Archive pour le Tag 'enquête'

Islamo-gauchisme et universités : les députés républicains demandent une enquête parlementaire

Islamo-gauchisme et universités : les députés républicains demandent une enquête parlementaire

Les députés Les Républicains demandent officiellement une enquête parlementaire sur le phénomène islamo- gauchistes et les universités

 

 

Aujourd’hui, « Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, dont le seul crime est d’avoir constaté que l’université n’est pas imperméable à la société, et par conséquent pas imperméable à l’islamo-gauchisme, et d’avoir demandé une enquête au CNRS, est au coeur d’une violente campagne de lynchage avec de nombreux appels à la démission », constatent-ils. Dès lors, « il ne nous semble plus possible de refuser une telle mission d’information […] Le caractère prioritaire de ce sujet n’est plus à contester ».

Aux yeux de la droite, « seul un examen attentif de cette question permettra d’établir la réalité de la présence de l’islamo-gauchisme dans le milieu universitaire ». Au moment où l’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi visant à conforter les principes républicains, « le fait que nous laissions prospérer dans nos universités des idéologies contraires à ces mêmes principes, serait un signal désastreux », soulignent par ailleurs les élus LR.

Les députés signataires du courrier adressé à Richard Ferrand

Damien Abad, député de l’Ain ; Emmanuelle Anthoine, députée de la Drôme 4e ; Julien Aubert, député de Vaucluse 5e ; Edith Audibert, députée du Var 3e ; Thibault Bazin, député de Meurthe-et-Moselle 4e ; Valérie Bazin-Malgras, députée de l’Aube 2e ; Valérie Beauvais, députée de la Marne 1re ; Philippe Benassaya, député des Yvelines 11e ; Anne-Laure Blin, députée du Maine-et-Loire 3e ; Sandra Boëlle, députée de Paris 14e ; Émilie Bonnivard, députée de Savoie 3e ; Jean-Yves Bony, député du Cantal 2e ; Ian Boucard, député du Territoire de Belfort 1re ; Jean-Claude Bouchet, député de Vaucluse 2e ; Bernard Bouley, député de l’Essonne 2e ; Marine Brenier, député des Alpes-Maritimes 5e ; Xavier Breton, député de l’Ain 1re, Bernard Brochand, député des Alpes-Maritimes 8e, Jacques Cattin, député du Haut-Rhin 2e ; Gérard Cherpion, député des Vosges 2e ; Dino Cinieri, député de la Loire 4e, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes 1re, Josiane Corneloup, députée de Saône-et-Loire 2e, Marie-Christine Dalloz, députée du Jura 2e ; Olivier Dassault, député de l’Oise 1re ; Bernard Deflesselles, député des Bouches-du-Rhône 9e ; Rémi Delatte, député de la Côte-d’Or 2e ; Fabien Di Filippo, député de l’Ain Moselle 4e ; Julien Dive, député de l’Aisne 2e ; Jean-Pierre Door, député du Loiret 4e ; Marianne Dubois, députée du Loiret 5e ; Virginie Duby-Muller, députée de Haute-Savoie 4e ; Pierre-Henri Dumont, député du Pas-de-Calais 7e ; Jean-Jacques Ferrara, député de Corse-du-Sud 1re ; Nicolas Forissier, député de l’Indre 2e ; Claude de Ganay, député du Loiret 3e ; Jean-Jacques Gaultier, député des Vosges 4e ; Annie Genevard, députée du Doubs 5e ; Philippe Gosselin, député de la Manche 1re ; Yves Hemedinger, député du Haut-Rhin 1re ; Michel Herbillon, député du Val-de-Marne 8e ; Patrick Hetzel, député du Bas-Rhin 7e ; Sébastien Huyghe, député du Nord 5e ; Christian Jacob, député de Seine-et-Marne 4e ; Mansour Kamardine, député de Mayotte 2e ; Brigitte Kuster, députée de Paris 4e ; Guillaume Larrivé, député de de l’Yonne 1re ; Marc Le Fur, député des Côtes-d’Armor 3e, Constance Le Grip, députée des Hauts-de-Seine 6e ; Geneviève Levy, députée du Var 1re ; David Lorion, député de la Réunion 4e ; Véronique Louwagie, députée de l’Orne 2e ; Emmanuel Maquet, député de la Somme 3e ; Olivier Marleix, député de l’Eure-et-Loir 2e ; Gérard Menuel, député de l’Aube 3e ; Frédérique Meunier, députée de Corrèze 2e ; Philippe Meyer, député du Bas-Rhin 6e ; Maxime Minot, député de l’Oise 7e ; Jérôme Nury, député de l’Orne 3e ; Jean-François Parigi, député de Seine-et-Marne 6e ; Eric Pauget, député des Alpes-Maritimes 7e ; Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher 2e ; Bernard Perrut, député du Rhône 9e ; Bérengère Poletti, députée des Ardennes 1re ; Nathalie Porte, députée du Calvados 3e ; Aurélien Pradié, député du Lot 1re ; Didier Quentin, député de Charente-Maritime 5e ; Alain Ramadier, député de Seine-Saint-Denis 10e ; Julien Ravier, député des Bouches-du-Rhône 1re ; Robin Reda, député de l’Essonne 7e ; Frédéric Reiss, député du Bas-Rhin 8e ; Jean-Luc Reitzer, député du Haut-Rhin 3e ; Bernard Reynès, député des Bouches-du-Rhône 15e ; Vincent Rolland, député de Savoie 2e ; Martial Saddier, député de Haute-Savoie 3e ; Antoine Savignat, député du Val-d’Oise 1re ; Raphaël Schellenberger, député du Haut-Rhin 4e ; Jean-Marie Sermier, député du Jura 3e ; Michèle Tabarot, députée des Alpes-Maritimes 9e ; Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône 6e ; Robert Therry, député du Pas-de-Calais 4e ; Jean-Louis Thiériot, député de Seine-et-Marne 3e ; Laurence Trastour-Isnart, députée des Alpes-Maritimes 6e ; Isabelle Valentin, députée de Haute-Loire 1re ; Pierre Vatin, député de l’Oise 5e ; Charles de la Verpillière, député de l’Ain ; Arnaud Viala, député de l’Aveyron 3e ; Michel Vialay, député des Yvelines 8e ; Jean-Pierre Vigier, député de Haute-Loire 2e ; Stéphane Viry, député des Vosges 1re ; Eric Woerth, député de l’Oise 4e ; Jean-Luc Bourgeaux, député d’Ille-et-Vilaine 7e ; Pierre Cordier, député des Ardennes 2e ; Jean-Carles Grelier, député de la Sarthe 5e ; Claire Guion-Firmin, députée de Saint-Barthélemy et Saint-Martin 1re ; Jean-Luc Poudroux, député de la Réunion 7e ; Nadia Ramassamy, députée de la Réunion 6e ; Nathalie Serre, députée du Rhône 8e

Origine du Covid : une enquête douteuse de l’OMS ?

Origine du Covid : une enquête douteuse de l’OMS ?

 

Sur Europe 1 samedi, François Godement, historien spécialiste de l’Asie à l’Institut Montaigne, critique l’enquête de l’OMS en Chine

INTERVIEW

Saura- t-on un jour d’où vient (vraiment) le Covid-19 ? Plus d’un an après le signalement des premiers cas de coronavirus en Chine, épicentre de la crise, le patron de l’Organisation mondiale de la Santé a affirmé que « toutes les hypothèses restent sur la table » pour déterminer l’origine de la pandémie. Le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus faisait cette déclaration lors d’une conférence de presse qui concluait une mission d’un mois sur place par des experts mandatés par l’OMS. Sauf que pour François Godement, spécialiste de l’Asie et invité de la matinale d’Europe 1 ce samedi, « la seule conclusion qu’on peut tirer de l’enquête de l’OMS, c’est qu’elle a été beaucoup trop courte. » 

Les experts de l’OMS ont semblé exclure l’hypothèse que le virus ait pu s’échapper de l’institut de virologie de la ville, comme l’administration Trump l’affirmait il y a quelques mois. Ils ont évoqué une hypothèse « hautement improbable ». « La réalité, c’est qu’on en sait rigoureusement rien », répond François Godement, spécialiste de de l’Asie à l’Institut Montaigne. « Ce n’est pas en trois heures qu’on débriefe tout le personnel d’un laboratoire ! », dénonce-t-il au micro d’Europe 1, indiquant qu’il faudrait savoir si l’OMS « a eu accès aux véritables archives » et si les témoins interrogés ont pu parler librement.

« Au fond, il faudrait recommencer », résume François Godement. Et vite, car, explique-t-il, « plus on s’éloigne du moment de la contamination, moins on est sûr de ce qu’on trouve. » « Toutes les analyses faites après coup risquent de donner ce qu’on appelle des faux-positifs », développe le spécialiste de l’Asie au micro d’Europe 1.

Surtout que la Chine joue la montre. « L’OMS a tenté d’envoyer une équipe d’enquête dès le mois de février 2020″, rappelle François Godement. Sauf que rien ne contraint la Chine de l’accueillir, souligne-t-il. « Il y a obligation pour les pays membres de l’Organisation mondiale de la Santé d’accepter une équipe d’enquête, mais il n’y aucune sanction s’ils disent non ! », continue François Godement. Pas plus tard qu’il y a un mois et demi, relève-t-il, « la Chine a retardé le processus parce qu’elle ne voulait pas de caméraman indépendant avec l’équipe ».

Mais obtiendra-t-on un jour des réponses ? « Selon moi, la seule chance qu’on ait aujourd’hui de connaître l’origine de la pandémie, c’est qu’apparaisse en Chine un lanceur d’alerte », répond François Godement. « En dehors de cette hypothèse, sans une très longue investigation locale pour comprendre quel animal a transmis la maladie, on ne saura jamais », conclut-il.

Enquête OMS en Chine : des déclarations prématurées !

Enquête OMS en Chine : des déclarations prématurées !

 

A priori, on peut se demander ce qui a pris les experts de l’OMS de déclarer d’emblée que la piste d’une fuite du virus d’un laboratoire chinois était peu vraisemblable alors qu’ils viennent à peine de commencer leur travail. Sans doute veulent-ils faire le dos rond face à des autorités chinoises très réticentes sur cette enquête qu’ils ont longtemps refusée. Par ailleurs on sait que l’OMS est depuis longtemps noyautée par les Chinois et les hauts responsables de l’OMS ne cessent de montrer des signes de bienveillance vis-à-vis des autorités chinoises. La Chine conteste d’ailleurs l’origine géographique du virus

. La mission sur les origines de la transmission du virus à l’homme, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, a donc eu du mal à se mettre en place, la Chine semblant très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l’épidémiologie mais aussi la zoologie.

« Il n’y a pas assez de preuves [...] pour déterminer si le Sars-Cov-2 s’est propagé à Wuhan avant décembre 2019″, a par ailleurs indiqué Liang Wannian, le chef de la délégation de scientifiques chinois, lors d’une conférence de presse.

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

 

Ce n’est sans doute pas par hasard si nombre de responsables demandent que soit révélées les conditions confidentielles des contrats des vaccins passés par l’union européenne avec les laboratoires. La question des prix et des conditions de livraison est en cause mais pas seulement.

Comme certains pays en développement, il se pourrait aussi que les laboratoires aient  exigé d’être exonérés de toute responsabilité en cas de conséquences graves résultant directement ou indirectement de la vaccination.  Une manière pour les laboratoires d’éviter des poursuites judiciaires qui se traduisent parfois en cas de condamnation par des les amendes de plusieurs milliards.

“Nous venons d’ouvrir une enquête sur le refus de la Commission de donner accès au public aux documents concernant l’achat de vaccins contre le COVID-19”, a déclaré une porte-parole de la médiatrice européenne.

La commission, qui codirige avec les représentants des États membres les discussions avec les fabricants de vaccins, a déclaré que la confidentialité était importante pour permettre à l’UE de conclure de meilleurs accords avec les entreprises. La commission n’a pas été immédiatement disponible pour commenter l’enquête.

L’Observatoire de l’Europe industrielle (CEO) avait demandé l’accès au contrat signé avec AstraZeneca, le premier scellé par l’UE, et aux documents liés aux négociations sur les vaccins. La Commission a refusé la première demande et n’a pas statué sur la seconde, a déclaré la médiatrice.

“Compte tenu de l’intérêt public important que suscite cette affaire, je demande à la commission d’émettre une décision confirmative sur les deux demandes d’accès dès que possible et au plus tard le 11 février 2021”, a écrit la médiatrice dans une lettre adressée à l’exécutif européen vendredi.

Tout citoyen de l’UE peut faire appel au bureau de la Médiatrice pour enquêter sur une institution de l’UE pour cause de mauvaise administration.Les demandes de divulgation de documents peuvent être rejetées par les institutions de l’UE si la publication de certaines informations est considérée comme contraire à l’intérêt public.

Début janvier, la Commission a divulgué une version expurgée de son contrat relatif au vaccin anti-COVID-19 avec la société allemande CureVac, suite aux pressions exercées par les eurodéputés.

Covid-19: des conflits d’intérêts qui méritent une enquête

Covid-19: des conflits d’intérêts qui méritent une enquête

C’est ce que pensent des  élus de droite Thibault Bazin, Valérie Boyer, Sébastien Meurant, Bérengère Poletti, Guy Teissier et Stéphane Viry, tous membres du courant souverainiste «Oser la France», se sont retrouvés autour d’une initiative de Julien Aubert visant à réclamer la transparence sur des liens éventuels entre ces professionnels de santé et l’industrie pharmaceutique.

Le député du Vaucluse regrette que les enquêtes parlementaires conduites à l’Assemblée et au Sénat sur la gestion de la crise sanitaire n’aient pas apporté de réponses précises à ces questions. «Les sujets ont été abordés mais, par exemple, Mme Buzyn m’a répondu qu’elle ne comprenait pas ma question et je suis resté sur ma faim. Mais avec les nouvelles révélations de l’IHU, il faut tirer les choses au clair, sans chercher à faire de polémique», estime-t-il. Pour justifier leur demande, les parlementaires s’appuient sur une conférence du 18 décembre dernier au sein de l’IHU marseillais, durant laquelle une synthèse d’environ quinze minutes a été présentée par le Professeur Chabrière sur les notions de «liens» et «conflits d’intérêts».

 

 

Les élus citent notamment le «laboratoire Gilead» en rappelant son implication dans la distribution d’un médicament, le Remdesivir. «Cette molécule, un temps préconisée par les autorités et dont l’Organisation Mondiale de la Santé a finalement déconseillé l’utilisation le 20 novembre dernier, faisait l’objet d’une promotion de la part de ces mêmes professionnels de santé», écrivent-ils.

 

 

Dans leur lettre à Olivier Véran, les élus réclament enfin des informations sur l’enquête de la revue «The Lancet». Cette publication scientifique de référence avait fait scandale en publiant de fausses données sur l’hydroxychloroquine et le ministre de la Santé avait annoncé sa volonté de demander des explications aux éditeurs.

Règlement de compte Trump: une enquête fiscale sur le fils de Joe Biden

Règlement de compte Trump: une enquête fiscale sur le fils de Joe Biden

 

Ce n’est sans doute que le début d’un vaste processus de règlement de comptes. En effet, à l’initiative de Trump  une enquête fiscale a été diligentée concernant le fils de au Biden. On sait évidemment que Trump lui-même, sa famille sont eux-mêmes soupçonnés de fraude fiscale.

Cette affaire pourrait bien revenir comme boomerang dans la figure de Trump par parenthèses n’a jamais voulu diffuser sa situation fiscale.

Le président sortant Donald Trump avait qualifié au cours de la campagne présidentielle la famille Biden d’«entreprise criminelle», pointant notamment les affaires de Hunter Biden en Ukraine et en Chine au moment où son père était vice-président de Barack Obama (2009-2017). Il accuse notamment Joe Biden d’avoir obtenu le limogeage d’un procureur ukrainien pour protéger de poursuites pour corruption contre une entreprise gazière, Burisma, dont son fils siégeait alors au conseil d’administration.

 

Cette «affaire ukrainienne» avait valu à Donald Trump une procédure historique en destitution après avoir été accusé par l’opposition démocrate d’avoir abusé de ses fonctions présidentielles en faisant pression sur l’Ukraine pour qu’elle enquête sur son rival politique et les activités commerciales de son fils.

 

 

 

Enquête judiciaire contre le ministre Alain Grizet

Enquête judiciaire contre le ministre Alain Grizet

Une enquête judiciaire par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a été ouverte à propos d’une fausse déclaration de patrimoine du ministre Alain Griset chargé des PME.

 

 

En fait ce sont deux  enquêtes ont été ouvertes par les parquets de Lille et de Paris, a indiqué le parquet de Paris. Dans un communiqué, le procureur de la République Rémy Heitz a indiqué que les opérations sur un plan d’épargne en actions (PEA) détenu par Alain Griset faisaient l’objet d’une enquête à Lille à la suite d’un signalement de la cellule anti-blanchiment Tracfin, et à Paris pour «omission de déclaration d’une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts». L’enquête parisienne a été ouverte mardi.

L’argent détenu par le ministre sur son PEA venait de la vente de parts d’une société civile immobilière (SCI) détenues par la Confédération nationale de l’artisanat et des services (CNAMS) Nord, qu’il a présidée de 1991 jusqu’à sa nomination au gouvernement, le 6 juillet 2020.

Outre le défaut de déclaration la question se pose de savoir quel est la légitimité de la présence sur le compte personnel PEA du ministre d’une somme appartenant à son syndicat ! Le ministre répond. «Il a toujours été clair que cette somme et les plus-values du placement appartenaient à la CNAMS et qu’elles seraient libérées pour l’acquisition d’un nouveau bien», explique dans les colonnes du Monde l’entourage du ministre, qui défend un «acte maladroit», sans «volonté d’enrichissement personnel».

«Alain Griset a dit à la Haute autorité qu’il avait l’accord de la CNAMS, pour qu’il puisse faire fructifier cette somme, mais alors on est dans la confusion des patrimoines, ce qui n’est pas conforme à la loi», a relevé auprès de l’AFP le président de la HATVP Didier Migaud. Autorité indépendante créée après le scandale Cahuzac, la Haute autorité contrôle notamment le patrimoine des parlementaires et des ministres, et peut saisir la justice si elle décèle une intention frauduleuse.

 

L’hommage troublé à Samuel Paty : enquête à Strasbourg

L’hommage troublé à Samuel Paty : enquête à Strasbourg

Selon des informations du quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace lors des échanges entourant la minute de silence en hommage à Samuel Paty, deux adolescents auraient tenu des propos laissant entendre qu’ils justifiaient l’assassinat du professeur, a confirmé le parquet.

Par ailleurs, deux autres incidents ont également été signalés à la justice, concernant cette fois des enfants de 8 et 9 ans, et scolarisés dans des écoles primaires. Une «évaluation sociale par les services du département» du Bas-Rhin a été ordonnée, a précisé le parquet de Strasbourg.

 

Enquête contre Google….en Chine

Enquête contre Google….en Chine

 

Suite à une  plainte du géant des télécommunications Huawei, le principal régulateur du marché chinois a demandé au Conseil d’État chinois d’ouvrir une enquête à propos de la position dominante de Google

Cette affaire s’inscrit dans le contexte des vives tensions commerciales entre Pékin et les Etats-Unis.

En pleine campagne pour sa réélection, le président américain Donald Trump s’est attaqué au cours des derniers mois à plusieurs fleurons chinois comme Huawei et ByteDance, propriétaire de TikTok, considérés comme une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

En 2018, l’Union européenne avait infligé à Google une amende de 4,3 milliards d’euros pour des pratiques anticoncurrentielles, y compris la préinstallation des applications Google sur les appareils Android.

Enquête judiciaire pour caractère raciste» du rappeur Freeze Corleone

Enquête judiciaire pour caractère raciste» du rappeur Freeze Corleone

Suite notamment à la protestation d’une cinquantaine de députés, une enquête judiciaire est instruite au motif de racisme contre le rappeur  Freeze Corleone . Ces députés ont demandé des sanctions après la diffusion d’un montage vidéo de plusieurs clips du rappeur jugé antisémite et faisant l’apologie du nazisme. Gérald Darmanin a quant à lui demandé aux grands réseaux sociaux de ne pas diffuser ces «immondices».

 «(Nous) sommes profondément choqués des propos absolument détestables antisémites et négationnistes tenus par Freeze Corleone dans un clip diffusé sur les réseaux sociaux. Ce dernier fait ouvertement l’apologie du nazisme et l’éloge du terroriste Mollah Omar», écrivent les députés parmi lesquels la députée des Yvelines, Aurore Bergé, l’ex-ministre de la Transition écologique, François de Rugy, ou la présidente de la commission des Lois, Yaël Braun-Pivet.

Dans des extraits diffusés sur les réseaux sociaux, le rappeur déclare entre autres: «J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 1930»«tous les jours RAF (rien à foutre, ndlr) de la Shoah» ou bien encore «comme des banquiers suisses, tout pour la famille pour que mes enfants vivent comme des rentiers juifs».

Beyrouth: le président libanais évoque un attentat mais refuse une enquête internationale

Beyrouth: le président libanais évoque un attentat mais refuse une enquête internationale

 

Une position complètement incompréhensible de la part du président libanais qui évoque l’hypothèse d’un missile venant forcément de l’étranger et qui refuse pourtant une enquête internationale. Un président complètement aux abois comme la plupart des responsables politiques locaux qui vraisemblablement essayent de sauver leur peau pour éviter d’être évincés soit par la rue, soit par la pression internationale. «Il est possible que cela ait été causé par la négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe», a déclaré le chef de l’État lors d’un entretien avec des journalistes retransmis à la télévision, trois jours après la catastrophe qui a fait plus de 150 morts. C’est la première fois qu’un responsable libanais évoque une piste extérieure dans l’affaire de l’explosion, les autorités affirmant jusqu’à présent qu’elle a été provoquée par un incendie dans un énorme dépôt de nitrate d’ammonium. Outre le nitrate d’ammonium, une substance explosive, le procureur militaire a évoqué la présence de «matériaux hautement inflammables et des mèches lentes» selon un communiqué.

Michel Aoun a également rejeté toute enquête internationale, pourtant évoquée par Emmanuel Macron la veille, estimant qu’elle ne ferait que «diluer la vérité».

Le président libanais a également jugé nécessaire de revoir un régime politique «paralysé», au lendemain d’une visite de son homologue français, Emmanuel Macron, qui avait appelé les responsables à «changer le système».

«Nous sommes confrontés à une révision de notre système basé sur le consensus car il est paralysé et ne permet pas de prendre des décisions qui peuvent être mises en œuvre rapidement: elles doivent être consensuelles et passer par plusieurs autorités», a estimé le président, conspué par une grande partie de l’opinion publique libanaise, encore plus après l’explosion effroyable au port de Beyrouth.

Véhicules Tesla : enquête de sécurité en Corée

Véhicules Tesla : enquête de sécurité en Corée

Le pilotage automatique qui a déjà fait une victime aux États-Unis fera l’objet d’une enquête de sécurité en Corée du Sud. Serait aussi en cause la qualité du système de freinage et de direction.  Une enquête motivée sans doute par certaines carences des véhicules Tesla aussi par la concurrence qu’il crée chez sud-coréen Hyundai sur le marché local des voitures électriques.

Un représentant du ministère des Transports a indiqué que les systèmes de freinage et de direction, dont la fonction de pilote automatique, étaient concernés par l’enquête.

Aucune précision supplémentaire n’a été donnée par le gouvernement.

La presse locale a toutefois rapporté que le Model 3 faisait l’objet d’une enquête et que celle-ci pourrait prendre de six mois à un an.

Tesla va coopérer à l’enquête, a déclaré un représentant de l’unité sud-coréenne du constructeur.

En septembre dernier, la Commission américaine de sécurité des transports a cité la conception de la fonction de pilotage automatique de Tesla comme cause probable d’un accident d’un véhicule Model S survenu en janvier 2018 sur une autoroute californienne.

Véran défend une enquête internationale sans doute pour contrer les enquêtes nationales

 

 

Sans doute pour contrer d’une part l’enquête judiciaire, d’autre part les enquêtes diligentées d’une part par le Sénat, d’autre part par l’Assemblée nationale, le ministre de la santé a concocté une enquête supplémentaire composée notamment d’experts internationaux . De quoi jeter encore un peu plus le trouble dans l’objectif et les méthodologies des recherches en cours concernant les responsabilités. De toute évidence ,le pouvoir essaye de noyer le poisson pour ne pas se trouver uniquement sous le feu des critiques des deux assemblées voir même de l’appareil judiciaire L’analyse envisagée par l’exécutif de sa gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus ne remet pas en cause la légitimité des enquêtes déjà lancées par les deux chambres du Parlement ou par la justice, a assuré mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Ce projet de l’exécutif, qui en est encore au stade de la réflexion, vise à “avoir un retour d’expérience sur sa gestion de la crise dans sa dimension sanitaire, conduit de façon indépendante, impartiale”, selon une source à l’Elysée.

“Ce que je comprends de la démarche du président de la République n’est pas du tout une remise en question ni du fonctionnement de la justice, ni du fonctionnement des commissions d’enquête, c’est plutôt une comparaison internationale”, a déclaré Olivier Véran mercredi à l’occasion d’une audition par la commission des Affaires sociales du Sénat.

Il s’agira principalement d’analyser les décisions prises dans d’autres pays et leur impact et de passer en revue l’action du gouvernement sans “regarder dans la lucarne a posteriori” mais “en considérant les données de la science au moment où les décisions ont été prises”.

Une source à l’Elysée a par ailleurs évoqué ce mercredi la possibilité d’inclure des personnalités indépendantes internationales dans le panel.

Ce projet a suscité les foudres de l’opposition parlementaire, le président Les Républicains du Sénat Gérard Larcher s’étant déclaré samedi dans un tweet “stupéfait” par cette initiative.

Le Sénat comme l’Assemblée nationale ont mis sur pied des commissions d’enquête sur ce sujet et le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire sur la gestion de l’épidémie en France.

Véran défend une enquête internationale sans doute pour contrer les enquêtes nationales

Véran  défend une enquête internationale sans doute pour contrer les enquêtes nationales

 

Sans doute pour contrer d’une part l’enquête judiciaire, d’autre part les enquêtes diligentées d’une part par le Sénat, d’autre part par l’Assemblée nationale, le ministre de la santé a concocté une enquête supplémentaire composée notamment d’experts internationaux . De quoi jeter encore un peu plus le trouble dans l’objectif et les méthodologies des recherches en cours concernant les responsabilités. De toute évidence ,le pouvoir essaye de noyer le poisson pour ne pas se trouver uniquement sous le feu des critiques des deux assemblées voir même de l’appareil judiciaire L’analyse envisagée par l’exécutif de sa gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus ne remet pas en cause la légitimité des enquêtes déjà lancées par les deux chambres du Parlement ou par la justice, a assuré mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Ce projet de l’exécutif, qui en est encore au stade de la réflexion, vise à “avoir un retour d’expérience sur sa gestion de la crise dans sa dimension sanitaire, conduit de façon indépendante, impartiale”, selon une source à l’Elysée.

“Ce que je comprends de la démarche du président de la République n’est pas du tout une remise en question ni du fonctionnement de la justice, ni du fonctionnement des commissions d’enquête, c’est plutôt une comparaison internationale”, a déclaré Olivier Véran mercredi à l’occasion d’une audition par la commission des Affaires sociales du Sénat.

Il s’agira principalement d’analyser les décisions prises dans d’autres pays et leur impact et de passer en revue l’action du gouvernement sans “regarder dans la lucarne a posteriori” mais “en considérant les données de la science au moment où les décisions ont été prises”.

Une source à l’Elysée a par ailleurs évoqué ce mercredi la possibilité d’inclure des personnalités indépendantes internationales dans le panel.

Ce projet a suscité les foudres de l’opposition parlementaire, le président Les Républicains du Sénat Gérard Larcher s’étant déclaré samedi dans un tweet “stupéfait” par cette initiative.

Le Sénat comme l’Assemblée nationale ont mis sur pied des commissions d’enquête sur ce sujet et le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire sur la gestion de l’épidémie en France.

Une enquête officielle du parquet sur la gestion du Covid-19 en France

Une enquête officielle du parquet sur la gestion du Covid-19 en France

Pour l’instant, il ne s’agit pas encore d’une enquête officielle mais d’une enquête préliminaire visant à vérifier si il y a eu ou non mise en danger de la vie d’autrui et non-assistance à personne en péril .Dans un communiqué, Rémy Heitz , procureur de la république de Paris précise qu’il a saisi lundi l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

“Cette enquête judiciaire aura pour objet d’établir les processus décisionnels mis en oeuvre à l’occasion de la crise sanitaire afin de mettre au jour les éventuelles infractions pénales susceptibles d’avoir été commises”, ajoute-t-il.

Le parquet de Paris précise avoir a été, à ce jour et depuis le 24 mars dernier, destinataire de 62 plaintes ou signalements liés à l’épidémie de coronavirus.

Ces plaintes, poursuit le communiqué, mettent en cause, pour la plupart, “différentes instances, structures ou départements ministériels ainsi que des responsables administratifs, décideurs publics”.

Notons cependant que si ces enquêtes peuvent éventuellement servir à formuler des recommandations pour l’avenir il ne faut guère espérer de mise en responsabilité débouchant sur des sanctions. . D’abord parce que l’administration se couvre toujours derrière la signature d’un ministre avant de prendre une décision ensuite parce qu’un ministre un exercice n’est passible que de la cour pénale spéciale réservée au gouvernement qui comprend neuf élus et seulement trois magistrats. Notons d’ailleurs que la cour jusqu’à leur n’a pris que des mesures symboliques. Faisant juste des gros yeux à Christine Lagarde pour avoir imprudemment accordé 450 milliards à Tapie. Dans cette affaire à peu près tout le monde a été innocenté même si théoriquement la justice existe toujours le remboursement, 25 ans après le début de l’affaire !

L’Europe pour une enquête indépendante sur l’origine du coronavirus

L’Europe pour une  enquête indépendante sur l’origine du coronavirus

D’une certaine manière, l’Europe rejoint les États-Unis pour souhaiter  une enquête afin de  déterminer l’origine et les responsabilités de la crise du Coronavirus. À la différence des États-Unis, l’Europe veut une enquête indépendante. Au-delà de l’origine du virus et de ses causes se pose en particulier la question de la transparence de l’information. Or il se trouve que dans de très nombreux pays  et en particulier en Chine,  on a minimisé les conséquences possibles du virus et parfois même contester son existence même. Ce retard a grandement facilité la propagation du Coronavirus. Même encore aujourd’hui les statistiques annoncées dans certains pays apparaissent assez surréalistes. Le chef de la diplomatie européenne juge donc nécessaire une enquête indépendante sur l’origine de la pandémie de nouveau coronavirus et invite la Chine à jouer un rôle à la mesure de son importance dans le monde dans la lutte contre cette crise sanitaire.

Le nouveau coronavirus est apparu en décembre à Wuhan, en Chine, et certaines voix se sont élevées dans les pays occidentaux, notamment aux Etats-Unis avec le président Donald Trump, pour critiquer l’attitude de Pékin dans la gestion de cette épidémie, qui a désormais fait près de 300.000 morts dans le monde.

La Chine affirme pour sa part qu’elle a été honnête et transparente.“Une enquête scientifique indépendante sur l’origine de cette pandémie est aussi nécessaire”, écrit Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires extérieures, dans une tribune à paraître vendredi dans le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

A ses yeux, la Chine doit assumer des responsabilités “à la mesure de son poids” dans la lutte contre la pandémie, la recherche d’un vaccin et la relance de l’économie mondiale, notamment dans l’effort international d’allègement de la dette des pays les plus pauvres.

D’une certaine manière, l’Europe rejoint les États-Unis pour souhaiter  une enquête afin de  déterminer l’origine et les responsabilités de la crise du Coronavirus. À la différence des États-Unis, l’Europe veut une enquête indépendante. Au-delà de l’origine du virus et de ses causes se pose en particulier la question de la transparence de l’information. Or il se trouve que dans de très nombreux pays  et en particulier en Chine,  on a minimisé les conséquences possibles du virus et parfois même contester son existence même. Ce retard a grandement facilité la propagation du Coronavirus. Même encore aujourd’hui les statistiques annoncées dans certains pays apparaissent assez surréalistes. Le chef de la diplomatie européenne juge donc nécessaire une enquête indépendante sur l’origine de la pandémie de nouveau coronavirus et invite la Chine à jouer un rôle à la mesure de son importance dans le monde dans la lutte contre cette crise sanitaire.

Le nouveau coronavirus est apparu en décembre à Wuhan, en Chine, et certaines voix se sont élevées dans les pays occidentaux, notamment aux Etats-Unis avec le président Donald Trump, pour critiquer l’attitude de Pékin dans la gestion de cette épidémie, qui a désormais fait près de 300.000 morts dans le monde.

La Chine affirme pour sa part qu’elle a été honnête et transparente.“Une enquête scientifique indépendante sur l’origine de cette pandémie est aussi nécessaire”, écrit Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires extérieures, dans une tribune à paraître vendredi dans le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

A ses yeux, la Chine doit assumer des responsabilités “à la mesure de son poids” dans la lutte contre la pandémie, la recherche d’un vaccin et la relance de l’économie mondiale, notamment dans l’effort international d’allègement de la dette des pays les plus pauvres.

Enquête sur le mal-être hospitalier: ce n’est pas le problème

Enquête sur le mal-être hospitalier: ce n’est pas le problème

 

Le nouveau ministre de la santé commence mal son mandat en proposant de lancer une enquête sur le mal-être hospitalier. Une manière de gagner du temps voire d’enterrer le problème car la question n’est pas d’identifier le mal être hospitalier mais de trouver les moyens d’une meilleure efficacité et d’une juste affectation des ressources. Bref ,c’est surtout la question des moyens qui est en cause. Le mal être des hôpitaux est relativement bien identifié y compris par le ministre lui-même qui donnait encore des consultations il y a quelques jours. De toute évidence, le nouveau ministre de la santé, en bon politicien, tente de repousser la question centrale avec une enquête bidon qui ne fera que confirmer ce que l’on sait déjà sur le manque criant d’effectifs dans certains services ; mais aussi sur le besoin de réorganisation générale d’hôpitaux qui ne sont pas réellement gérés avec les moyens adaptés. “Il faut réformer l’hôpital et il faut y associer ceux qui le font vivre au quotidien”, a déclaré l’ancien député de l’Isère lors de la passation de pouvoirs au ministère de la Santé, à Paris.

“Je lancerai dans les prochains jours une enquête nationale (…) pour consulter les hospitaliers – directeur, médecins, infirmiers, brancardiers – pour tenter de saisir en détail le sens de leur engagement auprès du public et les raisons du mal-être qu’ils disent ressentir depuis un certain nombre d’années désormais.”

Le départ du gouvernement d’Agnès Buzyn, qui a remplacé au pied levé Benjamin Griveaux comme candidate de la République en marche (LaRem) pour les municipales à Paris, a été accueilli avec colère et inquiétude dans les rangs du personnel hospitalier en France, qui redoute de nouveaux délais dans les négociations.

“Quand un nouveau ministre arrive, il y a toujours un temps où il va mettre en place ses équipes, étudier les dossiers, alors que la situation est là, il y a urgence à des décisions”, a souligné le porte-parole de l’association des médecins urgentistes de France (AMUF), Christophe Prudhomme.

Quant au choix d’Olivier Véran, “mettre comme ministre celui qui avait été à la manoeuvre pour faire voter la loi de finance, qui motive aujourd’hui le mouvement à l’hôpital, ça frise la provocation”, a-t-il ajouté sur franceTVinfo.

Née le 18 mars 2019 à l’hôpital parisien Saint-Antoine à la suite d’un acte de violence envers des soignants, la contestation sociale dans les hôpitaux s’est étendue depuis aux autre régions de France, contraignant l’exécutif à annoncer une série de mesures et de plans.

Dévoilé en novembre, le dernier “plan d’urgence” prévoit notamment la reprise de 10 milliards d’euros de dette des hôpitaux publics sur les comptes de l’Etat et une prime annuelle de 800 euros pour les infirmiers et aides-soignants de la région parisienne les moins bien rémunérés.

Ces annonces ne sont pas parvenues à éteindre la colère des syndicats qui demandent toujours une hausse des salaires et la création de postes supplémentaires.

Plusieurs milliers de personnes ont une nouvelle fois manifesté vendredi à Paris dans le cadre d’une journée d’action nationale pour défendre l’hôpital public. Un millier de chefs de service et de responsables hospitaliers ont par ailleurs démissionné de leur fonctions d’encadrement pour protester contre l’absence de réponse du gouvernement à leurs revendications.

Financement de la campagne de Macron: enquête classée, circulez , il n’y a rien à voir !

Financement de la campagne de Macron: enquête classée, circulez , il n’y a rien à voir !

 

 

 

On sait que la justice nationale est loin d’être exemplaire notamment concernant  toutes les affaires politico-financières dont certaines durent des années voir des dizaines d’années. On attend même souvent le décès des impliqués pour fermer le dossier ! Il y a plusieurs enquête concernant Macron, celle concernant les conditions générales de financement de sa campagne électorale mais qui semble s’enliser dans les sables judiciaires. À l’inverse on a réactivé les dossiers pour utilisation frauduleuse d’assistants parlementaires pour le MoDem ( du coup Bayrou se fait très discret!)).

Sont aussi visés le Front National et la France soumise. Il ne s’agit nullement d’un enrichissement personnel mais d’assistants auxquels on reproche de ne pas s’être consacrés  totalement aux tâches européennes comme si on pouvait distinguer dans le travail des collaborateurs de députés ce qui relève de la politique locale, de la politique nationale et de la politique européenne.

Bref, une sorte de procès en sorcellerie quand il y a matière à dénoncer et à juger de vraies affaires de détournement de fonds. Le parquet de Lyon a décidé de classer sans suite une affaire locale l’enquête ouverte sur le financement de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron à Lyon, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Cette enquête faisait suite à une plainte déposée le 15 juin 2018 pour “détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, délits électoraux, recel et blanchiment” par un conseiller municipal d’opposition, Stéphane Guilland, élu Les Républicains (LR).

“Aucun détournement de fonds publics n’a été caractérisé”, a considéré le parquet de Lyon.

Dans sa plainte, Stéphane Guilland dénonçait la mise à disposition d’un certain nombre de moyens humains, matériels et financiers de la mairie de Lyon, mais également de la Métropole de Lyon, au profit d’Emmanuel Macron, dont Gérard Collomb soutenait activement la candidature.

Enquête sur le commerce des données de Google

Enquête sur le commerce des données de Google

 

Un enquête européenne devrait éclairer sur le commerce des données recueillies par Google.une étude menée  par l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt décrit le système de recueil des informations de Google.

Google a des dizaines de produits et services qui évoluent en permanence. On accède souvent à ces produits grâce à un compte Google (ou on l’y associe), ce qui permet à Google de relier directement les détails des activités de l’utilisateur de ses produits et services à un profil utilisateur. En plus des données d’usage de ses produits, Google collecte également des identificateurs et des données de localisation liés aux appareils lorsqu’on accède aux services Google. 

Certaines applications de Google (p.ex. YouTube, Search, Gmail et Maps) occupent une place centrale dans les tâches de base qu’une multitude d’utilisateurs effectuent quotidiennement sur leurs appareils fixes ou mobiles.

Portée mondiale des principales applications Google

Produits

 Utilisateurs actifs

Search

 Plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois, 90.6 % de part de marché des moteurs de recherche 

Youtube

 Plus de 1,8 milliard d’utilisateurs inscrits et actifs par mois

Maps

 Plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois

Gmail

 1,2 milliard d’utilisateurs enregistrés

Google Search est le moteur de recherche sur internet le plus populaire au monde  avec plus de 11 milliards de requêtes par mois aux États-Unis . En plus de renvoyer un classement de pages web en réponse aux requêtes globales des utilisateurs, Google exploite d’autres outils basés sur la recherche, tels que Google Finance, Flights (vols), News (actualités), Scholar (recherche universitaire), Patents (brevets), Books (livres), Images, Videos et Hotels. Google utilise ses applications de recherche afin de collecter des données liées aux recherches, à l’historique de navigation ainsi qu’aux activités d’achats et de clics sur publicités. Par exemple, Google Finance collecte des informations sur le type d’actions que les utilisateurs peuvent suivre, tandis que Google Flight piste leurs réservations et recherches de voyage.

Dès lors que Search est utilisé, Google collecte les données de localisation par différents biais, sur ordinateur ou sur mobile, comme décrit dans les sections précédentes. Google enregistre toute l’activité de recherche d’un utilisateur ou utilisatrice et la relie à son compte Google si cette personne est connectée. L’illustration 13 montre un exemple d’informations collectées par Google sur une recherche utilisateur par mot-clé et la navigation associée.

Non seulement c’est le moteur de recherche par défaut sur Chrome et les appareils Google, mais Google Search est aussi l’option par défaut sur d’autres navigateurs internet et applications grâce à des arrangements de distribution. Ainsi, Google est récemment devenu le moteur de recherche par défaut sur le navigateur internet Mozilla Firefox  dans des régions clés (dont les USA et le Canada), une position occupée auparavant par Yahoo. De même, Apple est passé de Microsoft Bing à Google pour les résultats de recherche via Siri sur les appareils iOS et Mac . Google a des accords similaires en place avec des OEM (fabricants d’équipement informatique ou électronique) , ce qui lui permet d’atteindre les consommateurs mobiles.

Les autorités européennes de concurrence enquêtent donc sur les pratiques de Google en matière de collecte de données, a déclaré la Commission européenne à Reuters samedi, laissant entendre que le moteur de recherche le plus populaire au monde reste en ligne de mire en dépit d’amendes records ces dernières années. Les autorités de régulation des deux côtés de l’Atlantique s’intéressent à la façon dont les géants de la tech récoltent des données et les monétisent.

Scandale Alstom : enfin une enquête judiciaire

Scandale Alstom : enfin une enquête judiciaire

 

La vente du pôle énergie d’Alstom à GE constitue un véritable scandale économique, technologique et social. Un scandale économique car la branche énergie a été soldée notamment pour éviter des poursuites judiciaires aux États-Unis au PDG Patrick Kron. Macron est largement mouillé car en tant que secrétaire général de l’Élysée, il a commandé (en douce)  une étude à un cabinet américain pour étudier la vente demandée par ailleurs par le principal actionnaire : Bouygues. Ensuite, on a autorisé par-dessus la tête du ministre de l’industrie de l’époque, Arnaud Montebourg, le processus de vente à GE. La France et la direction d’Alstom se sont pliés aux menaces américaines (menace de sanctions financières pour corruption et menace d’emprisonnement du patron d’Alstom). Kron,  avec l’appui de Macron,  a vendu à la sauvette la branche électrique d’Alstom  avec en plus une prime et une retraite  chapeau. Une vente qui constituait aussi et surtout une atteinte aux enjeux que représentaient les turbines aussi bien du point de vue militaire que du point de vue civil ;( les turbines des centrales nucléaires , désormais dans les mains des Américains). Évidemment GE  n’a pas du tout tenu ses promesses d’emploi ; bien au contraire. Progressivement il liquide les anciens effectifs d’Alstom en dépit des promesses d’embauche.  Notons que celui qui a été nommé patron de la branche énergie qui appartient aujourd’hui à GE est un proche de Macron, aussi que GE  comme Bouygues fait partie des généreux donateurs qui ont financé la campagne de Macron Le parquet de Paris, saisi par le député Olivier Marleix (LR) pour enquêter sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à l’américain General Electric en 2014, a transmis la procédure au parquet national financier, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Confirmant une information du Monde, le PNF a indiqué à l’AFP s’être saisi de l’affaire, sans donner plus de détails.  Dans une lettre adressée en janvier au procureur de la République de Paris, l’ex-président de la commission d’enquête à l’Assemblée sur la politique industrielle de la France, Olivier Marleix, s’interrogeait sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à GE en 2014 et sur le rôle joué par Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie. Il s’étonnait que les autorités judiciaires françaises n’aient «jamais ouvert d’enquête» sur Alstom alors que l’entreprise avait notamment versé une amende à la justice américaine en 2014 pour des faits de corruption.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol