Archive pour le Tag 'millions'

FACEBOOK : piratage de 20 MILLIONS DE FRANÇAIS

FACEBOOK : piratage de 20 MILLIONS DE FRANÇAIS

Un immense piratage des numéros de téléphone de près de la moitié des utilisateurs de Facebook en France. Des listes de téléphones qui seront vendus à prix d’or pour le démarchage commercial. La moitié des 40 millions d’utilisateurs français de Facebook sont touchés: comme le révèle le chercheur en cybersécurité Alon Gal, les numéros de téléphone de 533 millions d’utilisateurs du réseau social – qui en compte près de trois milliards dans le monde – sont désormais librement accessibles sur le Web. La fuite de données, l’une des plus graves ayant touché la multinationale, avait été découverte en janvier dernier.

Avant la mise à disposition gratuite du fichier sur des forums de hackers, les numéros de téléphone pouvaient être achetés par le biais de la messagerie russe Telegram. Cette nouvelle étape devrait faire prendre une autre ampleur à la diffusion de ces données, désormais facilitée.

En plus des numéros de téléphone, la fuite concerne l’identifiant Facebook des victimes, permettant de faire le lien avec leur profil. Autant d’informations sensibles qui pourraient être utilisées par des personnes peu scrupuleuses pour du démarchage téléphonique, mais aussi des tentatives d’escroquerie en ligne. La fuite est qualifiée de “négligence absolue” par Alon Gal, sur son compte Twitter.

En plus de la France, d’autres pays européens sont particulièrement concernés, avec 36 millions de victimes en Italie, 11 millions en Espagne ou encore 6 millions en Allemagne. Aux États-Unis, 32 millions de personnes sont touchées.

Toujours sur Twitter, une cadre de Facebook rappelle que la fuite de données est liée à une faille de sécurité qui a été corrigée en 2019, sans toutefois que n’ait pu être empêchée cette collecte massive par les hackers.

Macron à la télé : 31 millions de Français pour l’audience président monarque

Macron à la télé : 31 millions de Français pour l’audience  président monarque

Conséquence du régime de monarchie républicaine que connaît la France, l’allocution du président a encore été suivie par 31 millions de Français. Il est vrai qu’en matière de crise sanitaire c’est le président qui décide à peu près de tout et seul. Le premier ministre, le ministre de la santé assurent  le service après-vente et le parlement joue les utilités. Une intervention de 24 minutes surtout consacrées à l’auto justification du pouvoir qui a pourtant changé de stratégie. Tout cela pour annoncer la fermeture des écoles et la limitation de la mobilité dans un rayon de 10 km. Dans le détail, près de 12,6 millions de téléspectateurs se sont massés devant TF1, ce qui représente une part d’audience de près de 38%. Sur France 2, quasiment 10 millions de personnes étaient aussi au rendez-vous, soit 29,2% du public. M6, qui retransmettait l’intervention, a fédéré de son côté 3,3 millions de Français. TMC en a attiré 1,3 million supplémentaire. Et Canal+, autour de 300 000. L’audience des chaînes d’information en continu, qui ont retransmis l’allocution du chef de l’État, est déjà comptabilisée. Mais le détail des chiffres pour chacune d’elles ne sera pas publié avant 11 heures.

France : seulement 8 millions de personnes vaccinées, beaucoup trop peu

France : seulement  8 millions de personnes vaccinées, beaucoup trop peu

8 millions de vaccinés pour un objectif de 12 millions selon les propres objectifs du gouvernement.  Il faudrait vacciner 400 000 personnes par jour, on en est loin du fait des retards d’AstraZeneca, des dysfonctionnements logistiques et surtout des erreurs de commandes de L’UE. Dans un communiqué, la DGS a indiqué que 7,98 millions de personnes ont reçu une première injection du vaccin, tandis que 2,72 millions de personnes ont reçu les deux doses.

La France compte 4.974 patients en réanimation à cause du COVID-19, montrent les données publiées sur le site Géodes du ministère de la Santé, soit une hausse de 102 patients sur une journée et un pic depuis le 23 avril 2020, au moment de la première vague de l’épidémie de coronavirus dans le pays.

Le pays a enregistré en 24 heures 360 décès supplémentaires imputés au COVID-19 en milieu hospitalier, selon les données officielles, qui font état d’un bilan de 94.956 morts depuis le début de la crise sanitaire.

Par ailleurs, 9.094 nouveaux cas de contamination ont été annoncés, les chiffres du lundi étant traditionnellement plus bas que le reste de la semaine en raison de la lenteur des remontées des données enregistrées le week-end.

Le nombre de personnes hospitalisées a progressé de 610 unités en 24 heures, dépassant le seuil des 600 pour la première fois depuis le 2 décembre, et le total de patients hospitalisés atteint 28.322, franchissant le cap des 28.000 pour la première fois depuis le 2 février dernier pour atteindre un pic sans précédent depuis le 27 novembre.

  

8 millions de vaccinés pour un objectif de 12 millions selon les propres objectifs du gouvernement.  Il faudrait vacciner 400 000 personnes par jour, on en est loin du fait des retards d’AstraZeneca, des dysfonctionnements logistiques et surtout des erreurs de commandes de L’UE. Dans un communiqué, la DGS a indiqué que 7,98 millions de personnes ont reçu une première injection du vaccin, tandis que 2,72 millions de personnes ont reçu les deux doses.

La France compte 4.974 patients en réanimation à cause du COVID-19, montrent les données publiées sur le site Géodes du ministère de la Santé, soit une hausse de 102 patients sur une journée et un pic depuis le 23 avril 2020, au moment de la première vague de l’épidémie de coronavirus dans le pays.

Le pays a enregistré en 24 heures 360 décès supplémentaires imputés au COVID-19 en milieu hospitalier, selon les données officielles, qui font état d’un bilan de 94.956 morts depuis le début de la crise sanitaire.

Par ailleurs, 9.094 nouveaux cas de contamination ont été annoncés, les chiffres du lundi étant traditionnellement plus bas que le reste de la semaine en raison de la lenteur des remontées des données enregistrées le week-end.

Le nombre de personnes hospitalisées a progressé de 610 unités en 24 heures, dépassant le seuil des 600 pour la première fois depuis le 2 décembre, et le total de patients hospitalisés atteint 28.322, franchissant le cap des 28.000 pour la première fois depuis le 2 février dernier pour atteindre un pic sans précédent depuis le 27 novembre.

1.5 millions jeunes décrocheurs en France

 

1.5 millions jeunes  décrocheurs en France

 

 

En 2008, le ratio des jeunes décrocheurs a bondi de deux points passant de 12,6% à 14,7% , au total 1.5 millions sont dans cette situation. 

 C’est à la fois la conséquence de l’écroulement du niveau scolaire et du  système d’orientation. .

Sur le vieux Continent, la France apparaît en deça (28% pour 12 % en moyenne), Pays-Bas (5,7%), la Suède (6,3%) et le Luxembourg (6,5%). A l’opposé, l’Italie (22%), la Grèce (17,7%) et la Roumanie (16,8%) apparaissent tout en bas du tableau. De tels contrastes au sein de l’Europe sont dus à des différences de traitement du chômage, à la couverture sociale et au rapport au travail.  la précarité augmente par ailleurs avec la détérioration de la croissance. Notons cependant que la France est plus mal classée que la Roumanie  dont le système scolaire n’est pas meilleur que celui de la France mais que leurs ressortissants acceptent plus volontiers des travaux manuels y compris à l’étranger.

Chômage partiel : encore plus de 2 millions

Chômage partiel : encore plus de 2 millions

Le recours à l’activité partielle reste important : le nombre de salariés effectivement en activité partielle est estimé à 2,1 millions en février (11% des salariés du privé), après 2,3 millions en janvier. Le coût pour l’État et l’Unédic s’élèverait en février à 1,7 milliard d’euros (après 1,7 milliard en janvier et 2 milliards en décembre).

Fin février, 15% des salariés, comme fin janvier, sont employés par une entreprise dont les effectifs ont diminué du fait de la crise sanitaire. Cette part reste très élevée dans l’hébergement-restauration (39%) et diminue dans le commerce (14%, – 5 points).

Vaccinations États-Unis : déjà 100 millions réalisées

Vaccinations États-Unis : déjà 100 millions réalisées 

les États-Unis ont été l’un des pays les plus touchés, ils ont aussi connu l’un des plus forts taux de mortalité. Mais depuis l’arrivée de Biden et de son plan massive de vaccination, la situation s’est nettement améliorée. Biden avait annoncé 100 millions de vaccinations en 100 jours. Cet objectif est d’ores et déjà dépassé en particulier grâce à la production sur place des doses nécessaires. Au total environ 20 % de la population est déjà protégée contre 6 à 7 % en France et en Allemagne.

L’objectif aux États-Unis et d’autoriser la vaccination de tous les Américains d’ici début mai. En Europe et en France en particulier on est loin du compte en dépit des promesses car le volontarisme des discours est handicapé par les retards de livraison des doses nécessaires.

Élevage : 60 millions d’aides d’urgence

Élevage : 60 millions d’aides d’urgence

 

Face à la crise très grave que subissent les éleveurs du secteur bovin, un plan d’urgence de 60 millions a été décidé par le gouvernement. Il concernera les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer.

 

Au-delà de l’élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l’Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d’argent des élevages porcin et bovin (lait et viande). Les éleveurs dénoncent régulièrement le fait qu’ils doivent vendre leurs bêtes à un prix inférieur à leurs coûts de production, eux,  en forte hausse

La Fédération nationale bovine (FNB) a récemment calculé qu’un éleveur bovin avait gagné en moyenne 8000 euros en 2020, soit moins de 700 euros par mois.

Vaccination Covid : promesse de 10 millions le 15 avril (Castex) ?

Vaccination Covid : promesse de 10 millions le 15 avril (Castex) ?

 

 

Si le gouvernement veut tenir sa promesse annoncée par Castex de 10 millions de vaccinés le 15 avril, il va falloir sérieusement augmenter la cadence. Pour l’instant, c’est environ 3 millions de Français qui ont été vaccinés.

 D’ici le 15 avril il faudrait donc vacciner 7 millions de personnes supplémentaires. Un objectif difficile à atteindre compte tenu d’une part du manque de réserves vaccinales, d’autre part de la cathédrale administrative mise en place dans le cadre des plans de vaccination auxquels plus personne ne comprend rien.

  Heureusement il vient d’être décidé d’autoriser des pharmaciens a procédé aux vaccinations à partir du 15 mars. Sans doute le personnel médical le plus accessible au public

 Pour mai, Jean Castex vise 20 millions de premières doses, soit « la quasi-totalité des volontaires de plus de 50 ans », et d’ici l’été, 30 millions de personnes, c’est-à-dire les deux-tiers des adultes consentants.

Fibre optique : 10 millions d’abonnés

Fibre optique : 10 millions d’abonnés

Selon l’Autorité des télécoms (Arcep), 10,4 millions de consommateurs ont opté pour la fibre, dont 3,3 millions de nouveaux abonnés sur la seule année 2020. «Cette technologie représente 70% du nombre total d’accès à très haut débit», souligne l’Arcep. La France compte 30,6 millions d’abonnements à haut et très haut débit fixe (ADSL/VDLS, fibre et câble) et 40,7 millions de locaux (logements, établissements professionnels…), selon une estimation de l’Arcep.

Désormais 24,2 millions de locaux sont éligibles à la fibre : si leurs occupants en font la demande, ils peuvent s’abonner à la fibre. C’est 19% de plus en un an. Les confinements n’ont pas eu d’impact sur le rythme de déploiement annuel du très haut débit fixe.

Les zones rurales et les communes moyennement denses (en langage télécoms, les RIP, zones AMII et AMEL) bénéficient des efforts accrus de déploiement des opérateurs, qu’ils soient privés (Orange et SFR sont à la manœuvre dans les zones AMII/Amel) ou publics. Dans les zones RIP, ce sont les collectivités locales qui sont propriétaires des réseaux.

Bénéficiaire RSA : plus 7,5% soit plus de 2 millions

Bénéficiaire RSA : plus 7,5% soit plus de 2 millions

 

Le nombre de bénéficiaires du RSA ne cesse de progresser de manière inquiétante Au 31 décembre 2020, quelque 2,06 millions de foyers percevaient le revenu de solidarité active (RSA), soit 7,5% de plus qu’au 31 décembre 2019, a précisé la DREES, le service statistique des ministères sociaux.

Quant aux foyers percevant la prime d’activité – une aide versée par l’Etat aux travailleurs modestes -, leur nombre a augmenté également, mais plus légèrement : cette prime était perçue fin décembre par 4,58 millions de foyers (+1,6% en un an).

la Drees fait état d’une quasi-«stagnation» du nombre de personnes percevant l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Elles étaient 1,2 million fin décembre 2020 (+1,2% en un an). «Alors que la hausse des bénéficiaires de l’AAH est une tendance constatée sur le long terme, leur nombre est stable depuis août», relève le service statistique.

Plan Vaccination : réduction à 8 millions de Français fin mars

Plan Vaccination : réduction à 8 millions de Français fin mars

 

C’est sans doute la plus grande contradiction du discours sur TF1 du président de la république , à savoir la réduction des objectifs du plan de vaccination ramenée à 8 millions d’ici fin mars. Alors qu’on prévoyait 10 millions ce qui de toute façon était très insuffisant pour envisager une vaccination générale possible de tous les Français d’ici l’été comme promis au départ et même d’ici l’automne.

 

Ou alors il faudrait passer à un rythme supérieur. Actuellement la France a enregistré seulement environ 1,5 millions de vaccinées pour un mois. Il faudrait passer la  surmultipliée et envisager 5à 6 millions par mois pour respecter les nouvelles promesses.

 

Fin mars, le gouvernement table sur un potentiel de 8 millions de personnes vaccinées contre le Covid-19, au vu des doses espérées. C’est 2 millions de moins que ce qu’il prévoyait le 20 janvier, après l’annonce d’une baisse passagère des livraisons de Pfizer, mais avant que Moderna et surtout AstraZeneca ne déclarent à leur tour des volumes en baisse . En ce début de campagne vaccinale, les promesses d’approvisionnement font le yo-yo, dans un contexte où la pénurie de vaccins est une menace permanente sur le bon déroulement des opérations.

A la fin du semestre, le potentiel vaccinal serait de 41 millions de personnes, au lieu de 45 millions. Il y aurait alors 5 vaccins distribués en France, sous réserve d’approbation par l’Agence européenne du médicament et, bien sûr, de capacités industrielles à la hauteur des promesses.

Mais depuis le début de la campagne vaccinale on a annoncé les chiffres les plus contradictoires et visiblement les autorités sont un peu fâché avec les règles de calcul de base autant qu’avec la réalité. Ainsi nombre de centres de vaccination ont tout simplement été fermés faute de vaccins et cela sur l’ensemble du pays.

 

Coronavirus: un million de vaccinations, mais il en faudrait 5 millions !

Coronavirus: un  million de vaccinations, mais il en faudrait 5 millions !

 

Auto congratulation pour le gouvernement qui se félicite qu’un million de vaccinations ont déjà été réalisés et qu’on pourra compter jusqu’à 1,4 millions de vaccinées d’ici fin janvier.

La vérité, c’est que ce rythme de vaccination n’est pas du tout adapté aux enjeux. Il faudrait en effet un rythme de 5 millions de vaccinés par mois pour parvenir à 30 à 35 millions avant l’été et ainsi favoriser une certaine immunité collective.

La vérité, c’est qu’on manque de vaccins partout surtout dans les centres qui se sont multipliés inutilement puisque beaucoup ont du fermer les portes et ne prennent plus de rendez-vous faute de matériel.

La vérité, c’est que le plan de vaccination présenté par le ministre de la santé est complètement utopique. Il prévoit 70 millions de vaccinées d’ici l’été. On se demande bien comment compte tenu du rythme actuel de vaccination d’une part, des réductions annoncées pour la fourniture des vaccins par les labos d’autre part.

La programmation annoncée par Olivier Véran est complètement irréalisable en tout cas pas avant le début de l’hiver et encore si tout va bien. En effet la question se pose maintenant de l’efficacité des vaccins vis-à-vis des nouveaux variants. Le variant britannique mais aussi le variant sud-africain, le variant brésilien et bien d’autres puisque le virus ne cesse d’évoluer. “

 

AstraZeneca a d’ailleurs prévenu vendredi que ses premières livraisons de vaccins contre le COVID-19 dans l’Union européenne seraient inférieures aux volumes convenus avec Bruxelles en raison d’un problème de production.

Le gouvernement estime que la totalité de la population française pourra être vaccinée d’ici la fin du mois d’août, si les vaccins commandés sont bien validés par les autorités européennes et nationales. Il faudrait ajouter si les vaccins sont effectivement livrés par les labos, si les vaccins sont toujours adaptés aux variants. Bref beaucoup de si !

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

 

Nul doute que le dispositif de chômage partiel à évité des drames économiques et sociaux. Il a permis à nombre  d’entreprises notamment les PME de résister à la diminution voir la suppression totale d’activité pendant une période. Il a permis aux salariés de leur assurer des revenus faute de travail effectif. Évidemment, ce dispositif qui va encore être prolongé sans doute encore assez longtemps avec la hausse exponentielle de la pandémie comporte un coup. Un coup qu’on évalue autour de 25 milliards entre janvier et novembre. Soit autour de 30 milliards par an.

 

Sur l’ensemble de l’année, en prenant également en compte le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD), le ministère du Travail table sur une dépense avoisinant les 30 milliards. Ce dispositif déployé depuis l’été et qui peut s’étendre jusqu’à 24 mois couvre désormais 420.000 salariés, avait dévoilé vendredi dernier Élisabeth Borne. Si ce chiffre est encourageant, celui des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) l’est beaucoup moins…

Le nombre hebdomadaire de ruptures de contrats de travail envisagées en janvier dans le cadre d’un plan social fait plus que tripler par rapport aux deux dernières semaines de décembre, passant de 620 à 2 040. Preuve que 2021 s’annonce aussi compliquée, si ce n’est plus, que 2020 sur le front de l’emploi…

Fibre : rallonge de 570 millions d’euros

Fibre : rallonge de 570 millions d’euros

Théoriquement tout le territoire devrait être couvert par la fibre en 2025. Mais au rythme actuel le raccordement prend du retard. Aussi l’État a décidé d’une rallonge de 570 millions pour accélérer la cadence.

Il s’agit d’un soutien supplémentaire de l’État aux zones rurales, définies, en langage télécoms, comme les réseaux d’initiatives publiques (RIP). L’objectif est arrivé à 100% des locaux fibrés… y compris dans les zones les plus reculées. En 2025 l’empreinte de la fibre devrait peu ou pro être équivalente à celle de l’électricité.

Reste à savoir comment seront effectués les liaisons Terminales dans les zones très peu denses. Il est vraisemblable qu’il n’y aura pas de câble  mais un raccordement aérien sur les lignes téléphoniques qui portent actuellement le vieux réseau de cuivre en pleine décomposition. L’occasion peut-être de remettre des poteaux debout car souvent ce sont les fils de cuivre qui soutienne ces poteaux.

Ce financement supplémentaire s’inscrit dans le cadre du cahier des charges du plan France très haut débit (THD). Les montants débloqués ont été «ajustés pour coller à la réalité de chacun de ces besoins», fait savoir Matignon. Il faut déployer et généraliser la fibre optique d’ici 2025. Au total douze RIP sont concernées par cette première enveloppe de 420 millions, certaines couvrent un département, d’autres une région

La crise sanitaire a mis en avant l’importance du numérique au quotidien. Matignon met en avant quatre grandes catégories d’usages : la télémédecine, l’éducation à distance, le télétravail et les démarches administratives numériques.

À cette première enveloppe s’en ajoutera une deuxième de 150 millions d’euros « pour aller jusqu’à l’abonné isolé». Les détails de cette deuxième phase seront précisés l’été prochain

Coronavirus : 2 millions de morts dans le monde

Coronavirus : 2 millions de morts dans le monde

 

2 millions demeurent comptabilisés vendredi, selon un décompte de Reuters, mais le pire pourrait encore être avenir avec la diffusion très rapide des nouveaux variants.

D’ici le 1er avril, le nombre de morts dans le monde pourrait approcher 2,9 millions, selon une prévision de l’Institute for Health Metrics and Evaluation.

Compte tenu de la vitesse à laquelle le virus se propage en raison de variantes plus infectieuses, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le pire pourrait être à venir.

«Nous entrons dans une deuxième année de cela. Cela pourrait même être plus difficile compte tenu de la dynamique de transmission et de certains des problèmes que nous constatons », a déclaré Mike Ryan, le plus haut responsable des urgences de l’OMS, lors d’un événement mercredi.

Les États-Unis ont le plus grand nombre total de décès avec plus de 386 000 et représentent un décès sur quatre signalé dans le monde chaque jour. Les autres pays les plus touchés sont le Brésil, l’Inde, le Mexique et le Royaume-Uni. Ensemble, les cinq pays contribuent à près de 50% de tous les décès dus au COVID-19 dans le monde mais ne représentent que 27% de la population mondiale.

L’Europe, la région la plus touchée au monde, a signalé jusqu’à présent plus de 615 000 décès et représente près de 31% de tous les décès liés au COVID dans le monde.

En Inde, qui a récemment dépassé 151 000 décès, les vaccinations devraient commencer samedi dans un effort que les autorités espèrent voir 300 millions de personnes à haut risque vaccinées au cours des six à huit prochains mois.

Coronavirus Espagne : plus de deux millions de cas

Coronavirus Espagne : plus de  deux millions de cas

 

42.360 nouvelles contaminations au cours des 24 dernières heures, ce qui porte le total à 2.024.904.

Le nombre de décès imputés au virus au cours des sept derniers jours est passé à 530 contre 550 mardi, ce qui fait une moyenne quotidienne de 75, et le bilan national depuis le début de l’épidémie s’élève à 51.675 morts, soit 245 plus que mardi.

Aucun chiffre n’a été publié mercredi en raison de la célébration de l’Epiphanie.

Suivant l’exemple de la Catalogne, les autorités de Castille-et-León, dans le nord-est de l’Espagne, ont annoncé des mesures de confinement qui interdisent de quitter la ville de résidence pendant 10 jours, sauf en cas d’urgence.

Une enquête nationale montre que presque 60% des espagnols pensent que le gouvernement aurait dû imposer des mesures plus strictes pour enrayer la pandémie.

En terme de capacité hospitalière, les patients atteints du COVID-19 occupaient jeudi 11,93% des lits disponibles par rapport à 11,38% mardi, tandis que dans les unités de soins intensifs, la proportion est de 23,97% contre 23,13% mardi.

Les plus grosses arnaques de consommation (60 millions de consommateurs)

Les plus grosses arnaques de consommation  (60 millions de consommateurs)

L’arnaque la plus ubuesque concerne les soutiens-gorge  Via Facebook, des entreprises qui vendaient des soutien-gorge sans armatures permettant soi disant de « minimiser les risques » de cancer du sein. Evidemment c’est totalement fantaisiste, c’est une plateforme chinoise qui sous traitait les commandes et les entreprises se sont fait de grosses marges puisque les soutien-gorge étaient vendus quasiment 30 euros.

Le cactus d’or de l’entreprise qui a le plus exaspéré les consommateurs cette année revient aux marques Go Voyages et Opodo qui appartiennent au même groupe qui ont multiplié les retards pour le remboursement des voyages n’en effectuer. De nombreux dossiers restent en attente

Ce qu’on leur reproche, c’est d’avoir été incapables de faire face aux demandes de remboursement de leurs clients dont le voyage a été annulé à cause de la crise. Elles ont traité deux millions de dossiers, mais il en reste beaucoup à solder : énormément de clients qui attendent des sommes parfois considérables. Le service client n’a tout simplement pas été à la hauteur selon 60 Millions.

Autres arnaques signalées par 60 millions de consommateurs, celle du fournisseur d’énergie ENI. Avec des factures inexactes, des trop-perçus non remboursés dans les temps, des prélèvements indus, des difficultés pour résilier son contrat… Mais aussi des démarchages abusifs, qui ont d’ailleurs valu à l’entreprise une sanction de 315.000 € de la répression des fraudes.

Coronavirus Etats-Unis : plus de 20 millions de cas

Coronavirus Etats-Unis : plus de 20 millions de cas

Environ 286 000 cas en moyenne chaque jour pour un total de 20 millions de cas de COVID-19. La nouvelle variante du virus accélère encore la pandémie

L’épidémie, qui s’est aggravée depuis Thanksgiving, fin novembre, y a fait 78.000 morts en décembre et le bilan total s’élève désormais à 345.000 décès.

A l’échelle nationale, 186.000 nouveaux cas sont en moyenne diagnostiqués quotidiennement. Un pic de 218.000 nouvelles infections par jour a été atteint à la mi-décembre, mais les autorités sanitaires s’attendent à nouvelle hausse après les congés de fin d’année.

Coronavirus : on est loin des 1 millions de vaccinations promises

Coronavirus : on est loin des 1 millions de vaccinations promises

On est très loin des promesses du Premier ministre qui avait annoncé environ 1 million de vaccinations en janvier. Pour l’instant, nous sommes parvenus à vacciner trois 400 personnes. La vérité c’est que la plupart des experts médicaux considèrent  que cette campagne de vaccination constitue un véritable fiasco.

Au Royaume-Uni, près de 950 000 personnes sont déjà vaccinées, plus de 130 000 en Allemagne, 6000 en Autriche, 33 000 en Italie. En Russie, plus d’un million de personnes ont été vaccinées et plusieurs millions au États-Unis.

 

Alors que la polémique sur le retard de la France prend de l’ampleur, l’exécutif se voit contraint de réagir. L’entourage du premier ministre minimise et évoque «une phase de démarrage lente» et un simple «décalage» par rapport aux autres pays. «Il n’y a pas de retard de livraison. Les laboratoires ont conçu des vaccins en neuf mois là où, d’habitude, ça prend trois ans. Si le rythme de production et de livraison se maintient, ce sera un exploit inédit», développe-t-on. Le gouvernement veut maintenir le cap fixé par la Haute Autorité.

 

GENERAL ELECTRIC : 13 000 licenciements mais UN BONUS DE 47 MILLIONS pour le patron

GENERAL ELECTRIC : 13 000 licenciements mais UN BONUS DE 47 MILLIONS pour le patron

Le patron de GE est assuré de toucher un bonus de près de 47 millions de dollars alors que le groupe industriel licencie des milliers d’employés, notamment en France, pour répondre à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

 

Larry Culp pourrait toucher un bonus total de 230 millions de dollars si l’action GE montait jusqu’à 17 dollars au moins, contre 31 dollars dans le précédent plan de rémunération.

Un objectif qu’il ne devrait pas avoir du mal à atteindre puisqu’il a jusqu’en 2025 pour y parvenir. D’ici là, l’économie mondiale devrait retrouver des couleurs, ce qui devrait affecter positivement les activités de General Electric.

La stratégie de Larry Culp a entraîné « un avenir incertain pour beaucoup d’anciens employés. Bien plus incertain que celui de Larry Culp », fustige Brooke Sutherland, chroniqueuse chez Bloomberg Opinion, dans le Washington Post.

GE a multiplié depuis deux ans les plans sociaux à travers le monde, et notamment sur son site français de Belfort, au grand dam des syndicats. La société, devenue un géant aux pieds d’argile, a annoncé au printemps un plan d’économies de 2 milliards de dollars, passant par la suppression de 13.000 postes.

Le gouvernement affirme que ce retard au démarrage est assumé. Mais des scientifiques critiquent « une très importante erreur stratégique ».

 

 

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol