Archive pour le Tag 'covid-19'

Covid-19 : Paxlovid, la pilule de Pfizer efficace dès les premiers jours de contamination

Covid-19 : Paxlovid, la pilule de Pfizer efficace dès les premiers jours de contamination

Paxlovid, la pilule de Pfizer doit être prise pour être efficace dès le diagnostic et dans les cinq jours après l’apparition des symptômes du Covid-19. Le  risque d’hospitalisation et de décès serait réduit de 89%.

«Le Paxlovid arrivera fin janvier dans les pharmacies françaises», a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran .

«Prescrit aux personnes à risque diagnostiquées positives, il va changer la donne pour nos systèmes de santé, en désengorgeant les hôpitaux», estime Albert Bourla. «Le Paxlovid va permettre de réduire le risque de mortalité de façon très significative», se réjouit également le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique, dans les colonnes du Parisien .

Covid-19 écoles : plus de 14 000 classes fermées, record

Covid-19 écoles : plus de 14 000 classes fermées, record

Le virus continu de circuler massivement dans les écoles. Près de 15 000 places fermées, soit près de 3% des classes. Selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale publié vendredi 14 janvier, 14 380 classes sont fermées, contre 9 202 la semaine dernière, en raison du nombre de cas très important d’élèves positifs au Covid-19, et face à l’explosion d’Omicron, à l’absence d’enseignants ou de personnels.

En tout, cela représente 331 715 élèves qui ont été testés positifs, un chiffre qui se base uniquement sur les déclarations volontaires des intéressés et est probablement très sous-estimé. Du côté du personnel de l’Education nationale, plus de 25 500 personnes ont également signalé une infection au Covid-19.

À l’échelle du pays, au moins 226 établissements scolaires sont totalement fermés sur 59 650, ce qui représente 0,38% des structures scolaires publiques et privées sous contrat.

Covid-19 : tassement des formes graves

Covid-19 : tassement des formes graves

 

Comme d’autres experts, le professeur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris  constate que le nombre de cas graves ne progresse plus en France contrairement au nombre de contaminés. Conclusion le virus continu de se répandre massivement mais sans augmentation de la gravité.

 

Interview France Info

 

La situation est-t-elle rassurante à l’hôpital ?

Bruno Mégarbane : Comme tous les médecins et tous les soignants d’Ile-de-France, j’ai reçu un mail de président de l’AP-HP ce vendredi matin. Ce mail est très optimiste, ou en tout cas rassurant, nous disant que tout se passe bien à l’hôpital actuellement. C’est d’ailleurs ce que nous constations depuis déjà quelques jours dans nos services. Dans le service dans lequel je travaille, le nombre de patients ayant une forme grave de Covid-19 n’augmente plus, nous restons stables. Aujourd’hui, nous avons 12 patients en réanimation. Il y en a huit qui sont là pour des formes extrêmement graves du Covid-19 liées au variant Delta. Nous avons quatre autres patients qui sont contaminés par le variant Omicron mais qui sont là pour d’autres raisons, qui n’ont rien à voir avec le Covid-19. Ce n’est pas le virus qui les a amenés en réanimation. Pourtant, ils sont comptabilisés dans les chiffres de personnes présentes en réanimation pour Covid-19. Évidemment, tout cela nous laisse penser que le variant Omicron est beaucoup moins grave que le variant Delta. Nous commençons même à atteindre le pic en réanimation parce qu’effectivement, les contaminations Delta sont désormais en recul.

 

On peut donc dire que nous avons atteint le pic ?

C’est difficile à dire si l’on prend en compte la totalité du pays, car le variant Delta continue de circuler dans certaines régions. En revanche, en Ile-de-France, oui, nous avons désormais un solde négatif, c’est-à-dire que le nombre de patients qui rentrent est inférieur à celui des patients qui sortent. Pour autant, il y a toujours des entrants en réanimation avec des formes graves de maladies, contaminés par le variant Delta. C’est pourquoi il faut encore être extrêmement prudent à l’échelle individuelle, notamment lorsque l’on est pas vacciné. Les patients qui viennent en réanimation pour des formes graves de la maladie ne sont pas vaccinés pour leur grande majorité, ou si elles le sont, ce sont des personnes avec des comorbidités ou une immunodépression.

Peut-on commencer à relâcher les contraintes ?

Je crois que c’est encore un peu tôt. L’épidémie progresse encore, même si elle progresse avec un taux plus lent que la semaine passée. Nous ne sommes pas encore au pic des contaminations. Ce sera plutôt d’ici au moins sept jours, à mon avis. Par la suite, évidemment, les choses vont régresser, on l’espère très vite. Les chaînes de contamination vont s’estomper, à condition, évidemment, de maintenir ces mesures barrières jusqu’au bout. Car sinon, évidemment, on rétablit de nouvelles chaînes de contamination, notamment vers les personnes les plus fragiles, et ce serait vraiment dommage alors que les choses s’améliorent.

Covid-19. une probable vague sans précédent et à une saturation de l’hôpital (professeur Renaud Piarroux )

Covid-19. une probable vague sans précédent et à une saturation de l’hôpital (professeur Renaud Piarroux )

Le spécialiste des épidémies Renaud Piarroux affirme dans le JDD que le risque de saturation des services hospitaliers est sous-estimé.

En février 2020, Renaud Piarroux, professeur de parasitologie au CHU de la Pitié-Salpêtrière à Paris ayant participé à la gestion d’épidémies en Haïti ou en Afrique, avait été l’un des seuls à percevoir la catastrophe qui s’annonçait. Ces jours-ci, il a alerté la direction des hôpitaux parisiens (AP-HP) contre un risque de saturation. « Il faut nous préparer au pire! » a-t-il exhorté. Selon lui, la fatigue pandémique et le déni nous empêchent de regarder en face l’augmentation du nombre des nouvelles hospitalisations.

Les hospitalisations ont augmenté de 15% ces sept derniers jours. La vague Omicron peut-elle submerger le système de santé?
Cette vague me rappelle la première. Plus exactement, c’est la même en négatif, au sens photographique du terme, le noir prenant la place du blanc et vice versa. En mars-avril 2020, le pays était pétrifié. Le pilier, c’était l’hôpital. Certes on découvrait la maladie mais, hormis dans quelques établissements submergés du Grand Est, un standard élevé de soins était pratiqué ; un malade qui avait besoin d’aller en réanimation y entrait ; le nombre d’infirmiers par patient était optimal ; les personnels des services à l’arrêt venaient en renfort. Le blocage avait lieu en amont puisque beaucoup de patients avaient renoncé à venir à l’hôpital.

Et aujourd’hui?
Aujourd’hui, c’est l’inverse. Le soir, en sortant de la Pitié-Salpêtrière, j’ai l’impression que le virus a disparu. À part la longueur des files d’attente pour les tests devant les pharmacies, rien n’est vraiment différent d’il y a deux mois. La ville vit avec le virus. À l’intérieur du CHU, par contre, la situation devient de plus en plus alarmante. Le nombre de passages aux urgences atteint déjà celui du pic de la deuxième vague, début novembre 2020, au moment où tout s’était arrêté. Et quoi qu’on dise, les réanimations se remplissent : on a dépassé 3.800 patients Covid en France, soit plus de la moitié du nombre atteint lors du pic de la première vague.

Mais la situation semble sous contrôle. En quoi est-ce alarmant?
Il y a une inadéquation entre les besoins des malades et les moyens pour y répondre. Contrairement à mars 2020, nous peinons à faire face à l’afflux de patients. Deux exemples : alors que le variant est davantage transmissible, il n’est plus possible de séparer complètement les secteurs dédiés au Covid et les non Covid, ce qui accroît le risque d’infection nosocomiale ; une part importante du personnel – positif ou épuisé – est arrêtée ; une autre travaille après une contamination et même avec de légers symptômes. Vous avez seulement le nez qui coule? On vous encourage à venir! Mais ce drame se déroule à huis clos : à l’extérieur des hôpitaux, cette dégradation des soins n’est pas perçue.

Nous serions dans le déni?
Oui, certains biais cognitifs nous poussent à privilégier les signes encourageants. Et il y a une conjonction entre l’approche de la présidentielle et le ras-le-bol général. Cette lassitude n’épargne ni les experts ni les responsables sanitaires ni les journalistes. C’est ainsi que les dernières modélisations de l’Institut Pasteur font l’objet d’articles de presse privilégiant l’hypothèse la plus optimiste.

Quelle lecture en faites-vous?
Au vu des dernières données et des informations produites par nos collègues du Samu qui croulent sous les appels, le doute n’existe plus : nous sommes sortis de la trajectoire optimiste. L’Institut Pasteur envisage douze scénarios différents, en faisant varier différents paramètres dont la contagiosité d’Omicron et sa dangerosité. La presse a évoqué un pic autour de 1.700 à 2.700 nouvelles hospitalisations par jour et occulté les scénarios catastrophes à 7.000 ou 9.000. Pourtant, du fait des indicateurs épidémiques actuels (augmentation exponentielle du nombre de cas et accroissement sensible du nombre des nouvelles hospitalisations ces derniers jours), ces scénarios pessimistes me semblent plus proches de la réalité : le pic des contaminations, attendu vers la mi-janvier, pourrait entraîner 5.000 nouvelles hospitalisations par jour. Ce n’est pas une vaguelette qui nous attend fin janvier, elle pourrait être plus forte que la deuxième et la troisième vague.

Mais le virus est moins dangereux!
Ma lecture des données venues du Danemark montre que l’épidémie d’Omicron double tous les deux jours et que ce variant n’est pas cinq fois moins dangereux que Delta mais plutôt deux ou trois fois moins seulement, ce qui donne une sévérité proche soit de la souche initiale, soit du variant alpha. Un virus moins virulent peut faire des dégâts considérables s’il infecte un nombre plus important de personnes. Or Omicron a une contagiosité extrême. Avec 300.000 contaminations par jour, si un peu plus de 1% des gens sont hospitalisés comme aujourd’hui au Danemark, cela donnerait plus de 3.000 entrées par jour. En réalité cela sera plus élevé chez nous car, comme beaucoup de patients n’arrivent pas à se faire tester, le nombre de nouvelles contaminations est largement sous-estimé.

La durée d’hospitalisation n’est-elle pas plus brève avec Omicron?
Prudence, prudence. On la sous-estime toujours en début de vague, quand les contaminations touchent des gens jeunes. Le taux d’hospitalisation parmi les infectés augmente lui aussi avec l’âge des personnes positives.

Les hôpitaux tiendront-ils?
Ce sera gérable si on déprogramme massivement. Il faudra se focaliser sur les urgences, qu’elles soient liées au Covid ou non.

Covid-19 : des taux d’incidence en hausse de plus en plus inquiétants

Covid-19 : des taux d’incidence en hausse de plus en plus inquiétants

Un taux d’incidence de 1671 cas pour 100 000 habitants particulièrement inquiétants car cet indicateur montre l’état de la diffusion dans la population. Le taux d’incidence correspond au nombre de cas positifs au Covid-19 pour 100 000 habitants. La formule utilisée pour calculer ce fameux taux est la suivante : nombre de personnes positives multiplié par 100 000, le tout divisé par le nombre d’habitants de la zone étudiée. C’est ce chiffre qui fait basculer un département dans le rouge. Plus précoce que les données hospitalières, cet indicateur recense les résultats des tests virologiques (tests RT-PCR, tests antigéniques…).

 

Le taux d’incidence par département est un indicateur à suivre de très près pour suivre l’évolution de l’épidémie. Les taux d’incidence sont particulièrement différents selon les régions il varie de 500 à 2500 pour 100 000 habitants.

Le taux d’incidence global en France au vendredi 31 décembre 2021 (données consolidées) atteint 1.671,62 cas pour 100.000 habitants au cours des 7 derniers jours.

Les taux par zone géographique :

  • 01 — Ain — Bourg-en-Bresse 1.365,2   
  • 02 — Aisne — Laon 834,3  
  • 03 — Allier — Moulins 922,1   
  • 04 — Alpes-de-Haute-Provence — Digne-les-Bains  1.395,9   
  • 05 — Hautes-Alpes — Gap 1.355,9   
  • 06 — Alpes-Maritimes — Nice 1.449,6   
  • 07 — Ardèche — Privas 1.439,4   
  • 08 — Ardennes — Charleville-Mézières 935,9   
  • 09 — Ariège — Foix 999,4   
  • 10 — Aube — Troyes 917,4   
  • 11 — Aude — Carcassonne 1.189,1   
  • 12 — Aveyron — Rodez 1.060,1   
  • 13 — Bouches-du-Rhône — Marseille 1.694,3   
  • 14 — Calvados — Caen 1.094,5   
  • 15 — Cantal — Aurillac  929,9   
  • 16 — Charente — Angoulême  623,0   
  • 17 — Charente-Maritime — La Rochelle  873,0   
  • 18 — Cher — Bourges  872,5   
  • 19 — Corrèze — Tulle  912,9   
  • 2A — Corse-du-Sud — Ajaccio  1.802,7   
  • 2B — Haute-Corse — Bastia  2.123,4   
  • 21 — Côte-d’Or — Dijon 1.067,0  
  • 22 — Côtes-d’Armor — Saint-Brieuc  821,2   
  • 23 — Creuse — Guéret  714,7   
  • 24 — Dordogne — Périgueux  908,2   
  • 25 — Doubs — Besançon 1.109,1  
  • 26 — Drôme — Valence  1.578,9   
  • 27 — Eure — Évreux  1.144,5   
  • 28 — Eure-et-Loir — Chartres  1.365,1   
  • 29 — Finistère — Quimper  896,7   
  • 30 — Gard — Nîmes  1.234,1   
  • 31 —  Haute-Garonne — Toulouse  1.173,4   
  • 32 — Gers — Auch  851,4   
  • 33 — Gironde — Bordeaux  1.375   
  • 34 — Hérault — Montpellier  1.441,4   
  • 35 — Ille-et-Vilaine — Rennes  1.403,5   
  • 36 — Indre — Châteauroux  694,9   
  • 37 — Indre-et-Loire — Tours  1.108,2   
  • 38 — Isère — Grenoble  1.725,9   
  • 39 — Jura — Lons-le-Saunier 1.000,2   
  • 40 — Landes — Mont-de-Marsan  1.148,1   
  • 41 — Loir-et-Cher — Blois  762,0   
  • 42 — Loire — Saint-Étienne  1.491,5   
  • 43 — Haute-Loire — Le Puy-en-Velay  1.344,2   
  • 44 — Loire-Atlantique — Nantes  1.297,9   
  • 45 — Loiret — Orléans  1.086,9   
  • 46 — Lot — Cahors  1.055,6   
  • 47 — Lot-et-Garonne — Agen  795,9   
  • 48 — Lozère — Mende  732,8   
  • 49 — Maine-et-Loire — Angers  1.067,2   
  • 50 — Manche — Saint-Lô  937,3   
  • 51 — Marne — Châlons-en-Champagne 1.284,4   
  • 52 — Haute-Marne — Chaumont 712,6   
  • 53 — Mayenne — Laval  1.032,9   
  • 54 — Meurthe-et-Moselle — Nancy 957,8   
  • 55 — Meuse — Bar-le-Duc 776,3   
  • 56 — Morbihan — Vannes  1.096,1   
  • 57 — Moselle — Metz 936,4   
  • 58 — Nièvre — Nevers 850,7   
  • 59 — Nord — Lille 1.196,3   
  • 60 — Oise — Beauvais 1.393,0   
  • 61 — Orne — Alençon  926,7   
  • 62 — Pas-de-Calais — Arras 799,7   
  • 63 — Puy-de-Dôme — Clermont-Ferrand  1.481,1   
  • 64 — Pyrénées-Atlantiques — Pau  1.278,9   
  • 65 — Hautes-Pyrénées — Tarbes  1.120,2   
  • 66 — Pyrénées-Orientales — Perpignan  1.671,2   
  • 67 — Bas-Rhin — Strasbourg 1.725,4   
  • 68 — Haut-Rhin — Colmar 1.350,1   
  • 69 — Rhône — Lyon  1.660,9   
  • 70 — Haute-Saône — Vesoul 876,1   
  • 71 — Saône-et-Loire — Mâcon 965,8   
  • 72 — Sarthe — Le Mans  1.364,1   
  • 73 — Savoie — Chambéry  2.628,4   
  • 74 — Haute-Savoie — Annecy  2.605,7   
  • 75 — Paris — Paris 2.646,2   
  • 76 — Seine-Maritime — Rouen  1.646,5   
  • 77 — Seine-et-Marne — Melun 2.383,2   
  • 78 — Yvelines — Versailles 1.872,3   
  • 79 — Deux-Sèvres — Niort  812,6   
  • 80 — Somme — Amiens 854,0   
  • 81 — Tarn — Albi  943,5   
  • 82 — Tarn-et-Garonne — Montauban  971,0   
  • 83 — Var — Toulon  1.444,2   
  • 84 — Vaucluse — Avignon  1.194,5   
  • 85 — Vendée — La Roche-sur-Yon  857,3   
  • 86 — Vienne — Poitiers  779,6   
  • 87 — Haute-Vienne — Limoges  675,6   
  • 88 — Vosges — Épinal 914,8   
  • 89 — Yonne — Auxerre 2.221,3   ,
  • 90 — Territoire de Belfort — Belfort 3.018,3   
  • 91 — Essonne — Évry 3.034,8   
  • 92 — Hauts-de-Seine — Nanterre 2.550,5   
  • 93 — Seine–Saint-Denis — Bobigny 2.287,6   
  • 94 — Val-de-Marne — Créteil 2.448,5   
  • 95 — Val-d’Oise — Cergy-Pontoise 2.425,6   
  • 971 — Guadeloupe — Basse-Terre  860,0   
  • 972 — Martinique — Fort-de-France  630,5   
  • 973 — Guyane — Cayenne  622,3   
  • 974 — La Réunion — Saint-Denis  1.049,9   
  • 976 — Mayotte — Dzaoudzi 509,9  

 

Covid-19 : le risque d’un écroulement du système de santé (OMS)

Covid-19 : le risque d’un écroulement du système de santé (OMS)

le risque d’écroulement du système de santé est d’autant plus grand que l’envolée des statistiques de contaminés sont aujourd’hui surtout imputables aux variants Delta dans la plupart des cas.

 

Le variant omicron beaucoup plus contagieux va rapidement prendre le dessus sur Delta et faire exploser les statistiques au point que les hôpitaux pourraient être dans l’incapacité de traiter les malades atteints. C’est y compris le cas de la France déjà proche de la saturation. Pour preuve nombreux d’opérations de pathologies autres que Covid sont décalées dans le temps.

 

Le «tsunami» des cas dus aux variants Omicron et Delta de Covid-19 va conduire les systèmes de santé au bord de l’«effondrement», a mis en garde mercredi l’Organisation mondiale de la santé. «Je suis très préoccupé par le fait qu’Omicron, plus transmissible, circulant en même temps que Delta, entraîne un tsunami de cas. Cela exerce et continuera d’exercer une immense pression sur un personnel de santé épuisé et des systèmes de santé au bord de l’effondrement», a déclaré le chef de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse.

Covid-19 : la photo sur le pass sanitaire ?

Covid-19 : la photo sur le pass sanitaire ?

Le président des activités de l’hôtellerie propose d’inclure la photo sur le pass sanitaire ( appelé dans le futur passvaccinal). Une bonne idée car les contrôles sont particulièrement difficiles.

Le plus simple serait évidemment d’envisager d’inclure l’état de la vaccination sur la carte vitale. Une proposition réalisable puisque chaque Français adulte possède cette carte. Si par hypothèse la mise en œuvre se révélait techniquement difficile alors il faudrait envisager le renouvellement de toutes les cartes. Une opération qui se justifierait dans la mesure où il va falloir s’habituer à vivre avec le virus Covid pendant des des mois et des mois voire des années.

« Il faut inclure la photo des personnes sur leur pass sanitaire » afin de  »diminuer les fraudes », a proposé mardi 21 décembre sur franceinfo , vice-président de la branche Restauration à l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), alors que le Premier ministre Jean Castex a appelé à plus de contrôle du pass sanitaire dans les lieux recevant du public, notamment les lieux de restauration.

« Comme sur une carte Vitale, inclure une photo sur le pass permettrait de rajouter une difficulté et je pense que les fraudes devraient diminuer », a-t-il ajouté. « Cela nous permettrait de voir le visage de la personne en même temps que le contrôle du QR code. »

 

COVID-19 FRANCE 22 décembre 2021. : Très forte hausse avec près de 73 000 cas

 COVID-19 FRANCE 22 décembre 2021. : Très forte hausse avec près de 73 000 cas

Covid-19: vers des confinements en Europe

Covid-19: vers des confinements en Europe

 Devant la montée épidémique chaque pays durcit progressivement les mesures restrictives. On sait en effet que la période des fêtes est l’occasion d’un grand brassage des populations est donc de transmission du virus.

Aux Pays-Bas on a déjà décidé officiellement le confinement jusqu’au 14 janvier. Au Royaume-Uni, des mesures restrictives vont s’imposer ces prochains jours tenant compte de l’évolution assez dramatique des statistiques. Le gouvernement hésite encore car la posture du premier ministre est de plus en plus fragile. Ce dernier est en effet largement responsable du laxisme de la politique sanitaire et de la prolifération du virus. En effet, 90.000 nouveaux cas de Covid ont été enregistrés vendredi et samedi, les scientifiques britanniques sonnent l’alarme.

 Selon des projections, le nombre de contaminations outre-Manche pourrait atteindre entre 600.000 et 2 millions de cas par jour d’ici à la fin du mois. Ce nouveau pic de l’épidémie pourrait entraîner entre 3000 et 10.000 hospitalisations par jour, ainsi qu’entre 600 et 6000 décès quotidiens.

En Allemagne on constate une certaine stabilisation de la pandémie mais on craint évidemment les contaminations venant de pays extérieurs notamment du Royaume-Uni ou  de France. D’où des restrictions pour les voyageurs entre le Royaume-Uni et l’Allemagne. Par ailleurs, Un projet de loi sera bientôt déposé au Bundestag

 Quelques régions, dont Berlin et la Bavière - les Länder mènent leur politique sanitaire - ont également commencé à vacciner les enfants. Ailleurs en Europe progressivement les pouvoirs publics resserrent les conditions de mobilité. Cependant la vitesse de développement du variant omicron pourrait bien précipiter des mesures de confinement un peu partout après Noël ou au plus tard après le 1er janvier.

Covid-19 : encore un Conseil de défense sanitaire

Covid-19 : encore un Conseil de défense sanitaire

Le dernier conseil de défense sanitaire il y a quelques jours n’avait strictement servi à rien. Pas davantage d’ailleurs que l’intervention enregistrée de Macron qui est passé à côté de l’objet essentiel d’inquiétude des Français. Normal cette intervention a été mise en boîte il y a plusieurs jours !
Du coup, on va programmer encore un nouveau conseil de défense vendredi pour faire face à une évolution que le pouvoir avait sous-estimée. On se souvient en effet qu’il y a deux jours le ministre de la santé avait estimé que la France avait atteint un pic en matière de pandémie avec autour de 50 000 contaminations par jour. Malheureusement ce pic a été dépassé mardi et aussi mercredi pour atteindre 65 000 contaminés en 24 heures hier. À ce rythme on atteindra près de 100 000 contaminations d’ici la fin du mois et les capitaux risquent d’être complètement encombrés avec 4000 malades en soins intensifs.

L’exécutif anticipe maintenant  un nombre de patients en réanimation qui «devrait dépasser 3000 très rapidement et atteindre les 4000 autour des fêtes», a affirmé plus tôt dans la journée le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. «Les plans blancs mis en place dans de nombreuses régions vont permettre de s’organiser et d’éviter la congestion de l’hôpital en fin d’année», a-t-il assuré.

Il avait toutefois averti qu’il pourrait y avoir «de nouvelles décisions d’ici la fin de la semaine». «Nous nous réunirons dans les prochains jours (…) pour prendre les mesures qui s’imposent», a-t-il dit, en mentionnant une accélération de la campagne vaccinale et de rappels, le renforcement des contrôles aux frontières, et «adopter les recommandations nécessaires pour les fêtes de famille».«Hier (mardi) encore, il y a eu près de 1700 personnes admises à l’hôpital et près de 400 en réanimation, la pression va continuer à s’accentuer durant les prochaines semaines», a averti Gabriel Attal à la sortie du Conseil des ministres.

COVID-19: le pic épidémique ou le pic d’incompétence pour Olivier Véran

COVID-19: le pic épidémique ou le pic d’incompétence pour Olivier Véran 

« Il semble que nous ayons atteint un pic épidémique dans notre pays », a déclaré Olivier Véran juste avant que les chiffres officiels ne dévoilent un nouveau record.

Mardi en effet, on  a enregistré +63.405 nouveaux cas confirmés en 24h ,un nouveau record. Soit très au-dessus de la moyenne habituelle de 50 000 contaminés par jour.

 

Cependant le ministre de la santé n’a pas pu promettre que les contaminations, estimées à 50.000 par jour, allaient redescendre, ou si un plateau allait s’établir dans les prochaines semaines.

 

Une nouvelle fois Olivier avérant se trompe lourdement non seulement il va falloir affronter la montée en puissance des malades en traitement dans les hôpitaux mais continuer aussi de faire face à la croissance de la pandémie. Sur la tendance, en effet on pourrait atteindre de l’ordre de 100 000 contaminés par jour d’ici la fin de l’année.

Ce n’est pas de pas le pic épidémique qui a été atteint mais peut-être le pic d’incompétence d’un ministre par ailleurs beaucoup trop bavard.

 

Covid-19 : fêtes de fin d’année au ralenti (conseil scientifique)

Covid-19 :  fêtes de fin d’année au ralenti (conseil scientifique)

Pour faire simple conseil scientifique recommande de ne pas organiser de repas collectifs. En effet, les festivités risquent d’être l’occasion d’un nouveau grand brassage des populations et d’une nouvelle flambée des contaminations comme des cas graves. À l’approche des fêtes de fin d’année, le Conseil scientifique détaille donc , dans un avis daté du 8 décembre et publié par le ministère de la Santé lundi 13 décembre, une série de mesures à appliquer dans la sphère privée face à l’épidémie de Covid-19.

Pour les « réunions familiales de type repas de Noël », le Conseil scientifique recommande notamment de « limiter le nombre de participants, de s’assurer que les personnes fragiles ont bien reçu leur dose de rappel, d’aérer régulièrement les locaux et de pratiquer un autotest le jour même, ou un test antigénique la veille ou le jour même de l’événement ».

Les autorités de santé s’attendent à une  »augmentation des admissions hospitalières de patients », en lien avec la cinquième vague causée par le variant Delta. Un pic d’admissions supérieur à 2 000 par jour est attendu, soit un niveau proche de celui observé lors de la deuxième vague à l’automne 2020. À cela s’ajoute l’émergence du variant Omicron, qui « se répand extrêmement rapidement ».

Face à cette  »double menace », le Conseil scientifique conseille de diminuer ses contacts et de ne pas sortir si on est symptomatique. Il recommande également de « renoncer immédiatement à tout rassemblement collectif en lieu clos où le port du masque n’est pas possible ou approprié au format, en particulier tous les rassemblements avec consommation de boisson et de nourriture. »

 

Covid 19 « vers un confinement »(Véran)…après les fêtes ?

Covid 19 « vers un confinement »(Véran)…après les fêtes ?

 

La question n’est pas de savoir s’il y aura ou non de nouvelles mesures restrictives allant jusqu’au confinement mais quand seront prises les décisions. Pour l’instant ,comme souvent, le gouvernement tergiverse et espère ne pas avoir à prendre de décision avant Noël. Le problème est que la moyenne journalière dépasse maintenant 50 000 cas par jour, on a même compté un pic de 70 000 cas et surtout avec des les hôpitaux de plus en plus surchargés par les patients en soins critiques. Leur nombre atteint 2500 personnes, à 3000 les capitaux seront complètement embouteillés et à 4000 ce sera la catastrophe.

 

« Selon toute vraisemblance, nous sommes en train d’atteindre le pic », prévient Olivier Véran, samedi 11 décembre, dans un entretien au Parisien. Le ministre de la Santé rappelle que cette cinquième vague épidémique est violente : « Nous avons dépassé en début de semaine les 70 000 diagnostics en 24 heures, du jamais-vu depuis le début de la pandémie dans notre pays. »

« Depuis une dizaine de jours, on constate un début de ralentissement de la vague épidémique », ajoute le ministre. Il faut désormais attendre pour savoir si les contaminations vont baisser rapidement ou si le plateau va rester haut. « Nous ne nous dirigeons pas vers un confinement. Mais dire que cela n’arrivera jamais plus, c’est impossible », a prévenu Olivier Véran.

«

La pression hospitalière liée au Covid-19 ne faiblit pas en France où plus de 2 500 personnes sont actuellement accueillies dans les services de soins critiques, selon les chiffres publiés samedi par Santé publique France. Ces dernières 24 heures, 787 personnes atteintes du Covid-19 ont été admises dans les hôpitaux français, portant au total à 13 855 le nombre de patients Covid hospitalisés en France.

Covid-19 :Pour la vaccination des enfants

Covid-19 :Pour la vaccination des   enfants 

 

La vaccination des jeunes Français présente des risques faibles et des bénéfices avérés en termes d’infections, d’hospitalisations et de décès évités, estiment, dans une tribune au « Monde », cinq spécialistes de la santé, qui s’inquiètent des réserves émises par certains pédiatres.

 

Tribune. Les enfants âgés de 5 à 11 ans vont pouvoir accéder avant Noël au dosage pédiatrique du vaccin ARN anti-Covid de Pfizer-BioNTech. Le calendrier, qui restait incertain, vient d’être précisé le 7 décembre par l’exécutif. Un vaccin sous le sapin : cette promesse de fin d’année doit être considérée comme une chance pour les enfants français et leurs familles.

La campagne vaccinale qui sera lancée le 14 décembre pour les enfants fragiles, le 20 pour tous les autres, va protéger les enfants, sécuriser leur scolarité et freiner la circulation du virus. Le bénéfice ne sera pas immédiat, certes, mais l’acuité de la situation actuelle et la menace de pénétration du variant Omicron rendent cette nouvelle prévention impérieuse.

Ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex : protocole renforcé dans les écoles, fermeture des discothèques, vaccination des 5-11 ans…

La vitesse de circulation de l’épidémie chez les enfants d’école primaire atteint aujourd’hui une dimension critique. C’est la population où le virus circule le plus. Sur plus de la moitié du territoire, la probabilité qu’il y ait au moins un enfant contagieux dans une classe est d’au moins 50 %. Selon l’étude ComCor de l’Institut Pasteur, avoir un enfant scolarisé dans le primaire augmente de 45 % le risque d’être infecté (Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, avis du 6 décembre).

Toujours plus d’enfants positifs

Les conséquences scolaires d’une incidence à plus de 900 pour 100 000 chez les 6-10 ans sont certes atténuées désormais par le changement des critères de fermeture des classes. Mais s’il y a moins de classes fermées, il y a quand même toujours plus d’enfants positifs et isolés, et il y en aura davantage encore jusqu’aux vacances de Noël.

Surtout, quelles sont les conséquences de cette circulation virale sur la santé des enfants ? « Ceux qui disent non, non, pas de problème avec les enfants” doivent regarder les faits », a déclaré le docteur Anthony Fauci, qui conseille la Maison Blanche sur la crise sanitaire. Même si elle est le plus souvent bénigne chez les enfants, l’infection par le SARS-CoV-2 constitue un risque réel dont ils doivent être protégés. La semaine du 22 au 29 novembre, 132 enfants de moins de 9 ans atteints du Covid-19 sont entrés à l’hôpital. Au total, depuis le 1er mars 2020, ils sont près de 5 000 à être sortis de l’hôpital après un diagnostic Covid ; 13 décès ont été recensés (selon Santé publique France). Et la cinquième vague est déjà visible dans les données d’hospitalisations qui augmentent dans cette tranche d’âge depuis fin octobre.

Autorisé début novembre aux Etats-Unis, le vaccin a déjà été administré à près de 15 % des enfants de cette classe d’âge, dont plus de 1,2 million ont déjà reçu les deux doses. S’il y avait un signal négatif sur la sécurité, il serait déjà remonté à ce jour. L’évaluation de la balance bénéfice-risque met donc, d’un côté, des risques liés au vaccin qui sont désormais faibles, et, de l’autre côté, des bénéfices avérés et directs pour les enfants en termes d’infections, d’hospitalisations et de décès évités.

 

Santé-Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

santé-Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30.000 morts enregistrés depuis une semaine, le vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l’AFP. Et la tendance reste à la hausse. Sans parler de l’incidence du variant omicron récemment débarqué en Europe

L’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme sur la situation sanitaire dans le Vieux continent. L’OMS s’est inquiétée dans un communiqué publié mardi 23 novembre de l’ »emprise » de la pandémie de Covid-19 en Europe, estimant qu’elle pourrait être à l’origine de 700 000 morts de plus dans le continent, d’ici le printemps 2022. Si ce scénario se confirmait, il y porterait le nombre total de décès à 2,2 millions.

« On peut s’attendre à ce que les lits d’hôpitaux soient soumis à une pression élevée ou extrême dans 25 pays et à une pression élevée ou extrême dans les unités de soins intensifs dans 49 des 53 pays d’ici au 1er mars 2022. Les décès cumulés signalés devraient atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps prochain, sur la base des tendances actuelles », a expliqué l’organisation dans un communiqué.

Actuellement, plus de 1,5 million de personnes sont mortes du Covid-19 dans la région.

Pour l’OMS, l’augmentation des cas s’explique par la combinaison de la prévalence du variant Delta hautement contagieux, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement prématuré des mesures anti-Covid-19.

Selon ses données, les décès liés à la pandémie ont plus que doublé depuis fin septembre, passant de 2 100 par jour à près de 4 200 quotidiens.

Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30.000 morts enregistrés depuis une semaine, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l’AFP. Et la tendance reste à la hausse.

L’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme sur la situation sanitaire dans le Vieux continent. L’OMS s’est inquiétée dans un communiqué publié mardi 23 novembre de l’ »emprise » de la pandémie de Covid-19 en Europe, estimant qu’elle pourrait être à l’origine de 700 000 morts de plus dans le continent, d’ici le printemps 2022. Si ce scénario se confirmait, il y porterait le nombre total de décès à 2,2 millions.

« On peut s’attendre à ce que les lits d’hôpitaux soient soumis à une pression élevée ou extrême dans 25 pays et à une pression élevée ou extrême dans les unités de soins intensifs dans 49 des 53 pays d’ici au 1er mars 2022. Les décès cumulés signalés devraient atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps prochain, sur la base des tendances actuelles », a expliqué l’organisation dans un communiqué.

Actuellement, plus de 1,5 million de personnes sont mortes du Covid-19 dans la région.

Pour l’OMS, l’augmentation des cas s’explique par la combinaison de la prévalence du variant Delta hautement contagieux, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement prématuré des mesures anti-Covid-19.

Selon ses données, les décès liés à la pandémie ont plus que doublé depuis fin septembre, passant de 2 100 par jour à près de 4 200 quotidiens.

COVID-19: une troisième dose pour tout le monde

COVID-19: une troisième dose pour tout le monde

Pour Lila Bouadma, membre du Conseil scientifique. « Il faut une dose de rappel pour tout le monde », met-elle en garde sur BFMTV ce dimanche soir.

Si « plus on est jeune, plus l’immunité perdure (…), on sait qu’il y a une décroissance de l’immunité constante dans tous les âges », rappelle la membre du Conseil scientifique qui appelle, pour cette raison, à une dose de rappel pour tous.

La réanimatrice à l’hôpital Bichat à Paris s’inquiète de la montée actuelle du taux de contaminations au coronavirus en France. « Le virus retrouve ses conditions idéales », indique-t-elle, évoquant « les températures, l’humidité » et les changements de mode de vie avec plus de rassemblements en intérieur.

Santé-Covid 19 alerte en Europe : 300 000 contaminés par jour

Santé-Covid 19  alerte en Europe :  300 000 contaminés par jour

Nouveau record en Europe ; Avec près de 300.000 cas détectés mercredi, le continent européen a dépassé le pic de la seconde vague.  Depuis plusieurs semaines, une nouvelle vague de Covid-19 semble submerger la France, mais plus encore ses voisins européens. Certains d’entre eux sont d’ailleurs revenus à des restrictions drastiques : un confinement pour les personnes non vaccinées en Autriche, une preuve de vaccination obligatoire en Allemagne pour entrer dans les restaurants, les bars ou les salles de sport, un couvre-feu aux Pays-Bas

 D’après les statistiques d’ Our World in Data, l’Europe a  atteint son record de contaminations quotidiennes mercredi 17 novembre. Avec 299.582 personnes testées positives en moyenne sur sept jours à cette date, le continent a dépassé son dernier pic le plus élevé, atteint le 8 novembre 2020. En pleine seconde vague à l’époque, 287.103 cas positifs avaient été détectés, toujours en moyenne sur sept jours. À l’échelle plus restreinte de l’Union européenne, en revanche, le pic n’a pas encore été dépassé, même si la courbe progresse en flèche depuis le 1er novembre. À ce jour, 188.467 cas positifs ont été détectés en moyenne sur sept jours, contre 218.732 le 8 novembre.

 

Covid-19 France : le taux d’incidence au-repasse au dessus de 100 !

Covid-19  France : le taux d’incidence au-repasse au dessus de 100 !

En moyenne le nombre de contaminés quotidiens est repassé à 10 000, c’est-à-dire avant près le double d’il y a quelques semaines. Par ailleurs Le taux d’incidence, lui, est désormais établi à 100,2 cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, selon Santé publique France. C’est une première depuis le mois de septembre. À titre de comparaison, le 15 octobre, ce taux était de 48,8. Le 30 octobre, il était de 61,2. La circulation virale a donc doublé en un mois.

 

L’épidémie s’aggrave de nouveau en France, où 70 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, selon le bilan du jour de Santé publique France. 7361 malades sont actuellement hospitalisés, dont 631 depuis la veille. Ils étaient 7111 dimanche. 1257 patients sont soignés dans les services de soins critiques, dont 144 admis ce lundi. Ils étaient 1210 dimanche. 3241 nouveaux cas ont été détectés.

Covid-19: Pourquoi un passe sous condition d’une troisième dose pour les plus de 65 ans ?

Covid-19: Pourquoi un passe  sous condition d’une troisième dose pour les plus de 65 ans ?

 

Gérald Kierzek, médecin urgentiste et chroniqueur santé, fait part de sa perplexité dans le Figaro; Certes, il  approuve la troisième dose mais s’interroge sur la pertinence d’y associer la délivrance du passe.  (Extrait)

Gérald Kierzek est médecin urgentiste et chroniqueur santé, directeur médical de Doctissimo, et auteur notamment de Coronavirus, comment se protéger? (Éditions de l’Archipel, mars 2020).

 

Sur le fond ensuite, la nécessité d’un rappel vaccinal peut être discutée. En effet, elle se base sur des études de sérologies montrant que les plus de 65 ans voient leur taux d’anticorps baisser. Mais l’immunité est bien plus complexe qu’une simple mesure d’anticorps ! Quand les anticorps baissent, l’immunité cellulaire est là pour assurer aussi les défenses immunitaires et nous sommes médicalement incapables, en routine quotidienne, de connaître la durée de protection vaccinale. L’immunité naturelle est également une immunité forte, plus forte que celle octroyée par le vaccin comme le montrent beaucoup d’études, notamment parce qu’elle permet de développer une immunité muqueuse (anticorps IgA) au niveau ORL seule à même de stopper la circulation virale. Le vaccin n’empêche pas les contaminations car il ne confère pas cette immunité muqueuse ; il protège des formes sévères.

Il serait donc sûrement souhaitable de laisser circuler le virus chez les moins fragiles (pas de risque de formes graves et immunité naturelle solide) ainsi que chez les vaccinés sans faire de rappel. On pourrait même dire que le rebond de contaminations permet d’envisager de stopper la circulation virale et de mettre fin à l’épidémie ! Mais pour cela, il faut sortir du « mode panique » devant les courbes de tests positifs !

 

Alors que le nombre de contaminés augmente à nouveau, faut-il renforcer les gestes barrières comme l’a dit le président ?

Les gestes barrières basiques oui, les mesures restrictives non ! Je m’explique. Les gestes barrières comme le lavage des mains régulier ou les solutés hydroalcooliques quand le lavage des mains est impossible est raisonnable pour lutter contre tous les virus (Sars-Cov-2, grippe, gastro-entérites et autres). De même, l’aération des locaux, privés et publics est fondamentale. En revanche, le port du masque chez les enfants ou encore en extérieur n’a pas de sens. Il faut des mesures barrières tenables sur le long terme pour vivre avec ce virus et limiter les autres virus. Nous ne pouvons pas socialement, psychologiquement et même immunitairement vivre sous cloche.

Les conséquences psychologiques du port du masque chez les enfants sont réelles et terribles, y compris à long terme, alors que son efficacité comme geste barrière plus qu’hypothétique. Trop d’hygiène tue l’hygiène sur le plan immunitaire. On le voit actuellement avec la recrudescence de la bronchiolite chez les enfants nés pendant les mesures de confinement. Leur système immunitaire n’a pas été confronté aux virus classiques liés à la vie en société (crèches, etc.) et est fragilisé.

 

Il est impératif de ne pas sombrer dans une folie hygiéniste dangereuse politiquement et médicalement. Là encore, il ne faut pas céder à la panique des chiffres.

Les contaminations vont augmenter inexorablement mais ne constituent pas une vague au sens de saturation hospitalière. Nous avons assisté en 2020 à des vagues de saturation des réanimations dans deux régions essentiellement (Grand Est et Ile de France) ; stricto sensu, nous ne pouvons plus parler de troisième, quatrième ou cinquième « vague » puisqu’il s’agit désormais de vague de tests positifs sans répercussion hospitalière.

La crise actuelle de l’hôpital, et j’allais dire même celle de 2020 soi-disant liée au COVID, est structurelle et liée au manque de lits et maintenant de personnels. Les patients COVID n’ont représenté que 2% de l’ensemble des patients hospitalisés au cours de l’année 2020 selon le rapport de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation qui collecte et analyse toutes les données hospitalières ! Bien loin du fantasme collectif d’un hôpital rempli de patients COVID avec des personnes ne pouvant être prises en charge et « triées » pour entrer à l’hôpital.

E

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol