Archive pour le Tag 'mieux'

Concept de sobriété : Moins mais mieux ?

 Concept de sobriété : Moins mais mieux  ?

OPINION. Parfois mal comprise, la sobriété ne vise pas à remettre en cause le confort ou le bien-être, mais à les intégrer à un modèle économique fondé sur une croissance en valeur et non plus en volume. Par Pierre Galio, Ademe (Agence de la transition écologique).

 

Un article qui  tente d’éclairer le concept de sobriété reposant sur « moins mais mieux ».Un papier qui conteste la mode consumériste et la croissance. Une réflexion qui  s’inscrit dans la pensée très écolo de l’ADEME mais qui néglige un peu les questions économiques, de justice sociale et d’emploi.NDLR

 

Changement climatique, déclin rapide et massif des espèces, recul continu du jour du dépassement, accroissement des inégalités… À mesure que les signaux d’alerte sociaux et environnementaux se multiplient, nos modes de développement apparaissent de plus en plus incompatibles avec un avenir positif et durable.

Dans ce contexte, le modèle économique « en volume », universellement partagé, n’est plus tenable. Il induit une création de valeur via l’augmentation du chiffre d’affaires – et des bénéfices – qui passe nécessairement par une hausse des flux (vente de biens et de services) et par conséquent par des consommations de ressources.

Il s’agit donc de penser à de nouveaux modèles de production et de consommation à la hauteur de ces enjeux. Par la vision de société qu’elle porte, la sobriété peut constituer une réponse intéressante à explorer. Encore faut-il savoir ce qui se cache derrière cette notion parfois floue.

Assimilée à la modération ou à la frugalité, la notion de sobriété trouve ses racines dans des traditions philosophiques et religieuses anciennes. Le sujet suscite un regain d’intérêt au XXe siècle, en lien avec des questionnements sur les modes de vie modernes, les systèmes productifs et consuméristes actuels et leurs conséquences sur l’environnement, le lien social et le bien-vivre.

La sobriété, dans notre vie quotidienne, renvoie généralement au « moins mais mieux », en reliant consommation, bien-être, santé, environnement et qualité de vie (et non pas niveau de vie).

Le « moins » peut être rattaché à la notion de limite planétaire ; il peut s’illustrer, par exemple, par la réduction du nombre de produits ou équipements dont nous nous entourons (textiles, électroniques…) ou la limitation des distances ou des kilomètres réalisés (tourisme)…

Le « mieux », qui vise à développer une consommation de biens et services plus « responsables » (production et acquisition de produits à moindres impacts sur l’environnement) soulève également des questionnements au regard de son accessibilité pour les publics plus défavorisés.

Par ailleurs, la définition du « moins » et du « mieux » est rendue difficile par les distinctions complexes entre « besoins » et « désirs », « essentiel » et « non essentiel ».

En dehors des démarches pionnières de sobriété émergent à l’échelle individuelle et de petits collectifs, les enquêtes menées par l’Ademe et ses partenaires depuis quelques années révèlent un désir croissant pour une consommation plus responsable et une aspiration à repenser nos modèles économiques.

Les Français expriment avec constance une forte sensibilité aux enjeux environnementaux et ils sont aujourd’hui 58% à penser qu’il faudra modifier nos modes de vie pour faire face au changement climatique. Par ailleurs, 88% des Français considèrent que l’on vit dans une société qui nous pousse à acheter sans cesse et 83% des Français souhaiteraient que la consommation y prenne moins de place.

Selon eux, il s’agirait de la réduire, plus globalement, et de supprimer le superflu pour consommer de manière responsable. Plus de la moitié d’entre eux (52%) pensent aussi qu’il faut sortir du mythe de la croissance infinie et revoir complètement notre modèle économique.

Toutefois, malgré une sensibilité à la sobriété de plus en plus prégnante, une majorité de Français reste très attachée à la consommation et aspire même ce qu’elle augmente : 60% des Français souhaitent « pouvoir se payer plus souvent des choses qui leur font envie » et 35% déclarent céder à la tentation n lors de leurs achats.

On relève ainsi un paradoxe fort entre des aspirations croissantes à un autre modèle de société remettant en cause le système économique actuel et des pratiques qui demeurent largement ancrées dans un modèle consumériste.

Trois difficultés peuvent être ici relevées.

Nos sociétés dites développées se sont structurées autour de l’accès à la consommation de masse, puissant vecteur d’inclusion sociale, et nombre de nos concitoyens aspirent légitimement à l’augmentation de leur niveau de vie.

Il est difficile pour un individu d’adopter un mode de vie sobre appliqué à l’ensemble de nos besoins essentiels (s’alimenter, s’équiper, se déplacer…) : certaines marges de manœuvre sont directement liées aux offres ainsi qu’aux infrastructures existantes, ce qui renvoie au rôle des entreprises (metteurs sur le marché des biens et services), aux collectivités territoriales et à l’État.

Par ailleurs, l’omniprésence des messages publicitaires dans notre environnement quotidien complexifie toute approche visant à se détacher d’une consommation effrénée.

Il existe en outre le risque qu’apparaissent au sein de notre société des clivages entre plusieurs populations : les plus défavorisés qui ne peuvent pas accéder à la consommation comme ils le souhaiteraient versus les plus riches qui ont souvent un mode de vie ostentatoire. Les plus désireux de changer qui peuvent se le permettre versus celles et ceux qui aspirent à consommer plus, quel que soit leur niveau de revenus.

Le lien entre sobriété et qualité de vie, santé, convivialité et épanouissement personnel reste donc à mettre en évidence pour une partie de la population, tout comme les enjeux d’inégalités qui ne peuvent être écartés.

La sobriété dans le monde économique est déjà intégrée par certains acteurs, voire incluse dans des stratégies à moyen ou long terme : le Conseil national de l’industrie évoque l’objectif de « frugalité » dans ses axes structurants d’action.

L’interprétation mise en avant porte toutefois souvent sur la progression de l’efficience (consommer moins de ressources pour la production d’un même produit) via l’amélioration des procédés, en restant dans un modèle dit « en volume » (qui vise à écouler un maximum de produits).

Cette amélioration apporte souvent des solutions techniques et technologiques permettant certes de consommer moins (matières, énergie…), mais à aucun moment ne remet en cause le modèle économique en soi.

Cela entraîne parfois des effets rebonds. L’efficacité est certes meilleure, mais les transformations techniques, comportementales ou sociales entraînent en parallèle des phénomènes de compensation qui peuvent altérer le bilan des gains réalisés.

Prenons l’exemple de la réglementation thermique des bâtiments. À mesure que leur efficacité énergétique a augmenté, la taille des maisons s’est agrandie, et l’évolution des modèles familiaux a provoqué une hausse des surfaces à chauffer.

De la même manière, le poids des véhicules a peut-être baissé (avant une nouvelle augmentation ces dernières années) grâce à une amélioration des performances des moteurs, mais l’entrée dans la société du tourisme et des loisirs a multiplié les distances parcourues par les Français. Les gains de l’efficacité sont alors annulés par les effets de ces évolutions sociétales.

D’autres remettent en cause ce modèle économique « en volume » en proposant leur propre modèle – par exemple en assurant un juste dimensionnement de leur offre – ou via de nouvelles approches comme l’économie de la fonctionnalité, qui vise à répondre à une fonction (se déplacer, s’éclairer, avoir un confort thermique…) plutôt qu’à la seule vente du produit.

Cette dernière a un rôle certainement majeur à jouer. Elle établit une nouvelle relation entre l’offre et la demande qui n’est plus uniquement basée sur la simple commercialisation de biens ou de services. La contractualisation repose sur les effets utiles (les bénéfices).

On vise par exemple à garantir un confort thermique optimisé plutôt que de vendre uniquement de l’énergie, à fournir des solutions de mobilité durable au lieu de vendre des voitures, à proposer des aides pédagogiques pour la réussite des élèves plutôt que de simples manuels scolaires, etc. C’est une économie orientée vers l’usage, l’offre s’adapte aux besoins réels des personnes, des entreprises et des collectivités. Cela implique des transformations profondes dans la façon de produire.

Elle permet donc d’envisager une création de valeur avec moins de ressources, mais c’est aussi une économie du « plus » car elle vise à générer de la valeur sociale et environnementale, à augmenter la satisfaction et la fidélité des clients, à développer les compétences et la créativité des salariés, à accroître la confiance et la coopération entre les acteurs d’un territoire ou d’une filière industrielle…

Plusieurs collectivités « pionnières » (avec un rôle essentiel des élus) se sont déjà lancées dans la mise en œuvre de plans d’action « sobriété », même si la définition et le périmètre de cette dernière restent mal identifiés.

Une des spécificités porte sur le nombre important d’acteurs présents sur leur territoire et de thématiques potentiellement couvertes par ces évolutions : foncier, immobilier, éclairage public, tourisme…

Une mise en lumière de ces actions et de leurs résultats est indispensable pour développer les bonnes pratiques. L’Ademe vient de publier une étude présentant plusieurs retours d’expériences en France et en Europe qui témoignent de la richesse et de l’apprentissage face à de telles démarches.

Dans la mesure où elle passe par une réévaluation des besoins et une distinction entre le superflu et le nécessaire, la sobriété interroge la construction de notre identité et de nos représentations, et donc le rôle de la publicité.

L’accès à un certain niveau de consommation garantissant un standing de vie reste cependant une préoccupation largement partagée par nos compatriotes, qui expriment année après année, depuis bientôt 40 ans, une préférence pour l’augmentation du pouvoir d’achat plutôt que du temps libre.

Aussi, les discours sur la sobriété font courir le risque de divisions au sein de la population. Il est donc essentiel de documenter les impacts et co-bénéfices des démarches de sobriété ainsi que les transformations nécessaires pour construire d’autres formes de scénarios de « vie future » et d’imaginaires collectifs.

_________

Par Pierre Galio, Chef du service « Consommation et prévention », Ademe (Agence de la transition écologique). Anaïs Rocci, Patrick Jolivet, Dominique Traineau, Marianne Bloquel et Stéphanie Guignard, qui travaillent à l’Ademe ont contribué à la rédaction de cet article.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Mieux se protéger collectivement des attaques cyber-criminelles

Mieux se protéger collectivement des attaques cyber-criminelles

OPINION. Les évolutions en matière de partage de renseignements ont été exceptionnelles ces dernières années, notamment sous l’impulsion de l’ANSSI, mais nous pouvons aller encore un peu plus loin en invitant les entreprises à collaborer encore plus entre elles via la création de CERT (Centre d’alertes sur les attaques informatiques / également appelés CSIRT) par secteurs d’activités. Par François Deruty, Directeur des Opérations de SEKOIA. ( la Tribune)

 

Face à une cybercriminalité devenue mondiale, la réponse collective devrait être la collaboration. Faisons nôtre l’adage :

« Partager plus pour être mieux protégés collectivement ! »

La prise de conscience des entreprises en matière de cybersécurité a énormément progressé ces dernières années. Plus une entreprise, ou presque, n’ignore que les cyberattaques sont une réalité, qu’elles peuvent cibler tout le monde, sans distinction de taille, d’activité et de secteur, et surtout générer d’énormes dégâts financiers, réputationnels, etc.

Face à cette menace devenue globale et d’une ampleur sans précédent, le partage de renseignement permet de comprendre collectivement les menaces qui nous ciblent et ainsi de mieux s’en prémunir. Faisant fi de tous leurs clivages concurrentiels, les entreprises doivent accélérer le partage d’informations sur les cybermenaces entre elles. Tout simplement car les cyberattaques ne ciblent pas souvent qu’un seul acteur isolé, et parce qu’aider à protéger son écosystème c’est protéger en premier lieu son activité.

La bonne nouvelle est que nous avons atteint un niveau de maturité sur la cybersécurité qui rend ce partage aujourd’hui possible.

Sous l’impulsion de l’ANSSI, la France a considérablement progressé sur le plan de la cybersécurité et du partage de renseignements. L’ANSSI via son CERT-FR (Centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques) partage beaucoup d’informations précieuses sur les cybermenaces avec les entreprises (en direct ou publiquement sur le site du CERT-FR[1]). Dans le cadre du plan France Relances, l’Agence a également initié un maillage vertical en créant des CERT régionaux (7 premiers CERT/CSIRT sont déjà lancés) qui ont en premier lieu vocation à aider les entreprises locales à répondre opérationnellement aux cyberattaques mais aussi à créer et entretenir une base d’informations sur les vulnérabilités.

Toujours grâce à l’ANSSI, nous avons pu voir émerger des structures plus transverses comme un CERT Santé rattaché au ministère de la Santé, ou encore le CCTA (Conseil pour la Cybersécurité du Transport Aérien) qui est transverse entre les ministères, les industriels et les compagnies de transport rattachés à l’aérien.

Le Campus Cyber, « le lieu totem de la cybersécurité française », initié par le Président de la République, et qui a été opérationnellement lancé cette année, est aussi un nouveau lieu fort de cette nouvelle ère de la collaboration. Le Campus Cyber vient de lancer avec ses membres de divers horizons (éditeurs, sociétés de services cyber, entreprises du CAC 40, organismes publics) une plateforme de renseignements partagés, ouverte et gratuite pour les entreprises, sur les cybermenaces liées à la guerre en Ukraine.

Au niveau européen également des avancées majeures en matière de partage de renseignements sont en cours. La Directive NIS 2 qui vient d’être validée par les Etats membres va  »contribuer à accroître le partage d’informations et la coopération en matière de gestion des cybercrises au niveau européen ».

Il existe aujourd’hui de nombreux CERT, privés, commerciaux, ou à compétence gouvernementale ou nationale (comme le CERT-FR). Ils sont amenés à échanger continuellement des informations et des retours d’expérience entre partenaires de confiance. L’association InterCERT France, qui regroupe déjà un nombre important de CERTs français depuis plusieurs années avec succès, est en pleine évolution afin d’animer cet écosystème et favoriser notamment le partage d’information au sein de celui-ci.

Pour aller plus loin dans la collaboration, l’étape ultime serait de créer un maillage vertical en invitant les entreprises à créer des CERT communs destinés à partager du renseignement sur les menaces - des attaques de phishing, d’ingénierie sociale, de malware-ransomware, accompagné d’analyses techniques, des bonnes pratiques, des scénarios de résilience, etc. - dans leur secteur d’activités.

Les acteurs d’un même secteur (banque-assurance, énergie, automobile, spatial, grande distribution alimentaire, etc.) gagneraient ainsi en efficacité en ciblant plus exactement les usages et les moyens particuliers qui les concernent. En effet, la limite des connaissances pour un CERT national est l’impact concret qu’une menace peut avoir sur tel ou tel métier.

Prenons un exemple : dans le secteur audiovisuel, au-delà de protéger les postes bureautiques contre des malwares, la priorité pourrait être d’éviter qu’un ransomware n’empêche la diffusion de contenus. Pour résoudre un tel enjeu, les médias échangent beaucoup entre eux mais sans structure « formalisée » ni objectifs communs.

A la différence des CERT actuels qui centralisent et surtout répondent aux attaques, les CERT sectoriels pourraient se concentrer sur la mise en commun et au partage d’informations. En effet, pour être efficaces et jouer pleinement leur rôle de partage entre acteurs, ces CERT ne devraient pas avoir pour objectif de générer des profits.

À l’échelle internationale, on parle plus exactement d’ISAC - Information Sharing and Analysing Centers. Il existe un Aviation ISAC pour les compagnies aériennes, ou encore un Financial Services ISAC pour les banques. Considérant qu’une victime de cyberattaque sert systématiquement d’étalon aux malfaiteurs pour menacer toutes les autres entités semblables, les ISAC se sont bâtis sur l’idée que des concurrents avaient tout intérêt à additionner leurs forces pour mieux se prémunir contre des risques communs. Cette coopération structure notamment une répartition des tâches afin de gagner en efficacité.

Prenons l’exemple du secteur de la défense : Il s’agit évidemment d’un secteur critique, mais bien qu’étant concurrents, les acteurs sont amenés à coopérer sur de nombreux projets. Le partage d’informations et la sensibilisation y sont donc particulièrement indispensables et les entreprises ont déjà pris l’habitude de partager de nombreuses informations sur les menaces, bien conscientes qu’une attaque pourrait impacter tout leur écosystème.

Enfin, une attaque informatique contre une entreprise en particulier ne va pas se contenter d’impacter le système d’information. Elle va aussi entacher la réputation de tout un secteur d’activité. Une banque ou un établissement hospitalier qui se fait voler des données concernant ses clients ou ses patients jette une forme de doute sur tout le secteur lorsque cela devient public.

Certaines entreprises travaillent aussi sur des projets communs (le projet du Grand Paris pour les acteurs du BTP par exemple) et ont ainsi tout intérêt à protéger leur écosystème global pour protéger in fine leur propre activité… Mais cela pourrait aussi valoir pour un grand événement tel que les Jeux Olympiques 2024.

Bâtir un CERT transverse ou sectoriel commence tout simplement par deux entreprises du même domaine d’activité qui échangent sur leurs questions de cybersécurité, qui se trouvent des objectifs communs, qui partagent des bonnes pratiques. Sur ces bases, ils définissent un mode de travail : comment communiquer, à quel rythme ? Puis ils évaluent leur collaboration en se demandant régulièrement quels bénéfices ils tirent de leurs échanges ou si, au final, ils perdent leur temps. S’ils se basent sur une feuille de route pragmatique tout en étant ambitieuse, cette dynamique entraînera rapidement d’autres entreprises du même secteur.

Ces initiatives ne concernent pas que les grands groupes : les structures de taille plus modeste du même secteur n’ont pas à être inquiètes de leur capacité à contribuer. Dans mon expérience, je peux témoigner que, parfois, même une personne seule apporte toujours quelque chose si elle est concernée par le sujet. Pour lever les freins, il suffit juste de se fixer des objectifs communs réalisables.

Répétons-le : la connaissance des menaces de cybersécurité qui pèsent sur un secteur, celle des bonnes pratiques pour s’en défendre, ainsi que la vigilance nécessaire ne pourront s’obtenir que par la coopération des acteurs de ce secteur. Parce qu’ils sont tous concernés par les mêmes pratiques et les mêmes enjeux. Les pays anglo-saxons ont montré une voie possible mais il existe d’autres initiatives dont nous pourrions tout à fait nous inspirer tout en les adaptant à notre propre culture. Dépassons nos clivages concurrentiels et nous renforcerons non seulement la sécurité de nos activités, mais aussi leur prospérité.

Croissance française: Léger mieux mais ralentissement en vue

Croissance française: Léger mieux mais ralentissement en vue

 

Vacances obligent la plupart des médias reprenne mot pour mot les propos du gouvernement et des institutions à son service pour parler d’un rebond de la croissance française. En réalité il s’agit d’une plantation de l’ordre de 0,5 % par rapport aux prévisions. Par ailleurs la tendance de la croissance se tasse et on s’attend à une croissance à peine supérieure à 1 % en 2023.

 

L’acquis de croissance, c’est-à-dire la progression du Produit intérieur brut (PIB) si la production se stabilisait au niveau de fin juin, de la France pour 2022 atteint désormais « 2,5 % à la fin du deuxième trimestre, au lieu de 1,9 % à l’issue du premier trimestre », détaille l’Insee. Cette révision vient donc conforter la prévision du gouvernement, qui pouvait sembler jusqu’ici un brin optimiste. Bercy table en effet justement pour cette année sur une croissance de 2,5 %, avant un repli à 1,4 % en 2023.

Cinq mois après l’invasion de la Russie en Ukraine, l’économie française a relativement bien résisté à la dégradation de la conjoncture européenne. Mais l’activité pourrait bien marquer le pas, compte tenu des incertitudes géopolitiques sur le Vieux Continent. En effet, l’enlisement du conflit en Ukraine pourrait bien faire des dégâts sur l’économie européenne déjà fragilisée par les multiples vagues de confinement.

Il y a quelques jours, le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la baisse ses prévisions économiques de 2022 pour l’Europe, passant de 2,8% au printemps à 2,6% actuellement. « L’économie mondiale fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines [...] Les trois grandes zones économiques – États-Unis, Chine et zone euro – sont au point mort », a indiqué Pierre-Olivier Gourinchas, l’économiste en chef de l’institution, lors d’un point presse.

Résultat SNCF : du mieux mais

Résultat SNCF : du mieux mais

 

 

Du fait de l’amélioration de la conjoncture mais aussi les efforts de l’entreprise, les résultats de la SNCF s’améliorent de manière sensible : autour d’un milliard au premier semestre. À comparer cependant aussi au chiffre d’affaires mais surtout à la situation d’endettement de l’entreprise (Un peu moins de 40 milliards)  et aux énormes investissements à réaliser pour moderniser le réseau ou tout simplement l’entretenir ( Plus de 10 milliards par an). Des chiffres qui intègrent aussi évidemment les aides publiques ( plus de 10 milliards par an). Le papier de la Tribune

La SNCF réalise un bénéfice net de près d’un milliard d’euros au premier semestre, les résultats sont bons, même très bons pour la SNCF sur ce premier semestre. Revigoré par la reprise du trafic, dopé par les performances de sa filiale Geodis et délesté d’une grande partie du poids de sa dette par l’Etat, le groupe ferroviaire signe un premier semestre 2022 d’un niveau inattendu. Tous les voyants sont au vert, avec certains indicateurs au-dessus du niveau de 2019. Pourtant, une ombre au tableau est bien présente : la menace d’un retournement après l’été.

Premier élément visible de ce redressement, le chiffre d’affaires atteint 20,3 milliards d’euros. C’est 27 % de plus qu’à la même période l’an dernier, mais surtout 14 % de plus qu’en 2019 – dernier exercice de référence avant la crise sanitaire. Déjà moteur l’an dernier, Geodis « a continué dans la droite ligne de 2020, avec une croissance significative de son activité dans tous ses secteurs », explique Laurent Trevisani, directeur général délégué Stratégie et finances du groupe SNCF. Avec 6,7 milliards d’euros de recettes, la filiale logistique améliore de 34 % sa performance sur un an et de 67 % par rapport à 2019. Le dirigeant en profite pour insister sur l’importance de cette diversification dans la stratégie de la SNCF, là où certains estiment qu’elle devrait se recentrer sur l’exploitation ferroviaire nationale. Un argument renforcé par le fait que Keolis progresse également de 2 % par rapport à 2019, à 3,3 milliards d’euros.

Cœur de l’activité du groupe justement, SNCF Voyageurs se redresse pour atteindre 8,4 milliards d’euros avec une progression de 36 % sur un an, mais encore en léger retrait par rapport à 2019 (-4 %). Après avoir été fortement impacté par la vague de contamination en début d’année, le trafic a repris fortement à partir de mars-avril. « Nous avons eu une très forte reprise de la fréquentation dans nos trains. Et quand je dis très forte, c’est vraiment très très forte », se félicite Laurent Trevisani. Sur l’activité TGV, avec l’ensemble du matériel roulant déployé, le taux d’occupation a dépassé les 70 % sur le deuxième trimestre et même 80 % sur le mois de juin, avec de bonnes performances en semaine et pas uniquement le week-end.

Pour expliquer cet engouement, le directeur financier met en avant l’appétence actuelle à voyager, le choix du train en raison de son empreinte environnementale réduite par rapport aux autres moyens de transport, mais aussi l’avantage économique conféré au train sur la voiture avec l’augmentation du prix de l’essence. SNCF Réseau bénéficie aussi de cette reprise d’activité via les péages, avec une progression de 7 % par rapport à 2019 pour atteindre 3,5 milliards d’euros.

Plus important peut être, SNCF Voyageurs a réussi à transformer ce regain d’activité en rentabilité. D’une marge négative de 6 % l’an dernier, la filiale est passée à une marge positive de 11 %. Cela lui a permis de dégager 900 millions d’Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements). Elle revient ainsi au même niveau que SNCF Réseau, restée rentable pendant la crise et qui améliore encore sa marge de quatre points pour atteindre 26 %. Geodis est le troisième contributeur avec 598 millions d’euros (marge de 9 %) suivi de Keolis avec 314 millions (10 %).

De fait, le groupe double son Ebitda par rapport au premier semestre 2021 et dépasse même très légèrement celui de 2019, avec 3 milliards d’euros. Ce qui lui permet d’afficher une marge de 15 % (contre 16 % en 2019).

Le résultat net s’améliore largement : la SNCF passe d’une perte de 780 millions d’euros en 2021 à un bénéfice de 928 millions. La performance est notable, surtout au vu des 20 millions d’euros seulement dégagés en 2019. Et surtout le groupe dégage à nouveau du cash, avec un flux de trésorerie libre de 1,1 milliard d’euros, contre un flux négatif de 745 millions d’euros l’an dernier.

« L’activité ferroviaire est une économie à coûts fixes. Quand vous remplissez mieux vos trains, cela se retrouve directement en marge. C’est le même effet levier, mais dans le sens inverse, que nous avons constaté pendant la pendant la crise », détaille Laurent Trevisani. Mais il prévient que ce n’est pas le seul facteur pour expliquer cette amélioration de la rentabilité : « C’est aussi dû aux efforts de la maison qui a continué à réaliser son plan de performance sur le premier semestre 2022. Nous avions prévu de faire 660 millions d’euros d’économies sur l’exercice. Sur le premier semestre, nous avons atteint l’objectif à hauteur de 55 %, soit 360 millions d’euros. »

Pour y arriver, le groupe a joué sur les charges industrielles grâce notamment à l’apport du numérique (290 millions d’euros), l’optimisation de sa lourde organisation avec une meilleure répartition des responsabilités entre les entités centrales et le terrain (30 millions) et enfin l’abaissement du coût des projet avec une standardisation et une meilleure négociation pour les dépenses d’investissement. Sur ce dernier point, il a pu faire jouer son imposante surface, avec quasiment 11 milliards d’euros d’investissements par an (SNCF et co-financeurs) pour mettre la pression sur l’écosystème et obtenir le « juste prix ».

Laurent Trevisani n’a en revanche pas abordé l’impact des réductions d’effectifs ou de la disparition progressive du statut de cheminot sur la réduction des coûts. La SNCF a ainsi réduit en moyenne ses effectifs de près de 2 % entre 2011 et 2021, et en septembre dernier Jean-Pierre Farandou, PDG du groupe, avait annoncé la suppression à venir de 2 000 à 3 000 postes.

Grâce à ses résultats, Laurent Trevisani se montre confiant sur la capacité de la SNCF à tenir son engagement pris auprès de l’Etat lors de la réforme ferroviaire de 2018, à savoir de dégager un cash-flow libre positif en 2022. « Nous sommes en bonne voie. Les comptes du premier semestre le démontrent et ça nous rend confiants sur l’année », se félicite-t-il.

Pour autant le directeur Stratégie et finances se garde bien d’avancer des chiffres, se contentant d’affirmer que le groupe fera mieux qu’être à l’équilibre. Pour l’instant, l’été se déroule de façon très positive dans la droite ligne de l’embellie connue depuis le printemps, mais Laurent Trevisani se méfie d’un retournement après l’été : « Pour le dernier quadrimestre, de septembre à décembre, je reste plus prudent à cause des éléments exogènes tels qu’une aggravation de la crise ukrainienne, un nouvel épisode du Covid, un durcissement de la situation économique qui génère des tensions sociales… Tout cela peut nous toucher et provoquer un ralentissement de l’activité. Et avec l’effet de levier que l’on a constaté, cela peut aller très, très vite. »

La situation est d’autant plus préoccupante que la reprise du trafic affaires accuse toujours un retard important par rapport à celle du trafic loisir. Au premier trimestre, touché par le variant Omicron, il n’était qu’à la moitié de son niveau d’avant crise. Si les chiffres se sont améliorés depuis, l’écart reste conséquent. Or, en septembre, c’est cette clientèle affaires qui prenait en partie le relais des vacanciers.

L’inflation va également faire son effet. Pour les dépenses d’investissement, le groupe devrait être préservé à très court terme, mais à très court terme seulement. « Comme dans toutes les entreprises, nos prestataires viennent progressivement nous voir pour nous demander des hausses de tarifs. Nous sommes entrés dans des négociations dures, mais ce n’est que le premier pas. L’effet sera limité sur 2022, mais beaucoup plus fort sur 2023. »

A cela va s’ajouter les revendications salariales de cheminots pour ne pas subir trop fortement l’inflation. De premiers mouvements sociaux ont d’ailleurs déjà eu lieu au début des vacances.

L’impact de la hausse du prix de l’énergie devrait lui aussi être modéré pour le moment, grâce aux politiques de couvertures pluriannuelles de la SNCF. Elles lui permettent d’acheter l’électricité à des tarifs fixés à l’avance, ce qui se révèle très avantageux dans le contexte actuel, mais qui vont s’effilocher au fil du temps. Le groupe dispose aussi de l’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique, le fameux Arenh qui permet d’accéder à un mégawattheure (MWh) à 42 euros contre 900 euros sur le marché spot. Mais ce mécanisme doit prendre fin le 31 décembre 2025. Cela laisse encore du temps à la SNCF pour se retourner, mais le coût supplémentaire pourrait s’avérer très lourd.

Laurent Trevisani juge qu’il est prématuré de parler de hausse de tarifs des billets en 2023 pour compenser la hausse des coûts à venir, préférant rappeler que la SNCF n’a pas augmenté ses prix en 2022.

Produire plus mais mieux

Agriculture : Produire plus mais mieux 

 La guerre en Ukraine et ses conséquences sur les matières premières agricoles et l’alimentation mondiale ont mis en lumière, s’il en était besoin, le rôle majeur des céréales à l’échelle planétaire mais aussi la fragilité de nos équilibres face aux aléas géopolitiques. Par Eric Thirouin, président de l’Association générale de producteurs de blé (AGPB).( la Tribune)

 

Avec 30% des exportations mondiales de blé en jeu, le conflit russo-ukrainien risque de faire basculer 750 millions d’êtres humains dans un « ouragan de famine mondial », comme l’a souligné l’ONU. Les réactions de certains pays, à l’instar de l’Inde, deuxième producteur mondial de blé, décidant un embargo sur sa production pour protéger ses citoyens, amplifient encore le risque de famines dans plusieurs régions du monde.

Si la situation nous impose de trouver des solutions collectives pour « Produire plus » et pour tous sur la planète, la question du « Produire mieux » ne doit pas pour autant être occultée par l’actualité. Plus que jamais, c’est sur ces deux pieds que nous devons, sans faillir, avancer et démontrer notre sens des responsabilités.

Hier, les critiques de certains n’ont pas manqué quand le monde agricole défendait la nécessité de produire plus pour faire face aux enjeux planétaires d’alimentation et assurer notre souveraineté. Aujourd’hui, alors que ces besoins nous semblent évidents en temps de crise, nous avons le devoir de rappeler le sens de notre combat : Produire plus n’a jamais été un alibi pour produire mal. Produire plus ne signifie pas détruire notre terre et abandonner la transition écologique. L’agriculture doit être créatrice de valeur ; elle porte une histoire plurimillénaire entre des hommes, des femmes et leurs terres. Quand on fait le choix de travailler la terre, de semer, de cultiver et de récolter, on ne peut se permettre de la maltraiter.

Le défi climatique est désormais notre quotidien : une sécheresse de plus en plus précoce qui aura un impact sur le volume des prochaines récoltes, des températures atteignant des niveaux inédits, des phénomènes de gel tardif ou de grêle. Autant de signes que nous, agriculteurs, voyons de nos propres yeux, tout au long de l’année, dans nos champs. Le dernier rapport du GIEC souligne l’urgence à agir.

La société et notre jeunesse se questionnent et exigent de nouveaux modèles. Mais ceux qui prônent la rupture brutale ignorent ou feignent d’ignorer ces impératifs auxquels nous faisons face et ils oublient, de bonne ou de mauvaise foi, que l’agriculture est en transition permanente, pour tenir bon sur ces deux fronts du « Produire plus » et du « Produire mieux », qui ne s’opposent pas.

Les céréaliers sont en première ligne. Grâce au phénomène de photosynthèse, ils stockent du carbone dans le sol : plus de 20 tonnes de CO2 captées par hectare et par an. La COP21 a d’ailleurs reconnu le rôle de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique et les initiatives agricoles en la matière font leurs preuves.

La mise en œuvre d’une planification écologique par la Première ministre, Elisabeth Borne, s’inscrit dans cette dynamique, et l’agriculture devra y trouver sa juste place.

Pour être efficace et concrète, cette planification écologique doit avoir une réelle capacité de projection stratégique en matière de politique agricole. Il est indispensable de pouvoir conjuguer l’urgence climatique et humanitaire du temps court, avec le temps long du monde agricole : quel modèle voulons-nous à l’horizon 2050 ? Comment devons-nous, à plus court terme, orienter nos productions pour relever les défis humains, alimentaires, économiques et de filière liés à la guerre en Ukraine ? Comment mobiliser au mieux les leviers de la certification environnementale et de la captation de carbone dans les sols ?  Et plus globalement, quelle nouvelle dynamique l’Europe doit-elle appliquer à son Pacte Vert pour assurer sa propre souveraineté alimentaire ?

Pour répondre à ces questions et tracer un sillon droit et profond, les céréaliers feront preuve de responsabilité pour appuyer le pilotage interministériel de la planification écologique afin de garantir aux professionnels des lignes claires, cohérentes mais aussi des décisions franches et stables.

Les céréaliers seront au rendez-vous ! Avec conviction et réalisme, en étant fidèles à leur conviction qu’il faut Produire plus et Produire mieux !

Assemblée Nationale: mieux évaluer les lois

Assemblée Nationale:  mieux évaluer les lois

La future Assemblée nationale pourrait aboutir à un rééquilibrage des pouvoirs entre le parlement et le gouvernement et donner un rôle central aux parlementaires dans l’évaluation des lois. Par Benjamin Monnery, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières et Bertrand du Marais, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC).

 

La future Assemblée nationale pourrait aboutir à un rééquilibrage des pouvoirs entre le parlement et le gouvernement. Qu’il s’agisse des élus de l’opposition (qui siégeront en plus grand nombre) ou de ceux de la majorité (plus expérimentés qu’il y a cinq ans), nombreux sont les parlementaires qui pourraient vouloir se saisir pleinement de l’enjeu de l’évaluation des lois durant cette XVIe législature.

Jusqu’à présent, les tentatives parlementaires en matière d’évaluation, avant mise en œuvre de la loi ou dans les années suivantes, sont restées assez limitées, mais la composition de la nouvelle Assemblée pourrait rebattre les cartes et permettre des évolutions.

Depuis la révision constitutionnelle de 2008, les parlementaires ont explicitement pour mission de contrôler l’action du Gouvernement et d’évaluer les politiques publiques (article 24 de la Constitution). Pour cela, une loi organique de 2009 oblige désormais le gouvernement à produire une étude d’impact accompagnant tous les projets de loi qu’il soumet au parlement. À chaque projet de réforme, les cabinets ministériels et les administrations centrales s’activent donc pour produire une étude d’impact en plus du projet de loi, sous la responsabilité du ministre porteur du projet.

Cette étude d’impact doit renseigner toute une série de critères pour chaque article du projet : l’objectif poursuivi, l’option politique retenue parmi les différents choix possibles, les implications juridiques de la réforme, mais aussi ses conséquences attendues en termes d’impacts économiques, budgétaires, sociaux ou encore environnementaux.

Ainsi l’étude d’impact sur la réforme des retraites début 2020 avait créé de nombreux remous.

Dans l’esprit du constituant, cette obligation d’étude d’impact devait permettre d’améliorer la qualité de la loi et d’atteindre une plus grande efficience des politiques publiques. Les études d’impact avaient aussi vocation à enclencher une cercle vertueux de l’évaluation des lois, où une première étude ex-ante servirait ensuite de base pour des contrôles in itinere (pendant la mise en œuvre de la réforme) puis pour une évaluation ex-post complète de la réforme. On pouvait aussi s’attendre à ce qu’elles élèvent le niveau du débat public.

Des études d’impact de qualité insuffisante

Malheureusement, près de quinze ans après l’introduction de ces études d’impact dans la Constitution, leurs objectifs ne sont pas atteints. Le Conseil économique, social et environnemental et le Conseil d’État ont réalisé des travaux récents sur le sujet. Le Conseil d’État émet un avis sur l’étude en même temps que sur le projet de loi avant le dépôt du texte ; la Cour des comptes a un rôle constitutionnel d’évaluation des politiques publiques. Ces deux organismes semblent partager le constat de la Cour des comptes selon lequel les études d’impact sont « hétérogènes dans leur contenu et globalement peu éclairantes ».

Pire, elles sont souvent vues comme un moyen pour le gouvernement de « justifier techniquement une décision politique déjà prise », selon un rapport sénatorial de 2018.

C’est ce constat que nous avons voulu étayer dans le cadre d’un travail académique) qui évalue, sur la période 2017-2020, une trentaine d’études d’impact produites sous le gouvernement Philippe (soit environ la moitié de la production législative sur la période).

Aidés par nos étudiants de Master sur plusieurs années successives, nous avons établi un barème de notation de chaque étude d’impact, article par article, sur l’ensemble des 18 critères d’évaluation indiqués dans la loi organique. Ces critères sont ensuite notés entre 0 et 20/20 et regroupés en trois grandes catégories : les aspects politiques de la loi (score politique), ses implications juridiques (score juridique), et ses conséquences en matière économique, sociale ou encore environnementale (score d’impact).

 

Les résultats, publiés dans la Revue d’Économie politique et synthétisés dans les graphiques ci-dessus, montrent que la plupart des études d’impact que nous avons auditées sont satisfaisantes sur les aspects politiques (note médiane de 13/20), passables sur les aspects juridiques (8/20), et très insuffisantes sur les impacts (5/20).

En clair, les études d’impact produites par le gouvernement sont souvent trop rapides et imprécises sur les impacts que l’on peut anticiper de la réforme pour les différents acteurs touchés, les comptes publics ou l’environnement, que ces impacts soient directs ou indirects. Ce fut par exemple le cas avec la réforme Dupond-Moretti sur les réductions de peine.

Notre étude montre aussi que les parlementaires, à l’Assemblée comme au Sénat, mobilisent très peu les études d’impact dans leurs travaux. En moyenne mensuelle, les études d’impact ne sont citées que dans une intervention orale sur 270 et dans moins de 2 % des amendements déposés.

Sur la XVe législature, ce sont d’ailleurs surtout les députés de l’opposition de gauche qui mentionnaient les études d’impact alors qu’ils représentaient à peine plus de 10 % des sièges à l’Assemblée, ils cumulaient plus de 40 % des mentions aux études d’impact entre 2017 et 2020. À l’inverse, les élus de la majorité avaient une forte tendance à les ignorer.

Ce relatif désintérêt est-il la cause de la qualité médiocre des études d’impact, ou sa conséquence ? Probablement les deux. En effet, notre étude montre que lorsque les études d’impact sont mieux documentées, elles sont ensuite plus mobilisées par les parlementaires dans leurs travaux. En parallèle, le gouvernement tend à fournir plus d’efforts sur l’étude quand celle-ci concerne un projet politiquement plus sensible comme la loi bioéthique, par exemple.

Une étude d’impact très documentée peut lui permettre de se prémunir contre des critiques et de fournir des éléments utiles à la défense du projet par le ministre, le rapporteur du texte ou les élus de la majorité.

Depuis son introduction, le dispositif des études d’impact semble donc bloqué dans un cercle vicieux : souvent préparées dans l’urgence et de faible qualité, les études sont peu mobilisées par les parlementaires, ce qui n’incite pas le gouvernement à changer d’attitude. De plus, les contrôles institutionnels de ces études d’impact, par le Conseil Constitutionnel ou le Conseil d’État, sont limités, voire inefficaces. Dans ce contexte, la recomposition en cours de l’Assemblée nationale lors de ces élections législatives pourrait permettre des évolutions positives en termes d’évaluation des lois.

D’abord, une perte de majorité absolue pour la coalition « Ensemble » se traduirait par un changement des équilibres politiques à la Conférence des Présidents de l’Assemblée nationale. Celle-ci pourrait alors refuser d’examiner un texte dont l’étude d’impact serait insatisfaisante, une arme très dissuasive qui n’a été utilisée qu’une seule fois, au Sénat en 2014 concernant le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.

Ensuite, au moment de l’examen d’un projet de loi en commission, l’absence d’hégémonie d’un groupe parlementaire sur les autres l’obligerait à rassembler des coalitions sur chaque texte, en s’appuyant pour partie sur des éléments de l’étude d’impact, qui retrouverait de son intérêt. Les oppositions pourraient également imposer des débats portant spécifiquement sur l’étude d’impact, qui serait plus exposée à la critique politique et médiatique.

Dans ce domaine, un Parlement équilibré aurait tout intérêt à beaucoup plus s’appuyer sur les capacités de contre-expertise venues de la société civile et des chercheurs, pour évaluer la crédibilité des impacts annoncés par l’exécutif et discuter d’effets indésirables que l’étude d’impact passe sous silence.

Une autre bonne pratique pour cette XVIe législature pourrait également consister à demander au ministère porteur d’une réforme de s’engager sur des objectifs chiffrés et des indicateurs pertinents pour évaluer les effets au cours du temps, et financer systématiquement une évaluation scientifique indépendante des réformes.

_________

Par Benjamin Monnery, Maître de conférences en économie, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières et Bertrand du Marais, Chargé d’enseignement de droit, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)

Nous tenons à remercier nos étudiants de Master 2 à l’Université Paris Nanterre (« Préparation aux concours de la fonction publique » et « Droit de l’économie ») qui, au fil des années, ont permis de collecter des données de qualité sur les différentes études d’impact du Gouvernement.

L’étude complète est à retrouver auprès de la Revue d’Économie politique.

Mieux protéger le travail indépendant

Mieux protéger le travail indépendant 

 

 

Le spécialiste des mutations du marché du travail Charly Gaillard, Fondateur et PDG de Beager, cabinet de recrutement,  appelle, dans une tribune au « Monde », à une clarification des rapports entre entreprises et travailleurs indépendants et à protéger ces derniers en garantissant un socle universel de droits.( Le Monde)

 

Tribune.

 

Le marché du travail français répond à une organisation propre : dans les usages comme dans l’imaginaire collectif, le contrat à durée indéterminée (CDI) est la norme. Le « freelancing » (travail indépendant) n’y est pas envisagé de la même manière qu’ailleurs. Or, nous constatons à la fois une pénurie de profils experts sur le marché et un mouvement de fond qui attire ces mêmes talents vers le statut d’indépendant.

Le freelancing a augmenté de 92 % depuis 2009, selon Eurostat, et l’année 2020 a battu tous les records avec presque un million d’entreprises créées, malgré une crise sanitaire inédite. Si l’essor de l’autoentrepreneuriat a largement contribué à ce résultat, la situation reste floue tant dans le positionnement des acteurs (entreprises et indépendants) que par rapport au cadre réglementaire, qui doit être clarifié de façon urgente. Un sujet devenu essentiel pour l’élection présidentielle : comment protéger les travailleurs sans entraver la liberté d’entreprendre ?

Les travailleurs dits « des plates-formes » n’ont pas d’autre choix que de créer leur propre structure pour pouvoir travailler. L’existence d’un lien de subordination est évidente puisque les tarifs sont fixes et non négociables, la prestation notée, les horaires contrôlés et que la plate-forme dispose d’un pouvoir de sanction. C’est ce que les Américains appellent la « gig economy », c’est-à-dire l’économie des petits boulots.

Cette indépendance, souvent subie, est délétère pour les travailleurs, qui bénéficient d’une faible protection sociale, et profite surtout aux plates-formes en leur permettant de flexibiliser leurs charges à l’extrême. Face à cette situation, l’Europe a décidé de légiférer et réfléchit à une disposition visant à considérer ces travailleurs comme présumés salariés, sauf preuve contraire apportée par la plate-forme.

Mais il existe également une autre population croissante de travailleurs, très qualifiés ou experts, dont les compétences sont recherchées, et ceux-ci se lancent dans le travail indépendant par choix (neuf sur dix ne souhaitant plus redevenir salariés par la suite). Les avantages ? Amélioration du train de vie, rythme de travail flexible permettant d’autres activités, choix des projets et des clients. C’est la « talent economy ». Et pour eux aussi, toujours plus nombreux, il devient urgent d’agir.

Les grands groupes souffrent généralement d’un cloisonnement qui les conduit à des objectifs antinomiques entre dirigeants opérationnels, ressources humaines (RH) et achats. Les opérationnels ne peuvent délivrer la valeur attendue qu’en bénéficiant d’expertises pointues à chaque fois que cela est nécessaire.

Vue de Paris : »La France des territoires va mieux  » (Eric Lombard, DG de la Caisse des dépôts )

Vue de Paris : »La France des territoires va  mieux  » (Eric Lombard, DG de la Caisse des dépôts )

Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations ouvre dans un livre-témoignage les portes et les fenêtres sur les mutations de la finance au regard de ses quatre ans passés à la tête de l’institution plus que bicentenaire de la rue de Lille. Il affirme que la France des territoires va mieux… sans doute vue de Paris; En effet, globalement nous assistons plutôt un phénomène de désertification du territoire en dehors des grandes métropoles. 

 

La  caisse de dépôt gère notamment une grande partie de l’épargne notamment du livret A rémunéré aujourd’hui à 1 % quand l’inflation a atteint 3 % sur un an en 2021 et qu’elle progressera encore au minimum de 3,5 % sur un an d’ici la moitié de 2022. De quoi faciliter la gestion de la caisse de dépôt au détriment des épargnants  ! NDLR

 

 

 

Vous racontez dans « Au cœur de la finance utile, à quoi sert votre épargne ? », publié ce mois-ci aux Editions de l’Observatoire, votre expérience de quatre années à la tête de la CDC. Ce livre est un appel pour un second mandat à l’issue de la présidentielle ?

ERIC LOMBARD : Ce n’est pas l’objectif de ce livre. J’ai été nommé par le président de la République sur un projet. Si Emmanuel Macron est rééluil faudra penser la suite du projet pour la Caisse. En revanche, j’ai voulu expliquer le rôle de la Caisse des Dépôts, car c’est le Livret A, c’est l’argent des Français et cela nous oblige. Et la CDC a beaucoup changé, j’ai aussi voulu le montrer.

On a coutume de dire qu’une chatte n’y retrouverait pas ses petits…

Quand je suis arrivé, c’était encore vrai pour un directeur général ! Venu du privé, d’une grande entreprise du secteur de l’assurance, j’ai découvert qu’il existait vingt directions qui rapportaient au directeur général, sans compter les présidents de filiales. Tant est si bien qu’il y avait des réunions à près de trente personnes. C’est pourquoi très vite, j’ai poussé pour que nous fassions quelque chose de plus opérationnel regroupant quatre métiers et en créant cinq fonctions transversales. En cinq ans, nous avons triplé le bilan du groupe. De 400 milliards d’euros, il avoisine désormais les 1.200 milliards d’euros, notamment depuis le rapprochement entre CNP et La Poste.

Vous dénoncez dans le livre les dérèglements du capitalisme et la montée des inégalités. La situation s’est aggravée avec la crise du Covid, selon vous ?

Depuis la crise financière de 2008 et au cours de la dernière décennie, on a assisté à un déséquilibre croissant dans la répartition des richesses qui est devenu aujourd’hui massif et constitue selon moi un frein et un danger pour la stabilité économique. Cela vient du fait que la rentabilité du capital est excessive, au regard de celle du travail. L’équilibre social qui a permis les 30 Glorieuses est rompu et les intérêts des managers sont désormais alignés sur le monde de la finance. Les investisseurs financiers ont continué de réclamer des rendements de 8 à 10% dans un monde de taux zéro voire négatifs.

Protection sociale: Des efforts mieux répartis démographiquement

 Protection sociale: Des efforts mieux répartis démographiquement 

 

Les trois économistes Hippolyte d’Albis, Julien Navaux et Jacques Pelletan montrent, dans une tribune au « Monde », que, si le vieillissement de la population met en tension les systèmes de protection sociale, les efforts entre les générations son aujourd’hui mieux répartis. ( Ils le seront sans doute encore davantage avec la future réforme des retraites NDLR)

 

Tribune.

 

Si la réforme des retraites n’a pu être menée à son terme, stoppée par un choc épidémique et économique sans précédent, elle met en lumière la nécessaire question du partage des efforts dans le financement des systèmes de protection sociale et plus généralement celle de la solidarité entre les générations.

On entend souvent dire que les seniors sont les grands bénéficiaires des réformes passées, les actifs ayant été pénalisés. Mais la réalité des chiffres conduit à une vision plus nuancée. C’est le propos d’une étude de France Stratégie que nous venons de publier avec Pierre-Yves Cusset. Quatre enseignements majeurs peuvent être tirés de l’évolution de ces systèmes depuis quarante ans.

Le premier enseignement porte sur le montant total des dépenses : le vieillissement de la population a alimenté la hausse des dépenses de protection sociale – aujourd’hui supérieures à 30 % du PIB – cette croissance étant concentrée sur les risques vieillesse-survie et maladie. Les seniors entre 60 et 79 ans sont de très loin les premiers destinataires de la protection sociale, alors que leurs effectifs sont fortement croissants.

Les seniors, des vainqueurs provisoires

Les dépenses qui leur sont consacrées ont progressé de trois points de produit intérieur brut (PIB), de même que celles à destination des plus de 80 ans, ce qui représente au total six points de PIB pour les plus de 60 ans. A l’inverse, les dépenses dont bénéficient les moins de 20 ans ont progressé moins vite que le PIB, leur poids passant de 4 à 3 points de PIB au cours de la période. Cela tendrait à accréditer le discours d’une opposition entre les générations dont les seniors seraient les vainqueurs provisoires.

Mais, dans ces trajectoires de dépenses, il convient de faire la part entre deux facteurs : d’une part les évolutions démographiques, c’est-à-dire l’évolution du poids des différents groupes d’âge dans la population ; d’autre part l’évolution des dépenses de protection sociale dont bénéficie en moyenne chaque individu au sein des différents groupes d’âge.

La méthodologie des comptes de transferts nationaux (ou national transfer accounts) initiée à l’université de Berkeley permet cette finesse d’analyse. La consommation, les revenus ou les transferts publics et privés sont décomposés en fonction de l’âge, donnant ainsi une vision cohérente des flux financiers entre les âges sur une longue période.

Un allègement des cotisations pesant sur le travail

A une échelle individuelle, les enseignements sont alors beaucoup plus nuancés. Les dépenses de protection sociale par personne à destination des plus de 60 ans ont évolué moins vite que la richesse par habitant. Cela vient principalement des réformes successives du système de retraite.

Société-Enseignement supérieur: dépenser mieux et réorienter les formations

Société-Enseignement supérieur: dépenser mieux et réorienter les formations

C ‘est sur la pointe des pieds que deux enseignants membres du conseil d’analyse économique font des propositions pour permettre à l’enseignement supérieur de dépenser mieux et de réorienter les formations. Officiellement ,on se félicite que la moitié des étudiants soit désormais diplômés du supérieur. Le problème c’est que nombre de ces formations ne présentent  guère d’intérêt ni pour l’économie, ni pour la société ni pour les intéressés.

Ainsi a-t-on développé des hordes de formation dans les instituts politiques, en sociologie ou encore en économie. Par contre, les formations en gestion d’entreprise et plus généralement sur la problématique entrepreneuriale sont encore notoirement insuffisantes. Même chose sur le manque d’ingénieurs en France. En réalité nombre de formations du supérieur ont été dévalué avec les années comme l’enseignement en général à tous les niveaux. Témoin la faible notoriété des grandes écoles françaises au plan international. En outre, cette faiblesse tient grandement aux réticences de l’université à généraliser les filières d’apprentissage comme en Allemagne.

 

La note, signée de Gabrielle Fack et d’Elise Huillery, deux enseignantes à Paris-Dauphine et membres du Conseil d’analyse économique, vient donc  d’être remise à l’Elysée, Matignon ainsi qu’aux ministères de l’Economie, de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale. Elle explique pourquoi une réforme en profondeur de l’investissement dans l’enseignement supérieur est indispensable.

Repenser la stratégie d’investissement dans l’enseignement supérieur pour gagner en efficience et en équité : tel est l’objectif, ambitieux, du Conseil d’analyse économique (CAE) qui a livré mercredi une note sur le sujet.

Démocratie : mieux protéger les lanceurs d’alerte

Démocratie : mieux protéger les lanceurs d’alerte

 

Dans une tribune au « Monde », un collectif de responsables syndicaux et d’associations appelle les pouvoirs publics à renforcer la loi afin de mieux protéger ces vigies essentielles à la vie démocratique et à la liberté d’informer.

 

 

La menace que la désinformation fait peser sur la démocratie nous rappelle l’importance du travail journalistique, de l’investigation de fond et de la vérification des faits. Les lanceurs et les lanceuses d’alerte tiennent une place centrale dans cet exercice d’intérêt public. Ils nous informent des faits répréhensibles et des violations des droits humains qui ont cours dans leur entreprise ou leurs lieux de vie. Ce sont des sentinelles, des vigies sans lesquelles le droit des citoyens d’être informés serait bafoué.

Mais nous craignons, à chaque étape, qu’ils soient réduits au silence, tant l’insécurité qui pèse sur leurs épaules est désastreuse. Harcèlement, licenciement, subornation, poursuites bâillons… Les risques que les lanceurs d’alerte prennent sont manifestes et nous appelons aujourd’hui les pouvoirs publics à prendre des mesures pour les protéger.


Nous soutenons l’appel lancé par la Maison des lanceurs d’alerte et plus de 30 autres organisations associatives et syndicales : il est urgent d’adopter une loi qui défende réellement les lanceuses et lanceurs d’alerte et la transposition de la directive européenne sur ce sujet est une occasion exceptionnelle.

 

Le droit actuel comporte de nombreuses failles. Si la révélation d’informations confidentielles fait l’objet d’une immunité, ce n’est pas le cas pour l’obtention de ces informations. On se trouve alors parfois dans une situation ubuesque où une personne signalant des informations dans le respect de la législation peut se voir, en parallèle, condamnée pour la manière dont elle en a eu connaissance alors même que ces actes sont indispensables à la révélation et la démonstration des faits.


Les associations ou les syndicats qui nous renseignent ne sont pas protégés. Pire : lorsqu’une enquête est ouverte, ils peuvent être contraints de révéler l’identité du lanceur d’alerte qui les a informés, l’exposant ainsi aux représailles. Le processus d’alerte tortueux mis en place par la loi Sapin 2 pousse les lanceuses et lanceurs d’alerte à l’erreur : mal informés, ils peinent à identifier le stade où ils peuvent contacter un journaliste, et risquent alors de perdre le bénéfice de la faible protection existante.

En concevant les médias comme un ultime recours, elle prive les lanceuses et lanceurs d’alerte d’une carte supplémentaire à jouer sur la table de la protection. La publicité de l’alerte et des mesures de rétorsion prises contre son lanceur ou sa lanceuse sont en effet susceptibles de rendre ces représailles plus difficiles. Les moyens dont les médias disposent pour enquêter permettent de révéler l’ampleur des scandales sans engager davantage le lanceur d’alerte dans leurs méandres.

Démocratie : « réenchanter » pour mieux rendormir?

Démocratie : « réenchanter » pour mieux rendormir? 

Dans un article du Monde, on pose la problématique du réenchantement de la démocratie. La question se pose toutefois du bon choix sémantique car il ne semble pas que ce soit le chant des sirènes qui soient en cause mais plutôt la question de la gestion du bateau démocratique qui coule élections après élections.

 

Certains parlent en effet de réenchantement ou de recréditer le roman national , bref  de libéraliser en quelque sorte l’opium du peuple. Or c’est sur le fond que le système politique est en cause. Améliorer le score des votants dans les urnes ne constituent qu’une dimension étriquée d’une problématique beaucoup plus large qui pose la question des conditions notamment d’émergence de la classe politique, de la démocratie participative, de l’évaluation des résultats dans leur cohérence et leur  efficacité.

 

Bref c’est autre chose qu’une chansonnette qu’il faut pour redonner confiance en la démocratie.

 

Extrait de l’article du monde

 

« Il faut réenchanter la démocratie ! » : Depuis l’annonce du taux d’abstention record lors du premier tour du scrutin des élections régionales et départementales en France, le 20 juin, en particulier chez les jeunes générations, le mot d’ordre s’est intensifié. Le sens de la métaphore se comprend intuitivement. Dans le cadre précis d’une crise de la participation démocratique et dans la bouche de ceux et celles qui l’emploient (politiques, chercheurs, journalistes…), elle signifie : rendre la démocratie plus « attractive », donner l’envie aux citoyens de s’impliquer dans son fonctionnement, lui redonner une capacité à mobilier les imaginaires.

Le succès de cette image dépasse pourtant largement le cadre du politique. Depuis plusieurs décennies, le réenchantement s’est imposé à l’ordre du jour dans tous les domaines de nos sociétés, ou presque : on appelle à réenchanter le pacte social, on affiche son intention de réenchanter la ville, on affirme avoir la solution pour réenchanter l’entreprise, mais aussi le voyage, les régions, le théâtre, la vie, le monde… Comme une promesse de remède miracle, l’expression fleurit ainsi partout où des crises se font jour. Mais de quoi ce désir de réenchantement général est-il le symptôme ?

« Le succès de la terminologie du “réenchantement” a probablement à voir avec l’épuisement d’un paradigme politique dominé par les exigences d’un libéralisme économique qui hypertrophie la rationalité en finalité », analyse Michel Lallement, professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers. Contre l’application d’un calcul coût/avantage à tous les domaines de la vie, le réenchantement entend ainsi replacer la quête de sens au centre des préoccupations.

 

 

Mieux faire face à la Turquie

Mieux faire face à la Turquie

«Face à la Turquie, la solidarité européenne ne doit pas manquer à la Grèce et à Chypre». Par  Arnaud Danjean, Jean-Dominique Giuliani, Esteban Gonzalez-Pons et Zeljana Zovko

Arnaud Danjean est député européen (LR- PPE), Jean-Dominique Giuliani président de la Fondation Robert-Schuman, Esteban Gonzalez-Pons député européen espagnol (PP- PPE) et Zeljana Zovko députée européenne croate (HDZ – PPE).

 

Nous sommes entrés dans une ère nouvelle des relations internationales, dans laquelle les rapports de force entre les nations s’expriment de plus en plus brutalement et de façon décomplexée. Dans ce contexte de durcissement, perceptible dans son voisinage immédiat, l’Europe doit changer de posture. De puissants voisins tentent d’asseoir des zones d’influence exclusive, en pratiquant la politique du fait accompli au mépris du droit international et des accords multilatéraux passés.

Pacifique par essence, l’Union européenne, qui s’éveille lentement au réalisme machiavélien, apprend difficilement à défendre ses frontières. Ceux des Etats membres, les plus exposées aux provocations, qui gardent ses limites extérieures, devraient pouvoir compter sur la solidarité de tous. Les traités l’affirment et l’exigent ; le bon sens le commande.

Au nord-est de l’Europe, la dissuasion est assumée collectivement, en large partie par des Etats européens, sous l’égide de l’Otan. Mais ce qui est valable d’un côté du continent ne semble plus aussi évident au sud-est de l’Europe, en Méditerranée orientale, où la Grèce et Chypre, pourtant membres à part entière de l’Union européenne, n’ont pas pu compter sur une pleine solidarité européenne lorsque la Turquie s’est livrée, de façons répétées, à de très dangereuses provocations. Incursion dans des espaces maritimes et aériens grecs, forages illégaux en zones contestées, violation d’embargo sur les armes à destination de la Libye, instrumentalisation des flux migratoires aux frontières grecques terrestres et maritimes… Le régime turc, avec une rhétorique révisionniste assumée, a déployé toute la panoplie des actions décomplexées par lesquelles une puissance régionale s’affirme contre les équilibres politiques et juridiques patiemment bâtis depuis des décennies pour préserver la stabilité dans ces confins stratégiques de l’Europe.

La France a été la seule à manifester concrètement son soutien à la Grèce, mobilisant des moyens militaires à ses côtés, prenant ainsi des risques diplomatiques. Ses autres partenaires n’ont pas eu le réflexe de solidarité qu’on aurait pu attendre de membres de l’Union. Solidarité au nord, démission au sud !

«La faiblesse de certaines capitales européennes prépare la soumission aux faits accomplis des nouveaux autocrates, pour lesquels les médiations ne sont que des processus sans fin leur permettant de figer les avantages acquis»

Bien plus, certaines capitales européennes, et pas des moindres, ont proposé de se poser en « médiateurs ». Une chose – parfaitement légitime et cela a d’ailleurs toujours été l’approche du gouvernement grec de Mitsotakis – est de privilégier dialogue et négociations, une autre est de se placer à équidistance entre un partenaire auquel nous devons solidarité et un Etat tiers violant délibérément des règles auxquelles nous souscrivons pourtant sans réserves.

Maigre secours. Quelles que soient les raisons de cette faiblesse (crainte des réactions de la communauté turque implantée dans le pays, « neutralité » à l’intérieur de l’Otan plus forte que solidarité européenne, aversion à l’usage de la force ou, plus grave, reconnaissance du bien-fondé de certaines revendications), elle traduit une démission inacceptable et même une violation de l’esprit des traités. Elle prépare la soumission aux faits accomplis des nouveaux autocrates, pour lesquels les médiations ne sont que des processus sans fin leur permettant de figer les avantages acquis.

Alors que l’Union européenne et ses Etats membres entendent renforcer leur capacité d’action commune notamment dans l’Indo-Pacifique ou en Afrique, il est pour le moins incongru, choquant et irresponsable que la solidarité européenne soit mise à mal aux frontières même d’Etats européens, en Méditerranée orientale, à nos portes ! Que l’on soit souverainiste ou fédéraliste, préoccupé par les menaces à l’est ou plus enclin à regarder vers le sud, la solidarité européenne, s’appuyant sur la détermination diplomatique et, le cas échéant, sur la démonstration de force plus robuste, est une condition essentielle de la survie même de l’Europe dans le monde tel qu’il se façonne sous nos yeux. L’invocation seule des vertus du multilatéralisme et la nostalgie du monde (soi-disant) « ordonné » d’avant ne sont que d’un maigre secours face aux enjeux de puissances auxquels les Etats européens, individuellement, et l’Europe, collectivement, sont confrontés.

Arnaud Danjean est député européen (LR- PPE), Jean-Dominique Giuliani président de la Fondation Robert-Schuman, Esteban Gonzalez-Pons député européen espagnol (PP- PPE) et Zeljana Zovko députée européenne croate (HDZ – PPE).

Vaccination Covid-19 : Mieux définir les priorités de la campagne

Vaccination Covid-19 : Mieux définir les priorités de la campagne

 

Alors que l’objectif est désormais d’arriver à la plus large couverture possible de la population, un débat public est nécessaire pour définir les prochaines étapes-clés de la vaccination, estiment, dans une tribune au « Monde », les membres du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, dont son président, Alain Fischer.

 

Les vaccins contre le Covid-19 réussissent de manière spectaculaire à prévenir les formes graves de la maladie. Sur la base de telles connaissances, démontrées dans les essais cliniques, la stratégie de priorisation proposée par la Haute Autorité de santé en novembre 2020 a fixé comme objectif principal de la campagne vaccinale l’intérêt individuel de la vaccination pour se protéger des formes graves. C’est ce qui a motivé d’emblée, et motive toujours aujourd’hui, en France comme dans d’autres pays, la décision de donner accès au vaccin en priorité aux personnes qui sont le plus à risque de ces formes graves du fait de leur âge et de leurs vulnérabilités.

Au 2 mai, 15 865 844 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin et 6 537 534 millions de personnes ont reçu deux doses. Cette stratégie a permis d’éviter de nombreuses hospitalisations et de nombreux décès en France, notamment parmi les résidents en Ehpad [établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes]. Cet objectif de protection a aujourd’hui de bonnes chances d’être atteint à court terme. Toutes les personnes qui, en raison de leur âge ou de leurs vulnérabilités, ont un accès prioritaire à la vaccination auront été vaccinées d’ici au mois de juin, si elles le souhaitent. C’est un résultat capital.

D’autres échéances importantes s’annoncent d’ici à l’été. Nous sommes, de ce fait, à un moment charnière dans la campagne de vaccination anti-Covid-19.

Progressivement, ce sont des publics de moins en moins à risque et de plus en plus jeunes qui vont accéder au vaccin. Si leur bénéfice personnel à être protégés contre la maladie demeure important – du fait de la plus grande contagiosité du variant B.1.1.7 dit « britannique » par rapport à celle du virus historique et du risque de symptômes persistants (« Covid long ») –, conforter l’adhésion de ces nouveaux publics, et singulièrement l’adhésion des plus jeunes adultes, est un défi crucial.

La campagne de vaccination doit aussi intégrer un changement d’échelle : la France, comme l’Union européenne, sort progressivement de la phase de gestion de pénurie des vaccins, avec une augmentation des volumes de livraisons attendues ce trimestre. Cela rend possible l’accélération de la vaccination avec une augmentation des capacités d’injections, notamment dans des centres à haut débit de vaccination, chez les médecins généralistes, en pharmacie et en médecine du travail.

«Le bac est mort et tant mieux »

«Le bac est mort et tant mieux »

 

 

L’exception qu’est le bac 2020 est appelée à devenir la règle les années suivantes et c’est heureux, se réjouit dans le Figaro Jean-Robert Pitte, ancien président de l’université Paris-Sorbonne*.

À quelque chose, malheur est toujours bon: c’est l’un des fondements de notre culture chrétienne dont le Felix culpa de l’Exultet de Pâques devrait bien nous inspirer en ce moment. Espérons de tout cœur qu’une fois passé le cortège d’afflictions et de contraintes que provoque ce détestable virus
qui répand la terreur sur toute la planète, nous repartirons plus sages et d’un pied plus assuré dans bien des domaines. Comme la Deuxième Guerre mondiale a permis la naissance de l’Europe et l’entrée en démocratie de l’Allemagne, de l’Italie et du Japon, il est à souhaiter que, demain, l’on fasse un meilleur usage de la mondialisation. Elle nous donne de fantastiques opportunités de vivre mieux et en paix ; faut-il encore accepter l’idée de regarder dans l’assiette du voisin et de s’inspirer des choix les plus intelligents des différents pays de la planète. Les Français n’ont pas spontanément ce réflexe, mais les grandes crises les ont parfois fait réfléchir à leur destin.

 

L’idée générale de la chronique vise à mettre au point un système d’orientation professionnelle qui tienne compte des capacités réelles des élèves au lieu de les parquer provisoirement pour certains dans la filière universitaire qui ne débouche sur rien.

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol