Archive pour le Tag 'fuite'

Droit de vote à 16 ans: Une fuite en avant ?

Droit de vote à 16 ans: Une fuite en avant ?

Une interview dans l’opinion de Nicolas Beytout à propos de l’éventualité d’un droit de vote à 16 ans

Une proposition de loi vient d’être déposée sur le bureau de l’Assemblée nationale pour abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote.

C’est le député de La République en Marche de l’Indre, François Jolivet, qui en est l’auteur, avec un objectif d’ailleurs plus large que le seul droit de vote, puisque son projet, c’est d’émanciper largement les ados en leur accordant aussi le droit de passer le permis de conduire à 16 ans, âge qui deviendrait dans la foulée celui de la majorité pénale. En somme, l’idée ce serait de considérer qu’à 16 ans, un jeune est aujourd’hui un adulte qui est responsable, qui doit pouvoir se déplacer librement et surtout, participer au choix démocratique fondateur qu’est une élection. A vrai dire, ce droit de vote à 16 ans, c’est une vieille histoire : depuis que Valéry Giscard d’Estaing l’avait ramené de 21 à 18 ans, le sujet est régulièrement réapparu. Récemment encore, la gauche de la macronie avait fait cette proposition (c’était l’an dernier), et Anne Hidalgo l’avait suggéré pour les dernières élections municipales. Mais la relance de cette proposition, on la doit surtout à Clément Beaune, l’influent secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, un proche d’Emmanuel Macron, lui aussi situé plutôt à gauche sur l’échiquier de la République en Marche.

Est-ce que ça signifie que ce serait une opération plutôt destinée à favoriser un vote de gauche ?

Si j’en juge par la réaction de Marine Le Pen à cette proposition, oui, sans aucun doute : pour la patronne du Rassemblement national, cette idée est tout simplement « grotesque ». Circulez, il n’y a rien à voir.

Et pourtant, les études d’opinion tendent plutôt à démontrer que les jeunes votent beaucoup Le Pen.

Oui, mais il s’agit surtout des jeunes de 25 à 30 ans, c’est-à-dire les jeunes adultes déjà installés dans la vie active, déjà en butte aux problèmes d’emploi, de fins de mois, d’insécurité, et qui effectivement votent Le Pen. Les 18-24 ans, eux, ont voté nettement plus à gauche à la dernière présidentielle. Leur chouchou, c’était Mélenchon, et cette fois, il y a de bonnes chances pour que Yannick Jadot fasse une performance dans cette tranche d’âge. J’ajoute que tous les candidats de gauche (les Jadot, Mélenchon, Hidalgo, ont mis ça dans leur programme). Alors évidemment, je vois votre air dubitatif sur l’intérêt politique d’une telle opération pour l’actuelle majorité. Premier élément de réponse : personne évidemment ne songe à mettre en place cette réforme à temps pour la prochaine présidentielle. Non, ce que veulent les promoteurs de ce droit de vote à 16 ans, c’est lancer le débat sur la revitalisation de la démocratie, c’est tout faire pour lutter contre l’abstention, cette maladie lente qui ronge l’engagement des citoyens dans les affaires de leur pays. Parmi les jeunes, l’abstention est absolument massive, et s’ils pouvaient voter, alors les débats seraient probablement plus larges, plus animés, et la démocratie (pensent-ils) y gagnerait.

Vous notiez que Clément Beaune est un proche d’Emmanuel Macron. Est-ce que le chef de l’Etat s’est déjà prononcé sur ce dossier ?

Oui, il n’est pas chaud chaud. Il dit qu’il est «prêt à avancer sur le 16-18», mais il veut d’abord «saturer les compteurs de vote». C’est une drôle d’expression, mais on voit bien ce que le Président a en tête : est-ce que ce truc est un gadget ? Est-ce qu’il ne vaut pas mieux travailler sur les autres pistes qui permettraient de réduire l’abstention (par exemple le vote par procuration, le vote à distance, le vote par correspondance) ? Et d’ailleurs, les jeunes ne le demandent pas spécialement. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Sarah El Haïry, la secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à l’Engagement. Elle fait le constat que les jeunes sont très engagés sur le climat, et sur les inégalités, mais qu’ils ne croient pas à l’expression démocratique. La solution : leur prouver que la politique peut faire bouger les choses. Un défi autrement plus grand que le seul fait de changer le curseur sur l’âge du vote.

Iran : fuite des capitaux

Iran : fuite des capitaux

Nader Nouri, ancien diplomate, secrétaire général de la Fondation d’études pour le Moyen-Orient/FEMO, un think-tank basé à Paris explique la fuite ou le gel des capitaux en Iran face à l’instabilité politique et la crise sociale et économique.

La pauvreté est devenue plus que jamais visible en Iran. En mai 2021, Ferial Mostofi, qui préside la Commission des finances et des capitaux de la Chambre de commerce de Téhéran, évoquait l’extension de la pauvreté et la diminution à vue de la classe moyenne en raison du manque de revenus financiers.

En juin 2021, Rouzbeh Kordoni, directeur de l’Institut supérieur de recherche de la sécurité sociale, a annoncé que l’Iran comptait 25 millions de pauvres, ajoutant que le nombre de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté absolue avait doublé par rapport à 2017-2019. De nombreux médias proches du pouvoir admettent qu’en réalité jusqu’à 80 % de la population pourrait se trouver sous le seuil de la pauvreté.

La Chambre de commerce de Téhéran a confirmé la poursuite de la baisse des nouveaux investissements au fil des dix dernières années. Cette annonce fait suite à celle de la fuite des capitaux qui grève une économie en déliquescence.

Citant un rapport de la Banque centrale, le président de la Chambre de commerce de Téhéran a déclaré que 98,4 milliards de dollars avaient fui le pays entre 2011 et 2017. Cela représente 10,9 milliards de dollars par an, selon les chiffres officiels, sans tenir compte des chiffres officieux sûrement plus élevés. (Quotidien « Daramad News » du 23 août 2020)

« J’estime que plus de 100 milliards de dollars de capitaux ont fui l’Iran au cours des quatre ou cinq dernières années, a déclaré Saeed Lilaz, un analyste proche du gouvernement à Daramad News. Il convient toutefois de noter que ces chiffres n’incluent pas les fonds sous forme d’or, de devises étrangères, notamment le dollar, que des citoyens ordinaires ont préservé chez eux ou dans des lieux sûrs, loin des yeux du gouvernement. »

La Chambre de commerce de Téhéran précise que les investissements nationaux dans l’économie du pays (non-étrangers) diminuent de jour en jour. Il est logique que les capitaux aillent là où ils sentent plus en sécurité et là où il y a une stabilité politique.

Cette instabilité, a conduit les Iraniens à contribuer largement à la reprise de l’économie moribonde de la Turquie voisine en achetant pour 70 milliards de dollars de biens immobiliers. N’ayant aucun espoir dans l’avenir, ils choisissent de plus en plus d’investir à l’étranger.

Selon une analyse publiée en février 2018 sur le site Tranio, dédié à l’achat et à la vente de biens immobiliers, les manifestations antigouvernementales généralisées de l’hiver 2017-2018 en Iran visaient la corruption généralisée, les problèmes économiques et le pouvoir religieux dans son ensemble. « Les raisons derrière l’instabilité politico-économique de l’Iran sont similaires à celles qui ont poussé les Russes fortunés à acheter des propriétés foncières à l’étranger », expliquait cette analyse.

Les Iraniens ont environ 50 milliards de dollars de réserves quotidiennes d’argent qui se trouvent ni à la banque, ni à la bourse, ni dans la production. « C’est pourquoi l’on dit que les Iraniens cachent 50 milliards de dollars sous leurs matelas. Avec cet argent, on pourrait construire quatre entreprises similaires aux Aciéries « Mobarakeh » d’Ispahan. Ce chiffre équivaut à dix fois les revenus pétroliers de l’Iran l’année dernière », indiquait le 6 octobre 2021 le site « Pishkhan News ».

Ces chiffres n’incluent évidemment pas les détournements de fonds abyssaux, la spéculation, le financement de milices comme le Hezbollah libanais ou le « Hachd Al-Cha’abi » irakien, ni le coût dévastateur du programme nucléaire iranien. Il s’agit là des causes réelles de l’effondrement de l’économie iranienne et de la misère qui se répand inexorablement. Cependant, le pouvoir et sa machine de propagande ne cessent de braquer les projecteurs sur les sanctions économiques, comme la seule cause de cette situation désastreuse, entretenant ainsi une énorme contre-vérité.

La diminution et la disparition graduelle des classes moyennes, provoquant une fuite généralisée des cerveaux, principalement issus de ces classes, sont l’illustration cruelle de l’instabilité du pays dans toute son ampleur.

Ainsi, dans une interview au quotidien Arman le 21 janvier 2021, le sociologue Madjid Abhari tentait de tirer la sonnette d’alarme. « Pour se rendre compte de l’ampleur de la tragédie économique et sociale qui frappe le pays, il suffit de citer un historien et iranologue qui a fait une déclaration aujourd’hui connue de tous les experts : la fuite des cerveaux a fait 300 fois plus de dégâts à l’économie iranienne ces dernières années que la guerre Iran-Irak. Et Abdul Khaliq, un expert auprès de la Banque mondiale, a estimé que les dommages matériels causés par la fuite de cerveaux sont au moins deux fois plus importants que les pertes liées aux exportations de pétrole de l’Iran », soulignait le sociologue.

Au sujet de la fuite des cerveaux, l’agence de presse ILNA avertissait le 19 août dernier: « La jeune génération éduquée quittera inévitablement l’Iran. Aujourd’hui, l’Iran est connu comme le plus grand exportateur d’élite et de jeunes travailleurs qualifiés au monde. » Selon le Fond monétaire international (FMI), cité par le site persan Alef le 12 juillet 2017, entre 150.000 et 180.000 Iraniens instruits demandent à quitter l’Iran chaque année.

Pour tenter de justifier un tel désastre et le masquer, Téhéran met en avant sa politique agressive d’ingérences au Moyen-Orient et son aventurisme souvent prenant la forme du terrorisme au-delà de ses frontières. Mais ces tentatives ont eu un effet boomerang qui se retourne durement contre le pouvoir en créant un gouffre financier et une impasse dangereuse aggravant un peu plus son isolement international.

______

(1) Nader Nouri a été premier secrétaire et conseiller à l’ambassade d’Iran à Paris de 1980 à 1985, il a assuré la fonction de chargé d’affaires (chef de mission) pendant six mois en 1981.

Virus chinois «Une fuite de laboratoire, hypothèse de plus en plus crédible

Virus chinois «Une fuite de laboratoire, hypothèse de plus en plus crédible

 David Asher  qui a dirigé de septembre 2020 à janvier 2021 l’enquête du Département d’État considère que l’hypothèse d’une suite du virus dans un laboratoire chinois est l’hypothèse la plus vraisemblable

LE FIGARO. – Voici encore quelques mois, l’hypothèse d’une origine accidentelle de la pandémie de Covid était considérée comme une théorie du complot. Depuis, beaucoup de scientifiques ne l’excluent plus, et le président Biden lui-même a demandé une enquête approfondie. Comment expliquez-vous ce revirement?

David ASHER. - Je pense que l’Administration Biden a simplement fini par prêter attention à notre travail. Il ne semble pas y avoir d’autre raison logique pour laquelle le président aurait pris une décision aussi radicale. Il a probablement été très choqué. Nous l’avons été aussi.

 

Le 15 janvier dernier, notre enquête avait permis de dévoiler que plusieurs employés de l’Institut de virologie de Wuhan sont tombés très malades début novembre 2019, avec des symptômes ressemblant à ceux de la grippe ou du Covid. Nous pensons qu’au moins trois de ces personnes ont été admises à l’hôpital – mais peut-être y en a-t-il eu beaucoup plus. Nous pensons également que certains membres de leur famille

Conflit palestinien : la fuite en avant de Benyamin Nétanyahou

Conflit palestinien : la fuite en avant de Benyamin Nétanyahou

La fuite en avant sécuritaire de Benyamin Nétanyahou a suscité un élan nationaliste palestinien et offert au Hamas l’occasion de s’affirmer grâce à sa capacité de riposte militaire face à un Fatah moribond, analyse la chercheuse dans une tribune au « Monde ».

Tribune

L’actuelle confrontation entre Israël et le Hamas donne en apparence une impression de déjà-vu. A l’instar des opérations de 2009, 2012 et 2014, elle s’inscrit dans un environnement international brouillé par un changement d’administration aux Etats-Unis, un contexte d’élections en Israël, mais aussi une tentative de rapprochement inter palestinien.

Fragilisé sur la scène politique intérieure, le premier ministre Benyamin Nétanyahou joue de nouveau la carte de la diversion même si, cette fois, la situation est sensiblement différente tant par la démonstration de force du Hamas que par les mobilisations inattendues des Palestiniens d’Israël.

Depuis la fin du mois d’avril, des militants de tous bords se mobilisent contre l’expulsion de vingt-huit familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est. Loin d’être inédites, ces expropriations s’inscrivent dans la continuité d’une politique de spoliation des biens des Palestiniens de Jérusalem-Est qu’Israël occupe illégalement depuis 1967. Si les précédentes mobilisations ne sont jamais restées sous silence, elles ont, cette fois, eu une résonnance toute particulière marquée par une campagne internationale sur les réseaux sociaux pour « sauver Sheikh Jarrah ».

Dans l’impasse, Nétanyahou a joué sa carte favorite : dépolitiser le dossier pour l’amener sur le terrain du religieux et du sécuritaire

Autre élément significatif, la véhémence des nationalistes religieux israéliens mobilisés en faveur de l’expulsion des Palestiniens. Critiqué à l’international, dépassé sur sa droite, Nétanyahou, déjà incapable de former un gouvernement, se retrouve dans l’impasse.

Comme souvent, il a alors joué sa carte favorite : dépolitiser le dossier pour l’amener sur le terrain du religieux et du sécuritaire. En quelques jours, la confrontation s’est déplacée de Sheikh Jarrah vers Al-Aqsa puis d’Al-Aqsa vers la bande de Gaza.

 

A Al-Aqsa, les forces de sécurité israéliennes ont installé sans raison apparente des barrières métalliques empêchant les réunions quotidiennes de Palestiniens devant la porte de Damas en ce mois de ramadan. Comme en 2017, l’installation de barrières a provoqué leur colère. Celle-ci a été brutalement réprimée par la police israélienne – qui a fait preuve d’une violence toute particulière en pénétrant dans l’enceinte même de la mosquée pendant la prière – secondée par des extrémistes juifs, partisans de l’avocat et député d’extrême droite Itamar Ben Gvir. Galvanisés par leur victoire au Parlement, ces derniers se sont lancés dans de véritables chasses à l’homme au cri de « morts aux Arabes »

EPR de Flamanville : fuite de documents sensibles ou intox ?

EPR de Flamanville : fuite de documents sensibles ou intox ?

Greenpeace affirme avoir été destinataire de documents EDF concernant l’EPR de Flamanville. Cette fuite, à elle seule,  justifierait des interrogations sur la sécurité de l’installation d’après Greenpeace.

 

EDF affirme que les désinformations contenues dans ces documents ne sont nullement confidentielles. « Le fait de disposer des plans de la ZAC de Flamanville ou encore de disposer de l’emplacement des caméras ou de détecteurs n’est pas une information protégée ni classifiée, puisque ces informations sont visibles et peuvent être constatées à l’œil nu par tout un chacun sur les sites », a réagi de son côté EDF.

 

Le producteur d’électricité rappelle par ailleurs que des personnels habilités peuvent avoir accès à des informations classifiées selon certaines règles précises.

« Le Code pénal encadre les atteintes au secret de la défense nationale, notamment le délit de compromission qui porte autant sur la divulgation que sur la communication d’informations classées secret défense et le fait d’en prendre connaissance ou possession, sans habilitation ou légitimité », souligne encore EDF.

 

Finances Budget : Remise en cause de la sacro sainte règle des 3% et fuite en avant

Finances Budget : Remise en cause de la sacro sainte règle des 3% et fuite en avant

On comprend que dans une période de crise on puisse s’affranchir des critères de gestion et lisser les déséquilibres dans le temps. Cependant en faire une règle permanente revient à créer les conditions d’un éclatement un jour du système financier .  La France qui va crever tous les plafonds des critères européens notamment en matière de déficit et d’endettement sans parler du chômage veut faire sauter les références et s’affranchir de la sacro-sainte règle des 3 %. Mieux ,la France souhaite que l’Europe profite du pacte de croissance pour faire définitivement sauter ce verrou. Observons d’abord que cette règle des 3 % a été inventée un jour par les Français eux-mêmes. Elle est effectivement discutable car elle ne repose sur pas grand-chose. On pourrait tout aussi bien retenir 4 ou 5 %. Par contre, contrairement à ce que pensent certains qui pratiquent la suite en avant,  le principe d’équilibre en moyenne à long terme s’impose pour un État comme pour n’importe quel emprunteur. Un jour ou l’autre la facture doit être réglée soit par remboursement du capital, soit par la montée des intérêts, soit par la dévaluation.

Curieusement le secrétaire d’État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, rejoint les positions gauchistes qui considèrent  qu’il n’y a pas de raison de fixer des règles de discipline budgétaire «On ne peut pas imaginer remettre en place le même Pacte» de stabilité et de croissance (PSC), qui fixe ces règles, a-t-il déclaré. «Faut-il des règles budgétaires ? Certainement. Est-ce qu’il faut les revoir ? Certainement aussi», a-t-il ajouté. Certes on comprend que dans une conjoncture de crise assez exceptionnelle on puisse faire fi des principes de gestion budgétaire. D’ailleurs compte tenu de la situation économique,

L’Union européenne a suspendu en mars l’application des règles du Pacte de stabilité et de croissance (PSC). Parmi les obligations que les États membres n’ont plus à respecter actuellement figure la fameuse règle imposant que leur déficit public reste inférieur à 3% de leur produit intérieur brut (PIB).

 

«On ne pourra pas remettre en place le Pacte de stabilité tel qu’on l’a connu auparavant parce que la crise est passée par là, parce que nous sommes dans une période où il faudra, encore plus qu’avant la crise, investir pour nos économies», a insisté Clément Beaune, citant en particulier la transition écologique et la transition numérique, érigées en priorités par l’UE. «Nous aurons, à la sortie de la crise, des seuils de déficit, mais plus encore de dette, qui seront très différents du monde qu’on a connu il y a quelques années partout en Europe», a ajouté le responsable français.

Emmanuel Macron avait, avant même la survenance de la crise, estimé en novembre 2019 dans un entretien à The Economist que «le débat autour du 3% dans les budgets nationaux, est un débat d’un autre siècle

De telles déclarations apparaissent particulièrement irresponsables et ne peut que conforter la conviction des pays Nord que les pays du Sud dont la France sont incapables de la moindre discipline et comptent sur la solidarité des pays rigoureux d’une nord.

Les dangers de la fuite en avant de la dépense publique par Jean-Yves Archer, économiste ( Tribune dans l’Opinion)

Les dangers de la fuite en  avant de la dépense publique par Jean-Yves Archer, économiste ( Tribune dans l’Opinion)

 

« Ce projet de loi de finances ne porte aucune ambition d’envergure en matière d’essor économique », estime Jean-Yves Archer.

« L’analyse du budget pour 2020 génère une séquence étoffée de déceptions. Il y a insidieusement une remise en cause de la politique de l’offre. Ce projet de loi de finances (PLF) ne porte, en effet, aucune ambition d’envergure en matière d’essor économique alors même qu’il inscrit une dépense en hausse de 0,7 % en volume. L’addiction perdure et nous sommes face à une brouillade de politique néokeynésienne élaborée sous la pression de la rue.

Donc on godille plus qu’on anticipe posément. La rectification de la trajectoire des finances publiques est un revers consistant, courtoisement souligné par le Haut Conseil des finances publiques.

A ceux qui estimeraient ce constat trop frontal, il suffit de rappeler que le déficit budgétaire est désormais estimé à 93 milliards d’euros soit 125 % des rentrées fiscales générées par l’impôt sur le revenu. Combien de temps pense-t-on réaliste de présenter une telle posture ? Par certains aspects, ce PLF aurait pu émaner des équipes qui pilotaient le quinquennat précédent.

Dépenser 399 milliards quand l’Etat n’a que 306 milliards de rentrées fiscales ne saurait caractériser une gestion pondérée et avisée. Et pourtant, il se trouve toujours et encore des zélateurs de la dépense publique qui se sont massivement ralliés à l’analyse d’Olivier Blanchard, ancien chef économiste du FMI.

Sa thèse est simple : les taux sont si bas qu’il serait dès lors réaliste d’augmenter l’endettement afin de financer des investissements publics dont la rentabilité sera supérieure au taux initial d’emprunt. Bien entendu, ces funambules le plus souvent habiles qui sont porteurs de nos impôts du futur se gardent de toute référence au montant total de la dette rapportée au PIB. Ledit PIB que les statisticiens ont récemment modifié en y incluant l’économie souterraine et même une quote-part du marché estimé des stupéfiants. Il est troublant de voir le silence des économistes d’Etat sur ce type de modifications substantielles d’un agrégat majeur. Il est vrai qu’ils dédient une large part de leur énergie à se positionner face au dernier livre de Piketty.

Le PLF 2020 confirme que la sphère publique se satisfait de la perspective d’être encore un peu plus tentaculaire comme l’avait démontré, il y a des décennies, l’éminent Bertrand de Jouvenel (Du pouvoir, 1945).

La dérive des gestions des agences et autres satellites en est une preuve régulièrement rapportée par la Cour des comptes.

Fort de ce constat, je maintiens ma préconisation consistant à se caler sur les bonnes pratiques suédoises qui ont su redéfinir le périmètre de l’action publique. Autrement dit qui ont laissé lettre morte l’esprit de certains rapports de France Stratégie.

Le ministre des Comptes publics a fait de son mieux avec un outillage centré sur le sempiternel rabot et n’a engagé aucune nouvelle méthode budgétaire pour juguler le trend haussier. Le ralentissement de la croissance désormais anticipé par le FMI et l’OCDE en 2020 risque de compliquer l’exécution de cette loi de finances.

En cas de retournement conjoncturel marqué, notre pays aura des voies d’action limitées et risque de plonger dans un endettement accru.

…. »

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Macron force un peu le trait pour justifier sa politique fiscale notamment la suppression de l’impôt sur la fortune. Des allègements fiscaux dont certains étaient nécessaires compte tenu du poids des prélèvements obligatoires en France ; mais qui ne sont cause du départ d’autant d’entreprises qu’indique Macron. Il ne s’agit pas de centaines de milliers de départ pour cause d’ISF mais de 8000 environ depuis 10 ans, soit de l’ordre de 800 par an et 754 en 2015 denier chiffre connu. C’est toujours trop évidemment mais c’est aussi à mettre en rapport avec les installations d’entreprises étrangères en France. Il faut aussi tenir compte du nombre total entreprise crées par an : autour de 500 000. Dans son premier budget, Emmanuel Macron a transformé l’ISF, l’impôt sur la fortune, en IFI, impôt sur la fortune immobilière. L’idée ? “On a gardé l’impôt sur la fortune quand il est investi dans l’immobilier, a expliqué le président de la République ce dimanche sur BFMTV. Mais on a enlevé l’impôt sur la fortune pour tout ce qui était investi dans l’économie.”

Sont maintenant exonérés : les yachts, voitures de luxe, mais aussi le livret A, assurance-vie et autres placements financiers. Seront-ils pour autant réinvestis par leurs détenteurs dans l’économie française, comme le souhaite le président ? “Non, vous n’avez aucune obligation de réinvestir, vous bénéficiez de cette exonération sans contrepartie” réplique Sabrina Atlan, avocate fiscaliste. D’ailleurs le président de la République le reconnaît. “Vous êtes sûr que cet argent n’ira pas dans la spéculation ? », l’a interrogé Edwy Plenel. Réponse :  »Je n’ai pas plus de garanties que vous… Et d’ailleurs dans la société, c’est pour ça qu’il faut constamment corriger les choses, il faut évaluer donc moi j’évaluerai dans deux ans.” Rendez-vous donc en 2020… Pour justifier sa réforme de l’ISF, Emmanuel Macron avance l’argument très approximatif  suivant. “Nous avions des centaines de milliers d’entrepreneurs qui vendaient leur entreprise et qui, parce qu’on les taxait à l’impôt sur la fortune alors même qu’ils voulaient réinvestir dans le pays, s’en allaient.”

 

CGT : fuite des adhérents

CGT : fuite des  adhérents

 

C’est une véritable hémorragie que connaît la CGT avec une baisse de plus de 30 % des effectifs sur une année. Une dégradation qui ne date pas d’hier mais qui d’une certaine façon suit avec retard celle du parti communiste. Certes la CGT est encore présente dans de nombreux bastions mais la politique de fuite en avant pratiquée par la confédération est en décalage complet avec les aspirations des salariés. Des salariés qui souhaitent des négociations qui aboutissent à des résultats et pas des protestations à caractère plus ou moins politique en tout cas uniquement contestataires. De ce point de vue, la politique menée par la CGT dans certaines entreprises est également mortifère car le jusqu’au-boutisme conduit parfois à la mort de l’entreprise. On comprend que la CGT qui n’a jamais réussi véritablement sa mue  soit coincée entre les pousses au crime de Sud et les syndicats réformistes aujourd’hui majoritaires en France. Bernard Thibault avait bien essayé d’engager l’organisation dans la voie du recentrage et de l’indépendance. Mais cette politique a été vite enterrée par les caciques. Il est clair que les dernières actions à répétition complètement irresponsables lancées contre la loi travail, la loi sur le code du travail auront épuisé les velléités de contestation et surtout fait douter de l’efficacité d’une stratégie davantage adaptée aux années 1950 qu’à période actuelle.   Le Canard enchaîné à paraître ce mercredi révèle en effet que la confédération syndicale a vu ses effectifs fondre de 34% en un an. Et même s’il s’agit là d’un chiffre provisoire, l’organisation dirigée par Philippe Martinez doit faire face à une crise sans précédent.  Dans le détail, le nombre d’adhérents ayant réglé au moins un mois de cotisation est passé de 649.899 à 427.431 lors des douze derniers mois, indique l’hebdomadaire satirique.Certaines fédérations sont particulièrement touchées, comme celle du commerce, qui a vu ses effectifs chuter de 45.000 à 22.000 en l’espace d’une année. Les cheminots, eux, ne sont plus que 30.000, contre 42.000 en 2016. Tandis que la métallurgie, fief historique de la CGT, a perdu 43% de ses adhérents en quatre ans, selon Le Canard.

Affaires Fillon: fuite des proches

Affaires Fillon: fuite des proches La fuite des proches de Fillon continue avec notamment

 

  • Sébastien Lecornu

Il a démissionné ce matin de son poste de directeur adjoint de la campagne du candidat. Le président LR du Département de l’Eure, Sébastien Lecornu, l’a annoncé dans un communiqué en indiquant qu’il ne serait « plus à même de remplir [ses] fonctions. »

 

Arthur Berdah 

✔@arthurberdah

Le directeur adjoint de campagne de François Fillon, Sébastien Lecornu, vient de remettre sa démission au candidat LR (communiqué)

 

  • Vincent Le Roux

Deuxième directeur adjoint de la campagne, le juppéiste Vincent Le Roux, ex-directeur de cabinet d’Alain Juppé, a lui aussi jeté l’éponge ce matin. « N’étant plus en capacité d’apporter mon plein engagement dans mes fonctions au sein de la direction de la campagne présidentielle, je présente ce jour ma démission de celle-ci à Patrick Stefanini, que je remercie pour sa confiance et pour son amitié. Je tiens à remercier toutes celles et ceux avec lesquels il m’a été donné de vivre cette campagne, qui pour ma part, s’est achevée hier », a-t-il déclaré.

 

  • Benoist Apparu

C’était un soutien de poids. L’ancien secrétaire d’État au logement Benoist Apparu quitte l’équipe. « La tournure que prend aujourd’hui la campagne me paraît incompatible avec notre façon d’envisager l’engagement politique » a annoncé le député-maire Les républicains (LR) dans un tweet ce matin. Ce juppéiste, porte-parole d’Alain Juppé pendant sa campagne pour la primaire, était ensuite devenu porte-parole de François Fillon. Il est suivi par le sénateur-maire Christophe Béchu et le député-maire Edouard Philippe.  La tournure que prend aujourd’hui la campagne me paraît incompatible avec la vision que j’ai de l’engagement politique.

 

  • Marc Laménie

Il est l’un des premiers à avoir parié sur le candidat. Il se disait convaincu par son programme pour la France. Aujourd’hui déçu, le sénateur des Ardennes (LR) a déclaré dans L’Union:  »[je] ne peux plus soutenir l’indéfendable. (…) J’estime que François Fillon doit arrêter et ne plus s’accrocher à sa candidature », ajoutant que « la raison doit l’emporter ».

  • Gilles Boyer

Juppéiste, le trésorier de la campagne de François Fillon part aussi.

 

Gilles Boyer @GillesBoyerJ’ai présenté aujourd’hui ma démission du poste de trésorier de la campagne présidentielle de François Fillon.

  • Gilles Bourdouleix

« J’en appelle à la candidature d’Alain Juppé », a écrit dans un tweet le député du Maine-et-Loire et maire de Cholet (ex-UDI). Proche du candidat, il s’était réjoui de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre.

indispensable pour l’avenir de la France. J’appelle à la candidature d’@alainjuppe#Presidentielle2017

 

  • Gérald Darmanin

Le premier vice-président de la région Hauts-de-France, Gérald Darmanin, sarkozyste, a publié sur Twitter : « Jusqu’à présent ce sont les socialistes qui faisaient monter le Front national, maintenant c’est nous. J’ai honte de ma droite. »  Jusqu’à présent ce sont les socialistes qui faisaient monter le Front National, maintenant c’est nous. J’ai honte de ma droite.

 

  • Catherine Vautrin

La vice-présidente de l’Assemblée nationale Catherine Vautrin a déclaré dans L’Union : « Il est grand temps que nous puissions avoir un autre candidat ». Elle était porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Des désistements qui commencent à peser dans la campagne. François Fillon a réagi en déclarant : «La base, elle tient ».

 

Brexit: la fuite des banques ?

Brexit: la fuite des banques ?

 

Les banques du Royaume-Uni ne cessent d’interpeller le gouvernement conservateur partisan d’une ligne dure et radicale après le brexit. En clair,  elles craignent les obstacles qui pourraient être mis pour leur accès au marché de l’union européenne. Du coup le lobby bancaire menace de quitter le Royaume-Uni. Les banques internationales installées au Royaume-Uni sont donc prêtes à transférer certaines de leurs activités hors de ce pays début 2017, craignant la tournure que pourrait prendre le Brexit, affirme dimanche le directeur d’un puissant lobby bancaire dans le journal The Observer. « Leurs mains frémissent au-dessus du bouton relocalisation », écrit Anthony Browne, directeur de la British Bankers’ Association, dans une tribune publiée dans The Observer, version dominicale du quotidien The Guardian. En cause, explique-t-il, la possibilité d’un Brexit « dur », sans compromis, vers laquelle semble se diriger le gouvernement britannique et qui fait craindre au secteur bancaire de ne plus pouvoir accéder sans entrave à l’ensemble du marché de l’Union européenne.  »Il y a un consensus sur le fait que le marché financier intégré de l’UE est l’une de ses plus grandes réussites », souligne Anthony Browne. Mais ce système est « désormais menacé » par le Brexit, ajoute-t-il en fustigeant un « débat politique », aussi bien au Royaume-Uni que dans les 27 autres pays membres de l’union, « qui nous emmène dans la mauvaise direction ».

CGT : la fuite en avant, pourquoi ?

CGT : la fuite en avant, pourquoi ?

 

Le blocage du carburant par la CGT constitue sans doute lune des dernières étapes de radicalisation de cette organisation. Une fuite en avant très risquée car elle risque maintenant de faire basculer l’opinion jusque là assez favorable aux protestataires. Mais un soutien relatif dans la mesure où le taux de grévistes et de participants aux manifestations n’a jais été important et qu’en outre il s’effrite (exemple 15% de grévistes à la SNCF ou pourtant est notamment en jeu le futur statut). Du coup faute de participation active des salariés, la CGT choisit l’action radicale la plus périlleuse en voulant priver la France de carburant. Les conséquences très néfastes peuvent être très rapides, l’absence carburant va en effet freiner la mobilité en particulier de ceux qui ont un besoin incontournable de leurs véhicules pour travailler. Aussi sur l’ensemble de -économie dont les modes de production et de commercialisation reposent  essentiellement sur le principe des flux tendus ; en clair il n’y a plus de stocks dans les usines et les commerces ;  les stocks sont dans les camions qui livrent chaque jour et parfois plusieurs fois par jour. En fait la CGT livre une bataille avec un triple objectif. Il ya bien sur la loi travail dont elle demande le retrait notamment sur la hiérarchie des normes qui va laisser des marges de manœuvre aux entreprises aussi favoriser la décentralisation syndicale soutenue par la CFDT et combattue par la CGT. Ensuite, faute de clarification de sa ligne interne (entre courant gauchistes, radicaux et réformistes) la CGT choisit la fuite en avant pour ne pas à avoir à définir une ligne claire. En outre la CGT veut apparaître comme la seule force d’opposition, en tout cas la plus radicale face au pouvoir en place aujourd’hui mais aussi demain. Dernier élément, la question de la représentativité. La CGT risque peut être d’être dépassée en 2017 par la CFDT en terme d’audience. En occupant le terrain des luttes et des médias, elle pense se refaire une santé.   En perte de vitesse et de repères, la CGT joue à quitte ou double son avenir dans un bras de fer très politique avec le gouvernement et agit comme si elle pariait sur une défaite de la gauche aux élections de 2017, selon des analystes. A défaut d’être en mesure de rassembler une masse critique de manifestants lors de ces journées d’action à répétition, la CGT paraît surtout miser sur la mobilisation très médiatique de militants déterminés dans des bastions stratégiques. C’est le cas dans l’industrie pétrolière, où le blocage de raffineries et de dépôts fait tache d’huile, à la SNCF, où elle a déposé un préavis de grève reconductible les mercredis et jeudis, à la RATP, où elle appelle à la grève illimitée à partir du 2 juin ou dans les transports routiers. « Ce qu’on attend des autres salariés des autres secteurs c’est qu’ils viennent nous rejoindre », a déclaré lundi à France Inter le secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT, Emmanuel Lépine. « Parce que à nous seuls, les raffineurs, nous n’allons pas pouvoir faire reculer le gouvernement. » Contrairement à FO, la CGT a rompu pratiquement tous les ponts avec le gouvernement et le Parlement. Son secrétaire général, Philippe Martinez, a lui-même admis lundi sur RTL ne plus être en contact avec l’exécutif depuis deux mois. « Ces mouvements vont peu à peu s’essouffler mais la CGT aura gagné l’image de l’organisation syndicale la plus résistante. » Pense Raymond Soubie, président des sociétés de conseil Alixio et Taddeo, spécialiste des relations sociales « La question est de savoir combien de temps cela va durer », ajoute cependant l’ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, pour qui la CGT risque « d’y laisser des plumes parce que beaucoup de gens n’apprécient pas cette stratégie ». Cette stratégie n’est en effet pas sans risque pour une centrale syndicale qui garde une forte capacité d’organisation mais a montré ces derniers temps des signes de faiblesse face aux « casseurs » qui sévissent en marge des manifestations. « La situation se tend de plus en plus. On n’a jamais connu ça. Si le gouvernement ne nous entend pas, on risque d’avoir des formes de radicalité qu’on n’arrivera pas à maîtriser », s’inquiète un haut responsable de la CGT. Si le mouvement se prolonge, avec des difficultés croissantes de ravitaillement en carburant ou de circulation, et s’il perturbe l’Euro de football, qui commence le 10 juin, le risque pour la CGT est également celui de l’impopularité. (Avec Reuters)

 

CGT-loi travail : menace d’une grève reconductible et fuite en avant

CGT-loi travail : menace d’une grève reconductible

Sitôt réélu à la tête de la CGT Philippe Martinez a confirmé que la centrale avait choisi la radicalisation comme axe central de sa stratégie. Pour l’illustrer la CGT à indiquer qu’elle envisageait d’étudier la possibilité d’une grève reconductible contre la loi travail.  Une perspective qui pourtant a peu de chances d’aboutir à de grands succès mais par contre qui sera de nature à user la contestation. Une stratégie de fuite en avant vieille comme le monde syndical.  Pour reconquérir le terrain perdu, Philippe Martinez a résolument placé la confédération sous le signe de l’opposition à la politique du gouvernement, notamment sur le projet de réforme du Code du travail. « Notre ligne est claire : c’est de protester, proposer, rassembler et mobiliser », a-t-il déclaré en réaffirmant sa volonté d’obtenir le retrait du texte. Il a ainsi appelé tout au long du congrès à une mobilisation accrue contre la loi portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri, entrouvrant la porte à une grève reconductible tout en laissant le soin aux salariés de décider ou pas son application dans les entreprises. « La CGT souhaite que le mouvement prenne de l’ampleur, nous allons travailler pour », a-t-il déclaré. « Toute forme d’action doit être envisagée, parmi elles la grève et sa reconduction. » Cette radicalisation se manifeste dans la composition du nouvel exécutif de la CGT, avec l’entrée d’Amar Lagha, particulièrement intransigeant sur la question du travail du dimanche, secrétaire de la fédération du commerce. Cependant certains au sein même de la confédération pensent que la centrale avec cette ligne de radicalisation prend de sérieux risques quant à sa représentativité : «on peut penser que l’affaiblissement (de la CGT) va se poursuivre parce qu’il y a un décalage assez profond entre le ressenti des salariés (et) la direction confédérale », estime certain.

Automobilistes : délits de fuite en hausse

Automobiles : délits de fuite en hausse

 

23% de hausse en 2014 pour les délits de fuite pour des automobilistes en infraction. En cause le plus souvent l’absence de permis de conduire et/ou d’assurance. Une infraction qui progresse sous l’effet de la crise. Bien que le chiffrage de ceux  qui circule sans permis et sans assurance soit par définition difficile à effectuer certains experts avancent le chiffre de 1 million (cumul de ceux qui n’ont ni permit et où ni assurance). Un chiffre considérable qui concerne surtout des jeunes. Ce constat justifierait de rouvrir le débat sur le cout du permis pour ces jeunes mais aussi du cout de l’assurance. Les  délits de fuite en hausse +23%, représentent  170.000 cas. Derrière ce chiffre se cache la volonté pour les automobilistes d’échapper à tout contrôle pour ne pas perdre leur permis, mais aussi parce que beaucoup justement roulent sans permis. . Toutes infractions confondues, près  de 25 millions de PV ont encore été dressés l’an dernier, soit une légère hausse de +1,5%, selon le classement dévoilé par le magazine Auto-Plus vendredi 4 septembre, et dont RTL a déjà pu avoir connaissance. Ce sont, de loin, les infractions à la vitesse qui arrivent en tête. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. L’an dernier, plus de 12,8 millions d’infractions à la vitesse ont été constatés. Dans plus de neuf cas sur dix, ce sont des automobilistes qui se sont fait flasher par un radar automatique. C’est un bond de plus de 11% par rapport à 2013. Si l’on regarde dans le détail, il faut noter qu’à une écrasante majorité, dans 90% des cas c’est pour des dépassements de moins de 20 kilomètres/heure.  L’autre augmentation concerne les délits. Tout ce qui concerne les comportements dangereux (ce qu’on appelle les graves incivilités) a fait un bond de 17%. Ce sont les conduites en état d’ivresse qui sont le plus épinglées : elles représentent près d’un quart des contraventions. Forte hausse aussi (plus de 40%) pour la conduite sous stupéfiants, avec plus de 50.000 délits. Il faut dire que les contrôles ont été plus nombreux.

 

100 000 dollars pour la fuite du texte du traité transatlantique (TTIP)

100 000 dollars pour la fuite du texte du traité transatlantique (TTIP)

C’est la somme que propose WikiLeaks pour obtenir une copie du texte du traité transatlantique (TT IP) ;  un traité négocié dans le plus grand secret essentiellement par les multinationales et qui doit libéraliser les échanges entre l’Europe et les États-Unis. En fait on craint surtout une modification de fait  des législations et normes européennes (sanitaires sociales environnementales), ormes qui du point de vue des États-Unis constituent des freins aux  échanges. Par ailleurs il pourrait être porté un grand coup à la souveraineté des Etats et à l’Europe dans la mesure où les conflits commerciaux ne seraient plus arbitrés par la justice mais par des tribunaux de justice privée qui s’imposerait aux états et à l’Europe.  Yanis Varoufakis. L’ancien ministre des Finances grec a lui  apporté sa contribution financière à l’initiative développée par l’association WikiLeaks.  Celle-ci promet en effet 100.000 dollars à celui ou celle qui fera fuiter le texte du traité transatlantique (ou Tafta, ou TTIP), négocié depuis des années dans le plus grand secret par les délégations européennes et américaines. Et si de maigres efforts ont été récemment faits par la Commission européenne, le compte rendu des discussions, et surtout les documents servant de bases à ces dernières, ne sont toujours pas accessibles aux médias, aux dirigeants nationaux, et évidemment au public.  De quoi faire bondir Yanis Varoufakis, farouche opposant à ce projet qui devrait donner un pouvoir jugé excessif aux multinationales et autres intérêts privés, notamment via l’instauration de tribunaux d’arbitrage privé.  Dans un communiqué, Julien Assange, fondateur de Wikileaks, affirme ainsi que « le secret du TTIP menace le futur de la démocratie européenne. (…)Le TTIP influe sur les vies de tous les Européens et entraîne l’Europe dans un conflit de long terme avec l’Asie ».  Pour l’instant, la cagnotte récoltée par Wikileaks s’élève à 12.000 euros. De quoi donner des idées aux (rares) personnes ayant accès aux documents tant convoités.

Fuite des hauts revenus

Fuite des hauts revenus

 

Ce n’est pas une surprise les hauts revenus continuent de fuir la France. Des expatriations souvent fictives qui concernent des rentiers,  des patrons,  des artistes, des journalistes, des animateurs de télé, des sportifs ou encore des retraités. Beaucoup qui appartiennent à la jet-set et qui côtoient régulièrement les plus hauts responsables politiques du pays. Dans la réalité beaucoup de ces expatriés fictifs passe la plus grande partie de leur temps en France. Les expatriations de ces contribuables à hauts revenus ont augmenté de 40% entre 2012 et 2013, contre 6% par an en moyenne pour l’ensemble des Français, note le quotidien économique. Les expatriations des contribuables aux revenus annuels supérieurs à 300.000 euros, se sont elles établies à 659 contre 451 en 2012, soit une hausse de 46%. Quant aux contribuables redevables de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), 714 d’entre eux ont quitté la France en 2013 contre 620 en 2012, une augmentation de 15% d’une année sur l’autre. Bercy n’était pas en mesure de commenter ces chiffres. Le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, avait annoncé en novembre 2013 qu’un rapport annuel serait inclus à partir de 2015 en annexe de la loi de finances, et détaillerait le «nombre de contribuables (en distinguant ceux soumis à l’ISF) soumis à l’impôt sur le revenu qui quittent le territoire national, ainsi que le nombre de ceux qui reviennent en France».
 

Sondage livret A : la fuite des épargnants

Sondage livret A : la fuite des épargnants

 

De puis de nombreux mois la décollecte du livret A ne cesse de s’amplifier. En cause la baisse de rémunération. Une épargne rémunérée jusque-là à 1 %. Une rémunération déjà bien insuffisante mais qui n’a pas empêché le gouvernement de la réduire encore et de la passer à0. 75 %. Les épargnants ne sont pas dupes car que cette manipulation des taux d’intérêt s’appuie sur un indice obsolète de l’évolution des prix à la consommation. Des prix qui selon cet indice sont en été minorés, l’inflation  serait de 0.3% sur un an alors qu’en fait elle seraiat proche de 1.5%. En effet l’augmentation des dépenses contraintes est sous estimée dans l’indice INSEE. Du coup  un grand nombre d’épargnants vont abandonner le livret. Selon une enquête IFOP à paraître dans l’édition dominicale de Ouest-Francela moitié des Français à placer leurs économies dans d’autres produits.  »La moitié des Français (50%) affiche la volonté de continuer à épargner autant, mais en plaçant ses économies ailleurs que sur le Livret A », constate l’institut de sondage. En revanche, ils sont encore 39%, à ne pas prévoir de « changer leurs habitudes vis-à-vis de ce produit ». Le solde de 11% est constitué par des personnes comptant moins épargner pour consommer plus.

La baisse de la rémunération est censée favoriser la croissance et la construction de logements sociaux. En effet, un taux plus bas permet notamment à la Caisse des dépôts, qui centralise 65% de l’épargne du Livret A, d’octroyer des prêts moins onéreux, aux organismes HLM par exemple. Une cinquantaine de mal-logés ont manifesté jeudi à Paris contre la baisse du taux du Livret A, qui va passer samedi à 0,75%, a constaté l’AFP. Derrière une banderole « touchez pas au Livret A », les mal logés ont manifesté entre la place du Palais-Royal et la Banque de France en scandant « le Livret A c’est pour les HLM, c’est pas pour les banquiers ».  »Nous pensons que cette baisse du taux est un mauvais calcul du gouvernement car le Livret A sert à financer les logements sociaux et qu’avec cette baisse les épargnants vident leur compte », a déclaré à l’AFP Jean-Baptiste Eyraud, le responsable de l’association Droit au logement (DAL).

 

Fuite des capitaux en Russie

Fuite des capitaux en  Russie

Sans en être franchement conscient, Poutine est en train d’enfoncer économiquement son pays. Son entêtement vis-à-vis de l’Ukraine va lui coûter très cher. La croissance n’était déjà pas brillante avant les évènements, elle s’est dégradée depuis et le FMI prévoit même une récession en 2015 (-3% pour le PIB). S’ajoute à cela la fuite des capitaux d’oligarques qui craignent que le pays s’installe durablement dans l’instabilité. Enfin pour couronner le tout le cours du pétrole s’écroule alors qu’il constitue une ressource essentielle pour le budget de l’Etat. Pour les oligarques deux solutions la révolte ou la fuite ; c’est majoritairement la seconde solution qu’ils adoptent même si quelques velléitaires tentent  encore de s’appuyer sur des principes démocratiques et les revendiquent, en vain d’ailleurs. Les fuites nettes de capitaux de Russie, dopées par la crise ukrainienne et l’effondrement du rouble, ont été multipliées par 2,5 en 2014 pour atteindre 151 milliards de dollars, selon les statistiques de la banque centrale qui espère un retour au calme en 2015. Ce phénomène, difficulté récurrente de la Russie, avait atteint 61 milliards de dollars en 2013. Sur le seul quatrième trimestre, les fuites de capitaux ont représenté 72,9 milliards de dollars contre seulement 16,9 milliards un an plus tôt.  La banque centrale avait estimé début décembre les fuites de capitaux à 128 milliards de dollars, mais l’effondrement du rouble en fin d’année, en raison de la chute des cours du pétrole et de la panique de la population qui a converti des fonds massivement, a nettement aggravé le phénomène. La banque centrale a souligné que cet indicateur avait été gonflé par les liquidités en devises fournies pour la première fois aux banques pour les aider à résister à la chute du rouble.  »Ainsi, 19,8 milliards de fuites de capitaux portent un caractère temporaire », a souligné l’institution dans un commentaire transmis à l’AFP.  Par ailleurs, les départs de capitaux ont été accélérés par le remboursement des dettes contractées à l’étranger par les sociétés russes, dans un contexte d’accès aux marchés de financement réduit par les sanctions liées à la crise ukrainienne. Mais les économistes de la banque russe Alfa ont prévenu que les fuites de capitaux resteraient « très élevées en 2015, surtout si la banque centrale continue d’injecter des liquidités en roubles dans les banques ».

Déficits des collectivités territoriales : la fuite en avant

Déficits des collectivités territoriales : la fuite en avant

C’est l’explosion des déficits des collectivités. En cause,  la course aux investissements le plus souvent inutiles, parfois démentiels et trop onéreux. Cette fuite en avant avec la réduction de la dotation aux collectivités locales se traduira dès 2015 par une augmentation de la fiscalité locale. La progression de la masse salariale et le recours aux emprunts dans les collectivités territoriales ont fait exploser leur déficit l’an dernier, selon un rapport cité par le Journal du Dimanche. Le déficit des communes, départements et régions est ainsi passé de 3,7 milliards d’euros en 2012 à 9,2 milliards en 2013, soit environ 10% du déficit public, selon ce rapport, remis d’après le JDD aux ministères des Finances et de l’Intérieur. Le texte pointe l’augmentation de la masse salariale et le recours à l’emprunt pour poursuivre les investissements malgré les baisses des dotations de l’Etat. En 2013, la masse salariale des collectivités territoriales a progressé de 3,1% et les dépenses d’investissement des communes ont augmenté de 8,1%, « un taux jamais égalé depuis 2009″, selon l’hebdomadaire.  Ce rapport doit être rendu public fin octobre, ajoute le JDD. « Nous voyons que ces collectivités locales ont vu leurs frais de fonctionnement augmenter au cours de ces dernières années, alors que l’Etat, lui, faisait des efforts pour maîtriser son fonctionnement », a déclaré dimanche le ministre des Finances, Michel Sapin, sans confirmer l’existence de ce rapport. « Je suis persuadé, sans que ce soit une cure d’austérité pour ces collectivités territoriales, qu’il est possible de faire des économies de fonctionnement », a-t-il ajouté lors de l’émission Le Grand Rendez-Vous Europe 1-i>TELE-Le Monde. Une baisse de 3,7 milliards d’euros des dotations de l’Etat est prévue en 2015, sur les 21 milliards d’euros d’économies prévus l’an prochain pour l’ensemble de la dépense publique. Cette mesure pourrait provoquer une coupe de 20% dans les ressources du bloc communal, où le rapport pronostique les plus grandes marges d’économies, selon le JDD.

 

Arthur : fuite fiscale en Belgique

Arthur : fuite fiscale en Belgique

Les fuites fiscales continuent, cette fois c’est Artur, l’animateur de télé. Une démarche qui évidemment n’est pas très citoyenne –surtout pour un personnage public- mais qu’on peut comprendre comte tenu du matraquage fiscal. « On peut se demander si nous avons attiré qui que ce soit, ou si des mesures prises en France ont peut être eu l’effet inverse », a réagi mercredi Armand de Decker, le maire de d’Uccle, la ville où s’est récemment installé Arthur. « Trop d’impôt tue l’impôt », a estimé l’édile Belge au micro de RTL, déclarant qu’il « comprend la polémique », suscitée par l’arrivé de l’animateur français dans sa commune. « J’ai été ministre des Finances pendant 12 ans, a raconté Armand de Decker, et quand j’ai entendu que l’on envisageait de taxer certains revenus à 75%, notre réaction en Belgique n’a pas été de dire que l’on allait faire la même chose. » À Uccle, où s’est exilé Arthur, ils sont 12.000 Français sur les 82.000 habitants, a affirmé le bourgmestre et sénateur belge. Selon lui, « le rythme a commencé [à s'accélérer] au moment de l’élection présidentielle dernière », c’est à dire avec l’élection de François Hollande. « À partir de ce moment là, il y a eu une véritable accélération des arrivées, assure-t-il. Avant cela, ils étaient entre 6.000 et 7.000. »

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol