Archive pour le Tag 'est'

Darmanin est un agitateur pour le député LR Aurélien Pradié

Darmanin est un agitateur pour le député LR Aurélien Pradié

Pour Alain Pradié, député LR, vice-président exécutif des Républicain, Darmanin est un agitateur, témoin ses propos accusant les opposants à la réforme de la retraite de bordéliser le pays. S Gérald Darmanin veut faire la leçon à la Nupes, qu’il commence à se la faire à lui-même», a rétorqué Aurélien Pradié. «On peut être opposé à cette réforme-là sans être un affreux gauchiste qui voudrait bordéliser le pays», a-t-il renchéri.

Aurélien Pradié a aussi dénoncé dénoncé le «coup de menton» de la première ministre Élisabeth Borne. Critiqué par le député du Lot, le report à l’âge de départ à 64 ans «n’est plus négociable», a en effet affirmé cette dernière, invitée ce matin sur Franceinfo.

«le petit coup de menton de ce matin commence à me faire penser que, au fond, les macronistes ne changeront jamais». Le gouvernement compte pourtant sur le vote des députés LR pour obtenir une majorité dans l’hémicycle. «Je ne serai pas dans une opposition bête et méchante, comme personne chez les Républicains, mais nous avons une condition sur la table», a-t-il averti.

Le député du Lot (LR) s’est dit prêt à ne pas voter la réforme en cas de rejet de l’amendement permettant à ceux qui ont commencé à travailler «avant 21 ans» de partir «dès leurs 43 ans de cotisation».

Electricité: où est le soulagement pour les TPE ?

Electricité: où est le soulagement pour les TPE ?

La plupart des grands médias reprennent purement et simplement les informations du ministère de l’économie en titrant : « soulagement pour les prix de l’électricité concernant les petites entreprises ». En réalité, le gouvernement a décidé d’un bouclier tarifaire avec un maximum de 280 € par mégawatt heure quand le prix de marché e entre 70 et 80 euros

D’abord 280 € le méga watts heure,c’est le double du prix payé par les particuliers et autres petites activités économiques. C’est surtout très au-dessus du prix de marché de gros qui se situe actuellement autour entre 70 et 80 € le mégawatt heure. On objectera à juste titre que les fournisseurs d’électricité achètent dans le cas de contrat à long terme et qu’il leur faut donc lisser le prix.

Grâce aux augmentations invraisemblables de l’électricité ces derniers temps, ils ont tous engrangés des profits injustes. Grâce à des contrats à caractère léonin, ils imposent à leurs clients des hausses considérables à l’occasion des renouvellements de contrat. Des hausses qui peuvent multiplier par 4,5 ou même 10 le prix de l’électricité.

C’est le résultat de la politique énergétique française qui a tué pendant des années la filière nucléaire et les tarifs réglementés qui l’accompagnaient. Normalement si Fessenheim n’avait pas été fermé, si des centrales n’avaient pas été mal entretenues, la France serait toujours exportatrice d’électricité et les prix réglementés tourneraient autour de 70 € le mégawatt heure. Macron avec Hollande d’abord , seul ensuit,e a largement contribué à étouffer le nucléaire; il a favorisé une immense pagaille dans le secteur en permettant à des énergéticiens de s’enrichir alors qu’ils ne produisent rien, ne transporte rien.

Conclusion, ce n’est pas vraiment un calot de mettre en place un bouclier tarifaire pour les petites entreprises avec un plafond de 280 € le mégawatt heure quand en faite ils ne devraient payer qu’autour de 70 €.

Politique: l’ armée complètement est sous-dimensionnée

Politique: l’ armée complètement est sous-dimensionnée


A la lumière du conflit qui se déroule en Ukraine, Macron pose la question de la stratégie militaire française. Jusque-là en effet, experts et professionnels de l’armée considéraient que la défense du pays reposait surtout sur le nucléaire et que les équipements et la défense traditionnelle devaient être en quelque sorte marginalisés.

Une erreur fondamentale car il n’est pas du tout certain que la guerre conventionnelle constitue une hypothèse du passé. Certes l’armée se professionnalise, elle utilise de plus en plus des équipements sophistiqués fait appel à de nouvelles technologies. Mais elle ne saurait se passer notamment d’une forte armée de terre.Pour preuve, l’armée ne parvient même plus à assurer ses objectifs faute de moyens dans les différentes opérations extérieures comme au Sahel par exemple.

Ce qui se passe en Ukraine le démontre par l’absurde puisque par exemple la Russie qui dispose de l’arme nucléaire démontre chaque jour sa grande insuffisance sur le plan de l’infanterie. Elle tente de compenser cette infériorité qualitative et quantitative par une artillerie qui arrose n’importe comment et n’importe où.

En réalité, le budget de la défense n’a cessé de se réduire en France surtout les moyens conventionnels. On a aussi supprimé le service militaire, une surpression qu’on doit aux mêmes experts et aux militaires eux-mêmes qui ont vu là l’occasion d’améliorer leur rémunération. Une suppression qui découle aussi d’une grande lâcheté politique.

L’Ukraine, petit pays, pour faire face aux conflits avec la Russie a réussi à mobiliser 200 000 hommes, à peu près l’effectif de l’armée française.Il y a 15 ans elle en comptait plus du double et il en faudrait sans doute 500 000. Autant dire que la défense française est complètement sous dimensionnée. Alain Bauer le spécialiste emploie le terme diplomatique d’armée échantillonnaire. Une armée qui par ailleurs manque de tout d’équipement, de pièces de rechange et d’effectifs. Par exemple, la moitié des hélicoptères sont en panne et on prend leurs pièces pour réparer ceux qui fonctionnent.

On a pu le vérifier dans la cruelle débâcle de la force Barkhane au Mali. Comment la France pourrait-elle faire face à une éventuelle attaque d’un pays comme la Russie si elle n’est même pas capable de s’imposer face aux rebelles du Sahel.

Tout est à revoir dans la stratégie de défense : l’objectif, les modalités, les équipements , les effectifs et bien sûr les financements.

Il faudra remettre sur le tapis la question du service militaire obligatoire. Comme on l’a vu en Ukraine, c’est parce que des effectifs mobilisables étaient particulièrement bien formés que les forces de Kiev ont fait reculer les Russes. À l’inverse, les Russes ont mobilisé des jeunes sans formation dans beaucoup ont été massacrés. Or en cas de conflit majeur on procède à une mobilisation générale, ce qui suppose une formation préalable. Ce que n’est pas évidemment cet ersatz de service national universel qui ne ressemble à rien.

Chine : la stratégie zéro Covid est une catastrophe économique

Chine : la stratégie zéro Covid est une catastrophe économique

La politique de santé technocratique du parti communiste chinois qui s’entête à maintenir une stratégie zéro Covid constitue une véritable catastrophe économique.
Les dépistages, les quarantaines et les confinements à répétition pèse lourdement sur l’activité chinoise mais aussi sur la demande entraînant une baisse des prix des marchandises en septembre.

La baisse du commerce extérieur chinois constitue sans doute l’indicateur avancé le plus pertinent du tassement économique . En outre la consommation interne ne décolle pas vraiment. Les exportations chinoises d’octobre enregistrent leur premier recul (-0,7%) depuis 2020 par rapport au mois d’octobre 2021 alors qu’elles avaient rebondi en septembre (+5,7%). Selon les statistiques officielles des douanes, les importations chutent elles aussi à -0,7% sur un an, après +0,3% en septembre.

La Chine se trouve confrontée à un rebond du Covid près de 2 ans et demi après le déclenchement de la pandémie, quand les pays occidentaux semblent avoir surmonté le plus dur de la pandémie. La gestion dite « zéro Covid » du gouvernement chinois impose des restrictions sanitaires drastiques qui paralysent totalement le fonctionnement de l’économie et de la société. La politique zéro Covid en Chine se traduit en effet par des confinements à répétition, des tests PCR à grande échelle et une quarantaine obligatoire à l’arrivée de l’étranger.

La Chine n’entend pas changer de stratégie vis-à-vis du Covid qui paralyse régulièrement des secteurs entiers de son économie. Par ailleurs, elle subit la baisse de la demande internationale des pays qui tout doucement glissent vers la récession. Le pire étant sans doute à venir en 2023
L’indice PPI, qui mesure le coût des marchandises sorties d’usine, était, le mois dernier, en baisse de 1,3% sur un an. Lorsque cet indice est dans le rouge, cela traduit généralement une faible demande et un poids sur le bénéfice des entreprises.

De son côté, l’indice des prix à la consommation, principale jauge de l’inflation, s’est inscrit en octobre en hausse de 2,1% sur un an, après 2,8% un mois plus tôt. Ce qui préoccupe particulièrement les autorités chinoises car cette hausse concerne surtout les cours du porc, tirés à la hausse par une épidémie de peste porcine qui a décimé le cheptel chinois en 2019. Ils ont ainsi bondi en octobre de 51,8% sur un an. D’un mois à l’autre, le prix de la viande la plus consommée de Chine prend encore 9,4%.
Parallèlement, la Chine traverse une crise sans précédent dans l’immobilier.
Le Fonds monétaire international (FMI) prédit une croissance de 3,2% cette année en Chine, ce qui serait son rythme le plus faible en quatre décennies, hors pandémie. Mais 2003 risque d’être pire.

Écologie : la stratégie de la violence est contre-productive

Écologie : la stratégie de la violence est contre-productive

La stratégie de la violence et de la provocation choisie par les écolos ultra constitue une erreur stratégique et d’une certaine manière, elle est contre-productive. En effet, l’ objectif de ces écolos serait de faire prendre conscience à la population de l’urgence environnementale. Or la population n’a nullement besoin de ces coups d’éclat pour comprendre quels sont les enjeux du moment. Il vérifient chaque jour les dérèglements climatiques et les dégâts parfois dramatiques.

La question n’est pas celle de la prise de conscience car la population a bien pris la mesure des dérèglements. La question est essentiellement politique et économique.

Sur le plan politique on assiste encore à deux nombreuses contradictions en dépit des discours. Pour parler clair en France en particulier, il manque une stratégie cohérente permettant de gérer la transition écologique. Exemple sur le concept de la voiture, sur la date de la transition en 2035 dans le ministre des transports vient de demander le report ! Rien d’étonnant à cela; Macron lui-même reconnaît que la voiture électrique atteindra une production de 2 millions en 2030 alors que le parc comprend 40 à 50 millions de véhicules. L’échéance de 2035 est une illusion.

En outre, pratiquement rien n’a été fait pour engager une profonde évolution du concept de l’automobile beaucoup trop lourde, beaucoup trop grande, beaucoup trop consommatrice d’énergie. Enfin et peut-être surtout , la véritable évolution dans ce domaine dépendra d’une politique des transport globale rééquilibrant la part des modes. Cette problématique exige une réflexion autrement plus profonde que celle des écolos exhibitionnistes. Sa prise en compte réelle demandera du temps compte tenu de l’ampleur des mutations évoquées.

En vérité, les provocations politiques des écolos ultra- qui cachent mal d’ailleurs une stratégie gauchiste plus globale- ne font qu’irriter la population et renforcent même les convictions anti environnementales de certains.

Emmanuel Macron est coupé du réel

Emmanuel Macron est coupé du réel (Dominique de Villepin)

L’ancien premier ministre Dominique de Villepin n’est pas tendre pour la gestion du président de la république dans une interview sur BFM « Le président doit sortir des calculs politiques. Il voit le sol se dérober sous ses pieds, il faut qu’il ouvre les yeux et les oreilles. Il doit être au contact du pays et des réalités », a-t-il déclaré. Ajoutant qu’il doute qu’Emmanuel Macron le soit « toujours », aussi bien en matière de politique intérieure qu’étrangère. « Il faut reconnecter le politique avec le réel », a insisté l’ancien locataire de Matignon.

« Ce qui nous divise devient plus important que ce qui nous unit », a par ailleurs analysé Dominique de Villepin, affirmant que les Français ne semblent plus vraiment croire « en la capacité de nos dirigeants de nous fédérer ». Un fait qu’il est de la responsabilité de chacun de changer, estime l’ancien Premier ministre, qui, conscient de la difficulté à faire évoluer les choses, ne se pose pas pour autant en « donneur de leçons ».

Selon Dominique de Villepin, Emmanuel Macron ne joue pas seulement sa place dans l’histoire. « C’est notre histoire collective » qui est en jeu. « Il est dans la situation d’un homme qui tout à coup voit le sol se dérober sous lui. Et donc il a du mal à se resituer », ajoute l’ancien collaborateur de Jacques Chirac. Et Dominique de Villepin de marteler à l’antenne : il est cependant impératif que l’actuel chef de l’État donne « aux Français une feuille de route. Il n’est pas sûr que l’intervention du chef de l’État mercredi sur France 2 ait répondu aux attentes de l’ancien premier ministre

Berlusconi déraille et est de nouveau ami avec Poutine !

Berlusconi déraille et est de nouveau ami avec Poutine !

Une nouvelle fois, le vieux chef italien Berlusconi déraille en affirmant à nouveau son amitié avec Poutine. De quoi mettre en difficulté la coalition de droite et même son propre parti. Le chef de file du parti Forza Italia a affirmé avoir « renoué » le lien avec Vladimir Poutine. « Pour mon anniversaire, (Vladimir) Poutine m’a envoyé 20 bouteilles de vodka et une très gentille lettre (…) Il m’a dit que j’étais le premier de ses cinq vrais amis », a assuré l’ancien Premier ministre, qui a fêté ses 86 ans le 29 septembre.

Ces propos ont fuité mardi soir et son entourage a d’abord démenti mais un enregistrement audio a ensuite été diffusé, provoquant la stupéfaction de Giorgia Meloni, future présidente du Conseil italien qui s’emploie à former un gouvernement avec ses alliés, Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue de Matteo Salvini. Les déclarations de Silvio Berlusconi pourraient fragiliser Antonio Tajani, un de ses proches, pro-européen, pressenti pour les Affaires étrangères.

S’agissant de la guerre en Ukraine, l’ancien président du Conseil a précisé ne pas pouvoir exprimer son opinion personnelle « parce que si cela arrive aux oreilles de la presse ce sera une catastrophe, mais je suis très, très, très préoccupé ». En toute hâte, Forza Italia a publié un communiqué pour clarifier la position du parti et de Berlusconi vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine, « en ligne avec celle de l’Europe et des Etats-Unis ».

C’est parce qu’il est acculé que Poutine menace de jouer la carte nucléaire

C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire

 

Alors que son armée continue de subir des revers, la nouvelle allusion à l’arme nucléaire du président russe ne vaut pas tant comme menace stratégique que comme outil de propagande destiné aux populations des démocraties, explique l’historien et politiste Benjamin Hautecouverture dans une tribune au « Monde ».

 

Dans les faits, l’armée de Poutine est en pleine déroute et les très prochaines semaines pourraient confirmer le succès de la reconquête ukrainienne dans le Donbass. D’où le rattachement à la va-vite de ces territoires à la Russie avec des référendums bidons afin de justifier l’éventuel recours au nucléaire tactique. La dernière carte  du dictateur pourrait aussi signifier sa fin d’autant qu’il a commis l’erreur fondamentale d’une mobilisation générale terrorise maintenant la population russe NDLR

 

Le facteur nucléaire agit dans l’ombre du conflit en Ukraine depuis février. Il a resurgi à la faveur de l’allocution du président russe, mercredi 21 septembre, évoquant de nouveau la menace d’emploi de l’arme nucléaire, sans la nommer (le paragraphe pertinent du texte mentionne « différents types d’armes » ainsi que « tout type de système d’arme disponible »).

Or, l’évolution du contexte militaire en modifie peut-être le sens : les régions dans lesquelles se sont déroulés les référendums de rattachement évoqués par Vladimir Poutine avec une probabilité élevée de réponses qui lui seraient favorables seraient-elles, le cas échéant, considérées comme participant des intérêts vitaux de la Russie une fois leurs résultats parvenus permettant au Kremlin de les attacher au territoire de la Fédération ? La protection de leur intégrité relèverait alors, craint-on, de la dissuasion nucléaire russe. Cette question appelle des commentaires dont il faut distinguer les termes discursifs, doctrinaux, stratégiques.

Rien ne permet, dans la construction du discours du 21 septembre, d’indiquer un lien mécanique entre l’issue de possibles référendums locaux et l’anticipation d’un risque d’atteinte à l’intégrité territoriale de la Russie dont feraient partie de nouveaux territoires contestés. Il s’agit, pour le moment, d’une lecture interprétative d’un argumentaire dont les développements nucléaires qui le concluent s’adressent au premier chef à certains représentants de l’OTAN tentés, aux dires du président russe, de faire usage de l’arme nucléaire. Dans ce cas, il s’agirait de la part du Kremlin d’une insistance dans le cadre d’un dialogue dissuasif qui fait des vagues depuis sept mois mais qui n’appelle pas aujourd’hui de commentaire complémentaire.

Mais supposons qu’une telle lecture soit justifiée, ce à quoi l’auteur de ces lignes ne souscrit pas. D’abord, l’enchaînement doctrinal qui résulterait de tels référendums n’a que l’apparence de la simplicité. On ne retrouve pas la mention de l’intégrité territoriale de l’Etat dans les documents doctrinaux russes récents, en particulier dans l’oukase présidentiel n° 355 de juin 2020. Tout au plus, peut-on convoquer ici le cas d’une agression armée de type conventionnelle susceptible de compromettre l’existence de l’Etat russe, c’est-à-dire l’un des quatre cas dans lesquels l’article 19 de l’oukase n° 355 envisage l’emploi de l’arme nucléaire.

Or, la continuation d’un conflit conventionnel dans ce qui deviendrait une nouvelle frontière de la Russie ne serait pas une menace existentielle. Il y a là pour le moins une marge interprétative importante. En outre, les critères d’exercice de la dissuasion nucléaire ne sont nulle part gravés dans le marbre. Autrement dit, le seuil nucléaire n’étant ni parfaitement connu ni mécaniquement déductible, rien ne permet de l’abaisser à la continuation d’un conflit conventionnel dans des territoires nouvellement rattachés (et dont le changement de statut serait alors contesté à Kiev).

Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?

Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?

  • Un papier de l’Opinion s’interroge sur les capacités de dissuasion de l’Occident vis-à-vis de la fuite en avant de Poutine. Il paraît en effet de plus en plus évident que les réponses occidentales ne sont plus à la hauteur des crimes et de la terreur du dictateur russe.

En février dernier, les Occidentaux n’ont pas su dissuader la Russie d’envahir l’Ukraine. Désormais, alors que Vladimir Poutine tente un chantage à l’arme nucléaire, ils doivent impérativement rétablir une dissuasion crédible à l’égard du dirigeant du Kremlin. Le président russe mord en effet régulièrement la ligne jaune de la menace nucléaire. « Ce n’est pas du bluff », disait-il récemment, promettant d’« utiliser tous les moyens à notre disposition » pour répondre à un prétendu « chantage nucléaire » occidental.

Vladimir Poutine veille encore à employer des périphrases, mais son message est transparent – et ses propagandistes n’en font pas mystère. En parlant ainsi de la menace atomique, le président russe modifie les conditions de la dissuasion. Celle-ci repose sur des évidences partagées (dernier ressort, risque de destruction mutuelle) qu’il n’est pas nécessaire d’évoquer publiquement, sauf à vouloir délibérément accroître les tensions. C’est le cas.

Jusqu’à présent, Moscou s’en tient à une détestable « dissuasion offensive » : en s’abritant derrière son arsenal nucléaire, il peut attaquer l’Ukraine, en empêchant les Occidentaux de s’engager trop directement. En face, le parapluie nucléaire de l’Otan « sanctuarise » toujours le territoire des alliés : l’escalade est évitée, pas la guerre.

Même si les Occidentaux évitent la surenchère verbale avec Moscou, ils comprennent que le monde entre dans une zone de danger, tel qu’il n’en a pas connu depuis les crises de la Guerre froide. Manifestement, le président russe ne sait plus comment se sortir de l’impasse en Ukraine. D’où la crainte d’une frappe nucléaire, sous la forme d’un « avertissement », comme disent les stratèges. Une manière, pour le Kremlin, d’affirmer à la face du monde que la Russie n’acceptera jamais la défaite. Il faut vraiment l’en dissuader.

Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron

Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron

 

Comme d’habitude chez Macron des grandes déclarations, de grands projets comme sur la r traite. Il avait promis une retraite universelle et tout cela va se finir peut-être par un léger recul de l’âge de la retraite….. déjà en cours du fait des réformes précédentes ( (le  départ en retraite est en effet de 63,5 ans en moyenne et la proposition de Macron pourrait se limiter un allongement de six mois). Le dossier est l’emblème des déceptions suscitées à gauche par le macronisme et le symbole des contradictions politiques dans lesquelles se trouve le président de la République, estime dans sa chronique Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ».

 

Est-ce parce qu’Emmanuel Macron a tant de mal à envisager la sienne que le dossier des retraites est en traiLa réforme est devenue un piège pour Macron de virer au psychodrame ? Sur le papier, pourtant, rien ne paraît insurmontable : si l’on se réfère aux dernières prévisions du Conseil d’orientation des retraites (COR) , le système, excédentaire en 2021 et 2022, va renouer avec les déficits dès l’an prochain pour rester durablement déséquilibré. Le rapport évoque une fourchette de déficit comprise entre 7,5 milliards et 10 milliards d’euros en 2027. Le besoin de financement se situerait ensuite entre 12,5 milliards et 20 milliards à l’horizon 2032.

Il faut donc agir sans tarder en choisissant la solution la moins mauvaise dans un panel bien connu des gouvernements précédents puisque tous se sont heurtés à la même réalité démographique : la France vieillit et le rapport entre actifs et retraités se dégrade. Pour assurer la pérennité du régime par répartition, il faut soit baisser le niveau des pensions versées aux retraités, ce qui est socialement inacceptable, soit augmenter la charge financière sur les actifs, ce qui est particulièrement délicat en période d’inflation, soit allonger la durée de la vie active.

Ce qui ne devrait être qu’une discussion de bon sens, certes difficile, est en train de virer à l’épreuve de force politique parce que, lundi 12 septembre, devant l’Association de la presse présidentielle, Emmanuel Macron a évoqué l’hypothèse d’agir par une mesure d’âge dès la discussion, cet automne, du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Aussitôt, son allié du MoDem François Bayrou s’est dressé contre l’absence de concertation tandis que Laurent Berger y a vu un casus belli. Sur France Inter, dimanche 18 septembre, le secrétaire général de la CFDT a prévenu qu’en cas d’action immédiate ses troupes seraient dans la rue et que son syndicat boycotterait le conseil national de la refondation qui a difficilement démarré le 8 septembre. Toute la tonalité du quinquennat se trouve désormais suspendue à la décision que doit prendre dans les prochains jours la première ministre, Elisabeth Borne.

Si un tel point de crispation a été atteint aussi rapidement, c’est que le dossier des retraites n’est pas que financier. D’un quinquennat à l’autre, il s’est transformé en boulet politique, à la fois emblème des déceptions suscitées à gauche par le macronisme et symbole des contradictions politiques dans lesquelles se trouve empêtré le président de la République.

La déception, à gauche, vient de l’échec du premier projet, celui de 2017, que Laurent Berger avait, au départ, soutenu parce que l’objectif n’était pas de rééquilibrer le système mais d’en corriger les plus criantes inégalités. La retraite par points faisait miroiter à chacun la possibilité de gérer sa vie active comme il l’entend.

Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation

Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation

Le ministre confirme les évaluations faites à l’occasion des classements internationaux : le niveau des collèges est trop faible en France. Surtout en langues vivantes et en mathématiques précise-t-il. Le problème est que la situation n’est pas meilleure en maîtrise du français support de base de toutes les connaissances. En cause sans doute- que n’avoue pas le ministre– ce concept de collège unique qui brasse tous les niveaux mais tire l’ensemble vers le bas. Paradoxalement, cette baisse de niveau de l’enseignement n’empêche pas un taux de réussite au bac qui atteindra bientôt les 100 % sur la tendance ( actuellement plus de 90 %) !

« Le niveau en anglais a baissé en fin de troisième. On va remettre ça en chantier », a promis Pap Ndiaye, qui avait déjà évoqué le sujet tout début septembre. Un « plan d’urgence » est en préparation, avec l’objectif de hisser 80 % des élèves au niveau A2 d’ici trois ans. Concernant les mathématiques, le ministre de l’Education nationale a estimé, dans son entretien avec les lecteurs de Midi libre, que « ce n’est pas une question d’heures de cours, qui sont déjà conséquentes du CP à la terminale, mais plutôt de méthode pédagogique ».

C’est donc un autre chantier qui s’annonce pour l’Education nationale, qui fait face à une crise des recrutements. Le président de la République a notamment voulu une refonte de la voie professionnelle, ainsi que la mise en place d’une « école du futur » basée sur des « innovations pédagogiques ».

Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau

Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau

 

Plus ça choque et plus ça passe d’après le catéchisme de marketing politique de Sandrine Rousseau qui s’autorise à parler de tout sans compétence particulière mais avec un déterminisme carriériste évident.  Ainsi la dernière sortie de Sandrine Rousseau , c’est de considérer que le travail est une valeur de droite. C’est évidemment intellectuellement une grande erreur qui prouve les limites des connaissances historiques de l’intéressée. Et d’enfiler les perles de ce style en mélangeant les problématiques d’écoféminisme , du droit à la paresse ( normal pour une ancienne fonctionnaire!),  de la diminution de la croissance et de la réduction du temps de travail.

À quand une déclaration de Sandrine Rousseau sur le droit de vote des poissons rouges ?

Bref avec de telles représentants et amis, Europe écologie les Verts n’a vraiment pas besoin d’ennemis pour tomber dans la marginalisation  politique.

La corruption politique est contagieuse !

La corruption politique est contagieuse !

 

Une étude de la Barcelona Graduate School of Economics montre que la révélation de scandales politico-financiers augmente les vols… dans les supermarchés, rapporte, dans Le Monde, l’économiste Pauline Grosjean.

 

« Panama Papers », puis « Pandora Papers » dénonçant l’évasion fiscale à grande échelle, utilisation d’argent public à des fins personnelles, emplois fictifs : les révélations de scandales de corruption visant les personnalités politiques abondent dans les médias. Au-delà des appels (souvent sans suite) aux réformes des systèmes fiscaux et financiers et des gesticulations politiques invoquant la « République exemplaire » ou dénonçant la « corruption du système », quel est l’impact de ces scandales sur les valeurs morales et le comportement des citoyens eux-mêmes ? Comment le contrat social résiste-t-il face à ces mises en exergue des privilèges, passe-droits et appropriation de biens publics par certains de nos représentants ?

Répondre à cette question est éminemment difficile. D’abord, il faut pouvoir mesurer la réponse des citoyens. Puis il faut s’assurer qu’un changement de comportement est causé par ces scandales politico-financiers plutôt que par d’autres événements survenant au même moment. Par exemple, observer que l’évasion fiscale des contribuables suit la même évolution que l’évasion fiscale des personnalités politiques n’établit aucun lien de cause à effet : cela peut simplement être dû au fait que les cabinets d’avocats des paradis fiscaux deviennent plus performants pour recruter leurs clients…

Une étude récente parvient cependant à établir que la corruption politique écorne bel et bien le contrat social (« Contagious Dishonesty : Corruption Scandals and Supermarket Theft », Giorgio Gulino et Federico Masera, Working Paper n° 1267, Barcelona Graduate School of Economics, 2021). Les auteurs ont observé les vols dans une grande chaîne de supermarchés italienne en ayant accès à 260 000 contrôles réalisés auprès des clients.

Pour que l’acheteur économise du temps (et le supermarché des coûts de personnels), il peut scanner lui-même ses achats avec un scanner portatif. Les clients peuvent commettre des erreurs, en scannant le mauvais objet ; ils peuvent aussi voler, en scannant systématiquement des produits moins chers. De façon aléatoire, le supermarché effectue (rarement) des contrôles. Ces contrôles révèlent 6 % de cas dans lesquels les clients ont commis des erreurs en scannant plus que la valeur de leur chariot, et 14 % de cas dans lesquels ils ont scanné moins que la valeur de leur chariot – la différence de proportion entre ceux qui se trompent dans un sens ou dans l’autre pouvant être imputée à un comportement de vol.

Les auteurs ont alors observé le comportement des clients lorsque des scandales de corruption sont révélés dans les journaux. En utilisant uniquement les scandales locaux et en comparant le comportement des clients originaires des villes où un scandale a éclaté par rapport au comportement, le même jour et parfois dans le même supermarché, de clients originaires de villes « sans scandale », les auteurs montrent une augmentation significative des vols corrélée au scandale de corruption. Ils estiment que la probabilité de vol augmente de 30 % pendant au moins quatre jours après la révélation du scandale. Plus l’affaire est grave et plus les journaux locaux donnent de l’importance aux affaires de corruption (par exemple, les jours où il n’y a pas de match de football), plus les clients volent !

Le monde russe de Poutine est une caricature

Le monde russe de Poutine est une caricature

 

Pour le président de la Russie, ce que les peuples de l’ex-URSS (sans les pays baltes) ont de russe suffit pour les unir. Mais l’empire était multiethnique, et son patrimoine est le produit de la diversité, affirme l’universitaire Serge Rolet, dans une tribune au « Monde ».

 

On comprend bien pourquoi les Ukrainiens n’ont aucune envie de faire partie du monde russe (« rousski mir ») que cherche à leur imposer Vladimir Poutine. La réalisation de ce fantasme nationaliste grand-russe ferait de l’Ukraine une humiliante arrière-cour de la Russie. Pour Poutine, les peuples qui composent le monde russe (c’est-à-dire ceux de l’ex-URSS, sans les pays baltes) n’ont en commun que ce qu’ils ont de russe. Or ce qui est russe est souvent constitué d’apports non russes.

L’histoire, le patrimoine matériel et immatériel de la Russie sont le produit de la diversité. Le centre est autant fait par la périphérie que la périphérie l’est par le centre. L’empire russe était multiethnique. Une partie importante de la noblesse russe descend des Tatars. Dostoïevski passe pour avoir dit : « Nous [les écrivains russes de son temps] sommes tous sortis du Manteau de Gogol. » Gogol (1809-1852) était ukrainien et il écrivait en russe ; ses œuvres sont saturées d’histoires, de folklore, de paysages ukrainiens.

Dans le cas de l’Ukraine, Poutine va plus loin. Son message aux Ukrainiens est à peu près le suivant : « Soit vous êtes une partie de nous, soit vous n’êtes rien. Votre volonté d’être autre chose que des Petits-Russes est le signe que vous êtes dirigés par des nazis dépravés et drogués, c’est pourquoi nous avons le devoir sacré de les détruire, et vous avec, si besoin. » Dans ce contexte, l’idée qu’il existe un monde russe, même différent de celui promu par la propagande de Moscou, semble impensable, voire suspecte de complaisance envers Poutine.

Simplement, de même que ce que Zemmour appelle « la France » n’est pas la France de la République, le « rousski mir » de Poutine n’est qu’une inquiétante caricature. Prendre l’expression « monde russe » au sens de Poutine, c’est lui céder le champ du vocabulaire. Il ne faut pas laisser le monde russe à Poutine.

En fait, c’est Poutine qui est en train d’anéantir le monde russe, le vrai, celui qui a une existence historique, une consistance sociale et culturelle. Ce monde s’appuie sur ce qui reste de commun, après la russification impériale, la colonisation, les soviets.

Le monde russe est d’abord celui dont le russe continue d’être la lingua franca (la langue commune). Trente ans après la chute de l’URSS, les hommes d’affaires arméniens ou ouzbeks parlent le russe aussi bien qu’avant, parce que leurs partenaires sont le plus souvent russophones, qu’eux-mêmes ont appris le russe à l’école et que, en contrepoint de leur langue maternelle, le russe est présent partout dans leur quotidien. Le russe permet d’articuler le local au global.

Non, la vague Covid n’est pas terminée

Non,  la vague Covid n’est pas terminée

 

 

Les pouvoirs publics affirment que la pandémie est sur le point de ce terminer avec la septième vague. Des affirmations pourtant contredites par les chiffres puisqu’hier encore on a constaté plus de 50 000 contaminations. La grande question est de savoir si le virus va encore évoluer et créer une nouvelle vague dès automnes. En  dépit de chiffres importants la plupart des grands médias pour l’impasse sur la situation Covid.  Les hospitalisations sont encore à un niveau élevé, selon le bilan hebdomadaire de Santé Publique France. «La diminution de la circulation du SARS-CoV-2 s’est confirmée sur le territoire national» dans la semaine du 18 au 24 juillet, mais les indicateurs restent «toutefois à des niveaux élevés dans toutes les régions et classes d’âge», observe l’agence sanitaire. 45.515 nouveaux cas ont ainsi été détectés lors des dernières 24 heures.

 

À l’hôpital, «une baisse des nouvelles hospitalisations s’est amorcée» (-4%), mais les nouvelles entrées de patients Covid-19 (8876) et les nouvelles admissions en soins critiques (823) restent encore à «des niveaux élevés», selon son bilan épidémiologique. Vendredi, 20.214 patients étaient encore hospitalisés contre 20.486 la veille. Parmi eux, 1195 étaient admis au sein des services de soins critiques. Et il y a des différences «marquées» entre territoires, certaines régions de métropole, notamment Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Corse, connaissant toujours une hausse des admissions en soins critiques. Les décès ont, eux, continué à augmenter, avec 641 à l’hôpital ou en établissement médico-social (+1% sur une semaine). 82 morts étaient à déplorer dans les hôpitaux français ce vendredi.

 

L’actuelle vague est portée par des sous-variants d’Omicron, notamment le BA.5, désormais largement majoritaire. À ce jour, trois cas d’un nouveau membre de la famille Omicron surveillé de près, BA.2.75, ont été détectés en France. La couverture vaccinale «reste insuffisante», notamment chez les plus âgés, a réaffirmé Santé publique France, appelant à accentuer l’effort. Seuls 31,2% des 60-79 ans, 41,8% des 80 ans et plus et 46,9% des résidents en Ehpad éligibles avaient reçu leur deuxièmedose.

 

12345...26



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol