Archive pour le Tag 'continue'

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Covid France : -19 : la décrue continue

Covid France  : la décrue continue

L’épidémie continue sa décrue en France, où 35 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. Au total, 116.991 décès ont été dénombrés depuis l’apparition de la maladie.

Cette semaine, 1372 nouvelles hospitalisations ont été dénombrées, dont 327 en soins critiques. 4615 nouveaux cas ont été détectés ce jeudi. Le taux de positivité, lui, s’élève à 1,0% sur les sept derniers jours.

Le gouvernement ne prévoit pas pour l’enfant d’alléger la contrainte du pas sanitaire La loi prévoit une application du passe sanitaire jusqu’au 15 novembre, et un projet de loi pour le proroger au-delà de cette date doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres.

Covid France : le reflux continue

Covid France : le reflux continue

L’épidémie continue de refluer en France, où 74 personnes sont mortes du Covid-19 ce lundi, selon Santé publique France. 7980 malades sont toujours hospitalisés, dont 343 depuis la veille. Ils étaient 7994 dimanche. 1571 patients sont actuellement traités en services de soins critiques – 94 d’entre eux y ont été accueillis ces dernières 24 heures. Côté contaminations, 1309 cas ont été détectés en 24 heures (contre 1515 lundi dernier) pour un taux de positivité d’1,2%, inférieur à celui de la veille (1,3%). Cet indicateur est généralement plus bas les lundis compte tenue du nombre de tests réduits le week-end.

Afghanistan : la guerre continue pour les États-Unis

Afghanistan : la guerre continue pour les États-Unis

Alexandra de Hoop Scheffer est politologue, directrice à Paris du think tank transatlantique German Marshall Fund of the United States,  estime que les États-Unis ne sont pas sortis de la guerre en Afghanistan..(Dans l’Opinion, extrait)

 

Vingt ans après le 11 septembre 2001, l’Amérique ne s’est toujours pas remise du traumatisme causé par les attentats. Les échecs des interventions en Irak et en Afghanistan et le sentiment de déclin de l’influence des Etats-Unis face à la réémergence de la Chine suscitent chez les Américains une crise de confiance dans l’exceptionnalisme de leur pays et dans l’establishment politique perçu comme incompétent. L’ancienne secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice rappelait en 2008 que les deux priorités de la politique américaine post 11-Septembre étaient de « gagner la guerre contre le terrorisme » et de « promouvoir la liberté comme alternative à la tyrannie ».

La reprise du pouvoir par les talibans en Afghanistan et la résurgence de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, signent un double échec pour les Etats-Unis et leurs alliés : la menace terroriste s’est adaptée et renforcée depuis 2001 et la promotion de la démocratie est durablement entachée et ne suscite plus l’adhésion des citoyens américains, ni d’une bonne partie de la classe politique, avant tout préoccupée par l’état de la démocratie américaine. Washington contemple dorénavant tout engagement militaire comme un risque d’engrenage sans fin dans des guerres civiles et recentre sa politique étrangère sur la compétition avec la Chine. Cela ne veut pas dire que la « guerre contre le terrorisme » est terminée. Le retour d’expérience de ces deux dernières décennies nous impose un exercice de réflexion sur les modalités d’interventions militaires et de clarification de leurs objectifs stratégiques.

« Dès janvier 2005, les services de renseignement américains estimaient que l’Irak était devenu un “aimant” pour une nouvelle génération de terroristes jihadistes, et anticipaient l’émergence de l’Etat islamique »

« Intérêts vitaux ». L’union sacrée qui prédomine aux Etats-Unis juste après le 11 septembre 2001, fait rapidement place à des divisions au sein de la société et de la classe politique américaines. La classe ouvrière américaine notamment, qui a porté le plus lourd fardeau humain de la « guerre contre le terrorisme », reproche aux administrations successives une politique interventionniste excessive, décorrélée des « intérêts vitaux » du pays (en premier lieu protéger les emplois américains) et du bien-être des citoyens. Il n’est pas surprenant dès lors que « l’Amérique d’abord » ait résonné avec autant de force pendant la campagne présidentielle de 2016. Il n’est pas surprenant non plus que le président Joe Biden conçoive sa politique étrangère « pour la classe moyenne américaine » et que son prédécesseur démocrate Barack Obama appelait au « nation-building at home ». Le retrait militaire d’Afghanistan et la fin des missions de combat en Irak d’ici décembre, sont soutenus par une majorité d’Américains, préoccupés avant tout par l’emploi et les inégalités socio-économiques qui se sont encore plus accentuées depuis la crise de la Covid-19.

Les revers politiques et stratégiques de ces vingt années d’opérations de contre-terrorisme et contre-insurrection sont colossaux, bien que l’administration Biden soit aujourd’hui dans le déni. Dès janvier 2005, les services de renseignement américains estimaient que l’Irak était devenu un « aimant » pour une nouvelle génération de terroristes jihadistes, et anticipaient l’émergence de l’Etat islamique. En Afghanistan, les talibans n’ont pas rompu leurs liens avec Al-Qaïda et le réseau Haqqani, dont deux représentants sont aujourd’hui intégrés au gouvernement intérimaire taliban. Le secrétaire à la Défense américain, le général Austin, estime qu’Al-Qaïda pourra se reconstituer en Afghanistan en deux ans — une perspective temporelle qui paraît bien optimiste.

L’ingérence américaine dans la transition politique post-talibans et post-Saddam Hussein a abouti à des résultats contraires à ceux souhaités par les Etats-Unis : les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan et le pouvoir irakien est sous l’emprise des milices chiites pro-iraniennes. En juillet 2010, Joe Biden, alors vice-président, disait que les Etats-Unis n’étaient pas en Afghanistan pour « transformer le pays en démocratie jeffersonienne ». Le discours autour de la démocratie, les élections « free and fair », les droits des femmes, ont servi avant tout à justifier la présence militaire et à créer l’adhésion des opinions publiques occidentales à une mission mal définie dès le départ. L’intervention en Irak a signé l’acte de décès de la « democracy promotion » et, avec l’échec afghan, a profondément changé le rapport des administrations post George W. Bush à l’usage de la force militaire, dorénavant employée de manière plus sélective et prudente, avec une revue à la baisse des objectifs stratégiques et des moyens déployés : le « leading from behind » d’Obama en Libye découle des leçons tirées de l’Irak et de l’Afghanistan, et la non-intervention en Syrie découle des leçons tirées de la Libye.

«  Ce n’est pas la première fois que le shérif américain revoit ses priorités stratégiques après une période d’interventionnisme : du président George W. Bush au président Biden, ils se sont tous accordés à dire que les Etats-Unis ne devaient plus être le “gendarme du monde” »

Ce n’est pas la première fois que le shérif américain revoit ses priorités stratégiques après une période d’interventionnisme : du président George W. Bush au président Biden, ils se sont tous accordés à dire que les Etats-Unis ne devaient plus être le « gendarme du monde » pour se concentrer sur la compétition avec la Chine. Mais chaque président a, dans les faits, étendu la « guerre contre le terrorisme » (par l’usage de drones armés en Somalie, au Yémen, en Irak, en Syrie, la présence des forces spéciales dans plus de soixante-quinze pays, des opérations cyberoffensives), confortant les Etats-Unis dans leur rôle de gendarme du monde, malgré la volonté affichée par les différentes administrations de s’en défaire.

En France, l’objectif fixé par le président Hollande après les attentats de novembre 2015 était alors non pas de « contenir » mais de « détruire » l’Etat islamique. Mais la « guerre contre le terrorisme » nous place en réalité dans une logique d’endiguement sans fin de la menace terroriste, et donc d’une guerre perpétuelle. Le retrait d’Afghanistan ne veut pas dire que la guerre est terminée : il s’accompagne d’une révision de la politique américaine de contre-terrorisme, avec un recentrage sur la guerre à distance. Les frappes américaines en Irak, en Syrie, en Somalie en juillet et en Afghanistan fin août contre l’Etat islamique, confirment cette tendance.

Alexandra de Hoop Scheffer est politologue, directrice à Paris du think tank transatlantique German Marshall Fund of the United States.

Covid France : la baisse continue

Covid France  : la baisse continue

Ce jeudi, 8232 patients souffrants du Covid-19 étaient hospitalisés en France, contre 8451 mercredi. Parmi elles, 109 personnes sont entrées à l’hôpital lors des dernières 24 heures.

La décrue se poursuit également dans les services de réanimation. 1162 patients se trouvaient en soins intensifs ce jeudi, contre 1204 la veille. 30 ont été admises lors des dernières 24 heures. 29 personnes sont également décédées à l’hôpital, portant le bilan depuis le début de la pandémie à 84.638 morts dans les hôpitaux français. 2664 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures, contre 2457 la veille.

Sur le front des vaccinations, 34.103.180 personnes ont reçu au moins une injection (soit 50,6% de la population totale) et 23.270.971 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 34,5% de la population totale).

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé clairement et sans détour la vaccination obligatoire des soignants. Dans un communiqué publié ce jeudi, l’organe consultatif évoque même la possibilité de l’étendre dans un second temps à tous les Français pour donner une nouvelle impulsion à la campagne vaccinale.

Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting, réalisé pour Le Figaro et France Info, 72% des Français sont favorables à une vaccination obligatoire pour les soignants.

Covid France : Baisse continue

Covid France : Baisse continue

 

Depuis fin avril, les chiffres des admissions à l’hôpital comme en soins critiques, ainsi que le nombre de cas positifs au Covid-19, dégringole. « On voit que depuis deux mois ces indicateurs sont en baisse constante, autour de – 20% par semaine », explique ce dimanche sur BFMTV Elias Orphelin, contributeur de CovidTracker. Il ajoute qu’actuellement, « une personne en moyenne contamine 0,8 personne », ainsi, « comme il y a moins de nouvelles personnes contaminées, que de personnes qui étaient contaminées, l’épidémie régresse ».

« On a un taux d’incidence qui est en dessous de 100, on atteint les 2500 patients covid en réanimation, et tous les indicateurs sont, à l’échelle macro du pays, au vert », déclare également Olivier Véran.

Le taux d’incidence pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours est de 84,4 au niveau national, selon les dernières données samedi soir. Il est sous la barre des 150 partout en France, même si des pics sont observés par endroits, comme en Seine-Saint-Denis, qui enregistre un taux d’incidence de 122 actuellement. Le gouvernement avait évoqué des « freins d’urgence », soit la remise rapide de restrictions en place, si dans certains territoires, l’épidémie reprenait.

« Nous entrons dans une phase inédite de l’épidémie, avec pour la première fois un contrôle de la circulation du virus grâce aux mesures de restriction, et une couverture vaccinale qui va bientôt nous permettre de prévenir une reprise. Ne gâchons pas cette chance d’en finir et portons les derniers coups au virus pour revenir enfin à notre vie d’avant », déclarait fin mai dans le JDD l’épidémiologiste Arnaud Fontanet. « Tous les petits efforts » respectant les règles de distanciation sociale « peuvent avoir de grands effets sur la courbe des contaminations ».

Covid France : la décrue continue

Covid  France : la décrue continue

Le nombre de patients à l’hôpital continue de baisser lentement, notamment dans les services de réanimation, selon les données publiées samedi par Santé publique France. Au total, 14.532 malades du Covid-19 sont actuellement hospitalisés contre 14.801 la veille et 16.847 une semaine auparavant, précise l’agence sanitaire.

En 24 heures, 267 nouveaux patients ont été admis dans les hôpitaux de l’Hexagone. Les services de réanimation, qui traitent les cas les plus graves, ont accueilli 62 nouveaux malades en 24h, portant le nombre total de malades du Covid en réa à 2525 patients. Ils étaient 2571 la veille et 3028 il y a une semaine.

Ces dernières 24 heures, 58 malades sont morts à l’hôpital portant le bilan total à près de 110.000 morts depuis le début de l’épidémie.

Vingt-neuf cas supplémentaires de variant Delta, identifié pour la première fois en Inde en avril, ont été recensés dans les Landes depuis l’annonce mercredi de deux premiers cas dans une famille de ce département, ont indiqué la préfecture et l’Agence régionale de santé dans un communiqué.

 

Covid France : baisse continue

Covid France : baisse continue

Le nombre de malades du Covid-19 dans les hôpitaux français est passé sous la barre des 20.000, un reflux observé également pour les malades en services de réanimation, selon les données publiées samedi par Santé publique France. Les hôpitaux de l’Hexagone accueillent actuellement 19.765 malades du Covid-19, dont 468 admis ces dernières 24 heures. C’est la première fois depuis le 27 octobre dernier que ce nombre est inférieur à 20.000. Quatre-vingt-neuf personnes sont décédées de cette maladie à l’hôpital (111 selon les données publiées vendredi), portant à plus de 108.500 le bilan depuis le début de l’épidémie, début 2020.

Concernant la vaccination, le  gouvernement vise 30 millions de premières injections à la mi-juin. .

Covid France : la baisse continue

Covid France : la baisse continue

Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation a poursuivi sa baisse jeudi, passant sous la barre des 4500, tandis que le nombre d’hospitalisations continue également sa décrue, selon les chiffres quotidiens de Santé Publique France.

Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptent désormais 4442 malades du Covid, dont 139 nouvelles admissions en 24 heures, contre 4.83 mercredi. Ce chiffre est en diminution quasi continue depuis le point haut de 6001 atteint le 26 avril (plus haut que le pic de la deuxième vague de l’automne à 4.900 mais en dessous de celui de la première vague en avril 2020, autour de 7000).

Le nombre total d’hospitalisations pour Covid poursuit également sa baisse, avec 23.656 patients comptabilisés jeudi, dont 618 nouvelles hospitalisations en 24 heures, contre 24.254 la veille.

La tendance à la baisse de l’épidémie est confirmée par le point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France publié jeudi soir. Ainsi, les chiffres consolidés pour la semaine du 3 au 8 mai montrent une nouvelle baisse des nouvelles admissions en services de réanimation (-24% par rapport à la semaine précédente) et des nouvelles hospitalisations (-25%).

Le nombre total de personnes se trouvant en service de réanimation et en cours d’hospitalisation est également en baisse (respectivement -14% et -12%).

 

Climat : le drame de l’Amazonie, continue malgré les discours

Climat : le drame de l’Amazonie, continue malgré les discours

Ce que dénonce sur France Info l’association canopée.

 

À quoi est due cette dégradation continue de l’Amazonie

Sylvain Angerand : La dégradation est liée, par exemple, à l’exploitation du bois. Quand on va sortir des arbres comme les ipés ou les acajous qui servent à faire des terrasses qu’on va trouver dans les magasins français. Mais ça peut être également l’orpaillage, l’ouverture de petites mines artisanales. Tout ça, en fait, ça va créer des trouées dans les forêts. Pas de grandes trouées, pas de grandes images de déforestation. Mais ces trouées vont faire baisser l’humidité, et du coup, la forêt est plus fragile, plus sensible aux incendies, plus sensibles aux sécheresses. »

Est-il compliqué de sensibiliser sur cette dégradation du fait qu’elle ne soit pas spectaculaire ?

Exactement. C’est tout l’enjeu politique qu’il y a aujourd’hui, puisque la France et l’Europe ont mis en place des stratégies pour lutter contre la déforestation importée. Et nous, on défend l’idée qu’il faut aller plus loin que la simple déforestation. Étendre cette question de la dégradation aux autres écosystèmes qu’il y a au Brésil, et notamment le Cerrado, une savane arborée qui est extrêmement importante puisqu’elle joue un peu ce rôle de tampon, de protection de l’Amazonie. Tout est lié.

Fait-on un peu de sensationnalisme en affirmant que l’Amazonie n’est plus le poumon de la planète ?

La forêt amazonienne continue d’absorber du carbone, y compris les grands arbres. C’est surtout le titre de l’étude qui est mal choisi. La façon dont le titre est utilisé, par exemple par la filière bois qui nous explique que cette étude dit qu’il faut couper des arbres, il ne faut pas laisser vieillir la forêt, que l’Amazonie maintenant est trop vieille et qu’elle commence à relarguer du carbone, tout ça, ce n’est pas ce que dit cette étude. Au contraire, on se rend compte qu’une forêt bien portante continue d’absorber du carbone et que l’exploitation du bois, que la dégradation fait plonger le bilan de façon négative. Donc, il faut faire extrêmement attention à ce qu’on dit de cette étude et ne pas sur interpréter.

Dans cette étude, l’actuel président du Brésil Jair Bolsonaro est accusé d’être le principal responsable de cette dégradation. Mais tout cela n’a-t-il pas commencé bien avant lui ?

En 2008, on avait vraiment réussi à baisser de façon assez forte la déforestation en Amazonie. C’est ce qu’avait fait Lula (Luiz Inácio Lula da Silva, président du Brésil entre 2003 et 2011, NDLR), avec la mise en place d’une administration très forte, une police, l’Ibama, qui contrôlait et qui évitait les intrusions en forêt et l’exploitation illégale de bois et autres, on a réussi à faire baisser de façon drastique la déforestation et la dégradation. Aujourd’hui c’est une vraie impunité qu’il y a en Amazonie et qui entraîne un relâchement. Il faut une vraie volonté politique et il faut que la France, l’Europe, tapent du poing sur la table et pas seulement dans les discours comme on l’entend.

Quels peuvent être leurs moyens de pression ?

Sur le soja on a un vrai moyen de pression puisque la France s’est engagée. Mais nous, cela fait plus de 8 mois qu’on a remis un rapport à la ministre Bérangère Abba avec des solutions concrètes pour éviter d’importer du soja issu de déforestation. Ce qui bloque aujourd’hui, c’est les grands tradeurs qui refusent d’être transparents, de dire effectivement d’où vient le soja. Sur le cuir, ça revient toujours la même chose. Tant que l’on n’a pas de traçabilité, on ne peut pas responsabiliser les entreprises. Et lorsque l’on amène des preuves sur la table, il faut qu’il y ait une action du gouvernement, de l’Europe de dire maintenant ça suffit. Et tout le drame de l’Amazonie, en fait, c’est que les politiques adorent en parler, mais ne font rien derrière. »

 

Restaurants, bars : l’incertitude continue

Restaurants, bars : l’incertitude continue

 

 

Ce ne sont pas les dernières déclarations du chef de l’État qui risque de rassurer les professionnels de la filière de l’hôtellerie restauration. En effet le président de la république a seulement déclaré lundi, que les terrasses des établissements pourraient rouvrir «mi-mai».

 

Cette première période serait suivie de «quelques semaines» d’attente pour autoriser l’accès aux salles elles-mêmes. Pour les terrasses, il s’agit d’un concept d’abord très flou et qui risque d’évacuer évidemment les établissements qui ne peuvent occuper une partie de l’espace viaire.

Pour la suite, il faudra attendre quelques semaines a ajoutéle président de la république. Combien ? On ne sait pas. Peut-être à l’été, peut-être à l’automne, peut-être plus tard. Les propos du président de la République font soupirer Franck Delvau : «c’est exactement la même chose que ce que nous disait Jean Castex. Ce sont toujours des suppositions, alors que nous demandons des dates précises depuis le début», s’agace le patron de l’Umih en Île-de-France. «On continue à jouer au jeu du chat et de la souris. Mais quand vous êtes chef d’entreprise, fermé depuis le 29 octobre, comment voulez-vous vous organiser pour rouvrir votre bar, votre restaurant, avec ça ?», lance le représentant.

La folie du bitcoin continue à plus de 60.000 dollars

La folie du bitcoin continue à plus de 60.000 dollars

il se confirme de plus en plus que les énormes masses de liquidités déversées par les banques centrales ne sont pas toutes  orientées vers le soutien socio-économique. Une partie non négligeable qui transite par les banques sert aussi à alimenter la spéculation sur les marchés boursiers. Les valeurs ne cessent en effet de grimper en contradiction avec le résultat des entreprises et les tendances globales de l’économie.

Pour le bitcoin, c’est une véritable folie Le cours du bitcoin a de nouveau dépassé 60.000 dollars (50.420 euros) dimanche, confirmant le regain d’intérêt des investisseurs pour la plus connue des cryptomonnaies, dont l’offre reste limitée.  Le pire c’est que cette monnaie virtuelle ne repose sur aucun actif mais uniquement sur la confiance. Le pire aussi c’est que des institutions et de grandes entreprises nationales sont aussi engagées dans cette spéculation particulièrement dangereuse. En cas d’éclatement de la bulle la contamination avec d’autres secteurs financiers pourrait être dramatique.

La valeur du bitcoin a progressé de 116% depuis son plus bas du 4 janvier à 27.734 dollars, profitant notamment de l’annonce par le président américain, Joe Biden, d’un plan de relance de 1.900 milliards de dollars, qui a incité des investisseurs à acheter des cryptomonnaies pour se protéger contre une éventuelle poussée inflationniste.

La folie de Veolia continue avec un recours judiciaire contre les administrateurs de Suez

La folie de Veolia continue avec un recours judiciaire contre les administrateurs de Suez

La folie de Veolia continue pour discréditer non seulement Suez que Veolia ambitionne de liquider mais aussi toute la filière au eau  et services associés. En effet l’entreprise de démolition conduite par Veolia ne peut plonger les donneurs d’ordres nationaux comme internationaux que dans l’incertitude la plus profonde quant aux activités qui seront maintenues tant par Veolia que par Suez.

Veolia a rejeté dimanche une proposition de Suez d’engager des négociations via une offre de des fonds Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP), demande en référé la suspension des effets de l’activation de la fondation néerlandaise sur les activités eau de Suez en France, indiquent lundi Les Echos.

Selon le quotidien, Veolia va déclencher une action en responsabilité contre les administrateurs de Suez ayant voté en faveur de l’activation de cette fondation pour leur réclamer le paiement solidaire de 300 millions d’euros, en réparation du préjudice financier que Veolia estime subir du fait de l’irréversibilité de la fondation.

L’activation de cette fondation bloque l’OPA que vise Veolia.

Nucléaire Iran : le bras de fer continue

Nucléaire Iran : le bras de fer continue

 

Des signes d’apaisement sur le dossier difficile du nucléaire iranien avaient été donnés autant par les États-Unis que par l’Iran. Toutefois la reprise de négociations est hypothéquée par une question de principe à savoir : le maintien ou la suppression des sanctions américaines. L’Iran exige cette suppression que les États-Unis refusent pour l’instant. Les deux parties en font un argument de pression sur les futures négociations. Du coup la balle est envoyée à l’ONU- La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne propose une résolution soutenue par les États-Unis pour une résolution du conseil de surveillance nucléaire de l’ONU critiquant l’Iran pour avoir freiné la coopération avec l’agence, malgré les avertissements russes et iraniens de conséquences graves.

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, composé de 35 pays, tient une réunion trimestrielle cette semaine dans le contexte des efforts hésitants pour relancer l’accord nucléaire de l’Iran avec les grandes puissances maintenant que le président américain Joe Biden est au pouvoir.

L’Iran a récemment accéléré ses violations de l’accord de 2015 dans le but apparent d’augmenter la pression sur Biden, car chaque partie insiste sur le fait que l’autre doit agir en premier. L’Iran a un urgent besoin pourtant de la suppression des sanctions compte tenu de la situation particulièrement critique de son économie. Sans doute peut-être pourquoi ainsi monter les enchères.

Les violations de Téhéran sont une réponse au retrait américain de l’accord en 2018 et à la réimposition des sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de celui-ci.

Economie-Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

Economie-Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

La folie continue avec le coin maintenant au-dessus de 50 000 $ et qui a augmenté de 70 % depuis un an.

L’immense spéculation en cours alimentée par certains patrons de grandes entreprises comme celui de Tesla pourrait bien constituer une dramatique escroquerie pour beaucoup de petits porteurs. Surtout si on rappelle l’extrême volatilité d’une cryptomonnaie  qui ne repose en faite sur aucun actif et peut rechuter brutalement comme en 2018.

 

La semaine dernière, le constructeur automobile électrique Tesla a créé la surprise en annonçant avoir investi 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie en bitcoin. Le patron de Tesla et homme le plus riche du monde, Elon Musk, n’hésite pas à vanter les mérites des cryptomonnaies sur les réseaux sociaux.

 

La bataille est à la fois spéculative mais aussi stratégique. Pour certains il s’agit de faire monter la cryptomonnaie  au plus haut avant la prise de bénéfice dont le coût sera payé par les investisseurs naïfs. Mais pour d’autres ,il s’agit de menacer le système financier et la souveraineté monétaire des Etats. En faite de supprimer même nombre de souverainetés des Etats dont l’action en l’absence de monnaie serait forcément très réduite.

 

Le marché des cryptomonnaies ne fait cependant pas l’unanimité: plusieurs banquiers centraux, comme Andrew Bailey au Royaume-Uni, ont écarté l’idée de considérer le bitcoin comme une monnaie à part entière, ou même comme un «or numérique» qui servirait à conserver la richesse.

Birmanie: la répression continue

Birmanie: la répression continue

Fort de l’appui de la Russie et de la Chine, la junte militaire accentue la répression contre les nombreux manifestants qui refusent la dictature. Ainsi depuis début du conflit plus de 500 personnes ont été arrêtées. Parmi elles, des fonctionnaires qui participent au mouvement de désobéissance civile.

La junte militaire rencontre dans la rue une opposition qu’elle avait sans doute sous-estimée. En effet, des centaines de milliers de personnes sont encore descendues dans les rues de ce pays d’Asie du Sud-Est mercredi contre le coup d’État du 1er février et la détention du dirigeant élu Aung San Suu Kyi.

Le mouvement de désobéissance civile a eu un effet paralysant sur de nombreux domaines d’activité privées et publics.

L’armée a annoncé mercredi soir que six célébrités locales, dont des réalisateurs, des acteurs et un chanteur, étaient recherchées en vertu d’une loi anti-incitation pour avoir encouragé les fonctionnaires à se joindre à la manifestation.

Les accusations peuvent entraîner une peine de deux ans de prison.

«C’est incroyable de voir l’unité de notre peuple. Le pouvoir du peuple doit revenir au peuple », a déclaré l’acteur Lu Min sur sa page Facebook.

Malgré les appels lancés par la junte aux fonctionnaires pour qu’ils retournent au travail et les menaces d’actions s’ils ne le font pas, rien n’indique que les grèves se relâchent.

Le nombre de personnes dont on sait qu’elles ont été détenues depuis que le coup d’État a mis un terme à une tentative de transition vers la démocratie avait atteint 495 mercredi, a indiqué dans un communiqué l’Association d’assistance aux prisonniers politiques du Myanmar.

Il a indiqué que 460 étaient toujours détenus.

L’armée a pris le pouvoir après que la commission électorale eut rejeté ses accusations de fraude lors d’une élection du 8 novembre balayée par le parti de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) de Suu Kyi, provoquant la colère des pays occidentaux ainsi que les manifestations locales.

D’autres manifestations étaient prévues pour jeudi – y compris par des groupes d’étudiants et des travailleurs de différents groupes ethniques dans le pays diversifié de plus de 53 millions de personnes.

Les opposants au coup d’État sont profondément sceptiques quant aux promesses de la junte de remettre le pouvoir après une nouvelle élection pour laquelle aucune date n’a encore été fixée.

La lauréate du prix Nobel de la paix Suu Kyi, détenue depuis le coup d’État, fait maintenant face à une accusation de violation d’une loi sur la gestion des catastrophes naturelles ainsi qu’à des accusations d’importation illégale de six radios talkie-walkie. Sa prochaine comparution devant le tribunal est prévue pour le 1er mars.

Suu Kyi, 75 ans, a passé près de 15 ans en résidence surveillée pour ses efforts en faveur de la démocratie.

Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

La folie continue avec le coin maintenant au-dessus de 50 000 $ et qui a augmenté de 70 % depuis un an.

L’immense spéculation en cours alimentée par certains patrons de grandes entreprises comme celui de Tesla pourrait bien constituer une dramatique escroquerie pour beaucoup de petits porteurs. Surtout si on rappelle l’extrême volatilité d’une cryptomonnaie  qui ne repose en faite sur aucun actif et peut rechuter brutalement comme en 2018.

 

La semaine dernière, le constructeur automobile électrique Tesla a créé la surprise en annonçant avoir investi 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie en bitcoin. Le patron de Tesla et homme le plus riche du monde, Elon Musk, n’hésite pas à vanter les mérites des cryptomonnaies sur les réseaux sociaux.

 

La bataille est à la fois spéculative mais aussi stratégique. Pour certains il s’agit de faire monter la cryptomonnaie  au plus haut avant la prise de bénéfice dont le coût sera payé par les investisseurs naïfs. Mais pour d’autres ,il s’agit de menacer le système financier et la souveraineté monétaire des Etats. En faite de supprimer même nombre de souverainetés des Etats dont l’action en l’absence de monnaie serait forcément très réduite.

 

Le marché des cryptomonnaies ne fait cependant pas l’unanimité: plusieurs banquiers centraux, comme Andrew Bailey au Royaume-Uni, ont écarté l’idée de considérer le bitcoin comme une monnaie à part entière, ou même comme un «or numérique» qui servirait à conserver la richesse.

La folie du bitcoin continue.

La folie du bitcoin continue.

 

En dépit des avertissements des autorités monétaires notamment de la directrice du Trésor américain, le bitcoin continu de flamber à 49000 dollars !.On sait évidemment que la cryptomonnaie est très volatile mais cette hausse inconsidérée ne repose sur aucun fondement économique et financier sérieux. Une grande partie de l’envolée du bit coin a été provoquée par les déclarations très intéressées par ailleurs du patron de tesla qui a déclaré croire dans le Bitcoin . D’autant qu’il avait investi dans la crypte menée pour 1,5 milliards de dollars.

La  problématique de régulation des cryptomonnaies se pose car leur volatilité   pourrait bien contaminer un jour l’ensemble du système financier.

Birmanie : la répression continue grâce à l’odieux appui de la Russie et de la Chine

Birmanie : la répression continue grâce à l’odieux appui de la Russie et de la Chine

En dépit des protestations internationales et aussi de la contestation interne, la répression continue en Birmanie. Les États-Unis ont promis de prendre immédiatement des sanctions économiques. Cependant la dictature militaire peut s’appuyer sur l’odieux soutien de la Russie et de la Chine, deux dictatures également qui légitiment  à peu près toutes les atteintes à la démocratie y compris les crimes.

Kyi Toe, membre du comité d’information de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) de Suu Kyi, a déclaré que Kyaw Tint Swe, proche de l’ancienne chef du gouvernement arrêté, et quatre autres personnes liées au gouvernement précédent avaient été emmenées de chez elles pendant la nuit.

Il a déclaré que des responsables de la commission électorale avaient également été arrêtés du jour au lendemain, y compris certains jusqu’au niveau des communes.

. Des dizaines de fonctionnaires ont été arrêtés depuis le coup d’État.

Le président américain Joe Biden a approuvé mercredi un décret pour de nouvelles sanctions contre les responsables du coup d’État et des demandes répétées pour que les généraux renoncent au pouvoir et libèrent les dirigeants civils.

Biden a déclaré que l’ordre permettait à son administration «de sanctionner immédiatement les chefs militaires qui ont dirigé le coup d’État, leurs intérêts commerciaux ainsi que les membres de leur famille proche».

Washington identifierait la première série d’objectifs cette semaine et prenait des mesures pour empêcher les généraux du Myanmar, également connu sous le nom de Birmanie, d’avoir accès à 1 milliard de dollars de fonds du gouvernement du Myanmar détenus aux États-Unis.

«Nous allons également imposer des contrôles rigoureux des exportations. Nous gelons les avoirs américains qui profitent au gouvernement birman, tout en maintenant notre soutien aux soins de santé, aux groupes de la société civile et à d’autres domaines qui bénéficient directement au peuple birman », a déclaré Biden à la Maison Blanche.

Le coup d’État et la détention de Suu Kyi du 1er février présentent à Biden sa première crise internationale majeure et un test de sa double promesse de recentrer les droits de l’homme dans la politique étrangère et de travailler plus étroitement avec ses alliés.

Suu Kyi, 75 ans, ancienne chef du gouvernement arrêté par les militaires a remporté le prix Nobel de la paix en 1991 pour avoir fait campagne pour la démocratie et reste extrêmement populaire dans son pays en dépit de l’atteinte à sa réputation internationale face au sort des Rohingyas.

Elle a passé près de 15 ans en résidence surveillée et fait maintenant face à des accusations d’importation illégale de six talkies-walkies. Son avocat dit qu’il n’a pas été autorisé à la voir.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol