Archive pour le Tag 'Poutine'

Elections Russie : Le parti de Poutine avec 40 % des voix dans une élection sans candidats d’opposition

Elections  Russie : Le parti de Poutine avec 40 % des voix dans une élection sans candidats d’opposition

 

Le parti de Poutine a récolté 43,39% des voix dans une élection où tous les candidats opposés officiellement à Poutine ont été interdits, selon des résultats préliminaires portant sur 21% des bureaux de vote. « 

Le parti du Kremlin devance les communistes du KPRF (22,82%) et semble assuré de conserver une large majorité à la Douma, la chambre basse du Parlement, même si ces résultats préliminaires témoignent d’une baisse par rapport à 2016. Russie Unie avait alors obtenu 54,2% des voix et les communistes 13,3%.

Le Kremlin a  écarté tous les concurrents les plus dangereux pour assurer à son parti, Russie unie, la majorité des sièges à la Douma. Les partisans de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny ont en réaction appelé à voter pour les candidats les mieux placés pour battre ceux de Russie Unie, bien souvent des communistes.

Poutine instrumentalise la justice des pays démocratiques

Poutine instrumentalise la justice des pays démocratiques

 

Poursuivi pour diffamation par la chaîne RT (ex-Russia Today), le politiste Nicolas Tenzer demande, dans une tribune au « Monde », que la France se dote d’une législation contre les « procédures de musellement » de la part d’Etats étrangers, alors que son affaire doit être jugée à Paris, le 30 septembre.(extrait)

 

Tribune.

 

Est-il possible qu’un Etat étranger utilise la justice française pour faire taire ceux qui le critiquent ? C’est l’un des sujets qui sera posé devant la 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris le 30 septembre. J’aurai à y répondre de deux tweets critiques à l’encontre de la chaîne de télévision RT [anciennement Russia Today]. D’autres procédures similaires ont été lancées contre des agents publics, intellectuels et personnalités politiques. Déjà, cette chaîne a été déboutée de certaines plaintes pour irrecevabilité.

Il s’agit d’une affaire d’Etat en un double sens : la plainte provient d’un Etat et c’est l’institution première de l’Etat de droit, la justice, qui est instrumentalisée dans cette tentative de grande ampleur.

Je ne développerai pas mes arguments d’espèce que je réserve à la justice en laquelle j’ai toujours eu une confiance totale. Dans un cas précédent – une plainte émise par un blogueur indulgent pour les régimes de Bachar Al-Assad et de Vladimir Poutine –, en 2019, celle-ci m’avait relaxé et accordé des dommages et intérêts. Par coïncidence, l’avocat du plaignant était le même que celui de Russia Today.

Le cas est de portée générale : ces plaintes se multiplient en France et ailleurs et, si un coup d’arrêt n’est pas porté par la loi, indépendamment du résultat des procédures en cours, elles continueront de prospérer. Au Royaume-Uni, la journaliste d’investigation Catherine Belton, autrice de Putin’s People (William Collins, 2020, non traduit) – un ouvrage exceptionnel et unanimement loué par la critique sur le régime russe –, et son éditeur sont poursuivis par quatre oligarques et une société russes. Le Parlement européen et la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe ont alerté sur les procédures bâillons, mieux connues par leur acronyme anglais de Slapp (strategic lawsuits against public participation). Celles engagées par des Etats étrangers ou leurs relais, des entreprises et des personnalités, sont assurément encore plus préoccupantes.

 

Quant à Russia Today, que Twitter désormais identifie comme « média affilié à un Etat, la Russie », le président de la République Emmanuel Macron, le 29 mai 2017, la qualifiait d’« organe d’influence et de propagande ». Russia Today – à l’instar de [l’agence russe d’information] Sputnik – appartient à une agence gouvernementale et reçoit l’ensemble de ses financements de l’Etat russe. Elle a des antennes dans plusieurs pays – certains ne lui ont pas accordé l’autorisation d’émettre –, et étend ses ramifications sur les réseaux sociaux où son audience est la plus forte.

Google : Poutine impose le retrait de deux applications de l’opposition russe

L’opposition russe a accusé vendredi les deux géants des technologies de «censure» pour avoir cédé à la pression du gouvernement en retirant ce programme créé par le mouvement de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny. La décision intervient après des mois de répression qui ont écarté les détracteurs du président Vladimir Poutine du scrutin.

Apple aurait fait face aussi de son côté «à des tactiques de harcèlement et des menaces d’arrestation».

Leonid Volkov, responsable exilé de l’opposition, a accusé Apple et Google de «censure» et de «céder au chantage du Kremlin» en supprimant le logiciel de leurs boutiques. «Cette application est illégale dans notre pays», a répliqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

 

L’application Google de l’opposition permettait de savoir pour quel concurrent voter dans chaque circonscription des législatives ce week-end, mais aussi lors de dizaines d’élections locales et régionales.

Le champagne français débaptisé par Poutine !

 Le champagne français débaptisé par Poutine !

 

C’est le lot de tous les dictateurs à savoir de profiter du pouvoir absolu pour s’autoriser d’intervenir dans tous les champs de la vie économique, sociale et sociétale. Cette fois, Poutine s’autorise même à débaptiser le champagne dans le nom sera réservée au vin russe. Le vrai champagne français lui prendra l’appellation de vin pétillant. De quoi sourire évidemment mais cette décision est significative du délire de Poutine qui non seulement pille son pays mais s’arroge le droit de se transformer en un oenologue international. Il est clair que Poutine tutoie depuis longtemps la folie d’abord pour affamer son peuple, ensuite pour créer partout où il le peut des déstabilisations dans les pays fragiles ensuite pour provoquer de façon assez idiote l’opinion internationale. Conséquence , le  géant LVMH, qui produit les célèbres marques Dom Pérignon, Veuve Clicquot ou Moët & Chandon, a en effet prévenu ses distributeurs locaux qu’il suspendait ses livraisons en Russie en raison de cette nouvelle loi. «Je peux confirmer avoir reçu un courrier de ce type, et c’est justifié», a déclaré à l’AFP Leonid Rafailov, directeur général d’AST, l’un des principaux distributeurs de vins et spiritueux en Russie. appropriée.

Pour consommer leur champagne préféré, les oligarques russes devront donc peut-être venir directement en France. Ce qui ne changera pas beaucoup leurs habitudes, la Côte d’Azur étant une de leurs destinations prisées pendant l’été.

En Russie : Poutine débaptise le champagne !

En Russie : Poutine débaptise le champagne !

 

C’est le lot de tous les dictateurs à savoir de profiter du pouvoir absolu pour s’autoriser d’intervenir dans tous les champs de la vie économique, sociale et sociétale. Cette fois Poutine s’autorise même à débaptiser le champagne dans le nom sera réservée au vin russe. Le vrai champagne français lui prendra l’appellation de vin pétillant. De quoi sourire évidemment mais cette décision est significative du délire de Poutine qui non seulement pille son pays mais s’arroge le droit de se transformer en un oenologue international. Il est clair que Poutine tutoie depuis longtemps la folie d’abord pour affamer son peuple, ensuite pour créer partout où il le peut des déstabilisations dans les pays fragiles ensuite pour provoquer de façon assez idiote l’opinion internationale. Conséquence , le  géant LVMH, qui produit les célèbres marques Dom Pérignon, Veuve Clicquot ou Moët & Chandon, a en effet prévenu ses distributeurs locaux qu’il suspendait ses livraisons en Russie en raison de cette nouvelle loi. «Je peux confirmer avoir reçu un courrier de ce type, et c’est justifié», a déclaré à l’AFP Leonid Rafailov, directeur général d’AST, l’un des principaux distributeurs de vins et spiritueux en Russie. appropriée.

Pour consommer leur champagne préféré, les oligarques russes devront donc peut-être venir directement en France. Ce qui ne changera pas beaucoup leurs habitudes, la Côte d’Azur étant une de leurs destinations prisées pendant l’été.

Politique-Poutine embauche Fillon !

Politique-Poutine embauche Fillon !

 

Poutine continue d’étendre sa toile d’influence heures en Europe et là il vient de pêcher Fillon, un gros poisson toujours très attiré par les accessoires de rémunération.  L’ancien premier ministre François Fillon devrait rejoindre le conseil d’administration de Zaroubejneft, un groupe pétrolier détenu à 100 % par l’État russe. L’offre lui a été faite par un décret du gouvernement russe, signé par le premier ministre Mikhaïl Michoustine. À quand le recrutement de Sarkozy qui ne crache pas non plus sur les jetons de présence !

Jusque-là, le Kremlin, pour acheter de l’influence politique, pêchait surtout dans les eaux autrichiennes et allemandes. L’Autriche est le pays qui fournit le plus grand nombre d’anciens hauts responsables aux projets économiques et politiques de la Russie. L’ancien chancelier (2000-2007) conservateur Wolfgang Schüssel a rejoint en 2019 le conseil des directeurs de Lukoil, le plus grand groupe pétrolier russe. Alfred Gusenbauer, ancien chancelier social-démocrate (2007-2008) est membre du «Dialogue des civilisations», une organisation fondée par un proche de Vladimir Poutine, l’ancien officier du KGB Vladimir Iakounine, pour pousser les intérêts

Poutine embauche Fillon !

Poutine embauche Fillon !

 

Poutine continue d’étendre sa toile d’influence heures en Europe et là il vient de pêcher Fillon, un gros poisson toujours très attiré par les accessoires de rémunération.  L’ancien premier ministre François Fillon devrait rejoindre le conseil d’administration de Zaroubejneft, un groupe pétrolier détenu à 100 % par l’État russe. L’offre lui a été faite par un décret du gouvernement russe, signé par le premier ministre Mikhaïl Michoustine. À quand le recrutement de Sarkozy qui ne crache pas non plus sur les jetons de présence !

Jusque-là, le Kremlin, pour acheter de l’influence politique, pêchait surtout dans les eaux autrichiennes et allemandes. L’Autriche est le pays qui fournit le plus grand nombre d’anciens hauts responsables aux projets économiques et politiques de la Russie. L’ancien chancelier (2000-2007) conservateur Wolfgang Schüssel a rejoint en 2019 le conseil des directeurs de Lukoil, le plus grand groupe pétrolier russe. Alfred Gusenbauer, ancien chancelier social-démocrate (2007-2008) est membre du «Dialogue des civilisations», une organisation fondée par un proche de Vladimir Poutine, l’ancien officier du KGB Vladimir Iakounine, pour pousser les intérêts

Poutine complice de la Biélorussie

Poutine complice de la Biélorussie

En solidarité avec la Biélorussie et suite aux sanctions de l’union européenne, Poutine a fait annuler un  second vol d’Air France; faute de feu vert de la Russie à de nouveaux trajets évitant la Biélorussie.

Le syndicat des pilotes français SNPL a confirmé jeudi que les compagnies devaient, «pour pouvoir continuer à [assurer] certains vols, construire des routes alternatives à celles passant par l’espace aérien du Bélarus initialement prévues et autorisées». Ces compagnies «ont demandé, selon une procédure classique habituelle, des modifications de plans de vol notamment aux autorités russes pour pouvoir assurer les vols entre la France et la Russie», a-t-il expliqué.

Vaccins Spoutnik V : campagne de pub en Europe par Poutine

Vaccins Spoutnik V : campagne de pub en Europe par Poutine

De nombreux internautes notamment Français s’étonnent en effet d’être la cible de publicités à la gloire du vaccin russe, qui n’est toujours pas autorisé par l’Agence européenne des médicaments.

Les médicaments qui font l’objet d’une publicité doivent pourtant, selon le code de la Santé publique, figurer sur une liste établie par arrêté du ministère de la santé. Dans sa politique de publicité pour le Covid-19, Twitter explique permettre «aux clients et partenaires de publier du contenu contenant une référence implicite ou explicite au Covid-19», sous réserve du respect d’un certain nombre de conditions: «la mention de vaccins, de traitements et de kits de test est autorisée, uniquement sous forme d’informations.»

 

Entre les jeux-concours et les photos de vaccinés tout sourire, le ton des différents sites se fait autrement offensif, n’hésitant pas à s’en prendre aux «lobbies de la Big Pharma» et aux «bureaucrates anti-russes.»

 

Le Wall Street journal affirme que les agences de renseignements russes plancheraient à décrédibiliser les vaccins Pfizer et Moderna, quand Politico évoque une «vaste campagne de désinformation» pour «semer la division».

Vladimir Poutine tsar dictateur qu’à 85 ans !

Vladimir Poutine tsar dictateur qu’à 85 ans

 

 

 

Il faut évidemment une sacrée dose de mépris de tout concept démocratique à Poutine pour avoir organisé une pseudo modification institutionnelle  qui va lui permettre de demeurer le tsar dictateur de Moscou jusqu’à 85 ans. L’intéressé a en effet 68 ans actuellement et les nouvelles dispositions lui permettent de rester au pouvoir jusqu’en 2036. Normalement son mandat réduit s’achevait en 2024. Le problème est que la Russie n’a jamais connu vraiment la démocratie et que la culture du KGB de Poutine l’autorise à tous les excès anti démocratique. Par ailleurs comme il a muselé complètement toute opposition, que la presse d’opinion n’existe pas, le peuple russe est maintenu dans un état de sous-culture politique dramatique. Ainsi le seul opposant à savoir Navalny d’abord victime d’une tentative d’empoisonnement et est maintenant maintenu en prison dans des conditions qui d’ailleurs menacent à nouveau sa vie.

 

Poutine n’a cure des observations et reproches des occidentaux quant à son rapport à la démocratie, un concept qu’il récuse. Pas étonnant profitant de ses 20 ans de pouvoir Kremlin il a déjà accumulé une immense fortune qui lui a permis de construire un palais démentiel justement révélé par navalny tandis que son peuple vit les conditions d’un pays en développement. Pire Poutine s’évertue en plus à organiser le désordre chaque fois qu’il le peut dans les théâtres de lutte internationale. Par exemple quand il soutient la Syrie ou encore récemment les dictateurs de Birmanie.

Vladimir Poutine: le dictateur prolonge son mandat jusqu’en 2036 !

Vladimir Poutine: le dictateur prolonge son mandat jusqu’en  2036 !

 

Grâce au décret qu’il  vient de signer, Vladimir Poutine pourra se vanter d’avoir régné sans partage sur la Russie pendant près de 36 ans.

Le président russe Vladimir Poutine a 68 ans,. Il pourra donc continuer de diriger la Russie jusqu’à 85 ans ! Tout cela avec la bénédiction du Parlement complètement soumis au pouvoir. En plus avec une pseudo démocratie via un référendum sans opposition. L’un des rares opposants , à savoir Navalny ,ayant été mis en prison après une tentative d’empoisonnement. Bref le produit du KGB s’assoit délibérément sur la constitution qui normalement aurait dû limiter sa responsabilité de président a demanda.

 

Sorte de démocratie remake  des plus mauvaises caricatures africaines et qui finira sans doute aussi mal un jour ou l’autre. En effet la Russie enregistre non seulement un échec total en matière économique et sociale et reste au rang des pays en voie de développement. En outre , la démocratie est complètement muselée par la dictature d’un seul homme et de ses acolytes.

Cerise sur le gâteau, Poutine a fait introduire dans la constitution une immunité avis pour tous les anciens présidents russes y compris lui-même. Une manière de se protéger contre les énormes détournements des biens de l’État récemment dénoncés par Navalny au profit de Poutine.

Vaccin Spoutnik : Merkel et Macron discutent avec Poutine

Vaccin Spoutnik : Merkel et Macron discutent avec Poutine

 

Face à la faillite de la campagne de vaccination organisée par l’union européenne Merkel et Macron se retournent  vers Poutine pour envisager les conditions d’une collaboration afin d’utiliser le vaccin russe en complément des autres. Pour faire bonne figure. Merkel et Macron ont évoqué la question de la détention de l’opposant Navalny , de la situation en Ukraine, en Syrie et en Libye ainsi que le dossier nucléaire iranien. Des questions pas forcément liées mais qui visent à montrer que les occidentaux ne se rendent pas à Moscou à genoux pour sauver la campagne de vaccination.

 

La détérioration de la santé de Navalny : Poutine veut tuer l’opposant actuellement en prison

  • La détérioration de la santé de Navalny : Poutine veut tuer l’opposant actuellement en prison
  • Rien évidemment ne justifie que le principal opposant à Poutine à savoir Navalny  ne soit détenu dans l’une des prisons les plus dures de Russie sinon la volonté de le tuer. Ce qui serait une seconde tentative après l’échec de son empoisonnement. Le pire, c’est que Navalny  a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir dérogé à son contrôle judiciaire. Or ce contrôle judiciaire n’a pas pu être respecté puisque l’intéressé était en Allemagne et luttait  contre la mort après la tentative d’empoisonnement par les services secrets de Poutine. 
  • Jusque-là les occidentaux ont protesté mais de façon assez formelle et on sait que Poutine ne connaît que la force et la brutalité!  lui,  le produit du KGB. La mollesse de la protestation occidentale vient largement de la position ambiguë de l’Allemagne vis-à-vis de la Russie. L’Allemagne en effet attend avec impatience le gaz russe dont les infrastructures sont en phase terminale. Poutine ne pardonne pas navalny d’avoir dévoilé qu’il était propriétaire d’un immense palais aux frais d’un peuple qu’il maintient dans un état de pauvreté lamentable.  Olga Mikhaïlova, l’une des avocates du principal détracteur du Kremlin, a indiqué à l’AFP que Alexeï Navalny se plaignait depuis peu de «fortes douleurs au dos», ajoutant qu’il avait commencé à ne plus sentir l’une de ses jambes mardi. L’opposant a pu voir un neurologue mais celui-ci ne lui a pas dit son diagnostic, se contentant de lui donner des cachets d’Ibuprofen, un médicament anti-inflammatoire.
  • Militant anticorruption et principal opposant au président Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, 44 ans, a survécu l’année dernière à un empoisonnement au Novitchok, agent innervant développé à l’époque soviétique à des fins militaires, qui l’avait plongé dans le coma. Revenu en Russie en janvier dernier d’une convalescence en Allemagne, il a été immédiatement arrêté et condamné dans une affaire de fraude datant de 2014, qu’il dénonce comme politiquement motivée. Depuis son arrivée au camp de Pokrov, Alexeï Navalny a pu décrire sur les réseaux sociaux à deux reprises ses conditions de détention, affirmant que sa vie quotidienne de prisonnier est comparable à celle d’un «Stormtrooper» dans le «remake russe de La Guerre des étoiles» à cause de la rigide discipline en place. Il a comparé sa colonie pénitentiaire à un «camp de concentration».

Poutine déstabilisé par Navalny ?

Poutine déstabilisé par Navalny ? 

 

Nicolas Tenzer, Sciences Po (*) évoque l’impact de l’affaire Navalny sur la Russie et les politiques thématiques dans une chronique à la Tribune.

Il est parfois soutenu que l’affaire Navalny – son empoisonnement par le FSB, son arrestation à son retour à Moscou, puis sa condamnation à plus de deux ans et demi en colonie pénitentiaire – aurait été l’occasion d’une prise de conscience, chez certains dirigeants occidentaux, de la réalité du régime de Vladimir Poutine. Nous pouvons en partie en douter.

Cette affaire fut peut-être, plus exactement, la goutte de thé qui a fait monter la sonorité de l’indignation verbale après une multitude d’autres actes, avec le risque paradoxal qu’elle devienne l’arbre portant son ombre sur la forêt – celle de la nature criminelle du régime lui-même.

Tout semble se passer comme s’il n’y avait pas eu la Tchétchénie, vite sortie du terrain de l’indignation. Comme s’il n’y avait pas eu la Géorgie dont 20 % du territoire sont toujours occupés de facto par Moscou, et où, comme l’a encore jugé récemment la Cour européenne des droits de l’homme, la Russie aurait commis des crimes de guerre pendant le conflit de 2008.

Comme si l’Ukraine n’avait pas été envahie et une partie de son territoire, la Crimée, annexée, donnant certes lieu à deux régimes européens de sanctions, mais quand même bien limitées, à l’instar d’ailleurs des sanctions américaines.

Comme si Moscou n’avait pas commis des tentatives d’assassinat, couronnées de succès ou non, sur le sol européen, ce qui avait d’ailleurs suscité des réponses incroyablement mesurées des pays concernés. Comme si, en Russie même, de nombreux adversaires du régime n’avaient pas été expulsés, embastillés, voire éliminés. »

Comme si, surtout et finalement d’abord, il n’y avait pas eu la Syrie, le soutien total à un régime coupable de crimes contre l’humanité et de 700 000 morts, et les crimes de guerre en masse commis par les forces russes contre les civils syriens. Le régime de Poutine, ne l’oublions jamais, en a assassiné plus que Daech. Or, quel dirigeant occidental aurait osé serrer la main d’Abou Bakr al-Baghdadi ?

Comme si, en somme, on faisait semblant d’ignorer le lien direct entre Poutine et ses services et le crime organisé pur et simple, un lien remarquablement mis en lumière par le livre indispensable de Catherine Belton. Comme si l’illibéralisme de Poutine n’était qu’une idéologie verbale et non l’instrument d’une légitimation de ses crimes.

En somme, déclarer comme Josep Borrell, après le fiasco de sa visite à Moscou, que l’Europe et la Russie prennent des chemins divergents et que la dernière ne souhaite pas un dialogue est un constat aussi juste que tardif : cela fait quand même plusieurs années, sinon plus d’une décennie, que telle est la réalité.

Donc, pourquoi Navalny ? Pas à cause des multiples mensonges, à peine dissimulés, du régime russe : on les a déjà vus à l’œuvre après la destruction en vol du MH17, mais aussi à propos de l’usage des gaz chimiques en Syrie, de l’invasion de l’Ukraine ou de la tentative d’assassinat de Sergeï Skripal.

Pas à cause de la tentative d’assassinat en elle-même : BabourovaMarkelovPolitkovskaïaEstemirovaMagnitskyNemtsov n’ont pas eu droit au dixième des réactions suscitées par Navalny. Pas en raison de la parodie de justice, si commune et ancienne pour frapper les dissidents.

Mais parce que Navalny a su rallier des millions de Russes à son combat contre la corruption et que, s’il est incapable de faire tomber Poutine, il fut capable de le faire chanceler et de le ridiculiser en public. Peut-être certains dirigeants occidentaux ont-ils enfin pris conscience du fait que Poutine n’incarnait pas la Russie.

D’abord, ne nous faisons pas d’illusions : l’ampleur du système répressif poutinien et son verrouillage total du processus électoral ne laissent guère entrevoir une chute de Poutine sous la pression de la rue malgré la baisse de son taux de popularité. Les dernières manifestations ont été réprimées avec une intensité sans précédent, à la fois en termes de violence et de condamnations par une justice aux ordres. Poutine dispose des moyens sécuritaires pour continuer sans aucune limite.

Il en va de même pour l’argument de la démographie et de la fuite des cerveaux qui font l’objet de scénarios sombres, de l’économie en difficulté et de la catastrophe sociale qu’illustrent notamment la grande pauvreté croissante en Russie et le délabrement du système de soins. Tout cela n’empêchera pas Poutine de se maintenir au pouvoir, s’il en a les capacités physiques, jusqu’en 2036.

Enfin, il est extrêmement difficile pour un tel régime d’évoluer vers un système démocratique et transparent. Le nombre de personnes, à tous les niveaux et d’abord au sommet, qui ont un intérêt personnel au maintien du système est trop fort. Ces mêmes personnes ont tout à perdre à une justice indépendante qui ferait la lumière sur leurs agissements tant en termes de répression que d’enrichissement illicite.

C’est pourtant là, au-delà d’un soutien opérationnel à l’Ukraine et au peuple du Bélarus, que se trouve le levier possible de l’Occident s’il entend accompagner un changement de régime. D’abord, sanctionner les proches de Poutine de manière beaucoup plus complète qu’aujourd’hui est leur envoyer un signal : ils pourront l’abandonner d’autant plus aisément que son maintien au pouvoir nuit à leurs intérêts.

Ensuite, il nous faudra accompagner une transition de manière pragmatique, y compris sans doute, moyennant une restitution de biens, en garantissant un effacement partiel des délits passés. Enfin, nous devrons accompagner, de manière moins dogmatique que lors des années Eltsine, la transition vers une économie prospère et libre tout en renforçant le filet de protection sociale, plus urgent que jamais pour le peuple russe.

Mais sommes-nous vraiment prêts pour engager cette action pacifique vers l’après ?

Pour autant, devons-nous attendre un changement majeur et décisif de la part des pays occidentaux ? Peut-être faut-il, une seconde, revenir à la Syrie. Que les dirigeants démocratiques n’aient pas saisi, au moins en raison de ses actes en Syrie, la nature du régime de Poutine laisse perplexe. L’invasion d’une partie du Donbass ukrainien et l’annexion de la Crimée étaient certes des événements inquiétants. Mais l’intervention des forces russes en Syrie à compter de l’automne 2015 marquait autre chose : l’affirmation qu’une puissance membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pouvait commettre, de manière massive, des crimes de guerre, susceptibles d’entraîner la poursuite de leurs responsables devant la Cour pénale internationale, sans ni désignation, ni condamnation directe par les démocraties.

De même, par ses 16 vetos, le plus souvent avec le soutien de la Chine, la Russie a à la fois empêché l’acheminement d’une aide humanitaire indépendante aux réfugiés et la condamnation des crimes contre l’humanité du régime Assad. Elle a, par là, érodé la notion même de ces crimes dans l’esprit des dirigeants et des opinions de l’Ouest alors qu’ils sont le fondement de notre conscience historique.

 

Que vaudrait une alarme nouvelle à propos de Navalny qui ne ferait pas un examen sans complaisance de notre faute passée ? Si nous devenons plus fermes désormais sans comprendre en quoi nous avons failli, en particulier sur la Syrie, nous n’aurons accompli qu’un trop court chemin.

Pour l’instant, nous restons au milieu du gué. Il n’est guère de différences entre les condamnations et les sanctions plus anciennes, en particulier sur l’Ukraine ou l’affaire Skripal, et les déclarations actuelles et notamment les sanctions, mesurées, dont le principe a été décidé par le Conseil Affaires étrangères de l’Union européenne le 22 février 2021. Certes, certains remarquent que c’est la première fois que l’Union fait usage de son nouveau régime de sanctions dit « Magnitsky », et c’est un précédent bienvenu.

D’autres considèrent que les propos de Josep Borrell, contrecoup de son humiliation publique lors de son déplacement du 5 février à Moscou, insistant sur la position de confrontation cherchée par le Kremlin, vont plus loin que les précédentes déclarations des responsables européens.

De son côté, Joe Biden a reconnu dans les termes les plus clairs le danger global que représentait le régime du Kremlin, même si les premières sanctions personnelles décidées restent encore assez restreintes. D’autres pourraient toutefois suivre.

Or, les résultats sont comptés en termes d’action : l’Allemagne n’a pas renoncé à Nordstream 2 dont chacun reconnaît à la fois le danger pour l’Union européenne et l’Ukraine et l’avantage stratégique que sa mise en service donnerait à Moscou, lui octroyant aussi des ressources supplémentaires pour financer ses actions d’agression et de propagande extérieures. Avec une majorité écrasante, le Parlement européen a ainsi demandé l’arrêt du projet. Or, le reste de l’UE ne s’est pas uni pour y contraindre l’Allemagne et, à ce jour, certains s’alarment d’une position moins ferme de Washington en termes de sanctions.

L’Union n’a pas mis en place non plus un mécanisme pour geler ou même saisir les biens et avoirs des oligarques russes et autres personnalités du premier cercle de Poutine dont une liste circonstanciée avait été proposée par Vladimir Achourkov, directeur de la Fondation anti-corruption créée par Navalny. On pourrait ajouter une certaine mansuétude dans plusieurs pays européens envers les relais du Kremlin et la quasi-absence d’enquête sur les réseaux de corruption qu’il entretient.

Il est dès lors difficile de ne pas accréditer l’hypothèse d’une conscience imparfaite de la nature de la menace et de la profondeur de sa pénétration au sein d’une partie des élites européennes qui expliquerait la frilosité de l’action.

Trois raisons peuvent expliquer ce caractère timoré de la réaction occidentale.

La première est une forme de corruption de l’esprit de certains milieux proches des cercles du pouvoir dans certains pays européens. Cette corruption n’est pas toujours légalement punissable : travailler pour une société russe, même lorsqu’on est un ancien haut responsable politique comme Gerhard Schröder, n’est pas nécessairement illégal. Recevoir une rémunération pour des actions d’influence de la part de sociétés proches du pouvoir russe ne l’est pas toujours non plus si l’on n’est pas, ou plus, un agent public. Même en droit français, la frontière est parfois malaisée à appréhender entre le lobbying, le conseil et le trafic d’influence.

Dans la plupart des pays européens, les centres de recherche privés ou fondations par exemple peuvent aussi, en toute légalité, recevoir de l’argent d’une puissance étrangère sans être, à ce jour, tenues de la révéler. Si les journalistes européens sont en général soumis à un code de déontologie qui prohibe de recevoir cet argent sans en révéler l’origine, il n’est pas toujours aisé de le faire appliquer. Or, jusqu’à présent, la plupart des pays européens semblent rechigner à durcir leur législation, à exiger une transparence totale, voire à diligenter des enquêtes. Cela rend les milieux politiques potentiellement soumis à ce type d’actions des régimes autoritaires étrangers. Un renforcement d’ampleur de l’arsenal juridique anti-corruption, comme certains le proposent, doit être la priorité absolue.

La deuxième raison tient au manque de connaissance directe de la nature du régime russe de la part des conseillers des dirigeants - l’administration Biden étant une exception notable. Cela conduit à des récits inadaptés, fondés notamment sur une appréhension romantique de la Russie à partir de données historiques, géographiques et culturelles, et non d’une analyse politique. Il n’est pas fortuit que certains propagandistes doux cherchent à vendre ces vieilles lubies géopolitiques pour justifier un nouvel engagement avec le Kremlin. Cette inintelligence du régime a conduit à des tentatives de réengagement aventureuses et vouées à l’échec dont le résultat premier est d’ailleurs d’affaiblir, de diviser et donc de menacer l’Europe. Les mêmes conseillers ne semblent aucunement formés à la manière dont les récits malencontreux peuvent nourrir la propagande.

Une troisième raison illustre ce point : une pratique diplomatique courante conduit certains responsables à séparer les sujets. On en retrouve la trace dans les propos récents de Josep Borrell qui peut dire dans une même phrase qu’on peut être ferme envers la Russie sur ses atteintes aux droits fondamentaux et ses menaces à l’encontre de l’Europe et, en même temps, poursuivre des coopérations sur, par exemple, l’environnement et la santé. Ce discours est aussi fréquent envers la Chine. Or, lorsqu’il concerne un régime dictatorial habitué à la propagande, il lui offre des armes. Il conduit à diminuer dans l’opinion l’intensité et la portée de ses crimes en même temps qu’il nous place dans une situation de dépendance.

Espérons qu’une nouvelle épreuve plus terrible ne nous oblige pas à un apprentissage trop tardif.

_______

(*) Par Nicolas Tenzer, Chargé d’enseignement International Public Affairs, Sciences Po

Poutine : le pouvoir des matraques

Poutine : le pouvoir des matraques

Toujours plus impopulaire, le président russe est prêt à tout pour garder un « pouvoir personnel et éternel », dénonce le philosophe Kirill Martynov, responsable du service politique du journal « Novaïa Gazeta », dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Ceux qui en Russie voient les manifestations actuelles comme la simple poursuite de nos anciennes protestations se trompent lourdement. En décembre 2011, nous marchions fièrement et gaiement sur la place Bolotnaïa ; lors de l’été 2019, nous criions : « Nous sommes le pouvoir. » Les Moscovites protestaient ainsi contre l’interdiction faite aux candidats indépendants de se présenter aux élections locales. Mais, après chaque mobilisation, la vie reprenait son cours.

Cette fois, l’enjeu est bien plus élevé. La fin des manifestations signifiera « un contrat social de type nouveau » imposé par le pouvoir. Désormais, seuls les cercles de l’élite dirigeante pourront jouir d’une vie dans la dignité, une vie où l’on n’a pas peur de dire ce que l’on pense et où l’on ne s’attend pas à l’irruption de la police chez soi au petit matin.

Comment cela s’est-il produit ? Auparavant, les hauts responsables du Kremlin estimaient que l’emprisonnement de Navalny ne serait d’aucune utilité dans leur lutte pour un pouvoir personnel et éternel. Désormais, ils considèrent cette solution comme étant la plus efficace. Même sa tentative assassinat, comme le montrent les événements de 2020, était considéré comme une excellente stratégie.

Qu’est-ce donc qui a changé ? Il n’est pas difficile de trouver une hypothèse plausible : le peuple a cessé d’aimer le président Poutine. On ne l’aime plus car il est impossible de se réjouir, des décennies durant, des « victoires sur les ennemis extérieurs », et que le régime de Poutine ne peut se vanter d’aucune autre réalisation. L’économie russe se contracte depuis sept ans. Pendant la pandémie de Covid-19, l’Etat a décidé de ne pas aider les citoyens, préférant amasser des réserves. Beaucoup de gens considèrent que Poutine n’a pas partagé le sort de son peuple en s’isolant dans sa résidence.

La vie normale en Russie s’est arrêtée vers 2014-2015, lorsque le Kremlin a déclenché une guerre honteuse contre son plus grand voisin slave, l’Ukraine. Une fois que les combats ont cessé, la violence s’est répandue inévitablement dans le reste du pays, un phénomène bien décrit par les historiens. Le meurtre de Boris Nemtsov aurait pu en devenir le déclencheur, mais, à l’époque, le régime n’avait pas besoin de recourir à une violence à grande échelle car le président était plébiscité. Aujourd’hui, entre lui et le peuple, il n’y a plus que les matraques.

A un certain moment, parallèlement à l’effondrement de l’autocratie populiste, le pouvoir dans le pays a été accaparé par un groupe qui représente les « structures de force ». Je n’ai aucune « source » particulière pour affirmer cela, mais il suffit de regarder : entre l’apparition des « éducateurs politiques », qui vont façonner l’« état d’esprit » des enfants dans les écoles – comme en URSS –, la paralysie du système judiciaire et les villes bouclées par la police, tout dénote le style propre aux officiers issus des services secrets soviétiques.

Pour une réplique radicale face à Poutine

Pour une réplique radicale face à Poutine

Après la « claque » infligée au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, à Moscou, le 5 février, l’universitaire spécialiste de la Russie Françoise Thom préconise, dans une tribune au « Monde », que l’Union européenne adopte une politique « résolue de sanctions dures » et de risposte aux provocations.

Tribune. 

 

S’il est une leçon que l’on peut tirer de la visite calamiteuse du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, à Moscou, c’est qu’il est temps pour l’Union européenne (UE) de repenser de fond en comble sa politique russe. Car le comportement de Moscou à cette occasion a révélé une chose : le Kremlin considère désormais que l’UE est moribonde et qu’on peut impunément rouer de coups le lion devenu vieux. Mais ce n’est pas parce qu’il se tournerait vers la Chine, comme le ressasse l’orchestre de Moscou. C’est parce qu’une autre structure européenne, patiemment construite par la Russie depuis des années, est prête à prendre la relève.

 

Il s’agit du réseau des relations bilatérales tissé par le Kremlin avec les principaux pays européens, grâce auquel la Russie espère acquérir une place centrale et prépondérante en Europe. La France ne cesse d’appeler à un « partenariat stratégique » avec Moscou ; les successeurs présumés d’Angela Merkel ont les yeux fixés sur les juteux contrats que le Kremlin fait miroiter devant eux. 

L’Angleterre, seul pays considéré comme réfractaire par la Russie, est maintenant hors jeu grâce au Brexit. Le traitement humiliant démonstrativement infligé à Josep Borrell montre que le Kremlin entend désormais faire de la question russe un « boutoir » contre ce qu’il reste de l’UE.

Il est par conséquent urgent pour l’Union de formuler une politique russe cohérente qui permette de resserrer les rangs et d’éviter à l’avenir les désastres comme celui auquel nous venons d’assister. Pour cela, il faut d’abord se débarrasser des clichés qui nous collent à la peau et qui défilent déjà de nouveau, quelques jours après la volée de bois vert infligée à M. Borrell : « Il faut maintenir le dialogue », « le mur du silence n’est pas une option », il faut « trouver des domaines où la coopération est possible », les Occidentaux ont « humilié la Russie », etc.

Ce genre de rhétorique a persuadé Moscou qu’on peut souffleter les Européens, et qu’ils tendront l’autre joue. Ceux qui préconisent le « dialogue » ne voient pas que toute main tendue de l’Occident est perçue en Russie soit comme une agression camouflée – l’expression du projet prêté à l’Occident de « démembrer la Russie » pour mettre le grappin sur ses richesses –, soit comme le signal d’une disposition à la capitulation de « l’adversaire » (car le Kremlin considère comme des adversaires tous les pays qui ne sont pas des dictatures).

Affaire Navalny : Poutine s’enfonce

  • Affaire Navalny : Poutine s’enfonce
  • Jusqu’à une période très récente Poutine avait complètement ignoré son principal opposant injustement condamné à la prison après qu’il ait été victime d’un empoisonnement des services secrets russes.
  • Cependant devant la médiatisation de cette injustice démocratique flagrante Poutine d’une certaine manière reconnaît désormais le phénomène Navalny et tente de quitter dans les médias russes. Ainsi  si Poutine ne se réclame pas du communisme,  il en retient la dialectique caricaturale des  contrevérités les plus flagrantes :
  • «Nos opposants ou nos adversaires potentiels (…) ont toujours compté sur des personnes ambitieuses, assoiffées de pouvoir, les ont toujours utilisés», a déclaré Vladimir Poutine dans une interview .
  • . Selon lui, «les nombreux succès» de la Russie, parmi lesquels il inclut la conception du vaccin Spoutnik V«commencent à irriter (nos adversaires)». «Plus nous devenons forts, plus cette politique d’endiguement est forte», a-t-il assuré.
  • La vérité est sans doute un peu différente car la Russie connaît une crise économique et sociale sans précédent avec notamment une dérive des prix qui réduit de façon dramatique le pouvoir d’achat. Par contre indiscutablement la Russie, elle, a réussi à mettre au point un vaccin contrairement à d’autres pays développés comme la France.
  • Ce n’est toutefois pas une raison pour considérer la Russie comme le modèle économique, social et scientifique. Sinon on se demande pourquoi Poutine est ainsi contraint de descendre dans l’arène pour répondre à la grogne démocratique mais surtout socio-économique qu’il reconnaît à demi-mot. Poutine est non seulement affronté à une grave crise économique mais voit d’un mauvais œil monter  une certaine contestation de son pouvoir dans l’opinion.

 

Elon Musk veut dialoguer avec Poutine!

Elon Musk veut dialoguer avec Poutine!

 

Le patron le plus riche du monde se prend sans doute un peu pour une grenouille ayant l’intention d’être plus grosse que le bœuf. Récemment ,il vient de s’attaquer au système monétaire en proposant la substitution du bitcoin au système financier actuel. En clair d’une certaine manière ,il remet en cause la souveraineté monétaire des Etats.

 

Une proposition cependant intéressée puisque grâce à la spéculation qu’il a grandement favorisée Elon Musk  encaisse les profits d’un investissement de 1,5 milliards dans le bitcoin Maintenant le médiatique patron qui promet la lune à tout le monde s’attaque à la politique diplomatique en voulant dialoguer directement avec Poutine. Un jeu évidemment dangereux quand les grands patrons utilisent des cocktails économiques, politiques et médiatiques pour satisfaire leur intérêt économique autant que leur ego. Il faut noter que la valorisation des sociétés d’Elon Musk repose sur du bluff permanent en tout cas n’est pas du tout corrélé à la valeur réelle des actifs. À cet égard les promesses Elon Musk  de devenir le premier constructeur mondial automobile sont encore très loin de l’objectif de même que la perspective d’aller coloniser Mars !

 

Poutine : la terreur comme mode de régulation

Poutine : la terreur comme mode de régulation

Dans leur livre « Poutine. La stratégie du désordre » (Tallandier), la journaliste du « Monde » Isabelle Mandraud et le politiste Julien Théron analysent le rôle-clé de l’armée et le système mis en place en vingt ans par l’homme fort du Kremlin. En voici quelques extraits.

« Poutine. La stratégie du désordre », d’Isabelle Mandraud et Julien Théron. TALLANDIER

Bonnes feuilles. Lorsque Vladimir Poutine raconte l’exfiltration par les forces spéciales russes, le 28 février 2014, de l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, réfugié encore aujourd’hui en Russie, il ne peut dissimuler son mépris. « Il a dit : “Je ne pouvais pas signer le décret autorisant l’usage des armes, ma main n’a pas pu se lever.” J’ignore s’il peut être blâmé pour cela. Est-ce bien ou mal, les conséquences de l’inaction sont graves, c’est évident. »

Le chef du Kremlin n’aurait certainement pas hésité, lui, à employer la force pour faire taire les manifestations de Maïdan, la place de l’Indépendance à Kiev, qui ont abouti à la fuite du dirigeant ukrainien. La violence est constitutive de la présidence de Vladimir Poutine.

Il le prouve dès son arrivée au pouvoir avec la deuxième guerre russo-tchétchène (1999-2000, et s’étendant au-delà). Déjà considérablement meurtri par la première guerre menée par son prédécesseur, Boris Eltsine, ce petit territoire du Caucase à majorité musulmane, qui réclame son indépendance, va vivre un enfer.

Pour la première fois, en octobre 1999, alors que Vladimir Poutine n’est encore officiellement « que » le chef du gouvernement russe, des missiles s’abattent sur Grozny, la capitale tchétchène. Les bombardements intensifs lancés par la Russie n’épargnent ni les marchés, ni les écoles, ni les hôpitaux, ni les quartiers résidentiels. Pour atteindre les combattants rebelles, les civils deviennent des cibles, en dépit de « corridors » censés leur permettre d’évacuer les zones de tir.

 

Cette deuxième guerre, au bilan plus meurtrier encore que la première (au terme des deux conflits, on estime entre 150 000 et 200 000 le nombre de morts tchétchènes sur une population totale qui ne dépassait pas, alors, 1 million), a changé de registre. Elle est considérée comme une opération antiterroriste, et non plus comme un rétablissement de l’ordre constitutionnel sous Boris Eltsine. Il n’est plus question de s’opposer à des indépendantistes ou à des rebelles, mais à des « terroristes ».

« On butera [les terroristes] jusque dans les chiottes, la question est close » – Vladimir Poutine (1999)

Le cynisme de Poutine face au ventre mou de l’Europe

Le cynisme de Poutine face au ventre mou de l’Europe

 

 

 

Un édito du monde souligne la véritable gifle qu’a reçue l’Europe quand son représentant diplomatique était présent à Moscou. C’est le moment précis qu’a choisi Poutine pour expulser des ambassadeurs de l’Europe. Le signe sans doute que Poutine ne craint guère les réactions du ventre mou de l’Europe à la fois désunie vis-à-vis de la Russie et peut déterminée.

 

 

Formé à l’école soviétique, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est un vieux routier de la diplomatie. Il prépare volontiers ses collègues de pays amis en visite officielle à Moscou à la conférence de presse conjointe. Vendredi 5 février, M. Lavrov n’a pas eu ces égards pour Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), et pour cause : la conférence de presse était une embuscade. La première question, posée par un collaborateur de l’agence officielle Sputnik, visait à conduire l’ex-ministre espagnol à condamner les sanctions américaines contre Cuba.

M. Borrell n’a pas su éviter le piège. Mais il y avait pire, et il l’ignorait encore. C’est par les réseaux sociaux qu’il a appris, à la fin de ses entretiens avec le ministre russe, l’expulsion de trois diplomates européens en poste en Russie, un Allemand, un Polonais et un Suédois, accusés d’avoir violé leurs obligations diplomatiques en assistant à des manifestations de soutien à l’opposant Alexeï Navalny. Des accusations « sans fondement », a commenté M. Borrell dimanche soir dans un compte rendu de sa visite sur son blog. Il a demandé à M. Lavrov de revenir sur cette décision ; ce dernier a refusé.

A ce niveau-là, ce n’est plus un camouflet, c’est une gifle. Une humiliation pour l’ancien ministre espagnol des affaires étrangères mais aussi, à travers lui, l’expression d’un mépris total pour sa fonction, dont la faiblesse est ici soulignée, et un geste de défi à l’égard de l’Union européenne.

En allant se jeter dans la gueule du loup à un moment d’extrême tension politique en Russie, Josep Borrell a sous-estimé le cynisme du régime de Vladimir Poutine et surestimé sa capacité à y faire face. Avant son départ de Bruxelles, il avait fait valoir aux sceptiques les vertus du dialogue : « Lorsque les choses vont mal, il faut s’engager », assurait-il lors d’une conférence à la fondation Robert-Schuman.

Le haut représentant pour la politique extérieure de l’UE voulait explorer les possibilités de progrès dans les relations entre l’UE et la Russie, pour en faire part au sommet européen prévu en mars sur ce sujet. Il pensait pouvoir à la fois afficher la fermeté sur le sort réservé à Alexeï Navalny et aux milliers de manifestants arrêtés et parler de coopérations possibles sur le climat, l’Arctique ou le nucléaire iranien. A la décharge de M. Borrell, peu d’Etats membres de l’UE – ni Paris ni Berlin – s’étaient opposés à ce voyage.

Mais, pour dialoguer, il faut être deux. Et le message qu’a confirmé le pouvoir russe au cours de cette désastreuse visite, c’est qu’il n’a aucunement l’intention de dialoguer avec l’UE. Pour ceux qui en doutaient encore, les choses ont le mérite d’être claires.

Cette clarification pourrait, finalement, se révéler salutaire. Le chef de la diplomatie européenne a dressé lucidement dimanche soir un constat d’échec de son expérience : cette visite l’a convaincu que la Russie s’est « progressivement déconnectée de l’Europe » et qu’elle « voit dans les valeurs démocratiques une menace existentielle ». Sa priorité stratégique, de toute évidence, n’est pas l’Europe, mais la Chine. L’UE, conclut-il, « devra en tirer les conséquences » et « procéder, unie, avec détermination ».

Unité et détermination : les deux font défaut à l’UE à propos de la Russie. Après une telle leçon, elles sont pourtant plus nécessaires que jamais. Sur la question des nouvelles sanctions, comme sur celle d’un tournant stratégique dans les relations entre l’Europe et la Russie.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol