Archive pour le Tag 'bras'

Covid-19 : » Le ministère des bras cassés »

Covid-19 : » Le ministère des bras cassés »

 

A travers de multiples entretiens, le journaliste Marc Payet construit une critique acerbe de la gestion de la crise sanitaire jusqu’à septembre 2021.( analyse du « Monde »)

 

Le livre. Des réussites, et surtout beaucoup de ratés… Deux ans après le début de l’épidémie de Covid-19 en France, le journaliste Marc Payet, qui a couvert les questions de santé publique pendant vingt ans au Parisien, revient sur la gestion chaotique de la crise sanitaire par le ministère des solidarités et de la santé dans son livre Le Ministère des bras cassés.

Le titre est provocateur et la critique acerbe, l’auteur se basant sur une cinquantaine d’entretiens avec des conseillers de l’Avenue de Ségur, de Bercy et de Matignon, des acteurs importants de la crise tels qu’Aurélien Rousseau, ex-directeur de l’ARS Ile-de-France, ou Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’industrie, ainsi que d’anciens responsables, fins observateurs de la crise, comme William Dab, ex-directeur général de la santé (DGS), ou François Bourdillon, ancien directeur de Santé publique France. En revanche, ni l’actuel ministre de la santé, Olivier Véran, ni son DGS, Jérôme Salomon, cibles des critiques, n’ont accepté de s’entretenir avec lui.

Outre les immanquables chapitres sur « le péché originel des masques » – dont le stock de plusieurs centaines de millions d’unités avait été détruit sans être remplacé en 2018-2019, malgré les recommandations du rapport Stahl – et sur le « mystère Agnès Buzyn », ministre de la santé au début de la crise et aujourd’hui mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui », le livre révèle des tensions plus souterraines entre ministères et à l’intérieur même de celui de la santé.

Ainsi de la rivalité qui oppose Olivier Véran et Jérôme Salomon, le « Monsieur Météo » du Covid-19 lors de la première vague, mais disparu des conférences de presse lors des quatre suivantes. Une rivalité qui remonte à 2017, lorsque les deux hommes, tous deux passés par médecine, conseillent le candidat Macron sur les sujets de santé de la campagne présidentielle. A une autre échelle, ce sont les directions des agences régionales de santé qui travaillent difficilement avec les préfets. Autre handicap, la multiplication des institutions de santé, auxquelles viennent s’ajouter un conseil scientifique et un conseil d’orientation de la stratégie vaccinale…

Si le propos est un peu complaisant envers les choix présidentiels, tel que celui de ne pas reconfiner début 2021, l’ouvrage a le mérite de dévoiler les rouages d’un ministère traditionnellement considéré comme faible et perdant souvent les arbitrages face à Bercy – dont les conseillers se font d’ailleurs un plaisir de critiquer leurs homologues de la santé. Mais aussi à quel point la logique de protection juridique peut entraver l’action. Cette administration est aussi montrée en burn out, affaiblie par les coupes budgétaires et les corporatismes, puissants dans le monde de la santé.

Nucléaire Iran : le bras de fer continue

Nucléaire Iran : le bras de fer continue

 

Des signes d’apaisement sur le dossier difficile du nucléaire iranien avaient été donnés autant par les États-Unis que par l’Iran. Toutefois la reprise de négociations est hypothéquée par une question de principe à savoir : le maintien ou la suppression des sanctions américaines. L’Iran exige cette suppression que les États-Unis refusent pour l’instant. Les deux parties en font un argument de pression sur les futures négociations. Du coup la balle est envoyée à l’ONU- La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne propose une résolution soutenue par les États-Unis pour une résolution du conseil de surveillance nucléaire de l’ONU critiquant l’Iran pour avoir freiné la coopération avec l’agence, malgré les avertissements russes et iraniens de conséquences graves.

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, composé de 35 pays, tient une réunion trimestrielle cette semaine dans le contexte des efforts hésitants pour relancer l’accord nucléaire de l’Iran avec les grandes puissances maintenant que le président américain Joe Biden est au pouvoir.

L’Iran a récemment accéléré ses violations de l’accord de 2015 dans le but apparent d’augmenter la pression sur Biden, car chaque partie insiste sur le fait que l’autre doit agir en premier. L’Iran a un urgent besoin pourtant de la suppression des sanctions compte tenu de la situation particulièrement critique de son économie. Sans doute peut-être pourquoi ainsi monter les enchères.

Les violations de Téhéran sont une réponse au retrait américain de l’accord en 2018 et à la réimposition des sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de celui-ci.

Coronavirus «Les Occidentaux, les bras croisés» (professeur Alain Bauer)

Coronavirus  «Les Occidentaux , les bras croisés» (professeur Alain Bauer)

 

 

Les Européens ont beaucoup trop tardé à prendre la mesure de l’événement estime Depuis 2001, le professeur Alain Bauer qui appartient à un groupe informel d’experts internationaux de gestion de crise qui échange des informations sur des questions très diverses, civiles, militaires et scientifiques. ( interview de l’Opinion)

Vous êtes en relation avec des experts internationaux. Quand l’épidémie du Covid-19 est-elle apparue comme un sujet préoccupant ?

Début janvier nous avons été alertés par des notes sur la situation en Chine : une pandémie émergente avec des choix sanitaires et politiques vertigineux à faire. Fin janvier, les experts ont pronostiqué un processus qui ressemblait à une montagne qui s’élevait devant nous et qui, selon les décisions prises, prendrait la forme de l’Everest, du Mont-Blanc ou du Massif central. Nous avons aussi rapidement su que la grippe espagnole avec sa très forte mortalité restait le modèle le plus pertinent pour comprendre ce qui allait arriver. Et donc, que les mesures de confinement étaient les plus pertinentes. Aux Etats-Unis, la grippe espagnole avait provoqué des ravages à Philadelphie où les soldats américains avaient été fêtés à leur retour d’Europe alors que ses effets avaient été fortement limités à Saint-Louis.

Les dirigeants ont eu des réactions très variées : Boris Johnson, par exemple, qui a semblé faire le choix d’une large contamination afin d’immuniser la population britannique. Comment expliquer ces divergences ?

Il ne m’appartient pas de juger les décisions politiques. Mais d’un point de vue factuel, c’est une énorme bêtise car ce n’est pas le taux de mortalité, certes « faible » à 2 % (en fait bien moins eu égard à l’ampleur de la contamination), qui compte le plus mais la quantité de personnes contaminées qui, elle, est exponentielle. Angela Merkel a eu le courage d’expliquer que 60 à 70 % de la population allaient être touchés et elle a provoqué ainsi une prise de conscience quantitative essentielle. Personne ne peut dire : « On ne pouvait pas savoir. Ce n’était pas prévisible ». Pourquoi Taïwan s’était, lui, préparé ? Pourquoi, alors qu’il n’y avait aucun doute sur l’extension de la pandémie à partir de la Chine, avoir attendu si longtemps pour préempter la crise ? Pourquoi ce retard alors que la situation était déjà explosive en Italie ? Nous avons en fait répété les erreurs du « nuage de Tchernobyl » qui s’était soi-disant arrêté à la frontière. Ce que j’appelle le syndrome de Semmelweis, du nom de ce médecin autrichien révoqué de l’hôpital de Vienne pour avoir imposé de se laver les mains… il y a 150 ans.

N’est-ce pas une appréciation a posteriori ?

Il y avait des faits. Le premier cas est apparu à Wuhan le 17 novembre dernier. Jusqu’à fin décembre, les Chinois ne font état que de cas isolés, en petit nombre. Même le médecin héros de Wuhan. Sans compter l’influence de la mythologie chinoise et de l’histoire très sensible politiquement de la ville. Personne n’a voulu assumer de transmettre « les messages négatifs du ciel pour l’empereur » Fin décembre, les officiels chinois finissent par admettre la gravité de la situation. Le 3 janvier, le CDC (center for disease control) chinois prévient l’OMS de l’éruption du coronavirus. Mais, pendant des semaines, les Occidentaux ont regardé, les bras croisés. Seul trois pays se sont mobilisés : la Corée du Sud, Taïwan et Hong Kong.

La pénurie de masques est flagrante en France. Comment l’expliquer ?

Il serait temps de réhabiliter Roselyne Bachelot qui a été tant moquée pour sa gestion du H1N1. Il n’empêche qu’elle au ministère de la Santé a su anticiper une crise qui n’a pas eu lieu. Comme ensuite Xavier Bertrand, qui avait constitué des stocks de masques au cas où. Leurs successeurs ont géré la pénurie. Cette affaire illustre un double défaut. Celui de laisser Bercy et ses comptables gérer le pays, asphyxier nos systèmes de santé et de police et tenter de tuer notre appareil militaire. Et celui d’avoir une vision strictement bureaucratique, a fortiori en temps de crise. Des médecins comme Rémi Salomon (président de la commission médicale de l’AP-HP) ou Philippe Juvin (directeur des urgences de l’hôpital Pompidou) ont su secouer un discours lénifiant. A leurs postes de ministres, Olivier Véran ou Christophe Castaner, également. Mais l’Etat a semblé rester dans l’entre-deux, beaucoup plus que dans le « en même temps » : des restrictions de circulation mais pas de confinement strict, un autocertificat de déplacement, le paracétamol en vente limitée mais sans véritable contrôle. Le maintien du premier tour des municipales en est une autre illustration. Mais, là, c’est Emmanuel Macron qui a eu le courage d’évoquer un report et a dû céder face à l’opposition qui a crié au coup d’Etat avant de se rendre compte de l’ampleur de l’épidémie.

Ce que vous critiquez comme des demi-mesures n’est-il pas une réponse graduée afin de ne pas affoler la population ?

Sans doute faut-il de la pédagogie et du temps. Mais en avons-nous vraiment manqué pour préparer les populations ? Il faut faire confiance aux gens. Dès lors que les informations sont claires et cohérentes, on peut être très efficace

Nous n’avons pas fait assez confiance aux Chinois ?

Oui car même en admettant que la communication officielle des autorités soit sujette à caution, d’autres sources d’information, puissantes, existaient. Les publications de la recherche chinoise, abondantes, sans contrôle ni censure, des études épidémiologiques très éclairantes. Mais aussi des circuits informels. Même en pleine crise de Cuba, KGB et CIA n’avaient pas rompu les contacts… Ce que certains appellent « l’Etat profond » qui est surtout « l’Etat permanent », se parle, s’organise, quelles que soient les relations diplomatiques. Et plus la situation se tend, plus on échange.

Huawei : le bras armé des services secrets chinois

Huawei : le bras armé des services secrets chinois

 

Ce n’est pas un scoop mais une confirmation, le leader chinois des télécoms a travaillé en étroite collaboration avec les services secrets du pays. Ce que révèle une information allemande. En effet,  le gouvernement allemand est en possession de preuves montrant que Huawei, premier équipementier mondial de télécoms, a collaboré avec les services de renseignement chinois, rapporte mercredi le Handelsblatt.

“A la fin 2019, des renseignements nous ont été transmis par les Etats-Unis, selon lesquels Huawei a coopéré de manière avérée avec les autorités de sécurité chinoises”, écrit le journal en citant un document confidentiel du ministère des Affaires étrangères.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès de Berlin, ni de Huawei. Les informations du Handelsblatt devraient nourrir le vif débat en cours au sein du gouvernement allemand sur la question d’exclure ou non Huawei du déploiement sur son territoire d’un réseau mobile de cinquième génération (5G). La crainte des Allemands en cas declusion d Huawei et de voir ses exportations d’automobiles vers la Chine encore davantage taxée .

Washington accuse l’équipementier d’espionnage pour le compte de Pékin et exhorte ses alliés à ne pas se fournir auprès de lui pour construire leurs réseaux 5G. Huawei rejette ces accusations.

Les sociaux-démocrates du SPD, partenaires de gouvernement de la CDU-CSU, réclament l’exclusion du spécialiste chinois des équipements de réseaux mais les conservateurs sont divisés, alors que les opérateurs allemands, tous clients de Huawei, préviennent qu’interdire le groupe chinois entraînerait d’importants retards et coûterait des milliards d’euros.

Bébés sans bras :  » un problème de santé publique ?

Bébés sans bras :  » un problème de santé publique ?

 

L’affaire des bébés sans bras pose un double problème, un qui met en cause la santé publique, un autre sur la gestion d’éventuels risques. L’administration en charge de la gestion de la santé a déclaré d’emblée qu’il n’y avait pas de problème d’ampleur nationale. Une affirmation un peu péremptoire et surtout prématurée dans la mesure où il faudra sans doute des études épidémiologiques sur des les années voir des dizaines d’années pour le vérifier Une erreur méthodologique aussi d’importance car la première démarche est de faire une enquête qualitative sur les différents cas et les facteurs explicatifs possibles. Ensuite seulement doit venir le temps de la quantification. D’une manière générale, c’est un scandale de confier à ceux qui gèrent le risque de faire une enquête sur leur propre gestion de ce risque. Ce que dénonce la directrice générale du registre des malformations en Rhône-Alpes. Emmanuelle Amar réagissait à la plainte déposée par une famille de l’Ain au début du mois contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui » dans le cadre de l’affaire des bébés nés sans bras. Leur enfant est né en 2012 avec une agénésie transverse du membre supérieur. (Interview France Info)

 

C’est vous qui avez révélé cette affaire depuis qu’un médecin a signalé en 2010 trois premiers cas d’enfants nés sans bras ou main dans l’Ain. Est-ce que vous comprenez la volonté de cette famille de l’Ain de faire appel à la justice ?

Emmanuelle Amar : Je ne crois pas trop m’avancer en disant que les familles ont été échaudées et qu’elles se trouvaient dans une impasse, face à un mur, sans savoir quoi faire alors que la réalité des cas est là. On leur oppose des motivations ou des raisons statistiques alors qu’on sait que la statistique n’a pas grand chose à faire avec une affaire de santé publique telle que celle-ci. Elles n’avaient donc pas d’autre interlocuteur vers lequel se tourner que la justice et je pense que c’est peut-être une bonne chose.

Ça veut dire que les deux enquêtes menées jusque-là par Santé publique France peuvent être biaisées ?

Je ne sais pas dans quel pays on confie les clés d’une commission d’enquête à ceux-là même qui ont affirmé qu’il n’y avait pas d’excès de cas et qui ont affirmé qu’il n’y avait pas lieu de faire une enquête. Ce sont à ces mêmes institutions qu’on a confié les clés d’une commission d’enquête et en réalité, on retombe exactement au même point où on était en 2018 et 2017.

L’intervention d’un magistrat indépendant pourrait changer la donne ? 

Je le crois. Dans un premier temps, le magistrat instructeur va se retrouver à Marseille, ça permet un peu de dépayser, de dépassionner l’affaire. Il offre une garantie d’indépendance et d’impartialité. La question n’est pas tant de chercher des responsabilités que de comprendre ce qui a pu se passer. Ce qu’on peut déplorer, c’est qu’en général, pour trouver un agent toxique responsable, on a tout à gagner à rapprocher les informations. L’objectif est de repérer celles qui sont en commun avec les différents sites où des malformations ont été observées. Ça permet de faciliter leur exploitation, de rassembler les éléments de preuve. Là, on fait tout le contraire, on dit qu’on ne cherchera pas dans l’Ain, en Loire-Atlantique et pour ce qui est du Morbihan, on cherchera mais uniquement à Guidel et dans des données administratives. On comprend que les parents soient déçus. Aujourd’hui, on n’a aucune idée de l’agent causal et on a l’impression avec cette commission qui a décidé qu’il n’y aurait de recherches de faites qu’à Guidel, que tout est mis en œuvre pour qu’on ne le trouve jamais.

Quel serait l’intérêt de Santé publique France de faire cela ?

C’est très difficile à dire, et d’ailleurs ce n’est pas à moi de préjuger. Tout ce que je sais, c’est que nous avons averti en temps et en heure et après nos alertes, les enfants sont nés sans bras aux endroits où on avait déjà alerté. On sait très bien que d’un point de vue statistique, en fonction de la définition d’un cas, en fonction des critères géographiques, temporaux, les résultats peuvent varier du tout au tout. Donc, la question statistique, on peut la prendre en considération, il va y avoir un débat, mais elle ne se pose pas en premier lieu. Elle va intervenir mais en deuxième, troisième position. Là, elle intervient en première position et ça choque parce que la question n’est pas là. La question est qu’il y a un problème de santé publique qui n’a pas été pris en considération.

« Bébés sans bras » : nouvelle enquête

« Bébés sans bras » : nouvelle enquête

Une nouvelle enquête a été annoncée par la ministre de la santé concernant les bébés sans bras ou sans main. Environ 150 bébés sans mains sans bras par an mais plusieurs cas ont été identifiés au même endroit, en Loire-Atlantique (trois naissances entre 2007 et 2008) et en Bretagne (quatre naissances entre 2011 et 2013), aussi dans l’Ain. Pour l’instant il est bien d’en identifier les causes s’agit-il d’une conséquence de la dégradation de l’environnement, de l’utilisation excessive de produits chimiques ou encore de l’alimentation. Ces incertitudes ne sauraient  cependant justifier tout abandon de recherche comme le suggèrait  santé publique de France qui a une curieuse conception de la recherche. , « On n’a pas d’élément démontré pour dire que tel produit est responsable », a affirmé Jean-Claude Desenclos, directeur scientifique de Santé publique France lors d’une conférence de presse. Plus généralement sur les trois séries de cas, dans la mesure où aucune hypothèse n’a émergé des questionnaires, les enquêtes n’ont pas porté sur un produit en particulier. « Il ne suffit pas de dire C’est l’environnement, c’est l’agriculture”, dit le docteur Gagnière. En l’absence d’hypothèses, il ne sert à rien de lancer des recherches tous azimuts : on sait par expérience que ça ne débouche sur aucun résultat. » Pour l’Ain, (7 cas en 4 ans autour du même village) « l’analyse statistique ne met pas en évidence un excès de cas par rapport à la moyenne nationale, et Santé publique France n’a pas identifié une exposition commune à la survenue de ces malformations », indiquait l’agence sanitaire dans un rapport publié jeudi. « Pour la Loire-Atlantique et la Bretagne, l’investigation a conclu à un excès de cas. Cependant, aucune exposition commune n’a été identifiée », a-t-elle poursuivi.  Des conclusions très contestées par d’autres experts. Notamment l’épidémiologiste Emmanuelle Amar,  qui accuse Santé publique France d’avoir fait des « erreurs » de méthodologie. Les hypothèses sont sans doute complexe et nombreuses, aucune ne peut être écartée pas même l’effet  courants vagabonds créés notamment par les éoliennes et qui provoquent  des déformations des membres antérieurs des poulains. Ce qui est probable c’est que l’homme joue  un peu trop à l’apprenti sorcier  et maîtrise mal parfois certaines techniques à l’alchimie sulfureuse. Les novelles  investigations sont confiées conjointement à Santé publique France, à l’œuvre dans la première procédure, et à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), a précisé Agnès Buzyn lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. “Nous avons décidé avec François de Rugy (ministre de la Transition écologique-NDLR) de relancer une enquête parce qu’on ne peut pas se satisfaire de dire ‘on n’a pas trouvé de causes’, c’est insupportable”, a-t-elle déclaré. “Donc, on relance une enquête avec les deux agences en même temps pour voir si leurs regards croisés entre les médecins purs et durs de Santé publique France et les personnes qui connaissent mieux l’environnement trouveront une cause”, a précisé la ministre de la Santé.

Grèce :bras d’honneur à l’Europe

Grèce :bras d’honneur à l’Europe

 

 

C’est un véritable bras d’honneur de la Grèce à l’Europe. La Grèce qui ne veut plus de cette tutelle autoritaire sur sa politique intérieure. En gros l’Europe ( via l’eurogroup) propose la prolongation du programme actuel, c’est à dire aide contre la même austérité. Le processus qui a enfoncé la Grèce , accentué le déficit, tué la croissance et développé le chômage ( 25% de taux de chômage et50% chez les jeunes). Bien entendu il faudra trouver des modalités amortissement de la dette et la Grèce ne pourra faire défaut ( si elle le fait,  elle sortira de l’Euro et ne pourra emprunter sur les marchés  financiers qu’à des taux exorbitants qui tueront aussi son économie). Mais il faut lâcher du mou sur l’austérité, comme pour la dette,  l’étaler dans le temps si on ne veut pas que la Grèce s’enfonce davantage ( pourquoi exiger par exemple la vente des ports  au privé ? La ventes des autoroutes françaises au privé est-elle  un modèle  ?) Moscovici commissaire à l’économie , aussi lamentable et mou que lorsqu’il était ministre en France a déclaré « qu’il n’y avait pas de plan B pour la Grèce … mais que les discussions continuaient ». Pour manager la chèvre ou le chou, les deux ? Il n’en sait rien d’ailleurs, il suivra la majorité européenne car ses convictions  sont depuis longtemps éteintes. Les négociations entre la zone euro et Athènes ont donc  tourné court lundi à Bruxelles : les créanciers de la Grèce lui ont donné une semaine pour accepter une extension de son programme d’aide financière actuel.   Il est « très clair que le prochain pas doit venir des autorités grecques (…) et au vu du calendrier, on peut utiliser cette semaine, mais c’est à peu près tout« , explique le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, après l’interruption abrupte des négociations lundi soir après le refus de la Grèce d’accepter le prolongement de son programme. Ce dernier a par ailleurs évoqué la possibilité d’une nouvelle réunion exceptionnelle des 19 ministres des Finances de la zone euro vendredi.  Lundi, Athènes a rejeté une proposition de la zone euro, après l’avoir jugée « absurde » et « inacceptable« , en estimant « qu’en ces circonstances il ne pourrait y avoir d’accord » avec ses 18 partenaires. Une demi-heure plus tard, la réunion des ministres des Finances a été interrompue à Bruxelles. Plus tard dans la soirée, le ministre grec des Finances assurait ne pas « douter » que « dans les prochaines 48h, l’Europe trouve une formulation propre à amener la Grèce à présenter une demande de prolongation de l’aide« . Il répondait en cela au président de l’Eurogroupe, qui avait affirmé quelques heures plus tôt qu’une « extension » du programme actuel, qui arrive à échéance à la fin du mois de février, « permettrait aux Grecs d’utiliser la flexibilité » permise dans ce plan, alors que le nouveau gouvernement de gauche radicale a fait campagne sur le refus de ce programme. Une proposition renchérie par Pierre Moscovici, pour qui « Il n’y a pas d’alternative à la prolongation du programme : nous allons continuer le dialogue durant cette semaine« .

 

Foot- PSG- Rennes : Paris encore petits bras

Foot- PSG- Rennes : Paris encore petits bras

 

Encore un match insipide pour le PSG et devant son public. Tellement insipide que le public a sifflé. Toujours les mêmes faiblesses :  manque d’engagement, de vitesse, de forme physique et d’adresse devant le but adverse. Bref sur cette prestation et celles toutes aussi décevantes qui l’ont précédé pas de miracle à attendre en ligue des champions. Même pas sûr que Paris parvienne à redevenir champion de France ; et pour couronner le tout Blanc toujours aussi insignifiant avant, pendant et après le match. Bref c’est uen saison en grande partie perdue qui se prépare en grande partie du fait d’une incompétence en matière de management.  Les Parisiens s’imposent face au Stade Rennais au terme d’un match globalement dominé, mais dont ils n’ont jamais su tuer le suspense. Mis à part le but de Lavez, inscrit au terme d’une action fantastique, le PSG n’a pas montré grand-chose ce soir. Rennes non plus, mais sur une ou deux situations favorables, les Bretons auraient pu accrocher le point du nul. Les hommes de Laurent Blanc reviennent à une longueur de Lyon en tête du classement, avant le déplacement du leader à Monaco dimanche soir.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol