Archive pour le Tag 'députés'

LR: Investiture pour tous les députés sortants sauf Ciotti

LR: Investiture pour tous les députés sortants sauf Ciotti

Les Républicains ont décidé mercredi 12 juin de réinvestir tous leurs députés sortants aux législatives anticipées, à l’exception de leur président tout juste exclu, Éric Ciotti.

«Il y aura un candidat LR contre Eric Ciotti dans sa circonscription», a ajouté Olivier Marleix, qui s’exprimait à la sortie d’une commission nationale d’investiture des Républicains.

 

Politique- Zelinsky à l’Assemblée nationale : la moitié des députés absents

Politique- Zelinsky à l’Assemblée nationale : la moitié des députés absents

 

Le président Ukrainien a été reçu à l’Assemblée nationale. Il en a profité pour remercier la France pour son soutien. Malheureusement à peu près la moitié des députés étaient absents. Évidemment pour ne pas trop se mouiller vis-à-vis des électeurs dans ce conflit entre la Russie et l’Ukraine. Pas vraiment une attitude très responsable et très digne.

Le chef d’Etat ukrainien, en visite à Paris, s’est exprimé devant les députés et politiques français pendant 23 minutes. Il a estimé que l’Europe n’était « plus un continent de paix », qualifiant le président russe Vladimir Poutine « d’ennemi commun » de son pays et de l’Europe. « Cette bataille est à la croisée des chemins, c’est le moment où nous pouvons tous ensemble écrire l’histoire », a ajouté le président ukrainien.
Volodymyr Zelensky a également évoqué le sommet de paix pour l’Ukraine organisé en Suisse mi-juin. Un événément qui pourrait rapprocher Kiev de « la fin de la guerre ». Cette conférence internationale rassemblera plus d’une centaine de pays et d’organisations, mais pas la Russie.

« Nous n’avons pas le droit de perdre », a déclaré Volodymyr Zelensky, ajoutant : « Pouvons-nous gagner cette bataille ? Certainement ! Nous pouvons. L’Ukraine et donc l’Europe, et donc la France. »

Malheureusement environ la moitié des députés choisis la politique de la chaise vide : une attitude assez lamentable

Zelinsky à l’Assemblée nationale : la moitié des députés absents

Zelinsky à l’Assemblée nationale : la moitié des députés absents

 

Le président Ukrainien a été reçu à l’Assemblée nationale. Il en a profité pour remercier la France pour son soutien. Malheureusement à peu près la moitié des députés étaient absents. Évidemment pour ne pas trop se mouiller vis-à-vis des électeurs dans ce conflit entre la Russie et l’Ukraine. Pas vraiment une attitude très responsable et très digne.

Le chef d’Etat ukrainien, en visite à Paris, s’est exprimé devant les députés et politiques français pendant 23 minutes. Il a estimé que l’Europe n’était « plus un continent de paix », qualifiant le président russe Vladimir Poutine « d’ennemi commun » de son pays et de l’Europe. « Cette bataille est à la croisée des chemins, c’est le moment où nous pouvons tous ensemble écrire l’histoire », a ajouté le président ukrainien.
Volodymyr Zelensky a également évoqué le sommet de paix pour l’Ukraine organisé en Suisse mi-juin. Un événément qui pourrait rapprocher Kiev de « la fin de la guerre ». Cette conférence internationale rassemblera plus d’une centaine de pays et d’organisations, mais pas la Russie.

« Nous n’avons pas le droit de perdre », a déclaré Volodymyr Zelensky, ajoutant : « Pouvons-nous gagner cette bataille ? Certainement ! Nous pouvons. L’Ukraine et donc l’Europe, et donc la France. »

Malheureusement environ la moitié des députés choisis la politique de la chaise vide : une attitude assez lamentable

Crise agricole : pendant ce temps-là les députés discutent de l’IVG !

Crise agricole : pendant ce temps-là les députés discutent de l’IVG !

Alors que la crise agricole ne cesse de s’étendre dans le pays et menace peut-être même de le paralyser, à l’Assemblée nationale à la demande de macro on discute de l’intégration de l’IVG dans la constitution. En réalité ce n’est pas la question de l’IVG qui est en cause mais le faite que macro cherche désespérément n’importe quel sujet qui pourrait pourrait lui permettre d’afficher une majorité fictive.

La question est évidemment complètement surréaliste dans la mesure où aucune famille politique aucune organisation sociale représentative ne remet en cause l’IVG très largement soutenue dans la population.

Il est probable que le Sénat risque de se poser à la manipulation politique de macro considérant que la mesure n’est nullement nécessaire voir qu’elle n’a rien à faire dans la constitution.

Immigration- Royaume-Uni : le projet de loi pour expulser des migrants au Rwanda adopté par les députés

Immigration- Royaume-Uni : le projet de loi pour expulser des migrants au Rwanda adopté par les députés

Les députés députés britanniques ont adopté le projet visant à rapatrier les immigrés illégaux au Rwanda après accord entre les deux pays .Le nouvel accord a été signé à Kigali, la capitale du Rwanda, par le ministre de l’intérieur britannique James Cleverly et le ministre rwandais des affaires étrangères Vincent Biruta.

Les hauts magistrats britanniques avaient rejeté le 15 novembre l’appel du gouvernement de Rishi Sunak et jugé que c’était à juste titre que la cour d’appel avait conclu que le Rwanda ne pouvait être considéré comme un pays tiers sûr.

Depuis le début de l’année, 29 705 personnes sont arrivées par la Manche à bord de petites embarcations.

« J’en ai assez que notre politique avec le Rwanda soit bloquée », a déclaré de son côté Le premier ministre britannique Rishi Sunak dans une interview lundi soir au Sun.

En plus du traité, le gouvernement britannique introduira une « législation d’urgence » au Parlement pour désigner le Rwanda comme un pays sûr et ainsi « mettre fin à ce manège », a-t-il précisé.

Accord UE-Mercosur: Les députés français contre mais Macron pour

Accord UE-Mercosur: Les députés français contre mais Macron pour

Macron soutient l’accord commercial du Mercosur alors que dans le même temps la majorité des groupes politiques de l’Assemblée nationale s’y opposent.

La résolution a été adoptée par 280 voix pour et 58 voix contre. Elle invite le gouvernement à faire part à la Commission de Bruxelles et au Conseil européen de son opposition à l’adoption en l’état de l’accord UE-Mercosur. Le texte constate l’absence d’un accès au marché européen conditionné au respect des normes de production européennes et de critères de durabilité et de traçabilité, pour les produits les plus sensibles en matière de lutte contre le changement climatique et de protection de la biodiversité.

Les députés refusent aussi que le volet commercial de l’accord -un domaine relevant de la seule compétence de Bruxelles- soit séparé du reste du texte. En clair, ils entendent pouvoir s’exprimer sur l’intégralité de l’accord conclu. A cela s’ajoute leur demande d’adopter le principe de réciprocité des normes de production dans les échanges commerciaux à travers l’intégration de mesures miroirs.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a entamé depuis lundi une visite des pays d’Amérique latine. Elle y a vanté les mérites d’un tel accord. « L’Union européenne et le Mercosur sont déjà des partenaires commerciaux très proches […]. Nous discutons […] depuis maintenant deux décennies. Il s’agit de l’accord commercial le plus important et le plus ambitieux que nous ayons jamais négocié. Et maintenant, enfin, nous sommes proches de la ligne d’arrivée. Il est temps que nous la traversions. Parce que les avantages sont clairs », a-t-elle plaidé lundi devant la Confédération nationale brésilienne de l’industrie.

Le non-cumul des mandats a produit des députés hors sol

Le non-cumul des mandats a produit des députés hors sol ( François Rebsamen)


Le maire de Dijon et ancien ministre du Travail, François Rebsamen, considère que la loi interdisant le cumul des mandats a produit des députés hors-sol( dans le JDD).
« Le comportement des députés lors de l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites a donné la pire image qui soit de l’Assemblée Nationale. Aux chahuts, aux invectives, aux menaces, aux insultes, est venu se rajouter un comportement irresponsable des oppositions, les unes pratiquant un blocage systématique au point d’empêcher l’examen de l’article 7 établissant le recul de l’âge à 64 ans, au cœur de la contestation syndicale, les autres se comportant comme des boutiquiers enchaînant les marchandages, rejetant une réforme qui pourtant figurait dans leur programme de candidats avec un recul de l’âge de départ à 65 ans.

Ces députés sont hors sol. Accrochés à leur circonscription, soucieux avant tout de leur réélection, ils n’ont finalement aucun réel pouvoir à l’Assemblée condamnés à rejeter s’ils sont dans l’opposition ou à accepter s’ils sont dans la majorité. Que peuvent-ils faire pour leurs électeurs ? Pas grand-chose. Écrire des courriers de recommandations ou tenter de porter des amendements qui de toute façon seront retoqués s’ils ne sont pas dans la ligne du gouvernement.

À peine connus des électeurs de leur circonscription, leur notoriété se résume pour quelques-uns à des apparitions vite oubliées, sur les chaînes d’infos. Quant à leur image collective elle est au plus bas dans les sondages, puisqu’à peine 20 % de la population leur fait confiance, quelle que soit leur étiquette. L’épisode de la réforme des retraites ne risque pas d’améliorer leur score.

À l’inverse les Maires recueillent l’adhésion des Français. Et c’est normal. Ils œuvrent au quotidien concrètement pour améliorer leur qualité de vie et le vote pour l’élection d’un maire ou sa réélection transcende les suffrages partisans. Les Maires de grandes villes sont la plupart du temps également Présidents de la Métropole, une communauté de communes d’un même territoire où les étiquettes politiques sont diverses, ce qui les conduit à exercer leur présidence dans la pratique du compromis et ce dans l’intérêt général commun.

Ces maires ont une notoriété, un franc-parler, une expérience du compromis et la connaissance parfaite de la réalité concrète vécue par leurs administrés.

Imaginons une seconde que des personnalités comme les maires de Toulouse, Nice, Marseille, Brest, Mulhouse, Dijon, Strasbourg, Reims, Nantes, Avignon, 2 Rennes, Cannes, Lille, Montpellier etc. Imaginons que tous ces maires, aient siégé à l’Assemblée nationale lors de l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites ? Chacun dans son camp mais chacun ayant à l’esprit l’exigeante responsabilité et la dignité requise par leur mandat : le texte aurait été examiné en entier, le gouvernement aurait eu des interlocuteurs solides certes engagés mais dotés d’une légitimité assez forte pour être écoutés, entendus et peut-être parvenir à un compromis.

Il en est de ce texte, comme de beaucoup d’autres. Et puisque la devise présumée de l’exécutif est de rapprocher les décideurs de ceux pour lesquels on décide, qui mieux que les maires de grandes villes pour mettre en œuvre cette volonté.

Ces maires ont une notoriété, un franc-parler, une expérience du compromis et la connaissance parfaite de la réalité concrète vécue par leurs administrés
Seulement voilà, depuis la loi de février 2014, le cumul d’un mandat de maire et de député est interdit.

Le parti socialiste et son candidat en 2012 en avaient fait leur cheval de bataille. Il n’y avait pas de mots assez durs pour qualifier le cumul des mandats et ceux qui le pratiquaient étaient hués lors des réunions socialistes. Même le Premier ministre de l’époque, pourtant lui-même cumulard accompli, s’était déchaîné contre le cumul lors des universités d’été de la Rochelle, salué par les vivats des militants. Il fallait supprimer le cumul pour permettre à une nouvelle génération d’élus d’émerger. Où sont-ils ces élus ? Dilués aujourd’hui dans la Nupes et pour certains contraints à cette alliance pour sauver leur réélection… Inconnus du grand public, incapables d’enrayer la chute vertigineuse du nombre d’adhérents au parti socialiste, et contraints de subir, muets ou consentants, le chaos semé par leurs alliés à l’Assemblée Nationale.

À l’appui de ce qui devait être un souffle nouveau pour la démocratie, s’ajoutait un argument fallacieux : les maires n’étaient pas assez disponibles, trop pris par leur mandat local. À la rigueur on aurait pu faire une exception pour les maires de petites communes. Contre sens absolu. Les maires de grandes villes ont un cabinet, des collaborateurs, des services et le travail se fait même en leur absence. Les maires des petites communes sont seuls ou presque, donc indisponibles… Quant à la rémunération, les indemnités étaient plafonnées, donc cela ne changeait rien financièrement.

Le président de la République socialiste et sa majorité avaient rayé le contrepouvoir que représentaient les grands élus
Mais le Président de la République élu en 2012, y tenait, on allait supprimer ce cumul et pour faire bon poids ajouter l’interdiction d’être à la fois Maire et Ministre, ce qui, on le constate pose souvent problème quand il s’agit de former un gouvernement… Un regain de popularité s’en est-il suivi ? Même pas. Les Français demandaient au Président la baisse du chômage, il avait engagé son mandat sur cette promesse, mais qu’il ne tenait pas. Dans son propre camp, cette mesure une fois adoptée, personne ne lui en savait gré, ni les frondeurs et sûrement pas les maires socialistes immolés sur l’autel d’une forme de populisme.

Rares sont ceux qui ont mesuré les conséquences de ce non-cumul député-maire. Encore plus rares ceux qui ont osé la critiquer. Et pourtant les farouches partisans de la décentralisation, auraient dû s’inquiéter de cette victoire des centralisateurs. Tournant le dos à toute l’histoire de son parti, d’un trait de plume, le président de la République socialiste et sa majorité avaient rayé le contrepouvoir que représentaient les grands élus. Le rêve des jacobins était accompli, les baronnies locales, girondines allait disparaître et en étranglant peu à peu leur autonomie financière, l’État tout puissant, mais obèse et inefficace, pourrait décider et agir seul.

À l’heure où il est impératif de procéder à une réforme de nos institutions, peut-être serait-il utile de revenir sur cette erreur funeste du non-cumul des mandats de maire et de député.

Parlement : qui sont ces inconnus macronistes députés à l’Assemblée nationale

Parlement : qui sont ces inconnus macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutés sur Internet par Macron. Ils ont en commun surtout pour beaucoup de n’avoir jamais travaillé sauf dans la politique. Ils n’ont pas non plus d’expérience en matière d’engagements et ce clergé répète en boucle et plus maladroitement le sermon du patron de la secte d’arrivistes incompétents vendus au pouvoir financier.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

Assemblée nationale-Parlement : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

Assemblée nationale-Parlement : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutés sur Internet par Macron. Ils ont en commun surtout pour beaucoup de n’avoir jamais travaillé sauf dans la politique. Ils n’ont pas non plus d’expérience en matière d’engagements et ce clergé répète en boucle et plus maladroitement le sermon du patron de la secte d’arrivistes incompétents vendus au pouvoir financier.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

Parlement : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

Parlement : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutés sur Internet par Macron. Ils ont en commun surtout pour beaucoup de n’avoir jamais travaillé sauf dans la politique. Ils n’ont pas non plus d’expérience en matière d’engagements et ce clergé répète en boucle et plus maladroitement le sermon du patron de la secte d’arrivistes incompétents vendus au pouvoir financier.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutés sur Internet par Macron.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

Société et Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

Société et Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutés sur Internet par Macron.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

Démocratie : qui sont ces blancs-becs macronistes députés à l’Assemblée nationale

À l’occasion des débats sur les chaînes d’information et d’une façon générale sur les médias, on voit débarquer des représentants du courant macroniste actuellement députés à l’Assemblée nationale. La plupart sont complètement inconnus et le resteront sans doute puisque très peu seront réélus à la prochaine échéance électorale. Beaucoup sont très jeunes et sortent en fait directement des instituts d’études politiques recrutées sur Internet par Macron.

Il y a quelque chose de pathétique à écouter leur argumentation. Bref des perroquets complètement ignorants des réalités et même des textes qui prêchent en reprenant bêtement le discours officiel. Il faut dire qu’une chèvre aurait été élue à leur place. Juridiquement, leur élection n’est pas en cause mais politiquement ces jeunes blancs-becs n’ont aucune légitimité. Ce sont des courtisans qui n’ont aucune expérience de l’engagement collectif et qui parlent de ce qu’ils ignorent avec une incompétence crasse et une totale illégitimité démocratique.

Il serait temps d’exiger des candidats députés un minimum d’expérience démocratique et politique pour éviter que la plus haute assemblée ne ressemble à une école maternelle.

Le problème c’est que Macron lui-même fait la preuve en permanence de son immaturité politique en ajoutant des contradictions à ses renoncements et à ses promesses ésotériques. Et par mimétisme pathétique, les jeunes députés reprennent le refrain infantile de Macron.

35 heures: remis en cause par des députés du MoDem

35 heures: remis en cause par des députés du MoDem

Encore un totem remis en cause, celui des 35 heures par certains députés du MoDem qui d’une certaine manière reprennent les propositions de François Bayrou dans le cas de la réforme des retraites.

Le MoDem cherche en effet à diversifier davantage les sources d’économie pour réformer les retraites. Et pour cela, il propose de passer de 35 heures à 35,5 heures par semaine. De quoi générer des cotisations supplémentaires du système des retraites.

Le problème c’est qu’on prend dans une poche ce qu’on met dans l’autre. En effet réduire de 30 minutes la durée hebdomadaire aurait aussi des conséquences sur la rémunération ( et où la compensation en RTT) des salariés.

En 2021, l’ensemble des actifs travaillent en moyenne une durée annuelle effective de 1567 heures, et effectuent en moyenne 36,9 heures de travail au cours d’une semaine habituelle.

Il est clair que le pouvoir ne veut sans doute pas gérer en même temps deux tabous : celui des retraites et celui des 35 heures.

Aujourd’hui,chacun s’accorde pour ne pas faire bouger la durée légale de travail hebdomadaire. Ceci étant, cela aura été la grande erreur de la gauche avec le retour de la retraite à 60 ans. De toute manière dans le cadre d’une réforme plus juste et plus efficace en ce qui concerne la retraite, il faudra bien modifier l’âge de départ ; tout simplement parce que d’ici quelques années il n’y aura plus que 1,4 actifs pour un retraité. Mais il faudra une réforme plus systémique, plus juste et autrement plus efficace

Quand aux 35 heures, ce fut sans doute la seconde grande erreur des socialistes surpris par leur victoire aux législatives; sans programme , pris à leur compte la revendication de la CFDT des 35 heures mais sans modifier les salaires. D’un coup,la France a perdu 10 % de productivité et a créé une immense pagaille dans certains services publics notamment les hôpitaux ; elle paye encore ce non-sens stratégique. Cela avec en particulier l’écroulement de l’industrie du pays
.
La mesure défendue par le MoDem rapporterait «au moins» deux milliards d’euros. Ce qui permettrait notamment de «baisser la décote pour les petites retraites et les carrières hachées», dixit le patron du groupe MoDem à l’Assemblée nationale, Jean-Paul Mattei.

Superprofits : les députés pour une taxe contre l’avis du gouvernement

Superprofits : les députés pour une taxe contre l’avis du gouvernement


Encore une gifle reçue par le gouvernement à l’Assemblée nationale et ce n’est sans doute pas la dernière. Non seulement le gouvernement est coincé actuellement dans la rue ( Par les grévistes et par les automobilistes immobilisés) mais il l’ est également à l’occasion du vote de budget concernant les superprofits. Jusque-là en effet le gouvernement contrairement à d’autres pays s’est toujours refusé à taxer ses superprofits exceptionnelle dont beaucoup de sont directement liés d’ailleurs à l’inflation et non à une meilleure gestion des entreprises. C’est le cas évidemment en particulier dans le pétrole.

Les députés ont évidemment en tête le risque de développement du mécontentement social de salariés qui sont victimes de l’inflation et souhaite une revalorisation des salaires.
L’Assemblée nationale a donc adopté un amendement déposé par les élus MoDem et soutenu par LFI et le RN. 227 députés ont voté pour, 88 contre.

Les députés ont voté pour un amendement déposé par Jean-Paul Mattei, président du groupe MoDem, visant à introduire une « flat tax » à 35% sur les super-dividendes versés supérieurs de 20% à la moyenne des revenus distribués entre 2017 et 2021 au sein d’une entreprise.

227 parlementaires ont voté pour cet amendement, et 88 contre. Dans le détail, RN et la Nupes (LFI, PCF, EELV et PS) ont voté pour.

La majorité présidentielle s’est fracturée, le MoDem votant évidemment pour et Renaissance étant divisé: 19 membres du parti présidentiel ont soutenu la mise en place de cette taxe, y compris Freddy Sertin, suppléant d’Elisabeth Borne.le suppléant de la Première ministre dans le Calvados, Freddy Sertin, fait partie des députés qui se sont affranchis des consignes du gouvernement en votant en faveur de cet amendement
« Je suis fier d’avoir voté cet amendement, car c’est l’essence de ce que nous sommes au MoDem : un parti qui souhaite que la valeur soit bien partagée dans notre pays, explique le député MoDem Erwan Balanant. On s’est regardés avec quelques députés, en se disant qu’on allait le voter », raconte pour sa part le nouveau député Renaissance Benoît Bordat, qui assume sa place dans l’aile gauche de la macronie. « Je soutiens le gouvernement, mais vis-à-vis de l’opinion publique, il y a aussi des symboles. Et on ne peut pas dire que nos alliés du MoDem soient de dangereux gauchistes. »

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol