Archive pour le Tag 'Niger'

Sahel – Niger : danger croissant

Sahel – Niger : danger croissant

Mathieu Pellerin, analyste Sahel chez Crisis Group, souligne le danger croissant Niger et au Sahel sur France Info alors qu’une attaque a eu lieu dimanche autour de Kouré, au sud-est de la capitale nigérienne Niamey, faisant huit morts, dont des Français et deux Nigériens – le chauffeur du véhicule pris d’assaut et le président de l’association des guides touristiques de la réserve de girafes de Kouré.

 

Cette attaque a eu lieu dans une zone déconseillée, une zone orange. C’est la première fois qu’une attaque a lieu à cet endroit, que doit-on en déduire ?

On doit en déduire qu’il y a une expansion territoriale des groupes jihadistes, a priori, c’est plutôt vers les groupes djihadistes que la responsabilité se tourne. Il y a une expansion, qui vient à la fois de la partie ouest de Niamey, c’est-à-dire la frontière Mali-Niger, mais aussi au niveau de la frontière Burkina-Niger, avec des groupes qui se développent depuis 2019 jusqu’à la frontière du Nigeria, en passant par la zone de Kouré, mais plus au sud. Il y a une stratégie d’encerclement progressif de Niamey de la part de ces groupes.

La zone de Kouré n’avait jamais été, de près ou de loin, visée par une attaque. Toutefois, en janvier 2020, il y a eu des tirs de roquettes à proximité de Niamey, et un petit peu au nord de Kouré. Donc ce n’est pas non plus complètement nouveau.

La mobilité de ces groupes fait qu’on ne peut plus aujourd’hui exclure que des attaques surviennent dans des espaces qui sont considérés comme des zones déconseillées, dites zones oranges. La menace est extrêmement étendue et généralisée.

Le gouvernement nigérien peut-il être déstabilisé par ce genre d’attaques ?

Je ne pense pas, car il y a déjà eu des attaques extrêmement lourdes, qui ont essentiellement ciblé les forces armées du Niger, mais fin 2019 ça a été extrêmement éprouvant pour les autorités nigériennes. Plusieurs centaines de soldats nigériens ont été tués. Depuis 2010, il y a déjà eu des enlèvements de Français sur le territoire nigérien. Récemment, il y en a eu un. Ce qui est certain, c’est que ça va alerter de plus en plus la communauté internationale, ça va remobiliser une partie des effectifs des forces armées nigériennes sur le versant sud-est de Niamey. Ca va rendre la lutte contre ces groupes encore plus compliquée.

Le risque djihadiste ne faiblit pas malgré les efforts du G5 Sahel, le territoire est-il trop étendu pour pouvoir tout contrôler ?

Oui, tout à fait, et ça correspond à la stratégie de ces groupes, qui ont bien compris qu’il fallait étirer la ligne de front le plus loin possible, justement pour déstabiliser le dispositif du G5 Sahel. La zone concernée par cette terrible attaque n’est pas du tout une zone couverte par le G5 Sahel. C’est un vrai défi de s’adapter de manière continuelle à une menace qui ne cesse d’évoluer.

Ce qu’il faut bien regarder, et ça va sans doute être l’actualité de la prochaine année, c’est le risque que les différents fronts djihadistes se connectent. Il y a déjà des connexions établies, entre ceux qui sont établis au Lac Tchad et ceux qui sont établis au Sahel, et dont la zone dont on parle est un peu un point de jonction naturel. La zone qui va du nord-Bénin jusqu’au nord de la région de Tahoua, c’est une zone naturelle de rencontre entre les différents groupes qui évoluent entre le lac Tchad et le Sahara. Ca va rendre la lutte encore plus compliquée, d’autant plus que le G5 n’a aucune visibilité sur ce qui se passe au Nigeria.

Les Islamistes de Boko Haram : « Des amateurs »(Le président du Niger)

Les Islamistes de  Boko Haram : « Des amateurs »( président du Niger)

Dans une  interview au JDD  Mahamadou Issoufou, président du Niger, qui a fait  nettement reculer Boko Haram au Nord du Nigeria estime que les moyens de la communauté internationale ne sont pas suffisants . Il estime que l’éradication totale des islamiste est possible dans la régions car ces deniers sont des « amateurs ».

Quel bilan tirez-vous de l’opération que vous avez lancée contre Boko Haram?
Boko Haram a été très fortement affaibli. Le 6 février, quand il a attaqué le Niger, nous lui avons infligé une défaite historique. Depuis le 8 mars, les armées tchadienne et nigérienne mènent des opérations à l’intérieur du Nigeria. Tous leurs objectifs ont été atteints en moins d’un mois.

Comment expliquez-vous cette rapidité?
Les forces de Boko Haram ont été surestimées. Et ce parce que l’organisation avait multiplié les conquêtes face à l’armée nigériane. Mais lors des premiers contacts avec nos forces, on s’est vite rendu compte qu’ils étaient des amateurs. Certes, ils ont leur foi, cette foi aveugle, mais cela n’a pas été suffisant. Le mythe de l’invincibilité de Boko Haram est tombé.

Bénéficiez-vous d’aide de pays occidentaux dans cette guerre?
Nous collaborons avec des pays amis, en particulier la France, dans le domaine du renseignement. Mais nous voudrions le vote d’une résolution à l’ONU pour que la communauté internationale nous apporte aussi un soutien matériel et financier. Nous ne sommes pas des pays riches et cette guerre nous coûte très cher. Tellement cher, que je suis contraint d’y affecter des ressources que je pourrais orienter vers l’éducation, la santé…

 

Les troupes nigérianes n’ont toujours pas réinvesti les villes que vous avez libérées. Comment comprendre cette lenteur?
Nous regrettons ces difficultés de coordination. Il y a beaucoup d’opérations que l’on devait mettre en place ensemble et cela ne s’est pas fait. Mais les choses devraient changer. Je connais M. Buhari, le nouveau président, et cela peut favoriser notre collaboration. C’est un homme d’État intègre.

Avez-vous déjà planifié ensemble de futures opérations militaires?
Nous les avons déjà en tête. Notre objectif est clair : nous voulons éradiquer Boko Haram, le chasser de tout le bassin du lac Tchad.

Pour cela, l’option du tout-militaire n’est sans doute pas suffisante…

Je suis de ceux qui pensent que la solution face au terrorisme passe par le développement économique et social. Il existe un plan de développement pour le bassin du lac Tchad, adopté en 2012. Nous attendons que nos amis bailleurs de fonds soutiennent ce plan. Il y a urgence : si l’on ne fait rien, le lac va disparaître. Ce serait une catastrophe écologique avec des conséquences incalculables.

En janvier, après la publication des caricatures du prophète par Charlie Hebdo, de violentes émeutes ont éclaté au Niger. Est-ce le signe d’une radicalisation de la société?

Il n’y a pas de radicalisation. À l’origine de ces émeutes, il y a surtout une manipulation politique. Le 17 février, nous avons organisé une autre manifestation, contre Boko Haram et pour soutenir nos troupes. Ce jour-là, tout le peuple nigérien s’est prononcé contre le terrorisme. On parle souvent de plusieurs islams, l’un modéré, un autre radical. Mais, en réalité, il n’y en a qu’un, celui de la tolérance et de la paix, et c’est celui que nous pratiquons.

Regrettez-vous d’avoir dit « Je suis Charlie », compte tenu de ces caricatures?
Je ne regrette pas de m’être engagé dans la lutte contre le terrorisme. Je continuerai à me battre contre celui qui tue, égorge, ou viole les femmes au nom de ma religion.

Mais que pensez-vous des caricatures?
Je les condamne. La liberté d’opinion a des limites et il ne faut pas choquer ou frustrer l’autre.

«Le problème est que l’on ne nous écoute pas. En 2011, j’avais mis en garde contre la somalisation de la Libye en cas d’intervention internationale. »

Plusieurs opposants et journalistes ont été arrêtés dernièrement… Assiste-t-on à un raidissement du pouvoir à l’approche de l’élection de 2016?
Quand les gens violent les règles, on applique la loi, c’est tout. Est-ce un raidissement que de les punir? C’est curieux cette façon de regarder l’Afrique. Lorsque l’on arrête un opposant qui viole la loi, on est taxé de dictature… Pour reprendre de Gaulle, ce n’est pas à mon âge que je vais entamer une carrière de dictateur.

Êtes-vous toujours favorable à une intervention en Libye?
Elle est inévitable. Je ne vois pas comment l’on peut expulser l’État islamique ou les djihadistes du Sud libyen sans intervention. Mais il faut la préparer : il faut d’abord réconcilier les Libyens, réunifier l’État. Alors les forces internationales auront un allié pour chasser les terroristes. Le problème est que l’on ne nous écoute pas. En 2011, j’avais mis en garde contre la somalisation de la Libye en cas d’intervention internationale. On ne m’a pas écouté, on a foncé, on a débarqué Kadhafi, il n’y a pas eu de service après-vente… Et maintenant qu’est-ce que l’on a? Le chaos.

 

Manifestation de la faim au Niger

Manifestation de la faim au Niger

L Niger l’un des pays les plus autres au monde connait sa première révolte de la faim. Des dizaines de milliers d’opposants au président Mahamadou Issoufou ont manifesté samedi à Niamey pour dénoncer les conditions de vie au Niger, l’un des pays les plus pauvres au monde. Il s’agit de la plus importante manifestation au Niger depuis les rassemblements de 2009-2010 contre le président de l’époque, Mamadou Tandja, qui souhaitait effectuer un troisième mandat jusqu’à son renversement par l’armée en février 2010. La police a estimé le nombre de participants samedi à 20.000 tandis que les organisateurs ont fait état de 30.000 manifestants. Cette manifestation est la première démonstration de force de l’Alliance pour la République, la Démocratie et la Réconciliation (ARDR), une coalition de 15 partis d’opposition formée en octobre. « Mahamadou Issoufou avait promis la fin de l’insécurité alimentaire mais la population continue d’être décimée par la faim et la soif », a déclaré Amadou Hama, président de l’Assemblée nationale dont le Mouvement démocratique nigérien (Moden) a rompu avec la coalition au pouvoir cette année. Le Niger, pays de 17 millions d’habitants, est le quatrième producteur mondial d’uranium. Il est engagé dans des négociations avec Areva sur une nouvelle convention encadrant l’extraction d’uranium.

Lagarde, FMI-Pas de compassion pour les grecs mais pour les enfants du Niger ! Ça leur fait une belle jambe

Lagarde, FMI-Pas de compassion pour les grecs mais pour les enfants du Niger ! Ça leur fait une belle jambe

 

Curieuse et même ridicule cette comparaison de Lagarde entre la Grèce et le Niger. La directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a estimé, dans un entretien publié aujourd’hui, que les Grecs devraient « commencer par s’entraider collectivement » en payant leurs impôts, se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d’Afrique. « Je pense que les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement », en « payant tous leurs impôts », a-t-elle expliqué dans cette interview publiée par le quotidien britannique the Guardian, en référence aux problèmes d’évasion fiscale que connaît le pays. Comme on lui demandait si elle songeait aux difficultés quotidiennes rencontrées par les Grecs, elle a répondu: « En ce qui concerne les Grecs, je pense aussi à tous ces gens qui essaient tout le temps d’échapper aux taxes ». Elle a souligné qu’elle avait « autant » à l’esprit ceux qui, en Grèce, étaient privés de services publics que ceux qui ne payaient pas leurs impôts. « Je pense plus à ces jeunes enfants dans un petit village du Niger qui vont deux heures par jour à l’école, partageant une chaise pour trois, et qui rêvent d’avoir une bonne éducation. Je pense à eux tout le temps. Car j’estime qu’ils ont encore plus besoin d’aide que les gens à Athènes », a poursuivi la patronne du FMI, réaffirmant que le Fonds n’avait pas l’intention d’adoucir les termes du plan de rigueur imposé à la Grèce. On se demande bien ce que cette évocation des problèmes du Niger vient faire dans la question grecque. Quelle hypocrisie en plus quand on sait que le FMI et la banque mondiale étranglent  les pays d’Afrique pour les mettre aux normes occidentales et surtout laisse la corruption se perpétuer pour ne pas bouleverser la donne géopolitique. (À titre d’exemple la fortune des dirigeants africains est égale à l’endettement de l’Afrique).




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol