Archive pour le Tag 'guerre'

Guerre commerciale : l’inquiétude des marchés

Guerre commerciale : l’inquiétude des marchés

 

Depuis plusieurs jours les marchés dévissent. En cause surtout la menace de taxer la totalité des importations chinoises. Après avoir indiqué que la hausse des droits de douane porterait sur 260 milliards, le président américain a déclaré qu’aucune perspective de négociations avec la Chine n’était en vue. Dans ces conditions il pourrait taxer la totalité des produits importés de Chine, c’est-à-dire sur de l’ordre de 500 milliards. De quoi inquiéter les marchés quand on connaît la complexité des processus de production et de commercialisation. En effet nombre d’éléments constitutifs de la production américaine sont fabriqués en Chine et vient donc viendront donc renchérir ses coups de fabrication. Notons aussi que l’Europe est également menacée par Trump du même relèvement des taxes portant sur les importations. Pire, Trump envisage même de se retirer de l’organisation mondiale du commerce, ce qui aurait pour effet de faire croître les droits de douane sur tous les produits échangés avec les États-Unis.  Apple, première capitalisation boursière mondiale a déclaré que les droits de douane envisagés par le président Donald Trump sur 200 milliards d’importations de produits chinois s’appliqueraient à une série de ses produits. »Apple est un nom phare », souligne Quincy Krosby, stratège en chef chez Prudential Financial. « (C’est) pourquoi nous pourrions voir des prises de bénéfices. »Sur la semaine, le Dow a perdu 0,19%, le S&P-500 a lâché 1,03% et le Nasdaq 2,55%, qui affiche son plus mauvaise performance hebdomadaire depuis mars. Le président américain a relancé les inquiétudes des investisseurs sur le front commercial en se disant prêt à imposer 267 milliards de dollars d’importations chinoises, en plus de celles de 200 milliards, qu’il peut désormais décider à tout moment. Donald Trump a par ailleurs annoncé que les Etats-Unis et le Japon avaient entamé des discussions commerciales, ajoutant « si nous ne concluons pas d’accord, le Japon sait que ce sera un drame ». Plus tôt dans la journée, le conseiller économique de la Maison blanche Larry Kudlow avait déclaré que le locataire de la Maison blanche ne prendrait aucune décision sur ces nouvelles taxes visant 200 milliards de dollars de produits chinois importés avant d’avoir examiné les résultats d’une consultation publique sur le sujet. »Les déclarations de Trump sont l’un de ces facteurs font baisser les marchés », relève Gary Bradshaw, gérant de portefeuille chez Hodges Funds. »Il est possible que (la Chine) dévalue à nouveau sa monnaie, ce qui fait monter le dollar et fait monter la pression sur les entreprises exportatrices américaines », estime un autre expert.

 

Guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

Réponse du berger à la bergère les chinois pénalisent aussi le commerce américain. Les Etats unis qui ont décidé de taxer 50 milliards d’imports chinois (sur un total de 500 milliards) subiront eux aussi une imposition des exports à destination de la Chine pour un montant de 16 Milliards. Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi qu’il imposait des droits de douane de 25% sur 16 milliards de dollars (13,8 milliards d’euros) de produits américains en représailles à une mesure similaire prise par les Etats-Unis sur des produits chinois. La mesure prendra effet le 23 août et portera sur une liste de 333 produits américains dont le charbon, le diesel, des produits sidérurgiques ainsi que certaines automobiles, des marques de bicyclettes et des équipements médicaux. Le ministère chinois du Commerce explique que cette décision intervient en réponse à la décision de Washington de taxer à hauteur de 25% une seconde tranche de produits chinois à partir du 23 août. L’administration américaine a annoncé mardi qu’elle finalisait cette seconde tranche de produits chinois soumis à des taxes douanières qui vient s’ajouter à une première tranche portant de 34 milliards de dollars de biens Made in China taxés depuis le 6 juillet. Ces deux tranches représentent au total les 50 milliards de dollars d’importations en provenance de Chine dont Donald Trump avait annoncé le 15 juin qu’elles seraient frappées par des droits de douane de 25%.

Guerre commerciale: des risques sérieux pour 2019

Guerre commerciale ; des risques sérieux pour 2019

La guerre commerciale entamée par le président Américains ne commencera à produire des effets significatifs que vers la fin de l’année et surtout à partir de 2019. Les organismes de prévision vont donc continuer de réviser à la baisse leurs projections. Une baisse déjà constatée avant même la décision d’augmenter les droits de douane mais  qui sera accentué. Parallèlement à ce tassement de la croissance en 2018, se produira une remontée de l’inflation en particulier du pétrole qui viendra amputer le pouvoir d’achat des ménages donc la consommation et l’activité. On comprend donc le raidissement de l’Europe vis-à-vis des intentions américaines non seulement de taxer l’acier et l’aluminium mais d’autres produits comme l’automobile. Du coup lors des du G20 des finances l’union européenne s’est clairement opposée au États-Unis refusant même d’envisager le moindre accord commercial tant que les droits de douane supplémentaire n’auront pas été supprimés. – Le secrétaire américain au Trésor a bien  tenté samedi de mettre l’Europe et le Japon de son côté dans le bras de fer commercial avec la Chine, en leur proposant des accords de libre échange, mais s’est heurté à la ferme résistance de la France, lors d’une réunion des ministres des Finances du G20 à Buenos Aires. “Si l’Europe croit au libre échange, nous sommes prêts à signer un accord en ce sens”, a déclaré Steven Mnuchin, ajoutant qu’un tel accord nécessiterait non seulement l’élimination des droits de douane, mais des barrières non tarifaires et des subventions. “Il faut régler les trois problèmes”, a-t-il insisté.

“Nous refusons de négocier avec un pistolet sur la tempe”, lui a indirectement répondu le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, excluant d’entamer des négociations commerciales avec les Etats-Unis sans une levée des droits de douane sur l’acier et d’aluminium importés de l’Union européenne, du Canada et du Mexique. Cette mesure imposée en juin par Donald Trump lui a valu une riposte commerciale des “28”. Le président américain envisage désormais de taxer les automobiles, ce qui frapperait durement les Etats membres de l’UE et le Japon. Washington a également décidé de taxer 34 milliards d’importations chinoises et Donald Trump s’est dit prêt à porter le total à 500 milliards.

Pas de guerre commerciale (Fed)

Pas de guerre commerciale (Fed)

Le président de la FED fait sans doute de la pédagogie  et tente d’éloigner les démons en affirmant que la guerre commerciale n’aura pas lieu, que l’économie va bien se porter pendant plusieurs années encore aux Etats-Unis. Une déclaration pour rassurer des milieux économiques particulièrement inquiets des mesures de Trump concernant la hausse des droits de douance sur la Chine et l’Europe en particulier mais surtout sur les risques de rétorsions de part et d’autre qui créent un environnement d’incertitudes.  Le président de la Fed a ainsi affirmé qu’il pensait non seulement que l’économie se portait bien, mais qu’une phase de croissance stable s’annonçait, à condition que la Fed mène une politique monétaire adaptée. “Avec une politique monétaire appropriée, le marché du travail restera vigoureux et l’inflation se maintiendra près de 2% pendant plusieurs années”, dit-il dans son texte. Il s’agit des propos les plus clairs à ce jour affirmant que le double objectif de la Fed – emploi et inflation – est à portée de main, plus de dix ans après que les Etats-Unis ont été plongés dans une profonde crise financière. Fed “croit que – pour le moment – la meilleure manière d’aller de l’avant est de continuer à relever progressivement le taux des federal funds”, de manière à suivre le renforcement de l’économie, mais sans relever trop, ni trop vite, les taux pour affaiblir la croissance, a-t-il ajouté. Il n’a pas donné son point de vue sur le rythme auquel il faudrait relever les taux, ni dit s’il pensait, comme certains de ses collègues, que la Fed devrait marquer une pause dans son cycle de hausse des taux à un moment donné de l’an prochain si l’inflation reste maîtrisée. Jérôme Powell a certes reconnu une incertitude entourant la politique commerciale de l’administration Trump qui, selon l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), pourrait mettre en péril la reprise économique mondiale. Mais, a-t-il dit, “il est difficile de prévoir le résultat ultime des discussions de politique commerciale en cours”. Globalement, les risques pour l’économie sont “à peu près équilibrés” avec pour évolution la plus probable une poursuite des créations d’emplois, avec une inflation modérée et une croissance soutenue. Répondant par la suite aux questions des sénateurs, il a toutefois admis qu’imposer des droits de douane élevés pendant une longue période serait néfaste pour l’économie américaine. Sur le marché des futures sur taux à court terme, les traders ont continué à parier sur deux nouvelles hausses de taux cette année après le discours confiant du président de la Fed sur la croissance américaine. Ils continuent de tabler sur un relèvement en septembre et sur plus de 50% de chances d’un autre en décembre, à peu près de la même manière qu’avant le discours. De même, les marchés d’actions et de taux sont restés relativement stables après les propos préliminaires de Powell qui, selon les analystes, n’ont apporté que peu de surprises.

Guerre commerciale américaine : taxes sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires

Guerre commerciale américaine : taxes sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires 

Cette fois la guerre commerciale semble bien engagée. Trump a d’abord taxé un peu plus de 30 milliards de dollars de produits chinois. Les chinois ont bien entendu répliqué sur les mêmes volumes. Du coup,  Trump prévoit de taxer la moitié des importations chinoises (autour de 250 milliards sur 500). Donald Trump s’apprête à rendre publique une liste portant sur 200 milliards de dollars (170 milliards d’euros) de produits chinois supplémentaires qui seront assujettis à des droits de douane, rapporte Bloomberg, qui cite deux responsables au fait du dossier. A en croire Bloomberg, cette liste pourrait être publiée dès mardi, et en tout cas vraisemblablement cette semaine. Les Etats-Unis ont commencé à percevoir vendredi 25% de droits de douane sur 34 milliards de dollars (29 milliards d’euros) de marchandises chinoises importées et Donald Trump a averti qu’à terme, plus de 500 milliards de dollars (425 milliards d’euros) de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxées.

Guerre commerciale ou combat de coqs

Guerre commerciale ou combat de coqs

 

Difficile de dire si les Etats Unis vont ou non déclencher la plus grande guerre commerciale. Jusque là en effet les droits de douane annoncés par les Etats Unis sur la Chine portent sur un peu plus de 30 milliards. Mais comme la Chine a répliqué en rehaussant aussi ses taxes sur un même volume d’importation, Trump a aussi annoncé que ce relèvement général des droits de douane pourrait porter sur la totalité des importations en provenance de Chine, soit 500 milliards de dollars.  La question est de savoir ce que souhaite exactement Trump : la déstabilisation totale du commerce mondial et de sa croissance ou un compromis. Lui-même n’en sait sans doute rien comme en témoigne ses positions contradictoire sur nombre de sujets ; La Corée par exemple. Demain peut-être l‘Iran. En attendant  Les Etats-Unis et la Chine se sont mutuellement infligé vendredi des droits de douane de 25% sur 34 milliards de dollars (29 milliards d’euros) d’importations respectives et Pékin accuse Washington de déclencher une guerre commerciale à l’échelle la plus grande qui ait jamais été. Le ministère du Commerce chinois s’est dit forcé de riposter, impliquant que divers produits américains importés tels que les automobiles, le soja et les homards étaient eux aussi assujettis à des droits de douane de 25%. Le ministère a dit par la suite que la Chine avait saisi l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur ce dossier.

Certains républicains ne suivent pas Donald Trump dans son offensive.

“Les droits de douane non seulement affectent nos agriculteurs, nos éleveurs et les constructeur d’avions, mais aussi chaque consommateur américain. Il faut travailler avec nos alliés pour isoler la Chine plutôt qu’aggraver le conflit commercial”, a dit le sénateur Jerry Moran du Kansas, un Etat à forte production agricole. “Nous pouvons probablement dire que la guerre commerciale a officiellement débuté”, a commenté Chen Feixiang, qui enseigne l’économique appliquée à l’université Jiaotong de Shanghaï. “Si elle s’arrête à 34 milliards de dollars, elle n’aura qu’un effet marginal sur les deux économies, mais si elle dégénère jusqu’aux 500 milliards évoqués par Trump, elle va avoir un gros impact sur les deux pays.” Après les premiers 34 milliards de ce vendredi, a déclaré le président américain à bord de son avion Air Force One, “vous avez encore 16 (milliards de dollars) dans deux semaines. Et puis, comme vous le savez, nous avons 200 milliards de dollars en suspens et, après ces 200 milliards de dollars, nous avons 300 milliards de dollars en suspens. OK ? Ainsi, nous avons 50 + 200 + près de 300.” Selon un conseiller de la banque centrale chinoise, cité par l’agence Chine nouvelle, le projet de taxation de 50 milliards de dollars de produits chinois réduira la croissance économique chinoise de 0,2 point. Mais évidemment si les taxes devaient portaient sur la totalité des exportations, la croissance pourraiat être davantage affectée, de l’ordre de 2 à 3%.

Guerre commerciale : les Français redoutent la montée des tensions

Guerre commerciale : les Français redoutent la montée des tensions

Selon le dernier baromètre BVA pour La Tribune sur les questions de l’économie, 60% des interrogés estiment que la situation conflictuelle sur les droits de douane  ne profitera ni aux États-Unis ni à l’Union européenne. Seulement 6% des sondés indiquent que cette situation sera bénéfique des deux côtés de l’Atlantique.  Selon les résultats collectés par l’organisme de sondage, moins de 4 Français sur 10 déclarent que la politique économique européenne sera favorable pour « les entreprises françaises (38%), la situation du pays (33%) et l’emploi (27%). » À l’échelle européenne, les répondants signalent que les orientations économiques de l’UE sont « une bonne chose pour les entreprises européennes (52%), ils ne sont que 41% à juger qu’elles sont une bonne chose pour la situation économique en Europe et 39% pour l’emploi en Europe. » Interrogés sur la mise en place de barrières tarifaires en Europe, les Français semblent très partagés sur ce type de dispositifs. S’ils sont 48% à affirmer que ces mesures protectionnistes peuvent améliorer la compétitivité des entreprises françaises, ils sont seulement 34% à dire que cela pourrait améliorer le pouvoir d’achat.

Méthode : enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du 2 au 3 juillet 2018. L’échantillon est composé de 975 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et CSP du chef de famille.

Croissance menacée par des risques de guerre commerciale (Draghi)

Croissance menacée par des risques de guerre commerciale (Draghi)

 

Pour Draghi, 2017 pourrait bien n’être qu’une parenthèse dans la crise qui a débuté en 2008. Les résultats de 2017 ont souvent dépassé les espérances et du coup les prévisionnistes ont donné libre cours à leur optimisme pour les années suivantes. Mais 2018 pourraiat déjà connaître un coup d’arrêt pour cet optimisme excessif. Le premier semestre a déjà enregistré un tassement notable. Le second devrait être influencé par les prémices d’une guerre commerciales qui ne fait que commencer. Une guerre commerciale aussi imprévisible que lest le président Trump lui-même En fait on pourraiat s’inscrire dans une tendance sous les 2% annuels remettant en cause nombre d’équilibre financiers ou sociaux ;

Iran : menace de guerre ?

Iran : menace de guerre ?

 

 

C’est en tout cas ce que redoute Macron avec un retrait américain de l’accord conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien. Le président Français qui n’a pas réussi à convaincre Trump ni de laisser l’accord en état, ni même de le modifier. Dans une interview à  l’hebdomadaire allemand Der Spiegel Macron évoque un risque de guerre : “Nous ouvririons la boîte de Pandore. Il pourrait y avoir une guerre”, a-t-il déclaré au magazine, tout en disant penser que telle n’était pas l’intention de son homologue américain, Donald Trump. Une dernière déclaration sans doute excessive pour tenter d’influencer Trump. Ce qui est sûr c’est que si les américains se retirent de cet accord, les iraniens le considéreront caduc. En clair,  ils reprendront leurs activités nucléaires comme ils l’entendent. Il n’y aura sans doute pas de guerre mais des tensions inévitables du fait des nouvelles sanctions économiques américaines qui accompagneront le retrait de l’accord.  Mercredi, deux responsables de la Maison blanche et une source proche de l’administration américaines déclaraient que Donald Trump avait déjà quasiment décidé de sortir de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Cet accord conclu entre Téhéran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne (P5+1) a conduit l’Iran à mettre son programme nucléaire en sourdine en échange d’un allègement des sanctions économiques imposées pendant des années à la République islamique. La tension est montée à l’approche de l’échéance du 12 mai fixée par le président américain concernant l’accord signé à Vienne. Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne restent attachés à l’accord nucléaire en tant que tel, mais désormais, pour éviter que Washington ne s’en retire, ces pays européens souhaitent engager des discussions avec Téhéran sur son programme de missiles balistiques et sur ses activités nucléaires au-delà de 2025 – année où les clauses principales de l’accord expireront -, mais aussi sur son rôle dans des conflits du Moyen-Orient comme la Syrie et le Yémen.

Après la Syrie reprise de la guerre à Notre-Dame-des-Landes ?

Après la Syrie reprise de la guerre à Notre-Dame-des-Landes ?

Officiellement la guerre est terminée en Syrie et aussi à Notre Dame des Landes. Les 2500 gendarmes ont triomphé des écolos gauchos sur le terrain où devait être implanté un aéroport. Les forces armées se sont retirées. On a détruit 39 cabanes en bois sur une centaine.  La préfète de Loire-Atlantique a annoncé vendredi que la phase d’expulsion des occupants illégaux de terres agricoles et de démolition de leurs “squats” était terminée. Le problème c’est que cette opération de police très médiatisés a fit revenir de nombreux zadistes.  Au moins 700 zadistes et leurs soutiens sont toujours sur place et la gendarmerie faisait état samedi de l’arrivée de sympathisants en prévision du rassemblement de dimanche. Les heurts ont repris tôt samedi matin après le déblaiement par les forces de l’ordre d’une route de campagne traversant la ZAD et hérissée de barricades. Près du lieu dit les “Fosses noires”, plusieurs dizaines de zadistes armés de pierres et de raquettes de tennis pour renvoyer les grenades lacrymogènes ont ainsi affronté les gendarmes mobiles, qui ont aussi fait usage de grenades assourdissantes.  Le pire c’est que le Premier Ministre s’était déplacé la veille pour célébrer la grande victoire. En fait l’armistice car on s’attend à une nouvelle « guerre rurale » dimanche avec autour de 1000 manifestants.

Frappes Syrie : Une drôle de micro guerre

Frappes Syrie : Une drôle de micro guerre

Les frappes de la France des Etats-Unis et de la Grande Bretagne ont  fait davantage de bruit dans les médias mondiaux que sur le terrain. En cause, le fait que les preuves de l’utilisation de gaz militaires ne sont pas clairement établies. L’affaire rappelle un peu trop celle de l’Irak supposée détenir des armes nucléaires. En outre, l’initiative a été prise par Trump qui a un besoin urgent de se dépatouiller  du soupçon d’aide russe lors de son élection qui fait l’objet d’une enquête. La vérité c’est que  l’attaque des occidentaux a été plus symbolique que militaire. Pour preuve douze missiles – trois de croisière et neuf Scalp – ont été tirés par l’armée française contre deux sites, la France ayant choisi ses cibles de manière autonome en coordination avec ses alliés, a expliqué le chef d’état-major des Armées, François Lecointre, lors de la même conférence de presse. Cinq frégates – trois frégates multimissions FREMM, une frégate anti-aérienne et une frégate anti-sous-marine – et un pétrolier ravitailleur ont été engagés, une FREMM tirant trois missiles, ainsi que cinq Rafale, quatre Mirage 2000-5, deux Awacs et des ravitailleurs, les Rafale tirant neuf missiles. François Lecointre a précisé que la France n’avait pas participé aux tirs sur le centre de recherche situé près de Damas mais frappé deux autre sites dans la région de Homs : un site de stockage souterrain qu’elle a frappé seule avec sept missiles Scalp qui ont atteint avec “certitude” leur cible et un site d’assemblage visé avec les Américains et les Britanniques, et qui a été détruit Pour la France cela a permis à Macron de s’afficher en chef de guerre pour renforcer uen autorité atteinte par la grogne sociale.  Autour de la table du PC de commandement savamment télévisée, Emmanuel Macron et dix membres de sa garde rapprochée, dont son équipe diplomatique et son chef d’état-major particulier l’amiral Bernard Rogel, étaient présents.

 

Syrie : guerre de tweets ou de missiles ?

Syrie : guerre de tweets ou de missiles ?

 

Dans sa rhétorique habituelle, Trump souffle le chaud et le froid, la provocation et le compromis. Après avait annoncé une pluie de missiles sur la Syrie, menacé la Russie, le chef de l’Etat américain semble se raviser (sans doute sur les conseils du pentagone).  - Dans un message matinal publié sur son compte Twitter, le président américain affirme “ne jamais avoir dit quand une attaque contre la Syrie pourrait avoir lieu. Peut-être bientôt, ou peut-être pas si tôt que ça.” Donald Trump a prévenu la Russie mercredi que les Etats-Unis pourraient intervenir d’ici peu en Syrie après l’attaque de Douma, qui est tombée jeudi aux mains des forces gouvernementales. Le président américain répondait ainsi aux mises en garde de Moscou qui a averti Washington que tout missile tiré contre la Syrie serait abattu et que les sites de lancement seraient détruits. A Londres, la Première ministre Theresa May a réuni son gouvernement pour étudier une possible participation britannique à une opération militaire contre la Syrie. Le ministre chargé du Brexit, David Davis, a souligné que toute décision devrait être savamment pesée, avec une extrême prudence et en se fondant sur des preuves solides. Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la France avait la preuve d’une attaque chimique du gouvernement syrien à Douma et décidera d’une action militaire, en coordination avec les Etats-Unis, une fois que toutes les informations auront été vérifiées. “Nous aurons des décisions à prendre en temps voulu, quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace”, a-t-il poursuivi, précisant qu’il était en contact étroit avec Donald Trump. Plus prudent, Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré que son pays voulait être consulté avant qu’un allié occidental décide d’intervenir militairement en Syrie. La chancelière Angela Merkel a dit que l’Allemagne ne participerait pas à une éventuelle frappe contre la Syrie, tout en affirmant qu’il fallait réagir à l’utilisation d’armes chimiques.

5 G : guerre les États-Unis et la Chine

5 G : guerre les États-Unis et la Chine

Une véritable guerre économique est engagée entre la Chine et les Etats-Unis pour la maitrise de la technologie 5G qui permettra de nombreuses applications de l’IA et fera émerger les nouveaux leaders du numérique au plan mondial. . Comme la  Chine envisage de consacrer des sommes colossales, les Etats-Unis n’écartent pas l’hypothèse d’un financement public. Ce qui n’est guère dans la doctrine Trump. . Selon Reuters, qui cite un document d’études prévisionnelles du ministère de l’Industrie et des technologies de l’information, les investissements cumulés de la Chine  dans la 5G s’élèveront, d’ici 2025, à 1.650 milliards de yuans (environ 214 milliards d’euros) ! Toujours d’après l’agence économique, les équipementiers télécoms chinois comme ZTE et Huawei en sont parmi les principaux bénéficiaires. Ce dernier, qui se rêve par ailleurs en futur leader du marché des smartphones, dépense chaque année une bonne dizaine de milliards de dollars en recherche-développement, dont une part importante va dans la 5G. Ces dernières années, le groupe a même ouvert un labo dédié à cette technologie en France, avec à sa tête Mérouane Debbah, un cador des communications radio. En parallèle, Huawei multiplie les collaborations avec les industriels de la robotique, de l’automobile, de l’industrie du futur ou des acteurs de la ville intelligente pour trouver aussi vite que possible des débouchés à la 5G. Remporter la course à la 5G est aussi devenu la priorité des priorités aus Etats-Unis. À la Maison-Blanche, on ne songe, désormais, qu’à faciliter les investissements dans cette technologie des géants maisons des télécoms, à l’instar des opérateurs AT&T ou Verizon. Sous ce prisme, la décision récente de l’administration Trump de mettre fin à la neutralité du Net constitue un moyen d’inciter les géants du mobile à accélérer dans la 5G. Car en mettant fin à ce principe - au grand dam de ses défenseurs -, les États-Unis permettent au secteur de doper ses revenus. Concrètement, les FAI ont désormais la possibilité de faire payer leurs clients plus cher pour certains services gourmands en bande passante, ou avec une meilleure qualité de service. Ce qu’ils n’avaient pas le droit de faire jusqu’à présent.  Selon le site d’information Axios et le Wall Street Journal, qui citent une note confidentielle, des responsables de la Maison-Blanche en charge de la sécurité nationale ont poussé l’exécutif à investir dans un grand réseau 5G américain sur deniers publics pour contrer la Chine.

 

Guerre économique Etats-Unis-Europe : hausse des tarifs de certaines exportations américaines

Guerre économique Etats-Unis-Europe : hausse des tarifs de certaines exportations américaines

 

On s’engage sans doute dans uen guerre économique avec les Etats Unis avec l’intention de Trump d’imposer des droits de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. Une orientation qui vise la Chine mais en fait tous les pays exportateurs. L’Europe est touchée comme de nombreuses autres zones commerciales ; En réplique l’Union européenne envisage d’appliquer des tarifs douaniers de 25% sur environ 3 milliards de dollars  d’importations en provenance des Etats-Unis si Donald Trump met à exécution son projet. Une réplique mesurée car les exportations européennes d’acier et d’aluminium représentent environ 8 milliards alors que les sanctions européennes concernent un montant de 3 milliards de produits importés des Etats-Unis. Une réplique mesurée par le fait que la balance commerciale est très déséquilibrée au profit de l’Europe. Son président Jean-Claude Juncker a déclaré vendredi que l’UE n’aurait pas d’autre choix que de répondre de la même manière si les Etats-Unis instauraient effectivement ces tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance d’Europe. “Nous allons mettre des barrières douanières sur les Harley-Davidson, sur le bourbon et sur les jeans Levis”, a déclaré Jean-Claude Juncker à la télévision publique allemande. “Nous sommes bien présents et ils vont apprendre à nous connaître. Nous aimerions avoir une relation raisonnable avec les Etats-Unis mais nous ne pouvons pas nous contenter de faire l’autruche”, a-t-il ajouté.

États-Unis : risque de guerre économique avec aussi l’Europe

États-Unis : risque de guerre économique avec aussi l’Europe

 L’annonce par Trump d’une augmentation des droits de douane sur les importations d’aluminium et d’acier vise la Chine mais aussi l’Europe. Du coup la compétitivité des exportations européennes sera plombée.

 

 

Principaux pays producteurs mondiaux d’acier en 2015 :

 

Pays

Production

millions tonnes

% mondial

1 Chine 803.8 49,58 %
2 Japon 105.2 6,48 %
3 Inde 89.4 5,51 %
3 USA 78.8 4,86 %
4 Russie 70.9 4,37 %
5 Corée du Sud 69.7 4,29 %
6 Allemagne 42.7 2,63 %
7 Brésil 33.3 2,05 %
8 Turquie 31.5 1,91 %
9 Ukraine 23.0 1,41 %
10 Italie 22.0 1,35 %
11 Taiwan 21.4 1,32 %
12 Mexique 18.2 1,12 %
13 Iran 16.1 0,99 %
14 France 15.0 0,92 %
15 Espagne 14.8 0,91 %
16 Canada 12.8 0,87 %
17 Royaume Uni 10.9 0,67 %
18 Algérie 10.1 0,62 %
19 Pologne 9.2 0,56 %
20 Australie 7.4 0,45 %

Total monde

1621

100 %

Si la Chine est évidemment visée (d’autres zones aussi), l’Europe dont le commerce extérieurement est largemenet excédentaire avec Etats Unis est nécessairement concernée. En réplique   Donald Trump continue de mettre en place sa politique protectionniste. Le président américain a indiqué jeudi qu’il annoncerait la semaine prochaine l’imposition de droits de douane de 25% sur l’acier et 10% sur l’aluminium pour soutenir les producteurs et l’emploi américains. Cette annonce a immédiatement été condamnée par l’Union Européenne et le Canada. Les Etats-Unis sont les plus gros importateurs d’acier au monde. . Donald Trump a en principe jusqu’au 11 avril dans le cas de l’acier et jusqu’au 19 avril dans celui de l’aluminium pour se prononcer sur des mesures visant ces importations qu’il accuse d’être subventionnées et écoulées à des prix inférieur à leurs coûts de production (dumping).  L’annonce américaine a aussitôt été condamnée par ses partenaires, l’Union européenne en tête. L’UE « va réagir fermement et proportionnellement pour défendre (ses) intérêts », a affirmé jeudi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, cité dans un communiqué de presse.

Guerre du Nutella : pourtant surtout du sucre et de l’huile de palme

Guerre du  Nutella : pourtant  surtout du sucre et de l’huile de palme

La promo exceptionnelle qui a déclenché une guerre chez les consommateurs faute d’approvisionnement suffisant est d’autant plus surprenante que ce produit composé à 80% de sucre et huile n’est pas fameux pour la santé des enfants.  C’est même un vrai cocktail explosif sur le plan nutritif.( et  potentiellement cancérigène pour l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA)   Dans un post publié le 2 novembre sur Facebook, un organisme allemand de défense des consommateurs, Verbraucherzentrale Hamburg, indiquait avoir constaté que la teinte de la célèbre pâte à tartiner a été modifiée. En effet, celle-ci est plus claire qu’auparavant.  Verbraucherzentrale Hamburg – L’association Verbraucherzentrale Hamburg a comparé les étiquettes de deux pots de Nutella, achetés à des dates différentes. Les valeurs nutritives du produit ont légèrement  évolué. Selon l’étiquette examinée, la teneur en sucre a augmenté pour atteindre 56,3%, contre 55,9% précédemment tandis que la teneur en graisse a légèrement chuté pour s’établir à 30,9% contre 31,8% avant le changement de recette. Conclusion Nutella c’est surtout du sucre et de l’huile de palme. Selon Reuters, Ferrero utilise 185.000 tonnes d’huile de palme chaque année pour fabriquer son Nutella. Remplacer cet ingrédient pourrait coûter entre 8 et 22 millions de dollars par an en plus aux prix actuels du marché. Effectivement ce produit est largement utilisé dans l’alimentation dans l’industrie alimentaire ;  il entre dans la composition de nombreux aliments industriels tels que chips, biscuits, mayonnaise, chocolat, glaces, etc. L’huile de palme, extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile, est accusée d’avoir des effets nocifs sur la santé et d’être l’une des responsables de la déforestation. Le problème, c’est que ce produit est massivement utilisé par l’industrie agroalimentaire précisément en raison de son faible coût.  : La France en consomme 126.000 tonnes par an, soit deux kilos par habitant chaque année. Les palmeraies d’où est issue l’huile de palme utilisée dans les produits alimentaires se trouvent principalement en Indonésie et en Malaisie, producteurs de 80% des stocks, on en trouve également en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest. La France est un petit importateur d’huile de palme (150.000 tonnes sur une production mondiale de 62 millions de tonnes), mais les pays producteurs craignent une contagion à d’autres pays consommateurs. Les écologistes voulaient  une  surtaxation par les «effets dévastateurs de la culture industrielle du palmier à huile sur la biodiversité», pointant notamment les d’huile de palme. Autre argument: l’huile de palme fait aujourd’hui partie des huiles végétales les moins taxées en France, des taxes qui varient du simple au double !

 

La troisième guerre mondiale décrétée aujourd’hui à Notre-Dame-des-Landes ?

La troisième guerre mondiale décrétée aujourd’hui  à Notre-Dame-des-Landes ?

 

 

Il ya vraiment quelque chose d’ubuesque  dans la guerre  picrocholine qu’  envisage de mener l’État contre les zadistes de Notre-Dame des Landes. La vérité c’est qu’il s’agit d’une grosse opération médiatique  avec un déplacement de l’objet politique. En effet l’État se prépare aussi à déclarer l’abandon d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes, une décision très mal acceptée par les élus nantais mais aussi par l’intelligentsia qui estime que l’image de l’État a été bafouée. Du coup, l’État déplace l’éclairage médiatique et l’évacuation de la ZAD devient  le sujet central.  Les préparatifs liés à l’évacuation de la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) semblent en effet  s‘accélérer, avec l‘arrivée mardi de forces de sécurité dans les régions de Nantes et de Rennes, a rapporté Ouest-France. D‘après le quotidien régional, des centaines de CRS ont commencé à arriver, laissant présager l‘imminence d‘une intervention dans la zone occupée par des opposants à la construction d‘un nouvel aéroport dans la banlieue nantaise, objet de controverse depuis les années 1960.“Pour faire face à la décision sur la construction ou non de l‘aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la mobilisation des forces de police a commencé autour de Nantes et Rennes”, écrit le quotidien, selon lequel “des hôtels ont d‘ores et déjà été réservés pour héberger les forces de police, entre la semaine prochaine et le 15 février.” Une opération ridicule même si elle est approuvée par une majorité de Français (mais on ne gouverne pas avec des sondages) qui eux aussi veulent instrumentaliser Notre-Dame des Landes pour se consoler de l’inaction de l’État dans les banlieues. Bref ce qu’on ne peut pas pénétrer dans les banlieues ni même stopper les tueries entre bandes (dernièrement à Paris et à Marseille) les Français comme les pouvoirs publics veulent casser du zadiste. En plus une attitude irresponsable car il est clair que si la perspective d’un nouvel aéroport est abandonnée la plupart des zadistes perdront en même temps la motivation de leur mobilisation. Irresponsable surtout parce que cette opération essentiellement médiatique pourrait provoquer des morts et des blessés complètement inutiles. À entendre l’intelligentsia, l’État de droit doit être respecté et c’est pratiquement la troisième guerre mondiale qui doit être décrétée à Notre-Dame des Landes.

Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes : pour préparer la Guerre ?

Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes : pour préparer la Guerre ?

 

Cette affaire de libération de la ZAD de notre Dame des landes prend décidément des tournures politiques très médiatisées puisque Édouard Philippe qui a survolé la ZAD a cru bon de faire savoir qu’il avait rendu une petite visite au futur champ d’affrontement. On se demande bien quel est l’intérêt d’une telle visite à moins de préparer une guerre médiatique pour donner l’impression du rétablissement de l’autorité de l’État qu’on ne peut imposer ailleurs notamment dans les banlieues. Cette visite participe d’un grand cirque médiatique car le plus important c’est évidemment de décider ou non la construction d’un nouvel aéroport.  Il semble donc qu’on ait privilégié la piste d’un aménagement de l’aéroport existant. En conséquence la question de la ZAD  ce régulera tout naturellement. Les terres possédées par l’État seront forcément réattribuées à des agriculteurs par convention et progressivement se videront de manifestants qui n’ont plus d’objet de résister et n’ont pas ailleurs guère de vocation agricole. Mais l’affichage du gouvernement vise autre chose, montrer ses muscles dans la ZAD pour  à compenser l’impuissance totale dans des zones de non-droit. En même temps,  satisfaire l’orgueil bafoué des élites bourgeois de Nantes qui se frottaient déjà les mains dans la perspective de récupérer des centaines et des centaines d’hectares de l’actuel aéroport pour de fructueuses opérations urbanistiques.

Popularité Macron : la guerre des sondages ?

Popularité  Macron : la guerre des sondages ?

On se demande quelle fiabilité on peut accorder à certains sondages. Une enquête de l’IFOP indiquait mardi que 50% des Français étaient satisfaits mais une autre étude de SPORA- Steria de mercredi signalait que 23% seulement approuvaient l’action présidentielle. Tout dépend évidemment de la façon dont sont posées les questions, de la méthodologie en général mais aussi des opinions politiques des sondeurs et de ceux qui commandent l’enquête.  Pour SPORA- Steria, alors qu’une hausse de la popularité d’Emmanuel Macron a été observée en ce début décembre, de nombreux Français semblent encore réservés sur son action. Dans une enquête publiée ce mercredi et réalisée par Ipsos, seules 23% des personnes interrogées se disent « satisfaites » de l’action du chef de l’Etat. 31% sont au contraire « insatisfaites », et près d’un Français sur deux (46%) se dit « ni satisfait, ni insatisfait ».  Dans un baromètre diffusé mardi et réalisé par Ifop-Fiducial, 50% des Français disaient approuver son action, soit six points de plus qu’en novembre. Malgré ces chiffres, depuis le mois de mai, les « insatisfaits » de son action ont progressé de 18 points, passant de 13% à 31%, alors que le pourcentage de « satisfaits » s’est érodé de 7 points, de 30% à 23%, selon cette enquête électorale réalisée en partenariat avec Le Monde et le Cevipof (Sciences-Po). Un Français sur cinq (21%) se dit « satisfait » de l’action d’Edouard Philippe à Matignon, 49% ne sont « ni satisfaits, ni insatisfaits » et 30% « pas satisfaits ». Le Premier ministre a perdu 2 points de satisfaction depuis mai, alors que les pas satisfaits progressaient de 17 points durant la période. Interrogés sur le positionnement des partis politiques, 55% des Français situent le parti d’Emmanuel Macron La République en Marche à droite, 30% au centre et 10% à gauche. Si 26% des personnes interrogées estiment « probable » et 27% « moyennement probable » de voter « un jour » pour LREM, elles sont 43% pour qui c’est improbable. Concernant les autres partis, 44% jugent probable ou « moyennement probable » de voter un jour pour Les Républicains, contre 52% d’un avis contraire. Elles sont 38% (probable ou moyennement probable) contre 58% en ce qui concerne le Parti socialiste, 31% contre 66% pour le Front national, et 30% contre 65% pour La France Insoumise.

Notre-Dame-des-Landes : la guerre des sondages

Notre-Dame-des-Landes : la guerre des sondages

Dun coté les partisans d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes qui s’appuient sur un sondage Ifop commandé par le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les vingt collectivités locales finançant le projet de Notre-Dame-des-Landes. De l’autre les opposants qui s’appuient sur un autre sondage dont les résultats différents. D‘après les résultats des partisans (SMA), “54% des Français (et 60% des habitants du quart Nord-Ouest) attendent le respect des engagements pris par le Président de la République pendant la campagne en faveur du transfert de l‘aéroport”, précise le SMA dans un communiqué en soulignant que 54% des habitants de Loire-Atlantique sont toujours favorables au transfert. Plus des trois quarts des Français (76%) estiment que les pouvoirs publics doivent appliquer la volonté des citoyens lorsqu‘une consultation a été organisée au niveau local et plus de la moitié (58%) sont favorables à une évacuation de la ZAD par les forces de l‘ordre, note le SMA dans un communiqué. De son côté, les opposant’, Agir pour l’Environnement s’appuie sur un autre sondage de l’IFOP, un sondage exclusif recueillant l’opinion des habitants des trois grandes régions Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes. Or, dans le sondage exclusif effectué pour le compte d’Agir pour l’Environnement, à la question « faut-il construire l’aéroport de Notre-Dame des Landes ? », les bretons répondent « NON » à 50% (« oui » à 38%), les poitevins répondent « NON » à 57% (« oui » à 24%). Seule la région Pays de la Loire demeure indécise avec le « OUI » (45%) et le « NON » (42%) au coude à coude*. Notons  encore qu’un autre sondage  réalisé par OpinionWay donnait  60 % des Français opposés au projet de Notre-Dame-des-Landes, et 39 % pour.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol