Archive pour le Tag 'Wokisme'

Société- L’instrumentalisation du wokisme

Société- L’instrumentalisation du wokisme

Pour le sociologue Alain Policar, le « wokisme » désigne désormais péjorativement ceux qui sont engagés dans des courants politiques qui se réclament pourtant de l’approfondissement des principes démocratiques.(Le Monde)

 

 

Tribune.

Faut-il rompre avec le principe de « colorblindness » (d’« indifférence à la couleur ») au fondement de l’égalitarisme libéral ? Ce principe, rappelons-le, accompagne la philosophie individualiste et contractualiste à laquelle adhèrent les démocraties. Or, en prenant en considération des pratiques par lesquelles des catégories, fondées sur des étiquettes « raciales », subsistent dans les sociétés postcolonialistes, on affirme l’existence d’un ordre politico-juridique au sein duquel la « race » reste un principe de vision et de division du monde social.

Comme l’écrit Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, « la République a un problème avec le corps des individus, elle ne sait que faire de ces différences physiques, de ces couleurs multiples, de ces orientations diverses, parce qu’elle a affirmé que pour traiter chacun et chacune également, elle devait être aveugle » (Le Monde du 7 avril).

Une opération idéologique d’appropriation

Dès lors, ignorer cette réalité, rester indifférent à la couleur, n’est-ce pas consentir à la perpétuation des injustices ? C’est ce consentement qui s’exprime dans l’opération idéologique d’appropriation d’un mot, « woke », pour le transformer en instrument d’occultation de la réalité des discriminations fondées sur la couleur de peau. Désormais le wokisme désigne péjorativement ceux qui sont engagés dans les luttes antiracistes, féministes, LGBT ou même écologistes. Il ne se caractérise pas par son contenu, mais par sa fonction, à savoir, selon un article récent de l’agrégé de philosophie Valentin Denis sur le site AOC, « stigmatiser des courants politiques souvent incommensurables tout en évitant de se demander ce qu’ils ont à dire ». Ces courants politiques, pourtant, ne réclament-ils pas en définitive l’approfondissement des principes démocratiques ?

Parmi les moyens de cet approfondissement, l’« affirmative action » (« action compensatoire »), en tant qu’expression d’une justice corrective fondée sur la reconnaissance des torts subis par le passé et, bien souvent, qui restent encore vifs dans le présent, est suspectée de substituer le multiculturalisme normatif au modèle républicain d’intégration. Ces mesures correctives seraient, lit-on souvent, une remise en cause radicale du mérite individuel. Mais cet argument est extrêmement faible : est-il cohérent d’invoquer la justice sociale (dont les antiwoke disent se préoccuper) et, en même temps, de valoriser le mérite ? L’appréciation de celui-ci n’est-elle pas liée à l’utilité sociale accordée à un ensemble de performances dont la réalisation dépend d’atouts (en particulier, un milieu familial favorable) distribués de façon moralement arbitraire ? La justice sociale exige, en réalité, que ce qui dépend des circonstances, et non des choix, soit compensé.

L’instrumentalisation du wokisme

L’instrumentalisation du wokisme

Pour le sociologue Alain Policar, le « wokisme » désigne désormais péjorativement ceux qui sont engagés dans des courants politiques qui se réclament pourtant de l’approfondissement des principes démocratiques.(Le Monde)

 

 

Tribune.

Faut-il rompre avec le principe de « colorblindness » (d’« indifférence à la couleur ») au fondement de l’égalitarisme libéral ? Ce principe, rappelons-le, accompagne la philosophie individualiste et contractualiste à laquelle adhèrent les démocraties. Or, en prenant en considération des pratiques par lesquelles des catégories, fondées sur des étiquettes « raciales », subsistent dans les sociétés postcolonialistes, on affirme l’existence d’un ordre politico-juridique au sein duquel la « race » reste un principe de vision et de division du monde social.

Comme l’écrit Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, « la République a un problème avec le corps des individus, elle ne sait que faire de ces différences physiques, de ces couleurs multiples, de ces orientations diverses, parce qu’elle a affirmé que pour traiter chacun et chacune également, elle devait être aveugle » (Le Monde du 7 avril).

Une opération idéologique d’appropriation

Dès lors, ignorer cette réalité, rester indifférent à la couleur, n’est-ce pas consentir à la perpétuation des injustices ? C’est ce consentement qui s’exprime dans l’opération idéologique d’appropriation d’un mot, « woke », pour le transformer en instrument d’occultation de la réalité des discriminations fondées sur la couleur de peau. Désormais le wokisme désigne péjorativement ceux qui sont engagés dans les luttes antiracistes, féministes, LGBT ou même écologistes. Il ne se caractérise pas par son contenu, mais par sa fonction, à savoir, selon un article récent de l’agrégé de philosophie Valentin Denis sur le site AOC, « stigmatiser des courants politiques souvent incommensurables tout en évitant de se demander ce qu’ils ont à dire ». Ces courants politiques, pourtant, ne réclament-ils pas en définitive l’approfondissement des principes démocratiques ?

Parmi les moyens de cet approfondissement, l’« affirmative action » (« action compensatoire »), en tant qu’expression d’une justice corrective fondée sur la reconnaissance des torts subis par le passé et, bien souvent, qui restent encore vifs dans le présent, est suspectée de substituer le multiculturalisme normatif au modèle républicain d’intégration. Ces mesures correctives seraient, lit-on souvent, une remise en cause radicale du mérite individuel. Mais cet argument est extrêmement faible : est-il cohérent d’invoquer la justice sociale (dont les antiwoke disent se préoccuper) et, en même temps, de valoriser le mérite ? L’appréciation de celui-ci n’est-elle pas liée à l’utilité sociale accordée à un ensemble de performances dont la réalisation dépend d’atouts (en particulier, un milieu familial favorable) distribués de façon moralement arbitraire ? La justice sociale exige, en réalité, que ce qui dépend des circonstances, et non des choix, soit compensé.

Wokisme-Protestation contre la dictature idéologique à Sciences-po Grenoble

Wokisme-Protestation contre la dictature idéologique à Sciences-po Grenoble

 Dans une lettre ouverte, 40 personnalités, pour la plupart issues du monde universitaire, interpellent la ministre de l’Enseignement supérieur pour lui demander d’agir face à ce qu’ils perçoivent comme une censure imposée par le courant gauchiste à Grenoble où un enseignant a été suspendu pour ses opinions.

Klaus Kinzler, enseignant à Sciences Po Grenoble, accusé d’islamophobie, s’est longtemps défendu en alertant les médias sur la dérive de son établissement et la chasse aux sorcières dont il se sentait victime. La direction vient de le suspendre au motif qu’il aurait bafoué son obligation de réserve et de discrétion.

 

Le gauchisme wokiste  triomphe à Grenoble ou celui qui avait dénoncé la dictature idéologique vient d’être suspendu de ses fonctions par la directrice de l’institut d’études politiques.

Professeur d’allemand et de civilisation allemande à l’Institut d’études politiques de Grenoble, Klaus Kinzler est accusé  d’être islamophobe dans une campagne lancée par des étudiants sur les réseaux sociaux, il a vu son nom et celui d’un de ses collègues placardés sur les murs de l’établissement avec la mention : « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue ». Klaus Kinzler s’était expliqué dans le journal l’Opinion.

 

Vous avez été, selon vous, la cible d’une « cabale » instrumentalisée par un syndicat étudiant (l’Union syndicale) de l’IEP de Grenoble, avec le silence complice de la direction et du corps enseignant. Pourquoi les choses se sont-elles envenimées à ce point ?

Tout a commencé par des échanges de mails avec une collègue historienne en décembre 2020. Je contestais le titre d’une journée de débats dans lequel « racisme, antisémitisme et islamophobie » étaient mis sur le même plan. Cela me paraissait un scandale alors qu’existe un vrai débat sur la pertinence du terme islamophobie. La discussion s’est vite envenimée, ma collègue affirmant la « scientificité » du mot. Les ennuis ont débuté. Dès janvier, la campagne s’était déjà déchaînée sur Facebook. On nous accusait d’être « islamophobes » et on exigeait notre démission, tout en lançant des appels à témoignages anonymes contre nous. En mars dernier, mon nom, ainsi que celui d’un collègue politologue, spécialiste de l’islam en France, ont été placardés sur la façade de l’établissement. J’ai été mis sous protection policière pendant un mois.

 

Compte tenu de ses déclarations, directrice de l’IEP Sabine Saurugger a décidé par un arrêté du 14 décembre de suspendre l’enseignant de ses fonctions pour une durée de quatre mois, et fait part de son intention de «saisir le conseil de discipline dans les meilleurs délais». Le professeur, précise la directrice dans son arrêté, conservera son traitement et ses indemnités tout le long de cette suspension.

Lettre ouverte à Madame Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur

Madame la ministre,

La situation à l’IEP de Grenoble et les poursuites engagées contre notre collègue Klaus Kinzler démontrent, s’il en était besoin, que la liberté d’expression des universitaires, de même que leur liberté académique dans le cadre de leur enseignement et de leur recherche, libertés dont vous êtes la première garante, sont en péril dans notre pays.

Depuis quelques années un courant militant -et se revendiquant comme tel- cherche à imposer, dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur, en particulier dans le domaine des sciences sociales, un discours exclusif. Or c’est une chose…

 

Le “wokisme” américain : à la mode en France

Le “wokisme” américain : à la mode en France

 

On se souvient peut-être que dans les années 70 80 le maoïsme était très en vogue dans les milieux intellos de gauche. Après la découverte des massacres, les mêmes intellos se sont recentrés sur le gauchisme de salon et maintenant sur le wokisme américain.  (tribune de François Jolivet dans l’Opinion)

 

Tribune

 

 

La mise au ban d’un professeur émérite de Sciences Po Grenoble pour avoir témoigné de son enfer au sein de l’établissement, après avoir été censuré au nom du « bien », met une nouvelle fois en lumière le « wokisme ». Un courant idéologique dont les adeptes se définissent comme « éveillés » ou « conscients » des injustices sociales.

Mais cette appellation est frauduleuse. Il s’agit plutôt d’une minorité bruyante qui fantasme un monde où le niveau de bonté de chacun dépendra directement de sa couleur de peau, de son origine, de son genre, de son orientation sexuelle, et non de ses propres actes. Un univers plus tout à fait parallèle, où accuser un professeur de racisme suffit à lui retirer le droit d’enseigner sans qu’il puisse se défendre. Un monde où l’histoire ne vaut rien, où la réalité ne vaut rien, où la contradiction constitue une faute morale. En cela, le « wokisme » réactive les pires techniques d’épuration de la pensée.

Ce qui caractérise alors ce courant, c’est d’abord l’arrogance compassionnelle de ceux qui pensent détenir la vérité. Ceux qui pensent être tellement irréprochables qu’ils peuvent tout reprocher aux autres, au passé, à l’histoire, à la langue. Le « wokisme » s’autoproclame comme sachant et expert des relations humaines. Ses promoteurs, souvent américanisés, ont fait de la France une cible car ils savent qu’elle fait encore barrage à leur pensée.

Alors au wokisme, il faut opposer la France.

D’abord, à ceux qui disent que la littérature française est une littérature « blanche », il faut rappeler qu’Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Alexandre Dumas ou encore Félix Eboué, n’ont pas eu besoin de ce courant pour que soit reconnu leur immense talent. Et quel regard sur notre époque porteraient Voltaire, Rousseau, Hugo, eux qui se sont battus pour la liberté et contre l’injustice ?

En quelques décennies, nous sommes passés de la lutte pour l’abolition de la peine de mort à la lutte pour l’abolition de Blanche-Neige. De la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne par Olympes de Gouges, nous sommes passés à la déclaration de « Jeannedu78 » sur Twitter en écriture dite « inclusive ». D’ailleurs, cette écriture n’est qu’un cérémonial, un signe de ralliement. Tous les systèmes sectaires, pour communiquer, ont toujours utilisé des codes qui leur sont propres. Créer les mots et les signes pour créer la pensée est une vieille technique, presque religieuse, où le révélé est plus important que le démontré.

Ensuite, à ceux qui disent que la France est le pays le plus injuste du monde. Doit-on rappeler que c’est la France qui a porté́ la première les valeurs universelles qui faisaient de la couleur de peau une banalité, contre tous ceux qui voulaient en faire une fatalité́ ? Que c’est elle qui a porté́ en première les valeurs qui deviendront celles de Martin Luther King, lorsqu’il déclara en 1967 : « Ce qui compte chez l’homme, ce n’est pas la couleur de sa peau ou la texture de ses cheveux mais la pureté́ de son âme ». Et d’ajouter : « L’obscurité́ ne peut pas chasser l’obscurité́. Seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine. Seul l’amour le peut ». C’est le même message que celui porté par les penseurs du siècle des Lumières, 200 ans avant que ce discours ne soit prononcé. Préférons donc l’histoire de notre pays qui a fait de Gaston Monnerville, « homme noir », le président du Sénat de 1958 à 1968 alors que, dans le même temps aux Etats-Unis, on séparait les noirs des blancs dans les lieux publics. C’est cela la France. C’est cela la République.

«Les «wokes» sont les fossoyeurs des libertés individuelles et donc de l’existence même de l’individu»

Enfin, ceux qui pensent que le progrès social revient à réduire l’autre à sa couleur de peau, à son origine, à son genre ou à son orientation sexuelle, n’ont pas compris le projet français et son universalisme. La vocation de notre pays est d’élever l’autre en individu libre de son destin. A l’inverse, les « wokes » veulent institutionnaliser le pardon d’exister. Ils préfèrent installer un modèle de société communautaire où chaque être est assigné. Ils ne célèbrent pas la différence, ils ne font que la stigmatiser. Ils sont les fossoyeurs des libertés individuelles et donc de l’existence même de l’individu.

Cette idée française de la liberté est insoutenable pour les « wokes ». C’est la raison pour laquelle ce mouvement colonise aujourd’hui des lycées, des universités, des médias. Nous devons résister à cette pensée rampante et sournoise.

Alors face au « wokisme », nous devons faire France. Le combat qui doit nous mobiliser sans relâche est la restauration de l’égalité de tous en dignité et en droits. En confondant les individus pour ce qu’ils sont plutôt que ce qu’ils font, les tenants de l’idéologique « woke » trahissent le combat pour la justice sociale que la France a érigé en valeur fondamentale. Nous n’avons pas d’autres privilèges à assumer que celui d’être Français.

Alors, face au vent d’obscurantisme qui traverse aujourd’hui Sciences Po Grenoble ainsi que de nombreux établissements Français d’enseignement supérieur, je demande la mise sous tutelle de l’établissement et l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur la situation des universités Françaises.

François Jolivet est député LREM de l’Indre.

Wokisme: la folie du déboulonnage d’une statue à Rouen

Wokisme: la folie du déboulonnage d’une statue à Rouen

Le  maire gauchiste  PS Nicolas Mayer-Rossignol, propose de ne pas remettre en place la statue de Napoléon à Rouen. Sans doute une priorité ! Surtout quand on connaît les vraies préoccupations relatives au développement économique et l’insécurité dans cette ville.

Sans doute les derniers soubresauts des soldats perdus du parti socialiste qui se sont coupés des couches populaires et se laissent  gagner désormais par les théories fumeuses du wokisme. Avoir «Aujourd’hui, 5% seulement des noms de rues sont féminins, et quasiment aucune rue emblématique, place, lieu très visible ne porte de nom féminin à Rouen (à part la rue Jeanne d’Arc), déplore la mairie. Cette « invisibilisation’ de la moitié de l’humanité n’est pas anodine et fait écho aux inégalités qui demeurent entre les femmes et les hommes».

La Ville a donc lancé une «consultation citoyenne». Au cours des dernières semaines, les Rouennais ont pu participer à quatre conférences ainsi qu’à deux visites culturelles sur l’histoire statuaire rouennaise. «Un micro-trottoir a été réalisé sur la place et en centre-ville auprès des passants», précise la mairie. Alors que nombre d’historiens ont fustigé une «idée désastreuse»une pétition en ligne a réuni plus de 21.000 signatures contre le remplacement de la statue. «Qu’ils ne nous fassent pas la blague de dire qu’il ne s’agit pas de déboulonner Napoléon!, s’exclame Jonas Haddad, président des Républicains de Seine-Maritime. Déplacer sa statue dans une île - c’est l’une des propositions, NDLR - ça signifie invisibiliser l’un des plus grands personnages de l’Histoire de France. C’est aussi faire le jeu des extrêmes, en validant les thèses de ceux qui disent que notre pays est en train de se saborder, qu’il est dans une culture de la repentance».

 

Le wokisme: le nouveau dandysme ?

Le wokisme: le nouveau dandysme ?

Maroun Eddé , normalien évoque dans le Figaro la rupture sociologique que provoque la mode du wokisme  américain . «Discussions interminables sur l’écriture inclusive, les toilettes non genrées à l’université, l’usage de pronoms neutres pour ne pas heurter: plus un jour ne passe sans que de tels faits fassent la une des journaux», explique Maroun Eddé. 

Pendant que le nouvel activisme sature l’espace médiatique, la grande majorité des Français attendent en vain des réponses aux questions qui déterminent l’avenir du pays. Ce hiatus entre l’offre et la demande politique n’est pas tenable, argumente Maroun Eddé, jeune normalien, spécialiste de philosophie politique.

Et pendant ce temps-là le wokisme devient la mode un peu comme ce fut le cas du dandysme dont Jean-Louis Bory disait:

 « Le petit marquis talons rouges de Louis XIV, devenu le roué de la Régence, devenu le petit maître style Louis XV, devenu le mirliflore de l’époque Louis XVI, devenu le muscadin de Thermidor, devenu l’incroyable du Directoire, est devenu le fashionable de la Restauration, qui devient […] le « lion » de la monarchie de Juillet, qui va devenir le gandin du Second Empire, contemporain de la biche et du daim (affligeante zoologie, successeurs minuscules, caricatures abâtardies, imitations essoufflées du lion) qui deviendra, de dégénérescence en dégénérescence, le gommeux, le cocodès, le petit crevé de la Troisième République, le « swing » et le « zazou » de Vichy et de l’occupation Allemande9… »« ….. ». On se sent, on se veut à ce point différent et au-dessus des autres que choses et gens n’existent plus. Le dandy ne les voit plus, il n’en est plus, il ne peut plus en être touché » (Wikipédia)

 

Pour Maroun Eddé ,grand et l’infiniment petit: telles sont les deux plus grandes découvertes de la science physique du XX siècle. Tels sont aussi les deux pôles sur lesquels se focalisent les nouveaux militants du XXI siècle, pétris de l’influence du wokisme américain. Le risque est grand, ainsi, d’amener le débat public sur des terres stériles et d’occulter les véritables problèmes qui devraient, à six mois de la présidentielle, être au centre de l’attention en France.

Discussions interminables sur l’écriture inclusive, les toilettes non genrées à l’université, l’usage de pronoms neutres pour ne pas heurter, les autodafés de bandes dessinées aussi dangereuses que Tintin ou Astérix, le déboulonnage d’une statue de Napoléon: plus un jour ne passe sans que de tels faits fassent la une des journaux. Tels sont les symptômes de l’essor d’un nouveau militantisme woke qui

Débat Zemmour et Mélenchon : ré-émigration contre créolisation

Débat Zemmour et Mélenchon : ré-émigration contre créolisation

 

Le succès de l’audience de la confrontation entre Zemmour et Mélenchon témoigne quand même d’un certain intérêt des Français pour la confrontation politique. Certes beaucoup d’un côté comme de l’autre ont dû être confortés  dans leur opinion de départ mais d’autres, les plus nombreux, étaient curieux de voir s’affronter les deux extrêmes politiques.

 

D’un côté, Mélenchon partisan d’un projet de société de créolisation et de l’autre un partisan de re–émigration. Il n’est pas certain pour autant que cela ait  fait beaucoup basculer les opinions mais peut-être ce débat a-t-il sorti le contexte électoral de sa situation de relatif ennui avec des leaders assez peu charismatiques et finalement peu porteurs de projets mobilisateurs.Mais de leurs côtés, Mélenchon et Zemmour ont fait preuve d’une très grande faiblesse en matière économique et de politique internationale. L’économie en particulier semble une matière assez étrangère à Mélenchon autant qu’à Zemmour.

 

Certes Zemmour et Mélenchon n’ont sans doute pas convaincu une majorité de Français de la pertinence de leurs projets radicaux au demeurant encore assez imprécis dans leurs modalités de mise en œuvre par ailleurs souvent assez caricaturaux même s’il faut reconnaître que des Français peuvent se retrouver dans certains constats mais pas forcément sur la totalité des perspectives avancées.

 

Toujours est-il que le débat Zemmour Mélenchon sur BFM a enfoncé le débat qui se tenait sur la chaîne publique qui auditionné Valérie Pécresse.  Le débat entre les deux extrêmes politiques a réuni 3,8 millions de Français. Soit 19 % du public. Un pic d’audience à 4,3 millions de téléspectateurs a même été observé à 21 h 39.

Ces 3,8 millions de téléspectateurs, c’est près de quatre fois plus que France 2 ! En face, le navire amiral de France Télévisions fait grise mine. «Élysée 2022», la nouvelle émission politique du service public, n’a guère attiré les foules. Présenté par Léa Salamé et Thomas Sotto, le programme qui était diffusé à la même heure, accueillait Valérie Pécresse. La candidate à l’investiture de la droite et du centre a notamment débattu avec Gérald Darmanin. Résultat: un très faible score, 1,05 million à peine de téléspectateurs en moyenne et 5,1 % de part d’audience.

Primaire EELV: le triomphe du « Wokisme » et une débâcle électorale annoncée ?

Primaire EELV: le triomphe du « Wokisme » et une débâcle électorale annoncée ?

 

Comme souvent les militants d’Europe écologie les Verts risquent de choisir le candidat le moins pertinent et le moins populaire. Yannick Jadot , le modéré est en effet affronté Sandrine Rousseau  dont la radicalité dans tous les domaines est essentiellement ce qui la caractérise. Bref une sorte de wokisme franchouillard qui condamnerait les hommes, le progrès, le nucléaire et qui favorise les approches essentialistes qui divisent contre l’universalisme. Une reprise des thèses universitaires américaines.

Finalement Sandrine Rousseau parle très peu d’écologie mais beaucoup de sociéts. Rien ou à peu près sur l’économie alors qu’elle est parait-il diplômé d’économie industrielle. ( Il est vrai qu’en France on distribue les diplômes d’économiste – comme ceux de sociologue ou encore de politiste–un peu comme des petits pains)

Jusque-là il ne semble pas que Sandrine Rousseau produit d’analyse économique très pertinente et très connue sur le plan national. Ainsi condamne-t-elle EPR sans autre analyse. En tant qu’ancienne fonctionnaire elle est évidemment pour la décroissance. Une position confortable quand on est assuré de recevoir son salaire de l’État. Un mal récurrent chez les écolos.

Rousseau appartient clairement à ce courant Islamogauchiste et wokiste qui risque de renvoyer une nouvelle fois le parti Vert un rôle marginal. Les sondages ne donnent à l’intéressée pour les présidentielles que de l’ordre de 2 % ! Le pire c’est que l’appareil d’Europe écologie les Verts va sans doute continuer de soutenir Sandrine Rousseau contre Yannick Jadot. Un vrai suicide collectif !

Primaire des écologistes: le triomphe du « Wokisme » et une débâcle électorale annoncée ?

Primaire des écologistes: le triomphe du « Wokisme » et une débâcle électorale annoncée ?

 

Comme souvent les militants d’Europe écologie les Verts risquent de choisir le candidat le moins pertinent et le moins populaire. Yannick Jadot , le modéré est en effet affronté Sandrine Rousseau  dont la radicalité dans tous les domaines est essentiellement ce qui la caractérise. Bref une sorte de wokisme franchouillard qui condamnerait les hommes, le progrès, le nucléaire et qui favorise les approches essentialistes qui divisent contre l’universalisme. Une reprise des thèses universitaires américaines.

Finalement Sandrine Rousseau parle très peu d’écologie mais beaucoup de sociéts. Rien ou à peu près sur l’économie alors qu’elle est parait-il diplômé d’économie industrielle. ( Il est vrai qu’en France on distribue les diplômes d’économiste – comme ceux de sociologue ou encore de politiste–un peu comme des petits pains)

Jusque-là il ne semble pas que Sandrine Rousseau produit d’analyse économique très pertinente et très connue sur le plan national. Ainsi condamne-t-elle EPR sans autre analyse. En tant qu’ancienne fonctionnaire elle est évidemment pour la décroissance. Une position confortable quand on est assuré de recevoir son salaire de l’État. Un mal récurrent chez les écolos.

Rousseau appartient clairement à ce courant Islamogauchiste et wokiste qui risque de renvoyer une nouvelle fois le parti Vert un rôle marginal. Les sondages ne donnent à l’intéressée pour les présidentielles que de l’ordre de 2 % ! Le pire c’est que l’appareil d’Europe écologie les Verts va sans doute continuer de soutenir Sandrine Rousseau contre Yannick Jadot. Un vrai suicide collectif !

Wokisme : une dictature soft

Wokisme : une dictature soft

L journaliste et écrivain américain Rod Dreher  dénonce la mode du wokisme   dans une interview au Figaro

Rod Dreher est un journaliste et écrivain américain, éditorialiste à The American Conservative. Il a publié Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus: le pari bénédictin (traduit en français aux éd. Artège, 2017) et dernièrement Résister au mensonge, vivre en chrétien dissident (trad. Artège, avril 2021).

 

Interview

 


- ans votre livre, Résister au mensonge , vous dénoncez la montée d’une nouvelle idéologie oppressive. Qu’est-ce que le « soft totalitarisme » qui sévit en Occident ?

Rod DREHER. - Pour saisir toute la menace du totalitarisme, il est important de comprendre ce qui le différencie du simple autoritarisme. L’autoritarisme, c’est lorsque l’État a le monopole du contrôle politique, c’est le cas en dictature. Une société totalitaire, cherche quant à elle à transformer toutes les traditions et les institutions antérieures afin d’en contrôler tous les aspects. Un État totalitaire est donc un État qui cherche à définir et contrôler le réel, c’est-à-dire, décider pour vous ce qu’est la vérité.

À l’époque soviétique, le totalitarisme astreignait à l’amour du Parti et au respect de ses exigences. Aujourd’hui, le totalitarisme exige l’allégeance à un ensemble de croyances progressistes incompatibles avec toute logique. Les communistes ne s’opposaient, par exemple, à des vérités telles que 2 +2 = 4 ; le totalitarisme qui sévit aujourd’hui considère qu’il n’y a de réel que dans l’esprit, ainsi, ils peuvent très bien convenir que 2 + 2 = 5.

J’appelle ce totalitarisme de gauche, « soft totalitarisme », car c’est un totalitarisme doux, qui promet d’étancher une soif intérieure, de se battre et défendre une société plus juste qui libérerait et défendrait les victimes historiques de l’oppression. Il se pare des atours de la gentillesse tout en diabolisant les dissidents afin de ménager les sentiments des « victimes » et de faire advenir la « justice sociale ». Le culte contemporain de la justice sociale identifie les membres de certains groupes sociaux comme des agresseurs, puis il en fait ses boucs émissaires et proclame que leur suppression est une question de justice. Ainsi, les « guerriers de la justice sociale », plus connus sous le sigle SJW, au départ animés par un sincère sentiment de compassion et une pensée authentiquement libérale, finissent par abandonner tout libéralisme et par embrasser une politique agressive et punitive qui ressemble au bolchévisme.

Grandes entreprises: le nouveau vecteur de l’idéologie woke?

Pause

Unmute

 

ACTIVER LE SON

N’est-ce pas excessif de parler de totalitarisme aujourd’hui ? Personne n’est envoyé au goulag…

S’il est aussi aisé d’ignorer la montée du totalitarisme, c’est souvent parce que l’on a du mal à comprendre comment il fonctionne. Beaucoup de conservateurs d’aujourd’hui ont du mal à saisir la gravité de cette menace, la rejetant sous le vocable de « politiquement correct ». Certes, ce terme est péjoratif mais un peu dépassé pour désigner ce que l’on appelle le « wokisme ».

Le wokisme exploite la préférence décadente de l’homme moderne pour les plaisirs personnels plutôt que pour de grands principes, dont les libertés politiques.

La menace de cette nouvelle idéologie pèse sur chacun d’entre nous. Aujourd’hui, ceux qui n’adhèrent pas à la ligne du parti woke peuvent voir leur entreprise, leur carrière, leur réputation, détruites. Ils sont exclus de la sphère publique, stigmatisés voire diabolisés comme racistes, sexistes, homophobes, etc. Cela peut prendre plusieurs manifestations, dont la cancel culture. Si vous êtes en désaccord avec la vision de l’antiracisme aux États-Unis vous êtes socialement accusés. Si vous n’acceptez pas l’idéologie transgenre vous êtes bannis des institutions. Alors, certes, il n’y a pas de goulag, pas de police secrète, mais il s’agit bien d’un totalitarisme, car pour préserver votre vie sociale, vous devez taire vos désaccords avec l’idéologie imposée.

Ce qui arrive aux États-Unis peut arriver en France. On voit cette idéologie avancer car les plus radicaux marchent à travers les instituions. Ce pouvoir spirituel se matérialise dans les institutions étatiques et privées, dans les entreprises, dans le milieu universitaire et les médias.

Comment émerge ce totalitarisme ?

Ce totalitarisme est plus insidieux car il n’est pas officiellement désigné comme le mal. Dans le totalitarisme soviétique, la bonne parole provenait de l’État, aujourd’hui ce totalitarisme germe dans nos démocraties libérales, c’est pourquoi nous avançons dans le brouillard. Le wokisme exploite la préférence décadente de l’homme moderne pour les plaisirs personnels plutôt que pour de grands principes, dont les libertés politiques. Le peuple n’offrira aucune résistance au soft totalitarisme à venir (quand il ne le soutiendra pas carrément), non pas parce qu’il craindrait qu’on lui fasse subir des châtiments cruels, mais parce qu’il sera plus ou moins satisfait de son confort hédoniste.

René Girard disait déjà il y a 20 ans que le souci pour la victime tenait du fanatisme : « La surenchère perpétuelle transforme le souci des victimes en une injonction totalitaire, une inquisition permanente. » Nous y sommes ! Dans la vision woke tous nos sentiments et désirs doivent être acceptés.

Quel est le rôle du capitalisme dans son avènement ?

Le capitalisme a un rôle essentiel dans son émergence, puisque dans la vision capitaliste, ce que nous désirons constitue notre identité ; il n’y a pas d’existence en dehors de nos désirs. Le bien suprême du capitalisme libéral est le fait de choisir (simple fait de choisir, pas entre différentes choses). Nous avons toute une génération qui considère que tout ce qui vient limiter ses choix est problématique en soi. Le capitalisme est le plus puissant des agents de transformation, car il unit l’idéologie progressiste à la force de frappe du consumérisme et de l’argent.

Certains dénoncent une « dictature sanitaire », à cause des mesures de privation de libertés liées au coronavirus. Doit-on toujours craindre l’État ?

Les gens se sont habitués à être surveillés par les Gafas, ils ne craignent plus Big Brother. Dans la dystopie d’Orwell, 1984, l’État a installé des « télécrans » chez les citoyens pour ne rien perdre de leur vie quotidienne. Aujourd’hui, nous installons des enceintes connectées dans notre propre salon…

Shoshana Zuboff, ancien professeur à la Harvard Business School, utilise l’expression « capitalisme de surveillance ». Dans son livre paru en 2020, L’Âge du capitalisme de surveillance, elle décrit une nouvelle forme de capitalisme créée par Google et perfectionnée par Amazon et Facebook. Ce capitalisme aspire les données personnelles des individus et les analyse au moyen d’algorithmes sophistiqués pour prédire les comportements. Le but, évidemment, est de présenter des produits et des services adaptés aux préférences individuelles. À première vue, un simple ciblage publicitaire. En réalité, les maîtres de la data ne se contentent plus de trouver ce que l’on aime : ils cherchent activement à vous faire aimer ce qu’ils veulent que l’on aime sans que leurs petites manipulations soient détectées. Les personnes dont les capitalistes de surveillance colonisent ainsi la vie ne leur en ont jamais donné la moindre permission formelle et informée, et elles n’ont à ce jour aucun moyen d’échapper à leur toile. La plus grande menace vient aujourd’hui de cette résilience face à la toute-puissance des géants du numérique.

C’est en rompant avec nos racines chrétiennes qu’ont émergé les totalitarismes que nous dénonçons.

Le christianisme a-t-il favorisé les idées progressistes, par sa vision eschatologique et sa doctrine sociale ?

La religion chrétienne croit au progrès. Elle s’oppose à une vision cyclique de l’histoire et considère que l’histoire se déplace dans une certaine direction, depuis la création jusqu’à la rédemption finale. Pour les chrétiens, cette rédemption viendra après l’Apocalypse et le Jugement dernier où triomphera la justice de Dieu. Le progressisme d’aujourd’hui, qui remonte au XVIIIe siècle, a sécularisé l’espérance chrétienne en remplaçant la foi en Dieu par la foi en l’homme, dans la science et dans la technologie. Or, les chrétiens ne croient pas que le progrès puisse advenir s’il est séparé de Dieu.

Et si l’expression « justice sociale » a longtemps été associée au christianisme, en particulier au catholicisme, la doctrine sociale catholique se fonde largement sur les enseignements du Christ, notamment sur l’importance de la miséricorde et de la compassion envers les pauvres et les exclus. Il y a une contradiction chez les wokes dans la mesure où ils ne sont pas capables de compassion avec ceux qui sont en désaccord avec eux.

C’est au contraire en rompant avec nos racines chrétiennes qu’ont émergé les totalitarismes que nous dénonçons. Dans La Pensée captive, Czesław Miłosz expliquait que l’idéologie communiste comblait un vide qui s’était ouvert dans la vie des intellectuels du début du XXe siècle, dont la plupart avaient cessé de croire à la religion. Le totalitarisme de gauche d’aujourd’hui prétend une fois de plus étancher une soif intérieure.

« Les chrétiens occidentaux ne diffèrent pas tellement des incroyants », écrivez-vous. L’Église catholique, notamment, a-t-elle participé à cultiver le mensonge en défendant ce que vous appelez l’ « esprit thérapeutique »?

La résistance à grande échelle des chrétiens à l’anti-culture s’est révélée infructueuse, et elle le demeurera probablement pour longtemps. Pourquoi ? Parce que l’esprit thérapeutique a largement conquis nos églises, même dans les courants soi-disant conservateurs. La thérapeutique consiste en la croyance générale que Dieu existe, et que la seule chose qu’il exige de nous est que nous soyons gentils et heureux.

Très peu de chrétiens contemporains sont prêts à souffrir pour leur foi, parce que la société thérapeutique qui les a formés n’admet aucun bénéfice à la souffrance, au point que l’idée de la supporter au nom de la vérité semble désormais ridicule. Ce sentimentalisme mènera au goulag.

Vous ne parlez pas de l’islam dans votre livre… est-ce la seule religion qui peut faire face aujourd’hui à cet esprit thérapeutique ?

Aux États-Unis, les musulmans sont victimes de ce même esprit thérapeutique. Eux-mêmes n’arrivent pas à endiguer l’expansion de l’islam radical, qui gangrène leur propre religion. Mais on ne peut pas combattre une idéologie mortifère avec du vide. C’est pourquoi, ni le christianisme, ni l’esprit thérapeutique ne savent répondre au problème de l’islam radical.

L’importance de la vraie foi chrétienne réside dans cette capacité de résilience, car l’amour, comme l’a écrit saint Paul, endure tout.

Les chrétiens fondamentalistes tombent dans le même tort, en cela qu’ils ne formulent rien de positifs, ils se constituent simplement contre le monde. C’est un tort, les chrétiens doivent témoigner de leur foi. En 1968, Benoit XVI avait prédit que l’Église serait réduite à un petit groupe de vrais croyants et qu’elle devrait quasiment répartir à zéro. Nous y sommes et tant mieux, en tant que petit groupe, elle sera amenée à faire beaucoup plus souvent appel à l’initiative de ses membres.

Comment les chrétiens peuvent-ils s’ériger en rempart contre ce nouveau totalitarisme ?

Les chrétiens, contrairement à ceux qui ne croient pas, ont l’espoir. Pour les chrétiens l’amour de Dieu nous donne confiance, cela n’a rien à voir avec l’optimise béat. J’éprouve beaucoup de pitié pour ceux qui ne peuvent pas trouver cette résilience, leur souffrance est sans rédemption. L’importance de la vraie foi chrétienne réside dans cette capacité de résilience, car l’amour, comme l’a écrit saint Paul, endure tout.

Les chrétiens, même s’ils sont minoritaires et esseulés doivent être une lumière pour l’humanité. Et dans cette grande obscurité qui englobera le monde, nombreux seront ceux qui seront attirés par la lumière.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol