Archive pour le Tag 'professeur'

Sciences Po Grenoble: la directrice enfonce un professeur accusé d’islamophobie

Sciences Po Grenoble: la directrice enfonce un professeur accusé d’islamophobie

 

 

L’ambiance est pour le moins délétère à Sciences-po Grenoble après les accusations publiques de deux professeurs pour Islamophobie. L’enquête n’est même pas encore terminée que la directrice enfonce un  des professeurs jugeant ses propos très critiques. Une manière aussi de donner raison aux gauchistes notamment de l’UNEF.

«Je pense qu’il y a un ton qui est extrêmement problématique dans ses propos, avec des idées qui sont développées parfois un peu rapidement, et donc un rappel à l’ordre et une incitation au dialogue ont été entreprises», par la direction, a expliqué Mme Saurugger. La directrice de Sciences-po Grenoble.

Le problème c’est que l’inspection générale diligentée à cet effet n’interprète pas de  cette manière.

«La directrice commente des choses, moi je ne me fie pas à ces commentaires, ni qui que se soit, je me fie à l’Inspection générale», a commenté dans la foulée sur BFMTV Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, en référence à la mission d’inspection diligentée par son ministère. Sur le fond de l’affaire elle a dit regretter l’attitude du syndicat étudiant dont elle estime que le rôle est «d’être dans la médiation, pas de jeter les gens en pâture sur les réseaux sociaux».

Le virus peut circuler pendant des années (le professeur Yves Lévy)

Le virus peut  circuler pendant des années (le professeur Yves Lévy)

 

 

Pour Yves Lévy, professeur d’immunologie clinique : « Le virus pourrait circuler pendant des années » : interview dans le JDD

Ancien PDG de l’Inserm, le médecin Yves Lévy, directeur de l’Institut de recherche vaccinale (VRI) au CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), est un spécialiste du système immunitaire. Depuis un an, il est engagé dans la course au vaccin contre le Covid-19. Comme d’autres immunologistes à travers le monde, il redoute que le virus s’installe durablement.

 

L’apparition des variants anglais, sud-africain ou brésilien est-elle surprenante?
Au contraire, les mutations, aléatoires sont des phénomènes courants. Un virus, c’est une photocopieuse qui se multiplie des milliards de fois dans l’organisme. Ce faisant, il fait des erreurs. Soit elles lui sont défavorables et le virus variant décline. Soit elles lui sont favorables, et sa contagiosité – et/ou sa dangerosité – augmente. La finalité d’un virus est simplement de survivre ; de survivre au mieux. C’est un mécanisme darwinien implacable : les mutants les plus efficaces finissent par prendre le dessus. Le Sars-CoV-2 qui nous a frappés en mars était déjà une souche plus contagieuse que celle détectée en Chine.

Mais pourquoi autant de mutants plus contagieux surgissent-ils aujourd’hui?
Plus le virus circule au cours d’une épidémie, plus le nombre de personnes touchées augmente, plus le risque de mutations s’accroît. Notre organisme essaie de contrôler le virus en développant une réponse immunitaire. De son côté, le virus tente de lui échapper. En se diffusant très largement et très rapidement sur la planète, le Sars-CoV-2 fait face à des millions d’anticorps, ces petits missiles qui tentent de l’empêcher d’entrer dans l’organisme. S’il réussit à forcer cette première défense, il doit encore affronter une deuxième ligne de cellules tueuses dirigées contre les cellules infectées. C’est dans cet environnement hostile pour lui, et à cause de ces interactions multiples entre lui et nous, qu’une pression de sélection s’exerce. Pour forcer la serrure et réussir à franchir ces obstacles, le Sars-CoV-2 a le plus souvent muté, jusqu’à présent, au niveau de la protéine Spike, c’est-à-dire pile à l’endroit qui lui permet de pénétrer dans nos cellules. Si, par exemple, les variants identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud ont des mutations en commun, c’est parce que la réponse immunitaire commune à tous les individus est dirigée contre cette région du virus. Il y a là un paradoxe : le système immunitaire, qui nous défend, permet au virus de s’échapper. Cet échappement, c’est sa survie. Le but d’un vaccin, c’est d’induire une réponse précoce, plus forte et plus durable pour contrer ce phénomène.

Autant de mutations, est-ce inédit?
C’est au contraire très banal et ça rappelle à tous ceux qui ont combattu le sida dans les années 1980 et 1990 la confusion et le désespoir qui régnaient alors. Lorsque les premiers antirétroviraux sont arrivés, des médicaments incapables de bloquer complètement la réplication du virus, des mutants sont apparus chez les patients. Parfois, en huit jours seulement! La recherche de nouveaux médicaments visait à contrer ces mutants : il a fallu mettre au point des bithérapies puis des trithérapies, aujourd’hui heureusement efficaces.

Les variants rendent-ils les vaccins inefficaces?
L’urgence absolue est de vacciner les plus fragiles avec les vaccins dont on dispose pour les protéger contre la maladie. Comme les anticorps induits par ces produits sont dirigés contre différentes régions du virus, on peut penser qu’ils vont rester en partie efficaces. Un article vient de montrer que les anticorps induits par le vaccin de Pfizer-BioNTech pourraient neutraliser, en laboratoire, le mutant anglais. Ça pourrait être moins vrai avec le variant sud-africain. Cependant, cela pose la question à long terme de la nécessité d’adapter les vaccins aux mutations déjà apparues ou à venir. Il faut donc nous préparer à l’éventualité de devoir revacciner de façon régulière. Et donc, sans doute, à mettre au point de nouveaux vaccins, comme nous le faisons chaque année pour la grippe. Au VRI, nous travaillons sur des vaccins de deuxième génération qui incluent déjà les mutations des variants actuels afin d’induire, en même temps, des anticorps et des cellules tueuses, la deuxième ligne de défense de l’organisme. On espère un effet protecteur sur le long terme.

Il est urgent d’ouvrir des lignes de production et de développer de nouveaux vaccins pour revacciner si besoin et contrer les variants

Dans La Provence, le virologue Jean-Michel Claverie dit qu’une vaccination lente et non massive peut favoriser l’émergence de variants. Ça vous inquiète?
L’effet démontré des vaccins utilisés actuellement est de prévenir les formes graves de l’infection. Nous n’avons pas encore la preuve scientifique qu’ils diminuent la transmission du virus, même si c’est probable. Aujourd’hui, le principal problème que rencontrent les Etats est celui de la production mondiale, insuffisante pour couvrir 7 milliards d’individus. Certains se plaignent des lenteurs de la vaccination dans notre pays ; cela a demandé des efforts logistiques qu’il faut saluer. On pourrait rappeler que le vaccin est un bien public mondial et qu’en Afrique moins de 6.000 habitants ont été vaccinés. Or le virus n’a pas de frontières et continuera de circuler partout. Il est urgent d’ouvrir des lignes de production et de développer de nouveaux vaccins pour revacciner si besoin et contrer les variants.

Si le vaccin n’est pas durablement efficace, comment l’immunité de groupe pourra-t-elle être atteinte?
La notion d’ »immunité de groupe », qui s’installerait naturellement après que le virus a touché un grand nombre d’individus et qui empêcherait sa circulation, est illusoire. C’est ce qu’on observe aujourd’hui à Manaus au Brésil, où les personnes se réinfectent alors que 60% de la population avait été préalablement infectée. L’immunité de groupe n’a été décrite qu’après des campagnes de vaccination massives. Et il faut souvent des décennies pour y parvenir avec des vaccins très efficaces induisant une immunité à long terme. Faute de recul, nous ne savons pas encore, pour le Sars-CoV-2, quelle est la durée d’efficacité des vaccins.

Le Sars-CoV-2 est-il un virus saisonnier comme la grippe?
Une année vient de s’écouler et on ne l’a pas vu s’affaiblir, sauf lors des confinements. En Afrique du Sud, il circule malgré l’hiver austral ; il était aussi très présent en Israël au mois d’août… On ne retrouve pas les variations saisonnières de la grippe.

Comment bloquer l’arrivée du clone anglais?
Les leçons de Darwin suggèrent que c’est mission impossible. La diffusion massive du virus a favorisé l’apparition de variants plus contagieux, qui vont devenir majoritaires. On ne gagnera pas la course de vitesse contre eux mais on peut freiner leur progression en essayant de circonscrire les clusters, en testant, traçant et en isolant. Le confinement reste l’arme la plus efficace. On ne vient pas à bout d’un incendie en le laissant flamber! Pour espérer casser ce cycle infernal, utilisons toutes les autres armes à notre disposition : port du masque, gestes barrière et bien sûr vaccination. S’il n’est pas certain qu’elle puisse casser l’épidémie, elle va protéger les plus fragiles et lever la pression sur le système de santé.

Comme l’arme nucléaire, le vaccin est aussi un enjeu de souveraineté

Un séquençage plus massif pourrait-il nous aider à lutter contre les variants?
On dit que la France est sous-dotée dans ce domaine. C’est faux : notre parc de séquenceurs est suffisant même s’il reste à organiser un réseau de veille et une centralisation des données. Mais séquencer à tout-va ne sert à rien. Détecter toutes les personnes avec un variant n’aurait d’intérêt que si cela changeait la prise en charge médicale. Or nous n’avons rien d’autre à proposer que l’isolement des cas. L’important, c’est de faire des sondages pour pouvoir modéliser la progression de l’épidémie. Et surtout de repérer les clusters et d’isoler soigneusement les gens atteints.

Quand retrouvera-t-on une vie normale?
Les décideurs doivent envisager tous les scénarios, des plus optimistes aux plus pessimistes en espérant que ces derniers ne se réalisent pas. Je me méfie de la pensée magique selon laquelle le virus va se fatiguer à l’été et le vaccin forcément bloquer la transmission de l’épidémie, même si on l’espère tous. Cependant, il faut aussi se préparer à l’hypothèse d’un scénario plus pessimiste selon lequel le virus circulerait encore pendant plusieurs années. Si tel était le cas, nous devrions apprendre à coexister avec lui ; et d’ores et déjà s’adapter au moyen de nouvelles armes. J’espère vraiment me tromper mais il faut y réfléchir, comme un pays se dote d’un bouclier nucléaire en souhaitant qu’il ne serve jamais. Et comme l’arme nucléaire, le vaccin est aussi un enjeu de souveraineté.

Règlement de compte chez les mandarins avec l’exclusion du professeur Christian Perronne

Règlement de compte chez les mandarins avec l’exclusion du professeur Christian Perronne

 

 

On constate de nombreux règlements de comptes entre les mandarins, ceux qui sont proches du gouvernement et des laboratoires et ceux qui contestent la politique sanitaire. Le professeur Christian Péronne  vient d’être victime comme le professeur Raoult de la vindicte de ses confrères. Curieuse régulation dans ce monde scientifique où on se hisse parfois au plus haut niveau grâce aux coups de menton et aux relations politiques et économiques.

Un spectacle assez lamentable en vérité où certains scientifiques pris dans le piège des médias sont capables d’affirmer tout et son contraire. Derrière il y a aussi la main vindicative de Martin Hirsch patron l’APHP,  champion du slalom des amitiés politiques« Depuis plusieurs mois, dans un contexte de crise sanitaire, le Pr Christian Perronne a tenu des propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce », écrit l’AP-HP. La sanction vient s’ajouter aux multiples plaintes déposées à son encontre auprès du Conseil national de l’ordre des médecins, qui doit rendre sa décision dans les prochaines semaines.

Masques, hydroxychloroquine, vaccins : l’infectiologue, fervent soutien de Didier Raoult, est de toutes les polémiques. Sur les radios et plateaux télévisés, il n’hésite pas à critiquer depuis le printemps la gestion de l’épidémie par les autorités sanitaires. Chez les mandarins, on ne critique pas les gourous, on les admire. Bref le retour aux médecins de Molière.

L’odieuse mise en accusation du professeur Didier Raoult par le très réactionnaire ordre des médecins

L’odieuse mise en accusation du professeur Didier Raoult  par le très réactionnaire ordre des médecins

 

Le professeur Didier Raoult fait évidemment l’objet d’odieuses poursuites de la part de certains confrères locaux mais aussi de tout un milieu parisien qui ne tolèrent  pas l’impact médiatique et scientifique de l’intéressé. En plus une attaque de mandarins en plein conflit d’intérêt avec les laboratoires pharmaceutiques qu’ils conseillent contre rémunération ; ce qu’avait précisément dénoncé le professeur Didier Raoult à propos de certains participants du conseil scientifique. Le pire c’est qu’on va traduire le professeur Didier Raoult devant le très réactionnaire ordre des médecins.

On rêve évidemment d’être une petite souris quand le professeur paraîtra devant la commission de discipline ad hoc pour s’expliquer sur les aspects scientifiques de son traitement thérapeutique. En effet, la plupart des participants de l’ordre des médecins ne sont plus praticiens depuis longtemps, ils ont au moins 20 ou 30 ans de retard sur la science médicale et en plus se caractérisent  par des positionnements très réactionnaires sur à peu près tous les sujets. Ne parlons pas du caractère vichyste de l’ordre. Un  ordre très corporatiste même critiqué par la Cour des Comptes. Un rappel de wikipédia:

L’Ordre a fait et fait toujours face à un certain nombre de critiques, portant notamment sur le fonctionnement de ses instances disciplinaires tout autant que sur les diverses prises de position que le Conseil a été amené à prendre ou qu’il s’est abstenu de prendre. Ces débats, suscités par des individus, médecins ou non, relayés éventuellement par des groupes constitués, ont même parfois pu atteindre une dimension politique nationale comme en 1981 où la suppression de l’Ordre était la 85e des 110 propositions de l’engagement du candidat Mitterrand à la Présidence de la République, qui qualifiait l’institution ordinale comme « une offense pour la démocratie ».

Le code de déontologie faisant interdiction aux médecins d’attenter à l’honneur de la profession médicale, la critique de l’Ordre par les médecins eux-mêmes est un exercice délicat.

De façon récurrente, les circonstances historiques ayant présidé à la création de l’Ordre dans sa première forme, ont été mobilisées de part et d’autre dans ces débats. Ainsi l’Ordre fut longtemps – et est parfois encore – vilipendé pour n’être qu’une création du régime autoritaire et rétrograde de Vichy, ce à quoi il a longtemps simplement objecté que, recréé en 1945 sur des bases nouvelles, il ne pouvait aucunement être tenu responsable des errements précédents34. Cette dernière objection n’a de valeur que formelle, car, outre une étonnante stabilité du personnel médical dans ses instances avant et après 1945, l’Ordre, probablement fort occupé à la reconstruction d’un système de santé délabré, n’a pendant longtemps pas concouru à la manifestation de la vérité, participant ainsi passivement à l’omerta sur l’exclusion des médecins juifs sous l’Occupation35. C’est peut-être particulièrement vrai pour la section dentaire de l’Ordre36.

En septembre, Le Figaro avait révélé l’existence de cette plainte contre le populaire médecin, dans laquelle les signataires estimaient que le scientifique avait enfreint neuf articles du code de déontologie médicale. Selon Le Parisien, la société savante reprocherait notamment au professeur Raoult d’avoir délivré son traitement basé sur l’hydroxychloroquine sans donnée scientifique «clairement établie à ce sujet, et en infraction avec les recommandations des autorités de santé», évoquant la prescription par le professeur de «thérapeutiques et associations médicamenteuses non éprouvées, au minimum inefficaces, au pire dangereuses».

Les plaignants reprochent à Didier Raoult d’avoir utilisé la le recours à l’euro vaccinent également à Didier Raoult ses prises de position «très tranchées», qui auraient nui «au message de prévention et de santé publique». Parmi les accusations, une «violation de la confraternité», la diffusion d’informations «erronées» au public, exposé «à un risque injustifié». Toujours selon Le Parisien , le dossier accuse le professeur de «charlatanisme». La plainte a été transmise par le Conseil départemental de l’ordre dans les Bouches-du-Rhône à la section disciplinaire régionale de PACA. Celle-ci dispose de six mois pour statuer.

Joint par Le Figaro, Me Di Vizio, avocat de Didier Raoult, se déclare serein devant une plainte lancée «par une frange radicale de la profession, qui s’acharne sur lui». «Tout cela a dépassé le champ du rationnel. Nous allons nous battre en droit, pour expliquer le comportement du professeur depuis le début de la crise», projette l’avocat, pour qui «le respect des règles du code de déontologie par Didier Raoult est évidemment total».

Le spécialiste de droit médical défend l’activisme et la résolution de son client. «Didier Raoult a obtenu des résultats extraordinaires. Il s’est démené, sur son traitement mais aussi sur les tests, au moment où d’autres médecins entretenaient la psychose, ne recevaient pas les patients… Ce qu’ils ne supportent pas, c’est son attitude calme dans ce moment difficile», souligne Fabrice Di Vizio, qui se dit par ailleurs «stupéfait, en tant qu’avocat de médecin, de voir la frilosité, la nervosité de certains. Didier Raoult subit des menaces de mort, des injures tous les jours de la part de médecins. J’en reçois également. C’est le fait de minoritaires, mais pourquoi l’Ordre n’agit-il pas contre ces gens?», s’interroge-t-il.

Concernant les critiques sur l’attitude médiatique du célèbre professeur (qui font partie des motifs de la plainte), l’avocat contre-attaque : «Faisons le compte des plateaux télé qui ont accueilli scientifiques et médecins violemment opposés à Raoult!». L’action traduirait-elle alors une forme de jalousie professionnelle? «Nous sommes en France», ironise l’avocat : «Je vois depuis de nombreuses années des médecins brillants s’expatrier, disant combien la situation est insupportable en France, avec ces poursuites pour tout et n’importe quoi», en lieu et place de débats scientifiques constructifs.

Le landerneau médical français connaît de profondes divisions sur la question du traitement délivré par le professeur, et son action globale dans la crise du Covid-19. Dans une tribune publiée par Le Figaro , près de 200 médecins et scientifiques avaient ainsi pris la défense du Docteur Raoult en réponse à la plainte de la SPILF. «Rien ne justifie cette obstination à démolir, pour le principe, ce chercheur», déclaraient notamment les signataires.

Menace de décapitation à un professeur: un an de prison

  • Menace de décapitation à un professeur: un an de prison 
  • «Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire-géographie», a lancé lors d’un échange sur Facebook un individu des Clayes-sous-Bois (Yvelines),  à un professeur d’histoire-géographie des Clayes-sous-Bois (Yvelines), interpellé mardi chez ses parents après le dépôt d’une plainte par l’enseignant.
  • Le 16 octobre dernier, Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie au collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) a été décapité par un réfugié russe tchétchène de 18 ans car il avait montré des caricatures de Mahomet lors de deux cours sur la liberté d’expression.

« Je vais lui couper la tête»: un lycéen à un professeur d’un lycée près de Lyon

« Je vais lui couper la tête»: un lycéen à un professeur d’un lycée près de Lyon

Encore une menace, une décision de justice, finalement un jugement complètement insignifiant. En effet, l’auteur est seulement mis en liberté surveillée. Pas vraiment de quoi décourager les candidats à l’insulte voire pire.

Lundi vers 17h30, cet élève de seconde au lycée professionnel André Cuzin avait été placé en garde à vue après avoir lancé devant un professeur: «Je vais lui couper la tête», selon une source policière. Face au proviseur, il avait tenté de minimiser ses propos en assurant qu’il avait simplement dit: «Il veut se faire couper la tête». Mais le lycéen a ensuite reconnu les faits en garde à vue avant d’être présenté devant le juge des enfants, a ajouté la même source.

Mis en examen pour «menace de mort à l’encontre d’une personne chargée d’une mission de service public», le jeune garçon a été placé sous «liberté surveillée», une mesure pénale à visée éducative et préventive, a précisé le parquet.

Hydroxychloroquine: RECOURS DU PROFESSEUR RAOULT

Hydroxychloroquine: RECOURS DU PROFESSEUR RAOULT

 

 une double attaque de la part du professeur Raoult qui vise à rendre légal l’utilisation de l’ hydroxychloroquine aujourd’hui interdite souvent au profit du remdesevir  du laboratoire américain Gilea. Alors que l’hydroxychloroquine est interdite pour le traitement du Coronavirus. La deuxième attaque vise directement le président de l’agence nationale de santé.

« Une plainte au pénal pour prise illégale d’intérêts et mise en danger de la vie d’autrui visant le directeur de l’ANSM, Dominique Martin, est par ailleurs en préparation », a indiqué le professeur Raoult..

L’hydroxychloroquine est commercialisée en France par le laboratoire Sanofi sous le nom de Plaquenil, mais pour d’autres maladies comme des rhumatismes ou certains lupus. De nombreux experts français entretiennent des liens d’intérêt avec des laboratoires privés notamment avec le laboratoire américain Gilead.

La prescription par un médecin d’un médicament hors des indications prévues par l’autorisation de mise sur le marché (AMM) doit se faire « au cas par cas », en informant le patient des risques encourus et du non remboursement, et la mention « hors AMM » doit figurer sur l’ordonnance.

La recommandation temporaire d’utilisation (RTU), qui donne accès au remboursement, vise une prescription hors AMM massive, au-delà de la prescription au cas par cas. D’où la demande l’IHU Méditerranée Infection, qui a de très nombreux patients et rencontre des difficultés d’approvisionnement.

« Actuellement nous ne pouvons plus traiter tous les patients qui arrivent. Donc nous allons commencer à faire du tri, comme les réanimations, pour traiter en priorité ceux qui ont le plus de risque vital », expliquait Didier Raoult dans une vidéo datée du 26 octobre.

Sanofi a confirmé à l’AFP qu’ »en dehors d’un tel cadre (RTU) et en l’absence d’essai clinique dûment autorisé, nous sommes tenus de nous conformer aux obligations qui sont les nôtres concernant la mise à disposition de notre spécialité Plaquenil ».

Le laboratoire continue donc « de livrer les quantités standard que nous avions habitude de livrer avant la pandémie (qui n’ont rien à voir aux quantités sollicitées dans le cadre de la Covid-19) », a-t-il ajouté.

« Sanofi n’a pas à savoir à quoi nous utilisons les médicaments que nous recevons dans un hôpital », a rétorqué de son côté le Pr Raoult.

Après le refus de l’ANSM, il avait dénoncé sur Twitter un « deux poids deux mesures » de l’Agence, destiné selon lui à favoriser l’antiviral remdesivir (Gilead) au détriment de l hydroxychloroquine

Attentat de Conflans : la complicité de la famille qui a désigné le professeur ?

Attentat de Conflans : la complicité de la famille qui a désigné le professeur ?

 

La famille qui a désigné le professeur assassiné de Conflans Sainte Honorine aurait d’après le JDD entretenu des relations avec le tueur avant le drame. Ce que révèle le JDD. Plusieurs jours avant l’attentat contre ce professeur d’histoire qui avait montré à ses élèves de quatrième des caricatures du prophète Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression, il y aurait eu une « connexion » entre le terroriste, Abdoullakh Anzorov, la fille de Brahim Chnina – le père d’élève mis en examen pour avoir révélé dans une vidéo le nom de l’enseignant et l’adresse de son collège – et l’adolescent de 14 ans (M.) mis en examen pour avoir désigné Samuel Paty à l’assassin en échange de 300 euros.

Devant les enquêteurs, le collégien s’est montré peu disert à l’évocation de ce « partage de connexion ». Mais des messages auraient bien été échangés, selon les déclarations au JDD d’une source proche de l’enquête, entre les trois jeunes sur les réseaux sociaux.

 

Professeur assassiné : hommage national mercredi

Professeur assassiné : hommage national mercredi

Un hommage national sera rendu mercredi prochain au professeur d’histoire-géographie décapité vendredi aux abords d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.

Qualifié par le président Emmanuel Macron d’”attentat terroriste islamiste caractérisé”, ce meurtre, qui réveille le souvenir de l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015 dont le procès se déroule en ce moment à Paris, a suscité une vive émotion à travers le pays.

Professeur assassiné: Les réseaux sociaux en cause

Professeur assassiné: Les réseaux sociaux en cause

Le professeur assassiné été victime d’un complot puisque l’auteur de ce crime ne connaissait pas le professeur et qu’il a été manipulé. Un complot soutenu notamment par des vidéos sur les réseaux sociaux. Curieusement,  les propos sur ces  vidéos seraient poursuivis juridiquement s’il s’était tenu de manière verbale. La preuve que sur Internet la plus grande anarchie règne en matière de régulation.

Cela d’autant plus que l’anonymat est également autorisé. Toutes les passions, les excès et les points de vue tordus et irresponsables  peuvent s’exprimer derrière l’anonymat de l’écran. Les  réseaux sociaux  sont largement responsables dans la mesure où ils fonctionnent sur la dynamique du buzz. Plus le propos est polémique, plus il suscite des  réactions et plus le réseau social gagne de l’argent avec la pub.

Dans le cas de l’assassinat du professeur Samuel Patty des vidéos ont été mises en ligne par un père d’élève, dont la demi-soeur avait rejoint le groupe Etat islamique en Syrie en 2014, dénonçant la présentation par le professeur de deux caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression quelques jours plus tôt, selon le procureur antiterroriste.

“On ne peut pas imaginer qu’on puisse en arriver-là”, a dit à Reuters Cécile Ribet-Retel, membre d’une des associations de parents d’élèves du collège. “Cela questionne sur le rôle des réseaux sociaux.”

La crise commence le 7 octobre, lorsque le père d’une élève publie sur son compte Facebook une vidéo dans laquelle il crie sa colère contre le professeur qui a, selon lui, diffusé en classe une caricature représentant le prophète Mahomet nu, a expliqué le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard.

Il rencontre le lendemain la direction de l’établissement pour réclamer le renvoi du professeur, puis publie le soir-même une autre vidéo dans laquelle il donne cette fois, le nom de l’enseignant ainsi que l’adresse du collège. Il dépose ensuite une plainte pour diffusion d’images pornographiques.

Une autre vidéo intitulée “l’Islam et le prophète insulté dans un collège public” est publiée le 12 octobre. Le père de l’élève y relate une nouvelle fois les faits.

Certaines vidéos sont relayées par la Grande Mosquée de Pantin. Abdelhakim Sefrioui, activistes islamistes notoires, apporte son soutien au père de l’élève sur Twitter.

Meurtrier du professeur décapité: Russe , tchéchène, délinquant, et manipulé

Meurtrier du  professeur décapité:  Russe , tchéchène, délinquant, et manipulé

 

Le meurtrier du professeur de collège coche toutes les cases qui définissent le portrait moyen du terroriste. Il s’agit d’abord d’un étranger russe , au statut trouble de réfugié tchétchène, un petit délinquant et surtout un gamin de 18 ans manipulé évidemment. Ce qui n’est pas très compliqué compte tenu de son niveau scolaire et de son quotient intellectuel.

 

Bref toujours à peu près le même profil, un abruti, un primaire, un ignorant du concept de démocratie, un manipulable.  En outre il ne s’agit sans doute pas d’un acte isolé mais préparé si l’on en juge par les pressions dont a été victime de manière scandaleuse le professeur de la part de certains parents.

 

Des parents qui confondent sans doute la laïcité et les principes religieux pour intervenir et protester contre des programmes scolaires;  des parents qui sans doute se sont trompés de pays, doivent retourner chez eux s’ils sont étrangers ou se plier aux lois républicaines. D’une certaine manière, l’intéressé n’a pas pu agir seul dans la mesure où il ne fréquentait pas l’établissement scolaire et où il a bénéficié d’appuis de complices pour accomplir son crime vis-à-vis d’un professeur dont il ignorait tout.

Neuf gardes à vue sont en cours, parmi lesquelles deux concernent un parent d’élève et un autre homme s’étant plaints “avec virulence”, dans des vidéos et auprès du collège, de la présentation par le professeur de deux caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression quelques jours plus tôt, dans le cadre d’un débat sur leur publication par Charlie Hebdo, a précisé le procureur.

La demi-sœur de ce parent d’élève a rejoint l’organisation Etat islamique en 2014 en Syrie et elle est recherchée par la justice antiterroriste tandis que le deuxième homme est connu des services de renseignement, contrairement à l’auteur des faits, a souligné Jean-François Ricard.

“Ce qui s’est passé a des racines. Ces racines, c’est la haine et c’est la haine de la République. Il y a clairement des ennemis de la République, contre la République et donc contre l’école parce que l’école c’est la colonne vertébrale de la République”, a dit le ministre de l’Education.

Face à ce constat, il a annoncé que, outre l’hommage national au professeur tué, “il y aura un cadrage national strict, puissant, fort pour le travail éducatif et pédagogique que nous devrons faire avec tous nos élèves” à partir de la rentrée, lors de laquelle une minute de silence devrait être observée en hommage à la victime.

Il s’agira de faire en sorte “que chaque enfant comprenne qu’il a de la chance d’être un enfant de France, la chance d’être à l’école de la République, la chance aussi de pouvoir vivre en démocratie et en République”.

S’adressant aux parents, Jean-Michel Blanquer a lancé un appel à “l’unité du monde adulte” pour la défense des valeurs de la République, notamment la “laïcité qui est synonyme de liberté, parce que c’est la laïcité qui est le socle de nos valeurs et qui nous permet de faire valoir l’ensemble des autres principes de liberté, d’égalité et de fraternité”.

Professeur décapité : victime de la liberté d’enseigner

Professeur décapité : victime de la liberté d’enseigner

.La victime aurait montré, en classe, des caricatures de Mahomet à ses élèves. Des dessinateurs et des journalistes ne sont pas les seuls à être exposés à la barbarie, souligne Eric Delbecque

Éric Delbecque est expert en sécurité intérieure, ancien directeur de la sûreté de Charlie Hebdo après l’attentat de 2015, et auteur des Silencieux. Ne nous y trompons pas, les Salafistes menacent la République (Plon); il réagit dans une interview au Figaro


 La menace terroriste est donc toujours aussi vive sur le sol français?

Éric DELBECQUE.- Indiscutablement. Elle n’a jamais vraiment baissé. On ne voit d’ailleurs pas pourquoi elle diminuerait dans les prochains temps. Notre pays souffre d’être la proie d’un certain nombre d’enclaves salafistes dans lesquelles se propage l’islam politique, le salafisme, qui constitue le carburant du djihadisme. Une fois de plus, on peut constater que nous luttons contre une idéologie qui aboutit, fatalement, à ce que les plus barbares et les plus carencés finissent par opter pour la violence.

Les enseignants sont désormais en danger lorsqu’ils se contentent d’exposer les débats qui existent au sein de notre société.

Le professeur assassiné avait montré à ses élèves les caricatures de Mahomet. En plein procès «Charlie», la possibilité de caricaturer l’islam n’est donc toujours pas acquise en France?

C’est d’abord la liberté d’expression qui est en danger. Quant à la liberté de se moquer, ou de critiquer une religion, elle semble effectivement toujours fortement menacée. Et elle ne l’est plus seulement lorsque l’on exerce la profession de journaliste. Les enseignants sont désormais en danger lorsqu’ils se contentent d’exposer les débats qui existent au sein de notre société. Le procès Charlie démontre abondamment que des efforts demeurent à faire pour venir à bout du navrant syndrome du «oui, mais…». La liberté d’expression ne doit pas vivre en résidence surveillée. C’est à chacun, quelles que soient ses convictions philosophiques ou religieuses, d’admettre le droit des autres à ne pas partager ses croyances, y compris en s’en moquant. La laïcité républicaine suppose cette distance entre soi et ses valeurs personnelles. Une loi commune régit les relations entre les citoyens, elle s’articule sur des libertés individuelles et le respect d’un socle de tranquillité, que l’on appelle l’ordre public. Certains veulent aujourd’hui promouvoir un régime totalitaire (les salafistes) et d’autres (les «oui mais») sont prêts à toutes les compromissions et accommodements déraisonnables. L’esprit munichois n’est pas mort.

La mission d’instruire devient de plus en plus compliquée, voire risquée.

Ce climat de terreur risque-t-il d’intimider un peu plus encore ceux qui veulent parler librement de l’islam?

En tout état de cause, cela favorise un climat extrêmement anxiogène. Il existe de nombreuses voix qui s’élèvent de nos jours contre la barbarie islamiste, mais faire ce choix, nécessite dorénavant de prendre conscience que l’esprit critique peut avoir un prix terrible.

Cet acte barbare fait-il craindre pour la sécurité de tous les enseignants en France? Certains journalistes vivent déjà sous protection policière, les professeurs d’histoire devront-ils bientôt en faire autant?

La situation diffère selon les lieux. Certaines zones s’avèrent plus difficiles que d’autres. Il n’en reste pas moins que la mission d’instruire devient de plus en plus compliquée, voire risquée. Sur notre sol, dans les «territoires perdus de la République» des élèves contestent la légitimité de la République, de la liberté de conscience et de la raison. Tout cela en s’appuyant sur des théories complotistes ou des vulgates fondamentalistes, et même carrément anti-démocratiques et violentes.

Le discours de ceux qui parlent d’une «guerre contre les musulmans», suite notamment aux annonces sur le séparatisme, a-t-il participé à jeter de l’huile sur le feu?

Sans nul doute. Ce n’est pas la cause de cet acte horrible, mais ce type de discours fortifie le climat mental délétère entretenu par les idéologues salafistes. Se battre contre le «séparatisme», c’est combattre des fascistes, des totalitaires, en aucun cas exclure nos concitoyens musulmans. J’estime que ceux qui entretiennent, de façon délibérée, cette absurde confusion, s’apparentent à des collaborateurs du fascisme du XXIe siècle.

 

Marseille « messages trop alarmistes » (professeur Raoult)

Marseille « messages trop alarmistes » (professeur Raoult)

 

Le professeur Raoult critique ses collègues de Marseille qui répandent la panique en justifiant une montée des contaminations injustifiées. « Vous portez une responsabilité dans les mesures déraisonnables prises contre la ville, par le ministre de la santé. » Ces messages alarmistes auraient nourri la décision du ministère de la santé de prendre des décisions très restent fictives sur les activités économiques. Contrairement à l’administration de l’AP-HP  Didier Raoult observe, « une stabilisation du nombre de cas diagnostiqués depuis le 6 septembre, avec une diminution régulière du nombre de cas (…) des résidents de Marseille ».

 

Sondage professeur Raoult : 49 % lui font confiance

Sondage professeur Raoult : 49 % lui font confiance

Après le travail de démolition de la part des caciques du milieu médical, il est encore surprenant que le professeur Raoux bénéficie de 49 % de soutien dans la population selon un sondage de l’institut Harris Interactive pour la chaîne LCI publié aujourd’hui. Il faut dire que les pouvoirs publics et l’administration de la santé n’ont guère brillé en matière d’efficacité et de clarté. Le président de la république lui-même ‘est aussi un peu  emporté à propos des contradictions de cette politique concernant les tests.

La parole publique officielle est souvent incompréhensible et il n’est pas étonnant que les Français prêtent une oreille attentive aux propos décapants du professeur Raoult qui a au moins le mérite d’être clair même si certaines de ces affirmations peuvent être parfois discutées.

.Un Français sur deux a donc une image positive de Didier Raoult, professeur spécialiste des maladies infectieuses à Marseille connu pour sa promotion de l’hydroxychloroquine comme remède contre le Covid-19, selon un sondage de l’institut Harris Interactive pour la chaîne LCI publié aujourd’hui.

Un tiers (33%) des personnes interrogées déclarent en avoir une mauvaise opinion et 15% estiment ne pas le connaître assez ou préfèrent ne pas se prononcer.

«Cette bonne opinion est particulièrement ancrée auprès des Français âgés de 65 ans et plus (68% contre 52% pour l’ensemble des Français) et des habitants de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (64%)», région où les équipes du professeur Raoult testent et traitent les malades du coronavirus, souligne le sondage.
L’enquête révèle aussi que «quand il s’agit de prendre la parole sur l’épidémie de coronavirus, les Français ont légèrement plus tendance à faire confiance à Didier Raoult qu’au conseil scientifique missionné par le gouvernement».

Ils sont 49% à faire confiance au médecin marseillais face aux 46% déclarant avoir confiance dans les prises de parole du conseil scientifique. Les sympathisants de la France Insoumise (62%) et du Rassemblement National (72%) se montrent les «plus positifs à son égard», relève Harris Interactive.

Sarkozy défend le professeur Raoult

Sarkozy défend le professeur Raoult

 

Une cabale sans précédent est organisée contre le professeur Raoult qui a eu  l’imprudence de dire qu’elle est la réalité du monde médical. Certes des progrès extraordinaires y sont effectués mais on ne peut cacher que le système repose encore sur un mandarinat et des superstructures qui ont grandement hypothéqué l’efficacité du traitement du virus. Les attaques contre le professeur sont à la fois de nature corporatiste et financière. Corporatistes, parce que l’establishment surtout parisien ne tolère pas la moindre voix différente, une sorte d’Omerta dans un milieu très hiérarchisé et convenu. Le procès fait à Raoult est aussi de nature financière car la plupart des infectiologue qui ont porté plainte auprès de la des médecins entretiennent des liens sulfureux avec le grand industrie pharmaceutique. Certains touchant des rémunérations substantielles. Enfin il y a la détestation du monde parisien vis-à-vis de tout ce qui peut venir de la province. À juste titre, l’ancien président de la République estime donc « déplacées » les attaques contre le professeur marseillais car il a « fait ce qu’il a pu ».

Quelques jours après qu’une plainte ait été déposée à son encontre auprès de l’Ordre des Médecins, Didier Raoult vient de recevoir un soutien de choix. Ce mercredi, en marge du forum des entrepreneurs qui se tient à Marseille, Nicolas Sarkozy a volé au secours du directeur général de l’IHU Méditerranée Infection, estimant que ce dernier a « fait ce qu’il a pu. »

« Pour moi l’adversaire c’est le Covid, ce n’est pas tel ou tel médecin, je pense au professeur Raoult, je ne comprends pas pourquoi il y a tant de violence à son endroit », a commencé l’ancien président de la République.

Dans la suite de son argumentaire, il s’en est pris aux personnes qui ont critiqué le spécialiste des maladies infectieuses, fervent défenseur de l’hydroxychloroquine comme traitement du coronavirus.

« Il a sûrement fait des erreurs, mais j’observe qu’en période de crise il y a les pseudo-spécialistes qui se précipitent et qui disent du mal de quelqu’un, il faut un coupable et c’est celui-là. Franchement ça m’a paru déplacé, je n’ai aucune compétence pour dire qui a raison, en tout cas ce n’était pas le sujet, chacun a fait ce qu’il a pu et lui le premier », a-t-il assuré.

 

l’Ordre des médecins veut sanctionner le professeur Perronne

l’Ordre des médecins veut sanctionner le professeur Perronne

La guerre des experts mais aussi des intérêts économiques continuent à propos des traitements concernant le Coronavirus. Il y a eu d’abord hier cette violente attaque du Professeur Raoult contre la politique sanitaire conduite par les autorités françaises, en même temps la justification de la pertinence de son propre traitement via la chloroquine. Aussi d’une mise en cause de certains intérêts de laboratoires trop liés à l’industrie pharmaceutique y compris certains de leurs dirigeants. Un récent livre sorti par le professeur Péronne défenseur des thèses professeur Raoult fait l’objet  dune demande de sanctions de la part conseil de l’ordre des médecins dont on sait il est plutôt traditionaliste pour ne pas dire davantage Cette instruction fait suite à ses propos tenus dans les médias dans le cadre de la promotion de son livre réquisitoire sur la gestion de la crise du Covid-19 (Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ?, Albin Michel). Le médecin a notamment affirmé sur BFMTV que l’hydroxychloroquine aurait permis d’éviter 25.000 décès si elle avait été prescrite plus massivement en France. Il a aussi accusé des médecins du CHU de Nantes d’avoir « laisser crever son beau-frère » en refusant de lui prescrire le traitement recommandé par le Pr Didier Raoult.

Le conseil de l’Ordre, « alerté par les propos tenus dans de nombreux médias par le Pr Christian Perronne, a saisi le conseil départemental de l’Ordre des médecins des Hauts-de-Seine. Il lui a été demandé de se saisir et d’instruire le dossier du Pr Perronne et d’informer le CNOM des suites qui seront données. »

Coronavirus : le professeur Raoult critique la gestion à Paris

Coronavirus : le professeur Raoult critique la gestion à Paris

 «La mortalité de Paris est plus de cinq fois supérieure à celle de Marseille : c’est-à-dire que lorsqu’une personne mourait à Marseille, il en mourait un peu plus de cinq à Paris». C’est le constat que fait le professeur Didier Raoult, infectiologue et directeur de l’IHU de Marseille, dans une nouvelle vidéo publiée sur la chaîne YouTube de l’IHU de Marseille où il compare les courbes épidémiques de Covid-19 des deux villes françaises.

 «On voit que ce n’est pas parce que les gens étaient plus âgés ; ce sont les jeunes qui sont morts en Île-de-France», poursuit l’infectiologue, avant de lancer cette accusation : « Il y a une grande différence dans la prise en charge, ce qui doit amener à se poser des questions très sérieuses sur la gestion de l’épidémie dans cette partie de la France».

Une mise en cause grave à laquelle Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), répond sur BFMTV que l’Île-de-France était située en «zone rouge», avec une mortalité en effet importante, mais due notamment à la «densité de population» de Paris et de l’Île-de-France, sans pour autant, selon lui, de «déficit de prise en charge». «On a libéré en urgence des lits de réanimation (…) et au final on est arrivé à ne pas saturer le système de soin», assure-t-il.

 «Il y a eu plus de morts en Île-de-France, qui compte 12 millions d’habitants, qu’à Wuhan pour le même nombre d’habitants, affirme encore le Professeur Raoult dans cette vidéo. La gestion de l’épidémie en Île-de-France a été moins performante en termes de résultats que celle de Wuhan, qui s’est pourtant pris la toute première vague et ne savait pas comment traiter les choses». D’après les chiffres fournis par Santé Publique France, à la date du 19 mai, 6816 décès liés au coronavirus étaient recensés en Île-de-France. Mi-avril, Wuhan avait revu à la hausse le nombre de décès confirmés du Covid-19, passant de 2579 à 3869, soit une augmentation de 50%.

Règlement de compte entre Olivier Véran et le professeur Raoult

Règlement de compte entre Olivier Véran et le professeur Raoult

Il est clair que le gouvernement n’apprécie pas spécialement les critiques récurrentes du professeur Raoult concernant la stratégie sanitaire officielle. Dans la politique de communication du pouvoir Olivier Ferrand a monter en grade et c’est vrai qu’il a l’art d’expliquer y comprit l’inexplicable. faut-i  rappelé que lui aussi a largement que les masques étaient inutiles un moment donné, comme les tests. Faut-il aussi rappeler ces contradictions concernant y compris la minimisation de la pandémie  sans parler des EHPAD. Olivier virant reproche à Raoult d’avoir dans le passé minimiser les risques du Coron virus. On  pourrait faire à ce sujet un procès à la plupart des responsables du gouvernement.  L a polémique s’alimente des propos tenus jeudi soir par le directeur de l’IHU-Méditerranée, selon qui le coronavirus «est une maladie dont la contagiosité n’est pas extrême et dont la mortalité, pour l’instant, n’est pas extraordinaire». Pour rappel, l’épidémie a tué 24.760 personnes en France depuis le 1er mars, et 3827 patients graves étaient toujours en réanimation samedi.

La seconde critique concerne la déclaration du professeur Raoult relative à une deuxième vague de virus très hypothétique comme pour tous les Coronavirus. «Le Professeur Raoult est inventif, ingénieux, touche-à-tout . C’est un grand virologue. Mais en termes de prévisions, je préfère me référer à des experts qui ne disent pas qu’il y aura moins de morts du coronavirus que par accidents de trottinette ! Ou qui ne disent pas qu’il n’y aura pas de seconde vague après avoir dit qu’il n’y aurait pas de première vague», assène Olivier Véran.

Le ministre de la Santé fait notamment allusion aux multiples vidéos publiées par l’infectiologue sur sa chaîne YouTube, dans lesquelles il n’a eu de cesse de minimiser l’ampleur de l’épidémie depuis son apparition à Wuhan.  Le professeur Raoult a peut-être pas raison en permanence et sur tout mais il a au moins le mérite de dire ce qu’il pense  y compris de ce conseil scientifique de chapeaux à plumes instrumentalisées par le pouvoir pour justifier l’insuffisance des moyens sanitaires mis en œuvre.

Coronavirus : « Le consensus, c’est Pétain » : ( professeur Raoult)

Coronavirus : « Le consensus, c’est Pétain » : ( professeur Raoult)

Le professeur Raoult se lâche dans une interview à Paris-Match notamment contre les chapeaux à plumes du conseil scientifique auquel il a refusé de participer. « Ces personnes ne savaient pas de quoi elles parlaient ! Et chacun poussait ses billes en avant. Il fallait faire plaisir, représenter l’Institut Pasteur, l’Inserm… Il n’y a rien de fiable scientifiquement là-dedans », accuse l’infectiologue qui a lui-même fait partie des onze experts nommés le 11 mars, avant d’en partir.

Toujours à propos de ses anciens confrères du Conseil scientifique, il dit qu’« on ne peut pas mener une guerre avec des gens consensuels ». Avant de lâcher, plus loin : « Le consensus, c’est Pétain. Insupportable. On ne peut pas décider de cette manière. »

Alors que le monde de la recherche est en quête d’un vaccin contre le Covid-19, le professeur Raoult juge que ce n’est pas la bonne solution. « Trouver un vaccin pour une maladie qui n’est pas immunisante… C’est même un défi idiot, juge le scientifique, qui dirige l’IHU Infection Méditerranée, à Marseille. Près de 30 milliards de dollars ont été dépensés pour celui contre le VIH, voyez le résultat ! Ce n’est pas une guerre de laboratoire, mais d’intelligence. Quand on ne sait pas gérer une maladie infectieuse, on nous sort le coup du vaccin ! »

Lui continue de défendre son traitement à base d’hydroxychloroquine pour combattre le Covid-19.  »L’hydroxychloroquine est le traitement de référence pour les pneumopathies [infections du système respiratoire], se permet-il de rappeler. Un Américain sur huit en prend une fois par an ! » 

Ce traitement est bête comme chou, c’est pour ça qu’il irrite. On part d’un fait : une maladie sans remède. La réflexion ensuite est banale. Quel médicament déjà actif pourrait fonctionner ?Didier Raoult à « Paris Match »

Néanmoins, l’hydroxychloroquine n’a pas semblé améliorer le sort de malades américains, dont parle Didier Raoult. C’est en tout cas la conclusion d’une étude dont les travaux préliminaires ont été rendus publics sur le site medRxiv, mardi 21 avril.

 

 

Coronavirus «Les Occidentaux, les bras croisés» (professeur Alain Bauer)

Coronavirus  «Les Occidentaux , les bras croisés» (professeur Alain Bauer)

 

 

Les Européens ont beaucoup trop tardé à prendre la mesure de l’événement estime Depuis 2001, le professeur Alain Bauer qui appartient à un groupe informel d’experts internationaux de gestion de crise qui échange des informations sur des questions très diverses, civiles, militaires et scientifiques. ( interview de l’Opinion)

Vous êtes en relation avec des experts internationaux. Quand l’épidémie du Covid-19 est-elle apparue comme un sujet préoccupant ?

Début janvier nous avons été alertés par des notes sur la situation en Chine : une pandémie émergente avec des choix sanitaires et politiques vertigineux à faire. Fin janvier, les experts ont pronostiqué un processus qui ressemblait à une montagne qui s’élevait devant nous et qui, selon les décisions prises, prendrait la forme de l’Everest, du Mont-Blanc ou du Massif central. Nous avons aussi rapidement su que la grippe espagnole avec sa très forte mortalité restait le modèle le plus pertinent pour comprendre ce qui allait arriver. Et donc, que les mesures de confinement étaient les plus pertinentes. Aux Etats-Unis, la grippe espagnole avait provoqué des ravages à Philadelphie où les soldats américains avaient été fêtés à leur retour d’Europe alors que ses effets avaient été fortement limités à Saint-Louis.

Les dirigeants ont eu des réactions très variées : Boris Johnson, par exemple, qui a semblé faire le choix d’une large contamination afin d’immuniser la population britannique. Comment expliquer ces divergences ?

Il ne m’appartient pas de juger les décisions politiques. Mais d’un point de vue factuel, c’est une énorme bêtise car ce n’est pas le taux de mortalité, certes « faible » à 2 % (en fait bien moins eu égard à l’ampleur de la contamination), qui compte le plus mais la quantité de personnes contaminées qui, elle, est exponentielle. Angela Merkel a eu le courage d’expliquer que 60 à 70 % de la population allaient être touchés et elle a provoqué ainsi une prise de conscience quantitative essentielle. Personne ne peut dire : « On ne pouvait pas savoir. Ce n’était pas prévisible ». Pourquoi Taïwan s’était, lui, préparé ? Pourquoi, alors qu’il n’y avait aucun doute sur l’extension de la pandémie à partir de la Chine, avoir attendu si longtemps pour préempter la crise ? Pourquoi ce retard alors que la situation était déjà explosive en Italie ? Nous avons en fait répété les erreurs du « nuage de Tchernobyl » qui s’était soi-disant arrêté à la frontière. Ce que j’appelle le syndrome de Semmelweis, du nom de ce médecin autrichien révoqué de l’hôpital de Vienne pour avoir imposé de se laver les mains… il y a 150 ans.

N’est-ce pas une appréciation a posteriori ?

Il y avait des faits. Le premier cas est apparu à Wuhan le 17 novembre dernier. Jusqu’à fin décembre, les Chinois ne font état que de cas isolés, en petit nombre. Même le médecin héros de Wuhan. Sans compter l’influence de la mythologie chinoise et de l’histoire très sensible politiquement de la ville. Personne n’a voulu assumer de transmettre « les messages négatifs du ciel pour l’empereur » Fin décembre, les officiels chinois finissent par admettre la gravité de la situation. Le 3 janvier, le CDC (center for disease control) chinois prévient l’OMS de l’éruption du coronavirus. Mais, pendant des semaines, les Occidentaux ont regardé, les bras croisés. Seul trois pays se sont mobilisés : la Corée du Sud, Taïwan et Hong Kong.

La pénurie de masques est flagrante en France. Comment l’expliquer ?

Il serait temps de réhabiliter Roselyne Bachelot qui a été tant moquée pour sa gestion du H1N1. Il n’empêche qu’elle au ministère de la Santé a su anticiper une crise qui n’a pas eu lieu. Comme ensuite Xavier Bertrand, qui avait constitué des stocks de masques au cas où. Leurs successeurs ont géré la pénurie. Cette affaire illustre un double défaut. Celui de laisser Bercy et ses comptables gérer le pays, asphyxier nos systèmes de santé et de police et tenter de tuer notre appareil militaire. Et celui d’avoir une vision strictement bureaucratique, a fortiori en temps de crise. Des médecins comme Rémi Salomon (président de la commission médicale de l’AP-HP) ou Philippe Juvin (directeur des urgences de l’hôpital Pompidou) ont su secouer un discours lénifiant. A leurs postes de ministres, Olivier Véran ou Christophe Castaner, également. Mais l’Etat a semblé rester dans l’entre-deux, beaucoup plus que dans le « en même temps » : des restrictions de circulation mais pas de confinement strict, un autocertificat de déplacement, le paracétamol en vente limitée mais sans véritable contrôle. Le maintien du premier tour des municipales en est une autre illustration. Mais, là, c’est Emmanuel Macron qui a eu le courage d’évoquer un report et a dû céder face à l’opposition qui a crié au coup d’Etat avant de se rendre compte de l’ampleur de l’épidémie.

Ce que vous critiquez comme des demi-mesures n’est-il pas une réponse graduée afin de ne pas affoler la population ?

Sans doute faut-il de la pédagogie et du temps. Mais en avons-nous vraiment manqué pour préparer les populations ? Il faut faire confiance aux gens. Dès lors que les informations sont claires et cohérentes, on peut être très efficace

Nous n’avons pas fait assez confiance aux Chinois ?

Oui car même en admettant que la communication officielle des autorités soit sujette à caution, d’autres sources d’information, puissantes, existaient. Les publications de la recherche chinoise, abondantes, sans contrôle ni censure, des études épidémiologiques très éclairantes. Mais aussi des circuits informels. Même en pleine crise de Cuba, KGB et CIA n’avaient pas rompu les contacts… Ce que certains appellent « l’Etat profond » qui est surtout « l’Etat permanent », se parle, s’organise, quelles que soient les relations diplomatiques. Et plus la situation se tend, plus on échange.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol