Archive pour le Tag '11'

Coronavirus France : 11 morts en 24 heures, moins de contaminations

Coronavirus France : 11 morts en 24 heures, moins de contaminations

 

11 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un total de 29.731 décès depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la Santé (DGS).

Ce nouveau bilan ne prend en compte que les données en milieu hospitalier. Les données en Ehpad ne seront pas actualisées avant mardi prochain, a précisé la DGS.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 9.299, soit 192 de moins que mardi. Les services de réanimation traitaient mercredi 658 patients atteints du COVID-19, soit 24 de moins que la veille.

Selon l’agence Santé publique France, 81 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures pour un total de 161.348 diagnostics positifs. Cette hausse est considérablement moindre que celle de 517 annoncée la veille.

Déficit public 2020: 11,4 ou 15 % ?

Déficit public 2020: 11,4 ou 15 % ?

 

Le gouvernement comme de nombreux expert en sont réduits à bien des expédients pour tenter de présenter un budget à peu près présentable.

“Avec -11% de croissance, nous avons désormais -11,4% de déficit (…) jamais la France n’avait (eu) ce chiffre”, a déclaré le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, sur France 2. Les écarts sont tellement importants qu’on peut douter de leur exactitude. Faut-il rappeler qu’à la fin de l’année dernière on envisageait un déficit limité à un peu plus de 2 %. Avec le Coronavirus on a commencé à imaginer un déficit de 9 %. Le résultat final dépendra de deux choses, d’une part de l’importance de la régression économique théoriquement -10 %. Et de la facture finale finançant la crise sanitaire, les entreprises et le pouvoir d’achat

En gros il va manquer au moins 250 milliards de ressources fiscales. Il faudra y ajouter les dépenses supplémentaires déjà évoquées et chiffrées autour de 500 milliards par le ministre de l’économie. Et la liste des aides « à la plupart des secteurs touchés » est loin d’être terminée. Le dernier chiffre connu est sans doute tout aussi approximatif est celui du futur déficit de la sécurité sociale imaginé à 50 milliards d’euros pour 2020 alors qu’on était proche de l’équilibre avant la pandémie . Ce sont des chiffres qui peuvent donner le vertige”, a souligné Gérald Darmanin. Il est clair qu’on ne pourra apurer ses pertes sur une de l’année, il faudra bien compter au moins 10 ans pour s’en remettre d’autant que la fin 2019 s’inscrivait déjà dans une tendance baissière. Le plus vraisemblable est que l’ajustement se fera discrètement -si on peut dire -à travers le réajustement  monétaires avec une forte montée de l’inflation qui viendra grignoter pouvoir d’achat et épargne.

Croissance France: une baisse de 11 % au moins !

Croissance  France: une baisse de 11 % au moins !

Au début ,on avait annoncé une baisse de croissance de leur de 7,5 %. Puis on est passé à une prévision de 8 % maintenant on envisage une régression de 11 %. Le calcul de coin de table est assez facile puisque en gros l’économie française a pratiquement été immobilisée  à hauteur de 50 % pendant deux mois. Résultat la baisse est forcément proche de 10 % et il faudra ajouter les effets  progressifs de la reprise après le déconfinement. En effet ,après la crise de l’offre va se succéder une crise de la demande.

Sans doute pas une crise énorme mais suffisante pour faire baisser encore le niveau de l’activité générale.-Cette hypothèse est renforcée par l’extrême prudence des épargnants qui préfèrent pour l’instant figé leur épargne sur le livret A (ou équivalent) ou même les comptes courants soient au total pas loin de 1000 milliards. Certes toute épargne ne sera pas figée mais certaines dépenses d’investissement voire de fonctionnement seront différées pour les ménages mais cela vaudra aussi pour les entreprises qui vont attendre une reprise suffisamment dynamique à la fois pour réinvestir et réembaucher.

 

“La croissance en France en 2020, la récession plutôt – le terme est plus adapté – sera de -11%”, a déclaré Bruno Le Maire sur RTL.

Ce chiffre figurera dans le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020 qui doit être présenté dans les prochains jours.

Puy du Fou : réouverture le 11 juin mais pas le tourisme et la restauration !

Puy du Fou : réouverture le 11 juin mais pas le tourisme et la restauration !

 

La décision unilatérale du chef de l’État d’autoriser la réouverture du Puy du Fou, qui plus est en Conseil de Défense, instance la plus confidentielle et la plus sensible de la République, a provoqué de nombreuses réactions d’autant que le premier ministre n’y était pas favorable. « Magnifique ce pays où le Président, en plus de décider perso’ de la fermeture des jardins municipaux, mobilise son conseil de défense pour la réouverture du Puy du fou, cinglait dès jeudi soir sur Twitter la tête du parti de gauche, Place publique, Raphaël Glucksmann. Juste dommage pour le festival d’Avignon que son directeur ne soit pas un ami d’extrême droite de Sa Majesté. » Un deux poids deux mesures que dénoncent également l’ancienne ministre de la culture de François Hollande, Aurélie Filippetti, comme le député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, Bastien Lachaud : « Pour Macron, des milliers de restaurateurs et d’hôteliers peuvent attendre mais pas le Puy du Fou de son ami Philippe de Villiers. Avec ce président de la République des copains et des coquins c’est tous les jours. Que reste-t-il de l’égalité ? »

 

Chômage partiel: près d’un million d’entreprises et plus de 11 millions de salariés

Chômage partiel: près d’un million d’entreprises et plus de 11 millions de salariés

Près de 900.000 entreprises qui ont fait des demandes depuis le début de la crise. Le dispositif mis en oeuvre par le gouvernement pour limiter la casse sociale dans les entreprises tournent à plein régime.

La perspective d’un déconfinement progressif le 11 mai prochain devrait permettre à un grand nombre d’établissements de reprendre leur activité, sauf les restaurants, les cafés et les hôtels. « Le dispositif d’activité partielle, qui est l’un des plus généreux d’Europe, restera en place jusqu’au premier juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement, afin d’accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée. Bien sûr, nous continuerons à protéger les personnes vulnérables et les secteurs professionnels qui demeureraient fermés » a expliqué, le Premier ministre.

 

Sondage déconfinement école : 2 parents d’élèves sur 3 sont hostiles à la réouverture des écoles le 11 mai

Sondage déconfinement école : 2 parents d’élèves sur 3 sont hostiles à la réouverture des écoles le 11 mai

 

Plus globalement, 60% des personnes interrogées estiment que la réouverture des écoles est motivée par des raisons économiques, afin de permettre aux parents de reprendre le travail, tandis que 20% seulement considèrent que cette décision a été prise pour des motifs sociaux afin de limiter les risques de décrochage scolaire.

Les Français semblent peu convaincus par la mise en oeuvre des précautions sanitaires annoncées par le ministre de l’Education nationale. Plus d’un Français sur deux (55%) pensent que le respect des gestes barrières et la mise à disposition de savon et gel hydroalcoolique dans les écoles ne seront pas respectés.

Et si une large majorité des personnes interrogées (72 %) se montre favorable à une limitation des effectifs à 15 élèves par classe, elles sont toutefois plus de la moitié (58%) à ne pas croire que cette promesse pourra être tenue.

*Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 22 et 23 avril 2020, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Réouverture des commerces le 11 mai ? ( Lemaire)

Réouverture des commerces le 11 mai ? ( Lemaire)

« Nous souhaitons que tous les commerces puissent rouvrir le 11 mai de la même manière, pour un principe d’équité. La seule différence qu’il pourrait y avoir, mais ça n’a pas encore été tranché (…) c’est est-ce qu’on le fait au niveau national, est-ce qu’il faut tenir compte des disparités régionales, ça c’est une évaluation sanitaire qui devra être faite », a déclaré le ministre. « Il faut que tous les commerces qui rouvrent, les activités qui reprennent se fassent dans des conditions de sécurité sanitaire totale pour les salariés, les entrepreneurs et les commerçants », affirme le ministre

« Je laisse simplement de côté la restauration, les bars et les cafés », qui feront l’objet d’un « traitement spécifique », a-t-il ajouté en défendant pour les autres commerces « un principe d’équité, c’est-à-dire que tout le monde doit être traité de la même manière ». Pour les commerces de la restauration, « rien ne serait pire pour cette profession que de rouvrir dans la précipitation ». Interrogé sur la réouverture des cafés et des restaurants au 15 juin, Bruno Le Maire a indiqué qu’aucune date n’a été fixée pour le moment.

« Nous sortons de la phase de crise et nous allons aborder une deuxième phase qui va être une phase de transition dans laquelle l’activité va reprendre (…). Dans un dernier temps il y aura effectivement un retour à la normale (…), mais nous n’y sommes pas », a prévenu Bruno Le Maire.

Limitation des déplacements entre régions après le 11 mai

Limitation des déplacements entre régions après le 11 mai

D’après notamment France Info « Il faudra limiter les déplacements entre les régions après le 11 mai, c’est une évidence. Le Premier ministre l’a dit dimanche : c’est pas le retour à la vie d’avant », confie un conseiller ministériel à BFMTV. Un autre glisse quant à lui que la limitation des déplacements interrégionaux constitue une « hypothèse de travail ». 

Interrogée sur la question ce mercredi lors du point de presse de sortie du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a dit « ne pas confirmer ces éléments ». « Nous sommes de manière active de en train de travailler a cette stratégie de confinement », a-t-elle ajouté. 

L’une des pistes examinées par le gouvernement est ainsi de ne proposer dans un premier temps qu’une offre limitée de trains et d’avions, avant de faire progressivement repartir le trafic. Les autorités pourraient aussi exiger des Français qu’ils justifient leurs déplacements par un motif sérieux, en établissant des contrôles dans les gares comme au début du confinement. 

 

Coronavirus: autour de 6% infectés au 11 mai

Coronavirus: autour de 6% infectés au 11 mai

 

Il semble bien que la conception de l’immunité collective qui suppose  que 60 70 % de la population soient affectés soit désormais abandonnée. Deux raisons à cela, d’abord les dégâts en termes de victimes seraient considérables ensuite le fait que moins de 6 % sont approximativement infectés. Des chiffres très les approximatifs car la France encore pas procédé à un dépistage massif sur un échantillon représentatif de la population infectée ou non. Moins de 6% de la population française, soit environ 3,7 millions de personnes, devraient avoir été contaminés par le nouveau coronavirus à la date du 11 mai, selon une étude menée par des chercheurs de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS, en collaboration avec Santé Publique France.

Si la réduction de la transmission du nouveau coronavirus résultant du confinement se poursuit sur son rythme actuel, “au 11 mai 2020, date annoncée du début de la levée progressive du confinement (…) environ 3,7 millions de personnes, soit 5,7% de la population devraient avoir été infectés par le SARS-CoV-2”, peut-on lire dans cette étude dont les premières conclusions ont été publiées en ligne par l’Institut Pasteur.

La proportion de personnes ayant déjà été contaminées serait plus élevée en Ile-de-France (12,3%) et dans le Grand Est (11,8%) – deux des régions les plus touchées par l’épidémie – est-il précisé dans un communiqué de presse diffusé mardi par l’Institut Pasteur.

“Ce niveau d’immunité est donc très inférieur au niveau nécessaire pour éviter une seconde vague si toutes les mesures de contrôle devaient être levées”, est-il précisé dans ce communiqué.

Alors que l’immunité collective nécessaire pour éviter une nouvelle flambée épidémique est estimée à 70%, “des efforts importants devront être maintenus au-delà du 11 mai pour éviter une reprise de l’épidémie”, prévient l’Institut Pasteur.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont analysé les données épidémiologiques concernant les nouveaux cas de contamination par ce virus ainsi que les hospitalisations et la mortalité liée au COVID-19 (la maladie que développent certains patients contaminés par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2).

“Dans un contexte de grande incertitude, ces analyses de modélisation permettent de mieux comprendre cette épidémie et l’impact du confinement sur la propagation de SARS-CoV-2”, note l’un des auteurs de cette étude, Simon Cauchemez, responsable de l’unité Modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur, cité dans le communiqué.

Les premiers résultats de cette étude suggèrent également que le confinement a eu un impact conséquent sur la transmission du nouveau coronavirus, en la réduisant de 84%. Le nombre moyen de personnes infectées par un cas (que les chercheurs appellent “R0”) est passé de 3,3 à 0,5 pendant le confinement.

Retraites: appel à une manifestation le 11 janvier

Retraites: appel à une manifestation le 11 janvier

 

 

Consciente sans doute de l’affaiblissement du nombre de grévistes, l’intersyndicale choisit de relancer son mouvement avec une manifestation le samedi 11 janvier. Il se pourrait bien que les protestations syndicales se centrent t désormais sur des journées de protestation le samedi pour compenser les difficultés d’entraîner les secteurs dans la grève. De ce point de vue l’ intersyndicale pourrait s’inscrire dans les pas des gilets jaunes concernant les formes de mobilisation. Dès samedis qui pourraient se répéter dans le temps sans perte de salaire pour la plupart des intéressés mais susceptibles de créer un climat social et politique délétère dans le pays. Les gilets rouges pourraient prendre la suite des gilets jaunes.

L’intersyndicale opposée au projet gouvernemental de réforme des retraites a en effet  appelé vendredi à une journée de manifestations le samedi 11 janvier, deux jours après une journée de grève interprofessionnelle. Dans un communiqué, les syndicats CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef et UNL, qui réclament le retrait du projet de réforme, accusent le gouvernement de “jouer l’enlisement” et le président Emmanuel Macron de “ne rien entendre”.

Ils “appellent à construire les conditions d’une grève interprofessionnelle d’ampleur, dès le 9 janvier, avec des manifestations partout sur le territoire” et à “faire du samedi 11 janvier, une journée de manifestation dans tout le pays”.

Air France : grève les 3, 10 et 11 avril

Air France : grève les 3,  10 et 11 avril

 

 

 

 

Grève, les 3 mais auusi le 10 et 11 avril, pour réclamer une hausse de 6% des salaires. «Nous allons durcir le rythme des mouvements» face à une direction qui, «en n’apportant aucune réponse concrète» aux revendications exprimées «campe sur ses positions et cherche la division», indique un communiqué des organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d’hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et SUD).  L’intersyndicale d’Air France, en conflit salarial avec la direction depuis février, a annoncé dimanche une nouvelle grève, cette fois de deux jours, les 10 et 11 avril, a-t-on appris de sources syndicales. Le personnel d’Air France, tous métiers confondus, a déjà arrêté le travail à trois reprises, les 22 février, 23 et 30 mars. Une quatrième journée est programmée mardi, en même temps que la SNCF, et une autre samedi. La direction a accordé une augmentation générale de 0,6% au 1er avril et 0,4% au 1er octobre. Elle affirme ne pas pouvoir offrir plus, sans fragiliser sa croissance.

 

Smic : les experts condamnent l’augmentation mensuelle de 11 euros !!!

Smic : les experts condamnent l‘augmentation mensuelle de 11 euros !!!

 

 

début 2017, le SMIC a été augmenté d’environ 11 € ; une progression excessive d’après un groupe d’experts régulièrement consultés par les gouvernements. Des experts qui sans doute ignorent des conditions concrètes d’un smicard qui touche un salaire d’un peu plus de 1100 € nets par mois. Pourtant ces spécialistes estiment que le niveau du SMIC est en corrélation avec la hausse du chômage. Certes le SMIC constitue une référence dans nombre de branches et mécaniquement provoque des réajustements salariaux. Ceci étant ce n’est sans doute pas 10 € par mois qui peuvent être responsables du manque de compétitivité de l’économie française. Un manque de compétitivité indiscutable comme en témoigne à nouveau le déficit de la balance commerciale qui atteindra de l’ordre de 50 milliards en 2017 tandis que l’Allemagne enregistre, elle,  un excédent de 250 milliards. D’autres facteurs que ces fameux 10 € sans doute à prendre en compte notamment le manque d’innovation, la faiblesse de la recherche et le trop faible poids d’entreprise de taille intermédiaire. On devrait s’interroger sur les 35 heures  qui d’un coup ont  désorganisé les entreprises.  Enfin ce qui handicape le plus d’économies françaises c’est sans doute à la fois le prélèvement obligatoire et le niveau de dépenses publiques par rapport au PIB. Le fameux comité d’expert cependant  préconise aujourd’hui de revoir le calcul du Smic et de ne plus l’indexer annuellement selon l’inflation et le pouvoir d’achat des ménages. Le 1er janvier, le Smic est augmenté, automatiquement, selon ces données, revalorisation auxquelles peut éventuellement s’ajouter un “coup de pouce” supplémentaire, décidé par le gouvernement. Début 2017, le Smic avait ainsi été augmenté de 0,93%, atteignant 1.480,27 euros brut mensuels. Si les experts prônent une telle réforme du salaire minimum, c’est qu’ils jugent que les modalités actuelles du Smic sont inefficaces pour réduire le chômage et lutter contre la pauvreté

 

Démographie : 11 milliards à la fin du siècle

Démographie : 11 milliards à la fin du siècle

Selon une étude publiée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) ce mercredi, la démographie de la planète a été multipliée par 7 au cours des derniers siècles et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre  »peut-être 11 milliards à la fin du XXIe siècle». A noter surtout l’accroissement de la population de l’Afrique ». Comptant 1,25 milliard d’habitants en 2017, les projections de l’Ined indiquent que le continent pourrait avoisiner les 2,5 milliards d’habitants en 2050, et la population pourrait être multipliée par plus de trois pour atteindre 4,4 milliards d’ici 2100. Le rythme de croissance de la population mondiale devrait ralentir dans les années à venir. La principale explication avancée par l’institut repose sur une diminution de la fécondité. Le nombre d’enfants par femme se situe actuellement à 2,5 contre 5 enfants en 1950.  Au niveau des pays, le classement mondial des pays les plus peuplés durant les trois prochaines décennies pourrait bien changer. Si la Chine (1,38 milliard d’habitants), l’Inde (1,352 milliard d’habitants) et les Etats-Unis (325 millions d’habitants) occupent les trois premières places du podium, l’Empire du Milieu pourrait bien être dépassé par le géant indien. D’après l’institut de recherches, l’Inde pourrait compter 1,67 milliard d’habitants d’ici 2050 dépassant largement la Chine avec 1,343 milliard la même année. Enfin pour la France, les prévisions sont plutôt optimistes. Les chercheurs de l’Ined ont ainsi prévu que la population passerait de 65 millions d’habitants (France métropolitaine) à 72 millions d’ici 2050. Ces chiffres indiquent que la récente baisse de la natalité mentionnée par l’Ined ne devrait pas se poursuivre dans les années à venir.

 

Fiscalité sociétés: une baisse de 11 milliards

Fiscalité  sociétés: une baisse de 11 milliards

 

D’ici 2022, la baisse concernera toutes mes catégories d’entreprise. , d’après les prévisions du gouvernement, un allégement de 11 milliards d’euros, dévoile Les Échos dans son édition de mercredi.  Cette baisse du taux imposition se fera progressivement. Il sera réduit à 25% en 2022 au lieu de 33,33%, comme s’y était engagé Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. La première étape aura ainsi lieu en 2018 où le taux à 28% s’appliquera désormais pour l’ensemble des entreprises pour les bénéfices inférieurs à 500.000 euros. Le précédent gouvernement avait déjà acté une application de ce taux en 2017 à la seule attention des PME jusqu’à 75.000 euros de bénéfices ainsi que son élargissement pour 2018. Les contraintes budgétaires n’ont pas permis à l’exécutif une large marge de manœuvre pour amplifier la dynamique. L’action du gouvernement se fera donc sur les autres années. En 2019, au-delà des 500.000 euros de bénéfices, le taux appliqué sera désormais de 31% puis de 28% en 2020. Une trajectoire déjà actée par le précédent gouvernement, mais avec quelques nuances d’application quant à la taille des entreprises concernées. La baisse se poursuivra ensuite en 2021 à hauteur de 26.5% puis de 25% en 2022. Autre modification par rapport à la trajectoire prévue par l’ancienne majorité: le taux réduit de 15% réservé aux entreprises réalisant moins 38.120 euros de bénéfice annuel et disposant d’un chiffre d’affaires inférieur à 7,63 millions d’euros ne sera pas élargi aux grosses PME. Selon Bercy, le taux à 15% sera toutefois conservé pour les entreprises qui en bénéficient actuellement. L’IS est régulièrement critiqué par le patronat, pour qui les entreprises hexagonales sont défavorisées face à leurs concurrentes de pays à la fiscalité plus clémente, comme l’Irlande (12,5%) ou le Royaume-Uni (19%).

2017 ! 11 candidats qui ne renforcent pas la démocratie

2017 ! 11 candidats qui ne renforcent pas la démocratie

 

Il y a bien quatre ou cinq candidats dont on peut se demander ce qu’ils font dans une campagne présidentielle électorale. Pour certains,  il s’agit surtout d’une campagne de témoignage puisqu’ils ne dépasseront pas environ 1 %. Une occasion rare de s’exprimer à la télé devant des millions et des millions de Français. Mais sur cette base,  non nombre d’autres courants de pensée plus élaborés  et plus représentatifs mériteraient aussi d’être présents dans cette confrontation télévisuelle. Des courants politiques, socioéconomiques ou encore culturels.  De ce point de vue,  une réflexion approfondie serait nécessaire sur le mode de sélection des candidats autorisés à participer à l’élection présidentielle car les 500 signatures des maires  ne paraissent pas suffisamment sérieuses pour conférer un minimum de légitimité  à un prétendant présidentiel. D’autres candidats très marginaux ne représentent strictement rien comme courant de pensée c’est le cas notamment de Cheminade (celui qui voulait coloniser Mars)  et Lasalle,  sympathique député bien  incapable de prononcer une phrase complète. Asselineau  n’est guère mieux avec son argutie juridique pour expliquer sa politique internationale. Bref trois candidats dont l’expression laisse également pour le moins pantois. Chacun connaît au moins un voisin qui aurait mieux fait que ces candidats très confus.  La preuve sans doute qu’il faudra un jour vraiment sortir de la démocratie néandertalienne et pas seulement pour les présidentielles. Ce n’est- pas celui qui se déclare candidat qui est le plus souvent le plus qualifié, loin s’en faut. En général,  c’est la plus gueulard.

2017 sondages 11 avril – deux duels : en tête Le Pen-Macron à 24% et Fillon –Mélenchon à 18%

2017 sondages 11 avril - deux duels : en tête Le Pen-Macron à 24% et Fillon –Mélenchon à 18%

Si l’on s’en  tient à la dizaine de sondages les plus récents Le Pen et Macron sont à 24% mais Macron écraserait Le Pen au second tour.  Jean-Luc Mélenchon consolide sa montée en puissance récente et oscille et attient 18% juste au dessus de Fillon.  Fillon  par les affaires judiciaires (dernière révélation Pénélope aurait eu un emploi fictif dans administration dès 1980 !). , cible celui qu’il considère comme son rival et dont l’électorat est jugé volatil à l’approche du premier tour du 23 avril. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy est convaincu de pouvoir refaire son retard dans les ultimes moments de cette campagne inédite, comme il y est parvenu pour la primaire de la droite et du centre en novembre 2016. Il insiste sur l’inexpérience présumée d’Emmanuel Macron, son incapacité à former, selon lui, une future majorité cohérente, et la « supercherie » de son aspiration au renouvellement des pratiques politiques, lui « l’héritier » de François Hollande qu’il a surnommé « Emmanuel Hollande ». Il avait évoqué dimanche un échange privé avec le candidat d’En Marche ! Prouvant selon lui ses revirements sur la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité. La réplique d’Emmanuel Macron, invité de Public Sénat et Sud Radio, a été cinglante : « François Fillon est un homme de peu de valeur, (…) Il a perdu tout repère : éthique, moral, de comportement. » Son président, Pierre Gattaz, a mis les électeurs français en garde contre l’éventualité d’un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui mèneraient selon lui à la « catastrophe absolue ».

2017 -11 candidats pour the « Voice politique » : pas à la hauteur

2017 -11 candidats pour the « Voice politique » : pas à la hauteur

Globalement, les grands médias se sont félicités du dernier débat télévisé des candidats à l’élection présidentielle. Certains considérant même que ce débat avait été d’une bonne tenue. Il faut évidemment se faire une piètre idée de la politique pour porter un jugement aussi positif sur une confrontation qui relève davantage du cirque médiatique que de la démocratie. Cette émission a surtout été l’occasion de porter des critiques sur tout et n’importe quoi. Certes la contestation sur certains points était pertinente mais manquait cruellement de perspectives crédibles et claires notamment en matière économique et sociale. Ou alors on entrait directement dans des détails qui ne relèvent pas de la responsabilité d’un président quand il s’agit de promettre à tous et à chacun une augmentation de revenu. On aurait évidemment attendu qu’on pose d’abord la problématique générale du pays, qu’on développe une vision  pour la France, l’Europe et le monde et qu’on définisse une stratégie non démagogique. Pour preuve on a peu parlé du bouclage financier, des grands équilibres. Bien entendu un débat à 11 rendait impossible un haut niveau de confrontation. Les candidats étaient condamnés  à la caricature, aux éléments de langage convenus et à la simplification. D’une certaine manière on aurait pu dire qu’il s’agissait de l’expression de candidats ayant  uniquement vocation d’opposants. . La  politique actuelle est  forcément contestable au regard des   médiocres résultats mais les propositions très pauvres et simplistes. En cause la qualité des prétendants. Parmi les plus inconséquents voire les plus nuls il faut citer Jean Lassalle, certes sympathique mais qui parvenait difficilement à articuler une seule phrase. Jacques Cheminade est un peu apparu comme un extra terrestre et les arguties  juridiques de François d’Asselineau étaient peu près incompréhensibles. Philippe Nathalie Arthaud et surtout Philippe Poutou se sont assez bien sortis de cet exercice mais en se limitant à une posture de dénonciation. Benoît  Ha mon s’est montré relativement transparent et hors sol. Sur la forme, Jean-Luc Mélenchon, grâce à ses talents de tribun, a dominé les débats sans pour autant rendre très crédible ses orientations. Marine Le Pen s’est montrée bien peu à l’aise et d’une certaine façon, déstabilisée elle  a abandonné son rôle de première opposante aux candidats gauchistes. Dupont Aignan a loué la mouche du coche, le rôle du roquet mordant surtout Macron avec nombre de faux chiffres et des faits approximatifs. Fillon a joué la défense et Macron s’est montré trop timoré par peur sans doute d’être attaqué. Bref contrairement à ce que pense nombre de politologues professionnels le débat n’a pas été à la hauteur. Un bon spectacle télévisuel mais  une médiocre confrontation sur le fond. Pas du niveau d’une élection présidentielle. D’ailleurs dans le classement effectué auprès des téléspectateurs très peu des participants obtiennent la moyenne. 

Débat présidentiel à 11 : un débat hors sol

Débat présidentiel à 11 : un débat hors sol

Dominique Reynié, directeur général de la Fondapol, think tank d’inspiration libéral, estime dans les Echos  que les propositions hors-sol des candidats antisystème ont plombé ce moment démocratique. Il n’a pas complètement tort. En effet ce débat a été apprécié par nombre de Français parce qu’il a permis surtout aux petits candidats de s’exprimer, d’attaquer durement les favoris. Une sorte de joute gauloise plus proche de l’exercice du cirque que du débat démocratique. Certes certains reproches faits par des petits candidats étaient  justifiés par contre leur propositions paraissaient bien illusoires ou inconsistantes notamment concernant les rapports à l’Europe, les déséquilibres financiers et la politique économique. Pour résumer,  on peut faire le constat contradictoire que ce débat peut être considéré comme un bon spectacle télévisuel mais comme une très médiocre confrontation sur les perspectives politiques. Interview de Dominique Renié :

Pensez-vous que le débat d’hier a permis aux électeurs de faire leur choix ?

Il était nécessaire de réunir les 11 candidats à la présidentielle dans des conditions d’égalité. Hélas, cette configuration inédite et n’a permis aucun débat. Les prétendants à l’Elysée dit de « gouvernement » que sont François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron, ont dû faire face à deux

  •  

Ces derniers n’imaginent pas une seconde accéder au pouvoir et formulent ainsi des propositions ubuesques sur lesquelles ils n’auront jamais de compte à rendre.
Lesquelles vous ont le plus particulièrement marquées ?

En vrac : l’expropriation des capitalistes par Nathalie Arthaud, le désarmement des policiers par Philippe Poutou, la sortie du droit européen en cinq ans par Nicolas Dupont-Aignan… Cela n’a aucun sens.
S’agit-il, selon vous, d’un déni de réalité ?

C’est pire que cela. Certains candidats se sont laissé happer par un processus mortifère de forclusion, refoulant totalement le réel, notamment sur la question de la dette. Les candidats de « rupture » et « antisystème » formulent ainsi des propositions qui ne feraient qu’empirer l’état actuel de nos finances : recrutement d’agents publics, créations de nouveaux services publics, remboursement de tous les soins de santé… Pour eux, la dette publique à 100% du PIB et l’évolution périlleuse des taux d’intérêt n’existent pas. Si on fait les comptes, au moins 8 candidats sur 11 étaient complètement déconnectés de la réalité. Cela ne peut permettre de faire avancer les débats

 

Présidentielle débat télé à 11 candidats : du cirque !

Présidentielle débat télé à 11 candidats : du cirque !

 

Punchlines, fausses colères et bons mots, c’est tout ce qu’on peut attendre d’un débat à 11 ; Un débat organisé surtout pour engranger l’argent de la pub avec le succès du débat à 5 sur la Une (plus de 10 millions de téléspectateurs). Les candidats auront une minute pour exposer leurs vues sur les réformes nécessaire pour transformer  le pays.   Il ne faut sans doute pas s’attendre à des merveilles concernant la qualité démocratique du débat télévisé entre les 11 candidats. En cause, d’abord la forme même du débat qui se réduit  surtout à une juxtaposition d’interventions et se prête mal à l’échange. Le temps imparti à chaque candidat une minute à une minute 30 favorise aussi la caricature. Comment en effet développer la problématique d’un thème dans un laps de temps aussi court. Du coup on va se rabattre comme souvent sur des éléments de langage, c’est-à-dire des sortes de formules choc pour marquer l’opinion comme dans un spot publicitaire. Si le débat à 2 est déjà difficile, à 11 il devient presque impossible. L’exercice relève alors davantage du stand-up que du débat démocratique. Déjà lors de leurs meetings des candidats comme  Mélenchon et Marine Le Pen se livrent à des sortes d’exercices de stand-up qui montrent certes leurs qualités de tribun mais s’attachent davantage à la forme qu’au fond.  La caricature et le simplisme caractérise un propos qui n’a pas pour objet de faire réfléchir mais de séduire voire de conforter les peurs, les craintes voire la haine. On observera d’ailleurs que les discours tenus dans les meetings sont particulièrement déstructurés comme si on avait surtout cherché à faire du copier coller de formules déjà entendues qui veulent caractériser la spécificité du candidat. Ainsi on doit encore sans doute entendre cette revendication anti système de certains alors qu’évidemment tous nécessairement émergents de ce système économique et/ou politique, qu’ils en sont même de purs produits. De la même manière, il faut s’attendre à écouter l’auto proclamation des candidats du peuple dont quand même les revenus se situent  bien au-dessus des 10 000 € mensuels alors que le salaire moyen est de l’ordre 1700 €. Il y aura surtout la promesse de raser gratis demain qui fait toujours recette chez les naïfs. Enfin le concours de celle ou celui qui se montrera le plus français, une sorte de concours miss France. Peut-être un spectacle télévisé regardé  mais dont la théâtralisation aura peu à voir avec un contenu réellement démocratique et enrichissant.

 

 

Les dépenses sociales : 36 milliards dont 11 pour le RSA

Les dépenses sociales : 36 milliards dont 11 pour le RSA

 

Nouvelle dérive des dépenses sociales notamment du RSA. Les départements ont consacré 36,1 milliards d’euros à l’aide sociale en 2015, un montant net dont la progression de 2% sur un an à une nouvelle fois été soutenue par les dépenses liées aux revenu de solidarité active (RSA), selon une étude publiée vendredi par la direction des études du ministère des Affaires sociales et de la Santé (Drees). Le nombre de bénéficiaires du RSA explose à peu près au même rythme que le nombre de chômeurs depuis 2009 soit une progression de l’ordre  de 70 % qui s’explique aussi par l’extension des conditions d’attribution. Un système qui risque d’exploser financièrement s’il n’est pas nationalisé. Les départements sont en effet financièrement complètement asphyxiés par une allocation dont il ne gère pas les modalités réglementaires d’attribution. De ce point de vue,  il y a une contradiction à décider  nationalement du principe d’une allocation et à faire participer les collectivités locales à leur financement sans leur donner les moyens correspondants. Compte tenu de cette situation aussi d’autres contraintes qui pèsent sur les collectivités locales 50% des départements pourraient se retrouver en faillite d’ici cinq ans. Comme déjà indiqué le nombre de bénéficiaires évolue au même rythme que le nombre  de chômeurs mais cela n’interdit pas cependant de s’interroger sur les conditions d’attribution. Certes le RSA est une prestation de survie et ne permet pas évidemment de mener grand train pour autant dans certains cas il est plus intéressant de s’installer dans le chômage avec le RSA et d’autres prestations que de travailler pour un salaire inférieur à 1000 €. Une situation qui a d’ailleurs conduit de départements envisagés aux bénéficiaires de RSA une contrepartie en termes de travail. Comme souvent lorsqu’il s’agit de prestations sociales la solidarité nationale est largement justifiée. Toutefois cinq certains ont tendance à s’installer dans cette situation d’assisté qui les prive  d’ailleurs de toute possibilité de réinsertion professionnelle. Fin 2015, le nombre de foyers allocataires du RSA a dépassé pour la première fois la barre des 2,5 millions en France. Au 31 décembre 2015, d’après les dernières données publiées par la CAF, il y avait en effet 2,53 millions de foyers allocataires du Revenu de solidarité active. C’est 71% de plus que lors de sa création, en juin 2009. La première explication est mathématique: le RSA, créé en juin 2009, ne concernait que la France métropolitaine, puis il a été étendu sous certaines conditions aux jeunes de moins de 25 ans en septembre 2010 (RSA jeune), puis dans les départements d’outre-mer (DOM) et certaines collectivités d’outre-mer (COM) à partir de janvier 2011, puis à Mayotte en janvier 2012. Le champ de couverture du RSA s’est donc élargi avec le temps. La deuxième explication réside dans le plan pluriannuel contre la pauvreté lancé par le gouvernement Ayrault en janvier 2013, qui prévoit la revalorisation (hors inflation) du barème du RSA de 10% sur cinq ans. Des augmentations -en plus des revalorisations réglementaires effectuées le 1er janvier de chaque année – ont eu lieu les 1er septembre 2013, 2014 et 2015. Elles ont pour conséquence d’augmenter les montants versés aux allocataires percevant déjà le RSA, et provoquent aussi des entrées dans le dispositif. La troisième explication tient dans la tendance structurelle de la France (depuis plus de 30 ans), à rester figée dans le chômage de masse, avec une aggravation très marquée depuis la crise de 2008. Mécaniquement, quand le nombre de chômeurs monte, le nombre d’allocataires de prestations sociales augmente dans la foulée.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol