Archive pour le Tag 'décès'

Innovation : des pierres tombales à monter soi-même : avant ou après le décès ?

Innovation : des pierres tombales à monter soi-même : avant ou après le décès ?  

Ce n’est pas IKEA qui est à l’origine de l’idée mais la philosophie est la même, faire monter par le client lui-même l’équipement pour en diminuer les prix. Une initiative intéressante en quelque sorte démocratiser les rites funéraires. Une question cependant taraude les esprits, le bénéficiaire devra-t-il monter l’équipement avant ou après le décès ? Précision des promoteurs »Le kit est livré chez le client en pièces détachées, accompagné d’une notice, de chevilles de fixation et d’équerres. ». Toujours pour faire baisser les prix, les promoteurs envisageraient aussi la vente de cercueils à deux places voir davantage. Une incitation évidemment à se grouper pour bénéficier d’installations moins chères !

Diesel : 38 000 décès dus aux oxydes d’azote

Diesel : 38 000 décès dus aux oxydes d’azote

 

Une étude Publiée lundi 15 mai dans la revue scientifique Nature,  montre que ces excès d’émissions sont responsables d’environ 38 000 décès prématurés en 2015, principalement dans les pays de l’Union européenne, en Chine et en Inde. Pour l’article publié dans Nature , l’ONG s’est associée notamment à l’Environmental Health Analytics (EHA), une société qui conseille notamment l’Agence américaine pour l’environnement, et à l’université du Colorado. Elle s’est intéressée aux onze plus gros marchés automobiles (Union européenne, Etats-Unis, Chine, Inde, RussieAustralieBrésilMexiqueCanadaJapon et Corée du Sud) qui concentrent plus de 80 % des ventes mondiales de nouveaux véhicules diesel. L’étude passe au crible non seulement les performances des voitures particulières, mais aussi celles des poids lourds vendus jusqu’en 2015, dernière année pour laquelle les auteurs ont pu bénéficier de toutes les données. L’enquête indique que, en conditions réelles de conduite, l’ensemble des véhicules diesel en ont émis, en 2015, 13,2 millions de tonnes de NOx, soit 4,6 millions de plus que les 8,6 millions estimées sur la base des mesures effectuées en laboratoire. A l’échelle de la planète, cela signifie qu’un quart de ces véhicules légers (particuliers, utilitaires, camionnettes) et un tiers des poids lourds (camions, bus) dépassent les standards réglementaires. En croisant ces données, issues d’une trentaine de travaux scientifiques produits au cours des cinq dernières années, avec des études épidémiologiques, les auteurs arrivent à la conclusion que ces excès d’émissions d’oxydes d’azote – qui sont des précurseurs majeurs des particules fines PM 2,5 et de l’ozone – sont aujourd’hui responsables d’environ 38 000 décès prématurés : accidents vasculaires cérébraux, infarctus ou cancers du poumon. Et que ce décompte macabre se portera à 174 000 morts en 2040 si les gouvernements n’adoptent pas des mesures de contrôle plus strictes. En Europe, les excès de NOx sont ainsi associés à 11 500 décès en 2015 parmi lesquels 6 900 sont imputables aux voitures et 4 600 aux camions et bus. L’Union européenne est la seule région du monde où la mortalité induite par les véhicules légers est supérieure à celle causée par les poids lourds. « Il y a deux raisons principales à cette singularité, explique au Monde Susan C. Anenberg, coauteure de l’étude et fondatrice de l’EHA. La large flotte de voitures particulières roulant au diesel [plus de 8 millions de ventes en 2016] et le manque de tests robustes d’émissions dans de vraies conditions de conduite ».

Tabagisme : Hausse des décès

Tabagisme : Hausse des décès

 

Le nombre de fumeurs quotidiens et de morts dus au tabac ont augmenté dans le monde depuis 1990, en dépit des progrès enregistrés dans la plupart des pays depuis cette date, ont alerté jeudi des chercheurs, selon lesquels la guerre contre le tabac est loin d’être gagnée. Un homme sur quatre et une femme sur 20 étaient des fumeurs quotidiens en 2015, soit près d’un milliard, selon le rapport Global Burden of Diseases, établi par un consortium de centaines de scientifiques. Il s’agit d’une baisse significative de la proportion de fumeurs quotidiens par rapport à celle qui prévalait 25 ans auparavant, en 1990, où un homme sur trois et une femme sur 12 fumaient chaque jour. Mais en dépit de cette amélioration, le nombre de fumeurs est passé de 870 millions en 1990 à plus de 930 millions, en raison de la croissance démographique mondiale. Et le nombre de décès attribués au tabac – plus de 6,4 millions en 2015 – a augmenté de 4,7% au cours de la même période. La mortalité pourrait augmenter encore plus, car les principales compagnies de tabac visent de manière agressive de nouveaux marchés, en particulier dans les pays en développement, prévient le rapport publié dans le journal médical The Lancet. Le tabagisme provoque un décès sur dix dans le monde, dont la moitié dans seulement quatre pays: la Chine, l’Inde, les États-Unis et la Russie. Avec l’Indonésie, le Bangladesh, les Philippines, le Japon, le Brésil et l’Allemagne, ils représentent les deux tiers de la consommation mondiale de tabac. « Le tabagisme reste le deuxième facteur de risque de décès précoce et d’invalidité » après l’hypertension artérielle, selon l’auteur principal Emmanuela Gakidou de l’Institut de mesure et d’évaluation de la santé à l’Université de Washington. Certains pays ont connu une forte réduction du tabagisme avec une combinaison de taxes plus élevées, de campagnes d’éducation, d’avertissements et de programmes d’aide à l’arrêt du tabac. Le Brésil, parmi les leaders au cours de la période de 25 ans examinée, est passé de 29% fumeurs quotidiens à 12% chez les hommes et de 19% à 8% fumeuses. L’Indonésie, le Bangladesh et les Philippines – avec respectivement 47%, 38% et 35% d’hommes fumeurs – n’ont pas enregistré de progrès entre 1990 à 2015. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre d’hommes et de femmes fumeurs en Afrique subsaharienne augmentera de 50% d’ici à 2025 par rapport à 2010. La mortalité à venir dans les pays à revenu faible et intermédiaire sera probablement « énorme », note un spécialiste britannique, John Britton, dans un commentaire dans The Lancet. On peut s’attendre à ce que la moitié des fumeurs quotidiens, soit un demi-milliard, meurent prématurément, à moins qu’ils ne cessent de fumer, ajoute-t-il.

Ebola : 4.000 ou 10 000 décès ?

Ebola : 4.000 ou 10 000 décès ?

 

Si l’on se fie aux chiffre de l’OMS, il y aurait 4033 décès On peut douter du sérieux de ce chiffre. D’abord parce que l’OMS a toujours tendance à sous estimer le nombre de victimes ;  exemple pour le paludisme, LOMS avance e chiffre de 600 000 victimes par an alors qu’il y en a sans doute plus  du double ( essentiellement en Afrique). Seconde raison comment distinguer les victimes d’Ebola de celles du palu dans la mesure où certains symptômes sont identiques (fièvre notamment) ; Enfin en Afrique, nombre de malades ne consultent aucun personnel médical avant de mourir et l’évaluation quantitatives des causes des maladies est très aléatoire. En réalité on ne sait rien ou pas grand-chose ni sur le nombre de victimes actuelles encore moins sur ampleur à venir du phénomène. L’OMS prévoit 20 000 cas dans le monde mais ce pourrait être aussi bien 50  ou 100 000 voire davantage.  Selon un dernier bilan de l’OMS, il a 4.033 morts dus à la fièvre Ebola. Selon ce bilan, arrêté au 8 octobre, il y a eu au total 8.399 cas enregistrés dans 7 pays. Le précédent bilan, arrêté au 5 octobre, avait fait état de 8.033 cas, dont 3.865 décès. Les 7 pays affectés sont scindés en 2 groupes par l’OMS, le premier étant composé de la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, soit les 3 pays les plus touchés, et le 2ème par le Nigeria, le Sénégal, l’Espagne et les Etats-Unis. Dans le 1er groupe, le Liberia, pays le plus touché par l’épidémie, compte 4.076 cas, dont 2.316 décès. En Sierra-Leone, l’OMS a enregistré 2.950 cas et 930 décès. Enfin en Guinée, d’où est partie l’épidémie en décembre 2013, il y a 1.350 cas et 778 décès. Le personnel soignant continue à payer un lourd tribut dans ces pays avec 416 cas dont 233 morts. Dans le 2ème groupe, au Nigeria, le nombre de cas et de décès est resté inchangé avec respectivement 20 cas et 8 morts. Le dernier décompte de l’OMS fait état d’un décès aux Etats-Unis et un cas en Espagne. Le bilan reste inchangé au Sénégal avec 1 cas. En République démocratique du Congo, où sévit une épidémie Ebola distincte de celle qui frappe l’Afrique de l’Ouest, l’OMS a décompté 71 cas dont 43 décès, selon un bilan arrêté au 7 octobre.

 

Alcool : 25% des décès sur les routes

Alcool : 25% des décès sur les routes

Selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), l’abus d’alcool est responsable de près d’un quart des quelque 30.000 morts enregistrés chaque année dans des accidents de la route au sein de l’Union européenne. Ce rapport est le fruit d’une étude menée de 2006 à 2011 dans 13 pays de l’UE.par ailleurs selon les pays l’alcool ( maintenant la drogue) et la vitesse ( parfois combinées) sont responsables de 50 à 75% des accidents.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol