Archive pour le Tag 'zone euro'

Zone euro: petite croissance

Zone euro: petite croissance

 

0.2%, pour la France, c’est un peu mieux pour la zone euro: +0.4% ; L’économie de la zone euro a bien enregistré au deuxième trimestre une petite croissance de 0,4%, conforme à la première estimation, a annoncé vendredi Eurostat, l’institut de la statistique de l’Union européenne, une forte augmentation de l’investissement ayant compensé l’impact négatif du commerce extérieur. En revanche, sur un an, le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays utilisant la monnaie unique a finalement augmenté de 2,1% sur la période avril-juin, contre une hausse de 2,2% annoncée en première estimation. La formation brute de capital fixe a augmenté de 1,2% au cours du deuxième trimestre, ce qui a contribué à hauteur de 0,3 point de pourcentage à la croissance du PIB de la zone. Les variations de stocks et les dépenses des ménages et du gouvernement ont chacune apporté 0,1 point de pourcentage. En revanche, les exportations ont augmenté de 0,6% et les importations de 1,1% sur le trimestre, ce qui donne un impact négatif du commerce extérieur de 0,2 point de pourcentage. Le commerce extérieur avait eu un impact négatif aussi au premier trimestre, mais positif pour les deux derniers de 2017.Les plus faibles croissances ont été le fait de la France, de la Grèce et de l’Italie, toutes à 0,2% d’un trimestre sur l’autre, alors que les plus fortes ont été enregistrées à Malte, en Estonie et en Slovaquie, à respectivement 1,9%, 1,4% et 1,1%. La croissance de l’économie allemande a été de 0,5%.

Zone euro : Merkel salue Macron mais le soutient mollement

Zone euro : Merkel salue Macron mais le soutient mollement  

 

Macron a reçu la distinction Charlemagne mais pas l’accord de Merkel sur ses propositions de réforme européenne. Merkel salue d’autant plus l’action de Macron pour l’Europe qu’elle ne soutient pas grand-chose de ses propositions; une attitude très diplomatique pour flatter l’égo de Macron tout en s’opposant à la solidarité financière voulue par la France. Pas question d’accepter un budget européen, un vrai fonds monétaire européen (on va simplement transformer le MES), un ministre européen, un grand plan d’investissement et encore moins une solidarité financière. Les positions allemandes et françaises sont aussi très différentes vis-à-vis des Etats Unis. L’Allemagne souhaiterait bien négocier avec les Etats-Unis, bref composer pour ménager ses exportations quand la France refuse tout simplement et veut des mesures de rétorsion à l’augmentation des droits de douane sur l’alu et l’acier.   Pourtant la chancelière estime que la coopération franco-allemande fonctionne “très bien” et que le président français mérite amplement le prix Charlemagne – décerné pour services rendus à l’unification européenne –. “Depuis sa prise de fonctions, il a donné à l’Europe une dynamique considérable, avec plein d’élan et d’espoir”, a-t-elle dit. Malgré les mots chaleureux de la chancelière, Emmanuel Macron a reçu un soutien très tiède en Allemagne concernant ses propositions de réforme de la zone euro. Sur les questions commerciales, les ministres européens doivent encore surmonter leurs désaccords avant de confier à la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, un mandat clair pour les négociations avec les Etats-Unis avant la nouvelle date butoir du 1er juin fixée par Donald Trump pour imposer à l’UE ses droits de douane. Signe que Berlin maintient sa ligne face à la France, le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, appelle de ses voeux un accord commercial entre l’UE et les Etats-Unis, qui porterait essentiellement sur le secteur industriel et déboucherait sur une baisse générale des droits de douane. Le ministre déclare à l’édition dominicale du FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung) que le TTIP (Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement) s’est “révélé irréalisable”, mais ajoute : “Nous devons envisager de faire quelque chose de neuf, comme une entente sur un choix de produits industriels”, dit-il. “Je mets vivement en garde contre le risque d’être aspiré dans une spirale d’isolement”, dit Altmeier en se déclarant “fortement favorable à un accord avec les Etats-Unis”.

Chômage: baisse tendancielle en zone euro

 

En moyenne selon les derniers chiffres de l’office de statistiques européen, le taux de chômage en zone euro s’est établi à 8,8% en octobre 2017 (autour de 9.5% pour la France et 6.6% en Allemagne). , soit  une baisse par rapport au taux de 8,9% de septembre 2017 et au taux de 9,8% d’octobre 2016. Des taux de chômage par pays qui évolue de 3 à 20%. Du côté de l’Union européenne, le taux de chômage s’est établi à 7,4% en octobre 2017, en baisse par rapport au taux de 7,5% de septembre 2017 et au taux de 8,3% d’octobre 2016. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans l’UE28 depuis novembre 2008. Ce chiffre est légèrement meilleur que celui anticipé par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur 8,9%, soit le même niveau qu’en septembre. Parmi les Etats membres, les taux de chômage les plus faibles en octobre 2017 ont été recensés en République tchèque (2,7%), à Malte (3,5%) ainsi qu’en Allemagne (3,6%). Les taux de chômage les plus élevés ont quant à eux été enregistrés en Grèce (20,6% en août 2017) et en Espagne (16,7%). En glissement annuel, le taux de chômage a baissé dans tous les Etats membres excepté en Finlande où il est resté stable. « Les baisses les plus marquées ont été observées à Chypre (de 13,1% à 10,2%) et en Grèce (de 23,4% à 20,6% entre août 2016 et août 2017) ». En France, le chômage s’est élevé à 9,4% de la population active en légère baisse par rapport à septembre (-0,1%). Malgré plusieurs signes d’embellissement, les jeunes sont toujours frappés par un chômage important. Selon les chiffres publiés ce jeudi, le taux de chômage des jeunes s’est établi à 16,5% dans l’UE28 et à 18,6% dans la zone euro, contre respectivement 18,2% et 20,3% en octobre 2016. Les taux les plus faibles en octobre 2017 ont été observés en Allemagne (6,6%) et en République tchèque (7,2%), tandis que les plus élevés ont été enregistrés en Grèce (40,2% en août 2017), en Espagne (38,2%) et en Italie (34,7%). Les jeunes des pays de l’Europe du Sud, qui ont subi la crise économique de plein fouet et des mesures d’austérité à répétition, ont ainsi été durement touchés .

L’idée d’un budget de la zone euro : courageux mais téméraire

L’idée d’un budget de la zone euro : courageux mais téméraire

Cette idée française de créer un budget de la zone euro est considérée comme courageux par le président de l’Eurogroupe mais qui implicitement la considère comme un peu téméraire au regard des réticences allemandes. L’idée française est en effet de créer à l’intérieur de la zone euro un budget, avec un ministre des finances et un parlement spécifique. Une proposition que les Allemands prennent avec des pincettes surtout inquiets de la possibilité d’une dérive vers la mutualisation des dettes. Le président de l’Eurogroupe Dijsselbloem  esquisse des pistes de réflexion pour tenter de rendre compatibles les positions françaises et allemandes mais les divergences sont  encore importantes entre les deux pays concernant l’importance de ce budget,  les conditions de sa mise en œuvre et même sur son utilité. La grande question est de savoir si ce budget aurait pour objet  d’établir une certaine solidarité financière entre les membres de la zone euro  ou bien de se limier  à des prêts visant à assainir les finances des Etats et à moderniser leur économie. De ce point de vue,   le mécanisme européen de stabilité (MES), créé pour soutenir les Etats en difficulté pendant les crises financières, et la Banque centrale européenne (BCE) jouent  déjà ce rôle qui pourrait être étendu. Mais là encore tout dépend de l’ampleur.  La chancelière allemande, Angela Merkel a mollement soutenu le concept de budget commun en se déclarant favorable à un budget “réduit”, tandis que le ministère des Finances allemand a jugé la semaine dernière que ce budget n’était pas utile.  On estime en Allemagne que le MES pourrait se transformer en fonds monétaire européen et qu’il n’est nul besoin d’autres solidarité financière. En fait  tout tourne autour de l’importance des sommes mises en jeu dans l’outil financier nouveau et sur sa finalité : ou bien un outil de prêt ou bien une mutualisation des ressources et des dettes. Maintenant que les élections allemandes sont passées il n’est pas certain que macro parvienne à convaincre les Allemands.

Zone euro : 1000 milliards de créances douteuses

Zone euro : 1000 milliards de créances douteuses

Les créances douteuses ont plus que doublé dans la zone euro depuis 2009 pour frôler les 1.000 milliards d’euros fin 2014, selon les données du Fonds monétaire international. Ces prêts difficiles ou impossibles à recouvrer constituent un fardeau pour les banques et limitent leur activité de crédit. La BCE a soumis à des banques de la zone euro, parmi lesquelles les italiennes Monte dei Paschi di Siena et UniCredit, un questionnaire au sujet de leurs créances douteuses, a-t-on ajouté, soulignant que ces établissements avaient été choisis pour former un « échantillon représentatif » et non à cause de leurs difficultés propres. La démarche de la BCE a fait chuter les cours de Bourse des banques italiennes lundi et mardi mais les sources bancaires ont assuré que des banques de tout le continent faisaient partie de l’échantillon. Avec les informations obtenues, la BCE compte préparer des directives sur les pratiques à observer en matière de créances douteuses. Ces directives serviront aux équipes de supervision de la BCE lorsqu’elles auront à formuler des recommandations aux banques. Un porte-parole de la BCE a déclaré que la demande d’information était une « pratique standard en matière de supervision. »

Production industrielle + 0,8% en zone euro, seulement 0.3% pour la France

Production industrielle + 0,8% en  zone euro, seulement 0.3% pour la France

Seulement 0.3% pour la France quand la production industrielle dans la zone euro a augmenté de 0,8% en avril, un chiffre deux fois plus élevé qu’attendu pour l’Europe , grâce aux secteurs de l’énergie et des biens de consommation courante, montrent les statistiques officielles publiées jeudi, de bon augure pour la croissance. La baisse de la production en mars a été révisée à -0,4%, contre -0,3% annoncé initialement.  Par rapport à avril de l’an dernier, la production industrielle des 18 pays utilisant la monnaie unique a progressé de 1,4%, après +0,2% en mars.  Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne pour avril une hausse de 0,4% par rapport au mois précédent et de 0,9% en rythme annuel. La hausse d’avril, la plus forte enregistrée depuis cinq mois, intègre entre autres un bond de 2,5% de la production d’énergie et une augmentation de 2,1% de celle du secteur des biens de consommation non-durables. Les biens d’équipement sont le seul secteur dont la production a baissé en avril, de 0,1%.

 

Zone euro : récession en 2013

Zone euro : récession en 2013  

Il n’y a pas photo, la zone euro est en récession en 2013 tandis que par exemple la Grande Bretagne et les Etats Unis connaissent une hausse de 2%. En cause évidemment une politique d’austérité brutale imposée par Bruxelles (en cours d’adoucissement mais c’est trop tard et trop peu) et d’une politique de la BCE insensible à l’activité économique (en tout cas avec une politique accommandante très insuffisante).Le PIB de la zone euro a progressé de 0,3% au quatrième trimestre, selon les chiffres d’Eurostat publiés ce vendredi 14 février, soit 0,1% de plus que prévu. Mais sur l’année, la zone enregistre un recul de 0,4%. Après la croissance de la France, légèrement au-dessus des attentes, c’est au tour de la zone euro de faire mieux que prévu. La croissance a accéléré au quatrième trimestre et est ressortie légèrement au-dessus des attentes des analystes, a indiqué ce vendredi 14 février l’office européen des statistiques Eurostat, en publiant une première estimation du Produit intérieur brut (PIB). D’octobre à décembre, le PIB de la zone euro a progressé de 0,3%, après une hausse de 0,1% les trois mois précédents. C’est mieux que prévu: la plupart des analystes tablaient sur une hausse de 0,2%. En revanche, sur l’ensemble de l’année 2013, le PIB de la zone euro s’est contracté de 0,4%, un chiffre conforme aux prévisions. La Commission européenne prévoit une croissance de 1,1% en 2014.  L’Europe reste à la traîne par rapport aux Etats-Unis, qui ont affiché une croissance de 0,8% au quatrième trimestre (après +1,0% au troisième). Même constat avec le Royaume-Uni, qui affiche une santé insolente avec une croissance de 0,7% fin 2013 et de 1,9% sur l’ensemble de l’année. Pour 2014, la Banque d’Angleterre (BoE) vient même de relever sa prévision de croissance et table désormais sur une hausse de 3,4%. La croissance de l’Union européenne dans son ensemble (28 pays) a été de 0,4% au quatrième trimestre et de 0,1% en 2013, selon Eurostat. Elle devrait accélérer cette année, avec une hausse du PIB de 1,1%, selon les prévisions de Bruxelles

 

Zone eur- croissance: une reprise très timide

 

. Selon la plupart des analystes, le PIB  devrait progresser de 0,2% sur la période d’octobre à décembre, après +0,1% au trimestre précédent.  Plus tôt dans la matinée, sont également attendus les PIB des trois premières économies de la zone euro (Allemagne, France, Italie). Sauf surprise, ils devraient montrer une légère accélération de l’activité en Allemagne mais aussi en France, qui devrait ainsi échapper à un retour en récession.  L’activité économique de la zone euro a dû bénéficier fin 2013 d’un « léger coup de pouce » du secteur industriel, avancent les analystes de Capital Economics. La production industrielle a en effet crû de 0,3% au quatrième trimestre.  En revanche, « le net repli des ventes de détail est un signe moins encourageant » et devrait traduire la faiblesse de la consommation, autre moteur de la croissance avec les exportations.  Les chiffres du PIB devraient « globalement confirmer le scénario de redressement progressif de l’activité dans la zone euro », estime la maison de courtage Aurel, même si « le niveau d’avant la récession ne devrait pas encore être rattrapé ».  La zone euro est sortie au deuxième trimestre 2013 de la plus longue phase de récession de son histoire, qui s’était prolongée pendant 18 mois.   »Un niveau d’activité encore significativement plus faible que cinq ans auparavant signifie notamment que des capacités de production inutilisées perdurent », en premier lieu sur le marché du travail, souligne-t-on chez Aurel, alors que le chômage évolue toujours à des niveaux record d’environ 12% dans la zone euro.  A ce climat difficile, s’ajoutent désormais les craintes de déflation. En janvier, l’inflation a ralenti à 0,7%, après 0,8% en décembre et 0,9% en novembre.  Moins spectaculaire que l’inflation galopante, la déflation est tout aussi dangereuse car elle crée un cercle vicieux dont il est difficile de sortir, comme l’illustre la situation du Japon, aux prises avec ce mal depuis 15 ans. Face à des prix qui baissent, les consommateurs diffèrent leurs achats, les entreprises réduisent leur production et finissent par baisser les salaires voire supprimer des emplois. Résultat: la machine économique est complètement grippée.  La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a récemment mis en garde contre « des risques croissants de déflation qui pourraient être désastreux pour la reprise », affirmant que cet « ogre doit être combattu ».  Mais cette analyse n’est pas partagée par tous. Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, vient de récuser ce scénario. « Il n’y a pas de déflation en zone euro », a-t-il assuré la semaine dernière. Il a toutefois admis qu’une « inflation faible prolongée est un risque pour la reprise » et « pour le niveau de la dette ». « Nous sommes en état d’alerte concernant ces risques et sommes prêts à agir », a-t-il assuré.

Croissance Zone euro : forte augmentation sauf en France

Croissance Zone euro : forte augmentation sauf en France

 

Croissance partout en zone euro en janvier sauf en France (où cependant la contraction est moins forte) Le secteur manufacturier de la zone euro a enregistré en janvier sa plus forte croissance depuis mai 2011 avec un indice PMI qui a atteint 54,0 contre 52,7 en décembre, selon les résultats définitifs de l’enquête Markit publiés lundi. Dépassant légèrement la première estimation (53,9) annoncée le 23 janvier, l’indice PMI progresse pour le quatrième mois consécutif et s’éloigne encore un peu plus de la barre de 50 qui marque la frontière entre contraction et croissance. « Le renforcement de la croissance manufacturière résulte des fortes expansions de la production, du volume des nouvelles commandes et des nouvelles commandes à l’export, ces trois variables affichant leur plus fort taux d’expansion depuis avril 2011″, précise Markit dans un communiqué. « Le niveau actuel de l’indice de la production est conforme à une croissance trimestrielle d’au moins 1% », ajoute la société d’études. En Allemagne, l’indice PMI manufacturier a atteint 56,5 en janvier, témoignant de la plus forte croissance du secteur depuis mai 2011, selon les résultats définitifs de l’enquête Markit publiés lundi. En version flash, l’indice avait été annoncé à 56,3, contre 54,3 en décembre. « Le secteur manufacturier est passé à la vitesse supérieure au début 2014, commente Oliver Kolodseike, économiste chez Markit. « La forte hausse des entrées de commandes a été soutenue par un raffermissement de la demande à la fois en Allemagne et à l’étranger, notamment en Asie et aux Etats-Unis. » Le sous-indice mesurant les entrées de commandes à l’export a progressé pour le troisième mois consécutif pour atteindre un pic de 33 mois. S’agissant de la France, la contraction de l’activité dans le secteur manufacturier a nettement ralenti en janvier, selon les résultats définitifs de l’enquête PMI publiés lundi par Markit. L’indice global du secteur ressort à 49,3, au plus haut depuis le mois de septembre, et se rapproche de la barre des 50 qui sépare contraction et croissance. En première estimation, il avait été annoncé à 48,8 le 23 janvier, contre 47,0 en décembre. Selon Markit, le volume des nouvelles commandes reçues par les industriels a augmenté avec une croissance de celles en provenance de l’étranger pour la première fois en trois mois. « Bien que la reprise reste évasive, il est à espérer que le nouveau programme de réformes lancé par le président Hollande se traduise par un électrochoc pour le climat des affaires et provoque un retour de la croissance », estime Jack Kennedy, économiste de Markit, cité dans un communiqué. Les enquêtes de Markit sur le climat des affaires dans le secteur manufacturier ont été au cours des derniers mois plus pessimistes que celles de l’Insee ou de la Banque de France. Au Royaume-Uni, la croissance du secteur manufacturier a légèrement décéléré en janvier, tout en restant à des niveaux élevés, et le premier mois de l’année a surtout été marqué par un bond des entrées de commandes à l’export, selon l’enquête mensuelle de Markit. L’indice PMI manufacturier s’est tassé à 56,7 contre 57,2 en décembre, chiffre révisé à la baisse, et alors que les économistes l’attendaient en moyenne à 57,0. Il retombe ainsi à son plus bas niveau depuis trois mois mais reste très au-dessus de sa moyenne historique à 51,3. « Le rythme d’expansion de la production a légèrement ralenti depuis quelques mois mais la croissance reste l’une des plus élevées depuis les débuts de l’enquête il y a 22 ans », a commenté Rob Dobson, économiste chez Markit. Si le marché intérieur est resté le principal pilier de l’économie, les commandes à l’exportation ont atteint leur meilleur niveau depuis février 2011 avec un sous-indice à 57,5. L’emploi, de son côté, a progressé pour le neuvième mois d’affilée mais à un rythme légèrement ralenti. L’industrie représente environ 10% du PIB britannique.

 

Zone euro : chômage stable à 19 millions de chômeurs

Zone euro : chômage stable à 19 19 millions de chômeurs

Si la situation économique semble frémir,  par contre rien ne change encore en matière d’emploi en zone euro.. Au mois de novembre, le chômage  est resté quasiment stable avec 4.000 demandeurs d’emploi supplémentaires par rapport à octobre, a annoncé l’office européen de statistiques Eurostat,.  Le taux de chômage s’élève toujours à 12,1% de la population active, un chiffre qui n’a pas évolué depuis avril. Au total, 19,241 millions de personnes étaient au chômage dans la zone euro en novembre, soit 452.000 de plus qu’un an plus tôt, a précisé Eurostat.  Dans l’ensemble de l’Union, le taux de chômage était de 10,9% en novembre, stable depuis mai. Au total, 26,553 millions de personnes étaient au chômage en novembre dans l’ensemble des 28. Le taux de chômage était de 26,7% en Espagne, et de 27,4% en Grèce, pays pour lequel les dernières données disponibles remontent à septembre. A l’autre extrémité du spectre, les taux les plus faibles ont été observés en Autriche (4,8%), en Allemagne (5,2%) et au Luxembourg (6,1%). En France, il s’élève à 10,8%. Le chômage des jeunes, quant à lui, reste toujours aussi préoccupant dans la zone euro: en novembre, il s’est élevé à 24,2% de la population active des moins de 25 ans. Ce qui correspond à 3,575 millions de personnes. Il atteint des niveaux record en Espagne (57,7%) et en Grèce (54,8% en septembre).

Chômage zone euro : toujours au niveau record

Chômage zone euro : toujours au niveau record

Preuve que la croissance ne redémarre pas vraiment (+1% prévu seulement en 2014),le taux de chômage est resté inchangé à 12,1% en novembre dans la zone euro, un niveau record auquel il est coincé depuis huit mois, selon des données publiées mercredi par Eurostat. Dans les 17 pays utilisant la monnaie unique, 19,2 millions de personnes sont ainsi recensées comme étant sans emploi. Le taux de chômage des moins de 25 ans est resté stable à 24,2%.

Emploi : à l’équilibre en zone euro sauf en France

Emploi : à l’équilibre en zone euro sauf en France

 

La sous-composante de l’emploi dans la zone euro s’est, pour la première fois en deux ans, établie à 50 en décembre, ce qui signifie que le solde net entre licenciements et embauches est à l’équilibre après 24 mois de suppressions de postes. Autre élément plutôt favorable pour l’avenir : les nouvelles commandes ont enregistré leur rythme de croissance le plus soutenu depuis juin 2011. L’Allemagne, première puissance économique de la zone euro, a vu son secteur privé enregistrer en décembre un huitième mois consécutif de croissance, malgré un ralentissement marqué dans le domaine des services. En dehors de la zone euro, le secteur des services en Grande-Bretagne a subi une légère décélération de sa croissance mais l’économie britannique reste bien partie pour enregistrer en 2013 sa meilleure année depuis 2007. En revanche, même si elle est moins marquée qu’initialement prévu, la contraction de l’activité du secteur privé français s’est poursuivie le mois dernier. L’indice PMI composite s’est ainsi replié à 47,3 après 48,0 en novembre. « La détérioration de la conjoncture se poursuit dans le secteur des services français, l’activité enregistrant en décembre sa plus forte baisse mensuelle depuis six mois » souligne Jack Kennedy, économiste chez Markit. En Italie, le secteur des services s’est contracté pour le deuxième mois de suite en décembre, ce qui suggère que la troisième puissance économique de la zone euro continue d’éprouver des difficultés à s’extirper de sa pire récession depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale. L’économie italienne n’a plus connu de croissance depuis la mi-2011. Au troisième trimestre 2013, le produit intérieur brut (PIB) est resté inchangé. La plupart des analystes anticipent une modeste hausse du PIB italien sur les trois derniers mois de l’année mais selon Phil Smith, économiste chez Markit, la sous-performance des services annule les effets de l’amélioration constatée dans le secteur manufacturier.

Activités : amélioration en fin d’année en zone euro sauf en France

Activités : amélioration en fin d’année en zone euro sauf en France

 

Amélioration de l’activité en zone euro sauf en France. Le secteur privé de la zone euro a vu sa croissance s’accélérer en décembre, grâce notamment à une stabilisation du marché du travail, et cette tendance devrait se poursuivre au cours des premiers mois de 2014, selon les résultats définitifs, publiés lundi, des enquêtes menées par Markit auprès de directeurs d’achat (PMI). Mais, comme le suggérait déjà de précédentes enquêtes, la France et, dans une moindre mesure, l’Italie, restent à l’écart de l’amélioration de la conjoncture constatée dans l’Europe dans son ensemble. D’après les enquêtes réalisées par Markit auprès de milliers d’entreprises, l’indice PMI composite, qui prend en compte les données aussi bien du secteur des services que celles du secteur manufacturier, est ressorti à 52,1 le mois dernier, contre 51,7 en novembre. Même s’il est inchangé par rapport à une première estimation publiée il y a deux semaines, cet indice reste supérieur à la barre des 50 séparant croissance et contraction de l’activité. Tiraillées entre d’une côté ces données européennes plutôt encourageantes et, de l’autre, des indices PMI chinois dénotant une décélération de la croissance, les Bourses européennes évoluaient vers la mi-séance sur une note irrégulière autour du point d’équilibre. Seule la Bourse de Madrid (+0,85%) était plus franchement en hausse après la publication d’un indice PMI des services au plus haut depuis près de six ans et demi, une donnée qui laisse entrevoir une reprise plus soutenue que prévu de l’activité de la quatrième puissance économique de la zone euro en 2014. « Même s’ils suggèrent une croissance limitée de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre 2013, les données du PMI montrent une solide amélioration de la santé de l’économie de la zone euro au cours de l’année écoulée », a déclaré Chris Williamson, économiste en chef de Markit, commentant les chiffres de la zone euro dans son ensemble. « Et une croissance plus marquée est vraisemblable pour le premier trimestre 2014″, a-t-il ajouté.

Inflation : trop faible en zone euro

Inflation : trop faible en zone euro

 

La déflation pourrait menacer la zone euro. L’inflation en Allemagne calculée aux normes européennes a nettement ralenti en décembre à 1,2%, un chiffre qui attise les craintes d’une spirale déflationniste dans la zone euro. Plusieurs économistes expliquent que cette décélération des prix à la consommation est due en partie à un changement de la méthode de calcul mais ce chiffre n’en plaide pas moins en faveur de nouvelles mesures de la Banque centrale européenne (BCE) pour prévenir la déflation. A 1,2% en rythme annuel en décembre, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) – la mesure de l’inflation utilisée par la BCE – est inférieur au consensus des estimations d’économistes recueillies par Reuters, qui le donnait à 1,4%, et marque un net ralentissement par rapport à novembre (1,6%). Il s’éloigne en outre de l’objectif de stabilité des prix tel que le définit la BCE, à savoir une inflation « inférieure à mais proche de 2% ». La première estimation de l’inflation dans la zone euro le mois dernier est attendue mardi et le consensus donne un chiffre de 0,9% seulement, inchangé par rapport à novembre. Pour Dirk Schumacher, de Goldman Sachs, le chiffre allemand de lundi pourrait faire tomber l’indice de la zone euro à 0,8%. Un recul à 0,7% de l’inflation en zone euro en octobre avait conduit la BCE à annoncer début novembre une baisse inattendue de son principal taux d’intérêt à 0,25%, un nouveau plus bas historique. Et la banque centrale est d’autant plus incitée à agir que l’Allemagne n’est pas le seul pays dans lequel l’inflation est inférieure à 2%. En France, la hausse de l’indice IPCH est tombée à 0,8% sur un an en novembre.

 

Zone euro : baisse du crédit aux entreprises

Zone euro : baisse du crédit aux entreprises

Signe que les banques ne croient pas beaucoup à un grand redémarrage de l’économie, les crédits au privé diminuent, signe aussi des risques encourus pas la dégradation des marges.  Le crédit au secteur privé en zone euro s’est contracté en novembre à un rythme sans précédent depuis la création de la monnaie unique, renforçant la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) pour qu’elle fasse davantage afin de raviver l’économie de la région. La BCE a réduit ses taux à un niveau historiquement bas tout en injectant massivement des liquidités dans le système bancaire et en annonçant un programme de rachat illimité de dettes souveraines, qu’elle n’a pour l’heure pas mis en œuvre. Ces mesures peinent toutefois à atteindre convenablement l’ensemble des rouages de l’économie de la zone euro. Si la croissance de la masse monétaire M3 de la zone euro a légèrement accéléré en novembre, à 1,5% sur un an après 1,4% le mois précédent, la baisse des crédits accordés au secteur privé s’est accentuée à 2,3% en rythme annuel, montrent les statistiques publiées vendredi par la BCE. Les analystes et économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 1,5% de M3 et un repli du crédit au secteur privé limité à 2,1%. En moyenne mobile sur trois mois, la masse monétaire M3 affiche une hausse de 1,7% par rapport à la période correspondante de 2012, alors que la BCE s’est fixé pour plafond un chiffre de 4,5%. « Ce qui est très inquiétant, c’est qu’il n’y a aucun signe de retournement de tendance dans le crédit des banques aux entreprises de la zone euro, ce qui augmente la pression exercée sur la BCE pour qu’elle agisse », souligne Howard Archer, économiste en chef pour l’Europe de IHS Economics. « Les banques pensent sans doute que la situation économique et les perspectives de nombreux pays de la zone euro alimentent les risques de crédit, en dépit de la modeste amélioration de la croissance depuis le deuxième trimestre. » La revue de la qualité des actifs des banques que la BCE va entreprendre ne pousse pas les établissements à la prise de risque, les incitant au contraire à alléger leurs portefeuilles de prêts. Il est peu probable que la BCE prenne de nouvelles initiatives lors de la première réunion de l’année de son conseil des gouverneurs la semaine prochaine, son président Mario Draghi ayant dit cette semaine qu’il n’y a avait pas besoin d’une action immédiate.

 

Activité manufacturière : hausse en zone euro, baisse en France

Activité manufacturière : hausse en  zone euro, baisse en France

Il se confirme que la France pourrait bien être le futur malade de l’Europe. L’activité manufacturière en zone euro a effet progressé en décembre à son rythme le plus élevé en plus de deux ans et demi, portée par une croissance soutenue en Allemagne et en Italie, tandis que la situation s’est dégradée en France, montrent jeudi les résultats définitifs de l’enquête Markit auprès des directeurs d’achats. L’indice PMI établi par Markit de la zone euro a été confirmé à 52,7 pour le mois dernier, son plus haut niveau depuis mai 2011, après un indice à 51,6 au mois de novembre. La composante de la production a progressé à 54,9, également au plus haut depuis mai 2011. Les commandes nouvelles ont connu leur meilleur rythme de croissance depuis avril 2011 – à 54,1 – et les réductions d’emplois ont été quasi interrompues. Le sentiment est positif dans l’ensemble des pays de la zone euro à l’exception de la France, où l’activité manufacturière s’est contractée à son rythme le plus fort en sept mois avec un indice PMI à 47,0 contre 48,4 en novembre et 47,1 en première estimation. « Le renforcement de la croissance du secteur manufacturier favorise une consolidation de la reprise au sein de la zone euro », commente Chris Williamson, responsable de la recherche économique chez Markit. « Les fabricants faisant état d’une nouvelle hausse du volume global des nouvelles commandes, des ventes à l’export et des arriérés de production, le décor semble posé pour un bon début d’année 2014″, ajoute-t-il. « Le secteur manufacturier devrait en effet pouvoir soutenir une reprise notable, bien que modérée, de l’économie mondiale. » L’économiste salue également une légère progression des prix enregistrée en décembre dans la zone euro, témoignant selon lui d’une amélioration du pouvoir de tarification des entreprises. Le faible rythme d’inflation en zone euro, tout juste à 0,9% en novembre, préoccupe les responsables de la Banque centrale européenne. Les indices manufacturiers suggèrent un essoufflement des tendances à la désinflation, du moins dans les secteurs manufacturiers.

 

Chômage : très légère baisse en zone Euro

Chômage : très légère baisse en zone Euro

. Le taux de chômage s’est établi à 12,1% de la population active en octobre, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un taux inchangé par rapport à septembre, à 12,2%. Au total, 19 millions de personnes se retrouvent sans travail dans la zone euro, caractérisée par de très grandes disparités, avec un taux de chômage limité à 5% en Autriche mais qui culmine à 27% en Grèce et en Espagne. De son côté, l’inflation a remonté à 0,9% en rythme annuel en novembre contre +0,7% le mois dernier, une donnée qui devrait calmer les inquiétudes quant au risque de déflation au sein de la zone euro. Les économistes avaient anticipé une hausse de 0,8% des prix à la consommation. Les données publiées par Eurostat n’ont guère fait réagir les Bourses européennes, toujours en très légère hausse à la mi-séance, dans des volumes étroits en raison de la fête de Thanksgiving aux Etats-Unis. « C’est une bonne surprise, mais le marché du travail reste très déprimé. Il n’est pas sûr que cette légère amélioration de la situation fasse diminuer la pression pesant sur la Banque centrale européenne (BCE) (…) pour qu’elle prenne des mesures de soutien à une reprise fragile », a déclaré Jonathan Loynes, économiste chez Capital Economics. Le point bas des prix à la consommation touché le mois dernier a conduit avec d’autres facteurs la Banque centrale européenne (BCE) à baisser son taux directeur.

Zone euro: « sans relance de la croissance, une génération perdue » (Benoît Coeuré)

Zone euro: « sans relance de la croissance, une  génération perdue » (Benoît Coeuré)

 

Les pays de la zone euro ont un « impératif de solidarité » face à la crise, car faute « d’action résolue » en faveur de la croissance, « le risque est réel de créer une génération perdue », a estimé Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE. « La crise en cours, à travers la contraction des revenus et la hausse du chômage qu’elle a provoquées, suscite de l’incompréhension et parfois de la colère dans de nombreuses régions d’Europe », a déclaré M. Coeuré, selon le texte de son discours prononcé samedi matin devant la 19e Université d’automne de la Ligue des droits de l’Homme, à Paris.   »Le taux de chômage atteignait 12,2% dans la zone euro en septembre 2013, contre 7,6% au début de la crise financière, au deuxième trimestre 2007″ a-t-il poursuivi, soulignant que les jeunes « paient un très lourd tribut avec plus de 3,5 millions de moins de 25 ans sans emploi (…), soit près d’un quart de cette tranche d’âge ».   »Cette situation explique la perte de confiance dans les institutions nationales et européennes. Or on ne peut relever le défi du chômage en revenant aux solutions nationalistes du passé », a estimé M. Coeuré, pour qui « seul un effort conjoint peut faire reculer le chômage de manière soutenable, en utilisant à la fois les instruments nationaux et européens ».   »En l’absence d’action résolue pour la croissance, le risque est réel de créer une +génération perdue+, comme l’Europe l’a fait dans des circonstances plus tragiques, en 1914-1918″, a jugé le responsable de la BCE.   »Les interdépendances et la responsabilité commune qu’implique l’euro créent un impératif de solidarité européenne face à la crise », a-t-il encore affirmé, évoquant un « défi majeur » pour l’UE.

 

Zone euro : reprise fragile et chômage excessif (Draghi)

Zone euro : reprise fragile et chômage excessif (Draghi)

 

Les taux actuels seront maintenus par le BCE a indiqué Draghi qui pense que la reprise est très fragile et qu’il faut privilégier les prêts au secteur privé.  Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré lundi que l’économie de la zone euro restait « fragile » et que le taux de chômage était « toujours beaucoup trop élevé », tout en réaffirmant l’engagement de l’institut d’émission de maintenir ses taux à niveau bas pendant une période prolongée. « La reprise n’en est qu’à ses balbutiements », a-t-il dit lors d’une conférence à Berlin, notant au passage que la hausse de 0,3% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au deuxième trimestre était bienvenue. En juillet dernier, Mario Draghi a rompu avec la tradition de ne jamais rien dire par avance en déclarant que la BCE maintiendrait ses taux à un niveau exceptionnellement bas pendant une période prolongée et qu’elle pourrait même les réduire encore. En s’attachant ainsi à donner aux investisseurs le plus d’indications possibles sur l’évolution prévisible de sa politique monétaire de la zone euro, la BCE a emboîté le pas à la Réserve fédérale américaine et à la Banque d’Angleterre, qui cherchent notamment à apaiser les tensions sur les taux de marché. « Etant donné la modération des anticipations en matière d’inflation à moyen terme, le conseil des gouverneurs de la BCE s’attend à ce que les taux directeurs restent à leur niveau actuel – ou soient abaissés – pendant une période prolongée », a dit Mario Draghi. Il a également déclaré que la reprise des prêts au secteur privé était une priorité.

 

Croissance zone euro : confiance des investisseurs en hausse

 

 

Croissance zone euro : confiance  des investisseurs en hausse

 

L’indice Sentix du sentiment des investisseurs dans la zone euro est repassé en territoire positif en septembre pour la première fois depuis juillet 2011, à +6,5 après -4,9 en août, a annoncé lundi le cabinet d’études Sentix. Il se hisse ainsi à son meilleur niveau depuis mai 2011 et dépasse nettement le consensus établi par Reuters qui donnait -2,8. « C’est la deuxième plus forte hausse de l’indicateur depuis sa création en 2003″, a souligné Sebastian Wanke, analyste chez Sentix. Les 893 investisseurs sondés par Sentix entre le 5 et le 7 septembre se sont montrés nettement plus optimistes tant pour leur situation actuelle que pour leurs perspectives à six mois. Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a progressé à -8,8 contre -22,3, revenant ainsi à son meilleur niveau depuis octobre 2011, et celui sur les anticipations a bondi à 23,0 points contre 14,3 en août.L’indice pour l’Allemagne a atteint 28,4, au plus haut depuis avril 2011, contre 20,3 en août.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol