Archive pour le Tag 'Italie'

Concurrence européenne : La SNCF va lancer les TGV Ouigo en Italie

Concurrence européenne : La SNCF va lancer les TGV Ouigo en Italie

En riposte à l’arrivée de Trenitalia en France, la SNCF envisage de lancer des TGV en Italie; en effet depuis décembre 2020, la SNCF doit affronter la concurrence et notamment l’arrivée des trains à grande vitesse de Trenitalia sur l’axe Paris-Lyon-Turin-Milan. La compagnie publique italienne va ainsi tenter de fissurer le monopole de la SNCF en s’attaquant directement à son tronçon le plus rentable, le Paris-Lyon.

Coronavirus Italie : le reconfinement lundi

Coronavirus Italie : le reconfinement lundi

Face à une véritable troisième vague, l’Italie décide de reconfiner l’essentiel de son territoire. Les régions les plus peuplées de la péninsule, notamment la Lombardie, poumon économique du pays, et le Latium, la région de Rome, seront classées en « rouge » (risque élevé), entraînant la fermeture des écoles ainsi que des bars et des restaurants. Les déplacements seront limités aux impératifs de travail, à l’achat de produits de première nécessité et aux urgences de santé. Ces mesures « entreront en vigueur à partir du lundi 15 mars », a précisé le ministère.

Outre le Latium et la Lombardie, passeront également en « rouge » l’Emilie-Romagne (région de Bologne), le Piémont (Turin), la Vénétie (Venise), le Frioul-Vénétie Julienne, le Trentin, les Marches (nord), les Pouilles (talon de la botte au sud). Ces régions rejoignent la Campanie (région de Naples, sud) et le Molise (sud), qui étaient déjà classées « rouge ».

Cette annonce attendue intervient alors qu’ »au cours de la dernière semaine, 150.175 nouvelles contagions ont été enregistrées contre 130.816 la semaine précédente, soit une augmentation de presque 15% », comme l’a souligné vendredi le Premier ministre Mario Draghi, alors que l’Italie a passé lundi la barre des 100.000 morts depuis le début de la pandémie.

 

Elections municipales : reportées en Italie pour motif Covid

 Elections municipales : reportées en Italie pour motif Covid

Un report qui pourrait peut-être inspirer la France pour reporter encore les élections départementales et régionales.-L’Italie a en effet décidé jeudi le report d’élections municipales et régionale prévues initialement à la fin du printemps à cause de la crise sanitaire du coronavirus, sur fond de résurgence de l’épidémie provoquée par la propagation de variants plus contagieux du virus.

Les élections municipales programmées dans de nombreuses grandes villes, dont Rome, Milan, Turin et Naples, auront lieu entre le 15 septembre et le 15 octobre prochains, d’après un décret approuvé par le gouvernement. Elles devaient avoir lieu entre le 15 avril et le 15 juin.

Italie : encore un crise politique et retour de Draghi

Italie : encore un crise politique et retour de Draghi

 

D’une certaine manière,  la crise politique constitue l’environnement récurrent d’une Italie par ailleurs assez dynamique sur le plan économique et qui ne s’en sort pas si mal y compris en l’absence de gouvernement.

 

Cette fois la crise est imputable comme souvent à la difficulté à maintenir une majorité de gouvernement..Et Giuseppe Conte, qui a tenté un petit coup de force, a été contraint à la démission mardi dernier, près de deux semaines après le retrait de sa coalition de l’ex-chef du gouvernement Matteo Renzi et de son parti IV, indispensable pour avoir la majorité parlementaire.

Les deux piliers de sa coalition, le PD et le M5S, ont continué à le soutenir, mais sans IV il n’avait pas de majorité assurée au parlement.

Le bilan politique global n’est guère brillant depuis environ un an. En effet l’Italie a été le pays le plus affecté sur le plan sanitaire et la situation économique s’est dégradée davantage qu’ailleurs. La double crise a fait 88.000 morts et plombé le Produit intérieur brut de 8,9% en 2020, selon une estimation officielle publiée mardi.

Pour se redresser l’Italie compte beaucoup sur un énorme plan financier de relance financé en partie par les fonds européens. Si les fonds européens pourront effectivement aider l’Italie à se redresser par contre  il n’est pas certain qu’un nouvel endettement ( l’Italie détient déjà le record d’endettement européen) puisse être absorbé sans créer des déséquilibres non seulement en Italie mais peut-être aussi en Europe.

 

Italie : vers une majorité politique introuvable

 

Italie : vers une majorité politique introuvable

 

Il est clair que le départ de Renzi va ouvrir une nouvelle crise politique en Italie où le gouvernement d’entente était déjà très fragile. L’affaire a éclaté à l’occasion du lancement d’un énorme plan de soutien qui va encore accroître la dette record de l’Italie en Europe.

 

Renzi a laissé la porte ouverte au retour dans le bercail tant qu’un nouveau pacte politique pourrait être élaboré, mais ses partenaires ponctuels ont déclaré qu’ils ne voulaient plus rien avoir à faire avec lui.

«Nous ne pouvons pas retourner à la table des négociations avec lui», a déclaré Vito Crimi, chef du Mouvement 5 étoiles codirigé.

Les ructions politiques ont poussé jeudi l’écart entre les rendements des emprunts publics italiens et allemands à son plus grand niveau depuis plus d’un mois, tandis que les coûts d’emprunt ont légèrement augmenté par rapport aux récents creux records lors d’une vente aux enchères.

«Ouvrir une crise gouvernementale était un acte d’irresponsabilité sans précédent», a déclaré le ministre de l’Économie, Roberto Gualtieri, à la chaîne publique RAI, exprimant la colère généralisée de son parti PD face aux manœuvres de Renzi.

 

Au lieu de cela, Conte a signalé qu’il voulait porter son combat pour la survie au parlement, avec ses principaux partenaires de la coalition soutenant les plans pour essayer de trouver des législateurs soi-disant «responsables» parmi les rangs de l’opposition pour soutenir l’administration.

Si Conte ne peut pas trouver un moyen de rester au pouvoir, le président Sergio Mattarella pourrait chercher à mettre sur pied un gouvernement d’unité nationale à large assise pour sortir de l’impasse, qui a été accueillie avec consternation par de nombreux Italiens ordinaires.

«Nous sommes inquiets parce que la politique ne fonctionne jamais en Italie. Je ne sais pas pourquoi… il faut juste un peu de bon sens, surtout à un moment comme celui-ci », a déclaré Benito Gaetano, un habitant de la ville sud de Lamezia Terme.

 

Croissance Italie: un plan de relance non financé

Croissance Italie: un plan de relance non financé  

 Un immense plan de relance de plus de 220 milliards vient d’être décidé par l’Italie pour soutenir la machine économique. Le problème c’est que l’endettement de ce pays atteint déjà 160 % du PIB, record européen.

Ce plan de relance n’est absolument pas financé, il reposera donc sur l’emprunt dont les taux d’intérêt sont très accessibles grâce à la politique accommodante de la banque centrale européenne

Mais cette politique de fuite en avant risque de faire éclater le fragile équilibre politique du gouvernement.

 

Il n’est pas du tout certain par ailleurs que l’union européenne approuve ce plan de relance car l’endettement ainsi accumulé pourrait rapprocher un jour la situation du pays de celle de la Grèce.

 

En effet l’Italie a déjà été bénéficiaire du méga-plan de 750 milliards d’euros adopté à l’été 2020 par les dirigeants européens, l’Italie est très attendue sur ses projets qu’elle doit soumettre à Bruxelles d’ici fin avril, à l’instar des autres pays en attente de fonds. Rome suscite des inquiétudes car le pays a été accusé dans le passé d’utiliser à mauvais escient les fonds européens. «L’Italie aura un rôle déterminant dans le succès ou l’échec» de cette première expérience de dette commune de l’Union européenne, avait prévenu dès le mois d’août le commissaire européen à l’Economie, et ancien chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni.

 

Le plan de relance risque d’alourdir la dette colossale de Rome, qui devrait atteindre 158% du PIB, le deuxième ratio plus élevé dans la zone euro derrière Athènes.

Coronavirus Italie : 14.245 en 24h

Coronavirus Italie : 14.245 en 24h

Le nombre quotidien de nouveaux cas de contamination recensés a augmenté à 14.245 contre 11.831 samedi, a annoncé le ministère de la Santé.

Quelque 102.974 tests ont été réalisés en 24 heures contre 67.174 sur les 24 heures précédentes.

Le bilan de l’épidémie depuis le 21 février dernier atteint désormais 75.332 morts, ce qui fait de l’Italie le pays le plus durement touché d’Europe. La péninsule a enregistré 2,155 millions de cas de contamination depuis le début de leur recensement.

Le ministère précise que 23.075 personnes atteintes du COVID-19 étaient hospitalisées dimanche, soit 127 de plus que la veille. Il a enregistré 154 nouvelles admissions dans des services de soins intensifs, contre 134 samedi.

A titre de comparaison, lors de la phase d’accélération de la deuxième vague épidémique en novembre, les admissions à l’hôpital augmentaient de près de 1.000 par jour et le nombre de patients en soins intensifs d’environ 100.

 

Coronavirus Italie : confinement

Coronavirus Italie : confinement

Comme un peu partout en Europe et ailleurs, les Italiens doivent affronter une deuxième vague de plus en plus inquiétante. La décision a été prise à l’issue de plusieurs jours de discussions au sein de la coalition gouvernementale, dont certains composantes souhaitaient un confinement total et d’autres, des mesures plus limitées pour ménager les entreprises en difficulté et permettre les rassemblements familiaux.

Les commerces jugés non-essentiels seront fermés du 24 au 27 décembre, du 31 décembre au 3 janvier et du 5 au 6 janvier. Ces jours-là, les Italiens ne seront autorisés à voyager que pour des raisons professionnelles, de santé ou d’urgence.

Les commerces pourront ouvrir du 28 au 30 décembre et le confinement sera levé le 4 janvier pour les particuliers. Bars et restaurants devront quant à eux restés fermés pendant toutes les vacances.

 

Italie: L’enquête Vivendi-Mediaset bouclée

Italie: L’enquête Vivendi-Mediaset bouclée

Le parquet reproche aussi aux deux dirigeants de Vivendi Vincent Bolloré, alors président du conseil de surveillance de Vivendi, et Arnaud de Puyfontaine de ne pas avoir informé le marché qu’ils avaient mandaté la banque italienne Mediobanca pour examiner les moyens de constituer une participation au capital de Mediaset.

Cette enquête sur Vincent Bolloré et Arnaud de Puyfontaine a été ouverte en 2017 à la suite d’une plainte de Fininvest, elle est maintenant bouclée.

Avant d’investir dans le groupe italien fin 2016, au point d’en devenir rapidement le deuxième actionnaire derrière la famille Berlusconi, Vivendi avait renoncé à racheter ses activités de télévision payante malgré un accord conclu quelques mois plus tôt.

Fininvest avait alors porté plainte contre Vivendi en accusant le groupe contrôlé par Vincent Bolloré de n’avoir jamais eu l’intention d’honorer cet accord mais d’avoir simplement cherché à faire baisser le cours de l’action pour mener son raid boursier.

Vivendi a saisi la Commission européenne pour contester ce projet de loi.

Coronavirus ITALIE: 993 MORTS 24 HEURES, record

Coronavirus ITALIE: 993 MORTS 24 HEURES, record

993 morts liées au Covid en 24 heures, un chiffre dramatique dépassant le record de 969 décès datant du 27 mars. En revanche, la journée est également marquée par une baisse des cas positifs.

La Lombardie, dans le Nord du pays, la plus touchée, compte à elle seule 347 morts, selon les chiffres transmis par le ministère de la Santé. En outre 23.225 nouveaux cas ont été enregistrés, contre 20.709 nouveaux cas et 684 morts mercredi.

Ces chiffres inquiétants doivent bien être nuancés par la baisse parallèle du nombre de cas positifs, qui s’élèvent à 759.982 (-1248 en 24 heures). Une baisse continue depuis fin novembre, interprétée par les autorités sanitaires italiennes comme un succès des mesures adoptées pour lutter contre les nouvelles contagions.

Coronavirus : circulait déjà en Italie en septembre 2019

Coronavirus : circulait déjà en Italie en septembre 2019

 

Il paraît de plus en plus évident que l’un des facteurs de développement de la pandémie a été l’incapacité à identifier la présence du virus à temps. Les  mesures un peu rigoureuse ont été décidées  au cours du premier trimestre 2020 alors que le virus circulait déjà en Europe depuis presque six mois. Selon une étude menée par l’Institut national du cancer (INT) de Milan, le virus  commençait à se répandre dès septembre 2019 en Italie.

Les résultats de l’étude italienne, publiée par le magazine scientifique Tumori Journal de l’INT, montrent que 11,6% des 959 volontaires sains enregistrés dans le cadre d’un test de dépistage du cancer du poumon entre septembre 2019 et mars 2020 avaient développé des anticorps spécifiques au nouveau coronavirus bien avant février.

Un autre test sur des anticorps contre le SARS-CoV-2 a été réalisé par l’Université de Sienne dans le cadre de la même étude intitulée “Détection inattendue des anticorps anti-SARS-CoV-2 dans la période pré-pandémique en Italie”.

Il montre que quatre cas, remontant à la première semaine d’octobre 2019, étaient porteurs d’anticorps, explique à Reuters Giovanni Apolone, co-auteur de l’étude. Pour lui, cela signifie que les personnes en question avaient été infectées en septembre 2019.

Coronavirus Italie: 11.705 nouvelles contaminations

Coronavirus Italie:  11.705 nouvelles contaminations

l’Italie est moins touchée que la France mais le nombre de contaminations progresse aussi.

11.705 nouveaux cas de contaminations au coronavirus dans les 24 dernières heures, a annoncé dimanche le ministère de la Santé. Il s’agit d’un nouveau record par rapport aux 10.925 infections recensées samedi.

Le nombre de décès liés au coronavirus était de 69, contre 47 la veille, selon le ministère, un nombre qui reste encore bien inférieur au bilan quotidien observé lors du pic de l’épidémie en mars et avril dernier. Plus de 900 décès étaient enregistrés quotidiennement à cette période.

L’Italie a été le premier pays d’Europe touché par l’épidémie. Il enregistre le deuxième bilan le plus lourd après le Royaume-Uni, avec 36.543 morts depuis le mois de février, selon les autorités.

Vatican: la «Dame du cardinal» arrêtée en Italie

Vatican: la «Dame du cardinal» arrêtée en Italie

Cecilia Marogna,  surnommée la «Dame du cardinal» est soupçonnée d’avoir détourné 500 000 € avec la complicité du cardinal Angelo Becciu, congédié soudainement le 24 septembre par le pape François pour des soupçons de malversations. Femmes, espionnage, jeux de pouvoir, argent de l’Eglise dilapidé. Cette Dame, avait affirmé début octobre à la presse avoir été payée comme médiatrice pour faire libérer des prêtres et soeurs enlevés en Afrique ou en Asie, confirmant dans plusieurs entretiens la versement du demi-million d’euros au compte de sa société, «Logsic», créée fin 2018 dans la capitale slovène. En fait,  la presse italienne a révélé qu’il n’y avait qu’une simple boîte aux lettres en Slovénie. Une émission italienne a montré que quelque 200.000 euros avaient été dépensés pour acheter des produits de luxe, par exemple 12.000 euros pour un fauteuil. «Après tant de travail, je pense avoir le droit de m’acheter un fauteuil!», s’était insurgée Cecilia Marogna, se présentant comme une victime des intrigues au Vatican.

CORONAVIRUS ITALIE : hausse

CORONAVIRUS ITALIE : hausse

L’Italie a enregistré 1210 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, confirmant la nette reprise de l’épidémie, étroitement liée aux déplacements et au divertissement estival des vacanciers, selon un bilan officiel publié dimanche

Il y avait déjà eu samedi 1071 nouveaux cas recensés, après 947 vendredi, 845 jeudi et 642 mercredi.

La Lombardie (région de Milan) a repris la tête du classement avec 239 personnes supplémentaires touchées, suivie du Latium (région de Rome, avec 184 cas de plus) et de la région de Venise (+145 cas).

Le nouveau bilan du ministère de la Santé fait état de sept décès, portant le nombre total de victimes à 35.437 depuis le début de l’épidémie. Le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, a exclu dimanche un reconfinement général de son pays, en jugeant que la situation était sous contrôle.

Le pays compte actuellement seulement 18.438 cas, dont 69 en soins intensifs. Plus de 200.000 personnes ont été guéries ces derniers mois.

Chômage Italie : le dispositif d’aide prolongé

Chômage Italie : le dispositif d’aide prolongé

 

“Nous avons mis de côté 12 milliards d’euros pour soutenir l’emploi”, a déclaré le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, à l’issue d’une réunion gouvernementale de trois heures.

Une partie de ces fonds sera utilisée pour prolonger le dispositif de chômage partiel, pour une durée pouvant aller jusqu’à 18 semaines, avec pour condition que les entreprises ne licencient pas pour bénéficier de l’aide de l’Etat.

Avec quelque 12,6 millions de travailleurs italiens concernés par ce dispositif, prolonger les aides publiques était considéré comme essentiel pour éviter un impact encore plus important pour les ménages et la consommation.

Le Sénat a autorisé il y a dix jours le gouvernement à augmenter le déficit public du pays cette année afin de pouvoir adopter un nouveau plan de soutien. La dette publique de l’Italie devrait atteindre près de 12% de son produit intérieur brut (PIB) cette année.

Coronavirus Italie : 24 décès et 224 cas en 24h

Coronavirus Italie : 24 décès et 224 cas en 24h

24 décès supplémentaires dus au COVID-19, contre 49 la veille, le décompte quotidien des nouveaux cas avérés s’élevant à 224 contre 262 samedi.

Le nombre de morts dans le pays depuis que l’épidémie y est apparue le 21 février s’élève désormais à 34.634, selon l’agence de protection civile.

Le nombre de cas confirmés en Italie s’élève dans le même temps à 238.499, tandis que 148 personnes étaient en soins intensifs dimanche, contre 152 samedi.

Un accord entre Orange et le réseau d’Open Fiber en Italie

Un accord entre Orange et le réseau d’Open Fiber en Italie

il ne s’agit pas d’une offre de services aux particuliers mais aux entreprises et l’accord  entre orange et l’opérateur italien pourrait constituer un avantage stratégique important dans ce domaine. Orange est sur le point de signer un contrat d’utilisation du réseau à haut début d’Open Fiber, contrôlé par le groupe d’électricité Enel et l’établissement financier public CDP, pour son offre de services aux entreprises en Italie, a-t-on appris de source proche du dossier mercredi.

En Italie, la bourse Bourse de Milan n’est pas à vendre mais elle pourrait bien être achetée !

En Italie, la bourse Bourse de Milan n’est pas à vendre mais elle pourrait bien être achetée !

La situation de la banque italienne est dans un tel état qu’elle pourrait tout simplement éclater , d’où  l’intérêt d’un achat par un opérateur unique.

Mais ce projet se heurte à l’opposition d’autres responsables de la coalition, parmi lesquels figure le ministre de l’Economie, Roberto Gualtieri, membre du Parti démocrate (PD),.

Un haut responsable proche du Trésor a déclaré à Reuters qu’une offre de rachat de Borsa Italiana n’était “pas quelque chose que le ministère des Finances étudie actuellement”.

Une porte-parole de LSE n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat sur le sujet mais a déclaré que David Schwimmer, le directeur général de l’opérateur de la Bourse de Londres, avait déjà dit que Borsa Italia n’était pas à vendre.

Le M5S et le Trésor ont refusé de commenter ces informations.

Le projet du M5S, élaboré avec l’aide de la banque d’affaires Mediobanca, vise à former un consortium financier qui appuierait une possible offre du groupe financier public Cassa Depositi e Prestiti (CDP) sur Borsa Italiana ou sur son activité de courtage obligataire, MTS, ont précisé les sources.

Intesa et la société d’investissement Unipol sont considérés comme de possibles membres du consortium, ont-elles ajouté.

Le projet, défendu par le secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil Riccardo Fracaro, valoriserait la Bourse de Milan autour de trois milliards d’euros, toujours selon les mêmes sources.

Les autorités antitrust de l’Union européenne n’ont pas encore rendu leur décision sur le projet de rachat de Refinitiv par LSE mais certains observateurs n’excluent pas qu’elles imposent une cession de MTS.

Rome essaie depuis longtemps déjà de prendre le contrôle de cette plate-forme obligataire, considérée comme un actif stratégique en raison de son rôle dans les échanges de titres de dette publique italienne, ont dit les sources.

l4avis  de l’union économique sera déterminant quant à l’avenir de LSE surtout avec le prêts avantageux consentis à L’Italie avec la caution de doute l’UE.

“Ne perdez pas votre temps à discuter de Borsa. Il n’y a rien à discuter”, a dit David Schwimmer à une source bancaire en référence à une hypothétique offre italienne.

L’une des sources, proche du M5S, a déclaré que Roberto Gualtieri serait favorable à un rapprochement ente Borsa Italiana et Euronext, qui regroupe les Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne.

Stéphane Boujnah, le président du directoire d’Euronext, a récemment approché LSE afin d’exprimer son intérêt pour un éventuel rachat de Borsa Italiana, a-t-on appris de deux sources proches du dossier, mais cette approche a été rejetée.

Euronext s’est refusé à tout commentaire sur le sujet.

Coronavirus Italie : 72 72 nouveaux décès et de 270 nouveaux cas

 Coronavirus Italie : 72 72 nouveaux décès et de 270 nouveaux cas

72, nouveaux décès contre 85 la veille, a annoncé l’agence de protection civile qui a comptabilisé 270 nouvelles contaminations en 24 heures contre 518 la veille.

Le bilan total, depuis que l’épidémie a été signalée le 21 février, s’élève désormais à 33.846 décès liés au coronavirus dans le pays, plaçant l’Italie en quatrième position derrière les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Brésil.

Le nombre de contaminations confirmées s’élève quant à lui à 234.801, ce qui situe l’Italie au septième rang mondial, derrière les Etats-Unis, la Russie, l’Espagne, la Grande-Bretagne, le Brésil et l’Inde.

La région de la Lombardie, au nord du pays, reste de loin la plus touchée par la pandémie avec 142 nouveaux cas parmi les 270 recencés samedi en une journée.

La tendance à la baisse du nombre de personnes hospitalisés en soins intensifs se poursuit, avec 293 personnes samedi contre 316 vendredi.

Parmi les personnes initialement infectées, 165.078 ont été déclarées rétablies contre 163.781 la veille.

L’agence de protection civile a par ailleurs annoncé que 2,599 millions de personnes avaient été testées au coronavirus à la date de samedi, contre 2,565 millions vendredi, sur une population d’environ 60 millions d’habitants.

 

Coronavirus Italie, doublement du nombre de contaminations 24 heures

Coronavirus Italie, doublement du nombre de contaminations 24 heures

Conséquence peut-être d’un des confinements un peu précipité, le nombre de nouveaux décès liés au Covid-19 s’est élevé mardi en Italie à 55, contre 60 la veille, a annoncé la Protection civile qui a comptabilisé 318 nouvelles contaminations en 24 heures contre 178 de plus la veille.

Depuis le 21 février, l’épidémie a tué 33.530 personnes dans la péninsule, faisant de l’Italie le troisième pays le plus touché en termes de décès, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni. Si l’on considère le nombre de contaminations confirmées, qui s’élève quant à lui à 233.515, l’Italie se situe alors au sixième rang mondial, derrière les États-Unis, la Russie, le Brésil, l’Espagne et la Grande-Bretagne.

Cependant Le nombre de personnes enregistrées comme étant actuellement porteuses de la maladie en Italie a baissé mardi à 39.893, contre 41.367 la veille.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol