Archive pour le Tag 'Permanences'

Permanences des députés LREM vandalisées : les raisons

Permanences des députés LREM vandalisées : les raisons  

 

 

Chaque jour de nouvelles permanences de députés LREM sont agressées et ce n’est certainement pas terminées avec la montée de la colère notamment dans le secteur agricole. Les responsables politiques de la majorité et les députés en  particulier s’offusquent que les permanences des élus de l’Assemblée nationale soient souvent vandalisées. Au nom de la démocratie, il condamne avec fermeté ces actions. Le problème c’est qu’ils oublient les facteurs explicatifs qui sont à l’origine de ces manifestations de colère à l’égard des élus. Observons d’abord que la plupart de ces députés n’ont aucune légitimité et expérience sociale qu’en outre ils se permettent parfois des provocations naïves qui sont une sorte de mépris à l’égard des réalités économiques et sociales. Non seulement certains sont inexpérimentés mais en plus ce sont parfois des grandes gueules comme la députée LREM Claire O ‘Petit qui justifie tout et n’importe quoi dans la politique gouvernementale. Nombre de députés de la république en marche se comporte comme dans une cour d’école. Ils ont été élus, ce qui est incontestable. Juridiquement,  on ne peut donc discuter leur légitimité. Mais  la sociologie des députés de la république en marche est essentiellement composée de cadres supérieurs et de petits bourgeois idéologiquement plutôt à droite. Pour ne pas être injurieux, on parle de centre-droit ! En outre il faut aussi constater de nombreuses contradictions entre les propos de Macron lors de sa campagne électorale et les mesures antisociales voir anti économiques prises depuis par le gouvernement. Dernier aspect,  la politique globale de Macron est un échec. D’abord un échec économique là où se vantait de réussir. Le problème c’est que Macon n’est pas un économiste mais un littéraire, aussi un poète comme beaucoup d’autres. Ainsi quand on regarde les résultats économiques,  on s’aperçoit que la croissance sera encore très maladive en 2019 avec autour de 1,2 % de croissance pour le Pib. Pas de quoi faire bouger le chômage encore moins de rétablir les équilibres financiers. Enfin Macron n’a aucune vision sur la politique industrielle qui fout le camp ; il faut par exemple constater  -encore le recul de la production  industrielle de plus de 2 % en juin. Pire,  Macron brade ce qui reste de l’industrie comme chez Alstom par exemple. La politique agricole n’est pas dans le meilleur état et il faut s’attendre au pire avec d’une part avec le CETA,  d’autre part le Mercosur et cette année sera particulièrement catastrophique pour le résultat des importations agricoles (sauf pour les céréales). Les députés de la république en marche feraient bien de mettre en veilleuse leurs discours prétentieux et  provocateur et d’approfondir leur connaissance des réalités sociales et économiques au lieu de jouer aux vierges effarouchées par quelques tags et autres dépôts de fumier.

 

Dégradations de permanences LREM: la classe politique responsable (Patrick Vignal)

Dégradations de permanences LREM: la classe politique responsable (Patrick Vignal)

Avec un certain courage (même si l’argumentation est encore un peu courte), Patrick Vignal, député LREM de l’Hérault dont la permanence a été dégradée samedi 10 août à Montpellier, déplore un « épiphénomène » mais reconnaît toutefois que « la société est très violente ». Selon lui, la classe politique a  »une très grande responsabilité dans ce qui se passe aujourd’hui ». L’élu plaide pour un « vrai statut de l’élu », qui doit être « encore plus sur le terrain ». (Interview France info)

 

Franceinfo : Votre permanence a été dégradée par des « gilets jaunes » samedi 10 août ?

Patrick Vignal : Une centaine de « gilets jaunes » ont manifesté, et certains, stupides, ont mis de la peinture sur mes façades, sur mes vitres, et ont jeté des œufs. Mais c’est un épiphénomène, je ne veux pas retenir cela. Je veux retenir les 2 000 « gilets jaunes » que j’ai rencontrés, des retraités, des artisans, des commerçants, qui eux ont envie de faire une société plus juste. Ce matin, je ne suis ni désabusé, ni en colère, puisque j’ai des tas de « gilets jaunes » qui me disent  »M. Vignal, demain on peut vous aider à nettoyer’ » Quand on veut construire avec des gens intelligents, on peut le faire encore.

Il est intolérable qu’on s’attaque aux députés en employant de tels procédés !

 

Vos collègues députés de La République en marche sont-ils inquiets, craignent-ils que leur permanence soit dégradée à leur tour ?

Oui. Il y a eu un renouvellement extraordinaire : 90% des parlementaires ont été renouvelés, de la jeunesse, de la parité. Mais vous savez, c’est très violent la politique. On n’a pas d’ami. On peut être grisé très rapidement par le pouvoir, on a l’impression qu’on détient le pouvoir alors qu’en fait on ne le détient pas, on essaie de l’exercer. La société est très violente, et nous avons, nous la classe politique, une très grande responsabilité dans ce qui se passe aujourd’hui.

Plus de 8 Français sur 10 en ont une bonne opinion des maires selon un sondage Ifop publié ce dimanche dans le JDD, mais un tiers seulement des sondés disent apprécier les parlementaires. Comment l’expliquez-vous ?

Le maire est aimé parce qu’il est dans le quotidien. Un maire, il va transformer une ville, il va faire des crèches, il va redessiner le paysage. Et donc les Français ont l’impression que leurs impôts sont bien utilisés. En ce qui concerne les parlementaires, je crois qu’on aurait beau faire toutes les lois de moralisation, c’est un état d’esprit qu’il faut changer. Je crois qu’il faut un vrai statut de l’élu. Moi j’ai une entreprise, je ne vis pas du fait politique, donc je peux être libre. Il faut qu’on soit encore plus sur le terrain. Il faut redéfinir les règles. Les parlementaires doivent être une semaine à Paris pour légiférer et une semaine en circonscription pour rencontrer les citoyens.

Pourquoi les permanences des députés LREM sont vandalisées

Pourquoi les permanences des députés LREM sont vandalisées  

Les responsables politiques de la majorité et les députés en  particulier s’offusquent que les permanences des élus de l’Assemblée nationale soient souvent vandalisées. Au nom de la démocratie, il condamne avec fermeté ces actions. Le problème c’est qu’ils oublient les facteurs explicatifs qui sont à l’origine de ces manifestations de colère à l’égard des élus. Observons d’abord que la plupart de ces députés n’ont aucune légitimité et expérience sociale qu’en outre ils se permettent parfois des provocations naïves qui sont une sorte de mépris à l’égard des réalités économiques et sociales. Non seulement certains sont inexpérimentés mais en plus ce sont parfois des grandes gueules comme la députée LREM Claire O ‘Petit qui justifie tout et n’importe quoi dans la politique gouvernementale. Pas étonnant elle fait de la politique un métier après être passée par le PS, l’UDF, le Modem et LREM. Une sorte de grande gueule, sans vraie conviction au profil de marchande de poissons.  Nombre d’autres  députés de la république en marche se comportent de façon moins vulgaire mais  comme dans une cour d’école. Ils ont été élus, ce qui est incontestable. Juridiquement,  on ne peut donc discuter leur légitimité. Mais  la sociologie des députés de la république en marche est essentiellement composée de cadres supérieurs et de petits bourgeois idéologiquement plutôt à droite. Pour ne pas être injurieux, on parle de centre-droit ! En outre il faut aussi constater de nombreuses contradictions entre les propos de Macron lors de sa campagne électorale et les mesures antisociales voir anti économiques prises depuis par le gouvernement. Dernier aspect la politique globale de Macron est un échec. D’abord un échec économique là où se vantait de réussir. Le problème c’est que Macron n’est pas un économiste mais un littéraire, aussi un poète comme beaucoup d’autres. Ainsi quand on regarde les résultats économiques,  on s’aperçoit que la croissance sera encore très maladive en 2019 avec autour de 1,2 % de croissance pour le Pib. Pas de quoi faire bouger le chômage encore moins de rétablir les équilibres financiers. Enfin Macron n’a aucune vision sur la politique industrielle qui fout le camp ; il faut par exemple constater  -encore le recul de la production  industrielle de plus de 2 % en juin. Pire,  Macon brade ce qui reste de l’industrie comme chez Alstom par exemple. La politique agricole n’est pas dans le meilleur état et il faut s’attendre au pire avec d’une part avec le CETA,  d’autre part le Mercosur et cette année sera particulièrement catastrophique pour le résultat des importations agricoles (sauf pour les céréales). Les députés de la république en marche feraient bien de mettre en veilleuse leurs discours prétentieux et  provocateur et d’approfondir leur connaissance des réalités sociales et économiques au lieu de jouer aux vierges effarouchées par quelques tags et autres dépôts de fumier.

Permanences des députés LREM vandalisées : pourquoi ?

Permanences des députés LREM vandalisées : pourquoi ?

Les responsables politiques de la majorité et les députés en  particulier s’offusquent que les permanences des élus de l’Assemblée nationale soient souvent vandalisées. Au nom de la démocratie, il condamne avec fermeté ces actions. Le problème c’est qu’ils oublient les facteurs explicatifs qui sont à l’origine de ces manifestations de colère à l’égard des élus. Observons d’abord que la plupart de ces députés n’ont aucune légitimité et expérience sociale qu’en outre ils se permettent parfois des provocations naïves qui sont une sorte de mépris à l’égard des réalités économiques et sociales. Non seulement certains sont inexpérimentés mais en plus ce sont parfois des grandes gueules comme la députée LREM Claire O ‘Petit qui justifie tout et n’importe quoi dans la politique gouvernementale. Nombre de députés de la république en marche se comporte comme dans une cour d’école. Ils ont été élus, ce qui est incontestable. Juridiquement,  on ne peut donc discuter leur légitimité. Mais  la sociologie des députés de la république en marche est essentiellement composée de cadres supérieurs et de petits bourgeois idéologiquement plutôt à droite. Pour ne pas être injurieux, on parle de centre-droit ! En outre il faut aussi constater de nombreuses contradictions entre les propos de Macron lors de sa campagne électorale et les mesures antisociales voir anti économiques prises depuis par le gouvernement. Dernier aspect la politique globale de Macron est un échec. D’abord un échec économique là où se vantait de réussir. Le problème c’est que Macon n’est pas un économiste mais un littéraire, aussi un poète comme beaucoup d’autres. Ainsi quand on regarde les résultats économiques,  on s’aperçoit que la croissance sera encore très maladive en 2019 avec autour de 1,2 % de croissance pour le Pib. Pas de quoi faire bouger le chômage encore moins de rétablir les équilibres financiers. Enfin Macron n’a aucune vision sur la politique industrielle qui fout le camp ; il faut par exemple constater  -encore le recul de la production  industrielle de plus de 2 % en juin. Pire,  Macon brade ce qui reste de l’industrie comme chez Alstom par exemple. La politique agricole n’est pas dans le meilleur état et il faut s’attendre au pire avec d’une part avec le CETA,  d’autre part le Mercosur et cette année sera particulièrement catastrophique pour le résultat des importations agricoles (sauf pour les céréales). Les députés de la république en marche feraient bien de mettre en veilleuse leurs discours prétentieux et  provocateur et d’approfondir leur connaissance des réalités sociales et économiques au lieu de jouer aux vierges effarouchées par quelques tags et autres dépôts de fumier.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol