Archive pour le Tag 'récession'

Croissance Italie : on va tutoyer la récession

 Croissance Italie : on va tutoyer la récession

 

 

 

 

L’Italie subit évidemment les conséquences du ralentissement mondial faisant notamment suite au conflit concernant les échanges commerciaux entre la Chine et les États-Unis. Il faut y ajouter des facteurs explicatifs locaux spécifiques comme les contradictions de la gestion du gouvernement extrémiste (extrême droite et populistes). Comme souvent dans les gouvernements, on  prévoit toujours une croissance supérieure aux perspectives réelles ne serait-ce que pour gonfler artificiellement les recettes budgétaires. Or le ministre de l’économie italien a bien été contraint de reconnaître que la croissance pour l’année 2019 ne serait pas de 1 % mais de zéro. En réalité elle pourrait tutoyer même la récession. L’Italie se dirige vers une croissance nulle pour 2019, a déclaré dimanche le ministre italien de l’Économie, Giovanni Tria, qui ne prévoit pas pour autant de loi de finances rectificative. «Nous sommes devant un ralentissement général de la croissance dans toute l’Europe et en Italie, en 2019, on se dirige vers zéro», a déclaré Giovanni Tria, lors d’un colloque économique à Florence.

«L’Allemagne est à l’arrêt et, en conséquence, la partie la plus productive de l’Italie s’est arrêtée aussi. Et comme l’Italie depuis des années croit de un point (de pourcentage) de moins que les autres pays européens, nous nous dirigeons vers le zéro», a poursuivi M. Tria. «Personne ne nous demande une manœuvre (loi de finances) rectificative, donc je l’exclus.»

Le gouvernement populiste, formé de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), prévoyait jusqu’ici une croissance de 1% cette année. Il comptait notamment sur une de ses mesures phares, le revenu de citoyenneté promis par le M5S et qui doit entrer en vigueur au premier semestre pour relancer l’activité.

Croissance menacée par le risque de récession ?

Croissance menacée par le risque de récession ?

 

 

Sur les marchés mondiaux, les bourses font du yo-yo partagées entre l’espérance d’une reprise des échanges internationaux notamment entre les États-Unis et la Chine et la crainte d’une récession du fait d’indicateurs très maussades. Les craintes pour la croissance mondiale ont été alimentées par des indices d’activité peu reluisants aux Etats-Unis mais aussi en Europe. L’activité des entreprises de la zone euro a ainsi été bien plus mauvaise qu’attendu en mars avec une contraction de celle du secteur manufacturier sans précédent depuis près de six ans, conséquence d’une forte baisse de la demande. En Allemagne, le secteur manufacturier s’est encore contracté en mars, alimentant les craintes d’un net ralentissement de la première économie européenne. Ce vif regain de l’aversion pour le risque résulte de l’annonce d’une nouvelle contraction de l’activité dans le secteur privé en mars en Allemagne comme en France; l’indice PMI “flash” manufacturier pour la zone euro, à 47,6, est tombé au plus bas depuis avril 2013.“Les risques baissiers sont principalement extérieurs: les tensions commerciales et le ralentissement mondial impulsé par la Chine par exemple”, ont commenté dans une note les économistes de Barclays, qui ajoutent que les difficultés de l’Italie et du Brexit demeurent non négligeables. La publication, peu après l’ouverture de Wall Street, d’un indice d’activité PMI Markit inférieur aux attentes aux Etats-Unis n’a fait qu’accentuer cette tendance baissière. “Aux Etats-Unis, le PMI a été inférieur aux attentes, ce qui a renforcé un momentum déjà baissier sur les taux avec les annonces très accommodantes de la Fed. Simultanément, il n’y aucun risque d’inflation”, a déclaré à Reuters Florence Barjou, responsable adjointe des investissements de Lyxor AM.L’enquête auprès des directeurs d’achat a fait ressortir une estimation flash du PMI à 54,8 dans les services, contre une prévision à 56,0, et à 52,5 dans le secteur manufacturier, contre 53,6 attendu. Les craintes sur la croissance mondiale pénalisent les cours du brut

Le Brent tourne autour de 67 dollars. Et les taux s’affaiblissent nettement.

Croissance mondiale : Retour du risque de récession ?

Croissance mondiale : Retour du risque de récession ?

 

 

Sur les marchés mondiaux, les bourses font du yo-yo partagées entre l’espérance d’une reprise des échanges internationaux notamment entre les États-Unis et la Chine et la crainte d’une récession du fait d’indicateurs très maussades . Les craintes pour la croissance mondiale ont été alimentées par des indices d’activité peu reluisants aux Etats-Unis mais aussi en Europe. L’activité des entreprises de la zone euro a ainsi été bien plus mauvaise qu’attendu en mars avec une contraction de celle du secteur manufacturier sans précédent depuis près de six ans, conséquence d’une forte baisse de la demande.

En Allemagne, le secteur manufacturier s’est encore contracté en mars, alimentant les craintes d’un net ralentissement de la première économie européenne. Ce vif regain de l’aversion pour le risque résulte de l’annonce d’une nouvelle contraction de l’activité dans le secteur privé en mars en Allemagne comme en France; l’indice PMI “flash” manufacturier pour la zone euro, à 47,6, est tombé au plus bas depuis avril 2013.“Les risques baissiers sont principalement extérieurs: les tensions commerciales et le ralentissement mondial impulsé par la Chine par exemple”, ont commenté dans une note les économistes de Barclays, qui ajoutent que les difficultés de l’Italie et du Brexit demeurent non négligeables. La publication, peu après l’ouverture de Wall Street, d’un indice d’activité PMI Markit inférieur aux attentes aux Etats-Unis n’a fait qu’accentuer cette tendance baissière. “Aux Etats-Unis, le PMI a été inférieur aux attentes, ce qui a renforcé un momentum déjà baissier sur les taux avec les annonces très accommodantes de la Fed. Simultanément, il n’y aucun risque d’inflation”, a déclaré à Reuters Florence Barjou, responsable adjointe des investissements de Lyxor AM.L’enquête auprès des directeurs d’achat a fait ressortir une estimation flash du PMI à 54,8 dans les services, contre une prévision à 56,0, et à 52,5 dans le secteur manufacturier, contre 53,6 attendu. Les craintes sur la croissance mondiale pénalisent les cours du brut qui s’éloignent de leurs plus hauts de l’année touchés la veille. Le Brent perd 1,97% sous 67 dollars le baril, contre un pic à 68,69 dollars jeudi et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) chute de 2,32% pour tomber sous 59 dollars après un plus haut à 60,39 dollars jeudi.

Risques de récession aux USA ? ( JPMorgan)

Risques de récession aux USA ? ( JPMorgan)

JPMorgan  a annoncé qu’il maintenait ses prévisions de rentabilité pour les trois années à venir mais cela sans tenir compte des  risques importants susceptibles d’accélérer l’arrivée d’une récession économique aux Etats-Unis. Le recul de la consommation au États-Unis a surpris nombre d’observateurs. Pourtant il s’inscrit dans une tendance baissière assez nette de la croissance qui pourrait se situer autour de 2 % au plus en 2018. En cause évidemment le conflit des échanges commerciaux entre les États-Unis et la Chine mais surtout le très net tassement de l’activité générale en Chine et ailleurs. La croissance s’affaiblit par exemple en Europe et en Allemagne en particulier où la croissance ne devrait pas dépasser 1 % en 2019 du fait du très net ralentissement des échanges. Les ventes de détail aux États-Unis n’avaient autant baissé aux États-Unis. Elles ont reculé en décembre de 1,2 % selon les statistiques officielles publiées jeudi. Si l’on exclut de ces statistiques l’automobile, l’essence, les restaurants et les matériaux de construction, les ventes de détail s’effondrent de 1,7 %. Même les ventes en ligne auraient baissé.  Pratiquement tous les secteurs sont touchés alors qu’en décembre le consommateur américain affichait un moral encore historiquement élevé, soutenu par des niveaux d’embauche solides dans un contexte de plein-emploi. Michael Feroli, économiste de JP Morgan, avance une hypothèse: les Américains ont pu réduire leurs achats en réaction à l’effondrement de Wall Street qui a effectivement connu en décembre son plus mauvais mois depuis 1931. Si l’on exclut de ces statistiques l’automobile, l’essence, les restaurants et les matériaux de construction, les ventes de détail s’effondrent de 1,7 %. Même les ventes en ligne auraient baissé. Les tensions commerciales dans le monde et la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne constituent aussi des sources d’incertitude pour 2019, selon des propos tenus à l’occasion de la 12e journée annuelle pour les investisseurs organisée par la plus grande banque américaine par les actifs. “Plus on avance, moins on a confiance dans le fait que nous n’assisterons pas à” des changements de taux d’intérêt et à un retournement de l’économie, a déclaré la directrice financière de JPMorgan, interrogée sur les raisons pour lesquelles l’établissement n’avait pas relevé son objectif de rentabilité. La récente baisse du moral des entrepreneurs a fait grimper le risque de récession”, a-t-elle poursuivi. Cependant, a-t-elle ajouté, “l’économie américaine reste tirée par la consommation et les consommateurs sont solides et dynamiques”.

Économie : vers la récession

Économie : vers la récession

Depuis maintenant presque un an certains observateurs qui ne se limitent pas à reprendre bêtement les projections des institutionnels ne cessent d’attirer l’attention sur la phase baissière de l’augmentation du PIB. Cette tendance vaut toutes les économies dans le monde États-Unis exceptés pour l’instant mais qui seront sans doute touchés en 2020. Plusieurs phénomènes d’abord la fin d’un cycle classique de croissance qui n’a pu être prolongée que grâce à une politique monétaire très accommodante. Aujourd’hui l’endettement global public et privé atteint des limites qui nécessairement vont peser sur les équilibres. S’ajoutent à cela des évolutions géo stratégiques qui menacent la paix en tout cas les rapports entre grandes zones. La mode générale est au repli nationaliste, ce qui perturbe de manière sensible le commerce international ; témoin le tassement économique en particulier en Chine. Se pose enfin un problème fondamental à savoir les conditions de répartition de la richesse dans le monde. Aujourd’hui on arrive aux limites raisonnables de la concentration des richesses alors qu’inversement se développe souvent dans les mêmes pays une misère sociale. Les 1 % les plus riches possèdent désormais un peu plus de la moitié (50,1 %) de la fortune mondiale des ménages. 6,4 % La richesse mondiale totale s’est accrue de 6,4 % pour atteindre 28 000 milliards de dollars américains au cours des douze derniers mois. Les craintes sur la croissance française se confirment donc et sont enfin  prises en compte par  la Banque de France publié ce vendredi 11 janvier, le produit intérieur brut (PIB) a ralenti à 0,2% au dernier trimestre 2018 marqué entre autres par le mouvement des « gilets jaunes »(officiellement on avance sans beaucoup d preuves un influence de 0.1%).  Et un coup de frein de l’activité chez ses voisins européens. L’institution bancaire, qui tablait initialement sur une progression de 0,4%, avait déjà révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la période d’octobre à décembre. Ces projections s’alignent donc avec celles de l’Insee qui a également prévu un ralentissement de l’économie française en fin d’année. Les dirigeants des entreprises industrielles interrogés estiment cependant que l’activité devrait ralentir en janvier, souligne la Banque de France.

 

La récession en 2020 ou plus tôt ?

 La récession en 2020 ou plus tôt ?

C’est la question posée par Isabelle Mateos y Lago, directrice générale au BlackRock Investment Institute qui s’inquiètent de la faiblesse de la boîte à outils de la BCE qui a déjà utilisé nombre de cartouches. (Extrait d’un article de Reuters).

« Avec une croissance qui se tasse et une inflation qui refuse obstinément de décoller, l’institution de Francfort n’est pas en situation de donner un tour de vis à sa politique monétaire, déclare à Reuters l’experte du ‘think tank’ du numéro un mondial de la gestion d’actifs. “L’économie de la zone euro dans son ensemble reste à un niveau de croissance qui justifie entièrement une politique monétaire encore très accommodante”, dit-elle. “Par ailleurs, l’encéphalogramme de l’inflation hors énergie et alimentation reste pratiquement plat et le mandat de la BCE est de la faire revenir à un niveau proche de 2%.”“La question est de savoir ce qu’ils feront à la BCE si les Etats-Unis entrent en récession avant qu’ils aient pu relever les taux au niveau où la Fed est aujourd’hui, ce qui sera vraisemblablement le cas”, s’inquiète Isabelle Mateos y Lago.“Très vraisemblablement, la BCE entrera dans la prochaine récession avec très peu de marges de manoeuvre du côté de la politique monétaire et de la politique budgétaire parce que, hormis l’Allemagne, tous les pays sont au taquet en termes de dette. Cette récession économique mondiale que la BCE pourrait avoir du mal à négocier, BlackRock ne la voit pas arriver en 2019, ni même peut-être en 2020. “Notre analyse est que le risque de récession pour l’année prochaine reste relativement faible, inférieur à 20%, mais on entre dans cette phase de fin de cycle où les marchés sont relativement nerveux face à ce thème de récession”, dit Isabelle Mateos y Agoules risques politiques sont loin d’être limités à l’Europe, ajoute-t-elle avant d’évoquer les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et, plus globalement, la montée des populismes et des protectionnismes un peu partout. “C’est un risque qu’on commence à suivre de très près et qui est déjà bien réel aux Etats-Unis et en Italie”, dit-elle. “Le Royaume-Uni n’en est pas très loin et la France en prend le chemin. Le pire n’est jamais sûr mais il est clair qu’il y a une forme d’insatisfaction très forte qui se dégage vis-à-vis du modèle de croissance et de répartition de la richesse qu’on a connu au cours des 10 dernières années.” “Je crois que personne n’a de très bonnes réponses à apporter à cette insatisfaction et le risque est effectivement d’avoir des retours de balancier un peu violents. C’est un gros risque qui crée de l’incertitude et qui menace de peser notamment sur la rentabilité des entreprises.” »

La récession en 2020 ou plus tôt ?

 La récession en 2020 ou plus tôt ?

C’est la question tendue par Isabelle Mateos y Lago, directrice générale au BlackRock Investment Institute qui s’inquiètent de la faiblesse de la boîte à outils de la BCE qui a déjà utilisé nombre de cartouches. (Extrait d’un article de Reuters).Avec une croissance qui se tasse et une inflation qui refuse obstinément de décoller, l’institution de Francfort n’est pas en situation de donner un tour de vis à sa politique monétaire, déclare à Reuters l’experte du ‘think tank’ du numéro un mondial de la gestion d’actifs. “L’économie de la zone euro dans son ensemble reste à un niveau de croissance qui justifie entièrement une politique monétaire encore très accommodante”, dit-elle. “Par ailleurs, l’encéphalogramme de l’inflation hors énergie et alimentation reste pratiquement plat et le mandat de la BCE est de la faire revenir à un niveau proche de 2%.”“La question est de savoir ce qu’ils feront à la BCE si les Etats-Unis entrent en récession avant qu’ils aient pu relever les taux au niveau où la Fed est aujourd’hui, ce qui sera vraisemblablement le cas”, s’inquiète Isabelle Mateos y Lago.“Très vraisemblablement, la BCE entrera dans la prochaine récession avec très peu de marges de manoeuvre du côté de la politique monétaire et de la politique budgétaire parce que, hormis l’Allemagne, tous les pays sont au taquet en termes de dette. Cette récession économique mondiale que la BCE pourrait avoir du mal à négocier, BlackRock ne la voit pas arriver en 2019, ni même peut-être en 2020. “Notre analyse est que le risque de récession pour l’année prochaine reste relativement faible, inférieur à 20%, mais on entre dans cette phase de fin de cycle où les marchés sont relativement nerveux face à ce thème de récession”, dit Isabelle Mateos y Agoules risques politiques sont loin d’être limités à l’Europe, ajoute-t-elle avant d’évoquer les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et, plus globalement, la montée des populismes et des protectionnismes un peu partout. “C’est un risque qu’on commence à suivre de très près et qui est déjà bien réel aux Etats-Unis et en Italie”, dit-elle. “Le Royaume-Uni n’en est pas très loin et la France en prend le chemin. Le pire n’est jamais sûr mais il est clair qu’il y a une forme d’insatisfaction très forte qui se dégage vis-à-vis du modèle de croissance et de répartition de la richesse qu’on a connu au cours des 10 dernières années.” “Je crois que personne n’a de très bonnes réponses à apporter à cette insatisfaction et le risque est effectivement d’avoir des retours de balancier un peu violents. C’est un gros risque qui crée de l’incertitude et qui menace de peser notamment sur la rentabilité des entreprises.”

La récession en 2020 ou plus tôt ?

La récession en 2020 ou plus tôt ?

C’est la question tendue par Isabelle Mateos y Lago, directrice générale au BlackRock Investment Institute qui s’inquiètent de la faiblesse de la boîte à outils de la BCE qui a déjà utilisé nombre de cartouches. (Extrait d’un article de Reuters).Avec une croissance qui se tasse et une inflation qui refuse obstinément de décoller, l’institution de Francfort n’est pas en situation de donner un tour de vis à sa politique monétaire, déclare à Reuters l’experte du ‘think tank’ du numéro un mondial de la gestion d’actifs. “L’économie de la zone euro dans son ensemble reste à un niveau de croissance qui justifie entièrement une politique monétaire encore très accommodante”, dit-elle. “Par ailleurs, l’encéphalogramme de l’inflation hors énergie et alimentation reste pratiquement plat et le mandat de la BCE est de la faire revenir à un niveau proche de 2%.”“La question est de savoir ce qu’ils feront à la BCE si les Etats-Unis entrent en récession avant qu’ils aient pu relever les taux au niveau où la Fed est aujourd’hui, ce qui sera vraisemblablement le cas”, s’inquiète Isabelle Mateos y Lago.“Très vraisemblablement, la BCE entrera dans la prochaine récession avec très peu de marges de manoeuvre du côté de la politique monétaire et de la politique budgétaire parce que, hormis l’Allemagne, tous les pays sont au taquet en termes de dette. Cette récession économique mondiale que la BCE pourrait avoir du mal à négocier, BlackRock ne la voit pas arriver en 2019, ni même peut-être en 2020. “Notre analyse est que le risque de récession pour l’année prochaine reste relativement faible, inférieur à 20%, mais on entre dans cette phase de fin de cycle où les marchés sont relativement nerveux face à ce thème de récession”, dit Isabelle Mateos y Lago.Les risques politiques sont loin d’être limités à l’Europe, ajoute-t-elle avant d’évoquer les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et, plus globalement, la montée des populismes et des protectionnismes un peu partout. “C’est un risque qu’on commence à suivre de très près et qui est déjà bien réel aux Etats-Unis et en Italie”, dit-elle. “Le Royaume-Uni n’en est pas très loin et la France en prend le chemin. Le pire n’est jamais sûr mais il est clair qu’il y a une forme d’insatisfaction très forte qui se dégage vis-à-vis du modèle de croissance et de répartition de la richesse qu’on a connu au cours des 10 dernières années.” “Je crois que personne n’a de très bonnes réponses à apporter à cette insatisfaction et le risque est effectivement d’avoir des retours de balancier un peu violents. C’est un gros risque qui crée de l’incertitude et qui menace de peser notamment sur la rentabilité des entreprises.”

Europe : risque de récession (Moody’s)

Europe : risque de récession (Moody’s)

La première raison mais pas la plus importante la montée des dettes publiques qui entraînent globalement un resserrement budgétaire qui risque d’affecter le niveau de l’activité générale. La seconde est liée à l’endettement du secteur privé encouragé par la politique monétaire accommodante. Le danger pourrait venir d’un relèvement des taux qui viendrait à alourdir encore la dette. L’agence de notation pense  que les outils d’intervention, en dépit de quelques progrès se sont affaiblis et que les marges de la politique monétaire se réduisent à peu de choses. Le risque le plus important concerne la dette du secteur privé est restée à des niveaux « historiquement élevés » au cours de la dernière décennie, entraînant une augmentation des risques pour de nombreux émetteurs en cas de forte remontée des taux d’intérêt, selon l’agence de notation. La hausse de l’endettement se voit également à travers la forte progression du marché des entreprises européennes notées en catégorie « high yield » (haut rendement et haut risque, en dessous de la catégorie dite d’investissement : notes B et en deçà) : leur nombre a triplé depuis 2009 et atteint un niveau record. En conséquence, la qualité des actifs au portefeuille des grands assureurs s’est détériorée, avec une plus grande part d’obligations moins bien notées. Parallèlement les marges d’intervention de la banque centrale européenne se sont réduites. L’agence de notation tient compte évidemment de la situation italienne mais sans le dire explicitement aussi de la situation française caractérisée par une dérive de ses équilibres alors  que la croissance se tasse.

Venezuela : grave récession économique

Venezuela : grave récession économique

Conséquence notamment de la dérive totalitaire,  l’économie du Venezuela, déjà mal en point, va connaître cette année une récession de 7% à 10%, a prédit mercredi le président de la Fedecamaras, la fédération des chambres de commerce du pays, dans le cadre d’un sommet Reuters sur l’investissement en Amérique latine. Carlos Larrazabal juge que la nouvelle assemblée constituante, installée par le président Nicolas Maduro malgré une violente contestation dans la rue, ne fera qu’aggraver une crise économique déjà profonde, qui se traduit par des pénuries de nourriture et de médicaments pour des millions de Vénézuéliens. « Nous ne pensons pas que l’assemblée nationale constituante va être une solution, nous pensons plutôt qu’elle va approfondir, de manière très importante, la grave situation économique que connaissent les Vénézuéliens », a-t-il dit. Pour cet homme d’affaires de 60 ans ayant fait ses études aux Etats-Unis, le Venezuela doit tourner le dos au modèle socialiste promu par Nicolas Maduro dans le sillage de son prédécesseur Hugo Chavez. « Le secteur privé fait partie de la solution et ne fait pas partie du problème », a-t-il déclaré, interrogé au siège de la Fedecamaras. Cette institution est en froid avec le gouvernement depuis que son président de l’époque, Pedro Carmona, a brièvement assumé la direction du pays lors d’un coup d’Etat finalement mis en échec contre Hugo Chavez en 2002. Malgré l’absence de statistiques officielles depuis près de deux ans, des données obtenues en début d’année par Reuters indiquent que l’économie vénézuélienne s’est contractée de 18,6% en 2016, soit sa pire récession en 13 ans.

Grande-Bretagne : récession probable

Grande-Bretagne : récession probable

Comme c’était prévisible la Grande-Bretagne risque d’entrer en récession dès le troisième trimestre alors qu’on attendait une croissance de 0, 6 % sans le brexit. C’est surtout l’incertitude sur les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’union économique européenne qui nourrit l’attentisme des investisseurs et des ménages. Or comme la Grande-Bretagne a décidé de prendre son temps pour négocier avec l’Europe la période des incertitudes risque de se prolonger entraînant la croissance vers le rouge. Du point de vue économique il n’est pas certain que la stratégie de négociation choisie par la Grande-Bretagne se révèle la plus efficace. En effet en décidant de prendre son temps le gouvernement nourrit les inquiétudes L’enquête Reuters montre qu’ils anticipent désormais une contraction du produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne lors du trimestre en cours et du suivant, à chaque fois de 0,1%, ce qui est la définition technique d’une récession. « La récession sera essentiellement due à une baisse prononcée de l’investissement des entreprises dans les mois à venir », prédit Samuel Tombs, chez Pantheon Macroeconomics. « La plupart des entreprises vont s’abstenir d’investir tant qu’il n’y aura pas un peu plus de clarté sur le fait de savoir si nous allons ou non rester au sein du marché unique (…) et en attendant de voir combien d’autres entreprises sont touchées par le Brexit. »  Dans un premier temps, la Banque d’Angleterre a surpris les marchés en décidant de ne pas modifier sa politique monétaire en juillet. Elle a frappé jeudi dernier en réduisant d’un quart de point son principal taux directeur à un plus bas record de 0,25% et en relançant un programme de rachat d’actifs. Sa marge de manoeuvre apparaît désormais plus limitée et l’enquête Reuters conclut que, dans l’immédiat, la BoE n’amplifiera pas son programme d’assouplissement quantitatif, de 435 milliards de livres (505 milliards d’euros) pour l’instant. (Avec Reuters)

Grande-Bretagne : baisse des taux pour éviter la récession

Grande-Bretagne : baisse des taux pour éviter la récession

 

Officiellement la banque d’Angleterre prévoit un net ralentissement de l’économie en 2017 avec une prévision de 0,8 % (au lieu de 2,3 % qui étaient prévus avant le brexit). Toutefois la décélération pourrait être encore plus importante et l’activité pourrait flirter avec le rouge. Du coup, pour redynamiser l’économie, la Banque d’Angleterre (BoE) a abaissé jeudi son taux directeur pour la première fois depuis 2009 et relancé son programme de rachat d’obligations pour faire face aux effets sur l’économie du vote des Britanniques en faveur d’une sortie de l’Union européenne. L’institut d’émission se tient prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la stabilité financière et n’exclut pas de baisser encore les taux mais écarte l’idée de les faire passer en territoire négatif, a déclaré son gouverneur, Mark Carney. La BoE, qui a baissé son taux directeur d’un quart de point, le ramenant à 0,25%, anticipe une stagnation de l’économie britannique pour le reste de l’année et s’attend à une croissance faible tout au long de l’an prochain. Si la baisse des taux, votée à l’unanimité par les neuf membres du conseil de politique de la BoE, était attendue par les économistes, la décision d’augmenter de 60 milliards de livres le programme d’assouplissement quantitatif, ainsi porté à 435 milliards de livres, l’était moins. L’élargissement de ce programme de rachat d’obligations, qui a été voté par six voix contre trois, durera six mois. La banque centrale a également lancé deux nouveaux programmes, dont l’un pour le rachat de 10 milliards de livres d’obligations d’entreprises de bonne qualité et l’autre, dont le montant pourrait atteindre 100 milliards de livres, pour s’assurer que les banques continuent à prêter malgré la baisse des taux.

Royaume-Uni : un plan de relance pour éviter la récession

Royaume-Uni : un plan de relance pour éviter la récession 

Face aux menaces de récession suite au brexit le gouvernement britannique a décidé de relancer la croissance par un soutien à son industrie et à la consommation. Pour l’année 2017,  on attendait une croissance supérieure à 2 % mais s’il faudra sans doute se contenter de 0,6 % voir envisager la récession. L’activité générale pourrait en effet tomber dans le rouge. Du coup la banque d’Angleterre va sans doute décider une baisse des taux actuellement de 0,5 % pour passer à 0,25 % voire  à zéro.  Les indicateurs peu rassurants se multiplient depuis le vote en faveur du Brexit avec notamment l’annonce d’une forte contraction de l’activité du secteur manufacturier en juillet. Theresa May, a donc annoncé un plan de soutien à l’industrie et aux salaires ». « Il nous faut une véritable stratégie industrielle qui se concentre sur une amélioration de la productivité, qui récompense ceux qui travaillent dur par de plus hauts salaires, et crée plus d’opportunités pour que les jeunes gens, quel que soit le milieu dont ils sont issus, aillent aussi loin que là où leur talent les porte », avait-elle notamment déclaré. Et hier, 2 août, à Londres, à l’issue d’une réunion avec onze de ses ministres, la nouvelle Première ministre persévérait dans cette voie en traçant les grandes lignes de son plan destiné à adapter l’économie du pays à l’environnement post-Brexit et à relancer une politique industrielle enterrée il y a trente ans par Margaret Thatcher. Presque une demi-surprise, quand on voit, cet été 2016, que plusieurs autres pays se sont engagés dans une politique de relance. A l’issue de cette première séance de travail de la commission interministérielle sur « la stratégie économique et industrielle », un porte-parole a déclaré dans un communiqué: « La Première ministre a souligné que l’objectif de la nouvelle stratégie industrielle devait être de mettre sur pied une économie qui fonctionne pour tout le monde. » Les ministres réunis ont évoqué les moyens de soutenir l’activité dans tout le pays, dans les régions qui souffrent comme dans celles qui profitent de la mondialisation. Mais, de fait, le défi consiste à enrayer le long déclin du secteur industriel en portant secours aux entreprises mises à mal par la mondialisation, sans pour autant menacer la compétitivité britannique. De son côté, le ministre des Finances, Philip Hammond, a déclaré qu’une réduction de l’écart de compétitivité entre Londres et le sud-est de l’Angleterre, d’une part, et le reste du pays, d’autre part, pourrait entraîner une hausse de 9% de la production. Les ministres se sont mis d’accord sur le fait qu’il faudrait également « créer une économie ouverte aux nouvelles industries, en particulier celles qui vont avoir une influence sur nos vies à l’avenir ». Le volontarisme affiché pourrait donc être destiné à des fleurons historiques de l’industrie britannique, comme le constructeur automobile Jaguar Land Rover ou le groupe aéronautique BAE Systems, mais aussi à des entreprises de nouvelles technologies.

(Avec Reuters)

Royaume-Uni : une récession modérée ?

Royaume-Uni : une récession modérée ?

 

Suite au brexit Goldman Sachs prévoit une récession modérée pour la Grande-Bretagne et une diminution de 0,25 % du PIB tant pour les États-Unis que pour l’Europe. Une diminution en apparence assez faible mais dont le niveau serait susceptible d’affecter de façon notoire l’emploi. En clair pour l’Europe de chômage ce stabiliserait à son niveau actuel au lieu de se résorber. Ce n’est en effet qu’à partir d’un taux de croissance de 1,5 % que le solde des emplois redevient positif et que le chômage diminue. Le Royaume-Uni est susceptible d’entrer en récession dans l’année après s’être prononcée jeudi pour une sortie de l’Union européenne, décision qui va aussi limiter la croissance mondiale, selon les principaux économistes de Goldman Sachs.  »Nous nous attendons maintenant à ce que l’économie (britannique) connaisse une récession modérée d’ici à début 2017″, annoncent dans une note aux clients de la banque d’affaires les économistes Jan Hatzius et Sven Jari Stehn. Ces derniers prévoient que la victoire du « Leave » jeudi va entamer le produit intérieur brut (PIB) britannique d’un pourcentage cumulé de 2,75% dans les 18 prochains mois. Des retombées sur les économies européennes et américaine sont également attendues. La progression du PIB de la zone euro pour les deux prochaines années est attendue en moyenne à 1,25% par la banque, contre 1,5% dans sa précédente prévision, antérieure au scrutin britannique. Pour l’économie américaine, Goldman Sachs anticipe désormais une croissance au second semestre 2016 de 2%, un chiffre révisé à la baisse par rapport à sa prévision initiale de 2,25%.

L’économie britannique : risque sérieux de récession

L’économie britannique : risque sérieux de récession

La récession n’est peut-être pas pour cette année mais la croissance devrait se tasser assez sérieusement après le brexit. On comptait notamment sur une croissance de 0,5 % au second trimestre, croissance qui pourrait être ramenée à zéro. Pour la suite de fortes incertitudes demeurent sur les trimestres suivants, en tout état de cause la croissance pourrait se situer seulement à 1,5 % tout au plus alors qu’on attendait 2 % en 2016. La faute au brexit  mais aussi au tassement général enregistré pour la croissance au plan mondial concernant le second trimestre Le vote des électeurs britanniques en faveur d’une sortie de leur pays de l’Union européenne risque de plonger le Royaume-Uni dans la récession et de forcer la Banque d’Angleterre (BoE) à assouplir encore sa politique monétaire, montre une enquête de Reuters. Selon 70 économistes et responsables de stratégies d’investissements interrogés après le résultat du référendum, la dépréciation de la livre sterling risque de se poursuivre et la médiane de leurs estimations de la probabilité d’une récession en Grande-Bretagne est de 53%. Ces spécialistes estiment que le produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne devrait stagner au deuxième semestre de cette année alors qu’ils tablaient avant le scrutin sur une croissance de 0,5% aux troisième et quatrième trimestres. « Le vote pour une sortie de l’UE a clairement affaibli les perspectives à court terme de l’économie britannique », estime Jonathan Loynes, de Capital Economics. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a déclaré que l’institution évaluerait dans les semaines à venir l’opportunité de nouvelles initiatives de politique monétaire, mais ses marges de manoeuvre sont limitées. Alors que le taux directeur de la BoE est fixé depuis plus de sept ans à 0,5%, son plus bas niveau historique, les observateurs interrogés avant le scrutin estimaient que sa prochaine modification serait une hausse. Les économistes et investisseurs interrogés estiment en outre que la livre sterling, déjà en forte baisse, devrait encore se déprécier (1,37 dollar). La faiblesse de la livre faisant mécaniquement monter le prix des importations, l’inflation britannique pourrait atteindre 3% d’ici deux ans, un niveau supérieur à l’objectif de 2% que s’est fixé la BoE, précise l’enquête, ce qui risquerait de compliquer la politique monétaire. Pour les économistes de Barclays, « le MPC de la Banque d’Angleterre choisira d’ignorer le dépassement de l’objectif d’inflation (…) Il va au contraire recourir à un nouvel assouplissement de la politique monétaire face à l’augmentation de l’incertitude et de la volatilité des marchés financiers ».

(Avec Reuters)

Risques de récession mondiale : le G20 toujours aussi vain

Risques de récession mondiale : le G20 toujours aussi vain

 

 

 

Aujourd’hui et demain se réunissent les ministres des finances et les responsables des banques centrales sans doute pour faire le constat d’un ralentissement mondial qui pourrait même conduire à la récession. Le contexte est en effet assez comparable à celui de 2019 avec une crise financière, une baisse structurelle des valeurs boursières, une grande volatilité sur le marché des changes et surtout une demande atone qui se traduit par un net affaiblissement du commerce international. Malheureusement chaque banque centrale joue sa partie de manière individuelle pour peser de manière artificielle sur la masse monétaire, les taux de change et la parité des monnaies. Dit autrement on essaye de donner par la voie monétaire une compétitivité qui ne permettent  pas encore des réformes structurelles à peine entamées. Il est donc vraisemblable que le G20 se montrera toujours aussi vain et qu’il va se contenter une fois de plus de faire un constat sans prendre de décision à la hauteur de l’enjeu. Au risque après la réunion de créer encore davantage d’incertitudes. Encore pour se mettre d’accord encore faudrait-il partager la même vision qui devrait articuler des mesures de politique monétaire, de politique budgétaire et des réformes structurelles. La réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 vendredi et samedi à Shanghaï, en Chine, risque de décevoir ceux qui en espèrent un grand plan concerté de relance de l’économie mondiale et d’apaisement sur les marchés financiers. Aux yeux de certains, la situation actuelle, avec une demande mondiale obstinément atone, des Bourses en baisse et une volatilité sur le marché des changes, est comparable à celle d’avril 2009. La Chine, qui préside le G20 cette année, a érigé en « tâche urgente » le renforcement de la coordination politique et la lutte contre les « débordements négatifs » des mesures prises individuellement, alors qu’elle est elle-même soupçonnée d’avoir contribué à la déstabilisation en pilotant depuis l’été dernier une dépréciation du yuan. D’autres, tels les Etats-Unis et le Japon, comptent insister sur des mesures budgétaires de soutien à l’activité pour relancer l’économie mondiale. « Le tableau global est moins rose qu’il y a un an », juge un responsable italien s’exprimant sous le sceau de l’anonymat, selon lequel la réunion de fin de semaine « ne débouchera probablement sur aucune réponse de court terme à la crise ». Cette absence d’initiative au niveau politique alimente les craintes d’une récession.

‘ (Avec Reuters)

Japon: pratiquement en récession

Japon: pratiquement en récession

 

Au troisième trimestre le Japon avait évité de justesse la réception mais les résultats du quatrième trimestre montrent que désormais le pays qui y plonge. Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a en effet diminué de 0,4% au quatrième trimestre par rapport au précédent, concluant une année 2015 de faible croissance (+0,4%), selon les chiffres préliminaires annoncés lundi par le gouvernement. Depuis une hausse de la TVA en avril 2014, le Japon alterne trimestres de modeste croissance et de contraction, malgré l’ambitieuse stratégie de relance «abenomics» autour de trois «flèches» (relance budgétaire, assouplissement monétaire et réformes structurelles) lancée fin 2012 par le premier ministre Shinzo Abe. Ces derniers mois, le pays a en outre été confronté à l’impact du ralentissement chinois, qui pèse sur le commerce extérieur nippon, et aux turbulences sur les marchés.  Le Japon connaît finalement le même phénomène qu’en Chine, la baisse de la demande internationale se fait sentir sur la production intérieure. Le signe sans doute que l’économie mondiale est encore loin d’être sortie de la crise notamment dans les pays en développement.  La production industrielle a de nouveau reculé en novembre au Japon, illustrant l’impact de l’anémie des marchés émergents sur l’économie nipponne. La production industrielle au Japon a reculé de 0,9% en novembre sur un mois selon les données révisées publiées lundi par le ministère de l’Industrie (Meti). Elle avait augmenté de 1,4% en octobre après +1,1% en septembre, un regain qui suivait deux mois de baisse. Cette évolution en dents de scie témoigne du pragmatisme prudent des entrepreneurs sur fond de reprise fragile de la troisième puissance économique mondiale. En novembre, c’est une moindre fabrication d’équipements industriels, de produits chimiques ou encore de pièces métalliques qui a entraîné le repli d’ensemble, avait expliqué le ministère en annonçant fin décembre la première estimation. . Pour Yoshiki Shinke, chef économiste de l’institut de recherche Dai-ichi Life, les chiffres de novembre sont une mauvaise nouvelle. « Je pensais que la production industrielle avait cessé de chuter, mais elle n’est pas encore assez forte pour parler d’un rebond », dit-il. Les industriels interrogés par le ministère s’attendent cependant à une reprise dans les mois prochains, de 0,6% en décembre et de 6,0% en janvier. . La faiblesse des marchés émergents devrait continuer à peser sur les exportations japonaises, mais des analystes s’attendent à une reprise graduelle de la production industrielle au début de l’année prochaine, tablant notamment sur l’arrivée de nouveaux modèles de voitures. Au troisième trimestre, l’économie japonaise a échappé de justesse  à la récession.

 

Risque de récession mondiale ?

Risque de  récession mondiale ?

 

Rien n’est sûr évidemment et l’exercice de prévision est à la fois difficile et aléatoire. Pour preuve les instituts économiques passent leur temps à réviser leurs pronostics. Dans le milieu de l’année 2015 la plupart de ces instituts prévoyaient une nette reprise de l’activité mondiale pour 2016. Non seulement cette reprise ne ce dessine pas mais on peut même envisager un scénario de récession mondiale en tout cas un très net tassement de la croissance. Le premier souci concerne la situation réelle de la Chine dont la production industrielle recule régulièrement depuis un an. Les statistiques officielles mais très politiques de la Chine font apparaître une augmentation de la croissance proche de 6 %. Certains experts pensent que cette  croissance est sans doute de l’ordre de la moitié, d’autres qu’elle est nulle compte tenu en particulier de la baisse de consommation des matières premières. Or la Chine consomme environ 50 % du pétrole, de l’acier ou encore du ciment utilisé dans le monde. Ce qui explique largement l’écroulement du prix des matières premières. En outre la Chine est affrontée à une énorme crise financière caractérisée par un endettement des entreprises, des collectivités locales et des particuliers. Une crise tellement profonde qu’elle pourrait déboucher sur un Krach. Second sujet de préoccupation les déséquilibres financiers des pays producteurs de matières premières. Ces dont les ressources se réduisent  considérablement et qui n’ont plus les moyens d’acheter aux pays développés. Dans plusieurs pays la situation financière est particulièrement préoccupante : par exemple en Arabie Saoudite, en Russie en Algérie ou au Venezuela. La seule zone vraiment dynamique était celle des États-Unis mais là aussi la croissance s’est tassée au cours du second semestre. Elle n’a même atteint que 0,2 % au dernier trimestre 2015 et les indicateurs markit pour janvier confirment ce tassement (même tendance pour une autre rare zone économique dynamique, le Royaume-Uni qui vient de réduire sa prévision de croissance à 2 %). Partout l’activité générale souffre d’un déséquilibre offre demande. La demande est notoirement insuffisante et pèse sur les prix. À telle enseigne qu’il n’y a plus d’inflation dans de nombreux pays et que les banques centrales qui ajoutent des politiques accommodantes à d’autres politiques accommodantes ne parviennent pas à endiguer le phénomène. Des banques centrales qui par ailleurs en déversant des masses de liquidités favorisent la guerre des monnaies qui déstabilisent un peu plus le commerce international. En fait au mieux les résultats économiques de la zone euro ne seront pas supérieurs en 2016 à ce qu’ils étaient en 2015.L’Allemagne elle même vient enregistrer un recul de son industrie en décembre. Signe que les rares zones dynamiques sont atteintes par le tassement économique mondial.   Pour les États-Unis comme pour le Royaume-Uni, la perspective tourne autour de 2 %. L’Asie elle risque de connaître une croissance insignifiante tandis que les pays en développement producteurs de matières premières seront pour la plupart en récession. Toutes ces incertitudes ce traduisent dans les bourses mondiales par des mouvements de yo-yo permanent dans une tendance orientée structurellement à la baisse. À ces considérations économiques il faut aussi ajouter les risques complexes et dangereux de la situation géopolitiques.

 

Vers une récession mondiale ?

Vers une récession mondiale ?

 

Rien n’est sûr évidemment et l’exercice de prévision est à la fois difficile et aléatoire. Pour preuve les instituts économiques passent leur temps à réviser leurs pronostics. Dans le milieu de l’année 2015 la plupart de ces instituts prévoyaient une nette reprise de l’activité mondiale pour 2016. Non seulement cette reprise ne ce dessine pas mais on peut même envisager un scénario de récession mondiale en tout cas un très net tassement de la croissance. Le premier souci concerne la situation réelle de la Chine dont la production industrielle recule régulièrement depuis un an. Les statistiques officielles mais très politiques de la Chine font apparaître une augmentation de la croissance proche de 6 %. Certains experts pensent que cette  croissance est sans doute de l’ordre de la moitié, d’autres qu’elle est nulle compte tenu en particulier de la baisse de consommation des matières premières. Or la Chine consomme environ 50 % du pétrole, de l’acier ou encore du ciment utilisé dans le monde. Ce qui explique largement l’écroulement du prix des matières premières. En outre la Chine est affrontée à une énorme crise financière caractérisée par un endettement des entreprises, des collectivités locales et des particuliers. Une crise tellement profonde qu’elle pourrait déboucher sur un Krach. Second sujet de préoccupation les déséquilibres financiers des pays producteurs de matières premières. Ces dont les ressources se réduisent  considérablement et qui n’ont plus les moyens d’acheter aux pays développés. Dans plusieurs pays la situation financière est particulièrement préoccupante : par exemple en Arabie Saoudite, en Russie en Algérie ou au Venezuela. La seule zone vraiment dynamique était celle des États-Unis mais là aussi la croissance s’est tassée au cours du second semestre. Elle n’a même atteint que 0,2 % au dernier trimestre 2015 et les indicateurs markit pour janvier confirment ce tassement (même tendance pour une autre rare zone économique dynamique, le Royaume-Uni qui vient de réduire sa prévision de croissance à 2 %). Partout l’activité générale souffre d’un déséquilibre offre demande. La demande est notoirement insuffisante et pèse sur les prix. À telle enseigne qu’il n’y a plus d’inflation dans de nombreux pays et que les banques centrales qui ajoutent des politiques accommodantes à d’autres politiques accommodantes ne parviennent pas à endiguer le phénomène. Des banques centrales qui par ailleurs en déversant des masses de liquidités favorisent la guerre des monnaies qui déstabilisent un peu plus le commerce international. En fait au mieux les résultats économiques de la zone euro ne seront pas supérieurs en 2016 à ce qu’ils étaient en 2015. Pour les États-Unis comme pour le Royaume-Uni, la perspective tourne autour de 2 %. L’Asie elle risque de connaître une croissance insignifiante tandis que les pays en développement producteurs de matières premières seront pour la plupart en récession. Toutes ces incertitudes ce traduisent dans les bourses mondiales par des mouvements de yo-yo permanent dans une tendance orientée structurellement à la baisse. À ces considérations économiques il faut aussi ajouter les risques complexes et dangereux

 

Chine : croissance ou récession

Chine : croissance ou récession

Difficile de dire à quel niveau se situe la croissance tellement les chiffres revêtent un caractère politique pour les autorités. Ce qui paraît certain c’est que La Chine a connu en 2015 sa croissance la plus basse en 25 ans selon une étude réalisée par l’AFP auprès de 18 économistes. Mais ces prévisions se fondent sur des chiffres déjà tirés du passé. On n’y intègre l’évolution en baisse des matières premières (pétrole, ciment, minerai). Mécaniquement la croissance chinoise devrait être très affectée ce dont témoigne la réduction régulière des exportations. Pour justifier cependant d’une croissance encore très confortable, les autorités chinoises indiquent que le secteur des services à compensé la diminution du secteur industriel. Pourtant la consommation ne semble pas repartir puisque les importations se réduisent aussi. Du coup des interrogations de plus en plus fortes émergents sur le niveau réel de croissance certains l’estimant autour de 3 %, d’autres parlants même de récession. Le géant asiatique est un moteur clef de l’économie mondiale et affecte de ce fait le commerce et l’emploi sur toute la planète. Les inquiétudes concernant la santé de l’économie chinoise ont fait chuter les marchés au cours des dernières semaines et mois. L’étude de l’AFP montre que la croissance en 2015 a été la plus faible depuis 1990 où elle était de 3,8% à la suite des évènements sanglants de la place Tienanmenn qui avaient isolé la Chine sur le plan international.  « L’économie réelle continuera de baisser en raison du déstockage, de la réduction des surcapacités et du désendettement », a déclaré à l’AFP l’économiste de cette banque la Nomura, M. Zhao Yang. Il a cité en particulier la baisse de l’investissement dans l’immobilier, un secteur-clef.   »Je ne pense pas que la croissance économique va cesser de décroître en 2016. Elle restera baissière pendant les deux ou trois années à venir », a-t-il souligné.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol