Archive pour le Tag 'zone euro'

Page 5 sur 5

Croissance : la zone euro en récession ; le bout du tunnel, tu parles !

Croissance : la zone euro en récession ; le bout du tunnel, tu parles !

On avait annoncé la fin de la crise financière, elle est toujours là, la reprise économique, elle est absente. On va donc cumuler austérité, dette et récession. Un beau bilan pour la gouvernance européenne ! Ne parlons pas de la commission européenne, inexistante, mais de l’incurie des chefs d’Etat qui n’ont encore rien compris à la crise. Excepté en France où d’après, l’AFP,  « Hollande a réussi son opération séduction » en tout cas pas auprès des acteurs économiques et des marchés, ni même auprès de l’opinion. Auprès des journalistes politiques du cercle parisien qui ne connaissent rien à l’économie, sans doute. Le Produit intérieur brut de la zone euro a donc reculé de 0,1% au 3e trimestre, après s’être déjà replié de 0,2% au trimestre précédent, selon une première estimation jeudi de l’office européen de statistiques, Eurostat.  Une récession est constatée lorsque le PIB se contracte pendant deux trimestres consécutifs. Après le déclenchement de la crise financière de 2008, la zone euro était tombée en récession, avant de renouer avec la croissance au troisième trimestre 2009.  Le retour en récession de la zone euro n’est guère une surprise, compte tenu de la violence de la crise de la dette. Mais l’austérité imposée pour tenter d’y mettre fin semble également en cause.  Du Fonds monétaire international (FMI) à l’Institut de la finance internationale (IIF) –le représentant des 400 plus grandes banques mondiales– en passant par la rue, les voix s’élèvent pour dénoncer les effets pervers des mesures drastiques de réduction des dépenses budgétaires.  Début octobre, le FMI avait reconnu avoir sous-estimé l’impact sur la croissance des plans d’austérité dans les pays européens sous assistance financière comme la Grèce. Devant un parterre de banquiers grecs, le patron de l’IIF, l’Américain Charles Dallara, a estimé mercredi que « l’austérité seule condamne non seulement la Grèce, mais l’intégralité de l’Europe à la probabilité d’une ère douloureuse ».  Il s’exprimait en pleine journée d’action européenne contre l’austérité, marquée par des heurts notamment en Espagne, au Portugal et en Italie, trois pays sévèrement touchés par la crise.  Les chiffres publiés jeudi « confirment que l’économie de la zone euro a un besoin criant de relance macroéconomique », estime Martin Van Vliet, d’ING. « La vague de récession qui touche les pays du Sud commence à contaminer ceux du noyau dur » (les plus solides de la zone euro), estime l’économiste d’ING.   »Les responsables politiques semblant peu enclins à envisager une approche coordonnée pour revenir sur l’austérité budgétaire, la relance monétaire et une monnaie plus faible pourraient être nécessaires pour remettre la zone euro sur la voie d’une croissance durable », souligne-t-il.  Sur un an, le PIB corrigé des variations saisonnières a enregistré une baisse de 0,6% au troisième trimestre, contre -0,4% au trimestre précédent.  Les chiffres d’Eurostat mettent en évidence que la résistance de l’Allemagne et de la France, qui ont vu leur activité progresser de 0,2%, n’a pas empêché la zone euro de tomber en récession, souligne Howard Archer, chef économiste pour l’institut IHS.  Au même moment, l’Italie et l’Espagne sont restées en récession, avec un recul du PIB de 0,2% et de 0,3%, et l’Autriche et les Pays-Bas ont vu leur activité se contracter de 0,1% et de 1,1%, après des progressions au deuxième trimestre.  L’horizon a peu de chances de s’éclaircir à court terme, la plupart des économistes tablant sur un maintien de la zone euro en récession au quatrième trimestre, voire une aggravation de la situation.  A l’échelle de l’UE, le PIB a progressé de 0,1% au troisième trimestre, après une baisse de 0,2% au trimestre précédent. Les 27 pays européens pris dans leur ensemble ne sont donc pas entrés en récession. Mais l’Europe reste à la traîne face aux Etats-Unis et dans une moindre mesure au Japon, qui ont enregistré des PIB en hausse de 2,3% et de 0,2% au troisième trimestre.

 

G20- Mexico, la zone euro accusée d’immobilisme

G20- Mexico, la zone euro accusée d’immobilisme

Pour le G20 réuni à Mexico, la dernière menace, la principale, vient d’Europe. La zone euro espérait arriver à cette réunion en ordre de bataille, après avoir peaufiné sa stratégie de sortie de crise, avec une BCE sur le pied de guerre et une union bancaire sur les rails. Echec car la division règne en Europe.  De plus, le G 20,  impatient face à la mise en œuvre complexe des avancées européennes, veut la voir aller plus loin.   »Nous voulons y voir plus clair sur l’Espagne », qui hésite toujours à faire appel aux mécanismes d’aide européens, « et sur les autres Etats européens en difficulté », a ainsi déclaré un responsable canadien.  Les Etats-Unis ont eux pressé vendredi les Européens d’aider la Grèce, toujours en plein marasme, à retrouver « une trajectoire viable ».   »Ce n’est pas le lieu pour résoudre ces questions », a balayé un banquier central européen, sous couvert de l’anonymat.  Les négociations en cours entre la Grèce, en récession pour la cinquième année consécutive, et ses créanciers internationaux (BCE, Union européenne et FMI) butent sur les moyens de financer un délai que certains entendent accorder à Athènes pour mettre en œuvre ses réformes.  En attendant, le spectre d’une sortie de la Grèce de l’Union monétaire, qui semblait s’éloigner, a ressurgi, agité par le Premier ministre Antonis Samaras pour tenter de ressouder sa coalition gouvernementale.   »Nous devons sauver le pays de la catastrophe », « si nous échouons à rester dans l’euro rien n’aura de sens », a-t-il lancé alors que le Parlement grec doit voter mercredi et dimanche de nouvelles mesures de rigueur réclamées par l’UE et le FMI en échange d’une nouvelle tranche d’aide vitale pour la Grèce.

Zone euro: chômage à 11,6% en septembre, un niveau record

Zone euro:  chômage à 11,6% en septembre, un niveau record

Le chômage s’est élevé à 11,6% en septembre dans les 17 pays de l’Union monétaire, contre 11,5% le mois précédent pour lequel le chiffre a été révisé à la hausse, selon l’office européen de statistiques Eurostat mercredi.  Il s’agit d’un niveau record, qui signifie que 18,49 millions de personnes étaient au chômage en septembre dans les pays de la zone euro. En un mois, 146.000 personnes sont venues grossir les rangs des chômeurs, et 2,17 millions en un an.  Dans l’ensemble de l’Union européenne, le taux de chômage s’est établi en septembre à 10,6%, loin devant les Etats-Unis (7,8%) et le Japon (4,2%).   »Avec des enquêtes suggérant que les entreprises sont de plus en plus réticentes à embaucher, le taux de chômage de la zone euro est appelé à augmenter, mettant plus de pression sur les ménages en difficulté », a estimé Ben May, économiste pour Capital Economics.  L’heure est particulièrement grave en Espagne et en Grèce, deux pays lourdement frappés par la crise, où le chômage touche un actif sur quatre.  Le taux de personnes sans emploi est monté à 25,8% en septembre en Espagne. En Grèce, où les dernières données datent de juillet, il est de 25,1%.  Qui plus est, la situation s’est fortement dégradée en un an dans les pays les plus fragiles de la zone euro, indique Eurostat: le chômage a bondi de 17,8% à 25,1% entre juillet 2011 et juillet 2012 en Grèce. Il est passé de 8,5% à 12,2% à Chypre, de 22,4% à 25,8% en Espagne et de 13,1% à 15,7% au Portugal.   »La crise financière est en train de dévaster les pays de la périphérie. Il faut des solutions le plus vite possible », a affirmé le commissaire européen en charge des Affaires sociales, László Andor, sur son compte Twitter.   »Les solutions à la crise doivent commencer, et non s’achever, par des mesures de créations d’emplois. Avec un si grand nombre de chômeurs, les dettes et les incertitudes ne vont faire que croître », a-t-il poursuivi.  La situation est particulièrement critique pour les jeunes. Ils étaient 3,49 millions au chômage en septembre dans la zone euro (23,3%), soit 275.000 de plus qu’en août.  Là encore, l’Espagne et la Grèce sont concernées au premier chef, avec plus d’un jeune sur deux au chômage (respectivement 54,2% et 55,6%).  Pour M. Andor, une des solutions est que les Européens assurent le financement du Fonds social européen « en 2012-2013 et sur le long terme », a-t-il dit, défendant la position de la Commission dans la bataille sur le budget européen.  Les 27 se préparent à des discussions âpres sur le budget 2014-2020 lors d’un sommet extraordinaire à Bruxelles les 22 et 23 novembre.  Bruxelles a proposé en juillet un projet de budget en hausse de près de 5% par rapport à la période 2007-2013, au grand dam de nombreux Etats qui refusent toute augmentation de leur contribution.  Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a appelé les Etats à cesser de rechigner. Vouloir à tout prix faire des économies dénote « un manque de responsabilité », a-t-il estimé. Pour M. Schulz, le budget européen doit réduire les effets des plans d’austérité qui font souffrir les citoyens.

 

 

OFCE : l’austérité en Europe contestée par les économistes

OFCE : l’austérité en Europe contestée par les économistes

Un point d’austérité (budget), c’est entre 1 à 2 points de croissance en moins pour l’OFCE. L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) intitule sa dernière note de perspectives économiques «la débâcle de l’austérité». Ces experts, traditionnellement jugés keynésiens, se défendent de toute idéologie. «Notre analyse s’appuie sur les faits», insiste Xavier Timbeau, le directeur des prévisions, qui dresse un sombre panorama sur 2012 et 2013. Selon l’OFCE, la zone euro va enchaîner deux années de récession, à 0,5% et 0,1% du PIB. Les pays du Sud seront les plus touchés: l’Espagne, l’Italie, le Portugal et surtout la Grèce avec un recul de presque 10 points de PIB. «Il y a dans cette zone un vrai risque de désintégration politique et sociale», alerte Timbeau. L’Allemagne reste la locomotive européenne – 0,8% de croissance en 2012 et 0,6% sur 2013 – tandis que l’économie française sera en stagnation. Autre signal alarmant, le chômage touche un «niveau record sur les dix dernières années», et continuera de grimper à 12% en 2013. «Si nous plongeons dans la récession à nouveau, après le choc de 2008, c’est parce que tous les pays ont procédé à des restrictions budgétaires», critique Xavier Timbeau. Tel est le schéma «de rigueur et de récession»: la réduction des dépenses publiques, conjuguée à la hausse des prélèvements, pèsent sur la confiance, la consommation des ménages et l’investissement des entreprises. Résultat, la croissance ralentit, il y a moins de recettes fiscales, ce qui du coup freine la baisse des déficits publics. L’impact s’avère d’autant plus récessif que les partenaires commerciaux suivent la même voie. «Plusieurs pays, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Espagne, cumulent quatre années de restriction budgétaire», rappelle le directeur des analyses de l’Observatoire français. Le FMI et la Commission européenne reconnaissent qu’ils ont sous-estimé l’effet récessif des politiques d’austérité. C’est ce que l’on appelle l’effet des multiplicateurs, plus élevés en période de crise, en raison du chômage prolongé. L’OFCE comme le FMI l’ont revu en hausse. Lorsqu’un pays réduit d’un point de PIB son déficit budgétaire, le recul de l’activité économique serait de 0,9 à 1,6%. Il atteindrait même 2% dans le cas de l’Espagne. La seule solution, plaide l’OFCE, c’est d’assouplir la trajectoire d’assainissement. «Donnons-nous vingt ans pour rétablir la situation», plaide Xavier Timbeau, sans pour autant remettre en cause les règles européennes. Cela serait compatible avec le nouveau pacte budgétaire – le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG)- qui fixe un objectif de déficit structurel à 0,5%.

 

 

Zone euro : « Nous sommes plutôt au milieu d’une nouvelle récession » (OFCE)

Zone euro : « Nous sommes plutôt au milieu d’une nouvelle récession »

 

D’après  Christophe Blot, spécialiste de la zone euro à l’OFCE. Interview Nouvel Obs

Dans une interview au « Monde » mercredi 17 octobre, François Hollande se montre optimiste sur la résolution de la crise de la zone euro. Christophe Blot, économiste spécialiste de la zone euro à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), tempère.

François Hollande a déclaré : « Sur la sortie de la crise de la zone euro, nous en sommes près, tout près. » Est-il trop optimiste ?

- Ca dépend ce qu’on entend par crise. Le projet européen se poursuit, avec des éléments institutionnels, mais aussi un débat d’idée : la chancelière Angela Merkel plaide pour plus de contrôle budgétaire, et François Hollande pour plus de solidarité. De là à estimer que les problèmes sont résolus, c’est un peu prématuré.

La situation espagnole ne s’arrange pas du point de vue des finances publiques, et le pays est réticent à appeler à l’aide. La Grèce s’enfonce dans une récession extraordinaire dont elle ne voit pas le bout. On peut se demander jusqu’à quand on peut accepter cela. Quelles sont les solutions pour éviter la catastrophe ? Le problème numéro un, c’est la croissance. Nous sommes plutôt au milieu d’une nouvelle récession que près d’une sortie de récession.

François Hollande dit également : « Le pire – c’est-à-dire la crainte d’un éclatement de la zone euro –, oui, il est passé. » Mais début 2012, Nicolas Sarkozy déclarait que la crise financière était terminée. Est-ce que les situations sont les mêmes ?

- Entre les deux, on a fait un pas en avant. Nous n’en sommes plus à dire : « Si tel pays sort, ce n’est pas grave ». Ce pays, c’est la Grèce. Et l’éclatement de la zone euro, c’est bien sa sortie. Le traité budgétaire est presque entièrement ratifié. Il me semble exacte de dire que la crainte d’un éclatement est passé.

Après, tout dépend de ce que l’on met en place pour que ce ne soit plus le cas. Sans croissance, la question des déficits va se poser à nouveau l’année prochaine, du moins pour certains pays. Le marché pourra douter de nouveau de la solvabilité d’un pays, et ainsi déclencher une vague de défiance sur l’ensemble de la zone.

La création du Mécanisme européen de stabilité (MES) et les nouvelles marges de manœuvres de la Banque centrale européenne ne permettent-elles pas de dissuader les attaques des marchés financiers ?

- La zone euro s’est dotée d’une arme. Reste à voir comment elle compte l’utiliser. Le MES n’a pas une capacité illimitée, et on ne sait pas si la BCE ira jusqu’au bout de ses possibilités. La solidarité budgétaire et la solidarité des dettes sont les deux faces d’une même médaille. Pour l’instant on a la première. Et plus on va de l’avant, plus on écarte la possibilité de voir la zone euro éclater.

 

 

Italie et Espagne veulent l’aide de la BCE mais sans la demander officiellement

Italie et Espagne veulent l’aide de la BCE mais sans la demander officiellement

 

 Curieuses ces déclarations très contradictoires de l’Italie et de l’Espagne qui souhaitent ardemment l’intervention de la BCE mais ne veulent pas le dire pour ne pas inquiéter davantage les marchés. Monti incite même l’Espagne à présenter un plan d’aide d’urgence pour éviter la contamination. L’Espagne ne veut surtout pas qu’on évoque ce plan d’aide dont elle a pourtant besoin. Bref on joue au chat et à la souris avec les marches. L’Espagne et l’Italie ont beau inquiéter les marchés, Mariano Rajoy et Mario Monti veulent prendre leur temps. Lors de leur rencontre à Madrid ce jeudi, les chefs des gouvernements espagnol et italien n’ont pas demandé à la Banque centrale européenne d’intervenir. Au contraire. Lors de leur conférence de presse commune, ils ont soigneusement évité de se prononcer sur toute forme d’aide extérieure. Mais, en coulisse, les négociations vont bon train. L’Italie tente de convaincre l’Espagne d’accepter la main tendue par ses voisins. Avec des pincettes. Mario Monti promet d’«étudier les modalités» de la proposition de Mario Draghi afin de «déterminer si cette proposition (leur) convient». Plus prudent, Mariano Rajoy a refusé de répondre et s’est contenté de qualifier les déclarations du président de la BCE de «positives». Pour le reste, les deux chefs d’exécutif se sont appuyés mutuellement et ont affiché leur volonté de continuer dans la même voie: réduction du déficit et réformes structurelles. Mais, malgré cette unité affichée, l’Espagne et l’Italie n’ont pas une position identique. Alors que Mario Monti est favorable à un achat d’obligations sur le marché secondaire par le FESF, son homologue espagnol se montre beaucoup plus réservé. «Cette option pose un double problème pour l’Espagne, juge Juan Carlos Martinez Lazaro, professeur d’économie à l’IE Business School. Il y a d’abord un problème d’image. L’Espagne veut absolument éviter une solution qui ressemble à un plan de sauvetage.» Cette obsession exaspère ses partenaires européens, qui voient dans ce refus de principe «un orgueil mal placé», selon le mot d’un diplomate européen. «Le gouvernement veut également éviter qu’on lui impose de nouvelles conditions», poursuit Lazaro. L’Italie pense pouvoir échapper à la négociation d’un mémorandum d’entente (Memorandum of Understanding, MOU) si elle sollicitait l’achat d’obligations souveraines. L’Espagne, en revanche, craint qu’on lui impose une nouvelle vague d’austérité. Après avoir adopté un plan de rigueur de 65 milliards d’économies à réaliser en deux ans et demi, Mariano Rajoy considère qu’il a suffisamment heurté son électorat. «Il y aurait probablement un nouveau programme», pronostique Juan Ignacio Crespo, analyste financier et auteur d’un livre intitulé Les Deux Prochaines Récessions. Mais, entre les recommandations de la Commission et les conditions imposées aux banques, l’Europe ne pourrait plus ajouter grand-chose», indique-t-il. Même Christine Lagarde l’a reconnu: «Vu ce que l’Espagne a déjà réalisé et ce qu’elle compte encore faire, il n’y a pas grand-chose que le FMI pourrait demander en plus si l’Espagne recevait un plan de sauvetage», a expliqué la directrice de l’institution financière, incitant Madrid à sauter le pas sans crainte.

Fuite des capitaux en Espagne et ailleurs

Fuite des capitaux en Espagne et ailleurs

 

Le sujet est tabou mais la crise de la dette fait fuir les capitaux en Grèce bien sûr mais aussi en Italie et en Espagne ; (voir article). Par exemple Les transferts d’argent à l’étranger des Espagnols ont atteint un niveau record, selon des chiffres publiés jeudi, sur fond de crise bancaire et de dégradation de la note de huit régions autonomes. La recapitalisation des banques et les besoins de liquidité des régions menacent de faire plonger les finances de l’Etat davantage dans le rouge, ce qui a poussé le coût de la dette souveraine espagnole au bord du seuil au-delà duquel le pays pourrait devoir demander un plan de sauvetage. La Commission européenne a volé au secours de Madrid mercredi, en proposant une aide directe du Fonds de soutien européen pour recapitaliser ses banques et en accordant au gouvernement davantage de temps pour réduire son déficit budgétaire. Cette initiative a permis d’enrayer l’accroissement de l’écart de rendement de l’obligation souveraine espagnole à dix ans par rapport à l’allemande, mais celui-ci demeure à un niveau record depuis l’adoption de l’euro. Le coût de financement que doit supporter l’Espagne a légèrement reculé jeudi, mais, à 6,6%, il reste proche du niveau de 7% qui avait contraint l’Irlande et le Portugal à se tourner vers une aide internationale. Le Fonds monétaire international (FMI) ne travaille pas à l’élaboration d’une assistance financière pour l’Espagne, a déclaré Christine Lagarde, directrice générale du FMI, démentant à son tour un article de presse en ce sens. Fragilisées depuis l’explosion de la bulle immobilière en 2008, les banques espagnoles n’inspirent plus confiance aux épargnants, qui ont transféré une somme nette de 66,2 milliards d’euros à l’étranger en mars, principalement sur des comptes sur livret dans les pays du nord de l’Europe, selon les chiffres de la Banque d’Espagne. Il s’agit d’un record depuis que cette statistique a été créée en 1990. Il y a un an, l’Espagne avait bénéficié de rentrées nettes de 5,4 milliards d’euros.

 

L’OCDE favorable aux euro-obligations et à moins de rigueur budgétaire en Europe

L’OCDE favorable aux euro-obligations et à moins de rigueur budgétaire en Europe

L’Union européenne devrait exclure les investissements publics des calculs des déficits budgétaires et émettre des euro-obligations pour favoriser la croissance, a dit dimanche l’économiste en chef de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE). Dans un entretien publié par La Stampa, Pier Carlo Padoan estime que le « pacte budgétaire » destiné à contrôler les finances publiques des pays de l’Union ne devait pas être renégocié, tout se prononçant en faveur de nouvelles règles en matière d’évaluation des déficits et de la dette. « Les dépenses d’investissement devraient être exclues du calcul des déficits et de la dette. Des euro-obligations devraient être introduites », déclare-t-il, reprenant ainsi à son compte les positions du gouvernement italien dirigé par Mario Monti. Ces deux idées ne trouvent, à ce jour, pas preneur en Allemagne, où l’on estime que des euro-obligations ne peuvent être envisagées avant qu’une discipline budgétaire soit mise en oeuvre dans la zone euro. Pier Carlo Padoan dit également que le risque de voir la Grèce quitter la zone euro augmentait. « Ce risque existe et il est plus élevé qu’il y a six mois », estimant que les conséquences d’un défaut de la Grèce seraient « catastrophiques », jugeant au passage « irresponsables » ceux qui minimisent ces conséquences.

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol