Archive pour le Tag 'continue'

La destruction des écosystèmes continue

La destruction des écosystèmes continue

Dans un rapport publié ce mardi, WWF dont rend compte les Echos rappelle le rôle crucial de ces étendues naturelles dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’ONG défend leur intégration, au même titre que les forêts, au projet de règlement de l’UE visant à interdire l’importation de produits liée à la déforestation.

Entre 1985 et 2020, plus de 26 millions d’hectares ont été perdus dans le Cerrado, c’est près de la moitié de superficie de la France métropolitaine. Bien moins médiatisée que l’Amazonie, cette immense savane en grande partie brésilienne est l’un des biomes les plus menacés d’Amérique du sud. Les taux de conversion, due en grande partie à l’extension de la culture du soja et du bétail, ont dépassé ceux de l’Amazonie, pointe du doigt l’association de défense de l’environnement WWF dans un rapport publié ce mardi.

« Depuis 2006 et le moratoire sur le soja en Amazonie, la déforestation y a baissé de moitié. Malheureusement, cette amélioration s’est faite au détriment de l’augmentation de la déforestation dans la Cerrado qui a été multipliée par six », explique Véronique Andrieux, la directrice générale de WWF, pour qui « protéger uniquement les forêts transfère la pression sur les écosystèmes voisins », entraînant une accélération de la déforestation sur ces milieux-là.

Ecosystèmes « oubliés »

Dans le monde, les savanes, les prairies, les zones humides, les mangroves ou les tourbières sont des écosystèmes détruits « à un rythme alarmant », rappelle l’ONG. De son côté, l’association Canopée a estimé récemment qu’en moyenne 140.000 hectares de végétation étaient convertis chaque année au Cerrado.

Ces milieux sont pourtant une aide matérielle cruciale, notamment pour lutter contre le réchauffement climatique : en termes de surface, les prairies et les savanes stockent, par exemple, deux fois plus de carbone que les forêts tropicales. Ils jouent aussi un rôle essentiel pour la population et pour la nature -huit des douze plus grands fleuves du Brésil prennent ainsi leur source dans le Cerrado.

En important des produits issus de la déforestation dans le monde (par sa consommation de soja, de boeuf ou de cacao), l’Union européenne joue indirectement un rôle dans la conversion de ces milieux naturels, soulignent les auteurs du rapport.

Alors que la Commission européenne a présenté en novembre une proposition de loi pour mettre fin à cette déforestation dans le cadre du « Green Deal » -un texte ambitieux salué par de nombreuses organisations environnementales-, le WWF veut avec ce rapport « s’assurer que ces écosystèmes oubliés soient intégrés dès l’adoption de la législation et non pas deux ans plus tard, après une révision » de la loi, comme dessiné jusqu’à présent, plaide Véronique Andrieux. « Pour le Cerrado, attendre deux ans serait l’équivalent des émissions de la France sur un an », assure-t-elle.

. L’ONG rappelle que certaines grandes entreprises qui vendent au sein de l’UE des produits à risque de déforestation ont mis en place des outils pour assurer une traçabilité sur leur chaîne d’approvisionnement en couvrant l’ensemble des écosystèmes naturels. En mai dernier, plusieurs dizaines d’entreprises européennes avaient appelé à s’attaquer à la fois à la déforestation et à la conversion d’autres écosystèmes. « Il serait difficilement acceptable que l’UE soit en deçà des pratiques de certains acteurs du secteur privé », argue Véronique Andrieux.

 

Présidentielle : la guerre Macron- Édouard Philippe continue

Présidentielle : la guerre Macron- Édouard Philippe continue

 

Ce n’est évidemment un secret pour personne que les relations entre Macron et l’ancien Premier ministre Édouard Philippe continuent d’être détestables. La fin du mandat d’Édouard Philippe s’est d’ailleurs déroulée dans des conditions particulièrement tendues. En cause évidemment, la concurrence entre deux hommes candidats aux plus hautes fonctions. Édouard Philippe est sans doute l’un des rares personnages un peu crédible qui aura émergé au cours du premier mandat présidentiel de Macron. Et Macon déteste par-dessus tout la concurrence.

L’objectif Édouard Philippe qui a créé son parti horizons était en fait  de prendre la main sur la majorité en fusionnant avec le parti de centre-droit agir. Macron s’est opposé en à cette fusion comme il s’est opposé à la création d’un parti encore plus vaste regroupant y compris le MoDem.

 

On sait que Macron se méfie particulièrement d’une organisation qui restreindrait sa liberté de penser et d’agir. Du coup Édouard Philippe tout en assurant qu’il voterait pour Macron continue son propre chemin en développant et en implantant son parti horizons. Son objectif est d’implanter une centaine de comités municipaux «philippistes».

 

L’objectif est aussi de peser le plus possible leurs des législatives et de disposer d’une force de frappe à l’Assemblée nationale afin d’influencer les orientations du futur président de la république fut-il Macron.

 

Ce qui est certain c’est que Édouard Philippe se prépare être l’héritier de la majorité actuelle. Pour 2022 ,sa candidature est assez hypothétique, il faudrait que Macon s’écroule dans les sondages mais ce n’est pas impossible en fonction d’événements politiques aujourd’hui imprévus. Pour 2027pour lui ,la cause est entendue il devra être le prétendant reconnu à la magistrature suprême pour la majorité actuelle. Les discussions risquent d’être relativement tendues lorsqu’il sera question d’accorder les parrainages de la majorité aux législatives.

Hausse du carburant : ça continue….Discrètement !

Hausse du carburant : ça continue….Discrètement !

Discrètement mais sûrement le prix du carburant continu d’augmenter en ce début d’année 2022. En cause surtout les directives de contrôle de production de l’OPEP ( rejointe par la Russie pour former l’OPEP plus ). Une augmentation d’autant plus discrète qu’elle profite bien sûr aux pays producteurs mais aussi aux sociétés pétrolières et au gouvernement. Le carburant atteint ainsi des niveaux exceptionnels. Des hausses de prix qui participent àla croissance de l’inflation qui aura atteint environ 3 % en 2021 alors que pour l’instant les revenus du travail et l’épargne ne doit bénéficier que d’une hausse de 1 % en 2022. Bref la manière classique d’amortir une crise financière en pompant revenus et salaires via l’inflation.

Dans le détail, le litre de gazole a atteint, sur la semaine du 7 janvier, près de 1,59 euro – 1,5883 euro, précisément -, en hausse de cinq centimes par rapport au dernier relevé, fin décembre 2021. De même, le litre de SP95 (+6 centimes), de SP98 (+5 centimes) et de Superéthanol E85 (+4 centimes) ont tous augmenté.

Ces prix n’ont jamais été aussi élevés : à titre de comparaison, le litre de gazole avait atteint 1,53 euro mi-octobre 2018, au moment du déclenchement de la crise des «gilets jaunes», celui de SP95 1,57 euro et 1,64 euro pour le litre de SP98. La hausse est considérable, même par rapport à la période pré-crise sanitaire : aux premières heures de 2020, le gazole atteignait 1,48 euro, et le SP98 1,6 euro. Depuis le début de la crise sanitaire, les prix ont fait le grand écart, s’effondrant au moment de la première vague, avant de repartir progressivement à la hausse avec la reprise.

Sciences Po Grenoble: La dictature idéologique continue

Sciences Po Grenoble: La dictature idéologique continue

 

Le gauchisme wokiste  triomphe à Grenoble ou celui qui avait dénoncé la dictature idéologique vient d’être suspendu de ses fonctions par la directrice de l’institut d’études politiques.

Professeur d’allemand et de civilisation allemande à l’Institut d’études politiques de Grenoble, Klaus Kinzler est accusé  d’être islamophobe dans une campagne lancée par des étudiants sur les réseaux sociaux, il a vu son nom et celui d’un de ses collègues placardés sur les murs de l’établissement avec la mention : « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue ». Klaus Kinzler s’était expliqué dans le journal l’Opinion.

 

Vous avez été, selon vous, la cible d’une « cabale » instrumentalisée par un syndicat étudiant (l’Union syndicale) de l’IEP de Grenoble, avec le silence complice de la direction et du corps enseignant. Pourquoi les choses se sont-elles envenimées à ce point ?

Tout a commencé par des échanges de mails avec une collègue historienne en décembre 2020. Je contestais le titre d’une journée de débats dans lequel « racisme, antisémitisme et islamophobie » étaient mis sur le même plan. Cela me paraissait un scandale alors qu’existe un vrai débat sur la pertinence du terme islamophobie. La discussion s’est vite envenimée, ma collègue affirmant la « scientificité » du mot. Les ennuis ont débuté. Dès janvier, la campagne s’était déjà déchaînée sur Facebook. On nous accusait d’être « islamophobes » et on exigeait notre démission, tout en lançant des appels à témoignages anonymes contre nous. En mars dernier, mon nom, ainsi que celui d’un collègue politologue, spécialiste de l’islam en France, ont été placardés sur la façade de l’établissement. J’ai été mis sous protection policière pendant un mois.

 

Compte tenu de ses déclarations, directrice de l’IEP Sabine Saurugger a décidé par un arrêté du 14 décembre de suspendre l’enseignant de ses fonctions pour une durée de quatre mois, et fait part de son intention de «saisir le conseil de discipline dans les meilleurs délais». Le professeur, précise la directrice dans son arrêté, conservera son traitement et ses indemnités tout le long de cette suspension.

Société- Chaîne télé info continue : trop de discussions de bistrot

Société- Chaîne télé  info continue : trop de discussions de bistrot

 

Avec le phénomène Zemmour, les chaînes d’info continue ont récupéré provisoirement une certaine audience. Cependant le soufflé est en train de retomber..    En cause sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années. On complètement avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste, un » essayiste »  ;   il ne manque plus que Madame Soleil !

Et les jugements se côtoient: définitifs, péremptoires et si possible provocateurs pour maintenir l’ambiance.

C’est comme au bistrot après deux ou trois tournées d’apéritif. On affirme, on tranche, on pronostique quitte à se dédire la semaine suivante.Et la crise sanitaire offre l’opportunité de satisfaire tous les délires, D’autant que les experts, les vrais, ne sont pas toujours d’accord entre eux.

.Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques.

Démocratie et Chaîne télé info continue : trop de discussion de bistrot

Démocratie et Chaîne télé  info continue : trop de discussion de bistrot

 

Avec le phénomène Zemmour, les chaînes d’info continue ont récupéré provisoirement une certaine audience. Cependant le soufflé est en train de retomber..    En cause sans doute, le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années. On complètement avec un deux personnes  sans aucune compétence, un sociologue, un journaliste, un écrivain, un cinéaste, un » essayiste »  ;   il ne manque plus que Madame Soleil !

Et les jugements se côtoient: définitifs, péremptoires et si possible provocateurs pour maintenir l’ambiance.

C’est comme au bistrot après deux ou trois tournées d’apéritif. On affirme, on tranche, on pronostique quitte à se dédire la semaine suivante.Et la crise sanitaire offre l’opportunité de satisfaire tous les délires, D’autant que les experts, les vrais, ne sont pas toujours d’accord entre eux.

.Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques.

 

Les chaînes d’info continue : un déclin du débat démocratique

Les chaînes d’info continue : un déclin du débat démocratique

 

Le journaliste Frédéric Says de France Culture dénonce dans le Figaro  l’abaissement du niveau de débat démocratique dont sont responsables des chaînes d’info continue qui se contentent d’avis très approximatifs tout autant que péremptoires en réunissant quelques grandes gueules autour d’un micro qui n’ont la plupart du temps aucune compétence

Frédéric Says est journaliste politique à France Culture, où il signe chaque matin l’édito politique. Il publie aux éditions Bouquins, «Billets politiques – Sur le fil du quinquennat».


« Les  chaînes d’info en continu ont donné une nouvelle vigueur à cet exercice un peu vain : avoir un avis sur tout, si possible tranché voire péremptoire. Résultat : chacun monologue, personne ne s’écoute… Les mêmes se désolent ensuite parfois de la dégradation du débat public. Par ailleurs, on oublie parfois que ce sont des raisons économiques qui dictent cette course à la polémique. Les chaînes info, soumises à une intense concurrence entre elles, préfèrent organiser un débat que diffuser du reportage, bien plus cher à concevoir (transport, hébergement, tournage…). Mettre quatre «grandes gueules» en plateau, ça ne coûte que le taxi aller-retour. C’est aussi une facilité. »

Vous dénoncez la culture du clash des chaînes d’info pour faire l’éloge d’une certaine nuance. Mais trop souvent, le journalisme politique n’a-t-il pas confondu la nuance ou la modération avec le conformisme et la connivence ?

C’est un danger effectivement. Mais utiliser la nuance, ce n’est pas pour «penser mou», mais pour «penser précis». Le doute est une arme intellectuelle sous-estimée. Comme disait Oscar Wilde, «quand les gens sont d’accord avec moi, j’ai l’impression de m’être trompé».

Quant à la connivence, elle est évidemment l’une des plaies du journalisme. Je ne comprends pas l’usage du tutoiement entre les journalistes et les politiques. Cela dit, à l’inverse, l’agressivité n’est pas toujours la meilleure manière d’obtenir des réponses intéressantes.

Covid France . La hausse continue

Covid France . La hausse continue 

 Le nombre de nouveaux cas augmente et 80 départements sont repassés au-dessus du seuil d’alerte de 50 cas pour 100 000 habitants.

Dans son bilan quotidien de l’épidémie de Covid-19, Santé publique France fait état ce lundi 8 novembre 2021 de 2 197 nouveaux cas recensés. C’est un chiffre en hausse par rapport au précédent lundi : 1 866 cas avaient été annoncés le 1er novembre. En fin de semaine, le nombre de nouveaux cas détectés a dépassé les 9 000.

 Le nombre de nouveaux cas est toujours plus bas en début de semaine, en raison de la fermeture des laboratoires le week-end.

La moyenne du nombre de nouvelles contaminations sur 7 jours glissants continue de monter, et s’établit ce lundi 8 novembre 2021 à 7 276 cas.

 

 En hausse depuis plusieurs jours lui aussi, le taux d’incidence national est passé à 72,55 cas pour 100 000 habitants au 5 novembre (données consolidées à J + 3).

 

Dans les hôpitaux, le nombre de malades pris en charge augmente de nouveau ce lundi, après avoir marqué un palier depuis la fin de semaine dernière. On comptait 6 865 patients atteints d’une forme grave de Covid-19 lundi, soit 157 de plus que dimanche.

 

Le nombre de patients pris en charge dans les services de soins critiques augmente également, avec 1 141 malades, contre 1 101 la veille.

 

Ces dernières 24 heures, 55 décès ont été recensés dans les hôpitaux, ainsi que deux dans des Ehpad et autres établissements spécialisés. Ils portent le bilan de l’épidémie de Covid-19 en France à 117 950 décès.

Sur le front de la vaccination, la barre des 100 millions de doses injectées en France a été franchie ce week-end. 50 247 327 personnes sont entièrement vaccinées, ce qui représente 87,1 % de la population de plus de 12 ans éligible au vaccin.

 

Changement d’heure : ça continue

Changement d’heure : ça continue

La suppression du changement d’heure avait été promis; le problème, c’est que les pays de l’union européenne ne sont pas d’accord entre vis-à-vis de cette éventualité. Du coup pour ne pas ajouter un différend supplémentaire aux oppositions sur de nombreux autres sujets, on a décidé de mettre la question sous le tapis.

La question ne sera même pas évoquée et la conséquence c’est que sans doute le rituel idiot du changement d’heure va se poursuivre «La directive soulève de très nombreux désaccords au sein du Conseil», explique l’un des porte-paroles de la France à Bruxelles . «Vu les différends sur ce sujet, je pense que personne ne veut ouvrir à nouveau cette boîte de Pandore.» Même sans la crise du Covid-19, le changement d’heure n’aurait donc pas été pour avril 2021.

Au vu du retard pris par les institutions européennes sur les propositions à débattre suite à la crise sanitaire, on peut envisager que la question ne reviendra pas sur la table avant 2022. Encore faudra-t-il qu’à ce moment, les membres de l’UE parviennent à accorder leurs violons – et à synchroniser leurs montres.

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Covid France : -19 : la décrue continue

Covid France  : la décrue continue

L’épidémie continue sa décrue en France, où 35 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. Au total, 116.991 décès ont été dénombrés depuis l’apparition de la maladie.

Cette semaine, 1372 nouvelles hospitalisations ont été dénombrées, dont 327 en soins critiques. 4615 nouveaux cas ont été détectés ce jeudi. Le taux de positivité, lui, s’élève à 1,0% sur les sept derniers jours.

Le gouvernement ne prévoit pas pour l’enfant d’alléger la contrainte du pas sanitaire La loi prévoit une application du passe sanitaire jusqu’au 15 novembre, et un projet de loi pour le proroger au-delà de cette date doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres.

Covid France : le reflux continue

Covid France : le reflux continue

L’épidémie continue de refluer en France, où 74 personnes sont mortes du Covid-19 ce lundi, selon Santé publique France. 7980 malades sont toujours hospitalisés, dont 343 depuis la veille. Ils étaient 7994 dimanche. 1571 patients sont actuellement traités en services de soins critiques – 94 d’entre eux y ont été accueillis ces dernières 24 heures. Côté contaminations, 1309 cas ont été détectés en 24 heures (contre 1515 lundi dernier) pour un taux de positivité d’1,2%, inférieur à celui de la veille (1,3%). Cet indicateur est généralement plus bas les lundis compte tenue du nombre de tests réduits le week-end.

Afghanistan : la guerre continue pour les États-Unis

Afghanistan : la guerre continue pour les États-Unis

Alexandra de Hoop Scheffer est politologue, directrice à Paris du think tank transatlantique German Marshall Fund of the United States,  estime que les États-Unis ne sont pas sortis de la guerre en Afghanistan..(Dans l’Opinion, extrait)

 

Vingt ans après le 11 septembre 2001, l’Amérique ne s’est toujours pas remise du traumatisme causé par les attentats. Les échecs des interventions en Irak et en Afghanistan et le sentiment de déclin de l’influence des Etats-Unis face à la réémergence de la Chine suscitent chez les Américains une crise de confiance dans l’exceptionnalisme de leur pays et dans l’establishment politique perçu comme incompétent. L’ancienne secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice rappelait en 2008 que les deux priorités de la politique américaine post 11-Septembre étaient de « gagner la guerre contre le terrorisme » et de « promouvoir la liberté comme alternative à la tyrannie ».

La reprise du pouvoir par les talibans en Afghanistan et la résurgence de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, signent un double échec pour les Etats-Unis et leurs alliés : la menace terroriste s’est adaptée et renforcée depuis 2001 et la promotion de la démocratie est durablement entachée et ne suscite plus l’adhésion des citoyens américains, ni d’une bonne partie de la classe politique, avant tout préoccupée par l’état de la démocratie américaine. Washington contemple dorénavant tout engagement militaire comme un risque d’engrenage sans fin dans des guerres civiles et recentre sa politique étrangère sur la compétition avec la Chine. Cela ne veut pas dire que la « guerre contre le terrorisme » est terminée. Le retour d’expérience de ces deux dernières décennies nous impose un exercice de réflexion sur les modalités d’interventions militaires et de clarification de leurs objectifs stratégiques.

« Dès janvier 2005, les services de renseignement américains estimaient que l’Irak était devenu un “aimant” pour une nouvelle génération de terroristes jihadistes, et anticipaient l’émergence de l’Etat islamique »

« Intérêts vitaux ». L’union sacrée qui prédomine aux Etats-Unis juste après le 11 septembre 2001, fait rapidement place à des divisions au sein de la société et de la classe politique américaines. La classe ouvrière américaine notamment, qui a porté le plus lourd fardeau humain de la « guerre contre le terrorisme », reproche aux administrations successives une politique interventionniste excessive, décorrélée des « intérêts vitaux » du pays (en premier lieu protéger les emplois américains) et du bien-être des citoyens. Il n’est pas surprenant dès lors que « l’Amérique d’abord » ait résonné avec autant de force pendant la campagne présidentielle de 2016. Il n’est pas surprenant non plus que le président Joe Biden conçoive sa politique étrangère « pour la classe moyenne américaine » et que son prédécesseur démocrate Barack Obama appelait au « nation-building at home ». Le retrait militaire d’Afghanistan et la fin des missions de combat en Irak d’ici décembre, sont soutenus par une majorité d’Américains, préoccupés avant tout par l’emploi et les inégalités socio-économiques qui se sont encore plus accentuées depuis la crise de la Covid-19.

Les revers politiques et stratégiques de ces vingt années d’opérations de contre-terrorisme et contre-insurrection sont colossaux, bien que l’administration Biden soit aujourd’hui dans le déni. Dès janvier 2005, les services de renseignement américains estimaient que l’Irak était devenu un « aimant » pour une nouvelle génération de terroristes jihadistes, et anticipaient l’émergence de l’Etat islamique. En Afghanistan, les talibans n’ont pas rompu leurs liens avec Al-Qaïda et le réseau Haqqani, dont deux représentants sont aujourd’hui intégrés au gouvernement intérimaire taliban. Le secrétaire à la Défense américain, le général Austin, estime qu’Al-Qaïda pourra se reconstituer en Afghanistan en deux ans — une perspective temporelle qui paraît bien optimiste.

L’ingérence américaine dans la transition politique post-talibans et post-Saddam Hussein a abouti à des résultats contraires à ceux souhaités par les Etats-Unis : les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan et le pouvoir irakien est sous l’emprise des milices chiites pro-iraniennes. En juillet 2010, Joe Biden, alors vice-président, disait que les Etats-Unis n’étaient pas en Afghanistan pour « transformer le pays en démocratie jeffersonienne ». Le discours autour de la démocratie, les élections « free and fair », les droits des femmes, ont servi avant tout à justifier la présence militaire et à créer l’adhésion des opinions publiques occidentales à une mission mal définie dès le départ. L’intervention en Irak a signé l’acte de décès de la « democracy promotion » et, avec l’échec afghan, a profondément changé le rapport des administrations post George W. Bush à l’usage de la force militaire, dorénavant employée de manière plus sélective et prudente, avec une revue à la baisse des objectifs stratégiques et des moyens déployés : le « leading from behind » d’Obama en Libye découle des leçons tirées de l’Irak et de l’Afghanistan, et la non-intervention en Syrie découle des leçons tirées de la Libye.

«  Ce n’est pas la première fois que le shérif américain revoit ses priorités stratégiques après une période d’interventionnisme : du président George W. Bush au président Biden, ils se sont tous accordés à dire que les Etats-Unis ne devaient plus être le “gendarme du monde” »

Ce n’est pas la première fois que le shérif américain revoit ses priorités stratégiques après une période d’interventionnisme : du président George W. Bush au président Biden, ils se sont tous accordés à dire que les Etats-Unis ne devaient plus être le « gendarme du monde » pour se concentrer sur la compétition avec la Chine. Mais chaque président a, dans les faits, étendu la « guerre contre le terrorisme » (par l’usage de drones armés en Somalie, au Yémen, en Irak, en Syrie, la présence des forces spéciales dans plus de soixante-quinze pays, des opérations cyberoffensives), confortant les Etats-Unis dans leur rôle de gendarme du monde, malgré la volonté affichée par les différentes administrations de s’en défaire.

En France, l’objectif fixé par le président Hollande après les attentats de novembre 2015 était alors non pas de « contenir » mais de « détruire » l’Etat islamique. Mais la « guerre contre le terrorisme » nous place en réalité dans une logique d’endiguement sans fin de la menace terroriste, et donc d’une guerre perpétuelle. Le retrait d’Afghanistan ne veut pas dire que la guerre est terminée : il s’accompagne d’une révision de la politique américaine de contre-terrorisme, avec un recentrage sur la guerre à distance. Les frappes américaines en Irak, en Syrie, en Somalie en juillet et en Afghanistan fin août contre l’Etat islamique, confirment cette tendance.

Alexandra de Hoop Scheffer est politologue, directrice à Paris du think tank transatlantique German Marshall Fund of the United States.

Covid France : la baisse continue

Covid France  : la baisse continue

Ce jeudi, 8232 patients souffrants du Covid-19 étaient hospitalisés en France, contre 8451 mercredi. Parmi elles, 109 personnes sont entrées à l’hôpital lors des dernières 24 heures.

La décrue se poursuit également dans les services de réanimation. 1162 patients se trouvaient en soins intensifs ce jeudi, contre 1204 la veille. 30 ont été admises lors des dernières 24 heures. 29 personnes sont également décédées à l’hôpital, portant le bilan depuis le début de la pandémie à 84.638 morts dans les hôpitaux français. 2664 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures, contre 2457 la veille.

Sur le front des vaccinations, 34.103.180 personnes ont reçu au moins une injection (soit 50,6% de la population totale) et 23.270.971 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 34,5% de la population totale).

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé clairement et sans détour la vaccination obligatoire des soignants. Dans un communiqué publié ce jeudi, l’organe consultatif évoque même la possibilité de l’étendre dans un second temps à tous les Français pour donner une nouvelle impulsion à la campagne vaccinale.

Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting, réalisé pour Le Figaro et France Info, 72% des Français sont favorables à une vaccination obligatoire pour les soignants.

Covid France : Baisse continue

Covid France : Baisse continue

 

Depuis fin avril, les chiffres des admissions à l’hôpital comme en soins critiques, ainsi que le nombre de cas positifs au Covid-19, dégringole. « On voit que depuis deux mois ces indicateurs sont en baisse constante, autour de – 20% par semaine », explique ce dimanche sur BFMTV Elias Orphelin, contributeur de CovidTracker. Il ajoute qu’actuellement, « une personne en moyenne contamine 0,8 personne », ainsi, « comme il y a moins de nouvelles personnes contaminées, que de personnes qui étaient contaminées, l’épidémie régresse ».

« On a un taux d’incidence qui est en dessous de 100, on atteint les 2500 patients covid en réanimation, et tous les indicateurs sont, à l’échelle macro du pays, au vert », déclare également Olivier Véran.

Le taux d’incidence pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours est de 84,4 au niveau national, selon les dernières données samedi soir. Il est sous la barre des 150 partout en France, même si des pics sont observés par endroits, comme en Seine-Saint-Denis, qui enregistre un taux d’incidence de 122 actuellement. Le gouvernement avait évoqué des « freins d’urgence », soit la remise rapide de restrictions en place, si dans certains territoires, l’épidémie reprenait.

« Nous entrons dans une phase inédite de l’épidémie, avec pour la première fois un contrôle de la circulation du virus grâce aux mesures de restriction, et une couverture vaccinale qui va bientôt nous permettre de prévenir une reprise. Ne gâchons pas cette chance d’en finir et portons les derniers coups au virus pour revenir enfin à notre vie d’avant », déclarait fin mai dans le JDD l’épidémiologiste Arnaud Fontanet. « Tous les petits efforts » respectant les règles de distanciation sociale « peuvent avoir de grands effets sur la courbe des contaminations ».

Covid France : la décrue continue

Covid  France : la décrue continue

Le nombre de patients à l’hôpital continue de baisser lentement, notamment dans les services de réanimation, selon les données publiées samedi par Santé publique France. Au total, 14.532 malades du Covid-19 sont actuellement hospitalisés contre 14.801 la veille et 16.847 une semaine auparavant, précise l’agence sanitaire.

En 24 heures, 267 nouveaux patients ont été admis dans les hôpitaux de l’Hexagone. Les services de réanimation, qui traitent les cas les plus graves, ont accueilli 62 nouveaux malades en 24h, portant le nombre total de malades du Covid en réa à 2525 patients. Ils étaient 2571 la veille et 3028 il y a une semaine.

Ces dernières 24 heures, 58 malades sont morts à l’hôpital portant le bilan total à près de 110.000 morts depuis le début de l’épidémie.

Vingt-neuf cas supplémentaires de variant Delta, identifié pour la première fois en Inde en avril, ont été recensés dans les Landes depuis l’annonce mercredi de deux premiers cas dans une famille de ce département, ont indiqué la préfecture et l’Agence régionale de santé dans un communiqué.

 

Covid France : baisse continue

Covid France : baisse continue

Le nombre de malades du Covid-19 dans les hôpitaux français est passé sous la barre des 20.000, un reflux observé également pour les malades en services de réanimation, selon les données publiées samedi par Santé publique France. Les hôpitaux de l’Hexagone accueillent actuellement 19.765 malades du Covid-19, dont 468 admis ces dernières 24 heures. C’est la première fois depuis le 27 octobre dernier que ce nombre est inférieur à 20.000. Quatre-vingt-neuf personnes sont décédées de cette maladie à l’hôpital (111 selon les données publiées vendredi), portant à plus de 108.500 le bilan depuis le début de l’épidémie, début 2020.

Concernant la vaccination, le  gouvernement vise 30 millions de premières injections à la mi-juin. .

Covid France : la baisse continue

Covid France : la baisse continue

Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation a poursuivi sa baisse jeudi, passant sous la barre des 4500, tandis que le nombre d’hospitalisations continue également sa décrue, selon les chiffres quotidiens de Santé Publique France.

Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptent désormais 4442 malades du Covid, dont 139 nouvelles admissions en 24 heures, contre 4.83 mercredi. Ce chiffre est en diminution quasi continue depuis le point haut de 6001 atteint le 26 avril (plus haut que le pic de la deuxième vague de l’automne à 4.900 mais en dessous de celui de la première vague en avril 2020, autour de 7000).

Le nombre total d’hospitalisations pour Covid poursuit également sa baisse, avec 23.656 patients comptabilisés jeudi, dont 618 nouvelles hospitalisations en 24 heures, contre 24.254 la veille.

La tendance à la baisse de l’épidémie est confirmée par le point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France publié jeudi soir. Ainsi, les chiffres consolidés pour la semaine du 3 au 8 mai montrent une nouvelle baisse des nouvelles admissions en services de réanimation (-24% par rapport à la semaine précédente) et des nouvelles hospitalisations (-25%).

Le nombre total de personnes se trouvant en service de réanimation et en cours d’hospitalisation est également en baisse (respectivement -14% et -12%).

 

Climat : le drame de l’Amazonie, continue malgré les discours

Climat : le drame de l’Amazonie, continue malgré les discours

Ce que dénonce sur France Info l’association canopée.

 

À quoi est due cette dégradation continue de l’Amazonie

Sylvain Angerand : La dégradation est liée, par exemple, à l’exploitation du bois. Quand on va sortir des arbres comme les ipés ou les acajous qui servent à faire des terrasses qu’on va trouver dans les magasins français. Mais ça peut être également l’orpaillage, l’ouverture de petites mines artisanales. Tout ça, en fait, ça va créer des trouées dans les forêts. Pas de grandes trouées, pas de grandes images de déforestation. Mais ces trouées vont faire baisser l’humidité, et du coup, la forêt est plus fragile, plus sensible aux incendies, plus sensibles aux sécheresses. »

Est-il compliqué de sensibiliser sur cette dégradation du fait qu’elle ne soit pas spectaculaire ?

Exactement. C’est tout l’enjeu politique qu’il y a aujourd’hui, puisque la France et l’Europe ont mis en place des stratégies pour lutter contre la déforestation importée. Et nous, on défend l’idée qu’il faut aller plus loin que la simple déforestation. Étendre cette question de la dégradation aux autres écosystèmes qu’il y a au Brésil, et notamment le Cerrado, une savane arborée qui est extrêmement importante puisqu’elle joue un peu ce rôle de tampon, de protection de l’Amazonie. Tout est lié.

Fait-on un peu de sensationnalisme en affirmant que l’Amazonie n’est plus le poumon de la planète ?

La forêt amazonienne continue d’absorber du carbone, y compris les grands arbres. C’est surtout le titre de l’étude qui est mal choisi. La façon dont le titre est utilisé, par exemple par la filière bois qui nous explique que cette étude dit qu’il faut couper des arbres, il ne faut pas laisser vieillir la forêt, que l’Amazonie maintenant est trop vieille et qu’elle commence à relarguer du carbone, tout ça, ce n’est pas ce que dit cette étude. Au contraire, on se rend compte qu’une forêt bien portante continue d’absorber du carbone et que l’exploitation du bois, que la dégradation fait plonger le bilan de façon négative. Donc, il faut faire extrêmement attention à ce qu’on dit de cette étude et ne pas sur interpréter.

Dans cette étude, l’actuel président du Brésil Jair Bolsonaro est accusé d’être le principal responsable de cette dégradation. Mais tout cela n’a-t-il pas commencé bien avant lui ?

En 2008, on avait vraiment réussi à baisser de façon assez forte la déforestation en Amazonie. C’est ce qu’avait fait Lula (Luiz Inácio Lula da Silva, président du Brésil entre 2003 et 2011, NDLR), avec la mise en place d’une administration très forte, une police, l’Ibama, qui contrôlait et qui évitait les intrusions en forêt et l’exploitation illégale de bois et autres, on a réussi à faire baisser de façon drastique la déforestation et la dégradation. Aujourd’hui c’est une vraie impunité qu’il y a en Amazonie et qui entraîne un relâchement. Il faut une vraie volonté politique et il faut que la France, l’Europe, tapent du poing sur la table et pas seulement dans les discours comme on l’entend.

Quels peuvent être leurs moyens de pression ?

Sur le soja on a un vrai moyen de pression puisque la France s’est engagée. Mais nous, cela fait plus de 8 mois qu’on a remis un rapport à la ministre Bérangère Abba avec des solutions concrètes pour éviter d’importer du soja issu de déforestation. Ce qui bloque aujourd’hui, c’est les grands tradeurs qui refusent d’être transparents, de dire effectivement d’où vient le soja. Sur le cuir, ça revient toujours la même chose. Tant que l’on n’a pas de traçabilité, on ne peut pas responsabiliser les entreprises. Et lorsque l’on amène des preuves sur la table, il faut qu’il y ait une action du gouvernement, de l’Europe de dire maintenant ça suffit. Et tout le drame de l’Amazonie, en fait, c’est que les politiques adorent en parler, mais ne font rien derrière. »

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol