Archive pour le Tag 'discutable'

80 km/h : une conclusion très discutable du Premier ministre

80 km/h : une conclusion très discutable du Premier ministre

Bien entendu on ne peut que se féliciter de la diminution de l’accidentologie et en particulier du nombre de morts constatés en 2018. Mais de là à l’attribuer comme le fait le premier ministre à la mesure de réduction de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire il y a un pas qu’on ne peut pas franchir. Première observation, un bilan sur des mesures structurelles ne peut s’effectuer que sur une période assez longue de l’ordre de deux à trois ans. Surtout, les 116 morts économisés par cette mesure d’après le premier ministre constituent une arnaque statistique. Pour valider sa démonstration, le premier ministre compare les résultats de 2018 à ceux de 2017. Notons que la mesure des 80 km/h et intervenus seulement au 1er juillet. Notons surtout qu’à fin juin  2018 (c’est-à-dire avant la mise en œuvre des 80 km/h), l’accidentologie était orientée nettement à la baisse.

, Le nombre d’accidents corporels est de 5 422 contre 5 747 en juin 2017. Cela représente 325 accidents corporels de moins (-5,7%). 6 651 personnes ont été blessées contre 7 193 en 2017, soit 542 de moins (-7,5%). Enfin, 2 303 personnes ont dû être hospitalisées 24 heures ou plus. En juin 2017, elles étaient 2 890, soit 587 personnes de moins (-20,3%). A fin juin 2018 les 12 derniers mois, ce sont 3 348 personnes qui ont trouvé la mort sur la route. Pour rappel, le plus bas historique est en 2013 avec 3 268. Pour le moment, on se trouve sous le niveau de 2014 (seconde « meilleure » année). Il y avait alors eu 3 384 personnes tuées. Sur le premier semestre de 2018, on compte 1 528 décès contre 1 628 en 2017 soit une baisse de 6,14%. C’est le deuxième meilleur premier semestre derrière 2013 toujours (1 417 tués). En clair le nombre d’accidents avant la mise en place des 80 km/h s’inscrivait déjà dans une forte baisse tendancielle. La conclusion qu’en tire le premier ministre et non seulement prématurée mais  fallacieuse tant qu’elle n’a pas été démontrée. On se demande si le Premier ministre ne défend pas d’abord son poste puisqu’on sait que Macron avait déclarait devant des élus que cette mesure des 80 km/h entre guillemets « était une belle connerie ». Il faut globalement se féliciter de la réduction de vitesse mais la régulation dans ce domaine doit être adaptée à chaque portion de route en fonction de son niveau accidentogène. Ainsi dans certains cas on peut imposer sur certaines petites routes 50 à 60 km/h, voire moins sur certaines zones très dangereuses, mais sur certaines routes départementales (notamment anciennes nationales) la limite peut être fixée à 90.

Limiter la vitesse à 80 km/h : une mesure discutable

Limiter la vitesse à  80 km/h : une mesure discutable

 

Une  baisse de 10 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes démunies de séparateur central pourrait paraît a priori  mesure en apparence de bon sens : réduire la vitesse pour limiter la gravité et le nombre d’accidents. On sait en effet que la vitesse et l’alcool sont les deux facteurs explicatifs majeurs qui affectent l’insécurité routière. Pour autant,  une mesure de portée générale n’est pas forcément très pertinente. En effet, sur certaines portions, même une vitesse à 80 km/h peu se révéler dangereuse  alors que sur d’autres une vitesse à 100 km/h ne présente que peu de danger. La vérité c’est qu’il conviendrait de mettre en place une régulation de la vitesse beaucoup plus fine adaptée à chaque tronçon en fonction de la dangerosité. Une philosophie par exemple qui est pratiquée dans les chemins de fer pourtant un transport guidé où  les risques est beaucoup moindres. La baisse de 90 à 80km/h sur les routes bidirectionnelles, démunies de séparateur central, devrait donc figurer parmi les mesures annoncées par le gouvernement lors d’un prochain comité interministériel à la sécurité routière. Comme souvent en France quand on constate qu’une législation est peu ou  mal appliquée, on en ajoute une autre qui ne sera sans doute pas mieux respectée. D’où cet empilement de dispositions réglementaires qui permet à la France de posséder des plus grandes cathédrales administratives du monde. Face à la dégradation de la sécurité routière, la philosophie des services de contrôle consiste à faire du chiffre et non à se  polariser sur les facteurs de risque. Exemple il est plus facile pour les brigades de gendarmerie de se positionner au sein même de petit village dont  la circulation ne présente aucun risque que de se focaliser sur les lieux et véhicules de risques potentiels. On préfère additionner les infractions accessoires voire dérisoires que de contrôler les infractions graves qui demandent davantage de temps, de compétence  et de travail. Il conviendrait notamment  de professionnaliser les services de contrôle dans sur une structure complètement dédiée et spécialisée dans le contrôle routier.  Si la mortalité sur les routes a largement diminué depuis quatre décennies, le nombre de tués repart à la hausse, un phénomène particulièrement observable en France (3469 tués en 2016), mais qui concerne plus largement toute l’Europe. Avec 54 tués par million d’habitants, la France se situe au-dessus de la moyenne européenne (50) et affiche un taux deux fois plus élevé que le champion en la matière, la Suède (27). En l’absence d’approche vraiment scientifique de l’insécurité routière chaque gouvernemenet improvise sans vraiment mesurer les effets des mesures prises.

 

Richard Ferrand : un jugement discutable

Richard Ferrand : un jugement discutable

 

Juridiquement Richard Ferrand est lavé  dans l’affaire des mutuelles de Bretagne qu’il a dirigée  de 1998 à 2012. Reste que la motivation du tribunal paraît un peu douteuse. Le procureur de la république a en effet considéré que l’affaire  pouvait être classé sans suite au motif qu’il n’a pas commis d’infraction au code de la mutualité et qu’il n’était pas avéré que les mutuelles Bretagne assume un rôle de service public. Le procureur de Brest a donc annoncé le classement sans suite de l’enquête visant Richard en invoquant notamment la prescription. «Les infractions d’abus de confiance et d’escroquerie» ne sont, elles, «pas constituées, faute d’un préjudice avéré», a-t-il précisé. S’agissant d’un éventuel délit de prise illégale d’intérêts, «la question est apparue complexe» et «le parquet de Brest aurait pu envisager l’ouverture d’une information judiciaire», a expliqué le procureur de Brest, Jean-Philippe Récappé. «Il convenait toutefois de vérifier au préalable si l’infraction éventuelle (…) n’était pas prescrite», ce qui est le cas depuis le 19 juin 2015», a-t-il souligné. Dans cette affaire, révélée par le Canard Enchaîné le 24 mai dernier, Richard Ferrand, est soupçonné d’avoir favorisé sa compagne, l’avocate Sandrine Doucen, à l’époque où il était directeur général des Mutuelles de Bretagne et élu local PS. Le 19 juin, il était contraint de démissionner de son poste de ministre de la Cohésion des territoires. Force est de constater les explications du procureur sont assez alambiquées. Les mutuels de Bretagne n’appartiennent pas juridiquement un service public mais dans les faits elles en assurent le rôle. ” Le parquet dit qu‘il aurait pu envisager l‘ouverture d‘une information pour prise illégale d‘intérêt, mais souligne que la jurisprudence ne permet pas d‘affirmer que les Mutuelles de Bretagne ont effectué une mission de service public au sens du droit pénal et que l‘infraction éventuelle est prescrite !

Numérique à l’école : un résultat très discutable

Numérique à l’école : un résultat très discutable

Il est clair que rien n’est démontré concernant l’intérêt de l’utilisation des outils numériques à l’école. Tout au plus peut-on déterminer un taux d’utilisation et un taux d’équipement. Un bilan  finalement très douteux d’autant que la plupart  des élèves ont déjà accès à un ordinateur et à l Internet à leur domicile. De plus ,  des élèves en connaissent  d’ailleurs beaucoup plus que leurs enseignants en matière de maniement des nouveaux outils. Dans les écoles américaines les plus huppés on a d’ailleurs banni l’utilisation de toute outil numérique De ce point de vue  le  rapport Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) sur les performances numériques à l’école dans le monde, réalisé à partir des résultats d’élèves âgés de 15 ans ne prouve rien. . Les résultats ne sont pas forcément tendres avec le numérique. On y apprend que les pays ayant opté pour les tablettes, tableaux numériques et ordinateurs n’ont pas forcément des meilleurs résultats scolaires. Le bilan est en revanche plutôt positif pour la France en matière d’équipement. En 2012, 99% des élèves de 15 ans avaient au moins un ordinateur à la maison et 96% des élèves défavorisés ont accès à Internet chez eux. En classe, on compte un ordinateur pour trois élèves, un chiffre proche de la moyenne de l’OCDE. La ministre de l’Éducation nationale fait d’ailleurs régulièrement la promotion de ces classes équipées. Le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem se félicite : « L’étude révèle des résultats plus encourageants que les enquêtes Pisa classiques » !!! Seuls 12% des élèves français naviguent dans la mauvaise direction, contre 15 % en moyenne dans l’OCDE. Un résultat encourageant alors que 24% seulement des enseignants utilisent les outils numériques en classe, contre 37% en moyenne dans l’OCDE. Des résultats qui pourraient être améliorés avec des moyens et des équipements supplémentaires. Bonne nouvelle donc pour le gouvernement qui peut ainsi justifier la mise en place de son grand plan numérique, annoncé le 7 mai dernier par François Hollande. Le Président a annoncé un milliard d’euros sur trois ans pour le numérique. Pour développer au mieux l’enseignement par les outils numériques, l’Éducation nationale explique que « des efforts exceptionnels vont être mis dans une formation particulière pour les professeurs, afin qu’ils puissent utiliser de façon pertinente les outils numériques ». Au cabinet de la ministre, on mesure tout de même les effets de ces supports : « Il faut avant tout être un bon professeur pour pouvoir s’en servir comme un support pédagogique efficace« . Les formations permettront de combler les lacunes qui existent à l’heure actuelle. L’Éducation nationale insiste sur le « lien entre des investissements massifs et des résultats concluants« . La France ne veut surtout pas suivre l’exemple des pays de l’Europe de l’Est. Dans ces pays, où il est courant d’utiliser Internet en classe, les performances scolaires ont reculé entre 2000 et 2012.  »Des ordinateurs ou des tablettes trop présents dans l’apprentissage n’est pas forcément signe de réussite. Il faut savoir les utiliser avec bon sens », précise-t-on à l’Éducation nationale.  L’Australie et la Norvège sont les deux exceptions qui pourraient convaincre les plus réfractaires au numérique. Ces pays ont derrière eux une expérience de cinq et dix ans. Ils ont pu révolutionner les pratiques pédagogiques avec une personnalisation des enseignements, et surtout, par un vrai travail collaboratif des professeurs. « Surfer sur Internet dans le cadre d’un travail scolaire encadré permet d’améliorer les performances. Faire des exercices sur Internet, chatter ou envoyer des mails ne les améliore pas », résume Francesco Avvisati, analyste à l’OCDE.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol