Archive pour le Tag 'ministres'

Politique : Un Gouvernement de ministres millionnaires

Politique : Un Gouvernement de ministres millionnaires

D’après le journal « l’Humanité », le gouvernement compte au moins 17 millionnaires sur 34 membres. Notons notons qu’en plus la plupart sont parisiens. On ne s’étonnera pas que nos représentants nationaux éprouvent quelques difficultés à comprendre les dégâts de l’inflation surtout dans les couches les moins favorisées. Notons que le journal l’Humanité se fonde sur des chiffres officiels mais que la plupart des responsables politiques fortunés ont pris la précaution de solliciter les vertus de l’optimisation fiscale. En clair de dissimuler une partie de leur fortune. Notons que Macron lui-même ne fait pas dans la clairvoyance dans ce domaine puisque sa fortune accumulée comme banquier a disparu comme par enchantement ; L’intéressé refuse d’ailleurs formellement de s’expliquer à ce sujet.

Les données officielles et stabilisées ne seront pas connues avant plusieurs longs mois, le temps que les responsables politiques fassent leur déclaration d’intérêts et de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique (HATVP). Et que celle-ci, dans la foulée, procède à leur examen avant de demander, si nécessaire, des précisions ou des modifications.

Mais, rien qu’à partir des éléments archivés et exhumés par l’Humanité – après la désignation à une fonction ministérielle ou élective au Parlement, les documents précédents sont, en effet, retirés du site de la HATVP –, il est déjà possible de décompter 17 millionnaires, soit un ministre sur deux.

Politique– Moins de ministres mais une armée de secrétaires d’Etat le 30 janvier

Politique– Moins de ministres mais une armée de secrétaires d’Etat le 30 janvier

C’est le 30 janvier jour de la déclaration générale du Premier ministre qu’on connaîtra les noms de l’armée de secrétaires d’État. Très provisoirement, le président de la république a limité sa liste de ministres à 14. Du coup, il a dû étendre le champ du portefeuille de beaucoup. Justement des champs d’intervention beaucoup trop larges pour être gouvernés de manière sérieuse comme par exemple l’éducation nationale, la santé, le travail sans parler du logement en pleine crise et complètement oublié.

Et pour bien faire comprendre aux Français sa volonté de resserrement ministériel, Macron a a réuni ses ministres la première fois dans un tout petit salon où les ministres étaient serrés comme des sardines.

Mais il est clair que dans les jours qui viennent on va nommer une armée de secrétaires d’État pour réellement mieux se partager les responsabilités et suivre les nombreux dossiers chauds en cours. Les secrétaires d’État seront au moins aussi nombreux et même davantage que les ministres. Peu importe, le symbole du resserrement aura été affiché pendant quelques jours !

L’opinion publique évidemment ne peut pas être dupe de ce petit jeu de construction politique.

Pourtant l’Élysée insiste lourdement auprès des gogos qui n’auraient pas compris le geste historique du resserrement:
« L’endroit est beaucoup plus exigu, et la table présente des dimensions bien moins grandes que celle autour de laquelle les ministres se retrouvent habituellement. Il s’agit d’une première en salon vert qui est rendue possible par la composition historiquement resserrée de ce gouvernement », communique la présidence de la République.

De quoi se demander si véritablement Macron n’est pas complètement hors sol. Peu de Français auront en effet observé cette révolution du « salon vert ».

École : ministres et enfants de ministre choisissent le privé

École : ministres et enfants de ministre choisissent le privé


À peine nommée la nouvelle ministre de l’éducation nationale est prise elle aussi la main dans le sac des contradictions concernant l’éducation de ses enfants. Comme la plupart des ministres aujourd’hui et hier, elle a en effet convenu qu’elle avait choisi des établissements catholiques privés en raison des défaillances de l’enseignement public. Une manière aussi de critiquer ce qui a été fait par le gouvernement depuis 2017.

Cette information ne constitue pas un scoop on sait d’abord que les ministres eux-mêmes ont souvent évité l’enseignement public ( c’est le cas pour le Premier ministre en particulier mais aussi pour Darmanin, Pour Le Maire ou pour Macron lui-même) considérant les graves défaillances du système d’enseignement public. Des défaillances d’ailleurs confirmées par la dégringolade de la France dans les classements internationaux.

Moins de ministres mais une armée de secrétaires d’Etat

Moins de ministres mais une armée de secrétaires d’Etat

Très provisoirement, le président de la république a limité sa liste de ministres à 14. Du coup, il a dû étendre le champ du portefeuille de beaucoup. Justement des champs d’intervention beaucoup trop larges pour être gouvernés de manière sérieuse comme par exemple l’éducation nationale, la santé, le travail sans parler du logement en pleine crise et complètement oublié.

Et pour bien faire comprendre aux Français sa volonté de resserrement ministériel, Macron a a réuni ses ministres la première fois dans un tout petit salon où les ministres étaient serrés comme des sardines.

Mais il est clair que dans les jours qui viennent on va nommer une armée de secrétaires d’État pour réellement mieux se partager les responsabilités et suivre les nombreux dossiers chauds en cours. Les secrétaires d’État seront au moins aussi nombreux et même davantage que les ministres. Peu importe, le symbole du resserrement aura été affiché pendant quelques jours !

L’opinion publique évidemment ne peut pas être dupe de ce petit jeu de construction politique.

Pourtant l’Élysée insiste lourdement auprès des gogos qui n’auraient pas compris le geste historique du resserrement:
« L’endroit est beaucoup plus exigu, et la table présente des dimensions bien moins grandes que celle autour de laquelle les ministres se retrouvent habituellement. Il s’agit d’une première en salon vert qui est rendue possible par la composition historiquement resserrée de ce gouvernement », communique la présidence de la République.

De quoi se demander si véritablement Macron n’est pas complètement hors sol. Peu de Français auront en effet observé cette révolution du « salon vert ».

Moins de ministres mais davantage de secrétaires d’État

Moins de ministres mais davantage de secrétaires d’État

Très provisoirement, le président de la république a limité sa liste de ministres à 14. Du coup, il a dû étendre le champ du portefeuille de beaucoup. Justement des champs d’intervention beaucoup trop larges pour être gouvernés de manière sérieuse comme par exemple l’éducation nationale, la santé, le travail sans parler du logement en pleine crise et complètement oublié.

Et pour bien faire comprendre aux Français sa volonté de resserrement ministériel, Macron a a réuni ses ministres la première fois dans un tout petit salon où les ministres étaient serrés comme des sardines.
Mais il est clair que dans les jours qui viennent on va nommer une armée de secrétaires d’État pour réellement mieux se partager les responsabilités et suivre les nombreux dossiers chauds en cours. Les secrétaires d’État seront au moins aussi nombreux et même davantage que les ministres. Peu importe, le symbole du resserrement aura été affiché pendant quelques jours !

L’opinion publique évidemment ne peut pas être dupe de ce petit jeu de construction politique.

Pourtant l’Élysée insiste lourdement auprès des gogos qui n’auraient pas compris le geste historique du resserrement:
« L’endroit est beaucoup plus exigu, et la table présente des dimensions bien moins grandes que celle autour de laquelle les ministres se retrouvent habituellement. Il s’agit d’une première en salon vert qui est rendue possible par la composition historiquement resserrée de ce gouvernement », communique la présidence de la République.

De quoi se demander si véritablement Macron n’est pas complètement hors sol. Peu de Français auront en effet observé cette révolution du « salon vert ».

École : les enfants des ministres dans le privé

École : les enfants des ministres dans le privé

À peine nommée la nouvelle ministre de l’éducation nationale est prise elle aussi la main dans le sac des contradictions concernant l’éducation de ses enfants. Comme la plupart des ministres aujourd’hui et hier, elle a en effet convenu qu’elle avait choisi des établissements catholiques privés en raison des défaillances de l’enseignement public. Une manière aussi de critiquer ce qui a été fait par le gouvernement depuis 2017.

Cette information ne constitue pas un scoop on sait d’abord que les ministres eux-mêmes ont souvent évité l’enseignement public ( c’est le cas pour le Premier ministre en particulier) considérant les graves défaillances du système d’enseignement public. Des défaillances d’ailleurs confirmées par la dégringolade de la France dans les classements internationaux.

Sciences: Des ministres ignorants ?

Sciences: Des ministres ignorants ?

« Il faut encourager les ministres à agir dans le respect de l’état des savoirs scientifiques » ou dit de manière claire, les ministres sont trop ignorants de l’état d’avancée de la science. Alors qu’Emmanuel Macron doit annoncer, jeudi 7 décembre, la création d’un conseil scientifique auprès de la présidence, le Collège des sociétés savantes académiques de France estime, dans une tribune au « Monde », que la première mission d’un conseiller scientifique du gouvernement devrait être d’établir une relation de confiance.

La simultanéité des crises économiques, sociales, environnementales et sanitaires qui frappent le monde interpelle et force à la réflexion. Pas seulement sur notre impréparation, notre amnésie ou la lenteur de nos réponses collectives. Certainement pas en montrant du doigt les pilotes aux manettes pendant les périodes les plus compliquées.

Car ces crises se sont construites sur des décennies, malgré les alertes. Elles nous obligent à repenser les déterminants de l’action publique pour que le long terme cesse d’être sacrifié sur l’autel du court terme. Comprendre la succession des vagues de SARS-CoV-2, établir le rôle de l’humanité dans les dérèglements climatiques et l’effondrement de la biodiversité ou documenter le creusement des inégalités sociales, voilà quelques sujets sur lesquels les sciences humaines, sociales, expérimentales ou technologiques établissent des constats objectifs et donnent des outils pour l’avenir. Si la sphère scientifique n’a pas vocation à se substituer à la sphère politique, elle peut néanmoins fournir une lanterne lorsque la société avance à tâtons.

Encore faut-il pour cela que ces deux sphères, traditionnellement plus éloignées que les sphères politique et économique, se rencontrent. Les gouvernements de certains pays se sont ainsi dotés d’un « conseiller scientifique en chef », un ou une scientifique de haut niveau dont la mission à plein temps est d’établir une proximité quotidienne entre les milieux académique et politique, et de créer entre eux une relation de confiance exigeante.

Cette personnalité s’appuie sur la communauté académique pour définir un champ des actions possibles compatibles avec l’état des connaissances scientifiques et en expliquer la pertinence aux responsables politiques et au public. Pour garantir l’indépendance de sa parole, elle n’est pas intégrée à l’exécutif et ne prend pas part aux décisions, qui reviennent aux responsables politiques.

Borne humiliée par Macron au conseil des Ministres

Borne humiliée par Macron au conseil des Ministres


Un nouveau recadrage très condescendant de la part de Macron vis-à-vis de laPpremière ministre. Le problème n’est pas tellement dans les reproches qu’il fait à Élisabeth Borne mais dans le lieu et la manière toujours aussi méprisante de Macron. Pour faire simple, disons qu’il prend un plaisir encore une fois à jouer au maître d’école. De quoi affaiblir encore un peu plus une Première ministre qui ne jouit déjà pas d’une grande autorité. Ce recadrage constitue en tout cas une preuve de la grande fébrilité actuelle du président de la république et de sa majorité. Alors que la première ministre avait qualifié dimanche le parti nationaliste d’«héritier de Pétain», le président de la République a exhorté ce mardi à ne pas le combattre par «des arguments moraux».

Par la gauche d’abord, dont la lutte contre la droite nationaliste et le FN (ex-RN) reste un ciment politique puissant, et qui avait approuvé la pique initiale de la première ministre, dimanche. Les propos d’Emmanuel Macron ayant été rendus publics, elle a vu rouge. Et a brocardé cette ligne divergente au sommet de l’État. «Comment le président ose recadrer Élisabeth Borne, fille de rescapé des camps, parce qu’elle a rappelé la filiation idéologique de l’extrême droite», a vitupéré le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur Twitter. «Si il y a décivilisation, c’est celle du président», a grincé le député de Seine-et-Marne, qui fait ici référence aux paroles lâchées par le chef de l’État…lors du précédent Conseil des ministres. Lesquelles avaient déjà hérissé la gauche, y voyant une mansuétude envers les thèses nationalistes.

«Si Monsieur Macron recadre Madame Borne, il aurait pu le faire le jour où Madame Borne a dit publiquement qu’elle considérerait que LFI, la Nupes, l’opposition républicaine, était plus dangereux que le RN, là franchement ça aurait été bien de la recadrer, mais je ne l’ai pas entendu le faire», a par ailleurs tancé le coordinateur de la France Insoumise Manuel Bompard. «Pour le reste, je combats le RN, je le combats par tous les moyens.» Quant à sa collègue écologiste Sandrine Rousseau, elle a vanté l’époque des «années 90». «En 1998, les partis expulsaient de leurs rangs, les présidents de région, qui donnaient des vice-présidences au RN contre accord électoral. En 2022, votre groupe Renaissance votait pour que le RN ait des vice-présidences à l’Assemblée Nationale», a protesté l’élue EELV de Paris en s’adressant aux députés macronistes.

«À mon avis, ça sent un peu la fin (d’une) relation, la fin (d’un) couple. Je pense que c’est une dame sur le départ, elle a un peu craqué», a-t-elle également ironisé. «Je suis ravi de voir qu’Emmanuel Macron a enfin compris qu’il fallait parler des vraies idées (…) Que tout le monde se mette au travail pour les Français et qu’on mette fin aux task forces anti-RN qui, au lieu de travailler pour les Français, travaillent pour la politique», a indiqué, pour sa part, le député RN de l’Eure Kévin Mauvieux, à France Info.

Une liste pour dénoncer les fauteurs d’inflation…… et une autre liste pour les ministres inutiles ?

Une liste pour dénoncer les fauteurs d’inflation…… et une autre liste pour les ministres inutiles ?

Ce mercredi, Olivia Grégoire, Ministre qui ne sert pas à grand-chose en matière de consommation, a menacé sur RTL de citer publiquement les grandes marques qui refuseraient de rouvrir dans les prochaines semaines les négociations commerciales pour faire baisser les prix en rayons.

D’abord juridiquement, il n’est pas certain que la ministre puisse procéder à une telle dénonciation dans la mesure où le contenu des négociations relèvent du droit privé. Ensuite politiquement, c’est complètement inefficace. Inefficace comme la ministre elle-même qui ne sert strictement à rien et qui ferait mieux de faire des études approfondies sur les facteurs explicatifs des augmentations de prix.

« Il ne faut pas en arriver là », a réagi auprès de BFM Business Jean-Philippe André, président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania).

« Ces sociétés ne le méritent pas. On est responsable. Chaque société est libre de faire ce qu’elle veut. Mais Olivia Grégoire est dans son rôle. On peut le comprendre », a ajouté Jean-Philippe André. Mais « je ne suis pas certain que faire du ‘name and shame’ amène quoi que ce soit et améliore le débat public ».

Selon lui, il est « normal » que les membres du gouvernement « mettent la pression » sur les industriels en cette période d’inflation. Mais « il faut garder son calme », poursuit-il, assurant que les marques allaient rouvrir les négociations « au cas par cas » mais que cela ne peut pas se faire « du jour au lendemain ».

Bras d’honneur de Dupont Moretti: des ministres indignes de leur fonctio

Bras d’honneur de Dupont Moretti: des ministres indignes de leur fonction

Il est clair que dans cette période tendu, les nerfs sont à vif aussi bien côté majorité que côté opposition. Reste que la fonction de hauts responsables implique au minimum une maîtrise.

Or ces derniers temps, on assiste à une série d’injures, de provocations, de propos mensongers ( l’affaire du minimum de pension à1200 euros ) quitransforme le débat démocratique en foire d’empoigne.

On imagine le scandale provoqué si ce bras d’honneur du ministre de la justice avait été effectué dans une assemblée locale. Mais cette fois il s’agit de la plus haute assemblée du pays qui démontre à l’évidence que certains au gouvernement n’ont vraiment pas le profil pour exercer les plus hautes fonctions du pays.

Les provocations, les mensonges ne sont pas le seule faite des ministres mais y compris du président de la république dans par exemple il faut se rappeler qu’il indiquait un pauvre chômeur que pour trouver du travail il suffisait de traverser la rue! La pire des insultes pour un pauvre garçon déjà affecté par la perte traumatisante de son travail.

Éric Dupond-Moretti, s’est encore emporté, adressant deux bras d’honneur au président du groupe LR Olivier Marleix.

Initialement à la tribune pour déterminer la position de son groupe sur le texte macroniste, le patron des députés de droite venait d’évoquer la situation judiciaire du garde des Sceaux. «Votre majorité aurait gagné à s’offrir une séance d’introspection sur le thème de “celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre”. (…) Je vous rafraîchis la mémoire», avait-il lancé. Avant de rappeler la «mise en examen pour prise illégale d’intérêts» du locataire de la Chancellerie. Ce que n’a pas supporté l’intéressé, y voyant en substance un «bras d’honneur fait à la présomption d’innocence» – joignant le geste à la parole pour appuyer son propos. Emmenés par le député LR Patrick Hetzel, les élus des Républicains ont alors réclamé et obtenu plusieurs suspensions de séance, regrettant «quelque chose d’assez inqualifiable.» Le tout, sur fond de protestations et de huées dans leurs rangs, ainsi que sur les bancs de la gauche.

Un député centriste souffle : «C’était vraiment pas le geste qu’il fallait faire à l’examen de ce texte…»

Défaite Russie: la faute aux ministres d’après Poutine

Défaite Russie: la faute aux ministres d’après Poutine

 

Devant la faillite de l’armée russe Poutine met en scène la responsabilité de ses ministres en les traitant d’imbéciles !

«Vous avez tout de prêt mais pas de contrats. Je vous le dis : mettons un terme à cette réunion, pourquoi nous prenons-nous la tête ?», se demande-t-il, dans des propos traduits par BFMTV. «Je sais qu’il n’y a pas de contrats pour les entreprises et les directeurs me l’ont dit. Pourquoi jouez-vous l’imbécile ?» a-t-il ajouté. Et de conclure : «Quand aurons-nous les contrats ? Les chefs d’entreprise me disent qu’il n’y a pas de contrat et vous me dites que tout est prêt».

 

Quoi qu’il en soit, cette séquence a immédiatement déchaîné les passions sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux. Certains ont vu dans la colère du président russe de la «nervosité» vis-à-vis de la situation militaire en Ukraine, et même une perte de contrôle. Mais Vladimir Poutine est un habitué de ce genre de scène, et l’a prouvé à de multiples reprises.

C’est aussi une manière de sse défausser de toute responsabilité devant sa propre opinion.

 

Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus.

Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus.

D’une manière générale on pourrait considérer que le gouvernement joue les utilités car le président de la république est présent sur tous les terrains. Pour résumer il s’occupe de tout et le gouvernement fait le reste.

Dans ces conditions, pas étonnant que la plupart des ministres soit inconnue de l’opinion. Un sondage de « l’Obs » montre que la plupart des ministres du gouvernement ne sont pas connus ou très peu.
À peu près la moitié des Français n’ont jamais entendu parler des ministres et 27 % seulement savent quel poste occupnt chacun des 23 ministres testés dans le sondage. Ce gouvernement ne comptant réalité que cinq ministres vedettes parfaitement identifiés par les Français, Lemaire, Dupont Moretti, Darmanin, Véran et Attal connu par 80 % des Français en matière de popularité Lemaire domine avec 56 % .
La plupart des autres jouent les utilités et leur objectif est surtout de ne pas déplaire au président monarque. Même le ministre de l’éducation nationale suscite l’ignorance et l’indifférence. Même chose pour le ministre de la santé ou des armées.

Bref un ministère taillé sur mesure pour que Macon occupe en permanence le devant de la scène et annonce avant tout le monde les orientations. Dernier sujet à la mode après la réunion fondamentale du conseil national de la Refondation : la distribution de préservatifs pour les jeunes.! Pas inutile sans doute mais peut-être pas à la hauteur d’un président de la république.

Gouvernement Borne: record du nombre de ministres

Gouvernement Borne: record du nombre de ministres

Retour en France à un gouvernement pléthorique pour des raisons essentiellement d’équilibrage politique entre tendances Macron de droite, de gauche et centristes.

Actuellement, ce gouvernement comporte plus de 40 ministres.( Notons que le gouvernement de Jean Castex comportait 42 ministres, cependant le gouvernement d’Élisabeth Borne est encore plus dépensier) C’est sans doute trois fois plus qu’il n’en faut. La plupart d’ailleurs, complètement inconnus, n’ont qu’ un portefeuille très illusoire , pas de budget et pas d’administration. Bref, ils ne servent pratiquement à rien sinon qu’à satisfaire des équilibres politiques et des ambitions politiques.

En France, le millefeuille politique comprend au sommet l’Élysée qui se compose de plus de 700 personnes dont plus de 50 conseillers.Ensuite, se trouve l’état major du premier ministre avec une cinquantaine aussi de conseillers.

En dessous c’est l’étage des ministères avec en moyenne une dizaine de conseillers plus ou moins officiels.

Enfin il y a l’administration centrale avec des centaines de directeurs et directeurs adjoints. Sans parler de l’administration décentralisée et des préfets. Bref la France ne manque pas d’effectifs pour gérer le pays

Actuellement le gouvernement Borne de 41 ministres et 565 conseillers, il va coûter au contribuable 174 millions d’euros par an, soit une hausse de 4,3% par rapport au gouvernement Castex, selon les calculs de l’ancien député René Dosière.

Le coût du gouvernement d’Elisabeth Borne est en hausse de 4,3% par rapport à celui de Jean Castex, selon les calculs de l’ancien député René Dosière. Celui qui est désormais président de l’Observatoire de l’éthique publique a passé au crible les données fournies par le fameux « jaune budgétaire », l’annexe du projet de loi de finances pour 2023, dédiée aux effectifs et aux rémunérations des cabinets ministériels. « Avec un coût global de 174 millions d’euros, le gouvernement d’Elisabeth Borne se révèle le plus cher des 43 gouvernements de la Vème République », pointe Dosière.

La tendance à la hausse est nette. Elle fait suite à la forte augmentation (+26%) déjà enregistrée lors du passage de témoin entre Edouard Philippe et Jean Castex. Loin des promesses de campagne de 2017 sur une équipe resserrée, le nombre de ministres et secrétaires d’Etat était alors passé de 34 à 42 et celui des conseillers ministériels de 324 à 559.

Cour des Comptes : le placard pour replacer les ministres incompétents ?

Cour des Comptes : le placard pour replacer les ministres incompétents ?

 

La Cour des Comptes jouit d’une bonne image de marque en général compte tenu de la pertinence de ses travaux. Le problème c’est que en fonction des desiderata du gouvernement on peut y nommer à peu près n’importe qui. Pour preuve la nomination de l’ancienne ministre de la santé. On voit mal ce que l’ancienne médecin pourrait apporter à la Cour des Comptes. Il aurait été sans doute été plus opportun de nommer l’intéressée dans une fonction médicale et encore pas de très haut niveau compte tenu des piètres résultats pendant son passage comme ministre. Sur proposition d’Élisabeth Borne, l’ancienne ministre de la Santé deviendra donc  «conseillère maître en service extraordinaire» dès le 1er septembre.

D’un poste prestigieux à un autre. Depuis son départ précipité du gouvernement en février 2020, pour briguer la mairie de Paris malgré l’apparition du Covid-19, Agnès Buzyn enchaîne les nominations. Propulsée directrice académique de l’OMS début 2021, l’ancienne ministre de la Santé s’apprête à étrenner de nouveaux habits dès la rentrée prochaine.

Le 1er janvier dernier, l’ancienne ministre de la Santé figurait également parmi la promotion annuelle de la Légion d’honneur, dont elle a été élevée au grade de chevalier. Bref de véritables primes à l’incompétence. À ce jour, l’intéressée reste En effet mise en examen par la Cour de justice de la République pour «mise en danger de la vie d’autrui» dans le cadre d’une enquête sur la gestion de la crise sanitaire.Elle ne risque pas grand-chose compte tenu de la composition de la cour de justice de la république. Il faut se souvenir que Christine Lagarde qui a indûment attribué 400 millions à tapie n’a fait l’objet que d’une remontrance de la cour pour « négligence ». Une négligence qui ne l’a pas empêché de devenir patronne du FMI est maintenant de la BCE !!!

 

Ecologie: deux ministres spécialisées mais complètement incompétentes !

Ecologie:  deux ministres spécialisées mais  complètement incompétentes !

 

Les médias pourtant particulièrement tolérants sur le gouvernement fantoche d’Élisabeth Borne ont quant même observé que les deux ministres spécialisés chargés de l’écologie n’y connaissaient c’est strictement rien. Pire qu’elles n’avaient jamais manifesté le moindre intérêt cette problématique.

Enarques libérales, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher étaient respectivement chargées de la Fonction publique et de l’Industrie au sein du gouvernement de Jean Castex. « Elles sont plutôt dans le moule de ce qu’on a vu des gouvernements précédents, loin d’être à la hauteur sur les enjeux climatiques », a commenté Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace, sur franceinfo.

« Ce sont deux ministres qui n’ont pas une grande expérience de la transition écologique », ajoute Anne Bringault, coordinatrice des programmes au sein du Réseau Action Climat. Comme le rappellent Le Monde et Libération, Amélie de Montchalin, diplômée de HEC et de Harvard, a travaillé au sein de BNP Paribas et d’Axa, avant de devenir députée de l’Essonne en 2017. L’élue a ensuite été nommée secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, puis ministre en charge de la Transformation et de la Fonction publiques en juillet 2020.

« On ne voit pas son expérience sur la transition écologique alors que ce sujet est présenté comme une priorité par Emmanuel Macron. »

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol