Archive pour le Tag 'Noël'

« Gilets jaunes » : la fréquentation du commerce a rebondi de 6% avant Noël

« Gilets jaunes » : la fréquentation du commerce a rebondi de 6% avant Noël

Il est clair que le mouvement des gilets jaunes a perturbé certains commerces mais aussi l’organisation logistique des processus de production et de distribution. En fait il semblerait que le commerce ait rebondi de 6 % avant Noël. Après un repli de 17% le samedi 8 décembre ou encore de 14% le samedi 24 novembre, journées de mobilisation des « gilets jaunes », la fréquentation est repartie à la hausse dans les centres commerciaux. Ceci étant on fait endosser sans doute aux gilets jaunes une baisse qui ne leur est pas totalement imputable. En effet la baisse de la consommation des ménages s’inscrit dans une tendance baissière bien avant le mouvement des gilets jaunes et depuis le début de l’année. . Les derniers résultats de la consommation des ménages sont catastrophiques et signifie un écroulement de la croissance pour la fin de l’année  2018 et l’année 2019. La consommation des ménages en France (2/3 du PIB)  s’est repliée de 0,3% en novembre, sous l’effet d’une baisse de l’alimentaire (-0,5%) et des biens fabriqués (-0,6%), tandis que la progression de la consommation d’énergie a ralenti à 0,7%, a annoncé vendredi l’Insee.  La consommation des biens durables s’est repliée « nettement » de 1,1%, tirée vers le bas par les matériels de transport, tandis que les dépenses d’habillement ont très légèrement diminué (-0,1%). Les instituts économiques de l’État ont mis du temps pour s’apercevoir du net tassement économique de la France en 2018. Ce n’est qu’il y a quelques jours que la Banque de France a enfin convenu que l’objectif de 1,7 % d’augmentation du PIB en 2018 était illusoire. De même que les objectifs de 2019. La perspective de 2018 est ramenée à 1,5 %., celle de 2019 à 1.3%. La vérité c’est que cette consommation des ménages atones ne tire plus la croissance dont elles représentent les deux tiers. Ceci étend il y a quand même un phénomène de rattrapage juste avant Noël.  »Juste avant Noël, les consommateurs ont retrouvé le chemin des pôles commerciaux, qu’ils soient situés en centre-ville où en périphérie », a déclaré mercredi dans un communiqué Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Il a souligné qu’ »après cinq week-ends en forte baisse, c’est une bonne nouvelle même si ce rattrapage tardif ne permettra pas de récupérer le chiffre d’affaires qui aurait dû être réalisé sans la crise des gilets jaunes ».

Selon l’organisation professionnelle, son indice – le CNCC/Quantflow, basé sur un comptage automatique réalisé dans 280 centres commerciaux sur les 800 que compte le pays – a enregistré le week-end dernier une hausse de fréquentation plus de 6%, contre un repli de 17% le samedi 8 décembre ou encore de 14% le samedi 24 novembre. Le CNCC avait indiqué la semaine dernière que les cinq week-ends de méventes d’affilée avaient coûté deux milliards d’euros au secteur du commerce.

Cadeaux de noël : et maintenant la revente !

Cadeaux de noël : et maintenant la revente !

 

 

Symbole notamment de la dérive du consumérisme, de l’ordre de 22 % des cadeaux reçus à Noël seraient revendus. D’autres ne le seront pas mais sont rangés dans les placards sans être jamais utilisés. Du coup, on peut s’interroger sur le sens de cette tradition des cadeaux à Noël. Dans une économie de restrictions comme il y a 50 ou 60 ans cela pouvait avoir encore un sens mais désormais les cadeaux sont achetés et offerts toute l’année de sorte que cela dévalorise le geste spécifique de Noël. En outre économiquement la revente des cadeaux crée une perte de valeur et on peut se demander si finalement un cadeau sous forme monétaire ne serait pas préférable. Mieux, on  pourrait peut-être ne plus sacrifier à ce rituel de consommation qui n’a plus de sens sauf peut-être dans les ménages vraiment défavorisés. Selon l’étude Kantar, 42% des revendeurs conservent l’argent, 35% achètent autre chose et 24% financent Noël, et ce à hauteur de 81 euros en moyenne. « Beaucoup comptent sur cet argent pour financer Noël ou les étrennes », souligne Mme Benzrihem. Le prix moyen de revente d’un objet se situe entre 30 et 32 euros sur eBay France qui reversera 1 euro à la Croix-Rouge pour chaque produit vendu.  »Pour le pouvoir d’achat, ça peut être pas mal pour ceux qui fêtent a posteriori », comme c’est le cas dans les familles recomposées par exemple, indique à l’AFP Alexia Lefeuvre, porte-parole chez Rakuten. C’est « un peu les soldes avant l’heure », dans la mesure où un cadeau remis en vente se paie, selon elle, en moyenne 30% moins cher qu’au prix neuf. Les objets qui se revendent le mieux sont les plus populaires à l’achat avant Noël (jeux vidéo, jeux de société, smartphones, etc.), neufs et restés sous emballage. Seules exceptions : les produits illégaux et les animaux vivants, interdits sur ces plateformes.

 

Budget Noël, 749 euros en moyenne

Budget Noël, 749 euros en moyenne

 

D’après une étude menée par l’établissement de crédit Cofidis(*), le budget moyen s’élève à 749 euros, dont 323 pour les cadeaux et 130 pour les repas. Des prévisions de dépenses stables par rapport à 2016 pour une majorité d’entre eux (69%). Ces chiffres cachent toutefois des disparités, toujours selon l’étude. En Île de France et dans le Grand-Est, les Français sont nettement plus dépensiers que dans le reste du pays, avec des budgets qui s’établissent respectivement à 1199 et 876 euros en moyenne. En revanche, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les prévisions de dépenses se situent bien plus bas, à 653 euros. Et sans surprise, les sommes varient significativement en fonction des catégories socio-professionnelles. Alors que les cadres et professions libérales comptent consacrer 1953 euros à Noël, les employés et les ouvriers prévoient pour leur part de dépenser respectivement 483 et 525 euros. Toujours selon l’étude Cofidis, plus de la moitié des Français (54%) effectuent leurs achats de Noël à la fois sur internet et en ligne, et plus particulièrement les personnes ayant un revenu élevé (64%). Un tiers des Français (32%) fait uniquement ses achats en magasin physique. C’est notamment le cas des revenus les plus faibles, puisque 42% des personnes qui gagnent moins de 1451 euros par mois achètent leurs cadeaux dans des points de vente physiques. En revanche, seuls 14% des Français font leurs achats exclusivement sur internet, et majoritairement les hommes (17%).

Noël 2017 : un cadeau sur deux revendu !

Noël 2017 : un cadeau sur deux revendu !

 

Une grande foire consumériste qui finit sur le Boncoin et qui témoigne de la marchandisation des valeurs et de leurs symboles. Tout se revend, même le témoignage d’affection ; une affection  attachée à des cadeaux finalement souvent modestes, pas toujours en éducation avec le souhait du bénéficiaire,  mais qui matérialise aussi  le lien familial. Encore étonnant qu’une plate forme n’ait pas trouvé l’idée de cadeau virtuel qu’on loue juste le temps de la fête et que le bénéficiaire balance par la fenêtre le lendemain matin de Noel. Selon une étude du site de vente en ligne PriceMinister, 46% des Français ont déjà revendu un cadeau de Noël ou envisagent de le faire cette année. Cette tendance est plus marquée chez les 18-34 ans (62%) et chez les femmes (51%, contre 41% pour les hommes). «C’est lié à une question de pouvoir d’achat», explique au Figaro Olivier Mathiot, PDG de PriceMinister Rakuten. «Chez les jeunes, il y a la volonté d’acheter malin et de faire de bonnes affaires. Ils sont plus connectés et plus près de leurs sous», analyse-t-il. Quant aux femmes, «elles gèrent davantage les achats du foyer et sont plus vigilantes sur le budget», estime Olivier Mathiot. Selon eBay, 42% des Français ont déclaré avoir reçu au moins un cadeau indésirable lors de Noël 2016. La plateforme anticipe la mise en ligne de 700.000 nouvelles annonces entre le 25 et le 26 décembre. Au total, entre le 25 décembre et le 3 janvier, plus de 3 millions de nouvelles annonces produits devraient être mises en ligne sur eBay. Le Centre Val de Loire et l’Île-de-France devraient être les deux régions où le plus grand nombre de cadeaux seront revendus. Pour ceux qui sont déçus par leur cadeau de Noël, il existe enfin une autre solution: la location. Le site E-loue.com, premier site pour tout louer entre particuliers en France, s’attend le 25 décembre à un nombre de nouvelles annonces sur son site multiplié par 10 en comparaison à un jour normal. Pour Alexandre Woog, directeur de E-loue, «la location de ses cadeaux de noël est devenue un réel phénomène de société, on s’attend à plus de 10.000 cadeaux déposés sur E-loue après le réveillon, avec principalement du high-tech, des jouets et des petits appareils électroménagers».

Décorations de Noël : et le climat ?

Décorations de Noël : et le climat ?

Si l’on se fie aux dépenses somptuaires de certaines villes enluminées à l’occasion de Noël, c’est au moins 100 millions qui auront été dépensé. Certes la fête de Noel mérite sans doute quelque décorations mais sans nécessairement une telle  folie d’illumination dont le coût ne paraît guère raisonnable et par ailleurs bien peu exemplaire pour  illustré une politique d’énergie plus ’économe. Nice par exemple a prévu  un budget de près de 900.000 euros pour ses illuminations de fin d’années. Une somme supérieure à celle de Paris, avec 700.000 euros. Des fusées lumineuses, un sapin fusée de 20 mètres de haut et les palmiers de la Promenade des Anglais sont notamment en habit de lumière. Un choix justifié par la mairie, qui explique que ces ornements sont devenus «une marque de fabrique à Nice». Puteaux (Hauts-de-Seine) n‘a pas restreint non plus ses frais pour les fêtes de fin d’année. D’après Ouest-France, la maire LR Joëlle Ceccaldi-Raynaud a dépensé au moins 23.000 euros pour le sapin de Noël, 400.000 euros pour une patinoire éphémère (voire 784.000 euros d’après l’opposition) et 500.000 euros pour les illuminations. Une véritable «folie des grandeurs», selon l’opposition.

Un sapin de Noël de 18 mètres de haut et décoré de 200 boules de Noël a suscité une vive polémique à Belgrade (Serbie). Installé dans la principale rue commerçante, l’arbre artificiel a coûté pas moins de 83.000 euros. Révélé par le site d’investigation Pistaljka.rs  («Sifflet»), son prix a créé la colère de la population. L’opposition a ironisé en invitant les Belgradois à laisser au pied du sapin en plastique leurs vœux de cadeaux pour une valeur de 83.000 euros.

Prime de Noël : un député LREM patauge

Prime de Noël : un député LREM patauge

Le jeune député d’en marche Hervé Berville s’est pris les pieds dans le tapis à propos de la prime de Noël dont il ignorait l’existence. Pourtant ce député ne manque pas de zèle pour louer la politique de Macron sur à peu près tous les sujets avec suffisance et même condescendance vis-à-vis de ses interlocuteurs. Alliant volubilité et langue de bois il ne cesse de déverser des louanges concernant la politique gouvernementale. Pourtant sur la prime de Noël,  il s’est complètement planté. le jeune député serait un brillant économiste, haut fonctionnaire qui a surtout travaillé dans les institutions de développement où on sait évidemment parlée macro économie, plan et stratégie internationale  mais où on connaît peu les réalités concrètes surtout des plus démunis.  Interrogé sur BFM ,  Hervé Berville, député La République En Marche n’a, semble-t-il, jamais entendu parler du dispositif créé en France en 1998 et versé par la Caisse des allocations familiales aux bénéficiaires de certains minima sociaux. Pour se justifier, le porte-parole du groupe parlementaire REM fait mine de s’étonner : « La prime de Noël ? », rétorque-t-il. « Alors moi, je n’ai pas de prime de Noël en tant que député. » Un moment de flottement s’installe. « Peut-être que vous me donnez une information, mais je n’ai pas de prime de Noël. »  Malgré l’explication du dispositif – « une aide exceptionnelle destinée à aider les familles les plus fragiles dans la période des fêtes » – par Jean-Jacques Bourdin, Hervé Berville s’entête : « Oui oui (je connais l’existence de cette prime, ndlr). Mais vous me parliez pour les députés, c’est pour ça ? » Et d’interroger le journaliste : « Qui est-ce qui fournit la prime de Noël ? » Le député finira par dire qu’il n’a « pas d’information contradictoire » sur une éventuelle reconduction de la prime en décembre 2017. « Je pense qu’elle va être reconduite. On n’a pas voté, on n’a pas discuté d’une prime de Noël donnée par l’État qui ne serait pas reconduite. Selon toute vraisemblance, elle va être reconduite. » Le gouvernement a effectivement décidé, comme l’année passée, de verser la prime de Noël « la semaine précédant Noël à 2,5 millions de personnes », pour un montant oscillant entre 152,45 euros pour une personne seule, 228,67 euros pour un foyer de deux personnes (couple sans enfant, adulte isolé avec un enfant) et 274,41 euros pour trois personnes (couple avec un enfant, adulte isolé avec deux enfants).

Macron- GM&S : « je ne suis pas le père Noël »

Macron- GM&S : « je ne suis pas le père Noël »

Premier teste pour Macron avec ce dossier de l’équipementier automobile GM&S. Un dossier forcément complexe car l’Etat ne peut imposer aux constructeurs automobiles de passer commande à GM&S  en tout cas sauver la totalité de l’emploi. Bercy a forcé la main de Renault et PSA pour soutenir  GM&S afin d’apporter une aide temporaire à une société qui de toute façon devra se restructurere.et perdre au final près de 100 emplois.  Les constructeurs automobiles français PSA et Renault se sont engagés, sous la pression du ministère de l’Economie, à augmenter leurs commandes auprès de l’équipementier GM&S Industry de la Souterraine (Creuse), menacé de liquidation judiciaire. Le nouveau ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, s’était entretenu durant le week-end avec le PDG de Renault, Carlos Ghosn, et le président du directoire de PSA, Carlos Tavares. « Il leur a demandé de s’engager sur un montant de commandes supplémentaires permettant la continuité de l’exploitation de l’entreprise et la poursuite des discussions avec les repreneurs », avait précisé dimanche dernier dimanche les services de Bercy dans un communiqué. « Le groupe PSA s’est engagé à augmenter ses commandes de 10 à 12 millions d’euros. Le groupe Renault s’est engagé pour sa part à doubler ses commandes pour les porter de 5 à 10 millions d’euros », indiquent-ils. »Ces engagements permettront d’atteindre un niveau de chiffre d’affaires sur 2017 proche de 25 millions d’euros, et rendent possible la continuité de l’exploitation et la poursuite des discussions sur la reprise de l’entreprise », ajoutent-ils. Bruno Le Maire, aux représentants syndicaux du site de la Souterraine, reçus à Bercy, de « déployer tous les efforts nécessaires » auprès des deux groupes, qui représentent 65% du carnet de commandes de GM&S Industry, d’ici au 23 mai. Le comité d’entreprise a demandé à la justice de repousser la date d’audience pour analyser les offres de reprise du 23 au 30 juin. « L’Elysée va créer une cellule de crise et des rencontres sont programmées la semaine prochaine entre GM&S et les constructeurs automobiles », a déclaré à Reuters Jean-Louis Borie, avocat du comité d’entreprise de GM&S. « On a senti que le président de la République était ouvert, on a eu un échange d’arguments point par point », a-t-il raconté à propos de l’entretien de vendredi soir. « Le président a pris l’engagement de revoir avec les constructeurs automobiles le niveau de commande. » Un dernier point essentiel pour Jean-Louis Borie, dans la mesure où « on ne peut envisager de solution tant que les constructeurs n’ont pas pris d’engagements fermes d’un autre niveau que maintenant». Conclusion l’entreprise pourra sans doute être sauvée mais pas la totalité de l’emploi

Noël business : la revente des cadeaux pour 42 %

Noël business : la revente des cadeaux pour 42 %

 

 

 

Il y a longtemps que Noël a perdu de sa symbolique fête religieuse qui par syncrétisme à englobé la fête du solstice d’hiver ; puis elle  devenu une fête  familiale et de plus en plus la fête des marchands. Témoin le nombre incalculable de marchés de Noël qui se déroulent  partout dans les villes de France et même dans les moindres villages. La fête marchande domine désormais la fête religieuse. Depuis les 30 glorieuses les cadeaux offerts se multiplient, ils représentent aujourd’hui autour de 700 € par ménage. Mais des cadeaux souvent inutiles, qui font double emploi ou simplement déplaisent. Du coup,  42 % des Français sont prêts à revendre leurs cadeaux rapidement soit pour en acheter un autre soient tout simplement pour garder l’argent. Il faut dire que nombre d’enfants et de parents reçoivent déjà des cadeaux toute l’année et que celui offert à l’occasion de Noël perd beaucoup de son intérêt et de son sens symbolique. On est loin de l’orange qui été reçu par beaucoup à Noël il y a 70 ans ! Il faut dire qu’à l’époque les oranges étaient rares, le pouvoir d’achat relativement bas comparé à celui d’aujourd’hui et que la société de consommation n’avait pas pris l’ampleur actuelle. On se demande bien pourquoi certains n’ont pas encore prient l’initiative d’organiser des vide greniers entre Noël et le jour de l’an pour se débarrasser de cadeaux mal appréciés. En tout cas se développe des bourses d’échange.  Présent dans six pays européens avec plus de 115 points de vente, Troc.com offre un large choix d’articles allant des objets de maison et de loisir aux nouvelles technologies. La marque repose sur un site Internet, des petites annonces gratuites et un réseau de magasins et de professionnels partout en France: des experts interviennent directement auprès des vendeurs pour estimer leurs biens et le revendre au meilleur prix. Troc.com propose également des services de relooking des produits, d’enlèvement à domicile et de vide-maison. Une solution qui fonctionne: «Si on voit que le produit ne se vend pas bien au bout de 2 mois, on baisse le prix jusqu’à ce qu’il se vende. En 6 mois, les produits sont tous partis», explique au Figaro Frédéric Husson, responsable communication du réseau. Car la principale difficulté rencontrée par les particuliers lors de la revente de leur bien est bien le prix: «Il est parfois difficile d’expliquer aux gens qu’on ne peut pas revendre 200 euros un bien qui en valait 300 au moment de l’achat, il y a quelques mois», explique Frédéric Husson. Les  Français interrogés par Troc.com envisagent de revendre leurs cadeaux de Noël si ces derniers ne leur conviennent pas, et 32% des revendeurs revendront leurs cadeaux via un site Internet de petites annonces. Les fondateurs de la start-up HelloZack l’ont bien compris et simplifient ce procédé. Le propriétaire d’un iPhone, iPad, Apple Watch ou MacBook n’a qu’à se connecter sur le site Internet hellozack.com et renseigner des informations sur le produit (état, processeur, mémoire, etc.): il reçoit ensuite un mail lui indiquant une estimation du prix du produit, et n’a qu’à indiquer une heure et un lieu dans Paris intra muros pour qu’un coursier HelloZack vienne récupérer le produit. Une fois le bien récupéré, HelloZack génère immédiatement des petites annonces sur les sites Internet pour qu’il soit revendu. L’ancien propriétaire verra ensuite son compte bancaire ou PayPal crédité du montant estimé du bien.

 

« EELV désormais aux soins palliatifs » (Noël Mamère)

« EELV désormais aux soins palliatifs » (Noël Mamère)

 

Noël Mamère n’a pas tort de considérer que le mouvement écologie les Verts est en situation de soins palliatifs. On peut même aller plus loin et considérer que ce parti des verts est cliniquement mort depuis longtemps. L’objectif de l’écologie politique n’est pas en cause, la question qui se pose est de savoir si un parti vert très politisé a vraiment un intérêt. En effet, la problématique environnementale doit être intégrée dans tous les partis, au-delà dans toute la société. De ce point de vue, si les organisations écologiques en général remplissent une mission essentielle par contre leur présence en tant qu’organisation politique spécifique pose une interrogation. D’autant que les Verts en France regroupent essentiellement des gauchistes depuis que l’extrême gauche a pratiquement disparu du paysage politique. Du coup, Europe écologie les Verts se caractérise surtout par un radicalisme sur toutes les questions environnementales bien sûr mais aussi économiques,  sociales ou sociétales. La plupart des responsables d’Europe écologie les Verts sont d’ailleurs plus intéressés par la rupture avec l’économie de marché qu’avec la défense de l’environnement. Pour parler clair Europe écologie les Verts est complètement noyauté par des gauchistes. Effectivement Le député écologiste Noël Mamère a raison de comparer le parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), dont la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse est entrée jeudi au gouvernement, à un « grand corps malade » destiné aux « soins palliatifs ».  « Il faut refonder l’écologie politique », affirme Noël Mamère, « il faut dépasser effectivement EELV, c’est au-delà du parti qu’il faut aller, et c’est pas une primaire qui règlera le problème », constatant qu’il existe aujourd’hui « un fossé » entre l’écologie politique et ses militants.

Pour Noël, un chien présidentiel pour Hollande

Pour Noël, un chien présidentiel pour Hollande

 

Tout est bon pour racoler, ici les amis des animaux. Alors Hollande faute de Première dame officielle aura au moins un chien avec le statut de chien du président. On objectera que certains présidents précédents avaient eux auusi leurs chiens, pas vraiment une bonne raison pour redonner le lustre qui convient à la fonction. La ménagerie de l’Elysée est déjà bien remplie, on a même du la vider que quelques animaux douteux qui avaient tendance à trop manger dans la gamelle publique.  L’Elysée a donc  accueilli un nouveau pensionnaire pour Noël. Selon Le Parisien, photos à l’appui, le chef de l’Etat a découvert sous son sapin un petit labrador noir. Âgé de deux mois et demi, le chien est un cadeau de la Fédération des anciens combattants français de Montréal, où Hollande s’était rendu début novembre. Baptisée Philae en hommage au robot européen qui, le 12 novembre, s’est accroché à une comète à plus de 500 millions de kilomètres de la Terre, le jeune labrador vient compléter la liste des nombreux chiens présidentiels. Après Valérie Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, qui ont tous eu un labrador au cours de leur mandat, François Hollande perpétue la tradition des hôtes de l’Elysée. Un collaborateur de Hollande, cité par Le Parisien, s’en amuse : « Recevoir ce chien, c’est assurer la continuité de l’Etat et de la fonction présidentielle. » !!!!!!

Sondage Noël : moins de dépenses des ménages

Sondage Noël : moins de dépenses  des ménages

Sans dote une évolution à la fois conjoncturelle et structurelle. La crise d’abord qui pèse sur le pouvoir d’achat (en baisse si l’on tient de l’inflation réelle et surtout de l’augmentation des dépenses contraintes, impôts inclus).  Aussi une évolution structurelle car la cérémonie des traditionnels cadeaux à de moins en moins de sens dans  une société de consommation  développée ; En réalité les cadeaux (achats pour soi-même ou pour autrui) sont effectués toute l’année et non concentrés sur la seule période Noel comme il  y a 50ans ;   les enfants n’attendent pas Noel pour être gâtés ou se faire plaisir ( comme  les adultes). Du coup, la cérémonie des cadeaux perd beaucoup d’importance et de sens. ; Pour Noël, 53% des Français envisagent de dépenser moins que l’an passé, tandis que leurs premières préoccupations sont désormais les impôts et l’électricité, selon le Baromètre des projets, réalisé par Viavoice pour Groupe BPCE, Le Monde et France Info. Plus de la moitié des Français (53%) envisagent de « dépenser moins » que l’année dernière, 39% « autant » et seulement 6% « davantage », selon cette enquête réalisée en ligne du 17 au 20 novembre, auprès d’un échantillon représentatif de 1.001 personnes.  »Ces chiffres sont éloquents parce qu’ils indiquent que la fête ne sera généralement pas synonyme d’insouciance financière, et que les effets d’entraînement sur l’économie seront moins manifestes que par le passé », détaille Viavoice dans cette étude. Car les Français ont des préoccupations beaucoup plus terre à terre pour leur pouvoir d’achat: les impôts à 52%, et l’électricité à 35%.L’étude note que « de manière globale, les Français demeurent très préoccupés pour l’évolution de leur pouvoir d’achat au cours des trois prochains mois: 56% estiment qu’il va diminuer, soit un score qui demeure très élevé, bien loin de l’étiage de 36% enregistré en mai 2012 lors de l’élection présidentielle ». Le sondage note toutefois « une érosion des inquiétudes », en baisse de 3 points par rapport au mois dernier. Viavoice explique cette amélioration en premier lieu par « la diminution des inquiétudes concernant les prix de l’alimentation: 31% des Français se déclarent « préoccupés » par les dépenses en matière d’alimentation pour les trois prochains mois, soit un score en baisse de trois points par rapport aux données enregistrées le mois dernier, et de sept points par rapport à juin ». Par ailleurs, la baisse des inquiétudes concerne également le prix de l’essence: « 20% des Français s’affirment +préoccupés+, soit une baisse de 4 points par rapport au mois dernier, et loin du score maximum de 43%, atteint en mai 2013″.L’étude souligne également que « le coût des transports est l’un des enjeux majeurs pour les foyers français », et que « 29% des Français envisagent de +faire du covoiturage pour des trajets longue distance avec des proches+, score singulièrement élevé en regard des intentions de restrictions sur les transports traditionnels ». Ainsi, « 40% des utilisateurs de voiture envisagent d’utiliser « de moins en moins » leur voiture, 31% des voyageurs en train de « moins » prendre le train et 28% des voyageurs aériens de « moins » prendre l’avion ».

 

Grève des médecins à Noël

Grève des  médecins à Noël

 

Une grève pars vraiment corpo car les géralistes sont notoirement moins bien traités que leuers collèges spacialistes. D’où la crise de vocation et le désertifification du teritoire dans ce doamine. Une grève pour protester notamment contre le blocage des prix de consultations ( depuis 2011) et  la perspective du tiers payant.  Le second syndicat de médecins en France, l’UNOF-CSMF, appelle à la fermeture de tous les cabinets de médecine générale du 24 au 31 décembre pour protester contre certaines dispositions du projet de loi santé, présenté la semaine dernière en conseil des ministres. La première organisation, MG France, demande pour sa part aux médecins généralistes de se mobiliser pour les mêmes motifs le 6 janvier, date du quatrième anniversaire de la dernière revalorisation d’honoraires qui date de 2011. Les médecins critiquent notamment la généralisation du tiers payant annoncée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a défendu à nouveau cette mesure lundi. « C’est une grande avancée sociale », a-t-elle dit sur i>Télé. « Ma seule préoccupation, c’est de faciliter la vie des Français ».  L’UNOF-CSMF, qui réclame l’ouverture de négociations conventionnelles, estime que l’exaspération des médecins généralistes depuis plusieurs mois « devient comparable à celle de 2002″, marquée par des « journées sans toubib ».  Il déplore dans un communiqué une succession de mesures « ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant ». Il dénonce notamment « la mise en place d’un service territorial de santé au public », la « réalisation des vaccinations confiées aux pharmaciens » et « le blocage du tarif de la consultation à 23 euros depuis 2011″. Le syndicat estime que la généralisation du tiers payant va aggraver les nombreuses contraintes administratives imposées au médecin généraliste. Selon lui, le tarif des consultations des généralistes est « indigne des compétences requises ». « Trop c’est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes », écrit-il.

 

Hollande : un des derniers pères Noël

Hollande :  un des derniers pères  Noël

 

Si Hollande a été élu c’est essentiellement parce qu’il a adopté comme nombre de ses prédécesseurs une posture de père Noël en promettant tout et son contraire. Certes le rejet de Sarkozy y est pour beaucoup mais ce sont ses « engagements », les cadeaux annoncés aux électeurs qui ont faiat penché la balance comme « l’ennemi, c’est la finance ». Il faut se souvenir de sa fameuse tirade à la télévision «  moi, Président, je ; Moi, Président je ; Exemple « Moi président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais je ne m’occuperai pas de tout et j’aurai toujours le souci de la proximité, avec les Français. ». En fait Ayrault est encore moins bien considéré par Hollande que Fillon par Sarkozy. Hollande s’occupe de tout, tous les jours y compris de l’affaire Léornarda. L’Elysée est le véritable gouvernement. Chaque jour Hollande apparait et parle en public aussi bien sur les questions stratégiques que sur le quotidien voire l’anecdotique. Hollande est sans doute l’un des derniers pères Noël de la politique, à savoir celui qui doit promettre des cadeaux aux infantiles  électeurs pour être élu. Il ya en aura peut être encore ou ou deux après lui mais on voit bien que la démocratie telle qu’elle est pratiquée est proche  ses limites ; Qu’il faut autre chose qu’un père Noël pour dynamiser une démocratie phagocytée par les oligarques et l’administration. Une démocratie plus décentralisée, plus vivante, plus interactive qui se substitue à cette monarchie républicaine obsolète et incompétente. On n’attend pas d’un président ou d’un élu qu’il se positionne en monarque ou en baron, qu’il annonce du pain et des jeux, mais qu’il s’engage à mobiliser les énergies pour moderniser et dynamiser  le pays dans tous les domaines. C’est la seule promesse qui vaille ; et surtout aucune promesse sur la croissance, le chômage, le pouvoir d’achat qui ne peuvent être que la conséquence de cette capacité à mobiliser la capacité des autres, salariés, entreprises, institutions. Ce n’est plus d’un père Noël dont on a besoin mais d’un manager des  forces vives de la nation.

Sondage : Cadeaux de Noël : 60% revendus.

Sondage : Cadeaux de Noël : 60% revendus.

 

Curieuse tradition que celle de Noël puisque 60% vont sans doute revendre leurs cadeaux. Un gâchis en même temps car il est loin le temps ou Noel était le seul moment de recevoir ces cadeaux maintenant achetés toute l’année. Du coup, on se demande s’il ne serait pas souhaitable d’emprunter seulement ces cadeaux pour les fêtes et de le rendre le lendemain, une sorte de location en quelque sorte ! Près de 6 Français sur dix se déclarent prêts à revendre tout ou partie de leurs cadeaux de Noël, un phénomène en progression chaque année, selon une étude OpinionWay/PriceMinister-Rakuten publiée ce lundi 23 décembre. Selon OpinionWay, 57% des personnes interrogées déclarent avoir déjà revendu, ou seraient prêt à revendre cette année, les présents reçus à Noël qui ne leur plairaient pas. Cela représente une augmentation de 10% par rapport à l’an dernier. Les 18-24 ans et les 25-34 ans apparaissent comme les plus adeptes de ce comportement. Les raisons qui poussent à la revente de cadeaux restent globalement les mêmes d’une année sur l’autre : en premier lieu, c’est parce que le cadeau ne plait pas, ensuite parce que le présent a été reçu en double.  Si 42% des Français estiment que la pratique de revente des cadeaux de Noël est « légitime » en temps de crise, le sujet reste malgré tout majoritairement tabou : 83% (+6 points) des sondés se gardent bien de dire à l’auteur du cadeau revendu ce qu’il est advenu de son présent.  Dans le palmarès des présents les plus remis en vente, les CD/DVD arrivent toujours en tête, suivis des jeux vidéos, des objets de décorations, de la high tech, puis des livres.

Achats de Noël : en baisse

Achats de Noël : en baisse

 

 

302 euros en moyenne pour le budget cadeaux, c’est 2.7% en moins par rapport à 2012, des achats maintenant surtout effectués sur internet.  A l’approche des fêtes de Noël, les emplettes se multiplient. Selon Europe 1, les paiements par cartes bancaires rentrant dans le cadre des achats de Noël ont donné lieu à 41,225 millions de transactions, samedi 14 décembre, pour un montant moyen de 88 euros. Un chiffre qui semble énorme mais qui, en réalité, est inférieur au chiffre du samedi précédent, où ces transactions avaient atteint 42,84 millions. Le montant moyen était lui aussi plus élevé, à 91 euros. Depuis deux ans, le pic des achats a lieu le week-end se situant trois semaines avant Noël alors qu’auparavant, les achats connaissaient leur apogée lors du week-end se situant deux semaines avant la fête familiale. Ce glissement serait dû à la montée en puissance des achats sur Internet qui pousse les Français à passer commande plus tôt pour être surs d’être livrés plus tôt.  Selon une étude du cabinet  Deloitte du 13 décembre, la moitié des parents a ainsi déjà bouclé ses achats de Noël depuis la mi-novembre. Cette augmentation des achats sur Internet est également liée à la baisse du budget consacré aux cadeaux: à 302 euros, il diminue de 2,7% par rapport à 2012. Pour traquer les bonnes affaires, les Français guettent ainsi les promotions présentes sur internet. Selon un étude de Mediamétrie pour la Fevad (Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance) 69% des Français, soit près de 7 sur 10, ont fait ou feront leurs achats de Noël sur Internet.

Noël : moins de cadeaux neufs

Noël : moins de cadeaux neufs

Avec un pouvoir d’achat « usagé », les français vont rechercher dans l’occasion les cadeaux pour Noël. Au total, 48% des Français pratiquent régulièrement la « consommation collaborative », c’est-à-dire d’autres façons de consommer comme la vente et l’achat de produits de deuxième main, sur internet ou dans les magasins physiques, ou l’achat directement au producteur, et ils sont encore 32% à être « sensibilisés » à ces pratiques.  Selon un  sondage commandé par un observatoire du groupe La Poste et réalisé par TNS Sofres, ils sont sensiblement le même nombre (47%) à se déclarer prêt à offrir des cadeaux d’occasion à Noël, et parmi ces derniers, 28% disent « ne pas être gênés » d’avoir recours à des objets d’occasion pour leurs présents. 34% des Français ont d’ailleurs l’intention d’offrir à un enfant un jouet ou un vêtement d’occasion. Par ailleurs, 31% des personnes sondées « ont l’intention de revendre sur Internet ou en dépôt-vente des cadeaux reçus à Noël ». Les motivations des adeptes de la « consommation collaborative » sont d’abord relatives au pouvoir d’achat : 62% estiment que c’est moins cher et 51% qu’on peut ainsi trouver de bonnes affaires. Viennent ensuite les motivations touchant au « caractère alternatif de ce mode de consommation ». Pour 35% des sondés cela permet de « faire durer les objets » et pour 25% d’entre eux, « c’est un modèle de consommation meilleur pour la société ». Selon cet observatoire, 51% des Français ont déjà revendu des objets sur internet ou lors de vide-greniers, et 40% ont déjà acheté d’occasion des produits courants.

 

Etats-Unis: à Noël on offre des armes !

Etats-Unis: à Noël on offre des armes

Les ventes d’armes ont considérablement augmenté aux Etats-Unis depuis la récente fusillade meurtrière  d’une école ; c’est la réponse des américains à ce drame ; à Noel on offre des armes.  Drôle de pays ! Le pire comme le meilleur. Vingt enfants de 6 et 7 sept ans et six femmes membres de l’encadrement ont été tués le 14 décembre par un assaillant armé notamment d’un fusil d’assaut dans l’école primaire Sandy Hook de Newtown (Connecticut, nord-est). Le tueur, un jeune homme de 20 ans, s’est suicidé.   »Tout de suite après, les militants anti-armes ont commencé à s’exprimer. Le président a demandé des mesures rapides, et cela a provoqué un engouement pour les achats » d’armes, explique à l’AFP Larry Hyatt, propriétaire d’un magasin d’armes à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).  L’augmentation des ventes d’armes est « plus intense parce que le président s’est exprimé dans les médias et a dit en substance +si vous voulez une arme, ce serait mieux de l’acheter maintenant+ », estime M. Hyatt.  Le président américain Barack Obama a appelé le Congrès à voter une loi interdisant les fusils d’assaut et les chargeurs à grande capacité, et comblant les vides juridiques permettant d’acheter des armes sans vérification des antécédents de l’acheteur.  Or depuis la tuerie de Newtown, la demande de chargeurs a atteint un niveau « sans précédent », avoue Peter Brownell, dont la société éponyme est le plus grand fournisseur mondial de munitions et d’accessoires, et a vendu en trois jours autant de chargeurs qu’en trois ans et demi.  Dans les zones rurales, les ventes d’armes ont aussi augmenté dans les foires aux armes, ont rapporté les journaux locaux un peu partout.  Environ 310 millions d’armes à feu sont en circulation aux Etats-Unis, soit environ une arme par habitant, et les Américains risquent 20 fois plus d’être tués par balle que dans d’autres pays développés.  Quelques 300 sociétés de fabricants d’armes et de munitions aux Etats-Unis se partagent le marché, qui génère 7 milliards de dollars de chiffre d’affaires chaque année.  Phénomène plus marginal, la vente d’équipements de sécurité pour les enfants a aussi enregistré une hausse notable, dont un produit vedette: le cartable pare-balle. « Après la tragédie de Newtown, nos ventes sont dix fois plus importantes », a reconnu Richard Craig, directeur de la société Amendment II, du nom du deuxième amendement de la Constitution qui autorise le port d’armes.  En Floride (sud-est), l’Etat qui compte le plus de personnes armées aux Etats-Unis, les magasins d’armes ont enregistré des ventes record après le drame et le cap du million de permis actifs de port d’armes a été atteint (sur 19 millions d’habitants).   »Il y a beaucoup de questions, pour savoir si nous avons des munitions, si nous avons encore des fusils d’assaut, et aussi sur les prix parce qu’ils ont grimpé depuis ce qui est arrivé », déclare à l’AFP Ramiro, propriétaire d’un magasin d’armes à Miami.   »Tout le monde achète des armes par crainte de nouvelles restrictions », renchérit Dave F. Johnson, propriétaire d’une enseigne d’armes à feu à Miami.  La sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein, soutenue par plusieurs élus démocrates et des stars d’Hollywood, va présenter début janvier un texte qui bannit les armes d’assaut et les chargeurs de plus de 10 balles. Ceux d’Adam Lanza, le tueur de Newtown, pouvaient en contenir beaucoup plus.  Mais le puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), a exclu dimanche tout soutien à une réglementation, proposant en revanche de placer des policiers armés devant chaque école.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol