Archive pour le Tag 'Poutine'

Poutine a tué son économie pour servir son impérialisme

Poutine a tué son économie pour servir son impérialisme

En vingt-deux ans de pouvoir sans partage, le maître du Kremlin a sacrifié le bien-être des Russes à ses chimères de grandeur impériale. Et il n’a jamais créé les conditions d’une économie de marché stable et propice aux affaires. ( papier de Jean-Michel Bezat dans le Monde)

 

 

McDonald’s est de retour à Moscou, sous un autre nom et avec un nouveau propriétaire, l’homme d’affaires russe Alexandre Govor. Rebaptisée Vkousno i tochka (« délicieux, point ») et dotée d’un nouveau logo, la chaîne de fast-food va peu à peu rouvrir les 850 restaurants franchisés de l’ex-enseigne américaine. On peut voir dans cette reprise la capacité de rebond de la Russie depuis le départ des entreprises occidentales après l’invasion de l’Ukraine. Ou, plus sûrement, l’isolement croissant du pays, encore illustré par l’absence de grandes sociétés et de dirigeants occidentaux au Forum économique de Saint-Pétersbourg, qui s’est achevé le 18 juin.

Lancé en février 1990, le premier McDo avait symbolisé l’ouverture au capitalisme d’une URSS moribonde. Un retour en arrière ? La Russie n’est pas dans l’état où elle était à la fin de l’ère soviétique, ni après dix ans de présidence chaotique de Boris Elstine. Vladimir Poutine l’a fait entrer dans l’économie mondiale, sans atteindre le degré d’intégration de la Chine. Son industrie s’est un peu diversifiée dans l’agroalimentaire et les technologies. Depuis les sanctions occidentales décrétées après l’annexion de la Crimée en 2014, elle a développé sa production céréalière pour devenir la première exportatrice mondiale de blé – source de revenus autant que levier politique, à l’instar du pétrole, du gaz et de l’armement.

Nostalgique de la puissance politico-militaire de l’Union soviétique, le président russe n’a aucun regret pour son économie planifiée. « Nous n’allons pas avoir une économie fermée », assurait-il, le 9 juin, devant de jeunes entrepreneurs réunis en marge de la commémoration du 350e anniversaire du tsar « européen », Pierre le Grand. Et il peut se féliciter que l’économie résiste encore, quatre mois après le début d’un train de sanctions sans précédent pour une grande économie.

Le rouble tient bon grâce à la stricte politique des taux d’intérêt de la gouverneure de la Banque centrale, Elvira Nabioullina, et à une gestion rigoureuse des comptes publics, qui permet de constituer des réserves de devises. La balance commerciale est excédentaire et la flambée du baril d’or noir, même vendu avec une décote de 20 à 30 dollars (sur 120 dollars, soit environ 114 euros), assure d’importantes recettes fiscales. Gazprom, et donc l’Etat actionnaire, n’a jamais tiré autant de profits du gaz.

Poutine et Xi Jinping : Même stratégie des dictateurs

Poutine et Xi Jinping Même stratégie des dictateurs

Les discours russe et chinois sur l’Ukraine et Taiwan ont beaucoup en commun, aussi bien sur les plans identitaire et stratégique qu’au niveau politique. Par Pierre-Yves Hénin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

La guerre engagée par la Russie pour soumettre ou démembrer l’Ukraine est venue alimenter l’inquiétude d’un prochain recours à la force par la République populaire de Chine à l’encontre de Taiwan afin de réaliser le « rêve chinois de réunification nationale ». Une inquiétude d’autant plus grande que, trois semaines avant l’invasion de l’Ukraine, Vladimir Poutine et Xi Jinping avaient publié une déclaration de totale solidarité lors de la visite du président russe à Pékin. Alors, Ukraine et Taiwan, même combat ?

La Russie et la Chine sont aujourd’hui toutes deux des États autoritaires et révisionnistes, au sens où ils entendent remettre en cause l’ordre mondial existant. Certes, la situation de Taiwan est bien différente de celle de l’Ukraine en termes de droit international, mais les discours de justification de Vladimir Poutine et Xi Jinping convergent pour l’essentiel.

En effet, les « narratifs » russe et chinois reposent sur deux piliers communs : d’une part, l’affirmation d’une identité nationale partagée, puis déchirée, qu’il convient de restaurer ; d’autre part, une préoccupation géostratégique causée par une présence militaire des États-Unis ou de leurs alliés potentiellement hostile dans leur étranger proche, synonyme de menace d’encerclement et de contestation de leur sphère d’influence légitime sur leur « pré carré ».

À ces arguments s’ajoute un autre aspect de première importance : la volonté de ces systèmes autoritaires de se protéger face au « contre-modèle » démocratique qu’incarnent à leurs frontières l’Ukraine et Taïwan.

Comme celui de la Chine, le régime russe actuel peut être qualifié de national-capitalisme autoritaire. Dans ce type de régime, la légitimation de l’autoritarisme mobilise en particulier un discours national identitaire.

Il n’est pas étonnant que cette logique figure au premier plan du narratif russe pour justifier le démembrement de l’Ukraine, objectif proclamé de son action militaire. Vladimir Poutine s’est chargé personnellement de produire ce discours dans un long document intitulé « Sur l’unité historique des Russes et des Ukrainiens », dans lequel l’histoire se trouve instrumentalisée à l’appui de sa politique révisionniste), ce que de nombreux historiens n’ont pas manqué de dénoncer.

Rappelant l’histoire longue et compliquée d’une Ukraine ballottée entre les sphères d’influence russes et lituano-polonaises, Poutine affirme que le mouvement de revendication d’une identité nationale ukrainienne – d’abord culturelle et linguistique -, qui s’est particulièrement manifesté à la fin du XIXe, siècle était manipulé par le mouvement national polonais – l’étranger, déjà – qui luttait à l’époque contre l’annexion de la Pologne dite « du Congrès » par l’empire russe. Plus intéressante est sa dénonciation de la politique soviétique des nationalités dans le devenir de l’espace hérité de l’URSS.

L’agression russe n’a fait que renforcer la vision de l’Histoire partagée par la majeure partie des Ukrainiens, d’après laquelle leur identité nationale aurait été édifiée des siècles durant, en particulier dans l’opposition à l’empire autoritaire des tsars puis des autorités communistes. Toujours réprimé par le pouvoir soviétique, ce programme de réflexion historique renaît à la fin des années 1980, avec la pérestroïka, à l’initiative du Parti communiste d’Ukraine, comme le rapporte un historien de Kiev qui a participé à ce renouveau.

On relèvera au passage que le rattachement de la Crimée à l’Ukraine par décision du Soviet suprême le 19 février 1954 – présenté à l’époque par Moscou comme un don généreux du grand frère à l’occasion du 300e anniversaire du Traité de Pereïaslav, et aujourd’hui comme une lubie de Khrouchtchev - visait en réalité à renforcer le poids de l’élément russe dans une république où les mouvements de contestation de l’ordre russo-soviétique n’étaient pas éteints.

Le discours chinois de justification de la nécessaire « réunification » avec Taiwan revêt certes une certaine légitimité a priori en termes de droit international, puisque les États-Unis eux-mêmes ne contestent pas l’appartenance de principe de l’île à la Chine. Pour autant, cette réunification est présentée comme la dernière survivance des « traités inégaux » à effacer pour réaliser le « grand rêve chinois ».

Certes, c’est bien par le Traité de Shimonoseki en 1895 que le Japon s’est approprié l’ile de Taiwan. Pourtant, les différents gouvernements chinois ne revendiqueront pas le retour de Taiwan à la mère patrie avant plusieurs décennies. Jusqu’en 1942, alors que la restitution de la Mandchourie est exigée, Taiwan n’apparaît que comme un territoire qui doit être libéré de l’occupation japonaise, au même titre que la Corée et l’Annam, également anciennes colonies chinoises. Rarement évoqué, ce point est bien documenté par l’historien états-unien Alan M. Wachman. En 1937, lors de ses entretiens avec le journaliste Edgar Snow, Mao considère que le Parti communiste doit aider les Taiwanais à lutter pour leur indépendance, position réitérée par Zhou Enlai en juillet 1941. En 1938, le président nationaliste Tchang Kai-chek exprime la même position :

« Nous devons permettre à la Corée et à Taiwan de restaurer leur indépendance, ce qui bénéficiera à la défense nationale de la République de Chine. »

La rupture viendra d’un acteur inattendu, Franklin Delano Roosevelt. Le 14 août 1941, la Charte de l’Atlantique prévoit le retour de Taiwan à la République de Chine. Informé par ses relations états-uniennes, le Kouo-Min-Tang (le parti de Tchang Kai-chek) intégrera ce point de vue en 1942. Dans le même temps, le Parti communiste chinois opère le même changement de posture, qu’il présente comme une initiative des communistes taiwanais.

Comme le remarque Alan Wachman, cet affaiblissement de l’argument de la légitimité historique conduit à privilégier l’argument géostratégique.

Nous ne reprendrons pas ici la longue controverse sur la légitimité de l’élargissement de l’OTAN à d’anciennes démocraties populaires, puis aux États baltes, libérés de l’annexion soviétique voire, un jour, à la Géorgie et à l’Ukraine. En tout état de cause, cet élargissement amène aux frontières de la Fédération de Russie une coalition potentiellement opposée à ses projets révisionnistes de restauration, si besoin par la force, de la sphère d’influence héritée de l’Empire des tsars et de l’URSS. La vidéo suivante a été publiée par une diplomate chinoise, signe révélateur de l’alignement des positions de Pékin et Moscou sur cette thématique de l’encerclement.

Alliance défensive, l’OTAN ne risque pas d’engager d’action offensive contre la Russie, dont les préoccupations sur ce point sont pour le moins surfaites. Il reste que, à défaut de constituer une menace pour la Russie elle-même, l’élargissement de l’OTAN aura incontestablement limité sa capacité d’action dans des pays relevant à ses yeux de son « étranger proche » (sans toutefois l’empêcher de soutenir militairement des « républiques séparatistes » contrôlées par des minorités russophiles et russophones, de la Transnistrie à l’Abkhazie, en passant par le Donbass). Sans la présence militaire occidentale dans les pays limitrophes, on voit mal comment l’armée ukrainienne aurait pu résister avec autant d’efficacité à l’offensive russe de février 2022.

Employant une terminologie qui n’est pas sans rappeler le discours allemand d’avant la Première Guerre mondiale, la Russie affirme que la présence militaire occidentale vise à « encercler » son territoire. De manière similaire, l’autonomie de Taiwan sous protection états-unienne constitue, aux yeux des autorités chinoises, le point d’ancrage d’une barrière fermant les mers de Chine le long de la « première chaine des iles ». Le manuel sur la géographie militaire du Détroit de Taiwan publié en 2013 par l’Académie de défense de Pékin comporte une présentation très explicite de l’enjeu géostratégique que constitue la possession de Taiwan : le contrôle de l’île est vital pour se prémunir d’un blocus, en même temps qu’il permettrait de menacer les communications du Japon ; et il offrirait à la marine de l’Armée populaire un accès libre à l’océan Pacifique et un moyen de pression décisif sur les États de la région, rapportent les chercheurs William Murray et Ian Easton.

Aussi réels que soient les enjeux stratégiques et géopolitiques en cause, il nous semble qu’une dimension supplémentaire intervient dans la motivation russe et chinoise de mettre fin aux statuts respectifs de l’Ukraine et de Taiwan.

La dénonciation commune des « révolutions de couleur » par Poutine et Xi Jinping attire l’attention sur le fait que ces dirigeants de régimes autoritaires voient une menace dans les démocraties situées à leur porte. La démocratie fonctionne certes mieux à Taiwan qu’en Ukraine, mais dans les deux cas, ces petits pays, de droit ou de fait, montrent qu’ex-Soviétiques comme Chinois peuvent parfaitement vivre autrement qu’en dictature.

Si, depuis des années, Moscou s’attache aussi systématiquement à dénigrer la démocratie ukrainienne, c’est que ce régime, par son existence même, contrarie le narratif du Kremlin. Comme le dit le journaliste Jean-François Bouthors, « pour Vladimir Poutine, laisser l’Ukraine avancer dans cette direction [démocratique] est impossible. Comment tenir d’un côté que c’est en raison d’une spécificité civilisationnelle russe que se justifie l’autocratie qu’il impose au pays et de l’autre que, comme il le prétend, les Ukrainiens ne se différencient pas des Russes, alors qu’eux ont opté pour la démocratie ? [...] De son point de vue, le pouvoir à Moscou était effectivement menacé par l’expérience démocratique ukrainienne ».

Parallèlement, les universitaires Kelly Brown et Kalley Wu Tzu-Hui soulignent que Taiwan présente désormais un modèle alternatif de modernité et de démocratie dans le monde chinois ; c’est selon eux la principale raison pour laquelle Pékin a un problème avec Taiwan – « Trouble with Taiwan », expression retenue comme titre de leur ouvrage publié en 2019.

S’il se fait discret dans la communication à destination du « Nord », cet argumentaire est bien accueilli dans nombre de pays « du Sud », pour lesquels la posture russe et chinoise a le mérite de rompre avec un système libéral démocratique dominé par les États-Unis, prompt à sanctionner des dérives dont le front des régimes de national-capitalisme autoritaire s’accommode par nature.

________

Par Pierre-Yves Hénin, Professeur émérite en économie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Poutine a bâti ce régime sur la peur (Mikhaïl Kassianov)

Poutine a bâti ce régime sur la peur (Mikhaïl Kassianov)

 

Selon Mikhaïl Kassianov,ancien premier ministre de 2000 à 2004, dans un entretien à l’AFP confirme que Poutine a bâti son régime sur la peur et l’impunité des oligarques

 

Mikhaïl Kassianov  estime la guerre pourrait durer jusqu’à deux ans, mais croit toujours que la Russie reprendra un «chemin démocratique» un jour. Âgé de 64 ans, l’ancien ministre de Vladimir Poutine, qui a œuvré au rapprochement entre Moscou et les pays occidentaux, explique qu’il ne pensait pas, comme nombre de Russes, qu’une guerre éclaterait.

Selon son ex-premier ministre, Vladimir Poutine, un ancien agent du KGB âgé de 69 ans, a bâti depuis son arrivée au pouvoir en 2000 un système basé sur l’impunité et la peur. «Ce sont les acquis d’un système qui, avec l’encouragement de Poutine comme chef d’État, a commencé à fonctionner de façon encore plus cynique et cruelle que dans les derniers stades de l’Union soviétique», juge-t-il. «Au fond, il s’agit d’un système rappelant le KGB reposant sur une impunité totale. Il est clair qu’ils ne s’attendent pas à être punis», poursuit-il.

Mikhaïl Kassianov dit avoir quitté la Russie en raison de son opposition à l’offensive russe en Ukraine mais a refusé d’indiquer à l’AFP dans quel pays il se trouvait, invoquant des raisons de sécurité. Boris Nemtsov, un critique de Vladimir Poutine dont Mikhaïl Kassianov était proche, a été tué par balle près du Kremlin en 2015. Et Alexeï Navalny, bête noire du président russe, a été emprisonné après avoir survécu à un empoisonnement en 2020.

«Si l’Ukraine tombe, alors les pays baltes seront les prochains» sur la liste, assure l’opposant. Il ajoute être en désaccord «catégorique» avec l’idée selon laquelle Vladimir Poutine ne devrait pas être humilié, et contre les appels à ce que l’Ukraine accepte des concessions territoriales en échange de la paix. «Qu’aurait fait Poutine pour mériter cela ?», dénonce-t-il: «C’est une position beaucoup trop pragmatique. Je pense que c’est une erreur et j’espère que l’Occident ne suivra pas cette voie».

Poutine et Russsie: un mafieux dans un pays mafia

Poutine et Russsie:  un mafieux dans un pays mafia

 

Certains responsables s’étonnent encore de l’attitude de Poutine qui balaye toutes les règles internationales en particulier à l’occasion du conflit en Ukraine.L’étonnement n’a pas lieu d’être quand on sait que l’intéressé revendique clairement la politique de Staline, autre criminel.

Du coup, on ne peut que s’interroger quand certains comme Macron souhaitent  ne pas humilier Poutine et la Russie. Une déclaration pour le moins inopportune. En effet , on connaît Poutine depuis une vingtaine d’années. L’intéressé officier de second rang du KGB a écrasé toute opposition dès son accession au pouvoir. Pour renforcer sa crédibilité il a d’abord partagé la  richesse du pays avec les oligarques. Ensuite il les a mis au pas au besoin en assassinant, en empoisonnant les amis dont il doutait de la même manière que les opposants.

Poutine ignore complètement la démocratie. C’est tout simplement un mafieux qui utilise les méthodes de mafieux. Ainsi par exemple écrase les populations civiles même sans objectif stratégique militaire. Ainsi pille-t- les ressources de céréales de l’Ukraine pour les revendre à son profit.

Aucune bienveillance ne doit être tolérée vis-à-vis d’un voyou, d’une crapule et d’un tel criminel.

Ce type est un malade et un assassin et ne peut être mis au courant des responsables politiques fréquentables au plan mondial.La Russie, elle, est malade depuis toujours de dictature : celle des tsars, des soviétiques et maintenant de Poutine.

La méthode de Poutine élevée au lait du KGB depuis sa prime jeunesse et celle des tueurs , des espions et les assassins. Face à une opposition quelconque aussi bien en interne qu’en externe Poutine oppose immédiatement la brutalité jusqu’au meurtre. Il n’y a rien à attendre de cet individu qui ne connaît que la force. Et c’est précisément la force conduit son opération spéciale à se confiner maintenant uniquement dans le petit territoire du Donbass pour donner l’illusion d’une victoire qui n’est qu’une défaite lamentable qui bien sûr va affaiblir l’Ukraine mais sans doute en cours davantage et pour longtemps la Russie

Ukraine – « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable

Ukraine – « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable 

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

Macron: « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable

Macron: « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable 

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

« Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable de Macron

« Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable de Macron

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

Politique-Poutine, un mafieux dans un pays mafia

Politique-Poutine, un mafieux dans un pays mafia

 

Certains responsables s’étonnent encore de l’attitude de Poutine qui balaye toutes les règles internationales en particulier à l’occasion du conflit en Ukraine.L’étonnement n’a pas lieu d’être quand on sait que l’intéressé revendique clairement la politique de Staline, autre criminel.

Du coup, on ne peut que s’interroger quand certains comme Macron souhaitent  ne pas humilier Poutine et la Russie. Une déclaration pour le moins inopportune. En effet , on connaît Poutine depuis une vingtaine d’années. L’intéressé officier de second rang du KGB a écrasé toute opposition dès son accession au pouvoir. Pour renforcer sa crédibilité il a d’abord partagé la  richesse du pays avec les oligarques. Ensuite il les a mis au pas au besoin en assassinant, en empoisonnant les amis dont il doutait de la même manière que les opposants.

Poutine ignore complètement la démocratie. C’est tout simplement un mafieux qui utilise les méthodes de mafieux. Ainsi par exemple écrase les populations civiles même sans objectif stratégique militaire. Ainsi pille-t- les ressources de céréales de l’Ukraine pour les revendre à son profit.

Aucune bienveillance ne doit être tolérée vis-à-vis d’un voyou, d’une crapule et d’un tel criminel.

Ce type est un malade et un assassin et ne peut être mis au courant des responsables politiques fréquentables au plan mondial.

La méthode de Poutine élevée au lait du KGB depuis sa prime jeunesse et celle des tueurs , des espions et les assassins. Face à une opposition quelconque aussi bien en interne qu’en externe Poutine oppose immédiatement la brutalité jusqu’au meurtre. Il n’y a rien à attendre de cet individu qui ne connaît que la force. Et c’est précisément la force conduit son opération spéciale à se confiner maintenant uniquement dans le petit territoire du Donbass pour donner l’illusion d’une victoire qui n’est qu’une défaite lamentable qui bien sûr va affaiblir l’Ukraine mais sans doute en cours davantage et pour longtemps la Russie

Poutine, un mafieux dans un pays mafia

Poutine, un mafieux dans un pays mafia

 

Certains responsables s’étonnent encore de l’attitude de Poutine qui balaye toutes les règles internationales en particulier à l’occasion du conflit en Ukraine.

Du coup, on ne peut que s’interroger quand certains comme Macron souhaitent  ne pas humilier Poutine et la Russie. Une déclaration pour le moins inopportune. En effet , on connaît Poutine depuis une vingtaine d’années. L’intéressé officier de second rang du KGB a écrasé toute opposition dès son accession au pouvoir. Pour renforcer sa crédibilité il a d’abord partagé la  richesse du pays avec les oligarques. Ensuite il les a mis au pas au besoin en assassinant, en empoisonnant les amis dont il doutait de la même manière que les opposants.

Poutine ignore complètement la démocratie. C’est tout simplement un mafieux qui utilise les méthodes de mafieux. Ainsi par exemple écrase les populations civiles même sans objectif stratégique militaire. Ainsi pille-t- les ressources de céréales de l’Ukraine pour les revendre à son profit.

Aucune bienveillance ne doit être tolérée vis-à-vis d’un voyou, d’une crapule et d’un tel criminel.

Ce type est un malade et un assassin et ne peut être mis au courant des responsables politiques fréquentables au plan mondial.

La méthode de Poutine élevée au lait du KGB depuis sa prime jeunesse et celle des tueurs , des espions et les assassins. Face à une opposition quelconque aussi bien en interne qu’en externe Poutine oppose immédiatement la brutalité jusqu’au meurtre. Il n’y a rien à attendre de cet individu qui ne connaît que la force. Et c’est précisément la force conduit son opération spéciale à se confiner maintenant uniquement dans le petit territoire du Donbass pour donner l’illusion d’une victoire qui n’est qu’une défaite lamentable qui bien sûr va affaiblir l’Ukraine mais sans doute en cours davantage et pour longtemps la Russie

Ukraine : la paranoïa de Poutine

Ukraine : la paranoïa de Poutine

Dans un essai aussi bref que dense, le géographe et diplomate Michel Foucher analyse les racines et les enjeux de l’actuelle guerre qui ravage l’Ukraine. ( dans le Monde)

 

Livre.

 

La géographie, c’est aussi dans la tête. A la différence d’Etats nations héritiers de vieux royaumes comme la France, la Russie fut et reste un empire multiethnique dont les frontières n’ont pas cessé de bouger et qui ne sait pas vraiment qui elle est. « Le jour où nous conviendrons dans le calme où termine l’Union européenne et où commence la Fédération de Russie, la moitié de la tension entre les deux disparaîtra », relevait, en 2005, Vaclav Havel, l’ex-dissident tchèque devenu ensuite président. Mise en exergue du très percutant essai de Michel Foucher, cette citation pourrait en être le fil conducteur.

« L’Ukraine est le théâtre de la revanche fratricide et meurtrière des dirigeants de la Russie sur l’effondrement de leur empire sur lui-même, comme s’il agissait d’une victime expiatoire », note le géographe et ancien diplomate. Il relève aussi que les dirigeants russes, à commencer par Poutine, ont été et restent toujours incapables d’analyser les raisons de la chute de leur Etat et encore moins celles de la consolidation nationale de l’Ukraine et des autres républiques périphériques. Cet essai bref mais dense permet de saisir pleinement les racines et les enjeux de l’actuelle guerre qui ravage l’Ukraine.

Pays de confins et des marges – c’est le sens même de son nom –, elle s’étend à la fracture entre deux mondes, à la fois pleinement européenne comme marche pendant des siècles du grand royaume de Pologne-Lituanie, mais aussi berceau de la Rous de Kiev, qui s’est ensuite incarnée dans la Moscovie.

L’ancien secrétaire d’Etat américain Zbigniew Brzezinski, polonais d’origine et géopoliticien d’envergure, avait théorisé, dans son livre Le Grand Echiquier (Bayard, 1997), que, sans l’Ukraine, la Russie cesserait d’être un empire. Une thèse qui a nourri la paranoïa du pouvoir russe.

La célèbre phrase de Vladimir Poutine évoquant l’effondrement de l’Union soviétique comme « la plus grande catastrophe géopolitique du XXsiècle », souvent citée, a été tout aussi souvent mal comprise. Pour l’homme fort du Kremlin, l’objectif n’est pas tant de reconstituer l’URSS, ce qu’il sait impossible, mais de réunifier dans un même ensemble le « monde russe », c’est-à-dire tous les Russes ethniques restés en dehors des frontières en 1991, lors de l’éclatement, et le bloc slave – Russie, Biélorussie, Ukraine –, sans pour autant abandonner une vision impériale.

A défaut de pouvoir reprendre l’Ukraine, Poutine tente au moins de la dépecer, mais l’aventure tourne mal. « Et si l’Ukraine libérait la Russie ? », lance, pour sa part, André Markowicz, écrivain et traducteur, dans un « Libelle » au Seuil (60 pages, 4,50 €), se demandant « si l’électrochoc provoqué par le désastre ukrainien arrivera à réveiller les consciences et à changer l’histoire russe ». Un brillant exercice d’érudition sur les relations entre intellectuels russes et autocratie, de souvenirs sur une jeunesse soviétique et d’analyse au vitriol sur Poutine, « point de jonction entre l’appareil du KGB et la mafia », pour conquérir et garder le pouvoir.

Ukraine: Lettre à Poutine, par Marek Halter

Ukraine: Lettre à Poutine, par Marek Halter

L’écrivain Marek Halter, qui connaît Vladimir Poutine depuis trente ans, lui a envoyé le 18 mai une longue lettre en forme de plaidoyer, dont il a donné copie aux « Echos »

Monsieur le président,

 

Nous nous connaissons depuis plus de trente ans. Notre première rencontre remonte à l’inauguration du Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg en 1992. Cette deuxième université française en Russie postcommuniste, dont l’idée revient au prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, a succédé à celle de Moscou, ouverte un an auparavant. Et elle m’a été commandée par Anatoli Sobtchak, maire de la « ville du tsar » , dont vous étiez l’adjoint, par l’intermédiaire de son homologue Jacques Chirac.

Ce jour-là, vous vous en souvenez sans doute car ce n’est pas banal, nous avons évoqué votre rapport aux Juifs. Car quand j’ai, en tant que tel, été condamné par les nazis à devenir une petite savonnette, ce sont les Russes qui m’ont sauvé la vie. Ce qui explique certainement mon attachement à votre pays. Nous avons également évoqué mon amour pour la littérature russe et pour ses personnages qui ont sans doute marqué ceux de mes livres : Natacha, le prince Bolkonsky, les frères Karamazov, l’oncle Vania…

De votre côté, vous m’avez confié, non sans une certaine fierté, avoir été pendant six ans « un James Bond russe ». Cette confidence m’a fait sourire, moi qui me suis trouvé, durant des années, sur la liste noire du KGB pour avoir combattu le goulag et participé à la libération des dissidents russes ! Notre soutien aux résistants afghans dans la lutte contre l’occupation soviétique ne nous avait-il pas valu, à mon ami Bernard-Henri Lévy et à moi, une interdiction du territoire russe ? Il m’a fallu attendre la perestroïka pour retrouver les sons de la langue et des mélodies de mon enfance.

Puis, vous êtes devenu président de la Fédération de la Russie. Nous nous sommes revus par la suite à plusieurs reprises : j’ai publié des entretiens avec vous, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Votre guerre serait en réalité une guerre préventive. Pourquoi ne pas le dire ?

Il y a trois mois à peine, j’ai fêté mon 86ᵉ anniversaire en Russie, à l’initiative de l’université d’Etat de Moscou qui accueille depuis trente ans notre Collège universitaire français. Votre conseiller, Mikhaïl Shvydkoy, m’a transmis publiquement vos félicitations. L’une de vos phrases a particulièrement retenu mon attention : « Celui qui ne regrette pas la disparition de l’Union soviétique, qui a su réunir 73 ethnies autour d’un même rêve, n’a pas de coeur. Mais celui qui voudrait la reconquérir n’a pas de tête. »

Aussi, convaincu de l’issue pacifique de cette crise, j’ai déclaré aux médias que la guerre entre la Russie et l’Ukraine n’aurait pas lieu. Je me suis trompé.

Que s’est-il passé entre-temps, Monsieur le président ?

Vous souvenez-vous de la crise des missiles de Cuba ?

Le philosophe français Montesquieu écrit, dans son célèbre ouvrage « De l’esprit des lois » (1748), que la guerre incombe à celui qui la commence, mais aussi à celui qui la rend incontournable. Qu’est-ce qui vous a poussé à agir ? L’installation à vos frontières des bases de l’Otan, organisation créée en 1949 pour faire front à l’Union soviétique ? Les préparatifs d’une agression ukrainienne contre le Donbass avec l’aide américaine ? Le cas échéant, votre guerre serait en réalité une guerre préventive. Dans ces conditions, pourquoi ne pas le dire ?

Vous vous souvenez, Monsieur le président, de ces fameuses rampes de lancement nucléaires soviétiques pointées sur la Floride, installées en octobre 1962 à Cuba par le président de l’URSS, Nikita Khrouchtchev ? Aussitôt informé, le président des Etats-Unis d’alors, John Kennedy, a menacé la Russie d’une troisième guerre mondiale et mis toutes ses forces en alerte, ne laissant d’autre choix à Khrouchtchev que de céder. Pourquoi ne pas avoir suivi cet exemple ?

Il faudra à l’avenir que vous expliquiez au monde, et surtout à vos amis, les raisons qui vous ont conduit, contre toutes les prévisions, à lancer vos chars à l’assaut de l’Ukraine au lieu de vos diplomates. Encouragée par votre silence, la réponse nous vient des commentateurs de télévision qui réagissent à chaud à l’actualité, ainsi que de vos ennemis, qui ne sont manifestement pas favorables à la Russie. Oui, ce sera à vous, comme au président Zelensky, de fournir un jour aux historiens, hors propagande, les documents et les informations nécessaires à la compréhension et à l’écriture de cette part de notre histoire.

Quant à moi, j’aimerais que nous analysions un jour les véritables raisons de la haine antirusse qui s’est emparée de l’Occident. N’avons-nous pourtant pas pour principe de différencier les peuples des politiques menées par leurs dirigeants ? En France, notamment, où nous avons toujours soutenu, et soutenons encore, les hommes engagés dans des conflits qu’ils n’ont pas choisis. Pendant la guerre des Etats-Unis au Vietnam, par exemple, ou celles de George Bush père et fils en Irak. Or, aujourd’hui, ceux-là mêmes qui défendaient la souveraineté du peuple, traitent les Russes de « parias » , un peuple incarnant le mal absolu, un peuple à bannir.

Le rôle de l’intellectuel ne revient pas à condamner, mais à réclamer. En face. Au nom de la justice, qui est la même pour les puissants et pour leurs sujets.

Ma position peut-elle être comparable à celle des autres ? Le rôle que la Russie a joué dans ma vie influence-t-il mes réactions ? Le fait que nous nous connaissions fausse-t-il mes jugements ? Il y a trois siècles, Denis Diderot, qui aimait comme moi la Russie – il est l’ami et l’invité, à Saint-Pétersbourg, de la tsarine Catherine II avec qui il réalisa de nombreux entretiens -, se posait la même question. Cependant, nous savons depuis l’époque des prophètes d’Israël que le rôle de l’intellectuel ne revient pas à condamner, mais à réclamer. En face. Au nom de la justice, qui est la même pour les puissants et pour leurs sujets. Ce qu’a fait Cicéron à l’époque de César ou, plus près de nous, Vassili Grossman et Ilya Ehrenbourg en Russie, Jean-Paul Sartre et Albert Camus en France, Stefan Zweig et Thomas Mann en Allemagne…

Oui, Monsieur le président, ce conflit, qui est sur le point de changer la face du monde, me trouble. Imaginez-vous que même le jeune soldat russe, que les Ukrainiens exhibent et viennent de condamner à perpétuité pour crime de guerre, qui aurait dû m’horrifier, ne suscite en moi que pitié. Car ma mémoire, comme celle de tous les hommes, n’est pas innocente. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Kokand, dans le lointain Ouzbékistan, je lui ressemblais. Squelettique, tête rasée, j’étais un jeune homme sans loi, un « hooligan » qui s’attaquait aux inconnus pour sauver mes parents et exprimer la rage dans laquelle le pouvoir l’avait enfermé.

Je connais comme vous, Monsieur le président, l’histoire et je sais que des groupuscules d’Ukrainiens ont prêté main-forte aux nazis lors du massacre de 33.771 Juifs à Babi Yar dans la banlieue de Kiev. Cela ne fait pas de tous les Ukrainiens un peuple nazi. Et ces actes d’hier ne justifient pas les bombes lâchées aujourd’hui sur leurs villes.

Je me souviens du jour anniversaire de la victoire sur le nazisme, célébrée en 1946 sur la place Rouge et de la « Pravda » distribuée gratuitement à cette occasion. La une juxtaposait le célèbre cliché d’Evgueni Khaldeï, Juif de Donetsk, représentant un soldat soviétique en train de hisser un drapeau rouge sur le Reichstag, et la liste des héros de guerre soviétiques selon leur appartenance ethnique : les premiers étaient russes, suivis de près par les Ukrainiens et par les Juifs !

Pour les signataires de pétitions, les choses sont simples, mais pas pour l’Histoire. Il est bon de rappeler, comme le fait Edgar Morin, que, entre le blanc et le noir, il y a une palette entière de nuances de gris. C’est la raison pour laquelle le Talmud – que vous connaissez dit-on, Monsieur le Président, grâce à vos colocataires de Leningrad où vous avez grandi – nous interroge : « Voulez-vous que le méchant meure ou qu’il reconnaisse ses fautes et vive ? »

Je sais, Monsieur le président, que vous croyez comme moi dans le pouvoir du verbe. Sinon, pourquoi avoir passé deux heures, le 21 février dernier, à énumérer, à la télévision , toutes les humiliations infligées à la Russie par l’Occident ces dernières années ? Etait-ce pour justifier la guerre que vous vous apprêtiez à déclencher ? Comme l’a fait remarquer avec pertinence l’inventeur de la psychanalyse Sigmund Freud, le premier homme à avoir lancé une insulte à son adversaire plutôt qu’une pierre est « le fondateur de la civilisation ».

Oui, Monsieur le président, l’histoire nous dit qu’il est plus facile de commencer une guerre que de la finir. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, notamment, que vous appelez « patriotique », car les temps ont bien changé. Aujourd’hui, avec la mondialisation, la pression économique et médiatique, il n’est plus possible de vaincre par les armes. Les dénouements des récentes ingérences américaines en Irak et en Afghanistan le prouvent. Comme l’a prévu Clausewitz, « la guerre n’est que le prolongement de la politique par d’autres moyens ». Or, la politique, elle, se fait en parlant.

Trois mois après le début de ce conflit, n’est-il pas temps de trouver un moyen de l’arrêter ? Pourquoi pas en proposant, comme le général de Gaulle en 1958 dans le contexte de la guerre d’Algérie, la « paix des braves » à ses adversaires ? L’homme éclairé que vous êtes s’est certainement rendu compte que la guerre d’Ukraine, comme on l’appelle, a largement débordé le champ de bataille que vous aviez dessiné. Elle a inondé les écrans de télévisions du monde, au point que l’on se demande de quoi parleront nos journalistes une fois la paix signée. Et ceux qui suivent l’actualité à travers leur lucarne n’ont ni votre connaissance de l’histoire ni vos références.

Pour échapper à ce nouveau redécoupage du monde, qui relègue la Russie à l’Orient et l’éloignera de ses sources historiques et culturelles, il ne s’agit pas de gagner cette guerre, mais de l’arrêter.

Les malentendus, l’incompréhension des événements sont dus à une double lecture : celle de ceux, minoritaires, qui essaient de rattacher chaque événement tel l’un des maillons égarés à la longue chaîne que forme l’histoire de l’humanité ; et celle de ceux, adeptes de l’amalgame, qui, comme Fabrice, le personnage de Stendhal, auraient pris le champ de bataille de Waterloo dont ils étaient témoins pour celui de Stalingrad, et le compareraient à celui de Marioupol.

Monsieur le Président, ne tombez pas dans le piège dans lequel les Américains tentent de vous enfermer. Car aujourd’hui ce sont eux qui contrôlent la marche des événements et empêchent le président Zelensky d’envisager, comme il était prêt à le faire auparavant, une autre solution à ce conflit que la poursuite de cette guerre qui ne profite à présent qu’aux Etats-Unis. À leur économie. En détruisant celle de l’Europe, en l’éliminant, tout simplement, comme force politico-économique indépendante, en incarnant de nouveau ce rôle de « grand frère », de protecteur, comme seul et unique modèle face aux systèmes autoritaires qui règnent sur plus de 40 % de la population mondiale. C’est contre ce danger que s’élevèrent, en 1962, le général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer, en lançant les prémisses de cet autre modèle qu’est l’Europe : une alliance entre des pays libres, sans domination des uns sur les autres, et à laquelle, selon eux, la Russie aurait dû se joindre. Cette Europe-là, le rêve de Victor Hugo (que vous avez lu), est en train de mourir dans les plaines d’Ukraine. Elle sera bientôt remplacée par une alliance militaire, l’OTAN, qui n’existe que dans la perspective d’autres guerres.

Monsieur le Président, pour échapper à ce nouveau redécoupage du monde, qui relègue la Russie à l’Orient et risque de l’éloigner définitivement de ses sources historiques et culturelles, il ne s’agit pas de gagner cette guerre, mais de l’arrêter. D’urgence. Ce qui épargnera des milliers de vies et vous donnera, à vous et au président Zelensky, l’opportunité de sortir de ce guêpier dans lequel la lecture de vos mémoires respectives vous a enfermés, sans trop de dommages pour votre orgueil national.

Je me suis demandé, Monsieur le président, comment un homme comme moi, un homme qui n’a à sa disposition que sa plume, et l’expérience de la violence et de la haine – un vécu dont il peut témoigner -, un homme qui n’a eu de cesse de pousser ses congénères au dialogue et qui a la chance de pouvoir s’adresser aux présidents, peut aider à la recherche d’une solution.

Il y a quelques années, à l’instar de mes aînés, j’aurais lancé un mouvement pour la paix, suscité des marches, lancé des anathèmes signés par des centaines de célébrités, organisé des conférences qui auraient réuni, sous les vivats d’une foule d’hommes et de femmes de bonne volonté, les intellectuels russes et ukrainiens appartenant donc aux peuples qui se font la guerre. Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a plus de dissidents, plus d’opposants « charismatiques » – ainsi que les nommait le sociologue Max Weber – et qui forçaient l’écoute. Les hommes surfent sur l’éphémère. Il reste cependant, et je suis persuadé que vous serez d’accord avec moi, Monsieur le Président, la religion. Il est vrai que chacun a la sienne, mais toutes ont en commun l’espoir d’un monde meilleur et s’adressent à ceux qui revendiquent cet espoir.

C’est pourquoi, Monsieur le président, je projette, avec plusieurs représentants des différents cultes, catholiques, orthodoxes, protestants, musulmans, juifs, bouddhistes, d’organiser une Caravane pour la Paix à Moscou puis à Kiev. Imaginez cette caravane arrivant sur la place Rouge, après avoir parcouru des milliers de kilomètres, s’arrêtant devant la cathédrale Saint-Basile pour y faire entendre, peut-être même en présence d’une délégation du Vatican, une prière pour la paix.

Saisirez-vous cette occasion pour vous joindre à nous et déclarer la fin des hostilités ? « Sauver une vie humaine, disent les Ecritures, c’est sauver toute l’humanité. »

Par ce simple geste, vous surprendriez le monde et inaugureriez une conduite politique inattendue, un renouveau de la diplomatie. Le peuple russe et l’histoire vous en seraient reconnaissants.

Politique- Les Ukrainiens refusent les concessions faites par Macron à Poutine

Politique- Les  Ukrainiens refusent les concessions faites par Macron à Poutine 


On ne peut écarter l’hypothèse de concession territoriale faite par l’Ukraine à la Russie évidemment dans les zones où la population russe est majoritaire (cas d’une partie du Donbass). Par contre les autorités ukrainiennes contestent la légitimité des concessions que veut faire Macron à Poutine. Ils considèrent qu’il s’agit là d’un enjeu de souveraineté. Il faut dire que les pays de l’Ouest font peu de cas avec le fait que les ex pays soviétiques ont eu à supporter 50 ans de dictature et que de ce point de vue ils se montrent nettement moins bienveillants que certains pays occidentaux prèts à donner des compensations à Poutine »afin de ne pas l’humilier ».

L’Ukraine a donc déclaré lundi avoir repoussé le récent assaut contre Severodonetsk, une ville de l’est du pays qui est devenue la principale cible de l’offensive de Moscou depuis que les forces russes se sont emparées de Marioupol, la semaine dernière. Les forces russes ont tenté de prendre d’assaut Severodonetsk, mais n’y sont pas parvenues et ont reculé, a déclaré le bureau du président Volodimir Zelensky.

«Le New York Times, dans la foulée d’“intellectuels” allemands et du président français Emmanuel Macron, suggère maintenant d’accorder des concessions territoriales à la Russie de Poutine pour arrêter la guerre. Je suis d’accord, donnez-lui l’Alaska.» A l’instar de ce tweet d’Oleksiy Sorokin, chef du service politique du site d’information The Kyiv Independent, l’idée lancée le 9 mai par le chef de l’Etat français de ne pas humilier l’hôte du Kremlin – tout comme celle de créer une «communauté politique européenne» pour accueillir l’Ukraine – a été accueillie au mieux avec un certain humour par les intéressés. Mais la colère perce assez rapidement à l’égard du gouvernement français.

Celui-ci n’a pas arrangé ses affaires en déclarant, dimanche, par la voix de Clément Beaune, le ministre délégué aux Affaires européennes, que l’adhésion du pays à l’UE prendrait «sans doute quinze à vingt ans». Au lendemain de la reddition de la ville martyre de Marioupol, Kiev attendait sans doute plus d’encouragements de la part de Paris…En tout cas à moins de condescendance

Céreales et armes: Le chantage de Poutine

Céreales et armes: Le chantage de Poutine 

 

Poutine n’a pas hésité à proposer à la France comme à l’Allemagne ( après l’avoir fait à l’Italie) un chantage armes contre céréales. En effet la plupart des exportations de blé ukrainien sont bloqués dans les ports minés par la Russie.

Ce que veut obtenir Poutine c’est que les pays occidentaux cessent de fournir des armes à l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie.

En échange Poutine promet de libérer les sensations de céréales.

Un chantage évidemment ignoble dont les conséquences pour l’instant touchent surtout les pays les plus pauvres dépendant pour leur alimentation essentiellement du blé importé.

Redouté depuis le début des hostilités en Ukraine, le bras de fer entre la Russie et l’Occident sur les exportations céréalières se concrétise. À sa manière, Vladimir Poutine en a fixé les termes, en affirmant, jeudi devant le Forum économique eurasien, que son pays était prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire », sous réserve d’une levée des sanctions décrétées contre Moscou. Le chef du Kremlin a fait la même offre lors d’un appel téléphonique, jeudi également, avec le premier ministre italien Mario Draghi, en évoquant « l’exportation de céréales et d’engrais, sous réserve de la levée par l’Occident des restrictions à motivation politique ».

La Russie et l’Ukraine ont exporté l’an dernier soixante millions de tonnes de blé, ce qui les place, ensemble, au premier rang mondial. Une manne de première importance pour nourrir la planète, alors que, sur des marchés déjà mis sous tension par la sécheresse en Europe et en Inde notament. …

Les Ukrainiens contre les concessions de Macron à Poutine

Les  Ukrainiens contre  les concessions de  Macron à Poutine 


On ne peut écarter l’hypothèse de concession territoriale faite par l’Ukraine à la Russie évidemment dans les zones où la population russe est majoritaire (cas d’une partie du Donbass). Par contre, les autorités ukrainiennes contestent la légitimité des concessions que veut faire Macron à Poutine. Ils considèrent qu’il s’agit là d’un enjeu de souveraineté. Il faut dire que les pays de l’Ouest font peu de cas avec le fait que les ex pays soviétiques ont eu à supporter 50 ans de dictature et que de ce point de vue ils se montrent nettement moins bienveillants que certains pays occidentaux prêts à donner des compensations à Poutine »afin de ne pas l’humilier ».

L’Ukraine a donc déclaré lundi avoir repoussé le récent assaut contre Severodonetsk, une ville de l’est du pays qui est devenue la principale cible de l’offensive de Moscou depuis que les forces russes se sont emparées de Marioupol, la semaine dernière. Les forces russes ont tenté de prendre d’assaut Severodonetsk, mais n’y sont pas parvenues et ont reculé, a déclaré le bureau du président Volodimir Zelensky.

«Le New York Times, dans la foulée d’“intellectuels” allemands et du président français Emmanuel Macron, suggère maintenant d’accorder des concessions territoriales à la Russie de Poutine pour arrêter la guerre. Je suis d’accord, donnez-lui l’Alaska.» A l’instar de ce tweet d’Oleksiy Sorokin, chef du service politique du site d’information The Kyiv Independent, l’idée lancée le 9 mai par le chef de l’Etat français de ne pas humilier l’hôte du Kremlin – tout comme celle de créer une «communauté politique européenne» pour accueillir l’Ukraine – a été accueillie au mieux avec un certain humour par les intéressés. Mais la colère perce assez rapidement à l’égard du gouvernement français.

Celui-ci n’a pas arrangé ses affaires en déclarant, dimanche, par la voix de Clément Beaune, le ministre délégué aux Affaires européennes, que l’adhésion du pays à l’UE prendrait «sans doute quinze à vingt ans». Au lendemain de la reddition de la ville martyre de Marioupol, Kiev attendait sans doute plus d’encouragements de la part de Paris…En tout cas à moins de condescendance

Les Ukrainiens refusent les concessions faites par Macron à Poutine

Les  Ukrainiens refusent les concessions faites par Macron à Poutine 


On ne peut écarter l’hypothèse de concession territoriale faite par l’Ukraine à la Russie évidemment dans les zones où la population russe est majoritaire (cas d’une partie du Donbass). Par contre les autorités ukrainiennes contestent la légitimité des concessions que veut faire Macron à Poutine. Ils considèrent qu’il s’agit là d’un enjeu de souveraineté. Il faut dire que les pays de l’Ouest font peu de cas avec le fait que les ex pays soviétiques ont eu à supporter 50 ans de dictature et que de ce point de vue ils se montrent nettement moins bienveillants que certains pays occidentaux prèts à donner des compensations à Poutine »afin de ne pas l’humilier ».

L’Ukraine a donc déclaré lundi avoir repoussé le récent assaut contre Severodonetsk, une ville de l’est du pays qui est devenue la principale cible de l’offensive de Moscou depuis que les forces russes se sont emparées de Marioupol, la semaine dernière. Les forces russes ont tenté de prendre d’assaut Severodonetsk, mais n’y sont pas parvenues et ont reculé, a déclaré le bureau du président Volodimir Zelensky.

«Le New York Times, dans la foulée d’“intellectuels” allemands et du président français Emmanuel Macron, suggère maintenant d’accorder des concessions territoriales à la Russie de Poutine pour arrêter la guerre. Je suis d’accord, donnez-lui l’Alaska.» A l’instar de ce tweet d’Oleksiy Sorokin, chef du service politique du site d’information The Kyiv Independent, l’idée lancée le 9 mai par le chef de l’Etat français de ne pas humilier l’hôte du Kremlin – tout comme celle de créer une «communauté politique européenne» pour accueillir l’Ukraine – a été accueillie au mieux avec un certain humour par les intéressés. Mais la colère perce assez rapidement à l’égard du gouvernement français.

Celui-ci n’a pas arrangé ses affaires en déclarant, dimanche, par la voix de Clément Beaune, le ministre délégué aux Affaires européennes, que l’adhésion du pays à l’UE prendrait «sans doute quinze à vingt ans». Au lendemain de la reddition de la ville martyre de Marioupol, Kiev attendait sans doute plus d’encouragements de la part de Paris…En tout cas à moins de condescendance

Guerre Ukraine : les russes en recul mais la crainte d’un geste désespéré de Poutine

Guerre Ukraine : les russes en recul mais la crainte d’un geste désespéré de Poutine

 

 

Poutine accumule les échecs. D’abord il n’a pas réussi son pari de s’emparer en quelques jours de la totalité de l’Ukraine. Pire aujourd’hui les forces russes ont plutôt tendance à reculer sous la pression ukrainienne. Le risque évidemment c’est un geste désespéré de Poutine pour sauver sa place et son régime. Politiquement son opération constitue un échec retentissant puisque non seulement il n’a pas soumis la totalité de l’Ukraine mais qu’en plus il y a désormais un renforcement et une recomposition de l’OTAN avec les prochaines adhésions de la Finlande et de la Suède. Sans parler de la misère sociale qui s’installe en Russie où on commence à manquer de tout et avec une inflation de 20 à 30 %.. Or, depuis le début de la guerre, les forces militaires russesse réduisent comme une peau de chagrin. En quatre-vingt jours, elles sont d’abord passées de 600 km à un peu moins de 200 pour atteindre aujourd’hui à peine 30, autour de la ville de Sievierodonetsk.

On voit mal comment pourrait se terminer cette guerre dans le cadre d’un compromis. Politiquement, Poutine ne peut pas se permettre une défaite ; inversement les ukrainiens n’accepteront pas facilement de lâcher certaines provinces russophones de l’Est. On risque de s’installer dans une situation de longue guerre notamment près du Dombass avec aussi des manœuvres russes pour déstabiliser dans le monde certain pays en mal de démocratie notamment en Afrique voire au Moyen -orient.  Mais on ne peut non plus exclure le pire avec la menace nucléaire.

 

Gerhard Schröder sanctionné en Allemagne pour sa corruption avec Poutine

Gerhard Schröder sanctionné en Allemagne pour sa corruption avec Poutine

La déchéance lamentable de l’ancien premier ministre d’Allemagne compromis jusqu’au cou dans des affaires de corruption avec Poutine.

On objectera que l’intéressé ne n’est pas le seul responsable à connaître une fin aussi lamentable. En Angleterre mais aussi en France, certains manifestent une bienveillance coupable à l’égard de Poutine en raison notamment de relations très douteuses.

 

Gerhard Schröder tombe en disgrâce. Alors que de nombreuses voix au sein du parti social-démocrate (SPD) demande son éviction du parti, l’ancien chancelier allemand a été privé de ses avantages liés à son ancienne fonction, dont l’attribution de bureaux. Ce proche de Vladimir Poutine continuait en effet de bénéficier de plusieurs bureaux à la chambre des députés et d’un budget pour du personnel. Un privilège qu’il doit à son statut d’ancien chancelier mais dont le coût s’élève à 400.000 euros par an pour les contribuables allemands.

« Les groupes parlementaires de la coalition ont tiré les conséquences du comportement de l’ancien chancelier et lobbyiste Gerhard Schröder face à l’invasion russe en Ukraine », indique la commission budgétaire du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand. La coalition au pouvoir justifie aussi cette décision par le fait que  »l’ancien chancelier Schröder n’assume plus aucune obligation continue liée à sa fonction ». Il conserve cependant sa protection policière et sa pension de retraite d’ex-chancelier.

 

Au centre des critiques, le refus de celui qui a dirigé l’Allemagne de 1998 à 2005 de quitter son poste de président du conseil d’administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe, et du comité d’actionnaires de Nord Stream 2, gazoduc russo-allemand controversé. D’autant qu’il doit en principe entrer en juin au conseil de surveillance du géant russe Gazprom.

En avril, il avait fait savoir qu’il n’avait aucune intention de démissionner, sauf si Moscou venait à cesser ses livraisons de gaz à l’Allemagne. À l’inverse, la plupart des anciens dirigeants européens présents avant la guerre en Ukraine dans les instances dirigeantes des entreprises russes ont depuis démissionné à l’instar des chefs de gouvernement finlandais Esko Aho, italien Matteo Renzi et autrichien Christian Kern. Gerhard Schröder maintient ainsi une position ambiguë, condamnant l’invasion de l’Ukraine, mais appelant à  »ne pas couper complètement les liens » avec Moscou. Il s’est même fendu d’une visite à Vladimir Poutine, en février, dans le cadre d’un « effort de médiation » selon le site d’information Politico.

 

 

Guerre Ukraine : la crainte d’un geste désespéré de Poutine

Guerre Ukraine :  la crainte d’un geste désespéré de Poutine

 

 

Poutine accumule les échecs. D’abord il n’a pas réussi son pari de s’emparer en quelques jours de la totalité de l’Ukraine. Pire aujourd’hui les forces russes ont plutôt tendance à reculer sous la pression ukrainienne. Le risque évidemment c’est un geste désespéré de Poutine pour sauver sa place et son régime. Politiquement son opération constitue un échec retentissant puisque non seulement il n’a pas soumis la totalité de l’Ukraine mais qu’en plus il y a désormais un renforcement et une recomposition de l’OTAN avec les prochaines adhésions de la Finlande et de la Suède. Sans parler de la misère sociale qui s’installe en Russie où on commence à manquer de tout et avec une inflation de 20 à 30 %.. Or, depuis le début de la guerre, les forces militaires russes se réduisent comme une peau de chagrin. En quatre-vingt jours, elles sont d’abord passées de 600 km à un peu moins de 200 pour atteindre aujourd’hui à peine 30, autour de la ville de Sievierodonetsk.

On voit mal comment pourrait se terminer cette guerre dans le cadre d’un compromis. Politiquement, Poutine ne peut pas se permettre une défaite ; inversement les ukrainiens n’accepteront pas facilement de lâcher certaines provinces russophones de l’Est. On risque de s’installer dans une situation de longue guerre notamment près du Dombass avec aussi des manœuvres russes pour déstabiliser dans le monde certain pays en mal de démocratie notamment en Afrique voire au Moyen -orient.  Mais on ne peut non plus exclure le pire avec la menace nucléaire.

 

Avec la guerre en Ukraine, Poutine a renforcé l’OTAN !

Avec la guerre en Ukraine, Poutine a renforcé l’OTAN !

 

En lançant ses troupes à l’assaut de l’Ukraine, le président russe a déclenché un réalignement qui va à l’encontre de ses objectifs : la Finlande et la Suède pourraient ainsi faire acte de candidature auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord estime un papier du Monde.

 

Chacun pressentait que la guerre portée en Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine allait remettre en cause des équilibres géopolitiques et précipiter des choix historiques. La volonté exprimée par la Finlande, le 12 mai, de renoncer à la neutralité pour faire acte de candidature auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en est une manifestation, accentuée par l’éventualité que la Suède la rejoigne. Ces candidatures pourraient devenir effectives dans un délai d’un an.

Qui ne pourrait comprendre qu’un pays souverain partageant une longue frontière de plus de 1 300 kilomètres avec la Russie soit désireux aujourd’hui de garantir sa sécurité autrement qu’en comptant sur ses propres forces ? La tragédie ukrainienne, s’ajoutant au précédent géorgien, n’a pu qu’alimenter de légitimes inquiétudes de Helsinki, précipitant cette évolution majeure pour le nord de l’Europe.

Que les deux pays scandinaves se décident à sauter le pas en 2022 après s’y être refusés pendant toute la guerre froide en dit long sur le regard que leurs opinions publiques, longtemps rétives à rejoindre l’Alliance atlantique, portent sur le système de pouvoir russe et sa concentration dans les mains d’un seul homme, contrairement à l’époque soviétique.

La légitimité de la démarche finlandaise et suédoise ne saurait donc être mise en cause. A l’exception de la Turquie, qui a formulé des griefs qui renvoient au demeurant à ses préoccupations intérieures et non à la nouvelle donne géostratégique qui se profile, de nombreuses voix favorables se sont d’ailleurs immédiatement élevées au sein de l’OTAN pour approuver cet éventuel élargissement.

Ce dernier n’en soulève pas moins des interrogations, militaires et politiques, que l’urgence et la gravité de la situation en Ukraine risquent malheureusement de faire passer au second plan. En acceptant la Finlande parmi ses membres, l’Alliance devra ainsi intégrer la longue frontière terrestre finlandaise avec la Russie dans ses schémas de défense. Elle devra revoir son dispositif en mer Baltique, a fortiori si la Suède la rejoint également. La dimension stratégique de l’exclave russe de Kaliningrad, entre Pologne et Lituanie, va être relancée.

L’OTAN a beau assurer n’être qu’une alliance défensive – comme l’atteste l’article central de sa charte qui établit qu’une attaque contre l’un de ses membres est considérée comme une attaque dirigée contre tous –, son renforcement ne peut qu’être perçu que comme une menace par la Russie de Vladimir Poutine, surtout compte tenu des capacités militaires non négligeables des nouveaux candidats. Moscou a d’ailleurs aussitôt annoncé des mesures de rétorsion « militaro-techniques », dont la suspension de livraisons en électricité à la Finlande à partir du 14 mai.

Le président russe ne peut pourtant s’en prendre qu’à lui-même. Avant l’invasion de l’Ukraine, des responsables occidentaux, du président français Emmanuel Macron à son homologue des Etats-Unis Joe Biden, s’étaient efforcés de parvenir avec lui à une relation « stable et prévisible », selon les mots du second, en cherchant une entente sur l’architecture de sécurité européenne.

En lançant ses troupes à l’assaut de l’Ukraine, Vladimir Poutine a déclenché un réalignement qui va à l’inverse de ses objectifs. Il est aujourd’hui le meilleur agent de l’alliance occidentale qu’il souhaitait affaiblir et resserre lui-même les mâchoires de l’étau dans lequel il s’est placé, dissipant l’espoir que les armes, enfin, puissent se taire.

Ukraine : les forces russes en recul mais la crainte d’un geste désespéré de Poutine

Ukraine : les forces russes en recul mais la crainte d’un geste désespéré de Poutine

 

 

Poutine accumule les échecs. D’abord il n’a pas réussi son pari de s’emparer en quelques jours de la totalité de l’Ukraine. Pire aujourd’hui les forces russes ont plutôt tendance à reculer sous la pression ukrainienne. Le risque évidemment c’est un geste désespéré de Poutine pour sauver sa place et son régime. Politiquement son opération constitue un échec retentissant puisque non seulement il n’a pas soumis la totalité de l’Ukraine mais qu’en plus il y a désormais un renforcement et une recomposition de l’OTAN avec les prochaines adhésions de la Finlande et de la Suède. Sans parler de la misère sociale qui s’installe en Russie où on commence à manquer de tout et avec une inflation de 20 à 30 %.. Or, depuis le début de la guerre, les forces militaires russesse réduisent comme une peau de chagrin. En quatre-vingt jours, elles sont d’abord passées de 600 km à un peu moins de 200 pour atteindre aujourd’hui à peine 30, autour de la ville de Sievierodonetsk.

On voit mal comment pourrait se terminer cette guerre dans le cadre d’un compromis. Politiquement, Poutine ne peut pas se permettre une défaite ; inversement les ukrainiens n’accepteront pas facilement de lâcher certaines provinces russophones de l’Est. On risque de s’installer dans une situation de longue guerre notamment près du Dombass avec aussi des manœuvres russes pour déstabiliser dans le monde certain pays en mal de démocratie notamment en Afrique voire au Moyen -orient.  Mais on ne peut non plus exclure le pire avec la menace nucléaire.

 

 

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol