Archive pour le Tag 'avant'

Page 2 sur 14

Wokisme: la dérive gauchiste classique des futures élites avant leur embourgeoisement

Wokisme: la dérive gauchiste classique des futures élites avant leur embourgeoisement

Dans les plus grandes écoles internationales, on constate la montée du courant philosophique gauchiste qui se réclame du wokisme et qui fait de la colonisation et du racisme la mère de tous les malheurs. Aux États-Unis, en particulier qui donne la note, on se vautre même dans l’antisémitisme au nom de la confusion entre la défense du peuple palestinien et du soutien au Hamas .Acquis au Vokisme, Sciences-po, creuset des futurs responsables politiques vient cependant de se coincer dans les lois de la porte des contradictions avec l’implication de son directeur dans des comportements que l’école condamne.

La même confusion est constatée aussi dans certaines écoles françaises comme à Sciences-po Paris ou le wokisme est aussi bien installé. On objectera que c’est le lot habituel de l’évolution des jeunes élites convaincues des théories gauchistes lors de leurs études et qui progressivement s’embourgeoisent pour devenir complices de la domination et de l’exploitation qu’ils dénoncent aujourd’hui. En France, notre assemblée nationale- à gauche surtout- a été remplie de ces anciens révolutionnaires nourris désormais aux délices de la société qu’ils dénonçaient hier. Il Faut se rappeler que nombre de responsables ont été communistes , castristes, trotskistes ou maoïste.

D’une certaine manière, ces revirements du gauchisme à la bourgeoisie classique ont largement participé au désintérêt du peuple vis-à-vis des élites et des organisations politiques voire des intellectuels et des philosophes.

Entendu dans une affaire de violences conjugales avant d’être mis en retrait, le directeur de l’IEP, Mathias Vicherat, se voulait intransigeant sur ces sujets depuis son intronisation.
Le conseil de l’institut de Sciences Po, aussitôt réuni par Françoise Bertrand Dorléac, présidente de la fondation de droit privé de l’école (FNSP), a validé mardi – à 22 voix pour et 8 contre – cette mise en retrait jusqu’au 29 janvier. Une commission nouvellement créée, rassemblant les instances de l’institution, décidera des modalités d’un éventuel retour du directeur. Ou de la prolongation de sa mise en retrait…

Evolution Croissance France : stagnation…Avant la récession ?

Evolution Croissance France : stagnation…Avant la récession ?

Les derniers résultats de l’activité économique ont été peu soulignée par les grands médias pour ne pas « désespérer Billancourt » et les Français. Pourtant, l’économie au troisième trimestre est bien en recul. Dans sa première évaluation, l’Insee avait tablé sur une hausse modeste du PIB de 0,1%. Mais l’institut national de la statistique a abaissé sa première estimation en annonçant, ce mardi, une contraction de 0,1%.

L’activité économique française s’est contractée de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, pénalisée par des investissements et une consommation des ménages moins soutenus qu’estimé précédemment, a indiqué jeudi l’Insee.

L’Institut national de la statistique a abaissé sa première estimation, publiée fin octobre, d’une modeste hausse de 0,1% du produit intérieur brut entre juillet et septembre.

La France pourrait donc tomber vraiment en récession si la tendance de l’activité se confirme au quatrième trimestre. Il faut en effet deux trimestres consécutif juridiquement considéré qu’un pays est en récession.

Pourtant le ministre de l’économie a affirmé sur France Inter ses prévisions de croissance de la France pour 2023 (1%) et 2024 (1,4%).

Dans le détail, au troisième trimestre, la progression des investissements a été revue en nette baisse, à 0,2% contre 1% estimé auparavant. Si les investissements des entreprises ont continué à résister (0,5%), ceux des ménages sont passés dans le rouge (-1,1%). Pilier traditionnel de l’économie française, la consommation des ménages a certes rebondi de 0,6% par rapport au deuxième trimestre, mais un peu moins fortement que calculé auparavant (0,7%). Le commerce extérieur a également davantage contribué négativement à l’évolution du PIB (-0,4%), en raison d’importations revues en hausse.

Côté inflation, le ministre de l’Économie a assuré que «nous serons sous 4% d’ici fin 2023». Si l’Insee enregistre un ralentissement de 3,4% sur un an au mois de novembre, Bruno Le Maire a cherché à rassurer les Français : «En 2024-2025, il y aura beaucoup moins d’inflation, avec des taux d’intérêt stabilisés.». Mais contrairement à ce qu’avait indiqué le ministre pour les produits alimentaires il n’y aura pas de baisse remise mais sans doute toujours des hausses mais un peu moins fortes. Cependant au total des prix records car l’inflation s’ajoute à l’inflation.La France a connu une quasi stagnation au troisième trimestre. Officiellement l’INSEE estime la hausse de la croissance à 0,1 %, autant dire presque rien d’autant que le chiffre pourra toujours être réévalué. Le coup classique pour faire ensuite davantage progresser les trimestres suivants. De toute manière, les annonces en hausse de l’ordre de 0,1 % n’ont aucune signification économique et même statistique. C’est purement du bricolage.

Dans sa première évaluation, l’Insee avait tablé sur une hausse modeste du PIB de 0,1%. Mais l’institut national de la statistique a abaissé sa première estimation en annonçant, ce mardi, une contraction de 0,1%.

L’activité économique française s’est contractée de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, pénalisée par des investissements et une consommation des ménages moins soutenus qu’estimé précédemment, a indiqué jeudi l’Insee.

L’Institut national de la statistique a abaissé sa première estimation, publiée fin octobre, d’une modeste hausse de 0,1% du produit intérieur brut entre juillet et septembre.

La France pourrait donc tomber vraiment en récession si la tendance de l’activité se confirme au quatrième trimestre. Il faut en effet deux trimestres consécutif juridiquement considéré qu’un pays est en récession.

Pourtant le ministre de l’économie a affirmé sur France Inter ses prévisions de croissance de la France pour 2023 (1%) et 2024 (1,4%).

Dans le détail, au troisième trimestre, la progression des investissements a été revue en nette baisse, à 0,2% contre 1% estimé auparavant. Si les investissements des entreprises ont continué à résister (0,5%), ceux des ménages sont passés dans le rouge (-1,1%). Pilier traditionnel de l’économie française, la consommation des ménages a certes rebondi de 0,6% par rapport au deuxième trimestre, mais un peu moins fortement que calculé auparavant (0,7%). Le commerce extérieur a également davantage contribué négativement à l’évolution du PIB (-0,4%), en raison d’importations revues en hausse.

Côté inflation, le ministre de l’Économie a assuré que «nous serons sous 4% d’ici fin 2023». Si l’Insee enregistre un ralentissement de 3,4% sur un an au mois de novembre, Bruno Le Maire a cherché à rassurer les Français : «En 2024-2025, il y aura beaucoup moins d’inflation, avec des taux d’intérêt stabilisés.». Mais contrairement à ce qu’avait indiqué le ministre pour les produits alimentaires il n’y aura pas de baisse remise mais sans doute toujours des hausses mais un peu moins fortes. Cependant au total des prix records car l’inflation s’ajoute à l’inflation.

Croissance France : stagnation…Avant récession ?

Croissance France : stagnation…Avant récession ?


Dans sa première évaluation, l’Insee avait tablé sur une hausse modeste du PIB de 0,1%. Mais l’institut national de la statistique a abaissé sa première estimation en annonçant, ce mardi, une contraction de 0,1%.

L’activité économique française s’est contractée de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, pénalisée par des investissements et une consommation des ménages moins soutenus qu’estimé précédemment, a indiqué jeudi l’Insee.

L’Institut national de la statistique a abaissé sa première estimation, publiée fin octobre, d’une modeste hausse de 0,1% du produit intérieur brut entre juillet et septembre.

La France pourrait donc tomber vraiment en récession si la tendance de l’activité se confirme au quatrième trimestre. Il faut en effet deux trimestres consécutif juridiquement considéré qu’un pays est en récession.

Pourtant le ministre de l’économie a affirmé sur France Inter ses prévisions de croissance de la France pour 2023 (1%) et 2024 (1,4%).

Dans le détail, au troisième trimestre, la progression des investissements a été revue en nette baisse, à 0,2% contre 1% estimé auparavant. Si les investissements des entreprises ont continué à résister (0,5%), ceux des ménages sont passés dans le rouge (-1,1%). Pilier traditionnel de l’économie française, la consommation des ménages a certes rebondi de 0,6% par rapport au deuxième trimestre, mais un peu moins fortement que calculé auparavant (0,7%). Le commerce extérieur a également davantage contribué négativement à l’évolution du PIB (-0,4%), en raison d’importations revues en hausse.

Côté inflation, le ministre de l’Économie a assuré que «nous serons sous 4% d’ici fin 2023». Si l’Insee enregistre un ralentissement de 3,4% sur un an au mois de novembre, Bruno Le Maire a cherché à rassurer les Français : «En 2024-2025, il y aura beaucoup moins d’inflation, avec des taux d’intérêt stabilisés.». Mais contrairement à ce qu’avait indiqué le ministre pour les produits alimentaires il n’y aura pas de baisse remise mais sans doute toujours des hausses mais un peu moins fortes. Cependant au total des prix records car l’inflation s’ajoute à l’inflation.

Inflation et prix alimentaires : pas d’évolution avant mars 2024 !

Inflation et prix alimentaires : pas d’évolution avant mars 2024 !


Une baisse des prix alimentaires sur les produits de grandes marques est difficile à entrevoir avant mars 2024 et la fin des prochaines négociations avec les industriels, ont prévenu les patrons d’Intermarché et Système U. «On espère pour mars» à l’issue des prochaines négociations annuelles entre industriels et distributeurs une baisse des prix des produits alimentaires en magasin.

L’inflation des prix de l’alimentaire a commencé à ralentir en juillet (+12,7% sur un an, contre 13,7% en juin) mais reste très élevée et l’augmentation réelle est plus proche de 20 %. Cette réduction du niveau de l’inflation ne correspond toutefois pas à une baisse des prix dans les rayons, mais à une hausse moins forte.

La distribution ont l’intention de demander à Bercy de «changer la loi qui ne prévoit qu’une seules négociations par an.

La vérité sans doute c’est que industriel comme distributeurs profitent aussi de l’inflation pour faire passer des hausses discrètes qui viendront ronfler encore davantage les profits.

« La réalité avant les symboles» Philippe Wahl , PDG du Groupe La Poste.

« La réalité avant les symboles» Philippe Wahl , PDG du Groupe La Poste.

Etre une entreprise historique et patrimoniale vieille de 600 ans fait-elle de La Poste une entreprise figée dans le passé ? Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, La Poste n’a cessé d’entreprendre et de se renouveler. A chaque fois qu’elle a fait évoluer son modèle, l’entreprise a démontré qu’elle était en mesure de concilier innovation et service public. par PDG du Groupe La Poste . Une des rares entreprises du secteur public à conjuguer efficacité et rentabilité. ( dans la Tribune)

Quand l’évolution des usages vient bousculer la mission première de La Poste, la distribution des lettres, la capacité d’entreprendre est plus que jamais une condition essentielle à son développement.

Entreprendre est aussi l’affaire des services publics pour s’adapter, grandir et rester utile à la société
Concrètement, comment s’exerce cette volonté d’entreprendre ? En faisant passer la réalité avant les symboles, lorsque cela est nécessaire. En assumant des choix audacieux, et toujours guidés à la fois par la volonté de pérennité de l’entreprise et de l’avenir de ceux qui la composent, dans un contexte économique contraint.

Entreprendre est donc aussi l’affaire des services publics pour s’adapter, grandir, rester utile à la société, quitte à faire des choix difficiles et parfois même se tromper, puis corriger, avancer.

Fondamentaux. Entreprendre lorsqu’on est à La Poste, c’est aussi respecter les fondamentaux : préserver un modèle français exigeant de service public, assurer, grâce à ses 240 000 postiers, sa présence six jours sur sept, maintenir un lien de proximité dans les territoires, répondre aux attentes des Français.

C’est dans cet esprit que, face à l’attrition du métier historique de La Poste, nous avons pris un tournant stratégique. Quand notre cœur de métier – le courrier – s’est contracté, nous avons pris le tournant de la diversification de nos activités.

Quand le e-commerce a changé nos façons de consommer, quand l’impact écologique s’est imposé à toute la société, quand le numérique a rapproché les hommes tout en excluant certains, quand l’allongement de la vie a posé la question du bien vieillir à domicile, nous avons pris le tournant.

Par ses choix, La Poste veut être un service public qui sait répondre aux besoins actuels de la société : le besoin de lien social, le besoin de confiance numérique, le besoin d’inclusion. Un service public qui s’engage à contribuer aux mouvements du monde.

Prix alimentaires :pas d’évolution avant mars 2024 !

Prix alimentaires :pas d’évolution avant mars 2024 !


Une baisse des prix alimentaires sur les produits de grandes marques est difficile à entrevoir avant mars 2024 et la fin des prochaines négociations avec les industriels, ont prévenu mercredi matin les patrons d’Intermarché et Système U. «On espère pour mars» à l’issue des prochaines négociations annuelles entre industriels et distributeurs une baisse des prix des produits alimentaires en magasin.

L’inflation des prix de l’alimentaire a commencé à ralentir en juillet (+12,7% sur un an, contre 13,7% en juin) mais reste très élevée et l’augmentation réelle est plus proche de 20 %. Cette réduction du niveau de l’inflation ne correspond toutefois pas à une baisse des prix dans les rayons, mais à une hausse moins forte.

La distribution ont l’intention de demander à Bercy de «changer la loi qui ne prévoit qu’une seules négociations par an.

La vérité sans doute c’est que industriel comme distributeurs profitent aussi de l’inflation pour faire passer des hausses discrètes qui viendront ronfler encore davantage les profits.

Conjoncture : pas de reprise économique avant 2024

Conjoncture : pas de reprise économique avant 2024

Le transport- et la logistique plus globalement – constitue un indicateur avancé de la conjoncture. Le directeur général de l’entreprise allemande « Transporeon », Stéphane Sieber , explique que la reprise économique n’interviendra pas avant 2024 au plan mondial ( dans « La tribune »).

Il est juste de dire qu’il y a un peu plus de normalité. Mais il faut être très prudent avec ce mot, car ces dernières années nous ont appris qu’il n’y a jamais rien de normal. Nous avons certainement constaté, en particulier dans le fret aérien et maritime, que l’augmentation massive des taux de fret s’est considérablement calmée. Sur le maritime, ce phénomène est dû à un meilleur équilibre entre l’offre et la demande, avec des conteneurs vides qui se trouvent désormais au même endroit que les navires. Ce qui facilite les flux. La réduction des obstacles au commerce mondial avec la fin des restrictions, mais aussi la fin de certains micro-événements tels que le blocage du canal de Suez, a permis de retrouver une certaine normalité.

Pour l’aérien, le principal facteur contributif a été, tout d’abord, le redémarrage des transports terrestres. Pendant les premières phases de la pandémie, face à des transports terrestres entravés, les entreprises se sont tournées vers le fret aérien, vu alors comme le dernier recours. Ensuite une certaine normalisation est venue du retour des avions passagers, qui offrent la majeure capacité du cargo aérien avec leurs soutes. L’arrêt des vols pendant la pandémie avait ainsi créé une sous-capacité artificielle et fait grimper les taux de fret.

Dans le secteur routier, la situation s’est également normalisée dans une certaine mesure. Cela tient surtout à un ralentissement considérable de la demande en fin d’année dernière. Comme toujours, les industries cycliques comme la construction, la chimie, les métaux et l’acier – qui souffraient déjà le plus des coûts élevés de l’énergie – ont été les premières touchées. Elles ont ralenti leur production, ce qui a réduit la demande. Les taux de fret ont baissé, mais restent néanmoins à un niveau relativement élevé en comparaison de 2020 et 2021.

En Europe, cela s’explique d’une part par la pénurie de main-d’œuvre, en particulier des conducteurs. Il y a un aspect démographique qui a été renforcé par la guerre en Ukraine. De nombreux conducteurs russes, biélorusses et ukrainiens manquent à l’appel (ce qui pourrait représenter 200.000 chauffeurs environ, soit près de la moitié du manque en Europe selon l’Union internationale des transports routiers, NDLR).

Le deuxième facteur de hausse des taux de fret est l’inflation et la persistance de coûts de production élevés. Les prix de l’énergie se sont normalisés, mais l’introduction du « paquet mobilité » de l’Union européenne entraîne des charges administratives supplémentaires pour les prestataires de services qu’ils répercutent sur leurs clients.

Par conséquent, les taux de fret sont élevés malgré un marché mou, dû à la performance économique relativement faible dans toute l’Europe. Tout le continent est plus ou moins dans la même situation, mais il est probable que l’Allemagne s’en sorte particulièrement mal par rapport à d’autres pays. A l’inverse, nous observons déjà aux Etats-Unis quelques signes de reprise économique. Le marché américain s’est beaucoup affaibli, plus rapidement que l’Europe, mais il semble s’en sortir également plus rapidement. C’est une tendance que nous avons déjà observée par le passé, avec une économie américaine tout simplement plus volatile et plus réactive que l’économie européenne.

Russie : Coup d’Etat raté, accord ambigu avant règlement de comptes

Russie :Coup d’Etat raté, Accord ambigu avant règlement de comptes

Le coup d’État de Wagner a raté sa cible mais d’une certaine manière à considérablement affaibli Poutine contraint de chercher à l’étranger des soutiens en Turquie ou en Biélorussie.

Il est clair que la guerre des clans a commencé il y a déjà longtemps à Moscou et que la tentative de Wagner n’est que l’illustration des contradictions internes au sein même du pouvoir. Si le pouvoir de Poutine était suffisamment solide il ne permettrait certainement pas à la Biélorussie d’intervenir dans un conflit russe interne.

Les oppositions des différents clans vont continuer et il faut s’attendre maintenant à des règlements de compte en dépit de l’apaisement contraint qu’en apparence Poutine a choisi pour mettre fin à la tentative de putsch.Evguéni

Prigojine s’installera en Biélorussie en échange de l’abandon des poursuites pénales, annonce le Kremlin

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a détaillé certains aspects de l’accord négocié par le président biélorusse, Alexandre Loukachenko. Les combattants de Wagner qui n’ont pas participé à la rébellion devront signer un contrat avec le ministère de la Défense, les autres ne seront pas poursuivis «en reconnaissance des services rendus».

Les poursuites pénales contre Evguéni Prigojine sont abandonnées, mais ce dernier devra s’installer en Biélorussie. Le Kremlin a, toutefois, assuré ne pas savoir où se trouve le chef de la milice Wagner. Cette rébellion n’affectera «en aucun cas» les combats en Ukraine, a ajouté le porte-parole.

Laurent Berger: dernier interview avant son retrait de Secrétaire général de la CFDT

Laurent Berger: dernier interview avant son retrait de Secrétaire général de la CFDT

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, était l’invité du 8h30 franceinfo , jeudi 8 juin 2023. Retraites, débat parlementaire, salaires, RSA, vie personnelle… Retraites, débat parlementaire, salaires, RSA, vie personnelle.

Retraites : « Une défaite productive »
Laurent Berger a estimé que la mobilisation contre la réform
e des retraites était « une forme de défaite productive ». Certes, « on a perdu sur le texte, mais ça a été productif sur l’image qu’on a donnée du syndicalisme, du monde du travail et la force qui a été la nôtre », a-t-il affirmé. Il ne fait plus de doute pour le leader de la CFDT que la loi va s’appliquer à la rentrée. « Elle va changer la vie fondamentalement de millions et millions de travailleurs qui vont devoir travailler à terme deux ans de plus et il n’y aura jamais eu un vote à l’Assemblée nationale. Ça pose un problème de légitimité démocratique », selon lui. « Ça m’horrifie en fait. Ça me fait peur qu’on puisse changer la vie aussi concrètement de millions de salariés qu’il n’y ait pas un vote », a-t-il affirmé. Il a dénoncé le « déni de démocratie sociale de la part de ce gouvernement » qui « s’affiche finalement comme un mépris au monde du travail aujourd’hui » et « provoque du ressentiment et de la colère ». Cette « défaite productive », n’est pas pour lui « la fin de l’intersyndicale ». Selon Laurent Berger, le mouvement syndical ressort renforcé : « On a créé une force, on a une maturité dans l’intersyndicale. On s’est respecté, on a travaillé ensemble, on sait ce qui nous différencie, mais on sait aussi ce qui peut nous unir », a-t-il expliqué.

Débat parlementaire sur les retraites : « Il faut de la dignité »

Laurent Berger a appelé les parlementaires à la « dignité » alors que débutent ce jeudi les discussions à l’Assemblée nationale autour de la proposition de loi Liot sur les retraites. La présidente de l’Assemblée nationale a déclaré irrecevables les amendements réintroduisant la mesure d’abrogation des 64 ans, qui avait été supprimée en commission des affaires sociales. L’opposition crie au scandale démocratique. « Je ne sais pas ce qui va se passer aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Mais il faut de la dignité parce que derrière, il y a tous les citoyens et citoyennes de ce pays qui regardent et qui se disent ce n’est pas normal ce qui est en train de se passer, mais il ne faut pas qu’ils perdent encore plus confiance dans les institutions de notre pays », a estimé Laurent Berger. Il estime que le débat parlementaire sur cette réforme des retraites est « une forme de naufrage ».

Hausses des salaires : sans « contraintes, ça ne fonctionne pas »
Laurent Berger estime que les prochains combats syndicaux seront le pouvoir d’achat et la question des salaires. Il souhaite contraindre les aides publiques aux entreprises aux « politiques salariales dynamiques, notamment dans les branches », dit-il. Selon lui, « c’est quelque chose qui peut cheminer du côté de Matignon », mais « on sent moins d’écoute à d’autres endroits », à l’Élysée et au ministère du Travail notamment. Laurent Berger a cité comme exemple la branche de la volaille : « C’est quatorze échelons en dessous du SMIC. Et les patrons se plaindraient de ne pas trouver du monde. Il faut qu’ils regardent la réalité en face », a-t-il lancé. « S’il n’y a pas de contraintes sur les entreprises, ça ne fonctionne pas », a-t-il rappelé.

RSA : la « stigmatisation » du gouvernement est « intolérable »

Laurent Berger a dénoncé la « stigmatisation des personnes les plus en difficulté dans nos sociétés » par le gouvernement. « C’est inacceptable, c’est intolérable. J’en ai assez », a-t-il lancé.
Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a présenté mercredi en Conseil des ministres le projet de loi Plein emploi. Les bénéficiaires du RSA devront suivre 15 à 20 heures de travail ou d’activité de formation par semaine sous forme de « contrat d’engagement ». Laurent Berger se dit pour « un accompagnement renforcé » des allocataires du RSA. « Le premier des droits quand vous êtes au RSA, c’est d’avoir un accompagnement renforcé. Aujourd’hui, sur le nombre de personnes qui sont aux RSA, on est défaillant sur l’accompagnement », a-t-il dénoncé.

Vie personnelle : « Je n’ai pas pris le melon »

Laurent Berger semble insensible à la « Bergermania » qui touche le pays et assure ne pas avoir pris « le melon ». « D’ailleurs, je vais partir. Je n’étais pas là pour être connu et apprécié. J’étais là pour faire mon travail de syndicaliste. J’ai toujours considéré que j’étais de passage », a-t-il déclaré. Laurent Berger va passer le témoin à Marylise Léon, chimiste de formation. Elle succédera à Laurent Berger à la tête du premier syndicat français le 21 juin prochain. « Ce serait tellement facile de rester encore un an, deux ans, trois ans en plus et de jouer le « kéké » sur des plateaux ou ailleurs », dit-il. Il va se contraindre au « silence » que « je dois à la CFDT, à Marylise et à moi-même ». Bien qu’il ne sache pas encore ce qu’il fera après son mandat, il souhaite « être heureux et d’essayer de continuer à transformer le monde » à sa « modeste place ».

Borne: Départ du directeur de cabinet….. avant celui de la première ministre

Borne: Départ du directeur de cabinet….. avant celui de la première ministre

Le départ prochain du directeur de cabinet de la première ministre, Aurélien Rousseau pourrait bien préfigurer aussi celui de la première ministre elle-même.

L’usage en effet veut qu’un directeur de cabinet ou un membre important de l’équipe ministérielle par avant son ministre avant d’atterrir dans un placard doré. Quand le ministre par avant, il est beaucoup plus difficile pour les conseillers du ministre de se recaser ensuite.

Le départ d’Aurélien Rousseau constitue donc une sorte d’indicateur du changement possible de titulaires à Matignon. Un changement qui pourrait intervenir par exemple à partir du 14 juillet. Et pour terme tourner aussi définitivement la page de la question des retraites qui collent et sans doute collera toujours à la peau du parti de Macron.

D’après les informations du Monde et du Parisien , mardi soir, le directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau va quitter Matignon dans les prochaines semaines. Occupant depuis mai 2022 une fonction essentielle pour les rouages étatiques et pour la bonne coordination entre les services de la première ministre et du président de la République, ce haut fonctionnaire pourrait, selon le journal du soir, laisser son poste vacant rue de Varenne le 1er juillet prochain.

L’énarque, qui connaît bien Matignon, a souvent travaillé avec des premiers ministres de gauche : il était ainsi passé par les cabinets de Manuel Valls ou encore de Bernard Cazeneuve. Par ailleurs, il fut également membre de celui de Bertrand Delanoë lorsque le socialiste était encore maire de Paris. S’il était revenu dans la sphère politique il y a un an sur nomination d’Emmanuel Macron, Aurélien Rousseau gardait et a toujours quelques proches dans les hautes sphères de l’État. Il est ainsi marié à Marguerite Cazeneuve, spécialiste des retraites et ancienne conseillère à l’Élysée. Son beau-père est par ailleurs le député Renaissance Jean-René Cazeneuve, rapporteur du budget.

Démantèlement du fret SNCF : Avant-dernier coup avant la fin ?

Démantèlement du fret SNCF : Avant-dernier coup avant la fin ?

La réduction et la filialisation de fret SNCF pourrait bien être l’avant-dernier coup avant la fin de la SNCF. Une entreprise déjà concurrencée sur la grande vitesse mais aussi sur les transports régionaux. L’entreprise nationale a progressivement abandonné d’abord le transport de marchandises expresse, puis le transport de messagerie et s’apprête à abandonner une partie du fret.

Sur la tendance l’entreprise SNCF pourrait bien avoir disparu d’ici 20 ou 30 ans. En cause une politique très contradictoire du gouvernement depuis toujours, une certaine inadaptation de l’entreprise en matière commerciale et de gestion et un climat social particulièrement agité et assez souvent irresponsable.

Clément Beaune, le ministre des Transports discute avec la Commission européenne d’une solution dite « de discontinuité » pour la filiale de fret de la SNCF. Afin d’éviter le remboursement de 5,3 milliards d’euros d’aides jugées indues par Bruxelles – et donc la disparition pure et simple – il propose une liquidation de Fret SNCF (et donc de sa dette) et la création d’une nouvelle structure qui devrait avoir un périmètre différent. La nouvelle société aurait, en l’état actuel des négociations, 20% de chiffre d’affaires en moins. Les contrats concernés devraient échoir à la concurrence, après appel d’offres.

La part modale du transport de marchandises par le train remonte légèrement, mais elle n’est toujours que de 10% en France, contre 18% en Allemagne.

Marchés Financiers : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Marchés Financiers : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Nouveau record historique du CAC curieusement au moment où le fonds monétaire international révise encore à la baisse les perspectives de croissance pour 2023; En particulier aux États-Unis ou le scénario de récession n’est plus exclu compte tenu de la politique monétaire très restrictive. Au moment aussi où l’inflation s’envole partout pour plomber le pouvoir d’achat des ménages, la consommation et la croissance. Après la hausse de mardi, les bourses internationales ont d’ailleurs commencé à enregistrer mercredi une baisse qui pourrait s’amplifier. La Bourse de New York, qui avait d’abord bien accueilli un ralentissement de l’inflation américaine, a finalement terminé dans le rouge alors que le compte rendu de la dernière réunion de la Fed a remis sur la table la possibilité d’une légère récession aux Etats-Unis. Le Dow Jones a cédé 0,11 %, le Nasdaq a perdu 0,85 % et le SP 500 0,41 %. Le Cac enregistre mercredi +0,09% vers les 7.397 points nouveau record et encore +0.50% vendredi, encore nouveau record ).

En fait pour le record de hausse, il s’agit surtout d’un pari sur l’arrêt de la hausse des taux d’intérêt des banques centrales. Un pari risqué. Un record qui s’explique aussi par de bizarres mouvements de yo-yo provoqués par des prises de bénéfices ou inversement des placements massifs sur des valeurs dites porteuses. Bref un jeu qui ressemble un peu au casino. En effet il se pourrait bien que dans les semaines qui viennent la chute soit d’autant plus douloureuse car les fondamentaux économiques ne peuvent expliquer ce nouveau record.

Le CAC 40, indice phare de la place parisienne, a donc touché ce mardi 11 avril un nouveau plus haut historique en séance, à 7.403, 67 points, battant ainsi son précédent record du 6 mars dernier. Et encore un nouveau record vendredi.

Le gain est ainsi de plus de 14 % depuis janvier, contre 9% pour l’indice Stoxx 600 (600 premières capitalisations européennes).

Finances : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Finances : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Nouveau record historique du CAC curieusement au moment où le fonds monétaire international révise encore à la baisse les perspectives de croissance pour 2023; En particulier aux États-Unis ou le scénario de récession n’est plus exclu compte tenu de la politique monétaire très restrictive. Au moment aussi où l’inflation s’envole partout pour plomber le pouvoir d’achat des ménages, la consommation et la croissance. Après la hausse de mardi, les bourses internationales ont d’ailleurs commencé à enregistrer mercredi une baisse qui pourrait s’amplifier. La Bourse de New York, qui avait d’abord bien accueilli un ralentissement de l’inflation américaine, a finalement terminé dans le rouge alors que le compte rendu de la dernière réunion de la Fed a remis sur la table la possibilité d’une légère récession aux Etats-Unis. Le Dow Jones a cédé 0,11 %, le Nasdaq a perdu 0,85 % et le SP 500 0,41 %. Le Cac enregistre mercredi +0,09% vers les 7.397 points nouveau record et encore +0.50% vendredi, nouveau record ).

En fait pour le record de hausse, il s’agit surtout d’un pari sur l’arrêt de la hausse des taux d’intérêt des banques centrales. Un pari risqué. Un record qui s’explique aussi par de bizarres mouvements de yo-yo provoqués par des prises de bénéfices ou inversement des placements massifs sur des valeurs dites porteuses. Bref un jeu qui ressemble un peu au casino. En effet il se pourrait bien que dans les semaines qui viennent la chute soit d’autant plus douloureuse car les fondamentaux économiques ne peuvent expliquer ce nouveau record.

Le CAC 40, indice phare de la place parisienne, a donc touché ce mardi 11 avril un nouveau plus haut historique en séance, à 7.403, 67 points, battant ainsi son précédent record du 6 mars dernier. Le gain est ainsi de plus de 14 % depuis janvier, contre 9% pour l’indice Stoxx 600 (600 premières capitalisations européennes).

A la clôture, le CAC 40 a clôturé en hausse de 0,89% à 7.390,28 points, son plus haut depuis début janvier 202

Finances: Marchés : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Marchés financiers : CAC au plus haut……….. Avant la chute ?

Nouveau record historique du CAC curieusement au moment où le fonds monétaire international révise encore à la baisse les perspectives de croissance pour 2023; En particulier aux États-Unis ou le scénario de récession n’est plus exclu compte tenu de la politique monétaire très restrictive. Au moment aussi où l’inflation s’envole partout pour plomber le pouvoir d’achat des ménages, la consommation et la croissance. Après la hausse de mardi, les bourses internationales ont d’ailleurs commencé à enregistrer mercredi une baisse qui pourrait s’amplifier. La Bourse de New York, qui avait d’abord bien accueilli un ralentissement de l’inflation américaine, a finalement terminé dans le rouge alors que le compte rendu de la dernière réunion de la Fed a remis sur la table la possibilité d’une légère récession aux Etats-Unis. Le Dow Jones a cédé 0,11 %, le Nasdaq a perdu 0,85 % et le S&P 500 0,41 %. Le cac enregistre mercredi +0,09% vers les 7.397 points nouveau record et encore +0.50% vendredi ).

En fait pour le record de hausse, il s’agit surtout d’un pari sur l’arrêt de la hausse des taux d’intérêt des banques centrales. Un pari risqué. Un record qui s’explique aussi par de bizarres mouvements de yo-yo provoqués par des prises de bénéfices ou inversement des placements massifs sur des valeurs dites porteuses. Bref un jeu qui ressemble un peu au casino. En effet il se pourrait bien que dans les semaines qui viennent la chute soit d’autant plus douloureuse car les fondamentaux économiques ne peuvent expliquer ce nouveau record.

Le CAC 40, indice phare de la place parisienne, a donc touché ce mardi 11 avril un nouveau plus haut historique en séance, à 7.403, 67 points, battant ainsi son précédent record du 6 mars dernier. Le gain est ainsi de plus de 14 % depuis janvier, contre 9% pour l’indice Stoxx 600 (600 premières capitalisations européennes).

A la clôture, le CAC 40 a clôturé en hausse de 0,89% à 7.390,28 points, son plus haut depuis début janvier 202

La dernière hypocrisie de Macron : promulguer la loi avant de recevoir les syndicats

La dernière hypocrisie de Macron : promulguer la loi avant de recevoir les syndicats


C’est évidemment un nouveau pied de nez adressé aux syndicats par Macron qui en urgence veut promulguer la loi de réforme des retraites durant le week-end. Et qui deux jours après proposait de rencontrer les syndicats pour leur parler social.

Une manière évidemment pour lui de tenter de fermer de manière radicale et définitive le dossier des retraites en signifiant aux syndicatx le peu de considération qu’il leur porte.

D’une certaine manière, les syndicats renvoient la balle au président de la république lorsqu’ils avaient demandé à être reçus et que le président leur avait opposé un refus.

Reste que cette invitation de Macron prévue mardi constitue une véritable hypocrisie et une provocation supplémentaire. Malheureusement pour lui, l’affaire de la réforme des retraites est loin d’être enterrée d’une part parce qu’il y a la perspective d’un référendum d’initiative partagée et surtout parce que cela ouvre aussi la perspective de maintenir à l’agenda politique la priorité au dossier des retraites qui restent donc complètement ouvert.

Un dossier qui pourrait par ailleurs- tant qu’il n’est pas complètement bouclé et accepté par les parties- bloquer toutes avancées dans d’autres domaines d’autant que Macron n’a pas résolu le fait qu’il demeure sans majorité politique à l’Assemblée nationale en plus de son discrédit dans l’opinion.

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol