Archive pour le Tag 'd’intérêt'

BCE : pédale douce sur les baisses de taux d’intérêt ?

BCE : pédale douce sur les baisses de taux d’intérêt ?
Au début de l’année nombre d’opérateurs financiers s’attendaient à une série de baisses de taux d’intérêt en raison notamment de la baisse de l’inflation. Dans les faits, la BCE n’envisage pas une première baisse avant juin. Et il est même pas certain qu’on s’engage dans un processus de baisse après d’après le président de la Bundesbank évidemment attentif aussi à la dérive des déficits budgétaires dans certains pays dont la France ou le quoi qu’il en coûte est loin d’être terminé. Sans parler des risques de l’euro vis-à-vis du dollar. En outre si l’inflation pourrait tourner autour de 2,5 % c’est encore très supérieur  à la croissance.

 

- Une baisse des taux de la Banque centrale européenne en juin ne sera pas nécessairement suivie d’une baisse la réunion suivante, même si l’inflation recule vers sa cible, a déclaré mardi le président de la Bundesbank, Joachim Nagel, à l’occasion d’un entretien accordés à plusieurs médias.

« Si les taux sont abaissés pour la première fois en juin, cela ne signifie pas que nous baisserons les taux au cours des prochaines réunions du Conseil des gouverneurs. Nous ne sommes pas sur pilote automatique », a déclaré Joachim Nagel dans une interview accordée conjointement aux Echos, au Handelsblatt, au Corriere della Sera et à El Mundo.

Joachim Nagel estime que l’inflation fluctuerait autour de ses niveaux actuels, soit 2,4% en avril, pour quelques mois avant de reprendre sa baisse vers son objectif de 2%.

 

Taux d’intérêt: Une gestion attentiste de la BCE

Taux d’intérêt:  Une gestion attentiste de la BCE

De nombreux responsables de la BCE ont apporté leur soutien à une première réduction des coûts d’emprunt, actuellement à des niveaux record, très probablement en juin. Le débat se concentre désormais sur le nombre de baisses au-delà de cette échéance. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a toutefois déclaré que la banque centrale ne pouvait pas s’engager sur un certain nombre de baisses de taux, même après avoir enclenché le cycle d’assouplissement monétaire attendu.  »Nos décisions devront continuer à dépendre des données et à être prises au fur et à mesure des réunions, en fonction des nouvelles informations qui nous parviennent », a-t-elle déclaré lors d’une conférence à Francfort.  »Cela implique que, même après la première baisse de taux, nous ne pouvons pas nous engager à l’avance sur une trajectoire de taux particulière », a-t-elle ajouté.

 

par Francesco Canepa, Claude Chendjou, Reuters dans  la Tribune

En écho aux propos de Christine Lagarde, Philip Lane, chef économiste de la BCE, a déclaré que lui et ses collègues allaient « calibrer pendant encore longtemps » le niveau approprié des taux.

Isabel Schnabel, autre membre de la BCE, a même évoqué la perspective d’une nouvelle ère de taux d’intérêt structurellement plus élevés.

« Les besoins d’investissement exceptionnels découlant des défis structurels liés à la transition climatique, à la transformation numérique et aux changements géopolitiques pourraient avoir un impact positif persistant sur le taux d’intérêt naturel », a-t-elle déclaré.

Les marchés monétaires prévoient actuellement trois réductions de taux d’ici décembre, sans toutefois exclure une quatrième baisse, ce qui ramènerait le taux de dépôt de 4% de la BCE entre 3,25% et 3,0% d’ici la fin de l’année.

L’inflation dans la zone euro est passée d’un niveau à deux chiffres à l’automne 2022 à 2,6% le mois dernier.

Christine Lagarde a laissé entendre que ce reflux serait probablement « plus durable et moins dépendant des hypothèses sur les prix des matières premières » que par le passé, en raison d’une baisse attendue de l’inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils de l’alimentation et de l’énergie.

Elle a également salué les données de la BCE qui montrent que la croissance annuelle des salaires a ralenti, à 4,2% en mars contre 4,4% en janvier.

 

En revanche, la croissance économique en zone euro a stagné, si bien que le gouverneur de la banque centrale espagnole, Pablo Hernandez de Cos, a souligné l’existence de preuves que les hausses de taux de la BCE avaient un impact plus important que prévu sur le produit intérieur brut (PIB) du bloc.

« Nous surveillerons de près la matérialisation de ces risques et nous calibrerons en conséquence le degré de restriction monétaire », a-t-il déclaré mercredi.

Christine Lagarde a cependant précisé quelles étaient les conditions requises pour que la BCE commence à réduire ses taux: un ralentissement de la croissance des salaires, une baisse continue de l’inflation et de nouvelles projections internes confirmant que la croissance des prix revient à son objectif de 2%.

« Si ces données révèlent un degré suffisant d’alignement entre la trajectoire de l’inflation sous-jacente et nos projections, et en supposant que la transmission [de la politique monétaire, NDLR] reste forte, nous pourrons passer à la phase de réduction de notre cycle de politique monétaire et rendre notre politique moins restrictive », a-t-elle déclaré.

Les prochaines réunions de politique monétaire de la BCE sont prévues le 11 avril, le 6 juin, le 18 juillet, le 12 septembre, le 17 octobre et le 12 décembre.

Certains membres de la BCE, dont le Letton Martins Kazaks et le Néerlandais Klaas Knot, ont jugé plus utile d’agir lorsque de nouvelles prévisions sont publiées, ce qui correspond aux réunions de juin, septembre et décembre.

Le gouverneur de la banque centrale grecque, Yannis Stournaras, a, en revanche, estimé que deux baisses de taux avant la pause estivale de la BCE en août semblaient raisonnables, suivies de deux autres d’ici la fin de l’année.

Pour Frederik Ducrozet, responsable de la recherche macroéconomique chez Pictet Wealth Management, les dernières déclarations de Christine Lagarde laissent entrevoir la base d’un consensus entre les différents responsables de la BCE.

« Nous nous attendons à ce que la BCE réduise ses taux en juin, fasse une pause en juillet (bien que les ‘colombes’ puissent insister davantage) et recommence à réduire ses taux à chaque réunion à partir de septembre », a-t-il écrit sur le réseau X (ex-Twitter).

 

(Rédigé par Francesco Canepa; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Economie-Investissements étrangers: Ralentis par la hausse des taux d’intérêt en 2023

Economie-Investissements étrangers: Ralentis par la hausse des taux d’intérêt en 2023

Les investissements directs étrangers (IDE) dans le monde ont légèrement progressé en 2023 mais restent faibles par rapport à leur niveau de 2021. En cumul mondial, ils ont atteint 1370 milliards de dollars (1260 milliards d’euros), soit une hausse de 3% sur un an, rapporte la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Les investissements étrangers dans la plupart des économies développées ont également diminué, avec un recul de 3% aux États-Unis – première destination des investissements au monde -, notamment en raison d’une baisse des opérations de fusions et acquisitions. Les pays en développement font aussi les frais de cette tendance négative avec une diminution de 9% des investissements. Les montants ont baissé de 1 % en Afrique, de 6 % pour la Chine, de 22 % pour le Brésil, ou de 47 % pour l’Inde, même si le nombre de nouveaux projets s’y est maintenu, permettant au pays de Narendra Modi de demeurer dans le top 5 des destinations mondiales de créations d’entreprises. Seule l’Amérique centrale a inversé la tendance, avec une belle performance pour le Mexique (+21%), due à l’accélération de ses échanges avec les États-Unis.

À

Investissements étrangers: Ralentis par la hausse des taux d’intérêt en 2023

Investissements étrangers: Ralentis par la hausse des taux d’intérêt en 2023

Les investissements directs étrangers (IDE) dans le monde ont légèrement progressé en 2023 mais restent faibles par rapport à leur niveau de 2021. En cumul mondial, ils ont atteint 1370 milliards de dollars (1260 milliards d’euros), soit une hausse de 3% sur un an, rapporte la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Les investissements étrangers dans la plupart des économies développées ont également diminué, avec un recul de 3% aux États-Unis – première destination des investissements au monde -, notamment en raison d’une baisse des opérations de fusions et acquisitions. Les pays en développement font aussi les frais de cette tendance négative avec une diminution de 9% des investissements. Les montants ont baissé de 1 % en Afrique, de 6 % pour la Chine, de 22 % pour le Brésil, ou de 47 % pour l’Inde, même si le nombre de nouveaux projets s’y est maintenu, permettant au pays de Narendra Modi de demeurer dans le top 5 des destinations mondiales de créations d’entreprises. Seule l’Amérique centrale a inversé la tendance, avec une belle performance pour le Mexique (+21%), due à l’accélération de ses échanges avec les États-Unis.

À

BCE-Baisse des taux d’intérêt : pas dans l’immédiat mais courant 2024

BCE-Baisse des taux d’intérêt : pas dans l’immédiat

D’une certaine manière la banque centrale européenne souffle le chaud et le froid et surtout sans doute tente de ne pas s’éloigner de la politique monétaire américaine afin de ne pas mettre en péril l’euro. Dans un premier temps Christine Lagarde la présidente de l’abaisser le avait indiqué il n’était pas question de baisse de taux d’intérêt dans l’immédiat. Elle vient cependant de rectifier le tir en indiquant que des baisses cependant interviendraient courant 2024. Une inflexion du discours qui tient sans doute compte du très net tassement de la croissance européenne notamment par rapport aux États-Unis.

Si la banque fédérale américaine a bien laissé entendre dans un premier temps que des baisses des taux d’intérêt interviendraient dans le courant de 2024, l’enthousiasme de la banque centrale européenne est nettement plus contenu. Certes, la BCE n’est pas opposée le moment venu à cette diminution mais à condition que l’inflation recule de manière significative et durable. Ce qu’indique le chef économiste de la banque centrale, Philippe Lane. Il y a cependant une grande différence entre la situation américaine et la situation européenne. En effet les États-Unis bénéficient d’une croissance solide, ce qui n’est pas le cas de l’Europe qui va tutoyer la stagnation en 2024. L’union européenne pourrait donc avoir besoin de façon plus urgente d’une diminution des taux d’intérêt pour ne pas affaiblir une croissance déjà faiblarde voir nulle. L’ennui c’est que la BCE ne peut totalement ce désolidariser de la banque centrale américaine sans mettre en danger l’euro.

La banque centrale européenne a sans doute raison d’être aussi prudente car dans les premiers mois de 2024 on devrait enregistrer un sursaut de l’inflation car la plupart des prix des produits et autres services vont subir des augmentations à partir du début de l’année prochaine. Souvent des augmentations à deux chiffres qui ne pourront être amortis que sur l’année.

Par ailleurs demeure un peu partout dans le monde et particulièrement en France où la productivité ne progresse pas une part d’inflation structurelle qui ne pourra sauf réforme d’ampleur. La baisse des taux d’intérêt n’est pas pour tout de suite d’après la BCE. Mais vient d’indiquer Christine Lagarde préside de la BCE, cette baisse pourrait intervenir courant 2024.

Philip Lane, l’économiste en chef de la BCE, a donc douché les espoirs d’une baisse des taux d’intérêt dès le mois de mars 2024, comme l’anticipaient certains investisseurs. Il estime que le reflux de l’inflation n’est pas encore assez solide et que la BCE enclenchera une probable série de baisse des taux à partir des données du premier semestre, si elles sont satisfaisantes.

Conclusion :P as de baisse à court terme mais une probable série de baisses très progressives enclenchée à partir du second semestre

Baisse des taux d’intérêt : pas dans l’immédiat

Baisse des taux d’intérêt : pas dans l’immédiat

Si la banque fédérale américaine a bien laissé entendre que des baisses des taux d’intérêt interviendraient dans le courant de 2024, l’enthousiasme de la banque centrale européenne est nettement plus contenu. Certes, la BCE n’est pas opposée le moment venu à cette diminution mais à condition que l’inflation recule de manière significative et durable. Ce qu’indique le chef économiste de la banque centrale, Philippe Lane.

La banque centrale européenne a sans doute raison d’être aussi prudente car dans les premiers mois de 2024 on devrait enregistrer un sursaut de l’inflation car la plupart des prix des produits et autres services vont subir des augmentations à partir du début de l’année prochaine. Souvent des augmentations à deux chiffres qui ne pourront être amortis que sur l’année.

Par ailleurs demeure un peu partout dans le monde et particulièrement en France où la productivité ne progresse pas une part d’inflation structurelle qui ne pourra sauf réforme d’ampleur. La baisse des taux d’intérêt n’est pas pour tout de suite d’après la BCE

Philip Lane, l’économiste en chef de la BCE, a donc douché les espoirs d’une baisse des taux d’intérêt dès le mois de mars 2024, comme l’anticipaient certains investisseurs. Il estime que le reflux de l’inflation n’est pas encore assez solide et que la BCE enclenchera une probable série de baisse des taux à partir des données du premier semestre, si elles sont satisfaisantes.

Conclusion :P as de baisse à court terme mais une probable série de baisses très progressives enclenchée à partir du second semestre

Economie-Taux d’intérêt élevés : ça va durer

Economie-Taux d’intérêt élevés : ça va durer

Pour Patrick Artus, économiste et conseiller de la banque Natixis, la Banque centrale européenne devrait maintenir ses taux directeurs élevés bien plus longtemps que son homologue américaine. Mais il estime que le temps de « l’argent magique » est révolu. (intreview dans la « Tribune »).

Aux États-Unis, les taux oscillent entre 5% et 5,5% et entre 4% et 4,75% en Europe, alors qu’ils étaient encore négatifs début 2022. Cette hausse aussi brutale a-t-elle permis de gagner la bataille contre l’inflation ?

PATRICK ARTUS- Il y a une grande différence entre la situation américaine et européenne. Les États-Unis ont gagné la lutte contre l’inflation et sont parvenus à un atterrissage doux (« soft landing »), c’est-à-dire à durcir l’accès au crédit sans perdre de croissance. Cette victoire est d’autant plus significative que l’inflation hors énergie, alimentation et loyer imputé a diminué fortement pour atteindre 2,6% en novembre, un niveau inférieur à celui de l’inflation générale (3,2%). C’est l’inverse en zone euro, où l’inflation sous-jacente reste forte (5%) tandis que l’inflation générale se situe à 2,9%. Qui plus est est, l’écart entre l’inflation sous-jacente et l’inflation générale est très fort en raison de l’effet de base important puisque les prix de l’énergie l’an dernier étaient l’an dernier très élevés et qu’ils ont fortement diminué cette année. Contrairement aux États-Unis, le ralentissement de l’inflation en Europe est donc essentiellement lié à un effet de base favorable.

Par ailleurs, en matière de perspectives de croissance, la zone euro est également beaucoup moins bien lotie que les États-Unis. Outre-Atlantique, la croissance en 2023 devrait atteindre 3% quand nous serons autour de 0%. Pour faire simple, la zone euro fait face à un scénario de stagflation, donc une inflation couplée à une récession, quand les Etats-Unis ressortent de période d’inflation et de hausse sans trop de casse. Cette différence de trajectoire s’explique notamment par la différence de productivité. Celle-ci augmente de 2% par an aux États-Unis alors qu’elle stagne en Europe. Or cette disparition de la productivité de zone euro est très inflationniste.

Ces différences de trajectoire sont-elles prises en compte par les banques centrales, du moins dans leur communication ?

Les deux banques ont un discours dur. Mais nous voyons tout de même que la Fed opte pour un discours plus traditionnel qui est de dire, « pour réduire l’inflation, je cogne [sur l'économie, NDLR] » alors que la BCE se montre plus douce et laisse entendre qu’elle va taper moins fort que son homologue mais dans le but de garder ses taux hauts plus longtemps. Ainsi, Jerome Powell, le président de la Fed et d’autres gouverneurs ont affirmé que de nouvelles hausses de taux n’étaient pas exclues alors que du côté de la BCE, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau s’est permis de dire que, « sauf surprise », l’institution ne relèverait plus ses taux.

Mais il faut aussi bien comprendre que, dans les faits, les deux institutions ont une politique différente du fait d’une situation différente. Aux États-Unis, les taux d’intérêt réels, dont nous soustrayons l’inflation sous-jacente, est de 2 ou 3% tandis que les taux d’intérêt réels de la BCE sont à -1%. La BCE est donc beaucoup plus tendre avec l’économie.

Quelles sont les raisons de ces divergences de politiques et de discours ?

La Fed a un discours plus dur car elle peut se permettre de se concentrer sur une lutte totale contre l’inflation grâce à la résilience de l’économie américaine. Celle-ci s’explique par trois raisons : la mise en place d’une politique budgétaire expansionniste, la progression rapide des investissements, notamment étrangers, sur le sol américain, et le maintien de la consommation des ménages américains qui désépargnent.

La BCE ne peut compter sur un tel socle car la croissance de la zone euro est nulle et la consommation des ménages moindre. L’économie européenne est donc plus fragile et la BCE ne mène pas de politique très dure pour juguler l’inflation.

Derrière les discours, allons-nous voir dans les évolutions des taux des divergences entre les deux grandes banques centrales ?

La Fed conserve une communication dure car elle veut s’assurer que les anticipations d’inflation sont bien mortes et que la hausse des prix va se maintenir à 2,5%. Mais en réalité, la banque centrale américaine est rassurée.

D’ailleurs, à l’inverse de ce que laisse entendre le discours, je pense que la Fed va baisser ses taux au début de l’année 2024 alors que la BCE devrait les maintenir entre 4% et 4,75% jusqu’en 2025. Et pour cause, l’inflation en 2024 est anticipée à 4,2% car nous n’allons plus bénéficier des effets de base des prix de l’énergie. Ce regain d’inflation qui se profile va empêcher l’institution de Francfort de baisser ses taux, contrairement à ce que croient les marchés financiers.

Si les taux évoluent différemment, quelles seront les conséquences sur les économies américaine et européenne et sur leurs devises ?

Il n’y aura pas beaucoup de conséquences sur l’euro/dollar car il existe d’importantes forces contraires. Aujourd’hui, tout le monde pense que la Fed va prochainement baisser fortement ses taux. Par conséquent, cette information devrait déjà être intégrée dans les cours du dollar, lequel devrait mécaniquement voir sa valeur baisser par rapport à l’euro. C’est sans compter sur l’énorme flux de capitaux qui entrent aux États-Unis, via les marchés financiers mais aussi en direct via les investissements des entreprises sur le sol américain. Ces investissements représentent 6 points de produit intérieur brut aux États-Unis contre aucun en zone euro. La forte demande de dollars maintient donc son cours.

En revanche, cette divergence à venir entre les banques centrales est très mauvaise pour l’économie européenne car le maintien des taux directeurs en zone euro va encore ralentir la croissance et affaiblir le tissu économique. D’autant plus que l’Europe est également fragilisée par un manque de productivité et une inflation importée importante du fait des prix de l’énergie que ne connaissent pas les États-Unis.

Cela étant, il faut raison garder sur les faillites d’entreprises. Normalement, une hausse des taux amène à une forte chute des investissements et, in fine, une chute des profits. Mais ce n’est pas ce que l’on a vu cette année. Les entreprises sont parvenues à maintenir leurs profits, ce qui permet à l’économie européenne de rester robuste.
Cette résistance s’explique par le durcissement économique porté par les ménages et les États mais aussi par les protections dont ont bénéficié les entreprises. Il y aura donc, évidemment, des hausses des défaillances d’entreprises, mais celle-ci ne sera pas catastrophique. Les 54.000 faillites d’entreprises françaises observées sur les 12 derniers mois en octobre traduisent un retour à la situation de 2019. Autrement dit, les entreprises qui font défaut aujourd’hui sont les « entreprises zombies » qui avaient survécu artificiellement grâce aux aides de l’Etat et c’est d’ailleurs la même chose aux États-Unis, malgré la résilience de leur économie.

Que pourrait faire l’Europe pour améliorer sa situation, baisser son inflation et faire repartir sa croissance ?

Il faut que les Vingt-Sept mettent en place un Inflation reduction act européen comme l’ont fait les Etats-Unis. Il faut accorder des aides fiscales à l’investissement plutôt que des subventions publiques bureaucratiques et inefficaces. Il faut réfléchir à une politique économique européenne efficace en réindustrialisant pour attirer les investissements. Reste néanmoins le problème du manque de productivité lié au vieillissement de la population, à la faiblesse de l’investissement dans la technologie et à l’absentéisme au travail. Les investisseurs sont beaucoup plus attirés par les États-Unis que l’Europe.

Lorsque les banques centrales auront vaincu leur combat contre l’inflation, jusqu’où redescendront leurs taux d’intérêt ?

En Europe, il sera très difficile de ramener l’inflation à 2% car plusieurs facteurs inflationnistes vont rester comme les prix de l’énergie, l’absence de productivité où encore le niveau élevé des coûts de production par rapport à de nombreux pays. Avec tous ces facteurs, les taux directeurs ne retomberont pas sous les 3% en Europe. Du côté des États-Unis, malgré leur meilleure situation, les taux directeurs vont probablement suivre le même schéma et s’arrêter également au seuil de 3%, ce qui correspond à la normalité monétaire des années 2000 où l’Occident vivait avec de l’inflation tout en réussissant à maintenir la croissance. Les taux d’intérêt à 0% n’ont été qu’un épisode de politique monétaire anormalement accommodante servant à soutenir les Etats trop endettés qui va prendre fin.

Taux d’intérêt: la BCE maintient ses taux

Taux d’intérêt: la BCE maintient ses taux

Comme c’était prévisible après la décision de la banque fédérale américaine de maintenir ses taux, la banque centrale européenne s’aligne sur cette position. En cause la fragilité de l’économie européenne par rapport à celle des États-Unis. La BCE ne peut donc décrocher par rapport aux États-Unis en manière de taux sauf à fragiliser l’euro. La banque centrale a abaissé ses prévisions en zone euro pour 2023 et 2024. Les nouvelles projections macroéconomiques de l’institution prévoient désormais une croissance de 0,6% en 2023 -contre 0,7% précédemment- puis 0,8% en 2024 et 1,5% en 2025 ainsi qu’en 2026.Elle a abaissé sa prévision d’inflation pour 2024 prévoyant une hausse des prix de 2,7% cette année-là — contre 3,2% précédemment , de 2,1% en 2025, puis de 1,9% en 2026.

Alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé ses taux inchangés, mercredi 13 décembre, et que ses responsables ont indiqué qu’ils anticipaient majoritairement trois ou quatre baisses l’année prochaine, pour les amener à 4,6% fin 2024, c’est maintenant au tour de la Banque centrale européenne (BCE) de se prononcer.

Et un tel scénario reste exclu pour l’instant, a tranché la présidente de l’institution européenne, ce jeudi D’autant que la bataille de la passion est encore loin être gagné en particulier du fait de la grande dépendance de le l’Europe aux énergies importées.
L’institution monétaire poursuit ainsi sa pause après dix hausses d’affilée depuis juillet 2022. Le taux de dépôt, qui fait référence, reste donc à 4,0%, son niveau le plus haut depuis le lancement de la monnaie unique en 1999, tandis que le taux de refinancement et le taux de facilité de prêt marginal se situent respectivement à 4,50% et 4,75%.

En outre, la BCE a annoncé, ce jeudi, son intention de davantage réduire la taille de son bilan à compter de la mi-2024, soit six mois plus tôt que prévu, sur fond du recul de l’inflation.

L’institution monétaire veut réduire son portefeuille de dette acquise dans le cadre du plan d’urgence contre la pandémie de coronavirus (le « PEPP »), en ne réinvestissant qu’une partie des titres à échéance. Cela réduira la taille de ces avoirs de 7,5 milliards d’euros par mois en moyenne à compter de juillet 2024. Les réinvestissements s’arrêteront ensuite fin 2024, selon un communiqué.

Rédiger un commentaire

Taux d’intérêt États-Unis : sans doute sans changement

Taux d’intérêt États-Unis : sans doute sans changement

En dépit de l’inflation qui recule sérieusement aux États-Unis à 3,1 % sur un an, les autorités monétaires devraient maintenir le niveau actuel des taux d’intérêt.

La banque fédérale américaine dispose de plus larges espaces d’intervention qu’en Europe. En effet aux États-Unis non seulement l’inflation se tasse mais la croissance se montre très dynamique.

La croissance des Etats-Unis s’est établie à 5,2% au troisième trimestre en rythme annualisé, selon la deuxième estimation du département du Commerce, publiée ce mercredi. Il s’agit d’une augmentation du Produit intérieur brut (PIB) plus forte que celle affichée dans la première estimation, à 4,9% et surtout d’un doublement par rapport au trimestre précédent. Le très bon chiffre du troisième trimestre a même dépassé le consensus des analystes qui tablaient sur 5% selon MarketWatch.

À noter que les États-Unis privilégient la croissance en rythme annualisé, c’est-à-dire la croissance qui serait atteinte sur l’année entière à ce rythme. D’autres économies avancées comparent simplement chaque trimestre au précédent, ce qui donne 1,3% pour les Etats-Unis au 3e trimestre (contre 1,2% publié lors de la première estimation). D’après l’indice CPI publié ce mardi par le département du Travail, l’inflation a légèrement ralenti au mois de novembre pour s’établir à 3,1% sur un an. Un mois plus tôt, elle s’établissait à 3,2%, principalement du fait de la baisse des prix de l’énergie.

L’indice CPI vient confirmer la tendance observée par l’autre indice des prix aux États-Unis, le PCE, qui est celui privilégié par la Réserve fédérale américaine (Fed), pour déterminer sa politique monétaire. Cet indice a terminé le mois d’octobre en hausse de 3% sur un an, là aussi en ralentissement constant.

L’alimentaire voit également ses prix continuer à ralentir fortement, avec une hausse de 2,9% sur un an mais seulement 1,7% pour l’alimentaire consommé à la maison, la hausse étant plus marquée pour la vente à emporter ou la restauration (+5,3%). Parmi les autres secteurs à observer une baisse des prix, les voitures d’occasion et les services de la santé sont en recul, là encore une nouvelle positive pour les consommateurs américains.

A l’inverse, certains secteurs, bien qu’en ralentissement, connaissent des hausses de prix toujours supérieures à l’indice : c’est particulièrement le cas du logement. En effet la transmission de l’envolée des prix dans un premier temps, puis du ralentissement désormais, se fait sentir avec un décalage. Même son de cloche dans le secteur des transports qui reste confronté à une hausse supérieure à 10% sur un an de ses prix, venant du même coup alimenter l’inflation des prix des services.

Au mois d’octobre, l’inflation américaine avait également baissé aux États-Unis. Elle a atteint 3,2% sur un an, contre 3,7% en septembre, selon l’indice CPI publié par le département du Travail le mois dernier. Il s’agissait alors de la première fois depuis le mois de juin que cette mesure baissait et, sur un mois seulement, elle tombait même à zéro, identique à celle de septembre. Les trois derniers mois, celle-ci était restée stable.

Les taux devraient être maintenus à leur niveau actuel, dans une fourchette comprise entre 5,25% et 5,50%. La décision du comité de politique monétaire sera connue demain, mercredi, à 14 heures (19 heures GMT), mais d’ores et déjà l’immense majorité des analystes tablent sur un maintien des taux, selon l’outil de suivi CME FedWatch.

Taux d’intérêt élevés : ça va durer

Taux d’intérêt élevés : ça va durer

Pour Patrick Artus, économiste et conseiller de la banque Natixis, la Banque centrale européenne devrait maintenir ses taux directeurs élevés bien plus longtemps que son homologue américaine. Mais il estime que le temps de « l’argent magique » est révolu. (intreview dans la « Tribune »).

Aux États-Unis, les taux oscillent entre 5% et 5,5% et entre 4% et 4,75% en Europe, alors qu’ils étaient encore négatifs début 2022. Cette hausse aussi brutale a-t-elle permis de gagner la bataille contre l’inflation ?

PATRICK ARTUS- Il y a une grande différence entre la situation américaine et européenne. Les États-Unis ont gagné la lutte contre l’inflation et sont parvenus à un atterrissage doux (« soft landing »), c’est-à-dire à durcir l’accès au crédit sans perdre de croissance. Cette victoire est d’autant plus significative que l’inflation hors énergie, alimentation et loyer imputé a diminué fortement pour atteindre 2,6% en novembre, un niveau inférieur à celui de l’inflation générale (3,2%). C’est l’inverse en zone euro, où l’inflation sous-jacente reste forte (5%) tandis que l’inflation générale se situe à 2,9%. Qui plus est est, l’écart entre l’inflation sous-jacente et l’inflation générale est très fort en raison de l’effet de base important puisque les prix de l’énergie l’an dernier étaient l’an dernier très élevés et qu’ils ont fortement diminué cette année. Contrairement aux États-Unis, le ralentissement de l’inflation en Europe est donc essentiellement lié à un effet de base favorable.

Par ailleurs, en matière de perspectives de croissance, la zone euro est également beaucoup moins bien lotie que les États-Unis. Outre-Atlantique, la croissance en 2023 devrait atteindre 3% quand nous serons autour de 0%. Pour faire simple, la zone euro fait face à un scénario de stagflation, donc une inflation couplée à une récession, quand les Etats-Unis ressortent de période d’inflation et de hausse sans trop de casse. Cette différence de trajectoire s’explique notamment par la différence de productivité. Celle-ci augmente de 2% par an aux États-Unis alors qu’elle stagne en Europe. Or cette disparition de la productivité de zone euro est très inflationniste.

Ces différences de trajectoire sont-elles prises en compte par les banques centrales, du moins dans leur communication ?

Les deux banques ont un discours dur. Mais nous voyons tout de même que la Fed opte pour un discours plus traditionnel qui est de dire, « pour réduire l’inflation, je cogne [sur l'économie, NDLR] » alors que la BCE se montre plus douce et laisse entendre qu’elle va taper moins fort que son homologue mais dans le but de garder ses taux hauts plus longtemps. Ainsi, Jerome Powell, le président de la Fed et d’autres gouverneurs ont affirmé que de nouvelles hausses de taux n’étaient pas exclues alors que du côté de la BCE, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau s’est permis de dire que, « sauf surprise », l’institution ne relèverait plus ses taux.

Mais il faut aussi bien comprendre que, dans les faits, les deux institutions ont une politique différente du fait d’une situation différente. Aux États-Unis, les taux d’intérêt réels, dont nous soustrayons l’inflation sous-jacente, est de 2 ou 3% tandis que les taux d’intérêt réels de la BCE sont à -1%. La BCE est donc beaucoup plus tendre avec l’économie.

Quelles sont les raisons de ces divergences de politiques et de discours ?

La Fed a un discours plus dur car elle peut se permettre de se concentrer sur une lutte totale contre l’inflation grâce à la résilience de l’économie américaine. Celle-ci s’explique par trois raisons : la mise en place d’une politique budgétaire expansionniste, la progression rapide des investissements, notamment étrangers, sur le sol américain, et le maintien de la consommation des ménages américains qui désépargnent.

La BCE ne peut compter sur un tel socle car la croissance de la zone euro est nulle et la consommation des ménages moindre. L’économie européenne est donc plus fragile et la BCE ne mène pas de politique très dure pour juguler l’inflation.

Derrière les discours, allons-nous voir dans les évolutions des taux des divergences entre les deux grandes banques centrales ?

La Fed conserve une communication dure car elle veut s’assurer que les anticipations d’inflation sont bien mortes et que la hausse des prix va se maintenir à 2,5%. Mais en réalité, la banque centrale américaine est rassurée.

D’ailleurs, à l’inverse de ce que laisse entendre le discours, je pense que la Fed va baisser ses taux au début de l’année 2024 alors que la BCE devrait les maintenir entre 4% et 4,75% jusqu’en 2025. Et pour cause, l’inflation en 2024 est anticipée à 4,2% car nous n’allons plus bénéficier des effets de base des prix de l’énergie. Ce regain d’inflation qui se profile va empêcher l’institution de Francfort de baisser ses taux, contrairement à ce que croient les marchés financiers.

Si les taux évoluent différemment, quelles seront les conséquences sur les économies américaine et européenne et sur leurs devises ?

Il n’y aura pas beaucoup de conséquences sur l’euro/dollar car il existe d’importantes forces contraires. Aujourd’hui, tout le monde pense que la Fed va prochainement baisser fortement ses taux. Par conséquent, cette information devrait déjà être intégrée dans les cours du dollar, lequel devrait mécaniquement voir sa valeur baisser par rapport à l’euro. C’est sans compter sur l’énorme flux de capitaux qui entrent aux États-Unis, via les marchés financiers mais aussi en direct via les investissements des entreprises sur le sol américain. Ces investissements représentent 6 points de produit intérieur brut aux États-Unis contre aucun en zone euro. La forte demande de dollars maintient donc son cours.

En revanche, cette divergence à venir entre les banques centrales est très mauvaise pour l’économie européenne car le maintien des taux directeurs en zone euro va encore ralentir la croissance et affaiblir le tissu économique. D’autant plus que l’Europe est également fragilisée par un manque de productivité et une inflation importée importante du fait des prix de l’énergie que ne connaissent pas les États-Unis.

Cela étant, il faut raison garder sur les faillites d’entreprises. Normalement, une hausse des taux amène à une forte chute des investissements et, in fine, une chute des profits. Mais ce n’est pas ce que l’on a vu cette année. Les entreprises sont parvenues à maintenir leurs profits, ce qui permet à l’économie européenne de rester robuste.
Cette résistance s’explique par le durcissement économique porté par les ménages et les États mais aussi par les protections dont ont bénéficié les entreprises. Il y aura donc, évidemment, des hausses des défaillances d’entreprises, mais celle-ci ne sera pas catastrophique. Les 54.000 faillites d’entreprises françaises observées sur les 12 derniers mois en octobre traduisent un retour à la situation de 2019. Autrement dit, les entreprises qui font défaut aujourd’hui sont les « entreprises zombies » qui avaient survécu artificiellement grâce aux aides de l’Etat et c’est d’ailleurs la même chose aux États-Unis, malgré la résilience de leur économie.

Que pourrait faire l’Europe pour améliorer sa situation, baisser son inflation et faire repartir sa croissance ?

Il faut que les Vingt-Sept mettent en place un Inflation reduction act européen comme l’ont fait les Etats-Unis. Il faut accorder des aides fiscales à l’investissement plutôt que des subventions publiques bureaucratiques et inefficaces. Il faut réfléchir à une politique économique européenne efficace en réindustrialisant pour attirer les investissements. Reste néanmoins le problème du manque de productivité lié au vieillissement de la population, à la faiblesse de l’investissement dans la technologie et à l’absentéisme au travail. Les investisseurs sont beaucoup plus attirés par les États-Unis que l’Europe.

Lorsque les banques centrales auront vaincu leur combat contre l’inflation, jusqu’où redescendront leurs taux d’intérêt ?

En Europe, il sera très difficile de ramener l’inflation à 2% car plusieurs facteurs inflationnistes vont rester comme les prix de l’énergie, l’absence de productivité où encore le niveau élevé des coûts de production par rapport à de nombreux pays. Avec tous ces facteurs, les taux directeurs ne retomberont pas sous les 3% en Europe. Du côté des États-Unis, malgré leur meilleure situation, les taux directeurs vont probablement suivre le même schéma et s’arrêter également au seuil de 3%, ce qui correspond à la normalité monétaire des années 2000 où l’Occident vivait avec de l’inflation tout en réussissant à maintenir la croissance. Les taux d’intérêt à 0% n’ont été qu’un épisode de politique monétaire anormalement accommodante servant à soutenir les Etats trop endettés qui va prendre fin.

Evolution des taux d’intérêt: les experts de la BCE dans le potage

Evolution des taux d’intérêt: les experts de la BCE dans le potage

Preuve que l’économie n’est pas une science exacte, les experts de la Banque centrale européenne sont très divisés sur l’évolution des taux. Il y a d’un côté ceux qui adhèrent à l’orthodoxie financière chère à l’Allemagne pour rendre l’argent le plus cher possible afin de réduire l’inflation. De l’autre, il y a ceux qui manifestent leurs inquiétudes sur l’impact négatif des très forts taux d’intérêt sur la croissance. En effet 2024 la plupart des pays vont voir leur activité tutoyer la stagnation.

Alors que la BCE a marqué une pause dans sa série de hausses des taux en octobre après les avoir fait passer de 0% au printemps 2022 à 4%-4,75% en septembre 2023, l’incertitude règne sur les futures décisions de l’Institution de Francfort.

Le président de la Bundesbank Joachim Nagel a prévenu que « il ne serait pas judicieux de commencer à réduire les taux d’intérêt trop tôt »

Alors que le gouverneur de la Banque de France, a affirmé, le 9 novembre que « nous sommes en train de gagner la bataille contre l’inflation et sauf surprise, sauf choc, la hausse de nos taux directeurs, c’est fini ». Une prise de position étonnante de la part de la Banque de France d’habitude très proche de la philosophie financière allemande mais qui ressemble cette fois à un soutien apporté aux propos du ministre de l’économie française; Davantage qu’à une analyse pertinente de l’évolution financière.

Pour le banquier central allemand, il s’agit d’être « patient et maintenir le cap pour récolter les fruits du resserrement en termes de désinflation (…) (ces taux) devront donc rester à un niveau élevé pendant une période suffisante ». Un point de vue tranché, et qui pourrait influencer les décisions prochaines de l’Institution de Francfort étant donné que Joachim Nagel est à la tête de la politique monétaire de la première économie européenne.

D’autant que son point de vue est partagé par la présidente de la Banque centrale européenne. La hausse des prix en zone euro s’est établie à 2,9% sur un an en octobre, presque au niveau cible de 2% et surtout bien loin du pic supérieur à 10% observé à la même période l’an dernier.

Néanmoins, la bataille n’est pas encore gagnée. Une bonne partie de la baisse sensible du taux d’inflation ces derniers mois est liée à un reflux des prix de l’énergie, qui s’explique par un « effet de base » en comparaison aux fortes hausses enregistrées en octobre 2022, a ainsi expliqué Christine Lagarde lors d’un entretien télévisé avec le Financial Times. Ces effets ne vont plus se reproduire dans les mois qui viennent, aussi il faudra « vraiment surveiller le prix de l’énergie à l’avenir », a-t-elle souligné. Ainsi, la présidente de la BCE Christine Lagarde a estimé il y a une semaine qu’une baisse des taux « n’est pas quelque chose qui se passera dans les prochains trimestres ».

Évidemment les éminents experts ne peuvent préjuger ce que sera exactement l’économie en 2024. Ce qui est certain c’est qu’on va tutoyer la stagnation un peu partout ou afficher des croissances assez anecdotiques. Reste parmi les inconnus aussi les évolutions géopolitiques.

En dernier ressort ce qui risque d’être déterminant pour les taux de la BCE, c’est la politique monétaire américaine. En effet ce sont surtout les taux directeurs de la Fed qui constituent un repère pour la BCE qui doit ainsi s’aligner. Faute de cela , l’euro risquerait de subir une baisse très préjudiciable.

D’autres responsables de la politique monétaires se placent même en opposition directe à François Villeroy de Galhau Qui a imprudemment déclaré : « la hausse des taux , c’est fini!

Le banquier central autrichien Robert Holzmann a notamment affirmé que le deuxième trimestre était tout simplement trop tôt pour une baisse des taux.

Idem, Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE et compatriote de Joachim Nagel, a même demandé la semaine passée de ne pas « fermer la porte à une nouvelle hausse » des taux d’intérêt sur le chemin potentiellement instable pour ramener l’inflation à 2%.

Taux d’intérêt : élevés pendant encore longtemps

Taux d’intérêt : élevés pendant encore longtemps

A priori, certains experts prévoient le maintien de taux élevé pendant encore longtemps en raison du maintien d’une inflation encore trop forte. Certes tendanciellement cette inflation s’affaiblit mais évidemment elle s’ajoute aux inflations précédentes de sorte que les prix, eux, demeurent très élevés. Pour résumer, les prix augmentent mais moins que précédemment mais ils augmentent dans à peu près tous les domaines si on compare avec les deux années précédentes. Du coup, la politique monétaire restrictive va sans doute continuer aux Etats-Unis mais aussi dans la plupart des autres zones monétaires contrairement à ce qu’affirme la banque de France. Quand François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, jugeait, jeudi, que les taux d’intérêt de la BCE n’allaient plus progresser « sauf choc » et « sauf surprise », Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine tenait quelques heures plus tard un discours beaucoup moins optimiste. Après avoir maintenu lors des deux dernières réunions monétaires les taux américains dans leur fourchette de 5,25% à 5,50% -au plus haut depuis plus de 20 ans-, la Fed n’exclut pas de les remonter.

Dans les milieux financiers on espérait un mouvement de desserrement mais qui n’est pas envisagé pour l’instant par les gestionnaires des banques centrales notamment aux États-Unis.
Aux Etats-Unis, la tendance n’est donc pas à l’inversion de la courbe des taux. « Une baisse du taux directeur n’est pas susceptible de se produire à court terme. J’adhère à la position selon laquelle les taux vont devoir rester élevés plus longtemps », a indiqué Patrick Harker, président de la Fed de Philadelphie, lors d’un discours au Northwestern University Transportation Center, à Evanston, dans l’Illinois.

Le 1er novembre, la Fed a maintenu ses taux dans la fourchette de 5,25 à 5,50% dans laquelle ils se trouvent depuis juillet, leur plus haut niveau depuis 22 ans. Patrick Harker a fait état des « décalages » entre les décisions de politique monétaire et leurs effets sur l’économie réelle, précisant que « maintenir le taux stable donnera le temps de rattraper leur retard ».

Les décisions de la Fed dans les mois à venir pourront aller « dans un sens ou dans l’autre, en fonction de ce que nous disent les données », a souligné ce responsable, qui dispose en 2023 du droit de vote tournant au sein du comité de politique monétaire (FOMC), l’organe de décision.

« Nous connaissons une désinflation lente mais régulière. Les taux d’intérêt restent en territoire restrictif (et freinent l’activité économique) et, aussi longtemps qu’ils le seront, ils continueront de ralentir l’inflation », a-t-il ajouté.

Patrick Harker s’est montré optimiste quant à la trajectoire des prochains mois, avec « la maîtrise de l’inflation » et « la protection de nos fondements économiques ». Il anticipe une inflation inférieure à 3,0% sur un an en 2024, avant un retour à l’objectif de 2,0%. Et s’il table sur « un ralentissement de la croissance du PIB au cours des prochains trimestres », il n’anticipe cependant pas de « récession ».

Une autre gouverneure de la Fed, Michelle Bowman, connue pour ses positions dites « faucon », en faveur d’une politique monétaire stricte, a également estimé mardi qu’une nouvelle hausse des taux pourrait être nécessaire pour juguler l’inflation, si celle-ci ne ralentit pas assez au cours des prochains mois. « Alors que l’inflation est encore loin de l’objectif de 2% de la Fed, la dernière chose que Jerome Powell (le président de la banque centrale américaine, ndlr) et ses pairs souhaitent est un effondrement du dollar », souligne Ricardo Evangelista, analyste d’ActivTrades.

Taux d’intérêt : des niveaux élevés qui vont durer

Taux d’intérêt : des niveaux élevés qui vont durer

A priori, certains experts prévoient le maintien de taux élevé pendant encore longtemps en raison du maintien d’une inflation encore trop forte. Certes tendanciellement cette inflation s’affaiblit mais évidemment elle s’ajoute aux inflations précédentes de sorte que les prix, eux, demeurent très élevés. Pour résumer, les prix augmentent mais moins que précédemment mais ils augmentent dans à peu près tous les domaines si on compare avec les deux années précédentes. Du coup, la politique monétaire restrictive va sans doute continuer aux Etats-Unis mais aussi dans la plupart des autres zones monétaires contrairement à ce qu’affirme la banque de France. Quand François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, jugeait, jeudi, que les taux d’intérêt de la BCE n’allaient plus progresser « sauf choc » et « sauf surprise », Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine tenait quelques heures plus tard un discours beaucoup moins optimiste. Après avoir maintenu lors des deux dernières réunions monétaires les taux américains dans leur fourchette de 5,25% à 5,50% -au plus haut depuis plus de 20 ans-, la Fed n’exclut pas de les remonter.

Dans les milieux financiers on espérait un mouvement de desserrement mais qui n’est pas envisagé pour l’instant par les gestionnaires des banques centrales notamment aux États-Unis.
Aux Etats-Unis, la tendance n’est donc pas à l’inversion de la courbe des taux. « Une baisse du taux directeur n’est pas susceptible de se produire à court terme. J’adhère à la position selon laquelle les taux vont devoir rester élevés plus longtemps », a indiqué Patrick Harker, président de la Fed de Philadelphie, lors d’un discours au Northwestern University Transportation Center, à Evanston, dans l’Illinois.

Le 1er novembre, la Fed a maintenu ses taux dans la fourchette de 5,25 à 5,50% dans laquelle ils se trouvent depuis juillet, leur plus haut niveau depuis 22 ans. Patrick Harker a fait état des « décalages » entre les décisions de politique monétaire et leurs effets sur l’économie réelle, précisant que « maintenir le taux stable donnera le temps de rattraper leur retard ».

Les décisions de la Fed dans les mois à venir pourront aller « dans un sens ou dans l’autre, en fonction de ce que nous disent les données », a souligné ce responsable, qui dispose en 2023 du droit de vote tournant au sein du comité de politique monétaire (FOMC), l’organe de décision.

« Nous connaissons une désinflation lente mais régulière. Les taux d’intérêt restent en territoire restrictif (et freinent l’activité économique) et, aussi longtemps qu’ils le seront, ils continueront de ralentir l’inflation », a-t-il ajouté.

Patrick Harker s’est montré optimiste quant à la trajectoire des prochains mois, avec « la maîtrise de l’inflation » et « la protection de nos fondements économiques ». Il anticipe une inflation inférieure à 3,0% sur un an en 2024, avant un retour à l’objectif de 2,0%. Et s’il table sur « un ralentissement de la croissance du PIB au cours des prochains trimestres », il n’anticipe cependant pas de « récession ».

Une autre gouverneure de la Fed, Michelle Bowman, connue pour ses positions dites « faucon », en faveur d’une politique monétaire stricte, a également estimé mardi qu’une nouvelle hausse des taux pourrait être nécessaire pour juguler l’inflation, si celle-ci ne ralentit pas assez au cours des prochains mois. « Alors que l’inflation est encore loin de l’objectif de 2% de la Fed, la dernière chose que Jerome Powell (le président de la banque centrale américaine, ndlr) et ses pairs souhaitent est un effondrement du dollar », souligne Ricardo Evangelista, analyste d’ActivTrades.

Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière des banques centrales en cause

Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière des banques centrales en cause


Pour les partisans de l’orthodoxie financière, il n’y a pas de doute: seul le relèvement des taux d’intérêt peut contribuer à lutter contre l’inflation. C’est souvent la position de la Banque de France. Le problème est que la science économique est une science molle et approximative et que les lois d’hier sont souvent remises en question par la complexité des problématiques et leur évolution rapide.

Il faut dire que les différents responsables de la Banque de France sont souvent plus près des intérêts de l’Allemagne que de ceux de la France. Relever en effet à nouveau les taux d’intérêt, c’est prendre le risque de tuer définitivement la petite perspective très hypothétique de croissance notamment en 2024.

Et ce n’est sans doute pas par hasard si la banque centrale européenne et la banque centrale américaine vienne de décider du statu quo en matière de taux d’intérêt justement pour tenir compte du très net tassement de la croissance internationale qui se dirige tout droit vers la stagnation voire la régression.

Pour l’instant, on prévoit en effet uniquement une augmentation de l’activité de l’ordre de 1 %. Un pronostic par ailleurs fragile avec l’évolution de la guerre en Ukraine et des événements au Proche-Orient. En outre et surtout, il se pourrait bien que l’outil magique des taux d’intérêt ne serve pas la lutte contre l’inflation mais au contraire l’alimente. Voire à cet égard toutes les perspectives d’augmentation des tarifs de produits et services en 2024. En effet par anticipation, nombre de produits et services voient leurs tarifs progresser dans la perspective du renchérissement du coût de l’argent.

En septembre, les gardiens de l’euro ont décidé à une « solide majorité » de relever les taux d’intérêt à 4,5%, son plus haut niveau depuis 1999.

« Une décision difficile » face à un contexte économique incertain. Telles sont les conditions dans lesquelles la Banque centrale européenne a décidé de relever son taux directeur le 14 septembre dernier. Des coulisses décrites dans un compte-rendu de réunion de la BCE publié ce jeudi, et consulté par l’AFP. D’après celui-ci, le choix d’augmenter les taux ou faire une pause était assujetti à « des considérations tactiques » aux impacts multiples.

Lors de cette réunion, les gardiens de l’euro ont décidé à une « solide majorité » de relever les taux d’intérêt à 4,5%, son plus haut niveau depuis 1999. Depuis juillet 2022, c’est la dixième fois d’affilée que l’institution de Francfort effectue ce geste. Ce, dans un contexte d’inflation en baisse en zone euro mais encore appelée à durer.

D’après le document, les partisans d’une pause ont, durant cette réunion, donné de la voix, arguant notamment qu’une nouvelle hausse des taux « risquait de répéter la situation qui s’était produite en 2011 », lorsque des hausses avaient dû être « rapidement inversées », au début de la crise de la dette souveraine.

Inflation et Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière en cause

Inflation et Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière en cause


Pour les partisans de l’orthodoxie financière, il n’y a pas de doute: seul le relèvement des taux d’intérêt peut contribuer à lutter contre l’inflation. C’est souvent la position de la Banque de France. Le problème est que la science économique est une science molle et approximative et que les lois d’hier sont souvent remises en question par la complexité des problématiques et leur évolution rapide.

Il faut dire que les différents responsables de la Banque de France sont souvent plus près des intérêts de l’Allemagne que de ceux de la France. Relever en effet à nouveau les taux d’intérêt, c’est prendre le risque de tuer définitivement la petite perspective très hypothétique de croissance notamment en 2024.
Pour l’instant on prévoit en effet uniquement une augmentation de l’activité de l’ordre de 1 %. Un pronostic par ailleurs fragile avec l’évolution de la guerre en Ukraine et des événements au Proche-Orient. En outre et surtout, il se pourrait bien que l’outil magique des taux d’intérêt ne serve pas la lutte contre l’inflation mais au contraire l’alimente. Voire à cet égard toutes les perspectives d’augmentation des tarifs de produits et services en 2024. En effet par anticipation, nombre de produits et services voient leurs tarifs progresser dans la perspective du renchérissement du coût de l’argent.

En septembre, les gardiens de l’euro ont décidé à une « solide majorité » de relever les taux d’intérêt à 4,5%, son plus haut niveau depuis 1999.

« Une décision difficile » face à un contexte économique incertain. Telles sont les conditions dans lesquelles la Banque centrale européenne a décidé de relever son taux directeur le 14 septembre dernier. Des coulisses décrites dans un compte-rendu de réunion de la BCE publié ce jeudi, et consulté par l’AFP. D’après celui-ci, le choix d’augmenter les taux ou faire une pause était assujetti à « des considérations tactiques » aux impacts multiples.

Lors de cette réunion, les gardiens de l’euro ont décidé à une « solide majorité » de relever les taux d’intérêt à 4,5%, son plus haut niveau depuis 1999. Depuis juillet 2022, c’est la dixième fois d’affilée que l’institution de Francfort effectue ce geste. Ce, dans un contexte d’inflation en baisse en zone euro mais encore appelée à durer.

D’après le document, les partisans d’une pause ont, durant cette réunion, donné de la voix, arguant notamment qu’une nouvelle hausse des taux « risquait de répéter la situation qui s’était produite en 2011 », lorsque des hausses avaient dû être « rapidement inversées », au début de la crise de la dette souveraine.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol