouse du commissaire en cause. Les autres enquêtes ont bien mis en évidence la responsabilité de la police dans cette affaire. Mais faire porter le chapeau au seul commissaire constitue une sorte de déni de justice. Christophe Castaner a annoncé vendredi la mutation du commissaire divisionnaire chargé de l’opération de police controversée qui a coïncidé avec la disparition, à Nantes, de Steve Maïa Caniço la nuit de la Fête de la musique, fin juin.

Le ministre de l’Intérieur a pris cette mesure sur la foi du rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA), que le gouvernement a commandé pour éclaircir les conditions dans lesquelles a disparu cet animateur scolaire de 24 ans.

Le corps du jeune homme a été repêché dans la Loire le 29 juillet, après des semaines de recherches et de polémique sur l’attitude des forces de l’ordre dans la nuit du 21 au 22 juin.

L’IGA, qui fonde ses conclusions sur l’audition de personnes présentes ce soir-là, estime que les circonstances de la disparition de Steve, venu participer à un “sound system” sur les rives de la Loire, ne “sont pas établies”.

Pour autant, “la mission observe, en premier lieu, que la situation aurait été totalement différente si le neuvième ‘sound system’ avait coupé le son comme les huit autres”, est-il écrit. “La cause première des violences de la nuit est bien celle-là.”

Au cours des échauffourées qui ont suivi, les policiers ont tiré trente-trois grenades lacrymogènes, dix grenades de désencerclement et douze balles de défense. Les autorités ne sont toutefois pas blanchies par l’IGA, en particulier la mairie de Nantes et la préfecture de Loire-Atlantique, qui auraient dû “davantage prendre en compte la sécurité de l’événement”.

“La vitesse de réaction l’a emporté sur l’analyse, empêchant une manoeuvre plus adaptée”, en a conclu Christophe Castaner lors d’une conférence de presse, place Beauvau.

Le premier responsable en est le commissaire divisionnaire à la tête des forces de l’ordre cette nuit-là, qui “ne pourra plus exercer ses fonctions et sera muté dans l’intérêt du service sur un emploi sans responsabilité de maintien de l’ordre”.

Le ministre de l’Intérieur a d’une certaine façon reconnue sa responsabilité en annonçant un changement de doctrine concernant les opérations de police dans le même genre de conditions, la nuit et “dans les lieux dangereux”.

Une mesure faussée de l’évolution du pouvoir d’achat

Une mesure faussée de l’évolution du pouvoir d’achat

Alors que certaines instituions liées au pouvoir affirme que le pouvoir d’achat augmenterait de 950 euros en moyenne par ménage pour l’ensemble de 2019, se pose évidemment la pertinence de la mesure de l’évolution réelle des pris.  C’est aussi l ‘interrogation  de  l’économiste Philippe Moati dans une tribune au « Monde » qui aussi pose la question de la pertinence de l’indice des prix (extraits)

« Le mouvement des « gilets jaunes » a fait ressurgir la question du décalage entre la mesure de l’évolution du pouvoir d’achat et sa perception par les Français. Elle s’était déjà imposée avec force au milieu des années 2000, amenant le gouvernement à saisir le Conseil d’analyse économique (Mesurer le pouvoir d’achat, Philippe Moati et Robert Rochefort, Rapport du CAE n° 73, La Documentation française, 2008) et à former une commission (la commission Quinet) chargée de proposer de nouveaux indicateurs.

Depuis, l’Insee livre régulièrement une mesure de la dynamique du pouvoir d’achat qui tient compte de la croissance démographique (la croissance du pouvoir d’achat par unité de consommation) et produit des séries sur l’évolution du niveau de vie selon différentes caractéristiques des ménages à partir de données individuelles. L’institut tient également une comptabilité du poids des dépenses « pré-engagées » (loyer, énergie, assurances, etc.).

Même en comblant ainsi une partie du fossé qui sépare l’approche macroéconomique du pouvoir d’achat – celle de la comptabilité nationale – et le point de vue nécessairement microéconomique des ménages, l’écart subsiste. Selon une enquête de l’Obsoco [Observatoire société et consommation] conduite en janvier 2019, à la question « par rapport à il y a cinq ans, comment estimez-vous que votre niveau de vie a évolué », 54 % des Français répondent qu’il a diminué, dont 29 % « beaucoup ».

Ils ne sont que moins de 1 sur 4 à estimer qu’il a progressé. Et pourtant, selon l’Insee, après le violent trou d’air de 2013, le pouvoir d’achat est en croissance continue, même rapporté au nombre d’unités de consommation. En 2018, il a cru de 0,4 %, après 0,7 % en 2017. Sur cinq ans, il a progressé de plus de 3 %.

Les causes de l’écart entre la mesure et le ressenti sont multiples. Il y a bien sûr des facteurs psychologiques et des « biais de perception » qui affectent le ressenti. Mais il y a également un important travers dans la mesure : le calcul de la croissance du pouvoir d’achat ne tient pas compte de l’évolution de norme de consommation et mesure bien mal l’évolution du « coût de la vie ».

Rappelons que la croissance du pouvoir d’achat est mesurée par le rapport entre la croissance nominale du revenu disponible brut des ménages et l’indice des prix à la consommation. La méthodologie de l’indice des prix a été élaborée de manière à apprécier le niveau de l’inflation, c’est-à-dire le rythme d’érosion de la valeur de la monnaie. Il ne constitue donc pas à proprement parler un indice du coût de la vie. »

Calcul du pouvoir d’achat : une mesure faussée de l’évolution du coût de la vie

Calcul du pouvoir d’achat : une mesure faussée de l’évolution du coût de la vie 

C’est ‘interrogation  l’économiste Philippe Moati dans une tribune au « Monde » qui aussi pose la question de la pertinence de l’indice des prix (extraits)

« Le mouvement des « gilets jaunes » a fait ressurgir la question du décalage entre la mesure de l’évolution du pouvoir d’achat et sa perception par les Français. Elle s’était déjà imposée avec force au milieu des années 2000, amenant le gouvernement à saisir le Conseil d’analyse économique (Mesurer le pouvoir d’achat, Philippe Moati et Robert Rochefort, Rapport du CAE n° 73, La Documentation française, 2008) et à former une commission (la commission Quinet) chargée de proposer de nouveaux indicateurs.

Depuis, l’Insee livre régulièrement une mesure de la dynamique du pouvoir d’achat qui tient compte de la croissance démographique (la croissance du pouvoir d’achat par unité de consommation) et produit des séries sur l’évolution du niveau de vie selon différentes caractéristiques des ménages à partir de données individuelles. L’institut tient également une comptabilité du poids des dépenses « pré-engagées » (loyer, énergie, assurances, etc.).

Même en comblant ainsi une partie du fossé qui sépare l’approche macroéconomique du pouvoir d’achat – celle de la comptabilité nationale – et le point de vue nécessairement microéconomique des ménages, l’écart subsiste. Selon une enquête de l’Obsoco [Observatoire société et consommation] conduite en janvier 2019, à la question « par rapport à il y a cinq ans, comment estimez-vous que votre niveau de vie a évolué », 54 % des Français répondent qu’il a diminué, dont 29 % « beaucoup ».

Ils ne sont que moins de 1 sur 4 à estimer qu’il a progressé. Et pourtant, selon l’Insee, après le violent trou d’air de 2013, le pouvoir d’achat est en croissance continue, même rapporté au nombre d’unités de consommation. En 2018, il a cru de 0,4 %, après 0,7 % en 2017. Sur cinq ans, il a progressé de plus de 3 %.

Les causes de l’écart entre la mesure et le ressenti sont multiples. Il y a bien sûr des facteurs psychologiques et des « biais de perception » qui affectent le ressenti. Mais il y a également un important travers dans la mesure : le calcul de la croissance du pouvoir d’achat ne tient pas compte de l’évolution de norme de consommation et mesure bien mal l’évolution du « coût de la vie ».

Rappelons que la croissance du pouvoir d’achat est mesurée par le rapport entre la croissance nominale du revenu disponible brut des ménages et l’indice des prix à la consommation. La méthodologie de l’indice des prix a été élaborée de manière à apprécier le niveau de l’inflation, c’est-à-dire le rythme d’érosion de la valeur de la monnaie. Il ne constitue donc pas à proprement parler un indice du coût de la vie. »

Pouvoir d’achat hausse de 850 euros en 2019 en moyenne

Pouvoir d’achat hausse de 850 euros en 2019 en moyenne

 

Selon l ‘Observatoire français des conjonctures économiques  (OFCE), l’augmentation de pouvoir d’achat moyenne serait de l’ordre de 850 € en 2019. À peu près la moitié de cette somme serait imputable aux décisions prises après le mouvement des gilets jaunes, les autres découlant de mesures précédentes. C’est évidemment une bonne nouvelle, pour preuve le fait que le tout petit regain de croissance en France comparée à celui de la zone euro provient justement de ce soutien à la consommation. De quoi remettre en cause une certaine conception de la rigueur surtout en période de faiblesse de croissance. Ceci étant il convient de relativiser cette augmentation. D’abord parce qu’il faut la mettre en relation avec l’augmentation réelle du coup de la vie. Une augmentation des prix structurellement sous-évalués en raison de la modification de la structure de consommation. Aussi du fait que les ménages modestes utilisent la totalité de leur pouvoir d’achat en consommation et dépenses contraintes. Dépenses contraintes notoirement sous-évaluées. Enfin il s’agit d’une moyenne ce qui signifie que le pouvoir d’achat de certains ménages aura augmenté beaucoup plus que 850 € et qu’à l’inverse d’autres toucheront beaucoup moins. C’est le problème général de la dispersion autour de moyenne. Il s’agirait de la plus forte augmentation du pouvoir d’achat depuis 2007.

SONDAGE. Grand débat : pouvoir d’achat, priorité des Français

SONDAGE. Grand débat : pouvoir d’achat, priorité des Français

 

Un sondage du JDD démontre que la priorité des priorités et comme au début du mouvement des gilets jaunes la question du pouvoir d’achat. S’y ajoute la question conjointe de la justice sociale. Certes depuis le début du grand débat nombre d’autres questions ont été abordées  parfois même discutées avec une certaine pertinence notamment le problème des services publics, de la politique énergétique ou encore du fonctionnement démocratique. Pour autant, c’est surtout le problème des salaires et des pensions qui dominent, c’est-à-dire une juste répartition des richesses et aussi des impôts. Paradoxalement, les instituts d’études sont en train de montrer que le petit regain de croissance de la France par rapport à la moyenne des pays de la zone euro serait lié aux fameux 10 milliards accordés dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Une évidence pourtant car avec un très net affaiblissement des échanges internationaux,  les croissances des pays sont surtout dépendantes du soutien de la consommation interne. Mais pour des questions idéologiques,  pouvoir et les lobbys financiers s’opposent à cette augmentation du revenu. Sans doute n’est-il pas possible d’augmenter la totalité des salaires et pensions de manière significative mais un rattrapage des petits revenus et des revenus moyens est indispensable pour des questions d’équité mais aussi d’efficacité économique. Avec la crise immobilière qui fait flamber les prix du logement il n’est plus possible de vivre avec un revenu de de1200 € et c’est pire avec moins. De ce point de vue, la situation des femmes ou des hommes seuls est t intenable. Ces préoccupations sont confirmées par le sondage Ifop pour le JDD, 88% des personnes interrogées souhaitent la réindexation des petites retraites sur l’inflation et 82% veulent une baisse générale de l’impôt sur le revenu. Ce que les Français veulent avant tout, ce sont des mesures en faveur du pouvoir d’achat. C’est ce que montre notre enquête Ifop testant neuf décisions que pourrait annoncer Emmanuel Macron la semaine prochaine. La proposition la plus populaire, plébiscitée à 88% par les sondés, est la réindexation des petites retraites sur l’inflation. Dans la même veine, les interrogés adhèrent à la baisse générale de l’impôt sur le revenu (à 82%) et à la suppression de la redevance audiovisuelle (à 80%).…

Le pouvoir d’achat des retraités au-dessus des autres catégories (COR) !!!

Le pouvoir d’achat des retraités au-dessus des autres catégories (COR)  !!!

 

C’est bien connu quand on veut noyer son chien on dit qu’il a la rage. Le conseil d’orientation des retraites organismes d’une grande complaisance vis-à-vis du pouvoir tente de démontrer que le pouvoir d’achat des retraités a été supérieur à celui des autres sauf depuis 2010. Il faut évidemment prendre ces informations avec des pincettes car le comité d’orientation des retraites nous a habitués à des calculs fluctuants concernant le futur équilibre des régimes de retraite. De toute manière,  la prétendue hausse du pouvoir d’achat de 1,4 % par e=an en moyenne de 1996 à 2010 est tout à fait relative (ensuite il y a eu baisse entre 2010 et 2015). En effet elles se fondent surtout sur l’augmentation de la valeur du patrimoine. Or si on ne peut nier des plus-values potentielles du patrimoine, ces plus-values restent le plus souvent virtuelles  car non réalisées

Le COR montre que les niveaux de vie moyens des retraités, des actifs et de l’ensemble de la population ont progressé parallèlement de 1996 à 2010, de 1,4 % par an en moyenne, avant de baisser entre 2010 et 2015. Cette baisse récente a cependant été moins prononcée pour les retraités (- 0,5 % en cinq ans) que pour les actifs ou l’ensemble de la population (- 2,3 %). Au total, en 2015, le niveau de vie moyen d’un retraité s’élevait en moyenne à 2 055 euros par mois et était supérieur de 5,6 % à celui de l’ensemble de la population d’après le COR.

Un montant à comparer à des retraites en moyenne autour de 1300 € nets. Première observation, il s’agit de moyennes donc avec des dispersions autour de ces moyennes et par exemple environ 1 million de retraités vivent avec des revenus. Deuxième observation on se demande comment le comité d’orientation des retraites explique cette différence entre ce niveau de vie moyen et le niveau de la pension. De toute manière cette  différence est aussi les résultats d’une moyenne donc aussi avec beaucoup de dispersion.

 

 

 

Le pouvoir d’achat : le mensonge de l’INSEE

Le pouvoir d’achat : le mensonge de l’INSEE

  • ·        
L’INSEE considère que le pouvoir d’achat des Français a augmenté de 1,4 % en 2018 alors qu’un sondage de l’institut BVA pour la presse régionale montre que 66% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a diminué durant les douze derniers mois. En cause évidemment, des considérations politiques en amont pour valoriser la politique du pouvoir en place et des éléments méthodologiques qui faussent les résultats. L’INSEE s’appuie en effet pour mesurer l’évolution du pouvoir d’achat sur un indice des prix complètement obsolète. D’abord parce qu’il ne rend pas compte de la diversité des revenus et des situations. Deuxièmement parce qu’il n’intègre pas la modification de la structure de consommation. Ainsi les ménages consacrent de plus en plus aux dépenses contraintes (transport, logement, assurance, impôts, abonnements etc.)  et de moins en moins dépense ajustable comme par exemple l’alimentation et l’habillement. En outre ne tient pas compte du fait que les bas revenus dépensent la totalité de ce qu’ils touchent  tandis que les plus aisés économisent la plus grande partie. L’inflation réelle ne pèse que sur la partie effectivement dépensée.  Non seulement les Français considèrent que leur pouvoir d’achat à diminuer mais que cela va perdurer. 57% des Français pensent que le pouvoir d’achat va continuer de baisser. Un ressenti qui grimpe à 81% chez les plus de 65 ans, concernés notamment par la hausse de la CSG. À l’inverse, seulement 11% des sondés estiment que leur pouvoir d’achat a augmenté. Une confiance qui grimpe à 24% chez les Français qui gagnent plus de 5.000 euros par mois. De manière générale, 57% des sondés pensent que leur pouvoir d’achat va continuer de baisser alors que d’après les calculs de l’Insee, il va bondir de 3% en 2019.  Autre enseignement du sondage BVA, la précarité préoccupe 44% des Français, contre 37% en 2016. Les 25-34 ans sont les plus concernés par ce sentiment avec 54%. La consultation détaille également les principales difficultés financières des Français : 43% ont du mal à financer leur alimentation, 45% les actes médicaux, 59% les loisirs et 64% les vacances. Si 47% se disent concernés par les mesures d’Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d’achat, 88% jugent qu’elles sont inefficaces. De son côté, l’Insee estime que les 10 milliards d’euros obtenus grâce au mouvement des « gilets jaunes » a toutes les chances d’être réinjectée très vite dans la consommation, et donc de faire fonctionner l’économie. Notamment grâce à la revalorisation et l’élargissement de la prime d’activité, destinée aux personnes touchant 1,5 fois le Smic et versée désormais à 5 millions de foyers contre 3,8 auparavant.

La manifestante gilet jaune blessée à Nice : la justice et le pouvoir ont menti !

La manifestante gilet jaune blessée à Nice : la justice et le pouvoir ont menti !

Cette affaire de la blessure d’une gilet jaune Geneviève Legay, militante d’Attac, gravement blessé samedi manière samedi dernier constitue à la fois un scandale politique et juridique. En effet, toute la semaine le pouvoir politique à travers les voix de plusieurs membres du gouvernement, le ministre de l’intérieur évidemment mais  Macron aussi n’ont cessé d’affirmer que finalement l’intéressée était tombée à terre tout seule et qu’aucun contact n’avait eu lieu avec la police. Un discours repris avec une complaisance coupable par le procureur. Rappelons que si la manifestation était interdite le groupe où se trouvait la gilet jaune était parfaitement pacifique. Comme d’habitude Macron a fait preuve d’une condescendance voire d’un mépris insoutenable vis-à-vis de cette personne indiquant qu’elle n’avait rien à faire à son âge dans la rue et qu’elle manquait de sagesse. De la part d’un ado prolongé mal élevé comme Macron, il y avait de quoi être scandalisé. Mais le pouvoir politique a oublié aujourd’hui qu’on dispose d’outils de transparence pour démonter les mensonges d’État et la complaisance de la justice. Grâce aux outils numériques, à Internet, on accumule de nombreuses preuves pour rétablir la vérité. Ce qui a été le cas à Nice où finalement des documents démontrent qu’il y a bien eu agression de la part de policiers. Le procureur aurait bien fait de montrer une grande prudence est d’être moins docile vis-à-vis du pouvoir. Quand on est en charge de la justice Il faut savoir prendre le temps d’une enquête et non se précipiter sur les micros des médias pour dédouaner le pouvoir. Cette affaire témoigne en tout cas du déni de démocratie et  du déni de justice dans certaines circonstances qui arrangent le pouvoir. Le pire maintenant c’est qu’on veut faire porter le chapeau de cette bavure à  un seul policier qui en quelque sorte aurait commis une faute alors qu’évidemment le policier en question n’a fait qu’appliquer les ordres d’évacuation des manifestants. En outre, ce serait le policier visé qui aurait menti leur de sa première audience comme si la hiérarchie à la demande du pouvoir n’avait pas fait pression sur lui. »Les résultats finalisés (…) de l’exploitation de très nombreuses autres images (…) et la mise en cohérence de l’ensemble de ces éléments de preuve, m’ont conduit avec les enquêteurs à constater qu’avant l’arrivée du cordon de ses collègues au niveau où se trouvait Mme Legay, un fonctionnaire de police isolé et dépourvu de bouclier avait écarté du bras vers sa droite Mme Legay, provoquant ainsi (sa) chute », a ajouté le magistrat. « Geneviève Legay et sa famille sont extrêmement soulagées que le mensonge des autorités administratives et judiciaires soit enfin éclaboussé », a réagi Me Arié Alimi, l’avocat de Geneviève Legay, qui a salué le travail d’enquête réalisé par plusieurs médias et associations pour montrer « ce mensonge qui avait été propagé par Emmanuel Macron (…), Christian Estrosi, le procureur de la République et le préfet des Alpes-Maritimes ». Vendredi, le procureur de la République, Jean-Michel Prêtre, a affirmé que l’action de dispersion était « totalement légitime » et « totalement volontaire ». « Ce qui peut poser problème, c’est l’action individuelle du policier » qui l’a bousculée, a-t-il ajouté. Encore un bouc émissaire

Sondage-Les médias servent la soupe au pouvoir (64% des Français)

Sondage-Les médias servent la soupe au pouvoir (64% des Français)

 

Dans la période récente, les journalistes ont  particulièrement mal apprécié les critiques dont ils ont été l’objet pour leur parti pris vis-à-vis des élites auxquels d’ailleurs il s’assimile un peu vite. En fait, les Français sont lucides quand ils constatent que les journalistes défendent surtout le point de vue des plus aisés. 64% des sondés considèrent que les médias sont « trop proches du pouvoir et des élites » d’après le baromètre Viavoice pour  France Télévisions, France Médias Monde, Le Journal du Dimanche et Radio France. Un résultat cohérent quand on sait que la plus grande partie de la presse privée et désormais détenu par des financiers. Les médias publics consciemment ou inconsciemment sont bien contraints de ne pas contrarier le pouvoir en place même s’il s’autorise quelque les écarts contestataires. Certes plus de 9 Français sur 10 pensent que le journalisme est « utile », un niveau pratiquement stable par rapport à l’an dernier, mais une très large majorité juge les médias sensationnalistes et biaisés, selon ce sondage. Autre caractéristique l’alignement en tout cas le rapprochement des lignes éditoriales à peu près toutes orientées vers le même point de vue. Conséquence,

63% des sondés estiment que les médias « disent tous la même chose ». 

 77% jugent que les médias « privilégient toujours les informations sensationnelles ou la violence »; et 72% estiment qu’ils ne représentent pas les différents points de vue de manière équitable.

. De même, 70% leur reprochent d’être influencés par leurs actionnaires et 66% par « les personnalités politiques au pouvoir puisque c’est en partie l’État qui les finance ». Et ils sont 64% à les juger « trop proches du pouvoir et des élites ». Une courte majorité de 53% des sondés reprochent en outre aux journalistes de ne parler que de ce qui va mal, et 43% estiment qu’ils ne comprennent pas les gens du peuple « car la plupart vivent à Paris avec des revenus élevés », contre 46% qui sont d’avis contraire.

Enfin, 53% affirment que les médias ont mal couvert le mouvement des « gilets jaunes ». Mais 77% jugent inadmissible qu’on puisse s’en prendre physiquement à des journalistes et 72% pensent que certains politiques ont une part de responsabilité dans la violence à l’encontre des médias.

Cette étude a été réalisée du 11 au 18 février auprès d’un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française adulte, constitué selon la méthode des quotas.

« Le danger du pouvoir des machines ou de la machinerie du pouvoir »

« Le danger du  pouvoir des machines ou de la machinerie du pouvoir »

Deux linguistes, Magali Guaresi et Damon Mayaffre, s’interroge sur la faisabilité d’une synthèse du grand débat. Dans une tribune au « Monde ».

«  La masse de discours et de textes que produit le grand débat interdit, à court et moyen terme, son traitement par l’humain. Dès lors, peut-on faire confiance à la machine ?

Le simple survol des millions de contributions sur le site Internet de l’Elysée, sur les blogs ou les forums spécialisés, la simple lecture des milliers de cahiers de doléances consignés dans les mairies ou des comptes rendus de réunions remontés dans les préfectures sont matériellement impossibles pour l’homme, même pour une armée d’énarques que l’exécutif pourrait diligenter en vue d’une synthèse dont la légitimité serait aussitôt remise en cause. Dès lors, faut-il pour trancher le débat recourir à la statistique des logiciels de logométrie (mesure du discours) ou aux algorithmes du deep learning (intelligence artificielle) ?

La communauté scientifique – linguistes et informaticiens – a depuis longtemps mis au point des méthodes de traitement automatique ou semi-automatique des textes, dont la validité n’est pas contestée, notamment dans le domaine de l’analyse du discours politique ou de la littérature. Par exemple, à Nice-Sophia-Antipolis, l’université et le CNRS produisent le logiciel Hyperbase qui a servi à décrypter en 2017 le flux des discours électoraux de Macron, de Le Pen, de Mélenchon ou de Fillon, ou a récemment servi à arbitrer la polémique Molière/Corneille, Ajar/Gary ou Vian/Sullivan.

Linguistique informatique

Des techniques robustes existent donc aujourd’hui pour l’extraction d’informations des big data textuelles, pour l’attribution assistée d’auteur de manuscrits anonymes, pour la classification chronologique de textes dont on a perdu l’acte de naissance. Au quotidien et pour le grand public, la praticité des moteurs de recherche tel Google ou de traducteurs automatiques sur Internet atteste des performances d’une linguistique informatique, à laquelle les politiques aujourd’hui semblent prêts à s’abandonner pour sortir de la crise sociale et démocratique que le pays connaît.

Cependant, si les techniques existent, l’usage interroge. L’analyse des discours assistée par ordinateur donne lieu en effet depuis plusieurs décennies à des débats enfiévrés, et les précautions scientifiques que les analystes ont appris à respecter risquent de ne pas résister aux besoins pratiques de l’urgence et aux fins nécessairement politiques des commanditaires. »

Grand débat ou campagne électorale du pouvoir Philippe Juvin, député)

Grand débat ou  campagne électorale du pouvoir Philippe Juvin, député)

 

 

À juste titre le député européen Philippe Juvin dénonce la transformation du débat national par le pouvoir en campagne électorale et saisit  la justice. Son objectif vise en particulier la ministre de la santé qui lors  d’un récent meeting du grand débat a clairement appelé à voter pour la république en marche. Du coup le député européen demande que les moyens utilisés par le pouvoir soient intégrés dans les comptes de campagne des élections européennes. Ce que dénonce le député concerne d’une façon plus large les interventions d’autres membres du gouvernement mais surtout de Macron qui chaque semaine bénéficie de plusieurs heures d’audience sur les chaînes de radio et de télévision surtout les chaînes d’info continue. Non seulement il s’agit d’un véritable détournement du concept de grand débat mais également d’un abus de biens qu’on ne peut comprendre qu’à travers les liens consanguins entre les propriétaires de ces chaînes (publiques comme privées). Les chaînes publiques sont évidemment au service du pouvoir même si elle donne la parole à l’opposition pour donner le change. Quant aux grands médias télévisés, ils sont tous dans les mains des financiers qui sont précisément les plus ardents défenseurs de Macon Le député européen LR  a indiqué, samedi 9 février, avoir saisi la Commission nationale des comptes de campagne. Sa demande : « intégrer » dans les comptes de campagne des élections européennes de LREM « les moyens alloués à une réunion publique de Madame Agnès Buzyn », ministre de la Santé. Lors de cette réunion, dimanche dernier à Trappes (Yvelines), la ministre aurait tenu « des propos militants sans équivoque en faveur de LREM en vue des élections européennes » du 26 mai, estime celui qui est aussi maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

« Ce grand débat national, initié par le président de la République pour répondre à une crise sans précédent liée à des choix politiques et économiques illisibles et injustes, ne peut en aucun cas être une campagne électorale déguisée« , ajoute ce président de la Fédération LR des Hauts-de-Seine.

« Voilà maintenant près de trois semaines que nous assistons à ce qui s’apparente davantage à une campagne électorale plutôt qu’à des échanges avec les Français », a renchéri la députée de l’Assemblée nationale Valérie Boyer, dans un courrier au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), transmis à l’AFP. Elle y énumère les heures de réunions publiques  »animées par le chef de l’État » et diffusées à la télévision qui  »satur(ent) » l’espace politique et médiatique, selon elle.

 

Grand débat: les Télés d’info continue complices du pouvoir

Grand débat: les Télés d’info continue complices du pouvoir

 

 

Par paresse mais sans doute surtout par complaisance les quatre chaînes principales d’info continue branchent leurs caméras pendant des heures pendant que Macron ou Édouard Philippe pérore dans ce qu’ils appellent un grand débat. En fait, Macron et  les autres ne débattent pas, ils font un exercice de stand-up. L’animateur accorde seulement 30 secondes voire une minute aux participants qui posent une question. Ce qui permet à Macron ou Édouard Philippe de répondre pendant 10 minutes et de s’étaler, y compris sur les sujets qui sont sans lien avec la question posée. Ces retransmissions interminables sont inadmissibles et témoignent de la complicité de ces chaînes de télé d’info continue avec le pouvoir. Depuis quelques semaines, le pouvoir et ceux qui le soutiennent sont engagés dans une vaste opération de réhabilitation de l’image de Macron et du gouvernement. Cela à coup de sondages bidons, d’analyse socio économique tordues (la hausse du pouvoir d’achat par exemple) et surtout par la diffusion en direct des numéros de cirque de Macron. Un vrai spectacle puisque les participants savamment choisis  (avec cependant éventuellement quelques gilets jaunes) applaudissent même après chaque sketch de Macron. Les journalistes de ces chaînes d’information se plaignent d’être mal aimés. On peut et on doit évidemment condamner certaines violences à leur égard mais on ne peut que constater leur lamentable parti pris pour le pouvoir. Un parti pris sans doute aussi existentiel car la majorité de ces journalistes ont l’impression d’appartenir à une élite qui a été menacée par les gilets jaunes. Pour preuve le mot insurrection utilisé pour qualifier ce qui n’est qu’un mouvement social. Et qui témoigne de la grande trouille de ces élites.

 

Grand débat : 12 mesures pour augmenter le pouvoir d’achat de 12 milliards (UFC-Que Choisir)

Grand débat : 12 mesures pour augmenter le pouvoir d’achat de 12 milliards  (UFC-Que Choisir)

 

 

Les 12 mesures :

  • 1. Répercuter les baisses des cours des matières premières agricoles sur les prix en rayon
  • 2. Annuler le relèvement du seuil de revente à perte, qui gonfle les marges de la grande distribution
  • 3. Supprimer les commissions d’intervention en cas d’incident bancaire
  • 4. Simplifier le changement de banque avec la portabilité du numéro de compte bancaire
  • 5. Faire varier les aides à la rénovation énergétique en fonction du niveau de performance et non des équipements
  • 6. Appliquer strictement le principe « préleveur-pollueur-payeur » pour l’eau potable
  • 7. Allonger la durée de garantie légale en fonction de la durée de vie des produits
  • 8. Encadrer les loyers dans toutes les zones tendues
  • 9. Faciliter la comparaison et le changement d’assurance santé
  • 10. Limiter les dépassements d’honoraires médicaux
  • 11. Réformer l’apprentissage de la conduite pour baisser le prix du permis
  • 12. Libéraliser la vente de pièces de carrosserie automobiles

L‘association UFC-Que Choisir  propose 12 l mesures, et cela « sans surcoût pour les finances publiques« . Mais des propositions dont certaines seront difficiles à mettre en œuvre content tenu de la complexité mais aussi du poids des lobbies. La première mesure propose d’intégrer la baisse des cours sur les prix en rayon. Le problème est  technique et économique. On ne peut immédiatement intégrer la baisse des cours compte tenu de leur impact différé sur le processus de production qui peut demander plusieurs mois. Par contre, on peut empêcher la hausse immédiate des prix quand les cours remontent pour les mêmes raisons. Annuler le relèvement du seuil de revente remettrait en cause la loi alimentation et la question du revenu des agriculteurs (même si des interrogations demeurent sur cette meilleure rémunération). Les mesures concernant les banques vont évidemment s’opposer au lobby bancaire. Une mesure intéressante est celle concernant les assurances santé souvent complètement illisibles et dont les prix s’envolent depuis notamment que les complémentaires sont obligatoires dans les entreprises. Les l remises en cause des dépassements médicaux se justifient dans la mesure où dans le même établissement hospitalier certain pratiquent ces dépassements et d’autres non. La libéralisation de la vente des pièces de carrosserie automobile s’attaque évidemment aux monopoles des marques dont on sait qu’elle réalise des bénéfices substantiels sur les pièces détachées. Au total des propositions intéressantes mais qui vont trouver l’opposition des lobbys, voire du gouvernement. Des dizaines des dizaines d’autres propositions pourraient aussi  permettre d’augmenter le pouvoir d’achat.

Grand débat: les Télés d’info continue complices du pouvoir

Grand débat: les Télés d’info continue complices du pouvoir

 

 

Par paresse mais sans doute surtout par complaisance les quatre chaînes principales d’info continue branchent leurs caméras pendant des heures pendant que Macron ou Édouard Philippe pérore dans ce qu’ils appellent un grand débat. En fait, Macron et  les autres ne débattent pas, ils font un exercice de stand-up. L’animateur accorde seulement 30 secondes voire une minute aux participants qui posent une question. Ce qui permet à Macron ou Édouard Philippe de répondre pendant 10 minutes et de s’étaler, y compris sur les sujets qui sont sans lien avec la question posée. Ces retransmissions interminables sont inadmissibles et témoignent de la complicité de ces chaînes de télé d’info continue avec le pouvoir. Depuis quelques semaines, le pouvoir et ceux qui le soutiennent sont engagés dans une vaste opération de réhabilitation de l’image de Macron et du gouvernement. Cela à coup de sondages bidons, d’analyse socio économique tordues (la hausse du pouvoir d’achat par exemple) et surtout par la diffusion en direct des numéros de cirque de Macron. Un vrai spectacle puisque les participants savamment choisis  (avec cependant éventuellement quelques gilets jaunes) applaudissent même après chaque sketch de Macron. Les journalistes de ces chaînes d’information se plaignent d’être mal aimés. On peut et on doit évidemment condamner certaines violences à leur égard mais on ne peut que constater leur lamentable parti pris pour le pouvoir. Un parti pris sans doute aussi existentiel car la majorité de ces journalistes ont l’impression d’appartenir à une élite qui a été menacée par les gilets jaunes. Pour preuve le mot insurrection utilisé pour qualifier ce qui n’est qu’un mouvement social. Et qui témoigne de la grande trouille de ces élites.

 

Télé info continue : la complaisance intolérable vis-à-vis du pouvoir dans le grand débat

Télé info continue : la complaisance intolérable vis-à-vis du pouvoir dans le grand débat

Par paresse mais sans doute surtout par complaisance les quatre chaînes principales d’info continue branchent leur caméra pendant des heures pendant que Macron ou Édouard Philippe pérore dans ce qu’ils appellent un grand débat. En fait, Macron et  les autres ne débattent pas, ils font un exercice de stand-up. L’animateur accorde seulement 30 secondes voire une minute aux participants qui posent une question. Ce qui permet à Macron ou Édouard Philippe de répondre pendant 10 minutes et de s’étaler, y compris sur les sujets qui sont sans lien avec la question posée. Ces retransmissions interminables sont inadmissibles et témoignent de la complicité de ces chaînes de télé d’info continue avec le pouvoir. Depuis quelques semaines, le pouvoir et ceux qui le soutiennent sont engagés dans une vaste opération de réhabilitation de l’image de Macron et du gouvernement. Cela à coup de sondages bidons, d’analyse socio économique tordues (la hausse du pouvoir d’achat par exemple) et surtout par la diffusion en direct des numéros de cirque de Macron. Un vrai spectacle puisque les participants savamment choisis entre (avec cependant quand même quelques gilets jaunes)  éventuellement applaudissent même après chaque sketch de Macron. Les journalistes de ces chaînes d’information se plaignent d’être mal aimés. On peut et on doit évidemment condamner certaines violences à leur égard mais on ne peut que constater leur lamentable parti pris pour le pouvoir. Un parti pris sans doute aussi existentiel car la majorité de ces journalistes ont l’impression d’appartenir à une élite qui a été menacée par les gilets jaunes. Pour preuve le mot insurrection utilisé pour qualifier ce qui n’est qu’un mouvement social. Et qui témoigne de la grande trouille de ces élites.

 

Pour un « Grenelle du pouvoir d’achat (L. Berger, CFDT)

Pour  un « Grenelle du pouvoir d’achat (L. Berger, CFDT)

C’est la seconde fois que Laurent Berger tend une perche au gouvernement pour se sortir du bourbier social et politique actuel. Il propose un Grenelle du pouvoir d’achat et d’une façon plus générale du pouvoir de vivre incluant la question du logement et du déplacement mais aussi l’environnement. Bref Laurent Berger regrette évidemment l’indifférence voire le mépris du gouvernement à l’égard des corps intermédiaires et de l’hystérisation qui caractérise la période actuelle du fait  du face-à-face direct entre Macron et les citoyens qui se retrouvent dans le mouvement des gilets jaunes. Laurent Berger considère qu’il manque à tout le moins c’est un cap, une vision partagée par une majorité de salariés et de citoyens. Pas sûr cependant que cet appel soit mieux ’écoutée que le précédent si l’on se réfère par exemple aux conditions d’organisation du grand débat qui consiste surtout en un dialogue entre les citoyens et le pouvoir. Un pouvoir  omniprésent dans les médias qui écrase le débat et décidera ce qu’il veut en matière de suite. Ce que pensent d’ailleurs les Français pour 62 % d’entre eux qui considèrent que le gouvernement n’intégrera pas les propositions qui pourraient ressortir de cette grande consultation. Le problème du grand débat c’est que c’est surtout un monologue du pouvoir et non un vrai dialogue. Témoin la posture de Macron, qui répond de manière professorale à des questions mais ne s’inscrit jamais dans un véritable débat

LBD : dangereux pour De Rugy quand il est dans l’opposition, nécessaire quand il est au pouvoir

LBD : dangereux pour De Rugy quand il est dans l’opposition, nécessaire quand il est au pouvoir

On sait que de Rugy, actuel ministre de l’environnement, ancien président de l’Assemblée nationale est l’archétype du politique  prêt à changer de position selon le pouvoir en place et la position qu’il occupe. C’est aussi l’un des champions de la langue de bois, sorte de perroquet qui ne s’écarte pas d’un iota de la ligne gouvernementale. Pour résume : le charisme d’une planche à repasser, un champion de la brosse à reluire et l’intelligence d’un bardot. Bref, ce que produit de pire la politique : des professionnels qui ont transformé la fonction élective en métier quitte à se renier. Ainsi par exemple François de Rugy qui défend l’utilisation des lanceurs de balles de défense entre (LBD) arme de quatrième catégorie en demandait l’interdiction quand il était dans l’opposition il y a une dizaine d’années.

. Le 22 juillet 2009, le député De Rugy d’EELV avait même déposé, avec Noël Mamère et Yves Cochet, loi pour «interdire l’utilisation d’armes de 4ème catégorie par la police ou la gendarmerie contre des attroupements ou manifestations». Ce qui équivaut au «LBD». À l’époque, l’élaboration du texte – qui ne sera finalement jamais examiné par les députés dans l’hémicycle – survenait après la blessure à l’œil d’un homme au Flash-ball, à Montreuil (93). . «Ces armes qui équipent l’armée, la police nationale et la gendarmerie françaises depuis plusieurs années, tels le lanceur de balles de défense, dit Flash-ball, ou les pistolets à impulsion électronique (…) sont devenus une source permanente de bavures, de dérives et de troubles à l’ordre public», peut-on lire. Une interdiction aurait permis, selon les trois signataires, de «protéger le droit imprescriptible de manifester et le droit d’expression des mouvements sociaux qui ne peuvent être soumis à une pression policière tendant à les marginaliser». Le texte n’a pas pris une ride et pourrait, sans aucun doute, être aujourd’hui porté par un groupe de l’opposition.

 

« “Gilets jaunes” d’abord une crise pouvoir d’achat » (Julia Cagé)

« “Gilets jaunes” d’abord une crise pouvoir d’achat » (Julia Cagé)

Julia Cagé (Professeure d’économie à Sciences Po Paris) considère   que le mouvement actuel est le résultat d’une politique de classe menée par Emmanuel Macron (extraits interview le Monde)

« Combien de « gilets jaunes » supplémentaires faudra-t-il pour que le gouvernement se rende compte de ce qui est en train de se jouer sous ses yeux ? Et dont il est responsable, contrairement à ce qu’il prétend. Car la crise que connaît actuellement la France n’est pas une crise du prix du carburant, dont les fluctuations sont, il est vrai, largement dues à la situation géopolitique internationale. L’essence n’a été que le combustible d’une allumette dont la flamme grossissait depuis de longs mois : la crise des « gilets jaunes » est une crise du pouvoir d’achat. Une crise dont on pourrait presque s’étonner qu’elle n’ait pas explosé plus tôt, dès les premiers mois du quinquennat, quand Emmanuel Macron a diminué les aides au logement et reporté l’exonération de la taxe d’habitation ; ou il y a quelques semaines, depuis Marseille, tant l’effondrement mortel des immeubles insalubres témoigne de l’abandon dont sont victimes les classes populaires.

« Certains voudraient voir dans le mouvement des “gilets jaunes” une crise du consentement à l’impôt. Ce sont les plus riches qui ont fait sécession et refusent de payer l’impôt »

La crise des « gilets jaunes » est une crise du pouvoir d’achat. Un pouvoir d’achat qui a diminué pour les Français les plus modestes, du fait des politiques mises en œuvre par le gouvernement. Au même moment, conséquence directe de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune et de l’introduction d’un prélèvement forfaitaire unique sur le capital – qui implique entre autres choses que les plus riches n’ont pas, contrairement à l’ensemble des Français et notamment des petits retraités, fait face à l’augmentation de la CSG sur les revenus du capital –, le pouvoir d’achat des 1 % les plus favorisés a augmenté de 6 %, quand celui des 0,1 % les plus favorisés a augmenté lui de 20 %, comme l’a très bien montré une étude de l’Institut des politiques publiques. »

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol