Archive pour le Tag 'virés'

Les journalistes virés de l’Elysée !

 

Les journalistes virés de l’Elysée !

 

Pas une mise à l’écart mais ça y ressemble sérieusement. Jusque-là les journalistes accrédités auprès de l’Élysée fréquentaient  une salle de presse située à l’intérieur de l’Élysée. Désormais cette salle de presse sera localisée à l’extérieur de sorte sans doute de limiter les contacts avec les différents chargés de mission auprès de Macron. Officiellement,  il s’agit d’une décision pour rationaliser l’utilisation des bâtiments. Et de manière perverse, l’Elysée indique que la nouvelle salle de presse sera plus grande et permettra de mieux accueillir les journalistes. On sait que Macron entretient des liens ambigus avec les médias. Il ne veut sans doute pas imiter François Hollande qui était tombé dans le délire verbal. Macron craint par-dessus toutes les contradictions au sein de ses conseillers et de sa majorité. Il veut donc cadenasser les rapports avec la presse comme il l’a cadenassé le gouvernement et le parti en marche. Pas sûr cependant que cette discipline de fer imposée par le monarque républicain résiste toujours aux pressions sociales et sociétales. De toute évidence le président république a une conception très centralisée non seulement de la vie politique mais aussi du rapport entre pouvoir central et le citoyen .Quatre agences de presse – Reuters, AFP, AP et Bloomberg – disposent aujourd‘hui d‘un accès permanent à cette salle, qui donne sur la cour de l‘Elysée et est ouverte aux autres journalistes lors de réception de chefs d‘Etat ou d‘évènements politiques ou culturels. La future salle de presse sera située à l‘extérieur du bâtiment principal de l‘Elysée, dans une rue adjacente. Plus grande, elle doit permettre selon l‘Elysée d‘accueillir des journalistes accrédités permanents en plus grand nombre issus des radios, télévisions et de la presse écrite. Cette salle sera toujours au cœur de l‘Elysée, ont insisté les responsables de la présidence, puisqu‘elle sera située dans une emprise de la présidence. L‘actuelle salle de presse a vocation à devenir une salle de réunion. Dans un communiqué, l‘association de la presse présidentielle (APP) prend note de la décision de l‘Elysée tout en “déplorant vivement” le “choix unilatéral malgré les promesses de concertation” de déplacer la salle de presse “hors du bâtiment entourant la cour d’honneur permettant un accès direct aux activités de la présidence.”

« Les Guignols de l’info » : tous les auteurs virés par Bolloré

« Les Guignols de l’info » : tous les auteurs virés par Bolloré

Bolloré ne fait pas dans la dentelle, il vire les auteurs des « Guignols de l’info’ notamment parce que  son ami Sarko n’apprécie pas du tout sa caricature. Il faut donc faire le ménage avant 2017. Pour cela, comme à son habitud,e Bolloré n’emploie pas la méthode douce. Lui qui a fait sa fortune en Afrique à  »l’africaine» et aussi avec des coups de bourse borderline ne s’embarrasse pas de contraintes éthiques. Devant les protestations à l’annonce de la suppression des guignols il avait consenti à maintenir l’émission. Mais il décide maintenant de virer tous les auteurs, de changer la programmation et même les thématiques traitées. Le bisounours se remplacera donc la dérision que ne goûte pas Bolloré. Bref c’est la reprise en main de l’information par l’une des plus grandes fortunes de France qui veut conduire la politique éditoriale de Canal au fouet. Une méthode qui a réussi jadis en Afrique mais qui pourrait bien encore accélérer la baisse des abonnements à Canal. Selon les informations du Parisien ce samedi 25 juillet, les quatre auteurs historiques de l’émission auraient été licenciés. « Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine, les quatre plumes des marionnettes depuis respectivement seize ans pour les deux premiers, sept ans pour le troisième et trois ans pour le dernier » « sont virés », affirme le quotidien.  « Traumatisés », ils refusent de prendre les appels pour commenter l’information. Canal + et Vivendi n’ont pas non plus confirmé les annonces du Parisien. Cette charrette est « une décision assumée par Maxime Saada, le nouveau directeur général du groupe. Le même qui, dans Le Figaro du 23 juillet, annonçait : ‘L’émission reste en format quotidien et conserve intacts ses 17 millions d’euros de budget’ », précise le journal.  Le Parisien affirme que « les plumes des marionnettes sont très grassement payées : 35.000 euros brut par mois pour les plus anciens. Pas difficile d’en trouver des moins chers, et plus dociles ». Le journal fait ici référence aux raisons supposées qu’avaient Vincent Bolloré de vouloir retirer Les Guignols de l’antenne. Selon L’Obs, l’homme d’affaires aurait souhaité contenter son ami Nicolas Sarkozy, irrité par sa marionnette.  Au-delà des Guignols, « les têtes tombent beaucoup ces jours-ci dans le groupe Canal +, écrit Le Parisien. Après Rodolphe Belmer, le directeur général jugé trop indocile et soupçonné d’avoir fait fuiter l’arrêt des Guignols, Thierry Langlois (directeur des antennes), Alice Holzman (patronne de CanalSat), c’est Renaud Le Van Kim qui saute. Ce producteur historique de la chaîne, mais dont la société appartient au groupe Zodiak, a donné hier (vendredi) sa démission de l’entreprise KM, au nom inspiré de son patronyme. C’était la condition pour que cette dernière, qui produisait Le Grand Journal depuis onze ans, continue à assurer les cérémonies des Césars, du Festival de Cannes et l’émission Conversation secrète, de Michel Denisot, pour la chaîne », précise le journal. « Dernière victime de la purge ? Ce vendredi, Ara Apri-kian, à la tête de D8, D17 et iTélé, a été remercié. C’est les mains vides qu’il a quitté vers 16h30 le siège du groupe. Éjecté en quelques minutes, sans avoir le temps de faire ses cartons. Comme Rodolphe Belmer avant lui », affirme le journal.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol